Yvan Craipeau

 Ce texte, écrit par Jean-René Chauvin, est une courte biographie-hommage à Yvan Craipeau, décédé en décembre 2001. Le fonds Jean-René Chauvin, consultable au CHS (Centre d’Histoire Sociale 9 rue Mahler 7504 Paris) comprend de nombreuses lettres, textes et articles d’Yvan Craipeau. Nous  retrouvons Yvan Craipeau sur de nombreuses pages de ce site, que ce soit quand il est question de l’action clandestine durant l’occupation, des trotskistes après-guerre, des élections de 1958, etc.  Nous pouvons entendre sa voix en bas de cette page, dans une émission consacrée à la jeunesse trotskiste d’André Essel, futur co-fondateur de la Fnac.


 Salut Yvan

Mohammed Harbi, ancien membre de la direction du FLN algérien, pris par un engament antérieur me prie de l’excuser, de même Fred Zeller, qui habite la province, et qui s’associent l’un et l’autre à l’hommage à notre camarade Yvan Craipeau

Chers camarades.

A Saint-Palais en 1934. De gauche à droite : Rudolf Klement, Léon Trotsky, Yvan Craipeau, Jeanne Martin des Pallières, Sara Jacob,devant Jean Van Heijnoort –

 Honorer Yvan Craipeau ne peut être qu’un acte politique, tant il aura été l’exemple d’une vie militante pleine de sacrifices, de courage physique autant qu’intellectuel.

Il fallait une certaine audace au jeune homme de 22 ans, en 1933, alors qu’il faisait office de garde du corps de Trotsky, pour lui contester son analyse de l’Union soviétique. Il fut en effet le premier à affirmer que l’URSS n’était plus un Etat ouvrier bureaucratiquement dégénéré, mais un capitalisme d’Etat. Ceci nous montre qu’Yvan ne fut jamais ni un domestique ni l’homme d’une secte. Une de ses caractéristique fut d’avoir toujours tenter d’unir ou de rassembler les révolutionnaires.

En 1939, quand la Gauche révolutionnaire animée par Marceau Pivert, fut exclue de la SFIO, et constitua le PSOP. Yvan fut un des premiers avec Roland Filiâtre, Jean Rous, Henri Kunstlinger, André Essel et cette fois en accord avec Trotsky, à préconiser l’entrée du Parti Ouvrier Internationaliste dans le PSOP fort d’environ six mille membres. A peine avions nous conquis près de la moitié du PSOP à nos positions que le pacte Hitler Staline déclenchait la guerre et nous contraignait à la clandestinité.

Salut Yvan

Toute la période qui va de la guerre d’Espagne à la fin de la deuxième guerre mondial fut particulièrement éprouvante et dramatique pour les militants trotskystes. Il furent, avec les anarchistes, les seuls à être à la fois victimes de la terreur nazie et de la terreur stalinienne. Cette dernière se déclencha en URSS avec les procès de Moscou, s’étendit en Espagne républicaine, où le POUM, bien que non officiellement trotskyste, fut décimé à la fois par les franquistes dans la zone qu’ils contrôlaient, et par les services du GPU dans le camp républicain. Ses deux principaux dirigeants, l’un Joaquim Maurin fut emprisonné dans le camp franquiste, l’autre Andreu Nin. sauvagement assassiné par la Guépéou dans le camp républicain.

En France, les trotskystes entrés dans PSOP furent arrêtés et poursuivis pour provocation de militaires à la désobéissance. Schmidt, Rigaudias, Marcel Baufrère, Blouschstein, moi-même et Boussel qui n’était pas encore Lambert. Ce n’était qu’un hors d’œuvre, le danger devint mortel sous l’occupation nazie. Pendant la nuit de l’occupation Yvan fut un des principaux dirigeants de l’organisation avec Marcel Hic, David Rousset, Marcel Gibelin, Emile Guikovaty. Je pourrai citer des dizaines de camarades, garçons et filles de 20 à 30 ans à l’époque, que la plupart du temps nous avions recrutés dans les « Auberges de la Jeunesse », qui furent arrêtés et dont quelques uns seulement revinrent. Deux de nos camarades, Marc Bourhis et Pierre Gueguin furent fusillés comme otages à Châteaubriant. Qui plus est, quatre de nos camarades, Pietro Tresso, Abraham Sadek, Maurice Segal et Jean Reboul, condamnés à des années de prison par un tribunal de Vichy puis libérés de la prison du Puy-en-Velay par un maquis stalinien furent assassinés par ce dernier pour le seul fait d’être trotskystes. A notre retour des camps nazis nous devions constater que notre parti était toujours interdit par le gouvernement du général de Gaulle. Il fallut notre protestation pour obtenir la légalisation de la Vérité, qui avait été publiée clandestinement tout au long de l’occupation .

Le POl devenu PCI à peine légalisé certains d’entre nous furent poursuivis en raison de leur soutien aux lutte d’indépendance des peuples colonisés. Vietnamien et Algérien en particulier. Et puisque j’évoque la guerre du Vietnam je rappelle que nos camarades Ta thu Thâu, Trân vân Thâch et d’autres qui avaient connu le bagne de Poulo Condor sous la domination française furent par la suite assassinés par les staliniens du Viet Minh.

Partout des militants trotskystes, hommes et femmes, payèrent de leur liberté et souvent de leur vie, leur fidélité à leur engagement. Yvan était de ces justes du XXe siècle, il en était même un des principaux animateurs, que ce soit au POI, puis au PCI et plus tard au PSU. Car ce fut une caractéristique constante chez lui, il chercha toujours à unifier nos forces militantes : le POI. avec le CCI et le groupe « Octobre » dans la clandestinité, la Nouvelle Gauche et le Mouvement de Libération du Peuple pour former l’Union de la Gauche Socialiste, dans les années cinquante, enfin cette dernière avec le Parti Socialiste Autonome pour fonder le Parti Socialiste Unifie. Partout c’était le même esprit d’ouverture, la même volonté qui l’animaient.

Le meilleur hommage que nous puissions rendre à un révolutionnaire qui disparaît c’est de pour­suivre sa lutte.

Et puisque vous êtes ici réunis, militants du Parti des Travailleurs, de la Ligue Communiste Révolutionnaire, de Lutte Ouvrière, de l’Alternative Rouge et Verte, des Amis de Tribune Socialiste, des syndicats SUD, j’estime de mon devoir de vous alerter contre l’éparpillement auquel vous vous laissez aller à la veille d’une bataille qui, certes n’est qu’électorale, mais qui n’en n’aura pas moins des conséquences non négligeables sur les prochaines luttes sociales. J’appartiens, comme quelques camarades ici, à une génération qui a vécu, la victoire électorale du Front populaire en 1936. Le programme du Front populaire n’avait rien de révolutionnaire. Il ne comportait même pas de revendications aussi élémentaires que l’institution des délégués du personnel, les congés payés, les 40 heures hebdomadaires, et la généralisation des contrats collectifs. Mais l’euphorie de la victoire électorale provoqua un tel sentiment de confiance en leur force collective chez les salariés qu’une vague de grèves avec occupation, obligea le patronat à céder sur toute la ligne.

Aujourd’hui, derrière l’étiquette République se dissimule – à peine- un régime bonapartiste plébiscitaire qui exige un changement de constitution. Par ailleurs, le taux de syndicalisation atteint tout juste 5% des salariés dans le privé. La multiplication des officines de travail temporaire et la pratique de contrats individuels à durée déterminée isole le travailleur face à l’employeur. Nous sommes revenus dans ce domaine à plus d’un siècle en arrière.

La politique dite de cohabitation ne cesse brader le secteur public. Face à une telle situation pensez-vous qu’il suffise de brandir chacun son petit fanion? Si vous laissez les choses en l’état, l’extrême gauche, sera laminée.

Il est encore temps de se ressaisir. Un succès électoral ne renversera pas le régime. Mais il peut être un tremplin pour une lutte sociale comme il l’a été en juin 1936. C’est pourquoi la prochaine bataille électorale des présidentielles ne saurait être négligée par les révolutionnaires. Une alliance de l’ensemble des forces de l’extrême gauche, tout en respectant la spécificité de chaque organisation, relativisera la prépondérance réformiste au sein de ce qu’on appelle la gauche plurielle, elle renforcera chacune de nos organisations et créera un rapport de forces qui aura ses prolongements dans les luttes sociales. C’est la raison pour laquelle je vous propose une rencontre, le plus tôt possible, soit au siège de l’Alternative Rouge et Verte, 40 rue de Malte, si vous en êtes d’accord, pour tenter d’examiner les possibilités d’une candidature unique sur un programme socialiste sans équivoque. A vous de communiquer mes propositions aux camarades de vos organisations, lâchons ensemble de débloquer l’immobilisme de la pensée et de sortir des routines qui nous paralysent.

Telle serait, à mon avis, la meilleure façon de rendre hommage à ce militant indomptable que fut notre camarade Yvan Craipeau.

Jean-René Chauvin, décembre 2001


Les apparitions audio ou vidéo d’Yvan Craipeau furent rares…

Extrait d’un enregistrement radio (France Culture semble-t-il) de 1991 consacré à André Essel mais dans lequel on entend témoigner, à plusieurs reprises Yvan Craipeau (le récit de l’ancien patron de la Fnac est par ailleurs en lui-même intéressant).

En résumé : André ESSEL, né en 1918, entre aux Jeunesses socialistes après le 6 février 1934, il raconte ces premières années et sa « conversion » au trotskisme après que Yvan Craipeau lui ait prêté quelques livres… (à cette époque, les trotskistes militaient au sein de la SFIO). André Essel multiplie ensuite des petits boulots, puis, au chômage, il devient permanent (« secrétaire administratif ») de son organisation pour la région parisienne, pendant 3 mois. Puis entre dans une usine d’armement, dont il est « viré » pour fait de grève en avril 1938, puis chez Talbot qu’il quittera à nouveau pour fait de grève…

C’est durant cette période qu’explosent les mouvements de jeunesse : scoutisme, JOC, Jeunesses étudiantes… Les Auberges de jeunesse sont le seul mouvement mixte. André Essel en décrit l’ambiance, le rôle des chansons. Il se remémore notamment que sa soeur aîné faisait chanter ses frères et soeurs à l’Auberge de Limoges, et pense que plus tard, déportée à Ravensbrück, elle sera sauvée, en quelque sorte, par le chant (elle avait monté une chorale à Ravensbrück, et comptait par exemple, parmi ses choristes Geneviève De Gaulle, la nièce du Général..). André Essel décrit aussi la chorale de Pierre Jamet, décimée peu après par la déportation…  Témoignage de Pierre Jamet, « père aubergiste » dans une auberge du Jura, durant l’hivers qui précède la guerre, où il dirige un groupe de chanteurs et danseurs amateurs.

Lors de la défaite de juin 1940, Essel se retrouve militaire non démobilisé à Limoges pour un an. Il adhère aux Auberge de Jeunesse pour entrer en contact avec d’autres jeunes et pour mener une activité politique à l’intérieur du mouvement. Durant les premières années de guerre, les Auberges de jeunesse représentaient une couverture pour les communistes et trotskistes. Récit.

Au lendemain de la guerre, André Essel (dont le pseudonyme est Dunoyer) prend des responsabilités aux Jeunesses Socialistes, il s’occupe du journal, de la presse et de la propagande, de l’hebdo qui s’appelait « Jeunesse » et qui est devenu par la site « le drapeau rouge » (témoignage d’Emile Copfermann).   puis l’action militante des années 50 est mentionné très succinctement, mention du R.D.R., du C.A.G.I… 

Yvan Craipeau,  retrace sa rencontre avec André ESSEL et dresse son portrait. Cet extrait radio prend fin avec le récit de la naissance de la FNAC.


Concernant le récit relatif aux Auberges de Jeunesses, signalons le superbe portfolio accessible sur le site de Mediapart, proposant des photos de Pierre Jamet. Vous y retrouverez aussi, sur l’une de ces photographies, Lili Bleibtreu (Bunle) dont il est question sur ce site.

En lien avec ces photos de Pierre Jamet, vous retrouverez aussi Jean-René Chauvin, abondamment présent sur ce site, cité dans un article des carnets libres d’Edwy Plenel .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants