Portrait d’une figure de la gauche socialiste de l’entre-deux guerre

 Ce portrait de Zyromski retracé dans le film-vidéo proposé sur cette page est brossé par l’historien Eric Nadaud (auteur de la Notice biographique du Maitron consacrée à Zyromski). Entretien et réalisation vidéo : Jeanne Menjoulet

Des extraits du témoignage de sa fille Lily Bleibtreu (filmée au CHS, le 16 juin 2012) sont aussi intégrés à ce portrait.


Zyromski Portrait d’une figure de la gauche… par JeanMaitron

Un second film retrace le parcours politique de Zyromski, de 1912 aux années 50, à travers ce parcours, c’est aussi un pan de l’histoire de la gauche socialiste, qui est retracé :

L'Humanité 1936 - grève sur le tas dans les usines

Vidéo 2 et documents : Jean Zyromski, et la Bataille Socialiste  

 


Document d’archive  : Article  de presse, tiré de Tribune Socialiste (« TS », PSU), écrit par les petits-enfants de Zyromski, Jacques Thibault-Bleibtreu, Françoise Bleibtreu et Pierre Bleibtreu, à la mort de Jean Zyromski, le 20 octobre 1975.

Une troisième vidéo tente d’ailleurs d’apporter une illustration à ce trait d’union militant, familial et générationnel…

                                                                       Témoignage

Article Zyromski - Françoise Bleitreu - Jacques BleibtreuJean Zyromski : comment il a été communiste…

Jean Zyromski, vieux militant du mouvement ouvrier français, est mort. Son itinéraire, d’une certaine gauche de la SFIO au Parti communiste, est significatif des difficultés qu’ont eu (et qu’ont encore…) certains courants oppositionnels dans les partis socialistes à dépasser la fausse alternative social-démocratie ou stalinisme. TS a demandé à ses petits-enfants, membres du PSU, d’évoquer la trajectoire de leur grand-père, malgré les profondes divergences qui les séparaient.

Les répressions successives , de l’empire tsariste contre la Pologne catholique ont ame­né en France, dès le début du XIXe siècle, l’immigration d’une partie de la bourgeoisie et de la noblesse polonaises, favorable à la France de la Révolution.

C’est de cette lignée que naquit notre grand père, et cette double, détermination de socialiste et de patriote domina sa vie. Il était d’une famille riche et « respectable » ; mais sa thèse de droit fut une des premières thèses socialistes en France ; aussi il a renoncé à toute « carrière » pour le militantisme.

L’homme que nous avons connu était d’abord un militant entier mais non sectaire. Artisan inlassable de l’unité ouvrière, Zyromski fut un des créateurs du Front populaire, l’animateur de la Bataille socialiste (un des courants de gauche de la SFIO). Il fut aussi le correspondant de Trostsky, puis « héros de l’Espagne républicaine », et animateur de la lutte contre Munich au sein de la SFIO. Il a pu s’honorer d’être un des hommes les plus haïs et les plus injuriés par la presse fasciste d’avant-guerre. Il retrouve son unité profonde au travers de la résistance (lutte qui, pour lui, joignait la construction du socialisme à la libération du territoire).

Comme membre important du Front national regroupant autour de lui les combattants du Lot-et- Garonne, la SFIO lui proposera de rejoindre Londres. Zyromski, bien que traqué par la police de Vichy et la Gestapo, s’y refusera.

Lorsqu’il adhéra au PCF en 1945, ce fut à partir d’une constatation élémentaire : le PCF avait changé sur le seul point qui l’en séparait : la défense nationale, le patriotisme.

Cette tradition jacobine, qui a marqué si profondément le mouvement ouvrier français, était en effet pour Jean le motif qui, à Tours, l’avait empêché de rejoindre la lllème Internationale ; elle se traduisait aussi par cette fascination (qui n’a pas encore totalement dis­paru chez nombre de militants ouvriers) pour la cohérence, la discipline et les gros bataillons que représentent le PCF. Mais n’y avait-il pas là quelque ambiguïté de la part de militants profondément attachés à la libre discussion ?

Si, dès son adhésion, Zyromski fut tout à son aise au milieu des militants du Lot-et-Garonne, les graves désaccords qu’il eût avec la direction ne portaient guère sur la ligne du parti, mais bien plutôt sur les méthodes caractéristiques du stalinisme.

Néanmoins Zyromski, tout en tempérament, tout en fidélité, se refusait à l’excommunication et à la calomnie. Si l’invective lui venait aisément, elle ne s’accompagnait ni de la balle dans la nuque ni du refus du dialogue.

A la mort de sa femme — notre grand-mère — compagne de sa lutte, qui avait apporté dans sa vie la flamme prolétarienne du syndicalisme révolutionnaire, Jean Zy­romski est mort d’amour. Son agonie a duré treize ans.

Représentant et figure de proue d’une génération où tout passait après la cause, Zyromski témoigne aujourd’hui devant nous. Il nous a montré que l’intransigeance et la fidélité aux idées socialistes excluaient le sectarisme. Il nous a communiqué sa haine des « honneurs », des récompenses et des hochets, qu’ils viennent de la bourgeoisie ou même du parti auquel on appartient. Il nous a montré à l’inverse à quel point les militants ont besoin de démocratie, de libre expression, de possibilités de rupture pour pouvoir créer, s’épanouir, faire avancer la révolution.

Si son rêve — refaire le parti ouvrier uni de 1905, créer une France socialiste phare de la révolution européenne, abolir les classes et les castes — n’a pu être réalisé, combien au moins cet homme né au XIXe siècle sut rester intègre et constant, là où tant d’autres ont renoncé et se sont corrompus.

* Il est vrai qu’avant tout, c’était un homme bon et que, sans la bonté, le mot révolution est vide de tout sens. C’est pourquoi nous saluons l’homme, le militant, par-delà tou­tes les divergences qui nous sépa­raient.

Jacques THIBAULT,

Pierre et Françoise BLEIBTREU, ses petits-enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants