Le R.D.R. avec Jean-Paul Sartre


(8) Le RDR, avec Jean-Paul Sartre, 1948-1949 par Histoire-sociale

Ce 8ème épisode suit le parcours de Jean-René Chauvin au RDR (Rassemblement Démocratique Révolutionnaire) et sa rencontre avec Jean-Paul Sartre.

Outre les souvenirs de Jean-René Chauvin, extraits du film de Catherine de Grissac « Jean-René Chauvin, Trotskiste indépendant » (2006, Plan Large Production, avec nos remerciements pour l’autorisation de l’utilisation de cet extrait), l’histoire du RDR est commentée par des historiens et témoins, notamment :

Ian Bichall (auteur en 2011 d’un livre sur les rapports entre Jean-Paul Sartre et l’extrême Gauche)
Il est possible d’écouter l’intégralité de l’intervention de Ian Birchall au séminaire “Marx et la pensée moderne” sur les archives du  Centre d’Histoire des Systèmes de Pensée Moderne .

Jean-Jacques Marie, Historien du Trostkisme et de l’URSS
Son intervention, dans cette vidéo, est tirée de la journée d’étude au centre d’Histoire Sociale, le 16 juin 2012, portant sur les archives de Jean-René Chauvin et Jean Zyromski .

Bastien Amiel (Doctorant, auteur d’un Mémoire M2 sur le RDR)

Témoignage de jenny Plocki, la compagne de Jean-René, membre du PCI de 1945 à 1948.

Extrait d’une archive télévisuelle dans laquelle David Rousset relatait ses souvenirs du R.D.R.
Jean-René s’engage au RDR du côté de Jean-Paul Sartre, face à l’autre courant du RDR, mené par David Rousset, notamment.

Cette video s’inscrit dans une série de 10 videos retraçant le parcours de Jean-René Chauvin, et par là-même, le contexte politique et social dans lequel il a évolué. Vidéo produite par le Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle (Unité mixte de recherche, CNRS / Université Paris1)


Lettre 3 mai 1949 visite à Jean-Paul Sartre RDRExtrait d’une lettre de Jean-René Chauvin à Mme Clavié (sa mère) – Fonds Jean-René Chauvin, CHS, 9 rue Mahler 75004 Paris

Paris, le 3 mai 1949

Dans le domaine politique par contre, j’ai remporté un tout petit succès en faisant adopter avec l’appui de Jean-Paul Sartre soi-même le principe d’une conférence nationale du R.D.R. au mois de juin. A cet effet, j’ai été lui rendre visite dans son appartement au coin de la rue Bonaparte et de la place St Germain des prés. C’est un petit bonhomme, bigle aux yeux bleus très simple et sympathique. Nous sommes tombés d’accord (sans nous faire de mal) contre notre ami David Rousset qui est devenu plus soucieux des opportunités que d’une perspective clairement élaborée. Mais cette petite guerre intérieure n’est pas grave


Extrait d’une lettre de Jean-René Chauvin à Mme Clavié (sa mère) – Fonds Jean-René Chauvin, CHS, 9 rue Mahler 75004 Paris

Paris, le 10 mai 1949

Extraits lettre 10 mai 1949, rencontre Sartre financement congrès RDRIl m’est arrivé une petite aventure politique assez cocasse. Au lendemain du comité directeur du RDR, j’ai été trouvé J.P. Sartre pour envisager avec lui la préparation d’un congrès. Comme je lui faisais part des frais il s’est déclaré prêt à avancer de l’argent. Je l’ai remercié mais en lui faisant remarquer que les frais d’un congrès étaient très élevés…  Combien ?                                           – Il faudrait 320.000 frs.   Et aussitôt le petit père Sartre signe un chèque de 320.000 frs à mon nom. ça faisait la deuxième fois que je le voyais, ce n’était pas trop mal. Naturellement, je ne suis que dépositaire de la somme. Mais le lendemain j’en avertissait seulement Altman, directeur de Franc-tireur. En quelques instants tout le monde le savait grâce à Altman et j’étais devenu le personnage le plus entouré de la rédaction de Franc-tireur. Les journalistes sont un peu putains.


 

Appel RDR, Menjoulet Jeanne

APPEL DU COMITÉ POUR LE RASSEMBLEMENT DÉMOCRATIQUE RÉVOLUTIONNAIRE

NOUS sommes des millions en France, des millions en Europe et dans le monde entier.

Des millions qui cherchons le même chemin.

Survivants de l’enfer, rescapés de lai Résistance, militants, sympathisants ou compagnons de route des grands mouvements qui se réclament de l’émancipation sociale, nous estimons que le monde a payé assez cher sa délivrance de l’hitlérisme pour — sauvé de la plus grande tentative d’asservissement que l’histoire ait connue — n’attendre de salut que dans le respect et le maintien des droits de l’homme et de la liberté.

Entre les pourrissements de la démocratie capitaliste  les faiblesses et les tares d’une certaine social-démocratie et la limitation du communisme à sa forme stalinienne, nous pensons qu’un rassem­blement d’hommes libres pour la démocratie révolutionnaire est capable de faire prendre une vie nou­velle aux principes de liberté, de dignité humaine en les liant à la lutte pour la révolution sociale.

Ni la violence pour la violence, ni l’illusion d’organismes-tampons, ni l’équivoque d’une Troisième Force parlementaire, confuse sans objectif et sans assise populaire ne peuvent satisfaire la grande attente de la France et du monde.

Les peuples sont à la fois saturés de sang, de mort, de charniers, de supplices, de bagnes, de prisons  de guerres et désemparés, écœurés par l’enlisement ou la faillite des vieux systèmes du règne capitaliste.

Laisserons-nous, en manquant la chance qui s’offre à nous d’unir les principes de la démocratie politique aux exigences de la transformation économique, laisserons-nous les néo-fascismes nous gagner de vitesse ?

Il est temps de faire du socialisme une réalité qui attire à elle l’adhésion sans réserve et sans crainte de tous ceux qui repoussent les lâches compromissions des uns ou les aveugles soumissions des autres.

Nous n’acceptons pas plus la résignation à l’injustice et à l’indignité de la société actuelle qu’un système social qui opprimerait sans frein l’individu. Les moyens sont, pour nous, aussi importants que la fin. Et la fin socialiste ne tolère pas l’emploi de n’importe quel moyen. Pas plus qu’on n’admettait le double jeu dans la lutte, entre le parti des bourreaux et celui des victimes, nous ne saurions admettre ce double jeu qui consiste à pratiquer, dans le présent, des moyens indignes, et que l’on sait tels, pour assurer, dans l’avenir, une fin noble.

C’EST A PARTIR D’UN ACQUIS DE JUSTICE, de lois morales et civiles, de garanties conquises de haute lutte au cours des siècles par tous les peuples contre toutes les tyrannies, c’est à partir, d’un héritage de libertés politiques commun à tous les peuples civilisés que nous entendons définir la démocratie révolutionnaire.

Démocrates, par tout ce que ce terme impliquera toujours de victoires populaires contre le bon plaisir, l’arbitraire, la raison d’Etat, l’obscurantisme des hommes et des systèmes.

Révolutionnaires, parce que la démocratie capitaliste n’est plus que le règne des riches et l’esclavage des pauvres, parce que, de plus en plus débile, elle risque de livrer au fascisme ce qui reste d’elle-même, supprimant ainsi pour longtemps tous les espoirs du futur. 


 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants