Jean Zyromski, et la Bataille Socialiste

Jean Zyromski fut un « leader » de la Gauche du parti Socialiste durant l’entre-deux-guerres. Le rôle-clef qu’il a joué dans la SFIO s’est exercé notamment à travers la « Bataille Socialiste » (l’une des plus importantes tendances de la SFIO). Jean Zyromski a eu la capacité de peser fortement sur la politique du parti concernant en particulier la question des alliances avec le parti radical et le parti communiste, de la guerre et de la lutte contre l’extrême-droite.

A ce titre, la biographie de Zyromski permet de mieux comprendre l’histoire du socialisme dans ces années de cartel des gauches, de Front Populaire et de montée du fascisme.

Intervenants dans ces vidéos :  l’historien Eric Nadaud                                                                                        Témoignage : Lily Bleibreu (fille de Jean Zyromski)                                                                                                Réalisation vidéo : Jeanne Menjoulet


Zyromski dans l’histoire de la SFIO par JeanMaitron


 Tract élections législatives 1924 (Cartel des gauches)

Elections legislatives 11 mai 1924 - tract cartel des gauche page 1

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES DU 11 MAI 1924

3e Secteur de la Seine (5e, 6e, 7r-, 13e, 14e, 15e et 16e arrondissements de Paris)

Unité Socialiste et Ouvrière

Parti Socialiste S.F.I.O. – Union Socialiste Communiste

CITOYENS,

Le 11 Mai prochain, la loi vous met entre les mains, avec le bulletin de vote, le pouvoir de prononcer sur vos propres destinées.

Quel usage allez-vous en faire?

La législature qui finit a consommé la faillite d’une politique — celle de la majorité du 16 Novembre 1919, qui assure à jamais au nom de Bloc National une triste célébrité.

Voulez-vous, sous ce nom ou sous un autre, voir se prolonger ou renaître cette politique?

Alors, fermez les yeux sur ce qu’elle a, chez vous et autour de vous, produit de misères et de dangers. Oubliez que les conséquences d’un traité de paix où sont inclus de fatals germes de guerre ont été aggravées par des entreprises de violence;

Oubliez que l’occupation de la Ruhr, déjà condamnable par elle-même, a été doublement condamnée par la conscience universelle et par la preuve faite de son improductivité, l’encouragement apporté par elle au nationalisme pangermaniste, l’entrave nouvelle qu’elle constitue finalement à l’oeuvre des justes réparations;

Oubliez que sur l’argent sué par vos travaux, on a pris de quoi entretenir des expéditions lointaines, comme si !a grande guerre n’avait pas enlevé à la France assez d’intelligences et de bras;

Oubliez qu’au lieu d’acheminer, par une entente internationale, au désarmement de l’Europe, une nouvelle loi militaire fixe encore à dix-huit mois le service de caserne;

Oubliez qu’on a imposé à la France dans le monde la figure d’un État réactionnaire et impérialiste, qui n’a même pas su, dans l’insuffisante et incomplète Société des Nations, travailler à faire place aux peuples absents;

Oubliez que les intérêts de la Dette publique incompressible dépassent aujourd’hui treize milliards, peur le service desquels il faut, en moyenne, tirer du labeur de chaque habitant plus de 323 francs par an;

Oubliez que la valeur du franc, même remontée par des procédés qui grèvent encore l’avenir, oscille actuellement autour de 50 centimes et qu’ainsi quiconque n’a rien à vendre ou n’est plus en âge ou en état d’augmenter son avoir subit une expropriation de 70 pour cent;

RÉPUBLICAIN, oubliez le retour du cléricalisme, contre lequel on refuse même de défendre l’école laïque, les attentats à la souveraineté nationale que furent le vote du budget biennal et l’abandon des droits du Parlement par l’autorisation des décrets-lois;

OUVRIERS, EMPLOYÉS, oubliez les répressions des grèves, les lois scélérates toujours en vigueur, les poursuites et condamnations contre les syndiques, la dissolution prononcée de votre Confédération générale du travail; oubliez les salaires constamment en retard sur la cherté de la vie, la loi sur les assurances sociales longtemps reculée, et rejetée enfin, par une parodie dérisoire de vote en dernière heure, aux retards d’une future discussion au Sénat et des voyages successifs d’une Chambre à l’autre; oubliez l’entreprise continue contre la journée de huit heures, soi-disant conquise et sans cesse à disputer de nouveau;

FONCTIONNAIRES, oubliez les violations réitérées de votre liberté d’opinion, l’assujettissement où l’on prétend vous tenir vis-à-vis des gouvernants, la négation de votre droit syndical, le refus des indemnités équitables si souvent promises;

INTELLECTUELS, ARTISTES, qui constituez pour la nation l’apport le plus productif de ce qu’or, appelle classe moyenne, oubliez la terrible fluctuation monétaire qui rogne vos moyens d’existence et menace de vous rejeter aux rangs les plus déshérités du prolétariat;

Elections legislatives 11 mai 1924 - tract cartel des gauche p2
Elections legislatives 11 mai 1924 – tract cartel des gauche p2 (Fonds Jean Zyromski, CHS)

CONTRIBUABLES, PETITS COMMERÇANTS  PETITS INDUSTRIELS, oubliez et les renchérissements et les vexations et les faillites que comporte l’absurde taxe sur le chiffre d’affaires et le double-décime ajouté à toutes les contributions existantes, rendant plus lourde encore l’iniquité des impôts indirects de consommation, qui frappent surtout les catégories les plus pauvres et les plus laborieuses;

COMBATTANTS, MUTILES, VEUVES, VICTIMES DE LA GUERRE, oubliez que les droits qu’on vous a reconnus en paroles sont encore à reconnaître en fait, et qu’après tant de belles promesses, vous en êtes encore à en revendiquer, sans l’obtenir, la moindre réalisation;

LOCATAIRES, oubliez qu’en dépit des engagements, on vous a livrés à la rapacité privilégiée qui vous place entre la perspective de l’expulsion ou d’un surcroît de difficultés d’existence;

Oubliez tous qu’en revanche les spéculations illicites ont été épargnées, que les profiteurs de la guerre n’ont nullement rendu gorge, que c’est avec toutes les peines du monde qu’on a consenti à ouvrir les yeux sur le pillage éhonté des fonds de réparations, véritable Panama des régions libérées;

Oubliez qu’accordée largement aux détrousseurs et aux voleurs, l’Amnistie n’a été concédée que lentement, « au compte-gouttes», à un petit nombre, refusée obstinément à beaucoup des condamnés d’une odieuse justice militaire ou des puissances capitalistes, puisqu’elle n’est pas obtenue encore, même sous la forme de la simple réintégration des cheminots.

Mais vous ne pouvez pas, vous ne voulez pas oublier tout cela.

Rendez-vous compte alors que non seulement il faut abattre le Bloc national, mais l’empêcher à jamais de se reformer. L’arbre coupé repousse, si n’en sont pas arrachées les racines.

Réfléchissez donc qu’iniquité des impôts, folle politique d’emprunts, cherté croissante de la vie, encouragements à la réaction, persécutions contre les fonctionnaires, entraves à l’action syndicale, répressions à l’intérieur, conflits à l’extérieur, expéditions coloniales, etc., tout cela n’est que le renouvellement intensifié de ce qui se produisit auparavant, quand le nom de « Bloc » ou ne s’appliquait pas, ou s’appliquait à autre chose.

Vous ne trouverez, pour vous en garantir, chez aucun des partis bourgeois qui se disputent vos suffrages, le moyen d’action dont vous avez besoin. Cela ne veut pas dire que vous confondiez sans raison leurs responsabilités proches ou lointaines ni leurs intentions diversement orientées, selon qu’ils représentent la réaction monarchiste pure ou les divers morceaux du Bloc national de 1919 aujourd’hui séparés, ou les nuances mouvantes d’un radicalisme qui prétend arriver aux fins sans adopter les moyens. Cela veut dire simplement que vous constaterez où est l’élément qui, en fait, assure a l’avenir votre victoire sur le privilège oppressif d’une minorité. Il n’est qu’en vous-mêmes.

Vous reconnaîtrez que c’est la constitution même de la société capitaliste qui crée les chances perpétuelles de guerre entre nations, en même temps qu’elle maintient entre les hommes d’une même nation l’inégalité et l’exploitation.

Vous n’aurez pas de peine à vous convaincre que, pour en finir avec toutes les possibilités de « Bloc national» à nu ou déguisé, ce qui s’impose est, non pas un changement de personnel entre partis conservateurs du système capitaliste, mais un changement de classe à la direction des destinées du pays.

Vous vérifierez que, depuis le traité de Versailles et l’occupation de la Ruhr jusqu’à la taxe sur le chiffre d’affaires, les seuls qui aient, dès le premier jour, fait une opposition nette, sans hésitations ni détours, constamment renforcée, ce sont les représentants du socialisme.

Vous remonterez ainsi à l’antagonisme économique qui domine toutes les distinctions politiques et qui doit donc aussi dominer l’usage fait du suffrage universel par les citoyens «souverains».

Vous vous direz que ceux du moins qui ne sont pas des profiteurs de l’ordre économique qui fait plus que permettre, qui fomente et les guerres de l’homme à l’homme et l’exploitation de l’homme par l’homme, doivent tenir à n’en être pas non plus les complices.

Vous en conclurez qu’autour du prolétariat doivent se grouper tous ceux qui se sentent, dans une société où l’insécurité du lendemain devient de plus en plus la règle, des candidats à la prolétarisation, et que leur accord seul peut féconder la République, en faisant d’elle un outil d’émancipation sociale.

C’est à cet effort de clarté comme de résolution qui nous vous convions. Soit divisé ce qui doit être divisé, uni ce qui doit être uni.

La classe ouvrière, centre de l’action efficace, ne sera forte que si elle refait son unité brisée sur tous les terrains. Nous y voulons travailler, les uns et les autres, et c’est pourquoi nous nous sommes rapprochés, ayant tous en commun le but à poursuivre :

«Entente et action internationales des travailleurs; organisation politique et économique du prolétariat en parti de classe pour la conquête du pouvoir et la socialisation des moyens de production et d’échange, en vue de la transformation de la société capitaliste en une société collectiviste ou communiste».

Elections legislatives 11 mai 1924 - tract cartel des gauche p3
Elections legislatives 11 mai 1924 – tract cartel des gauche p3 – Fonds d’archives Jean Zyromski (CHS)

Il n’a pas tenu à nous que ceux qui se réclament du «Parti Communiste» ne fussent avec nous dans cette union nécessaire. Ils ont repoussé l’invitation que nous leur avions adressée sans conditions.

Aux travailleurs de juger qui veut sincèrement l’unité et qui ne la veut pas.

Nous comptons sur leur bon sens, sur le vôtre à tous, citoyens, sur le sens de vos intérêts, liés à la victoire du prolétariat en travail d’émancipation, pour refuser vos voix à toutes les candidatures qui, à des degrés divers, conservent la condition même de toutes les injustices, la propriété des moyens de production monopolisée aux mains d’un petit nombre, et qui ne voient pas, ou ne veulent pas voir, que parler alors de «progrès social», de «liberté», de «démocratie», c’est se payer de mots sans chercher à réaliser les choses.

Vous ne voudrez pas davantage, quelles que soient leurs paroles, aller à ceux qui prétendent unifier le prolétariat en commençant par diviser systématiquement ses organisations, ou qui oublient, par l’imposition de mots d’ordre extérieurs, que le prolétariat, pour se libérer, doit en tout temps décider de son action et que «l’émancipation des travailleurs ne peut être l’œuvre que des travailleurs eux-mêmes».

Pour cette œuvre, il ne suffit pas de crier Révolution : il faut créer les possibilités de la transformation sociale libératrice, qui est la Révolution même.

Vous y travaillerez, vous tous qui, sous n’importe quelle forme, ne vivez que de votre travail, en vous ralliant autour du drapeau socialiste, en vous joignant à nous et, pour commencer, en donnant vos voix à toute la liste des citoyens dont nous présentons les noms à vos suffrages.

En les lui assurant dans la proportion véritable du nombre que vous comptez dans ce secteur, vous êtes garantis d’avance contre les primes iniques qui ont pu ailleurs fausser la représentation proportionnelle.

Que pas un de vous ne manque à l’action contre le Bloc national, contre la guerre, pour l’Ainnistie, pour l’Unité de la classe ouvrière !

Vive l’Internationale ! Vive le socialisme !

 

BRACKE (Alexandre-Marie Desrousseaux), fils du célèbre chansonnier lillois. Ne à Lille, le 29 septembre 1861, ancien élève de l’École normale supérieure, s’est fait une grande réputation comme helléniste, en même temps qu’il mettait toute sa vie au service de la cause prolétarienne.

Était, lors de l’unité socialiste en 1905, depuis plusieurs années membre du Conseil national du Parti ouvrier français. Appartient, dans le Parti S. F. I.O. à la Commission administrative permanente. Il est membre du Bureau de l’internationale ouvrière socialiste.

Député du XIV » arrondissement de Paris en 1912 et en 1914, du 3ème Secteur de la Seine en 1919, est intervenu dans la plupart des grandes discussions, entre autres, récemment, par un discours sur la question de l’enseignement qui a mérité les éloges unanimes, même des adversaires.

MOURET (JEAN), un des plus anciens adhérents du Parti. Condamné, il y a 3o ans, par la Cour d’assises de la Loire pour avoir lutté contre la militarisation des ouvriers dans les manufactures d’armes.

Réformiste ardent. Convaincu que c’est dans la société capitaliste présente que les travailleurs, sans chefs, doivent, en améliorant leur sort, s’élever et acquérir les qualités indispensables pour prendre en mains l’administration des choses.

S’est occupé, à la Chambre, des questions sociales : loyers, office du logement destiné à commencer le transfert de la propriété privée en propriété sociale, assurances sociales, assurances contre le chômage, pensions, accidents du travail, victimes de la guerre, etc.

DONDICOL (Eugène), né à Bordeaux en 1874 ; militant socialiste depuis 1893. Fonde et prend le secrétariat du Syndicat des Employés de Commerce de la Gironde. Son activité le fait mettre à l’index par le patronat girondin; il part, alors, à Lille où il collabore, comme rédacteur, au Réveil du Nord. Revenu à Bordeaux en 1905, il fut un des plus ardents pionniers de l’Unité socialiste.

Mobilisé en 1914, il est réformé en 1917. Est tour à tour propagandiste et secrétaire de la Fédération des Employés. En 1923, les secrétaires confédéraux étant emprisonnés, il accepte les fonctions de secrétaire provisoire.

Depuis un quart de siècle, le nom de Dondicol est intimement lié à toutes les luttes ouvrières et politiques. Partisan farouche de l’unité organique de la classe ouvrière,

MÉRIC (Victor), né à Marseille, d’une vieille famille républicaine. Militant révolutionnaire dès son jeune âge.

A collaboré longtemps à la Guerre Sociale, aux Hommes du Jour, à l’Humanité, à l’Internationale. Plusieurs fois condamné, en Cour d’assises, pour délit d’opinion, a récolté plus de huit années de prison.

A fait toute la guerre comme simple soldat et en est revenu aussi résolument pacifiste. C’est un de nos meilleurs journalistes et de nos plus ardents polémistes.

Elections legislatives 11 mai 1924 - tract cartel des gauche p4
Elections legislatives 11 mai 1924 – tract cartel des gauche p4 (Fonds Jean Zyromski, CHS)

ZYROMSKI (JEAN), ni à Nevers, le 2o avril 1890. Docteur en droit, rédacteur à l’Hôtel de Ville. Militant et propagandiste de la Fédération de la Seine, membre de la Commission administrative permanente du Parti. Collaborateur à divers journaux et revues socialistes, membre du Conseil syndical de la Section du personnel administratif du Syndicat central des Travailleurs municipaux.

Depuis son retour du front, n’a cessé de lutter pour le développement des organisations socialistes et syndicale.

BOISSERIE (Gaston), avocat à la Cour d’appel de Paris, est né en Dordogne. Il est issu d’une vieille famille de paysans bien connue dans le Périgord pour ses opinions avancées. Depuis son plus jeune âge, il milita dans le Parti socialiste unifié.

Il a fait toute la guerre comme simple sapeur-mineur. II est un des premiers avocats de la Fédération des Locataires et il est suspendu pendant trois mois du Barreau pour avoir défendu trop ardemment les militants cheminots et les communistes de Périgueux. Orateur de talent et de haute culture.

FARINET (ÉMILE), né à Levallois-Perret, le 8 juin 1887. C’est un enfant des faubourgs dont il connaît toute la vie de misère et de souffrance. Apprenti imprimeur, il consacre à l’étude les quelques heures que lui laisse son labeur quotidien. Dès 1902, il adhère au Parti et à son Syndicat.

Pendant plusieurs années, il fut membre de la Commission de contrôle, du Conseil national du Parti socialiste, du Comité Confédéral de la C. G. T., et présentement du Conseil d’administration du journal le Populaire.

Mobilisé dès le début de la guerre, il reste 56 mois dans les unités combattantes et, à sa libération, adhère à l’Association républicaine des Anciens combattants. Placé par la confiance de ses collègues des P.T.T. aux fonctions les plus importantes de sa Fédération syndicale, il se spécialise dans l’étude des questions techniques et de réorganisation administrative de cet important service public. Propagandiste inlassable, il fut candidat du Parti en 1919.

GENDRON (Marcel), né à Paris, dans le quartier de la Santé, a connu toutes les misères de la classe ouvrière. Travaille tout jeune pour subvenir aux besoins des siens.

Ouvrier métallurgiste syndiqué, a participé à l’organisation des soupes communistes pendant la grève des métaux de 1920 : cela lui valut d’être mis à l’index dans sa corporation.

Adhère au Parti communiste en 1920. Secrétaire adjoint de la 14e section en 1921 ; est trésorier depuis 1922 de la 14e section de l’Union socialiste communiste.

OSMIN (Léon), né dans l’Hérault, compte plus d’un quart de siècle de lutte socialiste. Jeune il adhère à l’ancien P.O.F., il en devient rapidement un excellent propagandiste. Groupes et sections sont fondés par lui dans la Seine, l’Aube, la Haute-Marne, l’Yonne. Plusieurs fois candidat. Ancien conseiller d’arrondissement à Romilly-sur-Seine. A collaboré à divers journaux socialistes, actuellement rédacteur au Populaire, secrétaire de la Fédération Socialiste (S.F.I.O. de la Seine).

LAZURICK (Robert), né en ¡896, milita des son adolescence dans les rangs de la classe ouvrière et fut, avant la guerre, l’un des secrétaires adjoints des Jeunesses socialistes. La mobilisation ne suspendit pas son activité et dans l’intervalle de ses permissions, il se mêlait aux controverses ardentes de l’époque. Après la guerre, inscrit comme avocat, il se spécialisa dans la défense des syndiqués. Ses plaidoyers farouches et ses articles énergiques lui ont valu l’hostilité farouche de la réaction.

Un agent de Daudet a même, au Palais de Justice, lâchement et par surprise frappé Lazurick d’un coup de cravache : temps perdu, il continuera.

GRAZIANI (SANSIMON) ingénieur, directeur d’une importante entreprise de travaux publics. Adhérent à l’USTICA (Union syndicale des techniciens du commerce et de l’industrie). Né à Ajaccio (Corse), le 28 mai 1884. Élève à l’École Nationale d’Arts et Métiers d’Aix (1899-1902). Il vient à Paris en 1904, adhère au Parti en 1903 et ne cesse de prendre une part importante à tous ses travaux.

Engagé volontaire en 1914, il rapporte de la guerre, avec la croix de guerre, la médaille militaire, de nombreuses blessures. Il a été candidat du Parti à l’élection municipale de la Sauté, en 1919 et 1923.

TRIMOUILLLE (Henri), né dans le Gard en 1885. Adhère au Parti socialiste en 1909, dès son arrivée à Paris. Employé de commerce, puis comptable a, depuis, milité au Parti politique et dans les organisations ouvrières.

Mobilisé dans la Coloniale, toujours au front, fut ensuite un des premiers militants de l’A.R.A.C.

En 1919, il est candidat aux élections municipales dans le quartier Saint-Lambert : grâce à son activité, le chiffre des voix socialistes est doublé.

Il est un des spécialistes de la question du logement; en cette qualité il prit, à Paris et en province, une grande part à l’action des locataires dont il est un des meilleurs orateurs.

HECKENMEYER (HENRI )j un vieux militant du syndicalisme et du Parti socialiste. Un ouvrier modeste et dévoué, ne refusant jamais son concours pour tout ce qui touche l’amélioration du sort des travailleurs. Ce sont des hommes comme lui, au dévouement éprouvé, qui sont qualifiés pour représenter avec dignité le Parti socialiste à la Chambre. A déjà été candidat sur la liste d’unité socialiste, en 1919.

PAS DE PANACHAGE ! NE BIFFEZ, NE CHANGEZ, N’AJOUTEZ AUCUN NOM !   VOTEZ POUR LA LISTE ENTIÈRE

Établissements Dujardin. 5, tue Jules-Chaplain et 11. passage de la Tour de-Vanves. Paris.


 

Jean Zyromski Années 1920
Jean Zyromski Années 1920

Comme le résume l’historien Eric Nadaud, « Jean Zyromski a occupé de hautes fonctions dans le Parti SFIO, tant à la direction de la Fédération socialiste de la Seine, qu’à la direction nationale du Parti, où il a été membre de la CAP (l’organe administratif central), secrétaire de multiples commissions au Bureau du Parti, directeur de la page sociale du Populaire (le quotidien central du Parti), et délégué de la SFIO auprès de l’Internationale socialiste. Il a ainsi pesé sur les grandes orientations prises par la SFIO sur les questions qui se sont alors posées : question de la guerre, du pouvoir, du fascisme, et des relations avec les partis radical et communiste. Zyromski n’est cependant pas resté toute sa vie à la SFIO. En 1945, il a rejoint le Parti communiste. 

 Zyromski, au sein de la SFIO, n’a pas seulement compté comme leader de tendance. Par son action, il a aussi pesé d’une manière décisive sur le destin du socialisme français. Jusqu’en 1933, il a contribué puissamment à mettre la SFIO à l’abri d’une participation prématurée au pouvoir, ce qui a sans doute favorisé le succès du parti aux élections de 1936, où il a pu apparaître comme une force neuve. Et à partir de 1934 il a été l’un de ceux qui ont déterminé la SFIO à se mobiliser contre le fascisme, à s’entendre avec le Parti communiste, et enfin à se rallier à une politique de fermeté face aux puissances fascistes. Autant d’orientations qui ont laissé une empreinte profonde sur le socialisme français, mais qui ont été très controversées à l’époque, et qui sans Zyromski et sa tendance auraient donc pu être différentes. »


Portrait de Zyromski dans « La vague » (N° de la semaine du 28 mars au 4 avril 1925) :

La VagueLa Vague « Hebdomadaire de combat socialiste et féministe » était un journal fondé par le député socialiste Pierre Brizon, dès janvier 1918. Il y eu 3 séries de la Vague : 1918-1923, 1924-1926 et 1936-1937. Le tirage de ce journal fut très important, une vitesse de croisière de 80.000 exemplaires (1ère série), ayant même dépassé les 100.000 exemplaires.

 

ZYROMSKI vu par La Vague, 1925Les militants informés savent que le Parti socialiste, malgré les motions d’unanimité, est traversé de plusieurs courants. Comme dans tout parti qui se respecte – et qui vit – il y a une tendance de droite, une tendance centriste, et une tendance de gauche.

Jean Zyromski, depuis le congrès de Tours, personnifie la tendance de gauche. Il l’a personnifié, pendant plusieurs mois, à peu près tout seul, et il y eut quelques mérites.

C’est grâce à ses interventions vigoureuses au congrès de la Fédération de la Seine que l’élément marxiste du Parti socialiste doit de n’avoir pas été complètement éliminé. Et si la S.F.I.O. garde encore quelques préoccupations doctrinaires, c’est encore pour une large part à Zyromski <illisible> dû.

Ce dernier est un jeune – ou un demi-jeune – puisqu’il est né en 1890, originaire de Nevers, il est docteur en droit, et rédacteur à l’Hôtel de ville de Paris.

Dès ses premières années d’étudiant, il milite activement pour le socialisme à l’époque où déjà une fraction de la jeunesse intellectuelle subissait l’influence des théories de l’Action française, il comprend vite la nécessité de l’adhésion au Parti socialiste.

Pendant la guerre, fidèle à la pensée, et à l’exemple de ses maîtres Jules Guesde et Bracke qui commirent peut-être là la seule erreur de leur vie, consacrée par ailleurs à servir la cause du socialisme révolutionnaire, il se prononce pour la défense nationale. Il est, pour tout dire, majoritaire, mais à l’encontre de la plupart des majoritaires, il paie de sa personne, et c’est comme soldat d’infanterie qu’il fait la guerre qu’il croit, de très bonne foi, être nécessaire à la sauvegarde de la nation.

ZYROMSKI vu par La Vague, 1925

Il n’oublie du reste pas la valeur de l’action internationale et, dès qu’elle lui apparaît possible et efficace, il se déclare partisan résolu des efforts de la commission hollando-scandinave et de la conférence de Stockholm, si traitreusement torpillée par M.Ribot, avec la complexité de certains dirigeants du parti socialiste d’alors.

Après Tours, Zyromski reste au parti S.F.I.O., mais il met en garde ses camarades contre le retour offensif du revisionnisme? d’autant plus à craindre que l’aile gauche presque toute entière du Parti, par conviction ou par discipline, s’est ralliée à la troisième Internationale.

Propagandiste de la Fédération de la Seine, il se donne tout entier à la tâche ingrate et rude de reconstituer les forces socialistes dans la région parisienne.

Il s’oppose énergiquement à toutes les tentatives de collaboration de classes, ou réformisme sous toutes ses formes qui tendent naturellement à profiter de la crise bolchévique pour reprendre pied dans le Parti.

Membre du conseil fédéral de la Seine, membre de la C.A.P.; il participe à la rédaction de nombreux journaux et revues socialistes. Mais il ne considère pas l’action politique comme suffisante. Placé par sa profession dans un milieu réfractaire à la propagande syndicaliste, il essaie néanmoins de créer une organisation corporative dans le personnel administratif de l’Hôtel de Ville.
Frappé deux fois par un conseil de discipline pour avoir chômé le 1er mai, il continue sans relâche et sans trêve son action.Avec des camarades dévoués, une section syndicale du personnel administratif, rattachée au Syndicat Central des travailleurs municipaux, est constituée. Membre du Conseil Syndical, il s’efforce de faire pénétrer les conceptions syndicalistes parmi les syndiqués municipaux.

Malgré la crise de division actuelle, en marxiste convaincu, il reste un partisan fervent de l’Unité politique et syndicale de la classe ouvrière qu’il considère comme nécessaire et inéluctable.


 

Il est par ailleurs possible d’apercevoir quelques images filmées de Jean Zyromski, en 1938, dans un film du parti communiste, le « magazine populaire » (sur cinearchives.org). Jean Zyromski apparaît à la tribune lors du rassemblement du 14 juillet 1938, aux côtés de Marcel Cachin (1’12 à 1’21)  :

Jean Zyromski - tribune, à côté Marcel Cachin 1938
Jean Zyromski – tribune, à côté Marcel Cachin, 14 juillet 1938, Paris

http://www.cinearchives.org/recherche-avancee-MAGAZINE-POPULAIRE-N_1-424-62-0-1.html

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants