Archives par mot-clé : POUM

Le POUM en France, époque Franco

En préambule aux documents d’archives de cette page (quelques documents tirés des archives du militant Jean-René Chauvin, confiées au CHS en 2011), un film visant à comprendre l’histoire espagnole avec le recul historiographique :


Documents d’archives (POUM)  :

POUM anniv 30 ans 1965 Chauvin et Solano
Anniversaire des 30 ans du POUM, en 1965. Fonds Jean-René Chauvin, CHS. Sur la photo, Wilebaldo Solano (à droite) et JR Chauvin (à gauche). Affiche/portrait d’Andreu Nin au centre.

Le POUM exilé en France n’a pas cessé son combat, à travers notamment son journal, La Batalla.

Son secrétaire général, à partir de 1947, et directeur de La Batalla, était Wilebaldo Solano, ami de Jean-René Chauvin.

Solano avait été secrétaire général de l’organisation de jeunesse du POUM, la Jeunesse communiste ibérique (J.I.C. Juventud iberica comunista) et membre de la direction du POUM en 1936.

 Incarcéré en 1938 avec les autres dirigeants du POUM, Wilebaldo Solano s’était évadé, après la chute de Barcelone. Réfugié en France en 1939, il collabora avec l’insurgé, et fut emprisonné par Vichy en 1941 et libéré en 1944. 

Couv livre Solano POUM

Au cours des années 1960, avec la publication la Tribuna Socialista, Solano a tenté de donner voix à la « gauche du Poum » (par opposition au courant du Poum qui entre dans le Parti socialiste de Catalogne). Son livre Le POUM – Révolution dans la guerre d’Espagne , co-préfacé par JR Chauvin a été publié en 2002 (Syllepse).

Rappelons que le Parti ouvrier d’unification marxiste (ou POUM, en espagnol Partido Obrero de Unificación Marxista) – partie prenante de la résistance armée au soulèvement militaire franquiste en 1936 – s’inscrivait dans une idéologie marxiste anti-stalinienne. Ses dirigeants furent éliminés par les agents de Staline en 1937, notamment Andreu Nin, torturé et assassiné. Sur ce site, quelques archives tirées du Fonds Chauvin (CHS) ont été numérisées, concernant les compte-rendues de presse, du procès du POUM de 1938, notamment.  

Tract "30 anniversario POUM" recto, 1965
En Espagnol, le tract « 30 anniversario POUM » recto, 1965
Tract "30 anniversario POUM" verso, 1965
« 30 anniversario POUM » verso, 1965

Années 50

Lettre de JR Chauvin à Marceau Pivert (Fonds Marceau Pivert, CHS)

Lettre JR à Marceau Pivert - POUM juin 1952
Lettre JR à Marceau Pivert – Solidarité POUM juin 1952

                                             Paris 13 Juin 1952

Cher camarade,

Tu trouveras ci-joint le texte d’une motion concernant nos camarades du P.O.U.M. emprisonnés à Barcelone. Elle appelle à la solidarité et propose l’organisation d’une journée Internationale de protestation.Cette motion a déjà été adoptée par le syndicat autonome du livre, elle sera signée par l’équipe de la Révolution Prolétarienne, par celle de Démocratie Prolétarienne qui groupe des militants communistes et socialistes indépendants, par des personnalités littéraires comme Camus, Colette Audry etc… elle a été présentée et en principe acceptée par la commission exécutive de l’U.D.-F.O. de la Seine sous réserve de l’accord de l’UG.T. Elle a été signée par l’équipe de « Franc-Tireur ».

Te connaissant de longue date, bien que mon nom ne te dise peut-être pas grand chose, (j’ai été membre de la G.R. et du P.S.O.P. avant guerre) je pense que tu seras d’accord avec son contenu.

Je pense que tu devrais faire le nécessaire pour qu’elle soit signée par une série de parlementaires socialistes, de préférence des députés de la gauche, pour qu’elle soit publiée par le Populaire dès que nous aurons confirmation des signatures de Fédérations ou d’Unions importantes de F.O.

Enfin le plus urgent et le plus efficace pour nos amis du P.O.U.M. est d’organiser une souscription.

Il n’est pas non plus interdit de la faire voter par des sections ou des groupes d’entreprises de la « vieille maison » afin de pousser les « bureaucrates » à se remuer un peu.

Il est d’autre part éminemment utile pour la gauche socialiste, celle qui est au parti S.F.I.O. comme celle qui est à l’extérieur de faire le plus de bruit possible autour du P.O.U.M. dans la circonstance où il se trouve.Un de nos amis du groupe de « démocratie Prolétarienne » est spécialement parti voir Bevan à ce sujet. Je suis à ta disposition pour que nous rencontrions et que nous envisagions de coordonner nos efforts sur ce plan comme sur bien d’autres.

Fraternellement

J .R. Chauvin


Tract que se passe-t-il en Espagne aujourd'hui 1952
Tract que se passe-t-il en Espagne aujourd’hui, 1952, Fonds JR Chauvin, CHS

QUE SE PASSE -T-IL EN ESPAGNE AUJOURD’HUI ?

Après les grèves de Barcelone de 1951, les manifestations étudiantes de Madrid et de Barcelone l’année dernière, une nouvelle fois le peuple espagnol manifeste son opposition à Franco avec une ampleur encore jamais vue. Les mineurs des Asturies, les travailleurs basques, les métallurgistes de Catalogne, les étudiants sont entres ensemble dans la lutte malgré la répression.

Depuis plus de vingt ans le régime franquiste porté au pouvoir par Hitler et Mussolini fait régner une dictature sanglante. Pas un travailleur français, pas un démocrate ne peut rester insensible devant la lutte des ouvriers espagnols pour leur liberté et de meilleures conditions de vie.

Aider la lutte antifasciste en Espagne, c’est aussi lutter contre la menace fasciste dans son propre pays. Venez vous informer sur les derniers événements d’Espagne. Venez affirmer votre solidarité avec les travailleurs espagnols.

LE VENDREDI 18 AVRIL A 20 H. 30 Grande Salle des Sociétés Savantes   28, rue Serpente (Métro Odéon, Saint-Michel)   Rejoignez le Comité d’initiative Franco – Espagnol     28, rue Serpente – PARIS 6e

Imprimerie « E.P. », 232. rue de Charenton. Paris-12e

Tract d'appel à la Manif en Espagnol 1952
Tract d’appel à la Manif Solidarité POUM en Espagnol 1952

Article de Wilebaldo Solano, paru dans le numéro 3 du journal de Claude Bourdet, l’Action, de mai 1964

Grèves Asturies 1964, article SolanoTodavia  Asturias !

Au moment où nous écrivons, le nouveau mouvement gréviste des Asturies affecte plus de 50 000 travailleurs.

Depuis le début mars la tension était très grande aux Asturies. Les métallos de Moreda-Gijon et de la Duro Felguera réclamaient une augmentation de salaire et la modification du système d’attribution des primes. De leur côté, les mineurs exigeaient la nouvelle convention collective annoncée par les autorités franquistes depuis 1963, ainsi que des mesures radicales en faveur des victimes de la silicose.

Les grèves commencèrent dans les mines le 14 avril (anniversaire de la proclamation de la seconde république). La goutte qui fit déborder le vase fut l’expulsion de l’entreprise «Carbones de la Nueva», d’un groupe de mineurs reconnus silicosés au premier degré au cours d’une visite médicale.

En les renvoyant, la direction déclara qu’elle n’était pas en mesure de les employer à un autre poste compatible avec leur maladie.

Ainsi, pour la troisième fois depuis 1962, les travailleurs des Asturies se sont lancés dans une action de grande envergure. Mais cette fois-ci, ils ne combattent pas seuls. Dans une récente lettre, un dirigeant ouvrier des Asturies nous écrit : « L’exemple de notre lutte de 1963 a servi. Nous nous sentons encouragés parce que nous voyons surgir des conflits et des grèves en divers endroits, y compris dans ceux où le prolétariat ne fut pas très combatif pendant la République. La grève des mineurs de Penarroya (Ciudad Real) a été pour nous un grand encouragement ».

On sait que la grève des mineur de Penarroya n’a pas été la seule ces derniers temps. D’importants conflits ont aussi éclaté à Sagunto (hauts fourneaux), dans les mines de Rio Tinto, et dans plusieurs usines de Bil­bao, ainsi que dans la zone agricole de la province de Cadix.

Personne n’a oublié un fait aussi significatif que la manifestation ouvrière de Madrid contre le congrès des « syndicats » phalangistes.

Les travailleurs ont lutté et luttent partout pour un salaire minimum décent (150 à 180 pesetas, au lieu de 60), la réduction de la journée de travail, la reconnaissance du droit de grève, la liberté syndicale, le droit de se réunir et de s’organiser librement. Dans la situation concrète actuelle ces revendications ont une claire signification politique.

La législation franquiste condamne la grève par des peines de 6 à 12 années de prison. Dans les Asturies la nouvelle réglementation des mines permet de renvoyer tous les salariés en cas d’arrêt collectif du travail.

Malgré tout cela l’initiative appartient aujourd’hui aux travailleurs. Ceci a été reconnu par un rapport secret qu’un haut dirigeant phalangiste Labadie Oternim a adressé à Franco. Le nouveau mouvement gréviste des Asturies qui doit être énergiquement soutenu à l’intérieur comme à l’ex­térieur de l’Espagne, ainsi que la magnifique manifestation ouvrière du 1er mai à Bilbao, confirment que nous sommes à l’heure de la renaissance du mouvement ouvrier espagnol. Les conséquences politiques de ce fait capital ne manqueront pas de se faire sentir dans les mois qui viennent.

Wilebaldo SOLANO.

(1) Encore les Asturies.

Guerre d’Espagne, le POUM

   1936

Barcelone 1936  Fonds Chauvin
Barcelone 1936 Fonds Chauvin – CHS
Espagne 1936 - Fonds Chauvin
Espagne 1936 – Fonds Chauvin – CHS
Barcelonne 1936 POUM FAI Durriti
Six photos de Juillet 36 à Barcelone, Fonds Marceau Pivert (CHS)

– photo 19 juillet 1936 : un groupe du POUM

– photo siège de l’A.I.T. F.A.I. et de Durriti, dirigeant de la F.A.I.

– photo des barricades à Barcelone en juillet 36

Espagne  Juillet 1936 au front Durriti miliciens
Six photos de Juillet 36, la montée au front des miliciens, secteur Durriti
Fonds Marceau Pivert (CHS)

photo « dans les campagnes, la résistance « 

photo « L’artillerie Républicaine monte au front »photo « Convoi de miliciens montant au front »

3 photos: « Dans son secteur, Durriti et son Etat-Major dirigent les opérations contre les fascistes »

Barcelone Septembre 1936

Colette Audry - Andres Nin - Gorkin - Marceau Pivert - Barcelone sept 36
De Gauche à droite : Bonet (POUM), Colette Audry, Gorkin, Marceau Pivert, Andrès Nin, John Mc Nair (Fonds Marceau Pivert – CHS)

De Gauche à droite : Bonet (POUM), Colette Audry, Gorkin, Marceau Pivert, Andrès Nin, John Mc Nair

 1938

Coupure de presse du 21/10/1938 –  Article de la Flèche

titre la Flèche

La Flèche (1934-1939) était un hebdomadaire, organe central de « Front commun » puis du « Mouvement frontiste ». (« frontiste » au sens de « Front commun contre le fascisme »). Comité politique: Professeur [Paul] Langevin, Gaston Bergery, Jean Bernier, Lucie Colliard, Bernard Lecache.

POUM 1938 La Flèche  recto
Procès du POUM                         21 octobre 1938 coupure de presse Fonds d’archives JR Chauvin (CHS)

 Le procès du P.O.U.M. La vérité sur les événements de Mai  par L.-P. FOUCAUD

Le procès du P.O.U.M., commencé à Barcelone le 11 octobre, n’est pas, au moment où j’écris ces lignes, terminé. En France, la presse, faute d’informations  n’a pas ou peu parlé de cette pénible affaire. Le correspondant de l’agence Havas à Barcelone, qui est sans doute « un monsieur qui ne veut pas d’histoire », s’est contenté de transmettre au début du procès quelques télégrammes strictement officiels.

L’Humanité et Ce soir <autre quotidien PCF, voir ci-dessous> sont, par hasard les seuls journaux donnant quotidiennement des comptes rendus des audiences. M. Pierre Mars, dans l’Humanité, et M. Soria dit Ribécourt, dans Ce soir, sont, aidés par M. Louis Aragon, les domestiques de service chargés de créer en France un état d’esprit permettant aux staliniens d’Espagne d’exécuter des hommes dont le seul crime est de s’être opposé à la colonisation de leur pays par les Russes.

En Espagne, la censure arrête toutes les informations sur ce procès. A ma connaissance, un seul journal espagnol a essayé de parler de cette affaire (Las Noticias, du 12 octobre). Son article a du reste été censuré. Un de mes camarades parti samedi à Barcelone et rentré à Paris mercredi dernier, m’affirme que même dans les milieux officiels espagnols, on ignore tout de ce procès. Une communication téléphonique d’un ami catalan, ayant quitté Barcelone mercredi soir, m’apprend que si le procès est public, le nombre des personnes admises à y assister n’en est pas moins extrêmement réduit. Une carte nominative est exigée à l’entrée du tribunal.

Par contre, si les comptes rendus de l’Humanité sont exacts, Largo Caballero, ancien président du Conseil, Irujo, ancien ministre de la Justice, Frédérica Montseny, ancien ministre et José Andreu, ancien président du tribunal, sont venus témoigner en faveur des inculpés. Et cela, s’ils ont pu s’exprimer librement et répéter les déclarations qu’ils avaient faites aux délégations internationales, est pour nous la garantie de l’acquittement de Gorkin et de ses amis.

Il semble bien du reste que l’accusation d’espionnage s’effondre. Le trait d’union entre le P.O.U.M. et la Gestapo était, d’après le procureur, Kurt Landau, camarade que les staliniens ont fait disparaître en Espagne le 23 septembre 1937. M. Negrin a reçu, dès que cette accusation a été connue, un télégramme dont voici le texte :

M. Negrin, président du Conseil.

Protestons contre diffamation de Kurt Landau.  Témoignons l’intégrité de ce militant révolutionnaire.

Parmi d’autres ont signé jusqu’à maintenant : Challaye, Fourier (Marcel), Martinet, Marcel Martinet, Madeleine Paz, Maurice Paz, Marceau Pivert, Char­les Rappoport, Marguerite Rosmer, Alfred Rosmer, Gérard Rosenthal, Victor Serge, Wullens.

Pour les partis émigrés allemands à Paris : Brandler, Thalheimer, Paul Froelich.

Ce télégramme, en raison du passé et de la parfaite honorabilité de ceux qui l’ont signé, se passe de tout commentaire et dément l’odieuse accusation.

Il ne reste donc plus, comme motif d’inculpation contre les dirigeants du P.O.U.M., que leur participation au soulèvement de mai 1937 à Barcelone. Je répète ce que les journées de mai ne furent qu’une riposte du peuple de Catalogne aux provocations répétées des staliniens.

Ces provocations, les voici : Dès que l’Espagne antifasciste se divisa en deux camps, le P.O.U.M., la C.N.T. et la F.A.I. voulant mener en même temps la guerre et la révolution,  et le parti communiste, l’U.G.T. et les partis bougeoirs décidés seulement à faire la guerre, le parti communiste (P.S.U.C.) décida dès ce moment d’écraser ses adversaires.

Pour cela, il lui fallait des armes. Le vendredi 5 mars, grâce à un faux, les communistes volent 11 tanks; le peuple catalan, se doutant que ces armements vont être employés contre lui, manifeste. Les tanks retrouvés à la caserne Vorochilov, sont rendus par le P.S.U.C.. Le 27 avril, l’alcade anarchiste de Puigcerda et trois de ses compagnons sont assassinés par des membres du P.S.U.C. Le 3 mai, les staliniens attaquent, avec deux cent policiers, la central téléphonique de Barcelone.

La patience du peuple catalan est à bout. La F.A.I., la C.N.T. et le P.O.U.M. occupent tous les points stratégiques de la ville.

Le 4 mai, les gardes civiles et le P.S.U.C. tirent contre le comité de défense de la Plaza Espana.  5 ouvriers de la C.N.T. sont assassinés par le P.S.U.C. alors qu’ils se rendaient au comité régional.

Le 5 mai, la C.N.T. et le P.O.U.M. proposent le désarmement général et demandent que toutes les forces antifascistes se consacrent à la lutte contre Franco.

Dans la nuit du 5 mai, Berneri et Barbéri (anarchistes italiens) sont assassinés par des membres du P.S.U.C.

Le 6 mai, la C.N.T. invite ses adhérents à reprendre le travail et abandonner la centrale téléphonique.

Le 7 mai, attentat du P.S.U.C. contre Frederica Montseny.

Le 9 mai, l’U.G.T., profitant de la trêve, attaque le local du syndicat des travailleurs des spectacles publics de la C.N.T. et occupe l’immeuble.

La C.N.T. demande à la radio à ses troupes de ne pas employer la force.

J’ai retracé ici sommairement les faits qui ont conduit le peuple catalan à la révolte. Vouloir transformer les victimes en coupables est une énormité.

Comme le gouvernement Negrin a déjà gracié, sans jugement, les membres de la C.N.T. inculpés pour leur action pendant les journées de mai, il se doit d’acquitter le comité exécutif du P.O.UM.

Mise au point de Katia Landeau

UNE MISE AU POINT DE KATIA LANDAU (La Flèche 21/10/1938)

Dans le compte-rendu de l’Humanité du 14 courant, sur le procès du P.O.U.M., amalgame maladroit de vraies dépositions et de diffamations éhontées, je retiens la phrase suivante :

« Il (Andrade) doit reconnaître qu’il était en contact avec Kurt Landau, ancien secrétaire de Trotskl et agent notoire de la Gestapo ».

Je pourrais bien démentir que Kurt Landau n’a jamais été secrétaire de Trotski, mais qu’il a formé avec Trotsky et Alfred Rosmer le premier bureau international de l’opposition de gauche. Pour nous, ce travail ne revêt aucune importance.

Mais pour flétrir le cynisme des gangsters politiques. Je révélerai brièvement les faits qui suivent : Kurt Landau est enlevé le 23 septembre 1937 à Barcelone. Il est amené à la prison clandestine du parti communiste de la rue Córcega, tristement connue par les tortures sauvages employées au cours des interrogatoires.

Le 22 novembre 1937, le ministre de la Justice, Irujo, en réponse à une grève de la faim des prisonniers du P.O.U.M., vient me voir pour me dire d’une façon formelle, devant 15 à 20 témoins, que Nin et Landau ont été tués par les staliniens. Le lendemain de sa visite, il charge le procureur général de Catalogne d’une enquête sur le cas Landau et prépare le procès contre les « assassins staliniens » dont il ne veut pas couvrir les crimes, dit- il textuellement. J’ai vu le dossier de l’enquête le 4 décembre 1937 au Palais de justice à Barcelone. Quelques jours plus tard, Irujo doit démissionner. Un procès qui démasquerait les crimes des staliniens n’est plus possible.

Le 30 janvier 1938, Victorio Sala, directeur de la police d’étrangers, membre du parti communiste catalan, me promet, sous parole d’honneur, devant 7 témoins, tous à Paris, que Kurt Landau, qu’il qualifie de revolucionario equivocado (un révolutionnaire qui se trompe), se trouve dans une prison espagnole et qu’il sera expulsé dans le plus bref délai.

Aujourd’hui, on ose parler de Nin comme accusé principal et de Kurt Landau comme « agent notoire de la Gestapo ».

La Gestapo, elle, elle sait très bien qu’elle a recherché Kurt Landau dirigeant d’un groupe communiste d’opposition en Allemagne. Elle sait très bien qu’elle détient les adhérents politiques du groupe de Landau dans les camps de concentration; dans les cachots de l’Allemagne fasciste. (Procès contre le groupe « Der Funken » à. Berlin, 4-16 janvier 1935),

Tous ces faits, la G. P. U. et l’internationale communiste les connaissent parfaitement. Ce qui ne les empêche pas, après avoir assassiné des camarades, de les couvrir de calomnies dans les colonnes de leur presse prostituée.

Katia LANDAU


Jugement POUM 1938

Coupure de presse de « Ce soir » du 23/10/1938 :

« Ce Soir » était un quotidien dépendant du Parti Communiste Français, fondé avec l’argent du gouvernement républicain espagnol (tenu par Staline après 1937) pour soutenir sa cause. Autrement dit, ce journal faisait partie de la « presse prostituée » (pour reprendre l’expression de Katia Landau ci-dessus).LE PROCÈS DU P.O.U.M.La dernière audience avant le jugement  De notre envoyé spécial RIBECOURT

Barcelone, 22 octobre (par téléphone)  . — Contrairement à ce qu’avait annoncé lui-même le défenseur des dirigeants du P.O.U.M., le flot de la défense s’est tari. Me Rovira, avocat des accusés, s’est contenté ce matin de répéter que ses tristes clients étaient innocents et qu’il demandait pour eux l’indulgence du tribunal. Parce qu’elle était attendue sans curiosité, la fin de cette plaidoirie fut sans histoire. Quatre-vingt dix minutes durant nous devions entendre des arguments analogues à ceux que le défenseur développa hier. A écouler Me Rovira, il ne s’était rien passé en Espagne au mois de mai 1937 : le P.O.U.M. n’avait point participé à l’organisation du putsch sanglant qui causa 1.300 morts et 2.500 blessés. Les désordres sanglants en question se produisirent sans qu’aucune campagne de la Batalla les provoquât et les dirigeât dans un sens déterminé. Tout ce que le P.O.U.M. avait, par ailleurs, dit et fait contre le gouvernement Caballero, ses liaisons avec des agents de la Gestapo et de l’Ovra, le sabotage systématique de l’armée régulière, l’espionnage au profil des rebelles, le défaitisme érigé à la hauteur d’un principe, tout cela n’était que fables et invention pure et simple, ou bien encore le résultat d’une extraordinaire génération spontanée. l.a défense fut, en bref, incapable de réfuter sur quelque point que ce fût, l’acte d’accusation, et pendant les dernières minutes de la plaidoirie, l’impression parmi tous ceux qui ont suivi les débats était que la culpabilité des accusés est pleine et entière. Aux noms de ceux-ci, Gorkin prit la parole pour une dernière déclaration et, cherchant manifestement un incident, se fit rappeler à l’ordre à quatre reprises différentes.  Après quoi, il renonça de lui-même à la parole. Le dernier acte du procès du P.O.U.M. venait de se dérouler. Le tribunal rendra sa sentence publiquement d’ici quelques jours. La parole est désormais à la justice républicaine.