Archives par mot-clé : guerre

Le sort d’un pilote americain capturé par les japonais en 1944

Nous retrouvons dans ce petit article écrit par Barbara Wojcik la jeune résistante Francine Sebastien dont la biographie est accessible sur ce carnet, ici.
Et dont il est possible de lire les archives américaines relatives à son parcours et à celui du groupe de résistance Marie-Odile de Nantes, ici.

Mais il s’agit aussi sur cette page du destin du Lieutenant Sage Johnston, lieutenant pilote d’escadron de torpilles capturé par les Japonais en 1944.

En 1945, aux États-Unis, Wilhelmina et William Johnston de Boligee, en Alabama, avaient le cœur brisé par la perte apparente de leur fils bien aimé, le lieutenant de la marine Sage Monnish Johnston, âgé de 23 ans et porté disparu depuis le 14 octobre 1944.
In 1945, Wilhelmina and William Johnston of Boligee, Alabama were heart broken over the apparent loss of their cherished son, Navy Lt. Sage Monnish Johnston, age 23, who had been Missing In Action since October 14, 1944.

USS Hancock (CV-19), December 1944. Photograph Courtesy of the US Naval History & Heritage Command
USS Hancock (CV-19), December 1944. Photograph Courtesy of the US Naval History & Heritage Command

Sage était un pilote d’escadron de torpilles sur l’USS Handcock et fut abattu au-dessus de l’océan Pacifique lors d’une bataille contre les Japonais. William et Wilhelmina décidèrent d’honorer et de commémorer leur fils en établissant une bourse à l’Université de Alabama.
Sage was a torpedo squadron pilot on the USS Handcock and was shot down over the Pacific Ocean during a battle with the Japanese. William and Wilhelmina decided to honor and memorialize their son by establishing a scholarship at the University of Alabama.

University of Alabama – Un bâtiment du campus
Photo licence Creative commons : Lawrence G. Miller

La première bourse a été remise à une jeune française, Francine Sébastien. Elle a voyagé seule en Alabama pour ses études.
The first scholarship was given to a young French woman, Francine Sebastien. She traveled alone to Alabama for her studies.

Francine Sebastien


Ce que ne savait pas la famille Johnston, c’est que Sage Johnston avait survécu après avoir été abattu et avait été capturé par les Japonais en octobre 1944. Il avait été détenu dans le camp de prisonniers de guerre de unafuna au Japon. Les Japonais considéraient Ōfuna comme un camp de transit ou de rétention et n’ont jamais signalé les hommes qui y étaient détenus. La famille Johnston n’a pas appris que son fils avait survécu jusqu’à la fin de la guerre. Le camp n’a été libéré qu’en septembre 1945.
Unknown to his family, Sage Johnston had survived being shot down and had been captured by the Japanese in October of 1944. He was held at the Ōfuna POW camp in Japan. The Japanese considered Ōfuna a transit or holding camp and never reported the men who were being held there.  The Johnston family didn’t receive word that their son had survived until after the war ended. The camp was not liberated until September 1945.

OFUNA, JAPAN 1945-08-30. ENTRANCE TO THE MAIN BUILDING AT THE ALLIED PRISONER OF WAR CAMP . (PHOTOGRAPHER CAPTAIN J. C. GOODCHILD – Public domain)

Sage et Francine se rencontrèrent aux Etats-Unis et se marièrent 3 mois après cette rencontre. Ils eurent 3 fils. Francine est morte en France en l’an 2000.
Sage and Francine met in the United States and were married 3 months after they met. They had 3 sons; she died in France in 2000.

1943, deux aviateurs sur les routes après l’explosion de leur avion en France

Le texte qui suit a été écrit par Barbara Wojcik, nièce de l’un des aviateurs, le Lieutenant James Wilschke.  Il s’agit d’un bref résumé de ses recherches portant sur cette évasion (recherches qui s’appuient sur des documents d’archives), et au sujet desquelles elle écrit un livre (en voie d’achèvement).
Nous avons pu ajouter cette page sur ce site après des échanges avec Barbara Wojcik, qui nous a transmis de nombreux documents relatifs à France Sebastien/Johnston, un jeune résistante qui avait abrité des parachutistes en 1943, avec sa mère (dont le Lieutenant Wischke). Francine et sa mère furent arrêtées peu après et subirent le sort de nombreuses résistant(e)s tombé(e)s aux mains de la Gestapo (prison, torture, camps de concentration…). Un article, tiré des archives de JR Chauvin, retrace ce parcours, il est visualisable ici. Une autre page, sur notre site, est consacrée à ces deux résistantes et au réseau Marie-Odile de Nantes, il s’appuie sur des archives américaines que nous a transmises Barbara Wojcik. Il est accessible ici.


Le texte de Barbara Wojcik est en anglais, nous l’avons traduit (et rajouté quelques images pour cette lecture en ligne).

Francine Sebastien, âgée de 16 ans, et sa mère, Jeanne Sebastien, directrice d’école, habitaient à Nantes en 1943. Elles étaient des membres actifs du groupe <de Nantes> du réseau de Résistance Marie-Odile. Elles aidèrent plusieurs aviateurs anglais et américains à se cacher des Nazis qui occupaient la ville de Nantes (un port stratégique) depuis la bataille de France en 1940.
Sixteen-year-old Francine and her school principal mother Jeanne Sebastien lived in Nantes in 1943 and were active members of the Marie-Odile group. They helped several British and American airmen hide from the Nazis, who had occupied the city of Nantes (a strategic river port) since the Battle of France in 1940.

Lt. James Wilschke, l’un des aviateurs américains (photo transmise par B. Wojcik)

Les Sebastiens ont caché les aviateurs dans leur cave, en les protégeant et en leur donnant de quoi manger jusqu’à ce que les hommes puissent passer à leur prochaine destination. Deux de ces Américains étaient le lieutenant James Wilschke (âgé de 23 ans, originaire de Chicago, Illinois) et le Sgt. Robert Neil (21 ans, originaire de Providence, Rhode Island). Les 2 jeunes aviateurs sont restés avec les Sebastiens pendant 2 jours, ou une semaine (selon les sources) en juillet 1943.
The Sebastiens hid the airmen in their basement, sheltering and
feeding them until the men could move on to their next destination.
Two of the Americans they helped were Lt. James Wilschke (age 23, from Chicago, Illinois) and Sgt. Robert Neil (age 21, from Providence, Rhode Island). The 2 young airmen stayed with the Sebastiens for 2 days, or a week (varying accounts) in July of 1943.

Francine Sebastien (photo transmise par B. Wojcik)

À un moment donné, Neil a séjourné avec Jean Chanvrin, un jeune homme du même âge que Bob, qui faisait également partie du même groupe de Résistance. Les Américains ont ensuite été transférés au groupe de résistance «Hussards de la Liberté» et ont poursuivi leur fuite.
At some point Neil stayed with Jean Chanvrin, a young man about Bob’s age, who was also a member of the same resistance group. The Americans were then passed on to the “Hussars de Liberte” resistance group and continued their escape.

Un avion Boeing B-17,  » forteresse volante » en vol en 1943 (source Wikipedia)

Wilschke et Neil étaient en fuite depuis le 17 mai 1943, se cachant des nazis et essayant de s’échapper pour retourner en Angleterre. Ils faisaient partie de la 8ème Armée de l’air américaine, du 305ème Groupe de bombardements / 264ème Escadron de Bombardements basé à Chelveston, en Angleterre. Wilschke était bombardier et Neil, opérateur radio. Ce jour-là, ils étaient à bord du B17 42-5219 dans le cadre d’une mission de bombardement des enclos sous-marins nazis à Lorient, une ville portuaire stratégique sur la côte sud de la Bretagne.
Wilschke and Neil had been on the run since May 17, 1943, hiding from the Nazis and trying to escape back to England. They were part of the United States 8 th Army Air Corps, 305 th Bomb Group/264 th Bomb Squadron based in Chelveston, England. Wilschke was a bombardier, and Neil was a radio operator. That day, they had been on board B17 42-5219 on a mission to bomb the Nazi submarine pens at Lorient, a strategic port city on the southern coast of Brittany.

Stèle en hommage au aviateurs américains à Brech Morbihan (56)
Crédit photo : Christina P. licence Creativ commons

Leur B17 a été attaqué par des canons anti-aériens et des combattants ennemis. L’avion a pris feu et la sonnerie d’alarme a sonné. Wilschke et les deux pilotes purent s’échapper, mais le reste de l’équipage était toujours à bord lorsque l’avion a explosé. Neil avait essayé d’éteindre le feu dans la soute à bombes et fut éjecté de l’avion lors de l’explosion. Il repris conscience en tombant et fut capable de tirer son anneau de parachute et atterrir sain et sauf. Les 2 pilotes ont été capturés presque immédiatement et ont été envoyés au Stalag Luft III pour le reste de la guerre. Six membres d’équipage sont morts dans l’accident. Le monument à l’équipe décédée près de Brec’h est visible ici: https://www.aerosteles.net/steleen-brech-b17
Their B17 was attacked by anti-aircraft guns and enemy fighters. The plane caught fire and the bail-out bell sounded. Wilschke and the two pilots bailed out, but the rest of the crew was still on board when the plane exploded. Neil had been trying to put out the fire in the bomb bay and was thrown from the plane in the explosion. He regained consciousness as he was falling and was able to pull his
parachute ring and land safely. The 2 pilots were captured almost immediately and were sent to Stalag Luft III for the rest of the war. Six crewmen died in the crash. The monument to the fallen crew near Brec’h can be seen here: https://www.aerosteles.net/steleen-brech-b17

La commune proche du lieu où fut détruit le B17 est Brec’h (Morbihan)

Neil et Wilschke ont été aidés et cachés par des agriculteurs de la région, puis réunis le lendemain du crash. Ils ont été conduits dans une maison de plage abandonnée à Saint-Pierre-Quiberon, où ils sont restés trois semaines, où ils ont pu se remettre des blessures subies lors de l’accident. Le mois suivant, ils passèrent clandestinement dans la région du Morbihan, passant d’une cachette à une autre, dans l’espoir de s’enfuir par bateau en Angleterre. En juillet, ils ont été amenés aux Sébastien à Nantes par d’autres membres du réseau de résistance.
Neil and Wilschke were aided and hidden by area farmers and then brought together the day after the crash. They were spirited to an abandoned beach house in St. Pierre-Quiberon, where they stayed 3 weeks, recuperating from injuries incurred in the crash. For the next month they were smuggled around the Morbihan region, moving from one hiding spot to another, hoping to escape by boat back to England. In July they were brought to the Sebastiens in Nantes by other resistance network members.

November 1943

Après avoir quitté la maison des Sébastien, Wilschke et Neil ont échappé à la capture pendant 5 mois supplémentaires. On les avait prévenu qu’il fallait éviter la résistance établie et les chemin de fuite qui avaient été infiltrés par des informateurs. Ils ont donc été aidés par des citoyens choisis au hasard, des agriculteurs et, parfois, d’autres groupes de résistance. Wilschke a estimé par la suite qu’ils ont avaient été aidés par plus de 25 acteurs différents. En novembre, les deux hommes s’étaient rendus à Narbonne, où ils ont commencé à marcher vers le sud, en direction de la frontière espagnole. Ils voyageaient toujours la nuit, marchant dans les vignes et évitant les routes. À Perpignan, ils ont été aidés par des citoyens locaux qui les ont conduits à un groupe de réfugiés et d’autres aviateurs qui se préparaient à traverser la frontière avec un guide espagnol. Le groupe a fait une randonnée de 2 nuits, se reposant pendant la journée. Ils sont entrés en Espagne le 17 novembre 1943, soit exactement six mois après que leur avion ait été abattu.
After they left the Sebastien home, Wilschke and Neil evaded capture for another 5 months. Warned to avoid the established resistance and escape lines as they had been infiltrated by informants, they were helped by random citizens, farmers, and occasionally other resistance groups. Wilschke later estimated that they were aided by over 25 different helpers. By November the two men had made their way to Narbonne, where they began walking south toward the Spanish border. They always traveled at night, walking through vineyards and avoiding roads. In Perpignan they were helped by local citizens who led them to a group of refugees and other airmen who were preparing to cross the border with a Spanish guide. The group hiked for 2 nights, resting during the day. They crossed into Spain on November 17, 1943, exactly six months since they were shot down.

(coupure de journal transmise par B. Wojcik)


Wilschke et Neil rentrèrent aux États-Unis en janvier 1944. Les deux hommes se marièrent au début de 1944 et eurent une famille. Jim Wilschke et son épouse Rosemary ont eu leur premier enfant, une fille, le jour de Noël 1944. Ils l’ont baptisée Jeanne Marie en l’honneur des secoureuses françaises de Jim. Il semble que ni Wilschke ni Neil n’aient jamais su ce qui était arrivé aux Sebastiens ou n’avaient eu aucune communication avec eux après la guerre.
Wilschke and Neil made it back to the United States by January 1944. Both men married early in 1944 and had families. Jim Wilschke and his wife Rosemary had their first child, a daughter, on
Christmas Day, 1944. They named her Jeanne Marie in honor of Jim’s French helpers. It appears that neither Wilschke or Neil ever knew what happened to the Sebastiens or had any communication
with them after the war.

7 mois porté disparu, puis un mariage, James Wischke

Mariage de Jim Wilschke (coupure de journal transmise par B. Wojcik)

L’article du journal local consacré au mariage de Jim Wilschke et de Rosemary Crandall explique ceci : « Le Lieutenant de 24 ans, James. S. Wischke, habitant 8017, avenue Woodlawn, n’était aujourd’hui pas seulement de retour, après 7 mois, de la terre des disparus, mais prévoyait de revenir à la maison pour se marier.
Le Lieutenant, un bombardier, était officiellement porté disparu, après le crash de son avion en Europe, le 17 mai. Une disparition qui fut suivie d’un long et déchirant silence de 7 mois.
Mais hier, sa fiancée Rosemary Crandall, 21 ans, habitant 8034, avenue Woodlawn, a reçu ce câble : « Ecris ou câble moi à l’adresse de mon ancien APO et prépare le mariage en févier – JIM ».
Miss Crandall nous a dit qu le Lieutenant et elle se connaissaient depuis leurs années d’école secondaire. le Lieutenant Wischke, fils de Mrs. Mable Wischke, a commencé son service en janvier 1942. Son frère, William, est également dans l’armé
e
. »

NB : Rosemary Crandell (misspelled in the newspaper attachments) was the father’s sister of Barbara Wojcik. Barbara’s father George Crandell, was also in the war; he was a Lieutenant on the USS Dale, a destroyer that fought in the Pacific.

Mariage n°2, Robert Neil

Mariage de Robert Neil (coupure de journal transmise par B. Wojcik)

James Wilschke et Bob Neil ne se connaissaient pas avant la guerre, mais ils restèrent en contact par la suite par des lettres et des cartes.
James Wilschke and Bob Neil did not know each other prior to the war, but they did keep in touch afterwards by letters and cards.

Bob Neil est décédé en 1992 et James Wilschke en 2001.
Bob Neil died in 1992, and James Wilschke in 2001.


De Brech (Morbihan) à Piriac-sur-Mer (Loire-Atlantique)

Tous les aviateurs tombés en France avec leur « forteresse volante » B17 n’ont pu échapper à la mort ou l’emprisonnement, comme l’ont réussi James Wilschke et Bob Neil.

Nous retrouvons d’autres traces de crash de B17 sur les côtes bretonnes, assez proche du crash du B17 de James Wilschke et Bob Neil , notamment cette stèle à Piriac-sur-mer :

Photo CC-BY licence Creative Commons J. Menjoulet

Cette autre stèle a été érigée pour commémorer le crash, le 23 novembre 1942,  d’un bombardier B17, envoyé en mission, au départ de Thurleigh, Bedfordshire UK, pour bombarder la base sous-marine de Saint-Nazaire.

Attaqué par des chasseurs, l’avion, dont l’équipage était entièrement composé de 10 Américains,  a explosé en vol. Si  deux aviateurs ont pu sauter en parachute, et, dès lors, ont été faits prisonniers, les huit autres membres de l’équipage ont été tués.  Parmi ceux-ci, 4 sont inhumés dans le cimetière anglo-américain de Saint-James (50), les corps des 4 autres  ont été rapatriés aux Étas-Unis.

Lt Isbell Clay E. – Pilote – tué
Lt Fulton Dyer – Co-Pilote – tué
Lt Fryer Peter J. – Navigateur- prisonnier
Lt Burden Abraham – Bombardier – prisonnier
Sgt Grenke Erwin – Mecanicien – tué
Sgt Krijak Robert S. – Radio – tué
Sgt Kostecki Edward – Mitrailleur – tué
Sgt Lindsey David W. – Mitrailleur – tué
Sgt Buckminster Ray E. – Mitrailleur – tué
Sgt Houx George L. – Mitrailleur- tué

Le POUM en France, époque Franco

En préambule aux documents d’archives de cette page (quelques documents tirés des archives du militant Jean-René Chauvin, confiées au CHS en 2011), un film visant à comprendre l’histoire espagnole avec le recul historiographique :


Documents d’archives (POUM)  :

POUM anniv 30 ans 1965 Chauvin et Solano
Anniversaire des 30 ans du POUM, en 1965. Fonds Jean-René Chauvin, CHS. Sur la photo, Wilebaldo Solano (à droite) et JR Chauvin (à gauche). Affiche/portrait d’Andreu Nin au centre.

Le POUM exilé en France n’a pas cessé son combat, à travers notamment son journal, La Batalla.

Son secrétaire général, à partir de 1947, et directeur de La Batalla, était Wilebaldo Solano, ami de Jean-René Chauvin.

Solano avait été secrétaire général de l’organisation de jeunesse du POUM, la Jeunesse communiste ibérique (J.I.C. Juventud iberica comunista) et membre de la direction du POUM en 1936.

 Incarcéré en 1938 avec les autres dirigeants du POUM, Wilebaldo Solano s’était évadé, après la chute de Barcelone. Réfugié en France en 1939, il collabora avec l’insurgé, et fut emprisonné par Vichy en 1941 et libéré en 1944. 

Couv livre Solano POUM

Au cours des années 1960, avec la publication la Tribuna Socialista, Solano a tenté de donner voix à la « gauche du Poum » (par opposition au courant du Poum qui entre dans le Parti socialiste de Catalogne). Son livre Le POUM – Révolution dans la guerre d’Espagne , co-préfacé par JR Chauvin a été publié en 2002 (Syllepse).

Rappelons que le Parti ouvrier d’unification marxiste (ou POUM, en espagnol Partido Obrero de Unificación Marxista) – partie prenante de la résistance armée au soulèvement militaire franquiste en 1936 – s’inscrivait dans une idéologie marxiste anti-stalinienne. Ses dirigeants furent éliminés par les agents de Staline en 1937, notamment Andreu Nin, torturé et assassiné. Sur ce site, quelques archives tirées du Fonds Chauvin (CHS) ont été numérisées, concernant les compte-rendues de presse, du procès du POUM de 1938, notamment.  

Tract "30 anniversario POUM" recto, 1965
En Espagnol, le tract « 30 anniversario POUM » recto, 1965

Tract "30 anniversario POUM" verso, 1965
« 30 anniversario POUM » verso, 1965

Années 50

Lettre de JR Chauvin à Marceau Pivert (Fonds Marceau Pivert, CHS)

Lettre JR à Marceau Pivert - POUM juin 1952
Lettre JR à Marceau Pivert – Solidarité POUM juin 1952

                                             Paris 13 Juin 1952

Cher camarade,

Tu trouveras ci-joint le texte d’une motion concernant nos camarades du P.O.U.M. emprisonnés à Barcelone. Elle appelle à la solidarité et propose l’organisation d’une journée Internationale de protestation.Cette motion a déjà été adoptée par le syndicat autonome du livre, elle sera signée par l’équipe de la Révolution Prolétarienne, par celle de Démocratie Prolétarienne qui groupe des militants communistes et socialistes indépendants, par des personnalités littéraires comme Camus, Colette Audry etc… elle a été présentée et en principe acceptée par la commission exécutive de l’U.D.-F.O. de la Seine sous réserve de l’accord de l’UG.T. Elle a été signée par l’équipe de « Franc-Tireur ».

Te connaissant de longue date, bien que mon nom ne te dise peut-être pas grand chose, (j’ai été membre de la G.R. et du P.S.O.P. avant guerre) je pense que tu seras d’accord avec son contenu.

Je pense que tu devrais faire le nécessaire pour qu’elle soit signée par une série de parlementaires socialistes, de préférence des députés de la gauche, pour qu’elle soit publiée par le Populaire dès que nous aurons confirmation des signatures de Fédérations ou d’Unions importantes de F.O.

Enfin le plus urgent et le plus efficace pour nos amis du P.O.U.M. est d’organiser une souscription.

Il n’est pas non plus interdit de la faire voter par des sections ou des groupes d’entreprises de la « vieille maison » afin de pousser les « bureaucrates » à se remuer un peu.

Il est d’autre part éminemment utile pour la gauche socialiste, celle qui est au parti S.F.I.O. comme celle qui est à l’extérieur de faire le plus de bruit possible autour du P.O.U.M. dans la circonstance où il se trouve.Un de nos amis du groupe de « démocratie Prolétarienne » est spécialement parti voir Bevan à ce sujet. Je suis à ta disposition pour que nous rencontrions et que nous envisagions de coordonner nos efforts sur ce plan comme sur bien d’autres.

Fraternellement

J .R. Chauvin


Tract que se passe-t-il en Espagne aujourd'hui 1952
Tract que se passe-t-il en Espagne aujourd’hui, 1952, Fonds JR Chauvin, CHS

QUE SE PASSE -T-IL EN ESPAGNE AUJOURD’HUI ?

Après les grèves de Barcelone de 1951, les manifestations étudiantes de Madrid et de Barcelone l’année dernière, une nouvelle fois le peuple espagnol manifeste son opposition à Franco avec une ampleur encore jamais vue. Les mineurs des Asturies, les travailleurs basques, les métallurgistes de Catalogne, les étudiants sont entres ensemble dans la lutte malgré la répression.

Depuis plus de vingt ans le régime franquiste porté au pouvoir par Hitler et Mussolini fait régner une dictature sanglante. Pas un travailleur français, pas un démocrate ne peut rester insensible devant la lutte des ouvriers espagnols pour leur liberté et de meilleures conditions de vie.

Aider la lutte antifasciste en Espagne, c’est aussi lutter contre la menace fasciste dans son propre pays. Venez vous informer sur les derniers événements d’Espagne. Venez affirmer votre solidarité avec les travailleurs espagnols.

LE VENDREDI 18 AVRIL A 20 H. 30 Grande Salle des Sociétés Savantes   28, rue Serpente (Métro Odéon, Saint-Michel)   Rejoignez le Comité d’initiative Franco – Espagnol     28, rue Serpente – PARIS 6e

Imprimerie « E.P. », 232. rue de Charenton. Paris-12e

Tract d'appel à la Manif en Espagnol 1952
Tract d’appel à la Manif Solidarité POUM en Espagnol 1952


Article de Wilebaldo Solano, paru dans le numéro 3 du journal de Claude Bourdet, l’Action, de mai 1964

Grèves Asturies 1964, article SolanoTodavia  Asturias !

Au moment où nous écrivons, le nouveau mouvement gréviste des Asturies affecte plus de 50 000 travailleurs.

Depuis le début mars la tension était très grande aux Asturies. Les métallos de Moreda-Gijon et de la Duro Felguera réclamaient une augmentation de salaire et la modification du système d’attribution des primes. De leur côté, les mineurs exigeaient la nouvelle convention collective annoncée par les autorités franquistes depuis 1963, ainsi que des mesures radicales en faveur des victimes de la silicose.

Les grèves commencèrent dans les mines le 14 avril (anniversaire de la proclamation de la seconde république). La goutte qui fit déborder le vase fut l’expulsion de l’entreprise «Carbones de la Nueva», d’un groupe de mineurs reconnus silicosés au premier degré au cours d’une visite médicale.

En les renvoyant, la direction déclara qu’elle n’était pas en mesure de les employer à un autre poste compatible avec leur maladie.

Ainsi, pour la troisième fois depuis 1962, les travailleurs des Asturies se sont lancés dans une action de grande envergure. Mais cette fois-ci, ils ne combattent pas seuls. Dans une récente lettre, un dirigeant ouvrier des Asturies nous écrit : « L’exemple de notre lutte de 1963 a servi. Nous nous sentons encouragés parce que nous voyons surgir des conflits et des grèves en divers endroits, y compris dans ceux où le prolétariat ne fut pas très combatif pendant la République. La grève des mineurs de Penarroya (Ciudad Real) a été pour nous un grand encouragement ».

On sait que la grève des mineur de Penarroya n’a pas été la seule ces derniers temps. D’importants conflits ont aussi éclaté à Sagunto (hauts fourneaux), dans les mines de Rio Tinto, et dans plusieurs usines de Bil­bao, ainsi que dans la zone agricole de la province de Cadix.

Personne n’a oublié un fait aussi significatif que la manifestation ouvrière de Madrid contre le congrès des « syndicats » phalangistes.

Les travailleurs ont lutté et luttent partout pour un salaire minimum décent (150 à 180 pesetas, au lieu de 60), la réduction de la journée de travail, la reconnaissance du droit de grève, la liberté syndicale, le droit de se réunir et de s’organiser librement. Dans la situation concrète actuelle ces revendications ont une claire signification politique.

La législation franquiste condamne la grève par des peines de 6 à 12 années de prison. Dans les Asturies la nouvelle réglementation des mines permet de renvoyer tous les salariés en cas d’arrêt collectif du travail.

Malgré tout cela l’initiative appartient aujourd’hui aux travailleurs. Ceci a été reconnu par un rapport secret qu’un haut dirigeant phalangiste Labadie Oternim a adressé à Franco. Le nouveau mouvement gréviste des Asturies qui doit être énergiquement soutenu à l’intérieur comme à l’ex­térieur de l’Espagne, ainsi que la magnifique manifestation ouvrière du 1er mai à Bilbao, confirment que nous sommes à l’heure de la renaissance du mouvement ouvrier espagnol. Les conséquences politiques de ce fait capital ne manqueront pas de se faire sentir dans les mois qui viennent.

Wilebaldo SOLANO.

(1) Encore les Asturies.

EX-YOUGOSLAVIE-GUERRE-BOSNIE-HERZÉGOVINE

 Article de Jean-René Chauvin tiré du N°27 de la LETTRE BI-MENSUELLE D’ÉCOLOGIE-SOLIDARITÉS – 19 mai 1994     Jean-René Chauvin était membre depuis deux ans de l’Association Sarajevo, où il était notamment rédacteur en chef du bulletin de l’Association, la « Lettre de Sarajevo ». Cet article est tiré des archives Jean-René Chauvin est consultable au Centre d’Histoire Sociale, 9 rue Mahler 75004 Paris.


1994 - Bosnie Qui sont les complices des tueurs fascistes

Qui sont les complices des tueurs fascistes ?

Combien faudra-t-il de Sarajevo, de Gorazde et de Banja-Luka pour que les bureaucraties politiques et syndicales des pays de l’Europe occidentale comprennent qu’on ne négocie pas avec des tueurs fascistes.

Depuis des semaines, Radovan Karadjic joue au chat et à la souris avec l’OTAN et l’ONU, lui étant le chat, tantôt toutes griffes dehors, tantôt ronronnant de plaisir au spectacle des autres poussant des cris plaintifs, lançant des avertissements, donnant à l’occasion des leçons de morale.

De qui se moque Alain Juppé, lorsqu’il parle d’une offensive diplomatique majeure au moment où les chars de Karadjic avancent et tuent la population civile jusqu’aux blessés dans l’hôpital ? Des victimes bosniaques comme de l’opinion publique française. De qui se moque-t- on quand au même moment on envisage avec désinvolture une conférence internationale “dans un mois environ”? Des mêmes. A quoi servent ces faux-semblants d’ultimatum ? A tromper l’opinion. Il y a longtemps que la décision des grandes puissances est prise. C’est le partage de la Bosnie, voire sa suppression de la carte Et comme au moment du dépeçage de la Tchécoslovaquie en 1939, l’on nous dira : ce n’était pas viable, pourquoi mourir pour Sarajevo, comme Déat nous avait dit pourquoi mourir pour Dantzig ?

Ah si la Bosnie avait eu des puits de pétrole comme le Koweit, on ne se serait pas contenté de frappes aériennes, on aurait envoyé une armée. Mais à quoi bon pour ne sauver que des êtres humains ? La bande Milosevic-Karadjic aura sa victoire dans un fauteuil. Elle peut encore se donner le luxe de retirer ses troupes de deux ou trois kilomètres après avoir assassiné jusqu’à la dernière minute autorisée. En attendant de revenir.

On n’arrête pas des armées blin­dées en votant des motions, ni même avec des frappes aériennes. On ne peut arrêter la terreur fasciste qu’en lui infligeant une défaite politique et militaire. La politique est ainsi faite qu’elle comporte une combinaison d’actions politiques et militaires. Karadjic et Milosevic le savent, et en jouent. Les paltoquets qui nous re­présentent ne le savent pas encore. Le sauraient-ils, auraient-ils le cou­rage d’agir ? Le 21 avril à l’Assem­blée nationale, Juppé, accusant les intellectuels d’irresponsabilité, ajoutait : “Si dans un moment d’aberration, on proposait à cette assemblée d’envoyer un contingent en Bosnie, qui voterait la décision ?” Personne n’a moufté. Juppé connaît bien son monde parlementaire qui est à sa propre image. Rabelais aurait dit : « ils sont de la même vesce ».

C’est aujourd’hui (25 avril 94) la journée de la déportation, anniversaire de la libération des camps de concentration nazis. Les survivants et survivantes firent alors le serment : “Plus jamais ça! Plus jamais le racisme, le fascisme et la guerre!” Chaque année, pour entretenir la mémoire, il y a ainsi des commémorations avec drapeaux tricolores, et discours officiels. Mais “Ça” continue en Bosnie, comme la phtisie galopante. Les bonnes consciences franchouillardes qui ont envoyé l’armée en 45 en Indochine “française”(sic), puis dans les années 50 en Algérie “française” (resic), ne bougent pas le petit doigt, “pour ne pas faire couler le sang français”. Elles n’avaient pas ce genre de scrupule en 45 et 56. Il fallait sauver les intérêts des porteurs de parts des sociétés minières du Tonkin et des planteurs d’hévéas en Cochinchine, des colons d’Algérie. C’était du sérieux.

Le 4 juin prochain la coordination des comités contre la purification ethnique, l’association Sarajevo, appellent à un rassemblement à Caen à l’occasion du cinquantième anniversaire du débarquement allié (1). Soyons nombreux pour exiger des gouvernements occidentaux l’envoi en Bosnie d’une force d’interposition suffisamment massive et équipée d’armes blindées pour être dissuasive. Plus on attendra, plus le prix à payer sera élevé en vies humaines. Les fascistes ne connaissent que le langage de la force.

Jean-René Chauvin (2)

  • Mauthausen, n° 27893
  • Auschwitz, n° 201627
  • Buchenwald, n° 110019

(1) – Les “autorités” ont autorisé ce rassemblement le 4 pour ne pas embarrasser les cérémonies officielles du 6 juin.

(2) – Chaque fois qu’un grand quotidien publie en tribune libre l’article d’une notabilité, elle fait suivre son nom de ses titres universitaires ou autres. Qu ’on me per­mette, un 25 avril, de décliner les miens, qui à l’époque, étaient très sélectifs