Archives par mot-clé : Résistance

“French helpers”

Plusieurs post/archives sur ce carnet Hypothèses évoquent la résistance de Francine Sébastien, et de sa mère, qui hébergèrent des parachutistes américains durant la seconde guerre mondiale, et subirent suite à cela la répression féroce de l’occupant nazi (emprisonnement, torture, camp de concentration).

Le dossier de Jeanne et Francine Sebastien (déclassifié des archives militaires, donc librement accessible) est conservé aux archives américaines, College Park, Maryland .

Archives nationales américaines – NARA National Archives and Records Administration Photo licence creative commons Justgrimes

Ces archives sont notamment constituées de dépositions et de documents que les “french helpers” (pour reprendre le terme américain) ont fourni en 1945 aux autorités américaines en vue de toucher une (modeste) compensation financière pour avoir aidé ces aviateurs américains à se cacher des allemands sur le territoire français et à regagner les territoires alliés.

Les archives de ces “helpers” de parachutistes et d’aviateurs dont les avions ont été abattus au-dessus du territoire français permettent de connaître des éléments biographiques concernant ces milliers de résistant-e-s anonymes.

Un mémorial en Bretagne (Ploubazlanec, Loguivy-de-la-mer) commémorant l’équipage d’un avion américain abattu, Le ou les survivants ont bénéficié de l’aide d’habitants locaux (pêcheurs). Mais comme ce crash s’est produit à la Libération (25 août 1944) , il n’était sans doute plus besoin de “french helpers” dans ce cas précis.

M. Jean-Michel DOZIER,  directeur d’école honoraire (dans le Nord de la France, agglomération Lilloise) poursuit, en cette année 2020, comme il dit, “de modestes recherches” (en fait, de conséquentes recherches) sur les “French Helpers“. Il a travaillé sur le réseau MARIE-ODILE (auquel appartenait Francine et Jeanne Sébastien). Son site apporte une documentation très riche, des récits, des archives, des parcours d’évasion d’aviateurs américains . C’est un beau site, à découvrir, vraiment (les pages sur fond noir se lisent en ligne sans trop s’abimer les yeux…).

Jean-Michel Dozier consacre des pages entières de son site à des parcours d’évasion, à des parcours de personnages, “French helpers”, aviateurs américains…
“French Helpers” http://frenchhelpers.fr/MondeWWII/WWII_1.htm
A propos des “evaders” ou “escapers” : http://frenchhelpers.fr/MondeWWII/WWII_2.htm
Les “Helpers” en France : http://frenchhelpers.fr/MondeWWII/HelpersDepartements.htm
Les dossiers de Résistants au SHD de Vincennes : http://frenchhelpers.fr/MondeWWII/SHDVincennes.htm

Nous vous invitons à consulter par exemple cette page, où l’on découvre le lieutenant-colonel Montgomery, dont l’avion fut abattu en 1944. En parcours croisé, Thérèse Bonney , reporter de guerre américaine, dont une lettre adressée à Montgomery vise à lui monter les risques que couraient les “french helpers” : http://frenchhelpers.fr/MondeWWII/Therese_Bonney.htm

ou bien cette autre page :
Lucy Hollingdale : http://frenchhelpers.fr/MondeWWII/LucyHollingdale.htm

Le projet dans lequel s’est lancé Jean-Michel Dozier est complexe à résumer, et selon ses dire, “un peu fou” :
D’un côté :

~ 47 000 Helpers (22 000 Français, 17 000 Belges, 9 500 Hollandais)

De l’autre : 
~ 9 500 évadés ou échappés 

Et au milieu : des hommes et des femmes organisés ou non en filières d’évasion. 

En ce moment, Jean-Michel Dozier travaille sur une affaire, l’affaire NORGAN (une page à venir sur son site, qui sera assez longue). M. Dozier s’est attelé à la traduction de dizaines de documents des archives Nationales du Royaume-Unis (KEW, Londres). Il parlera du procès qui s’est déroulé à Bruges en Belgique en 1948. Procès à l’issu duquel  NORGAN a été condamné par une cour martiale militaire belge à la prison à vie (Il sera libéré en 1951).  M. Dozier va livrer tous les témoignages des déportés liés à cette affaire, qui sont rentrés.

La déposition d’une jeune résistante de 17 ans (1945)

Cette déposition a été écrite en août 1945 par Francine Sébastien, dont la biographie est retranscrite dans une autre page de ce carnet , déposition faite auprès des services américains en France,

Les services américains ont effet versé en 1945 une petite somme à certains résistants (de France ou d’autres pays d’Europe), qui avaient (notamment) aidé des aviateurs américains. Pour cela, il fallait faire une déposition et constituer un dossier. Le montant de ce dédommagement a été ainsi de un peu plus de 2500 euros (en valeurs d’aujourd’hui) pour Francine, et de moins de 5000 euros pour sa mère.

Dans cette déposition, la jeune Francine ( née le 23/02/1926, elle avait 17 ans en 1943) résume (deux ans plus tard) son parcours de jeune résistante avant sa capture par la Gestapo.

Elle a pu être retranscrite sur cette page grâce aux documents que nous a transmis Barbara Wojcik, nièce de l’un des aviateurs ( James Wilschke) cachés/abrités par Francine Sebastien, lycéenne, et sa mère, Jeanne Sebastien, directrice d’école .

Nous remercions Barbara Wojcik de nous avoir transmis ces documents trouvés par elle aux Archives Nationales des Etats-Unis. Ces archives sont aujourd’hui déclassifiées et sont conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland).   Les autres documents relatifs au réseau de résistance MARIE-ODILE ou aux aviateurs sont accessibles ici.


COPY 

  REPORT SENT IN BY Mlle FRANCINE SEBASTIEN                       

7 August 1945

En juin 1943, un avion anglais de type Lancaster  était abattu par un chasseur Allemand, au-dessus d’Ingrandes (Maine & Loire) en revenant de mouiller des mines dans le sud de la france. Deux des aviateurs réussir à sauter en parachute : c’était le sergent F. SCOTT et le sergent A. SHEPPARD. Ils furent cachés pendant quelques jours par de jeunes garçons du pays. Les patrouilles Allemandes devenant fort nombreuses, les jeunes gens vinrent à Nantes chez Madame DELAVIGNE (qui avait déjà caché un officier aviateur Anglais en 1941) en lui demandant où ils pourraient mettre les aviateurs en sécurité. Madame DELAVIGNE qui venait de subir un emprisonnement de plusieurs mois, à la prison allemande de BORDEAUX, alla trouver la famille BARREAUD. Mais la maison de cette famille étant un centre de maquisards, d’agents de renseignements, Madame et Mademoiselle BARREAUD vinrent trouver ma mère en lui demandant si elle voulait bien cacher des aviateurs alliés.

Ma mère ayant accepté, on nous donna les indications pour nous mettre en rapport avec les jeunes gens d’INGRANDES, et les jours suivants, j’attendais la voiture convenue sur une petite place avoisinante. J’emmenais les deux aviateurs dans la maison de ma tante, Mademoiselle BENOISTON. Ils y restèrent trois jours. J’allais chaque jour les ravitailler, Madame BARREAU vint alors nous prévenir que selon ses renseignements il était préférable que les aviateurs quittent Nantes, les recherches Allemandes étant très actives à ce moment. Un de nos camarades, Noël BREDOU vint alors les chercher chez nous et les emmena dans sa propre voiture, à son domicile à GUENROUIT, le lieu n’étant pas encore trop sur, il les ramena à l’Hermitage par CANYBOU chez Monsieur DOLIVET. < erreur de frappe : En 1943 , Louis DOLIVET demeurait à CAMPBON ( 44750 ) et non à CANYBOU> .

                Madame BARREAUD me mit en rapport avec Monsieur COINDEAU (agent de l’Intelligence service) pour que je lui donne les renseignements concernant les aviateurs. Le réseau « MARIE ODILE » fut joint, et Madame BARREAUD décida Monsieur Abel Blary à venir chercher les aviateurs. Ceux-ci furent ramenés à NANTES chez ma mère. Pendant ce temps, les jeunes gens d’Ingrandes me téléphonaient en me faisant comprendre qu’un troisième aviateur Anglais était également caché à CONDE (Maine & Loire) chez un percepteur. Avec mon camarade Noël BREDOUX, je partis alors à CONDE, et après mille difficultés nous réussimes à emmener l’aviateur, le sergent James SPARKES. Arrivés à Nantes, nous l’emmenions d’abord chez Madame CUSSONNEAU, la sœur de Noël BREDOUX. Il y resta une journée, et de là, je l’emmenais avec Noël BREDOUX chez mon camarade JEAN CHAUVIN <erreur de frappe/orthographe du nom, il s’agit de Jean CHANVRIN>. (qui devait plus tard nous dénoncer tous). Là, il resta plusieurs jours, il vint une fois chez ma mère afin de rencontrer les deux autres aviateurs . le départ fut décidé et Monsieur Abel BLARY vint les chercher tous les trois à la maison. Après les avoir conduit tous les trois jusqu’à la voiture, cachée sur une place avoisinante, je leur fis mes adieux.

Monsieur BLARY les emmena à POITIERS, chez « MARIE ODILE » d’où ils parvinrent à gagner l’Espagne.

Page 2

Un peu plus tard, en Juillet 1943, mon camarade Noël BREDOUX vint demander à ma mère et à moi-même si nous voulions cacher des aviateurs Américains tombés en Bretagne. Ayant accepté, il partit les chercher dans sa voiture et nous les ramena le soir. C’était le Lieutenant J. WlLSCHKE et le >ergent Robert 0’NEIL. Madame BARREAUD se sentant déjà surveillée ne put rappeller Monsieur BLARY. Nous devions donc nous arranger par nos propres moyens, Madame BARREAUD nous avertit qu’il était plus prudent de les faire changer de maison et je les conduisis alors, à tour de role, l’un, chez mon amie Madame GUYONVARCH ( qui en 1941 avait dejà caché un aviateur Anglais {A. MacMILLAND} et l1 autre chez Jean CHAUVIN <son nom est écrit CHANVRIN dans d’autres documents des archives américaines>. Il était très difficile de joindre les organisations de résistance car la police Allemande avait fait déjà de nombreux ravages dans nos rangs, mais ma mère et moi-même nous parvinrent enfin à contacter le groupe des Hussards de la Liberté, avec Monsieur VAIRE (inspecteur de Police). Je décidais avec lui du jour ou il pourrait venir chercher les aviateurs. Au jour vonvenu avec Madame GUYONVARCH, qui amena J. WILSCHKE, jfallais chez CHAUVIN où jattendis l’heure convenue avec Monsieur VAIRE, Monsieur VAIRE vint avec Monsieur SAULAIS les prendre, et ils les enmenèrent de là à GUEMENEE PENFAO, chez Madame et Monsieur DUPONT qui les gardèrent plusieurs jours.

Mais pendant le transfert de NANTES à GUEMENEE PENFAO, la voiture où se trouvaient les deux aviateurs, Monsieur VAIRE, Monsieur SAULAIS et je crois Madame WILKINSON ou ALEXANDRE fut arrêtée par la police Allemande. Monsieur VAIRE montrant sa carte d’inspecteur de Police, répondit avec habileté aux gendarmes Allemands, que les doux hommes (les aviateurs) étaient des. réfractaires, des maquisards, et qu’ils les emmenaient à REDON pour les faire arrêter. Les Allemands le crurent et laissèrent partir la voiture.

Mais ils téléphonèrent plus tard à la Kommandantur de REDON qui leur répondant qu’aucun maquisard n’avait eté amené, alors, ils se rendirent compte qu’ils avaient eté joués, et leurs recherches commencèrent alors. Ils réussirent à arrêter Monsieur VAIRE, Monsieur SAULAIS, Madame et Monsieur DUPONT en Septembre.

De notre côté Jean CHAUVIN <ou CHANVRIN ?> qui était un traitre, nous dénonça aux Alle­mands, qui arrêtèrent Madame BARREAUD, son mari, et sa fille, puis Madame GUYONVARCH, Madame CUSSONNEAU, son frère Noël BREDOUX et enfin ma mère et moi-même et Monsieur DOLIVET et Madame DELAVIGNE. L’arrestation fut pour tous le 21 Septembre 1943, sauf pour Noël BREDOUX et moi-même qui n’étant pas à NANTES furent pris plus tard.

  ARESTATIONS :

Madame DELAVIGNE, Monsieur DELAVIGNE,
6, boulevard Amiral Courbet, NANTES
Arrêtés et déportés en Allemagne. Madame DELAVIGNE est rentrée de RAVENSBRUCK mais Monsieur DELAVIGNE est mort en captivité

Monsieur DOLIVET – L’Hermitage, Domyton
Arrêté et apporte-en Allemagne.
N’est pas rentré, est probablement mort. Il laisse sa femme et deux enfants sans grande ressource.

Madame BARREAUD, Monsieur BARREAUD, Jacqueline BARREAUD
5, rue Renan, NANTES
Arrêtés et déportés en Allemagne. Tous rentrés

Noel BREDOUX – à GUENROUET {Loire Inférieure)
Déporté à Buchenwald
Rentré en mauvais état de sante

Claire CUSSONNEAU – NANTES
Arrêtée et libérée après six mois de camp à COMPIEGNE
Mauvais état de santé

Rolande GUYONVARCH – 39 Avenue de la Solidarité, NANTES
Arrêtée et déportée en Allemagne. Rentrée en mauvais état de santé. Impossible de travailler.

Madame DUPONT Monsieur DUPONT Facteur à GUEMEN PENFAO
Arrêtés et déportés en Allemagne. Sont tous les deux rentrés.

Pierre SAULAIS – 11 rue de Belleville, NANTES
Arrêté et évadé pendant le transfert en Allemagne.

Jean VAIRE – 9 Avenue d’lena, NANTES
Arrête et déporté, condamné à mort a PARIS par tribunal de guerre allemand en Février 1944. Est rentré d’Allemagne.

Jeanne SEBASTIEN – 1 Chemin Richeux NANTES
Arrêtée et déportée à RAVENSBRÜCK. Est rentrée en mauvais état de santé

Francine SEBASTIEN – 1 Chemin Richeux NANTES
Arrêtée et déportée. à Paris en Février 1944. Condamnée à mort par tribunal de guerre Allemand. Est rentrée, libérée et sauvée par l’arrivée des troupes alliées à PARIS .

Eugénie BENOISTON – 6, Avenue Desguie du Lou NANTES
Recherchée par la Gestapo. a du se cacher pendant un an à la campagne

Abel BLARY – 120 Avenue Gauthier, Lambersart, Nord
Recherché a du se cacher pendant un an

Jean CHAUVIN  –  Avenue Noury, NANTES
Traître, a dénoncé tous ses camarades. Est condamné aux travaux forcés à perpétuité par Court française.

Francine SEBASTIEN  Chemin Richeux
NANTES, Loire Inf.

Le rapport manuscrit, écrit par Francine Sebastien, est joint au dossier :

Autre document dans le dossier américain, ce questionnaire rempli par Francine Sebastien en 1945 :

QUESTIONNAIRE

19 july 1945.

SEBASTIEN Francine
1, chemin Richeux, NANTES

at Hôtel Rex
rue Gite

Age 19
Student
single

Mother : Mme JEANNE SEBASTIEN

known to Avs <Aviators> : “MIMI”

organ : MARIE ODILE

Avs <Aviators> helped :    Sgt. TROTT   SPG  1448       July 43
Sgt. SHEPHERD  SPG 1447  July 43
JAS SPARKES      SPG 1446    July 43

Reports E&E    Sgt. ROBERT O’NEIL     Aug 43  10 days
267 say 2 days      Lt.  JAS WILSKIE <WILSCHKE>  Aug 43    10 days

Above 2 were USA found at Lorient passed to group du Hussards de la liberté, NANTES

Avs <Aviators> received from Mme. BARREAUD, 5, rue Renan, NANTES

passed on to Mme BLANC, de Poitiers

Mother (JEANNE SEBASTIEN) arrested 21st sept. 43 (denounced by JEAN CHANVRIN traitor) deported RAVENSBRUCK 31st Jan. 44. liberated 18th. Apr. 45  (19 months)

Daughter Francine arrested 13th nov 43, depoerted RAVENSBRUCK 31st Jan. 44. Then braught back to Fresnes 3 Feb. 44 because of helping airmen , for judgment , condemned to death – was going to be shot 18 Aug. 44 – but was saved by Liberation – 17 août 1944 (9 months) – House looted – all taken

Would like to hear from airmen especially SPARKES

Agreed 21 july 45 with office to pay :

Daughter  20,000 frs 
Mother 38,000 frs
The total 58,000 frs has been paid

Declaration filled in.

Seen by Mrs. Carr

Compte-rendu de la visite de Francine Sebastien aux services américains :

Sujet : Visite de Mle Francine SEBASTIEN – 1, chemin Richieux, Nantes (Loire Inf.)
Etudiante
Née le 23 février 1926
Célibataire
Nom de guerre “MIMI”
Membre du groupe MARIE-ODILE

  1. Mle SEBASTIEN, une déportée, est venue nous donner des détails sur son affaire, qui implique également sa mère, Mme Jeanne SEBASTIEN, née le 4 août 1897, vivant à leur adresse à présent.
  2. Les SEBASTIEN ont logé WILSCHKE, (E&E 267) et NEIL (E&E 268) pour 2 ou 3 jours en juillet ou août 1943. les deux hommes ont été amenés chez les SEBASTIEN par M. BREDOUX. Après son séjour là-bas, WILSCHKE a été convoyé par Mle SEBASTIEN chez Mme Rolande GUYONVARCH, 32 avenue de la Solidarité, Nantes, Loire Inf. Mme GUYONVARCH a été arrêtée en même temps que Mme SEBASTIEN, Les deux femmes ont été déportées et sont revenues récemment.
    NEIL a été emmené par Mle SEBASTIEN chez M. Jean CHANVRIN, 16 avenue Noury, Nantes, qui a dénoncés ensuite au moins 30 personnes de la résistance. Il a été arrêté à la Libération et condamné à mort, mais la sentence a récemment été commuée en prison à vie.
  3. Mle SEBASTIEN déclare que Noël BREDOUX de Gouenrouet, Loire-Inf. (le chauffeur qui a conduit les hommes chez ls SEBASTIEN), a été arrêté en même temps qu’elle, déporté, et est revenu récemment. d’autres arrestations liées à celles-ci incluent M et Mme DUPONT, Guemene Penfao, Loire-inf., qui on abrité les hommes <les aviateurs WILSCHKE et NEIL> après les SEBASTIEN. Les DUPONT ont été tous les deux déportés et sont tous les deux revenus.
  4. Mle SEBASTIEN a été arrêtée le 3 novembre 1943, déportée en janvier 1944, elle est revenue en France le 29 février 1944 pour être jugée. Elle a été emprisonnée à Fresnes et son procès était en attente quand la Libération de Paris a eu lieu. Elle a été libérée le 17 août 1944.
    Sa mère a été arrêtée en septembre 1943, déportée en janvier 1944 et rapatriée le 18 avril 1945. Mle SEBASTIEN déclare que les Allemands sont venus en septembre 1943 pour arrêter la famille, mais seule sa mère était à la maison. Son père n’a jamais été arrêté puisqu’il était bien malade et séjournait dans la maison de ses parents. Mle SEBASTIEN est restée à l’écart de sa maison, mais deux mois après l’arrestation de sa mère, ses grand-parents ont commi l’imprudence de l’appeler par un appel longue-distance à PARIS. L’appel a été intercepté et elle a été arrêtée à PARIS en novembre 1943.
  5. Quand Mle SEBASTIEN a appelé encore ce bureau le 24 juillet 1945, on lui a donné un paiement de récompense de 20.000 francs < Un paiement de 20.000 anciens francs de 1945 équivaut environ 2.500 euros en valeur de 2018, si l’on utilise le convertisseur de l’INSEE) >. On lui a dit que sa mère aurait un paiement joint de 38.000 francs < soit moins de 5.000 euros en valeur de 2018, si l’on utilise le convertisseur de l’INSEE) > , du Lieutenant SARANT quand il les appellerait chez elles prochainement.

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

DECLARATIONS, 19 July 1945

SEBASTIEN Francine (HUINI) ?       (DEPORTED        REPATRIATED)
Born 23 février 1926 French Student
1 Chemin Richeux, Nantes, Loire Inf.

Father:  SEBASTIEN, Alphonse
47 
French
public instructor 1, Chemin Richeux, Nantes

Mother: SEBASTIEN, Jeanne
47
French
public instriuctress 1, Chemin Richeux, Nantes

Arrested by the Gestapo in Nov 43, interned in Fresnes. Deported to Germany to the camp of Ravensbruck, then brought back to France for judgement. Condemned to death 20 Feb 1944 by a German war tribunal. Liberated 17 Aug 1944 thanks to the liberation of Paris, the city of my execution. Mr NORDLING, the Swedish consul, can give all the information.

In service of the enemy:   Jean CHAUVIN <erreur orthographe, il s’agit de Jean Chanvrin>, 16 Avenue Noury, Nantes, belonged to our group. Denounced us to the German authorities and is responsible for our arrests.

Activity:

Was charged with hunting, transporting and sheltering the British and American aviators shot down in our region.         

Sheltering of: 

Sergent Alain SHEPPARD 
Sergent Frank TROTT
Sergent James SPARKES        { British M 12 July 43

Sergent Robert O’NEIL
Lt James WILSKIE American 6 Aug 1943

I sheltered the Englishmen for 8 days and the Americans for 5 days.

The Englishment were passed on to Mme BLANC of the Marie-Odile net of Poitiers.
The Americans were passed on to Mr FAIRE of Le Graye, of the HUSSARDS DE LA LIBERTE.
They all reached England safely in 1943.
Desires: I desire to obtain an indemnity for reimbursement for the objects pillaged in our house, linen, clothing, money. Indemnity mounting up to 35.000 frs.

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Lettre de Francine Sebastien du 16 mai 1946

Monsieur le capitaine,

Profitant du voyage à Paris de Monsieur Jean Charles, le secrétaire de notre réseau, je me permets de vous rappeler le cas très intéressant de la famille Airiau, famille de paysans habitant la Limousinière, près e Nantes; qui en septembre 1943, pendant quinze jours, hébergèrent dans leur ferme un aviateur américain (abattu après un raid sur Nantes). Dénoncés par des voisins, la famille entière fut arrêtée par la Gestapo en octobre 1943. Monsieur Airiau fut déporté à Buchenwald, Madame Airiau et sa fille âgée de dix huit ans furent déportées à Ravensbruck.

Lettre de Francine Sebastien du 16 mai 1946 (suite)

pour l’unique motif d’avoir caché cet aviateur.
Ces gens simples, de culture rudimentaire et ne parlant pas un mot d’anglais, ne surent retenir le nom et l’adresse de l’aviateur. Ils l’hébergèrent avec tout leur coeur, d’une façon spontanée.
Monsieur Airiau n’est jamais rentré de Buchenwald et doit hélas être considéré comme mort!
Madame Airiau et sa fille sont revenues, mais toutes deux dans un état de santé très déficient, puisque l’on a du faire à chacune un pneumo-thorax!
Nous vous serions reconnaissants Monsieur le Capitaine, de vouloir bien à nouveau examiner leur cas, avec toute votre bienveillance.

De mon côté, avec Mademoiselle Barreaud, nous avons fait des démarches auprès de l’Aide Alliée à la Résistance française,

Lettre de Francine Sebastien du 16 mai 1946 (fin)

afin d’obtenir une bourse d’études pour aller passer une année dans un collège d’une université Américaine.
Si ce n’est pas trop abuser de votre amabilité, et si vous le savez, vous serait-il possible de nous renseigner sur les conditions de notre départ et de notre séjour aux Etats-unis ?
(nous devons parait-il être assimilées aux boursiers Américains!)
En m’excusant de nouveau de vous importuner, je vous prie de croire, Monsieur le Capitaine, à toute ma gratitude.

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Courrier interne aux services américains : proposition de récompense de grade 4 pour Mle Sebastien :

1943, Des RÉSISTANTES qui cachaient des aviateurs américains

Cette page revint sur l’action de deux résistantes/déportées, Jeanne Sébastien et sa fille Francine, dont la biographie est retranscrite dans une autre page de ce carnet.

Francine Johnston, née Sebastien

Cette page a pu être alimentée grâce aux documents que nous a transmis Barbara Wojcik, nièce de l’un des aviateurs cachés/abrités par Mme. Jeanne Sebastien (et sa fille Francine, lycéenne, qui l’aidait en convoyant les aviateurs américains) . Cet aviateur, le Lieutenant James Wilschke, fut abrité par Jeanne et Francine Sébastien en 1943.

Le lieutenant James Wilschke était bombardier dans une “Forteresse Volante” B17. Sa nièce, Barbara Wojcik, ayant effectué des recherches sur sa remarquable évasion après que son avion ait été abattu en mai 1943, disposait de documents relatifs à son séjour chez Jeanne et Francine Sébastien. Nous la remercions de nous avoir transmis ces documents trouvés par elle aux Archives Nationales des Etats-Unis. Ces archives sont aujourd’hui déclassifiées et sont conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland).  

Archives américaines déclassifiées

Comme indiqué dans l’article relatif à Francine Sebastien/Johnston, Jeanne et Francine Sebastien étaient rattachées au réseau de Résistance Marie Odile, fondé et dirigé par Pauline Barré de Saint-Venant, de Nancy. Nous retrouvons dans le document ci-dessous conservé aux archives américaines d’autres noms de femmes rattachées à ce réseau (dirigé localement par Mme Blanc) :

Groupe de Nantes du Réseau Marie-Odile / Jeanne et France Sebastien

Groupe de Nantes du Réseau Marie-Odile

composé de Mesdames :

  • Juliette Airiau
  • Marie Airiau
  • Edith Barreaud
  • Jacqueline Barreaud
  • Louise Dolivet
  • Joséphine Delavigne
  • Rolande Guyonnarch
  • Jeanne sebastien
  • Francine Sebastien

et de Monsieur :

  • René Barreaud

Cette liste, dressée par Francine Sébastien / Johnston dans cette lettre n’est pas entière, la lettre étant penchée, elle n’a pas été scannée jusqu’au bord. On devine que ces résistantes ont reçu la “Medal of freedom”, mais que deux autres résistants, Noël Bredoux et Claire Cussonneau, appartenant à leur réseau de Nantes ont semble-t-il été oubliés,

Le document suivant est plus clair, il s’agit d’une lettre écrite par Francine Sebastien le 17 janvier 1947 :

Lettre envoyée de Nantes (1, chemin Richeux) par Francine Sebastien :

Monsieur le Major,

Nous avons l’honneur de porter à votre connaissance le fait suivant :

Hier à l’hôtel de ville de Rennes, le gouvernement américain, par l’intermédiaire du général Tati, a décerné à plusieurs groupes de patriotes français la “Medal of freedom”. le groupe de Nantes du réseau Marie-Odile

composé de Mesdames :

  • Juliette Airiau
  • Marie Airiau
  • Edith Barreaud
  • Jacqueline Barreaud
  • Louise Dolivet
  • Joséphine Delavigne
  • Rolande Guyonvarch
  • Jeanne Sebastien
  • Francine Sebastien

et de Monsieur :

  • René Barreaud

a été honoré de cette distinction.
Deux d’entre-nous, appartenant à notre réseau, parmi les plus méritants, n’ont pas reçu, à notre plus grand étonnement, de convocation pour se présenter

  • Noël Bredoux
  • Claire Cussonneau

Page suivante :

Le premier, Monsieur Noël Bredoux, au péril de sa vie, se jouant de tous les dangers, a transporté, dans sa propre voiture, d’asile en asile, des aviateurs anglais, Frank Trott, Alan Sheppard.

De plus, il a pris, seul, l’initiative du sauvetage de

  • James Sparkes (aviateur anglais)
  • et de James Wilschke
  • Robert O’Neil (aviateurs américains)

qu’il a été chercher à leurs points de chutes respectifs, à quelques 300 km d’ici.

Nous referrant à la liste à la liste de promotion du 12 avril 1946 numéro 104, nous avons constaté que son nom y était bien indiqué et que la “Medal of freedom” lui avait bien été décernée (War department letter, 6 septembre 1945, File AGPD-C).

Nous en déduisons en conséquence qu’un oubli a du être fait à son désavantage!

Madame Claire Cussonneau de son côté a hébergé chez elle des aviateurs anglais et américains :

Pendant 15 jours :

  • Frank Trott
  • Alan Sheppard
  • James Sparkes
  • James Wilschke
  • Robert O’Neil

Elle fut d’ailleurs arrêtée par la Gestapo

Page suivante :

pour cette seule raison, et l’année dernière elle fut reconnue de vos services en même temps que tout notre groupe de Nantes du réseau Marie-Odile.

Nous avons donc l’honneur, Monsieur le Major, de vous demander de vouloir bien considérer ces deux cas, avec toute la bienveillance que vous avez toujours témoignée aux vrais patriotes français.

Nous serions infiniment heureux d’apprendre que nos deux camarades de lutte et de souffrances soient aussi distingués et honorés de la “Medal of freedom”.

Daignez agréer, Monsieur le Major, avec notre infinie reconnaissance, l’assurance de nos sentiments respectueusement dévoués.

signatures :

MJ Airiau, Rolande Guyonvarch, Jeanne Sebastien, Francine Sebastien

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Le 23 juillet 1945, sujet : Informations reçues de Francine Sebastien au sujet de l’arrestation de Mme Diebolt et M. Saulais

Mlle Sebastien dit qu’elle connait Mme Diebolt et M. Saulais. M. Saulais a amené Wilschke (267) et Neil (268) dans la maison de Mme Dupouls, la guéménée. Il avait récupéré l’un des deux hommes de Chanvrin, pour l’un, et l’autre de quelqu’un d’autre. Cette aide donnée aux deux évadés ci-dessus a été la seule activité d’évasion <de Mme Diebolt et M. Saulais>.

Elle déclare que Mme Diebolt et M. Saulais se rendirent à Paris pour reprendre contact avec Londres. Le mari de Mme Diebolt, connu comme Alexandre, avait été auparavant le contact avec Londres. C’est pendant qu’ils essayaient de prendre contact avec Londres que Mme Diebolt et M. Saulais ont été trahis par un homme qui se présentait comme un agent britannique et qui les a avait indiqués à des agents allemands présents dans un café.

Mlle Sebastien déclare que Alexandre faisait du travail de renseignement pour Londres et il n’était pas question de sa pratique du travail d’évasion. Il s’ensuit, à cet effet, que Mme Diebolt et M. Saulais furent arrêtés alors qu’ils essayaient de rétablir le contact avec Londres dans le but d’effectuer un travail de renseignement.

R. Sarant

Dossier compensations Jeanne et Francine Sébastien

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

DECLARATIONS, 19 juillet 1945

SEBASTIEN Jeanne
née le 4 août 1897
Française
Institutrice
1, chemin Richeux, Nantes, Loire-Inférieure

Nom de l’époux : Alphone Sebastien
Nom du père : décédé

Le 21 septembre 1943, camp de Compiègne, puis déportée à Ravensbrück en janvier 1944 et libérée le 18 avril 1945.

Au service de l’ennemi : Jean CHANVRIN, 16, avenue Noury, Nantes, appartenant à notre groupe, puis nous dénonçant ensuite à la GESTAPO.

Activité : Protection d’aviateurs alliés.

Anglais :
– Sergent Alain SHEPPARD
– Sergent Frank TROTT
– Sergent James SPARKES

Américains :
-Sergent Robert O’NEIL
– Lieutenant James WILSKIE

Le aviateurs britanniques ont été transmis au réseau “Marie-Odile” en juillet 1943. les aviateurs américains ont été transmis au groupe “LES HUSSARDS DE LA LIBERTE” en août 1943. Convoyés par Abel BLARY.

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Le gouvernement américain avait annoncé, en 1945, qu’une compensation serait versée aux personnes ayant aidé les aviateurs américains à se cacher des Allemands. Jeanne et Francine Sebastien, avaient alors effectué une demande, 

Jeanne Sebastien habitait en 1945 chemin Richeux, à Nantes, ainsi que sa fille Francine.

Document énonçant que :

  • Madame Jeanne Sebastien a aidé 5 aviateurs américains, et qu’elle a été arrêtée le 21 septembre 1943 et déportée en 1944, libérée le 16 avril 1945. Un paiement de 40.000 anciens francs (soit environ 5.000 euros en valeur de 2018, si l’on utilise le convertisseur de l’INSEE) a été versé à Jeanne Sébastien le 23 août. Courrier annonçant la récompense envoyé le 16 janvier 1947.
  • Mademoiselle Francine Sebastien a aidé 5 aviateurs américains, et qu’elle a été arrêtée le 3 novembre 1943 et déportée en janvier 1944, libérée le 17 août 1944. Un paiement de 20.000 anciens francs (soit environ 2.500 euros en valeur de 2018, si l’on utilise le convertisseur de l’INSEE) a été versé à Francine Sébastien le 23 juillet 1945. Courrier annonçant la récompense envoyé le 16 janvier 1947.

21 July 1945
SUBJECT: Visit of Mlle Jacqueline BARREAU, 5, rue Renan, Nantes

1. She came with Mlle SEBASTIEN to see Captain and as she has never helped American aviators Capt. TUCKER did not see her. Neverthe­less Lt SARANT wanted to have her additional information and asked Capt, TUCKER to get it from her,

2. Mile BARREAU’s mother is Mme Edith BARREAU and her father Mr René BARREAU.

 3. The family worked in renseignement and the father was a Captain In the Secret Army. Mlle BARREAU states that Mme DELAVIGNE. gave them three British aviators in spite of the fact that they were not allowed by their organisation to take airmen. Nevertheless, they came on the 13 July 1943 and stayed 8 days, André COINDREAU, now dead, agent in the service de renseignements sent by London put the BARREAU family in touch with the MARIE ODILE group.

 4. An agent of MARIE ODILE came from POITIERS to Nantes and collected the three airmen, Mr Jean CHAUVRIN who had just entered the organisation when the three airmen were passed to the BARREAUs hid one of the aviators,

5, A little time after the evacuation of the airmen Jean CHAUVRIN was arrested by the Gestapo. Mlle BARREAU states that he knew nothing of the activity of the BARREAU family as he was new in the organisation, except that they had hidden airmen.

6. He denounced the BARREAUs who wore arrested in September,

7. At the same time as the BARRiAU were arrested Mr PONCEAU and Mme Rolande GUYONVARCH, Mile BARREAU states that all these people were arrested and deported for helping airmen.

8. Nevertheless, at the end of January the renseignement organisation was discovered and it was discovered that on top of their evasion work the BARREAUs worked there as well. Mile 8ARREAU heard this through her father who she saw at the COMPIEGNE prison at that time and he gave her the news,

21 octobre 1945
Sujet ; Visite de Melle Francine Sebastien, 1 chemin Richeux, Nantes

  1. Melle Sebastien est venue demander une attestation de notre part pour l’aide alliée à la Résistance, 8 rue de Tilsitt
  2. Elle est bouleversée par ce que disent des gens à Nantes à son sujet et au sujet de Melle Barault [ Barreaud ]. Apparemment, ils lui reprochent de recevoir de l’argent de notre part.
  3. Elle déclare que la famille ADRIAN [ Airiau ? ], la Limousinière par Maison Neuve (Loire-Inférieure) a été déportée avec un aviateur américain. Le père est mort dans un camp de concentration et les deux femmes sont revenues mais sont très malades et très pauvres.

CAB

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Page 1
SUBJECT : Visit of M. Noel BRED0UX on August 16, 1945.
Address: 5, Passage Russeil, Nantes, Loire – Inférieure
Profession : Mechanic.
Born at Guenrouet, Loire-inferieure, on December 25, 1919. Nationality: French. 
Military situation: Class of 1939. Never inducted.
Family situation: Bachelor.
Nearest relatives: Mme Anne Bredoux, mother.

  1.  M. BREDOUX was a member of the MARIE-ODILE organisation and was known as NOEL. He visited this office in the company of M. Pierre SAULAIS.  His report should be considered together with that of M. SAULAIS.
  2. M. BREDOUX helped s/sgt. Robert G,Neil (E&E #268) and Lt, James S. Wilschke (EE #267), from about July 8, 1943, to about July 16, 1943, On the former date M. BREDOUX went to Camors, Morbihan, to pick them up at the home of an unidenti­fied farmer. A certain M. BREDLOUX, of Bouvron, Loire-Inferieure, had informed him that they were there and needed assistance.
    M. BREDLOUX was  a member of no org­anization, and had learned by chance that Neil and Wischke were  in the neighborhood. He also knew that M. BREDOUX was in the evasion business and thought that he was the logical person to notify, Neil and Wlschke stayed at M. BREDOUX’s house for a week. At the end of that period M. BRED0UX took them to Nantes, Loire-Inferieure, in a car, and left them at the home of Mle Francine SEBASTIEN (Nantes, Loire-Inferieure, Deported), where they stayed for about a week. The BARREAU family (M. Rene, Mme. Edith, and Mle. Jacqueline), of Nantes, Loire-Inferieure, told him to bring Neil and Wischke to Nantes.
  3. The local portion of the MARlE-OFlLF organisation was denounced in September, 1946, by a certain Jean CHANVRIN (17, av. Noury, Nantes, Loire-Jnferieure, at present condemned to death), who was a double agent. CHANVRIN had been in the organization for some time and was “arrested”. Soon after this event, the mass arrests took place. M. BREDOUX is of the opinion that the “arrest” of CHANVRIN was a staged affair. He denounced specifically the following MARIE-ODILE members : M. BREDOUX, Mle Francine SEBASTIEN, M. Rene BARREAU, Mme Edith BARREAU, and Mile, Jacqueline BARREAU. All except M. BREDOUX were arrested in september, 1943, for evasion activity, and deported. All have retuned. F. BREDOUX was arrested on September 17, 1943, but escaped dis­guised as a priest and succeeded in remaining at large until December 17, 1943, when he was arrested and deported. IIe was liberated in April, 1945.
  4. M. BREDOUX gave the names of the following additional members of MARIE-ODILE :
    Mme BLANC, Nantes, Loire-Inferieure; DEPORTED, DIED AT  RAVENSBRUCK, head of MARIE-0DILE. 
    M. ABEL, village near Poitiers, Vienne ; not arrested; used to corns to Nantes, Loire-Inferieure, to pick up evaders to take to Poitiers; Chanvrin did not know this man.
  5. M. BREDOUX never heard of the “English woman from Ruffec”.
  6. M. BREDOUX asked for and obtained an attestation addressed to “La France Combattante,” Av. Foch, Paris.

Page 2
SUBJECT : Visit of M. Noel BRED0UX on August 16, 1945. (continued)

7. At the time of his arrest M. BREDOUX’s home was pillaged by the Gestapo. He submitted the fellowing list of things stolen by the Germans.
M. BREDOUX, Guenrouet, Loire-Inférieure. Liste du matériel confisqué par la Gestapo :
1 Talbot Grand Sport – 86,000 francs
1 202 Peugeot 30,000
1 poste TSF 9, 500
3 motos 86,000
3 complets 12,000
300 l. essence 15,000
1 appareil photo 2,800
1 montre bracelet 1,750
1 chevalière, 42 grammes 10,500 ‘
2 paires souliers 800
Argent liquide 96,000
————
300,350 francs

Interviewed by John B. Mitchell. Sgt.
NB : Il s'agit ici bien-sûr de sommes en ancien francs, que l'on peut convertir en euros grâce au convertisseur de l'INSEE. Le total de 300.350,00 anciens francs équivaut à 39.000,00 euros de 2018. Il faut se rappeler par ailleurs que M. Bredoux est mécanicien. Ce qui explique qu'il ait ces deux voitures et trois motos (de faible valeur chacune) chez lui....

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

23 July 1945

SUBJECT  : Information received from Mle SEBASTIEN regarding arrest of Mme Diebolt and M. Saulais

1. Mle Sebastian says that she knows Mme Diebolt and M. Saulais. M. Saulais took Wilschke (267) and Neil (268) to Mme Dupou’s home in Guémenée. He got one of them from Chanvrin and the other from someone else. This help given to the above two evaders was their only evasion activity.

2. She states that Mme Diebolt and M Saulais went to Paris to contact with London. Mme Diebolt’s husband, known as Alexandre, formerly been the contact with London. It was while trying to make contact with London that Mme Diebolt and M Saulais were betrayed by a man posing as a British agent who actually indicateci them to German agents present in a cafe.

3. Mle Sebastien stated that Alexandre was doing renseignement work for London and there was no question of his doing evasion work. It follows, therefore, that Mme Diebolt and M Saulais were arrested while trying to restablish contact with London for the purpose of carrying on renseignement work.

R. SARANT

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Une lettre écrite par Francine Sebastien :

Lettre envoyée de Nantes (1, chemin Richeux) le 19 novembre (1946) :

Monsieur le Major,

Etant dans l’obligation de reconstituer un dossier pour l’Organisation de l’aide Alliée à la résistance française, 138 avenue des Champs Elysées, je vous serais reconnaissante de bien vouloir me faire parvenir, dès que possible, une attestation certifiant de mon aide aux “aviateurs américains durant l’occupation allemande.
Je suis aussi chargée par Madame Airiau, La limouzinière Seine-Inférieure, de vous demander s’il vous serait possible de me faire parvenir pour elle l’adresse de l’aviateur américain qu’elle hébergea avec sa famille en 1943 et dont elle voudrait avoir des nouvelles. dans l’attente de votre réponse, veuillez

agréer, monsieur le Major, l’assurance des sentiments respectueux.

Francine Sebastien

HEADQUARTERS 7709 NIS-X DETACHMENT, UNITED STATES FORCES, EUROPEAN THEATER, UNITED STATES FORCES

30 novembre 1946, destinataire : Mademoiselle F. Sebastien. 1, chemin Richeux. Nantes.

Mademoiselle,

Nous avons l’honneur de vous envoyer ci-inclus la lettre d’attestation adressée à l’aide Alliée à la Résistance Française, que vous nous avez demandée.

Malgré tous nos efforts, nous n’avons jamais pu être en contact avec l’aviateur hébergé par Madame Airiau, et sommes désolés d’être ainsi dans l’impossibilité de lui fournir une adresse, veuillez lui transmettre tous nos regrets.

En espérant que notre lettre vous sera utile, nous vous prions d’agréer , Mademoiselle, l’expression de nos sentiments distingués.

William S. MAYEAUX
Captain QMC

7709 NIS-X DETACHMENT,  88, rue Galilée paris (8)

HEADQUARTERS 7709 NIS-X DETACHMENT, UNITED STATES FORCES, EUROPEAN THEATER, UNITED STATES ARMY
27 novembre 1946

Objet : lettre d’attestation à
l’aide Alliée à la résistance française, 138 av. des Champs Elysées, Paris VIII

1. Mademoiselle Francine Sebastien, 1 chemin Richeux, Nantes, est bien connue de nos services pour la grande aide qu’elle a portée à la cause alliée pendant l’occupation allemande

2. Nous pouvons affirmer qu’elle a contribué par son courage, par son dévouement et au risque de sa vie, au sauvetage d’aviateurs tombés en France

3. Pour avoir secouru ces soldats américains, Mademoiselle Sebastien fut arrêtée et déportée. Ramenée à Paris et condamnée à mort, elle ne dut la vie qu’à l’arrivée des Troupes Alliées.

4. Ceci figure dans nos dossiers.

William S. MAYEAUX
Captain QMC

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Une lettre écrite par Francine Sebastien, 1, chemin Richeux, Nantes

Monsieur le Major ,

Veuillez m’excuser de venir de nouveau vous importuner :
Etant étudiante, j’ai repris mes études interrompues par ma captivité et je désire passer l’examen du baccalauréat, session spéciale de février 1946, réservé spécialement aux étudiants victimes de guerre.
Je vous serais reconnaissante, Monsieur le Major, de bien vouloir m’adresser une attestation, car, pour être admise à passer cet examen, il me faut fournir des pièces justificatives de mon activité dans la Résistance, et de ma captivité.
Cette attestation est destinée à :
Monsieur le Directeur de l’Office du Baccalauréat – 7, place Hoche à Rennes

Page suivante :

Serait-il abuser de votre bienveillance, Monsieur le Major, que de vous demander de bien vouloir m’envoyer cette attestation avant le 20 janvier car je dois faire parvenir tout mon dossier pour cette date à l’office du Baccalauréat de Rennes!
Veuillez croire, Monsieur le Major, à toute ma reconnaissance et à mes sentiments respectueusement dévoués.
Francine Sebastien

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Liste des personnes ayant reçu l’une des médailles américaines au titre de leur activité dans la résistance ou dans la guerre en Europe :

(transcription en texte par OCR du document) :
GO 125, 2 May 1946, contd)

2, By direction of the President, under the provisions of AR 600-45, 22 September 1943, as amended, the Bronze Star Medal is awarded, for meritorious service in connection with military operations during the respective periods indicated, to:

Second Lieutenant- Serge De Belabre:, (French Army—September, 1944 to July, 1945• Lieutenant Henri Bouchard, French Army—5 May 1944 to 4 October 1944.
Lieutenant Colonel Francois Huet, Freach Army— 2 june 1944 to 30 August 1944.

V—PURPLE HEART. So much of Section VI, General Orders 116, this headquarters, 23 April 1945, as reads. “Private First Class Samuel Kilmayer” is amended to read, “Private First Class’ Samuel Kirmayer”.

VI—MEDAL OF FREEDOM.
1. Under the provisions of War Department letter, 6 Sep­tember 1945, file AGPD-C 200.6, Medal of Freedom, the Medal of Freedom with bronze palm is awarded to: . Lieutenant Colonel Maurice De Rome, Canadian Army, for exceptionally meritorious achievement from 1 December 1943 to 23 September 1944, which aided the United State in the prosecution of the war against the enemy in Continental Europe.

2, Under thé provisions of War Department letter, 6 September 1945 file AGPD-C 200.6, Medal of Freedom, the Medal of Freedom without palm is awarded, for excep­tionally meritorious achievement which aided the United States in the prosecution of the war against the enemi in Continental Europe during the respective periods indicated, to:

Staff Sergeant François Boulc’h, French Army 15 -September 1944 to 12 January 1946.
Colonel Marie Chenu, French Army — 1944 to 1945.
Sergeant Stephan M. Claessens, Netherlands Army — September, 1944 to May, 1945.
Sous Lieutenant Elisabeth M.A. Fankhauser, French Army — 18 May 1945 to 12 January 1946.
Mary Antonia Hieronyma Gentis, Dutch Civilian — December, 1944 to May,1945.
Captain Phillipe Granotier, French Army 1 September 1944 to 8 May 1945.
Colonel Onesime Hurteau, French Army — 1944 to 1945.
Captain Claude Jouannais, French Army — 1 January 1943 to 8 May 1945.
Captain Guy M. A. Mortier, French. Army — 1 January 1943 to 1 May 1945.
Staff Sergeant Felix Papet, French Army — 15 September 1944 to 12 January 1946.
Lucienne Santus, French Civilian — October, 1943 to April, 1944.
Georges J. Schmalzer, French Civilian— December,   1943 to August 1944.
Genevieve Schneegans, French Civilian —February ,  1944 to May 1944.
Francine Sebastien, French Civilian — July, 1943 to September,’ 1943.
Jeanne Sebastien, French Civilian —July, 1943 to September 1943.
Lieutenant Colonel André Serot, French Airforce —  1 January 1943 to 15 May 1945
Staff Sergeant Gaston Tachon, French Army — 15 September 1944 to 12 January 1945. 
Commandant Jean Thomas,- French Army, — 1 October 1944- to 8 May 1945
Colonel Paul Vosgien, French Army — 1944 to 1945

BY  COMMAND-OF GENERAL McHAEEEY:

OFFICIAL: ,                           M. G. WHITE,
Major   General, GSC, Acting, Chief of Staff.

L. S. OSTRANDER
Brigadier General, USA, Adjutant General DISTRIBUTI ON :   D    /



Documents relatifs à Jeanne Sebastien et sa fille Francine