Traits d’union générationnels

Mai 68 Jacques Bleibtreu - Dany Cohn-Bendit
Mai 68 Jacques Bleibtreu – Dany Cohn-Bendit

Mai 68 Jacques Bleibtreu - Dany Cohn-Bendit

 

Un article de Jacques Bleibtreu, l’Ecole Emancipée du 23 février 1999 (fonds Jean-René Chauvin, CHS)

“Le bonheur est une idée neuve en Europe”. Saint Just

Maurice Najman, pas un saint, un héros !

Maurice Najman est mort jeune, élégant et courageux. Il était mon ami, mais surtout, même si vous ne le connaissiez pas, il était le vôtre… L’Ecole Emancipée, le mouvement social et surtout, ceux qui les font, perdent un camarade, un ami, un frère, un héros et un héraut.

Maurice était juif, incontournablement, résolument définitivement juif, et athée sans le moindre trouble. Maurice était antisioniste, sans l’ombre de l’esquisse d’une complicité avec la secte infâme des négateurs.

Maurice était l’ami du monde. Pas le journal, le vrai. Il était aimé des prolétaires, des poblaciones du Chili, comme il était aimé par Coluche ou le sous-com­mandant Marcos, par les femmes féministes comme par les machos ou les pédés.

A quoi tient donc cette immense tendresse qui jaillit de nos coeurs pour ce garçon ; d’où nous vient ce senti­ment indéracinable que même la mort ne nous séparera pas ? Maurice était chiant, jamais à l’heure, jamais content mais doux aux copains, intelligent à tout va.

Dire qu’il méprisait l’argent est peu dire, il la haïssait, mais s’il l’avait voulu, à côté de lui Soros aurait eu l’air d’un boursicoteur. Hélas, il ne buvait pas, ou fort peu, radical qu’il était, il ne supportait guère l’à peu près de nos suicides quotidiens.

Car notre génération hebdomadairement insultée, quotidiennement diffamée  horairement décriée restera dans la mémoire du peuple comme celle qui n’avait pas peur, la première depuis la commune. Maurice était un communard. Qu’il ait littéralement inventé les comités d’action lycéens en 1968, ne lui a pas servi, comme a tant d’autres de marche pied vers la classe des importants.

Avec lui en 1968 et 1969 nous fîmes un journal – celui dont je reste le plus fier – que nous avions baptisé « Barricades ».Réalisez les jeunes adultes et vieux enfants, et derrière le jargon d’époque vous sentirez brûlant le souffle de la révolution permanente, le souffle de la vraie vie, celle qui est libre.

Radical, il l’était et doux, sa rage indéracinable contre la folie ordinaire du marché ne lui interdisait nullement d’écouter et de comprendre même si la plupart du temps, il préférait expli­quer et convaincre.

Nous survivons tous, fantômes aux crânes troués, car l’histoire n’a pas encore commencé. Mais nous vivons, parfois, quand la révolution immortelle nous embrasse (nous baise). Et parfois nous lui faisons des enfants de lumière, tel était Maurice.

Jacques Thibault BLEIBTREU


Zyromski Bleibtreu traits d’union familiaux et… par JeanMaitron

Ce témoignage de Lily Bleibtreu, fille de Jean Zyromski, est axé sur les traits d’union militants et familiaux qui unissaient les parcours de Jean Zyromski, sa fille Lily (trotskisme, syndicalisme Ecole Emancipé), son gendre Marcel Bleibtreu (trotskisme) et son petit-fils Jacques Bleibtreu (mai 68, puis syndicalisme). Le trait d’union avec le père de Jean Zyromski, Ernest Zyromski, un professeur de faculté dreyfusard et catholique, apparaît aussi. Bracke, un des dirigeants socialistes les plus marquants de la période, était ami d’Ernest Zyromski, et devint le mentor de Jean Zyromski

 La mère de Lily Bleibtreu était la femme d’un soldat porté disparu durant la Grande Guerre (comme 350.000 de ses congénères). La loi contraignait alors toutes ces veuves à rester 10 ans sans pouvoir se remarier… Mais elle rencontra, sur son lieu de travail, Jean Zyromski (avant la naissance de Lily, sa seconde fille), avec qui elle emménagea, et qui considéra ses 2 filles comme les siennes également.

Brillant au lycée, sportif, Zyromski fit des études de droit à Toulouse, où il fut marqué par la visite et le discours de Jaurès…. Il étudia alors le marxisme, ce qui l’éloigna de sa famille, son père ne lui pardonna jamais l’abandon de la religion.

Lily Bleibtreu se remémore aussi dans cette vidéo les vacances d’été, qui représentaient un havre de paix… Les Zyromski s’étaient fait construire une modeste maison de vacances dans un endroit peu fréquenté où se retrouvaient les participants à la rédaction de la Bataille Socialiste, ainsi que des figures de la SFIO comme Léo Lagrange ou le journaliste politique Louis Lévy.

Sur le plan politique, le parcours de Lily Bleibtreu émergea dans le cadre idéologique de son père (faucons rouges…) puis évolua, dans un premier temps,  vers le trotskisme (nous la retrouvons par exemple, en 1946, dans la même cellule du PCI que Michel Lequenne, qui mentionne son expertise du marxisme…). En 1946, Lily épouse Marcel Bleibtreu qui était à cette époque le secrétaire politique du PCI (l’organisation trotskiste unifiée de l’époque). A propos de traits-d’union familiaux, notons que la soeur de Marcel Bleibtreu était la  galeriste pionnière de l’abstraction Denise René.

Après avoir marqué le milieux militant des auberges de jeunesse, Lily Bleibtreu devient ensuite une figure de l’Ecole Emancipée (syndicalisme enseignant). Son fils Jacques Bleibtreu fut aussi un militant (disparu en 2006). Il avait été, notamment, en mai 1968, un des fondateurs du Mouvement d’action universitaire, issu du courant de la gauche radicale de l’UNEF.

L’enregistrement de cette vidéo a été réalisé à l’occasion d’une journée d’étude au Centre d’Histoire Sociale, 9 rue Mahler 75004 Paris, le 16 juin 2012. Journée consacrée notamment au fonds d’archives de Jean Zyromski, conservé et consultable au CHS (don de Lily Bleibtreu). 


Le Maitron, dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, comprend une notice consacrée à Lily Bleibtreu, écrite par Claude Pennetier, dont voici quelques extraits :

Jean Zyromski , Lili Bleibtreu, et sa fille FrançoiseSi la vie de Lily Bleibtreu fut marquée par la présence « paternelle » de Jean Zyromski de sa naissance à la mort de celui-ci en 1975, elle n’était pas sa fille légitime mais fut élevée comme telle. Sa mère, née Marcelle Coquegniot, veuve de guerre [ou plus exactement femme d’un journaliste disparu pendant la bataille de la Marne donc empêchée légalement de mariage pendant dix ans], rédactrice à l’hôtel de ville de Paris, enceinte d’un de ses collègues à la Ville de Paris, un expert-comptable (Bunle), avait rompu en réalisant son peu de fiabilité et avait noué une relation avec un autre rédacteur, le militant socialiste Jean Zyromski déterminé à reconnaître l’enfant et à se marier avec elle. . Elle avait une demi-sœur du premier mariage de sa mère, Raymonde Vaysset qui épousera Léon Boutbien. (…)
Lily Bunle vécut place Jussieu puis dans une HBM de la porte d’Orléans. Elle fréquenta l’EPS Sophie Germain, passa le concours de l’École normale (… ). Elle se rendit à Rennes et entra en classe préparatoire mathélem. À la première occasion, elle revint à Paris et refusa de suivre Zyromski et sa mère dans le Lot-et-Garonne. À Paris, elle participa à la vie clandestine des organisations trotskystes.
Dès l’âge de quatorze ans, membre active des Faucons rouges, elle avait participé à un séjour de deux semaines en Belgique, puis à des activités d’agit-prop dans la région de Dieppe. Elle se consacra ensuite à la vie d’une Auberge de jeunesse très active à Villeneuve-sur-Auvers (Seine-et-Oise, Essonne), fit un camp à Collioure et rencontra pour la première fois, à Avignon, Marcel Bleibtreu avec sa petite amie du moment, le modèle Dina Vierny. Amélie connaissait depuis longtemps, dans le cadre des Faucons rouges, son frère René Bleibtreu. Elle devint l’amie de Marcel Bleibtreu dont elle partagea l’engagement politique pendant la guerre et à la Libération, dans le cadre du mouvement trotskyste.
Après diverses activités salariales, elle choisit d’être institutrice puis professeur de collège. Syndicaliste du SNI, son militantisme à l’École émancipée se ralentit lorsque le courant lambertiste domina la tendance dans la région parisienne. Elle y revint très activement dans l’après 1968, après la mise à l’écart des lambertistes. Avec Joseph Volovitch dit Volo, elle fut une militante syndicaliste active et l’animatrice du local de l’École émancipée 8 impasse Crozatier, Paris XII, lieu de réunions et de débats. Elle contribua à y fonder la librairie coopérative EDMP (Édition et diffusion de matériel pédagogique).
(…)
Lily Bleibtreu fit don des archives de Jean Zyromski au Centre d’histoire sociale du XXe siècle.


Pour clore cette page, signalons le superbe portfolio accessible sur le site de Mediapart, proposant des photos de Pierre Jamet, photographe des Auberges de Jeunesse. Vous y retrouverez, sur l’une de ces photographies, Lili Bleibtreu (Bunle) qui étaient aussi une figure de ces auberges de jeunesse..

En lien avec ces photos de Pierre Jamet, vous retrouverez aussi Jean-René Chauvin, abondamment présent sur ce site, cité dans un article des carnets libres d’Edwy Plenel .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants