Les rapports entre Marceau Pivert et les trotskistes


Dans ce troisième épisode video, le militant Jean-René Chauvin retrace le temps des procès de Moscou. Ces procès le poussent à ne pas adhérer au Parti Communiste et à rejoindre un comité de défense contre les Procès de Moscou, à Bordeaux. Par le biais de ce comité, il entre en relation avec la gauche du Parti Socialiste (Pivertiste), puis, de fil en aiguille, avec les trotskistes à Paris.

Quentin Gasteuil (auteur d’un Mémoire sur Marceau Pivert) décrit les relations entre trotskistes et Pivertistes, l’exclusion des trotskistes de la SFIO (où ils pratiquaient l’entrisme « à drapeau déployé ») et la création de la Gauche Révolutionnaire par Marceau Pivert la même année, en 1935 (les divergences avec Jean Zyromski de la « Bataille Socialiste » sont aussi brossées à grands traits).
Le Pacte Laval-Staline, en cette même année 1935, puis les grèves de 1936, sont rappelés par Jenny Plocki (compagne de Jean-René Chauvin).
Quentin Gasteuil décrit ensuite la période du Front Populaire où Marceau Pivert accepte un poste de chargé de mission, puis sa démission, l’exclusion de la Gauche Révolutionnaire de la SFIO en 1938 au Congrès de Royan, la création du PSOP.

Jenny Plocki (compagne de Jean-René Chauvin) évoque brièvement le contexte dans cette période, le pacte Laval-Staline de 1935, les grèves de 1936 à Bordeaux…

Un extrait de l’intervention de l’historien Jean-Jacques Marie, lors de la journée d’étude consacrée aux archives Jean-René Chauvin et Jean Zyromski permet de donner un bref aperçu des relations qui existaient entre Marceau Pivert et Léon Trotsky. 

Nous remercions Catherine de Grissac pour son autorisation d’utilisation d’extraits de son film « Jean-René Chauvin, trotskiste indépendant » (2010, Plan Large Production). Toutes les images où Jean-René Chauvin témoigne sont tirées de son film.

Cette video s’inscrit dans une série de 10 videos retraçant le parcours de Jean-René Chauvin, et par là-même, le contexte politique et social dans lequel il a évolué. Vidéo produite par le Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle (Unité mixte de recherche, CNRS / Université Paris1) et réalisée par Jeanne Menjoulet. Le CHS est un centre de recherche en histoire sociale (CNRS / Université Paris 1) où sont conservées des archives de militants, notamment le fonds Jean-René Chauvin .

Les fonds d’archives Jean-René Chauvin, Marceau Pivert et Jean Zyromski sont consultables au CHS, centre d’Histoire Sociale, 9 rue Mahler 75004 Paris

1936 tout est possible et affiche

Dans L’Humanité du 29 mai 1936, Marcel Gitton, répond à l’article : « Tout est possible » de Marceau Pivert, par le contraire : « Nous estimons impossible une politique qui face à la menace hitlérienne risquerait de mettre en jeu la sécurité de la France. »

 

Pivert Royan Café des bains

 

 Café des Bains, lors du Congrès de 1938  Exclusion Pivert Fédération Socialiste de la Seine

 

 

Pivertistes Mai 1938 Royan Daniel Guérin

Gauche Révolutionnaire 1938  Exclusion Pivert, Mai 1938 Congrès fédéral de la Seine avant Royan + Mai 1938 défilé au mur des Fédérés

+ Pancartes du nouvel hebdomadaire Juin 1936 + Banderolr « vive la Commune ». Au 2e rang de gauche à droite Weill, Curiel, Daniel Guérin, Ch. Lancelle 

Pivert Juin 1936 Mur des fédéré

Manifestation au Mur des fédérés (1938)
Fédération de la Seine (SFIO) Rebelle

Pivertistes manif juin 36

Photos : pancarte hebdo « Juin 36 » + Responsables des comités de diffusions de la Seine+ banderole 18 mars 1871 + Jeunesses Socialistes

Pivert PSOP avec photo Solange Dommangel tuée à Clichy
PSOP Photos tirées du fonds Marceau Pivert (Fonds Pivert consultable au centre d’Histoire Sociale du XXe siècle, 9, rue Mahler 75004 Paris)
Photo de Solange Demangel tuée à Clichy
2ème en partant de la gauche Jacquin – Marceau-Lancelle-Goldschildt
Au fond à droite Marceau Lancelle. Debout Modiano – Photo de Permain de la 15e tué en Espagne

 

 

 

 

 

 

Pivert Manifestation avril 1938

(Fonds Pivert consultable au centre d’Histoire Sociale du XXe siècle, 9, rue Mahler 75004 Paris)

 

 

Manifestation devant le sénat Avril 1938

 

 

Article de Marceau Pivert – Le Populaire – Novembre 1937
Tribune Marceau Pivert novembre 1937TRIBUNE DU PARTI
Les articles de cette rubrique n’engagent que la responsabilité de leur auteur
Pour reprendre l’offensive!Voici les grandes lignes de la motion que la tendance « gauche révolutionnaire » du Parti propose à l’examen et au vote des sections en vue du Conseil national des 6 et 7 novembre 1937.

Le Conseil national réuni le 7 no­vembre après cinq mois de gouvernement de «Rassem­blement républicain», sous la direction du Parti radical :

Constate que, malgré les affirmations répétée des délégués du Parti au gouvernement, la politique de ce ministère a été dirigée contre les intérêts des classes laborieuses et les avantages sociaux acquis dans les premiers mois du gouvernement Blum.  Cette politique se caractérise :
—   par de nouveaux et lourds impôts pesant sur la consommation :
—     par la hausse incessante du coût de la vie ;
—   par des menaces non dissimulées contre la loi de quarante heures et des atteintes répétées portées déjà contre elle ;
—    par das licenciements massifs d’ouvriers syndiqués dans les entreprises et une recrudescence des provocations patronale;
—    par la liberté absolue laissée à ceux qui spéculent contre la monnaie et aux exportateurs de capitaux ;
—    par la répression contre les indigènes des colonies dont le seul crime est de réclamer l’application des promesses faites par le Front Populaire et de nous rappeler avec modération et dignité la motion volée à nos congrès de Huyghens et de Marseille.
o o o
Le Conseil national constate que, quelques jours avant les élections cantonales, les délégués socialistes au gouvernement ont accepté de mettre leur signature au bas d’un document contenant des déclarations inadmissibles et, notamment, l’assurant que ces élections ne pourraient, quelle qu’en fût l’issue, provoquer de changement dans la vie politique du pays. Le Conseil national repousse énergiquement cette affirmation qui a blessé profondément, les militants du Parti au plus fort de la lutte.

Le Conseil national constate aussi que la motion de politique général adoptée à la majorité du Congrès de Marseille  pas été appliquée, qu’aucune campagne énergique n’a été entreprise, tant auprès de l’opi­nion publique qu’auprès des groupe­ments du Front populaire pour faire admettre l’avenant au programme portant sur les réformes de struc­ture. Le Conseil national constate que la motion unanime du Congrès de Mar­seille relative à la liberté du com­merce des arme avec l’Espagne ré­publicaine est restée lettre morte, les délégués socialistes au gouvernement, chargés d’appliquer cette volonté unanime du Parti ayant continué à couvrir de leur solidarité ministérielle la politique de non-intervention.
O O O
Le Conseil national mandate le Groupe parlementaire du Parti pour proposer, dès la rentrée des Cham­bres :

D’une part, l’application immédiate des dispositions du programme de Front Populaire non encore votées ou exécutées (contrôle des changes et des banques, réforme fiscale, lutte contre la fraude, allègement des impôts indirects, retraites des vieux aux frais du capitalisme, caisse des calamités agricoles, etc.) ;

D’autre part, les réformes de structure contenues dans le plan de la G.G.T. et reprises par notre Parti, réformes qui, seules, permettront de maintenir et d’élargir les avantages déjà acquis et de réaliser complètement le programme du Front Populaire.

Mais le Conseil national constatant que les résistances capitalistes trouvent des défenseurs de l’intérieur même de certains partis du Front Populaire  décide de retirer immédiatement les délégués socialistes au gouvernement si ces propositions sont rejetées  ou différées; et, conscient du rôle décisif joué par les masses ouvrières en juin 1936, décide d’appeler dès à présent les travailleurs à la lutte pour imposer, par leur action de classe, un gouvernement de Front Populaire de combat s’appuyant réellement et directement sur les masses laborieuses pour raser les bastilles capitalistes.

O O O

Le Conseil national, ému par les danger de guerre dus à la rivalité des puissances fascistes et des Etats «démocratiques», rappelle que derrière les heurts « idéologiques » et les masquant, se déroule, une âpre lutte pour la mainmise sur les sources des matières premières.

Que la classe ouvrière ne saura participer dans une nouvelle « Union Sacrés » aux visées impérialistes de sa propre bourgeoisie ;

Et que la seule défense « antifas­ciste  » qui ne soit pas une duperie pour le prolétariat réside dans l’ar­mement général du peuple, la prise du pouvoir et la destruction du capitalisme fauteur, dans tous les pays, de misère, de fascisme et de guerre.

Marceau PIVERT.


Congrès de Royan, 1938, article de presse

Congrès SFIO Royan article presse photo

M. Marceau Pivert et ses amis restent exclus du Parti. Mais pourront faire amende honorable jusqu’au premier juillet.

 

 

 

 

 


Autre article de presse, issu (cet article uniquement) de la presse à grande diffusion (peu favorable aux idées socialistes), article très illustré, qui relate dans l’article ci-dessous du 16 avril 1938 l’épisode précédent, l’exclusion de la Fédération socialiste de la Seine menée par Marceau Pivert, exclusion par la direction nationale de la SFIO : 

Article du Petit Parisien du 16 avril 1938 – page 1
« Nous n’occupons les locaux… » affirme l’état-major… pivertiste.

Il ajoute:  « Nous sommes, en effet, chez nous puisque nous avons payé le matériel avec nos… gros sous. »

7, rue Meslay. C’est là que se trouve le siège de la Fédération socialiste de la Seine, dont M. Mar­ceau Pivert est le secrétaire géné­ral.  Les fédérations socialistes jouissent, normalement, d’une importante autonomie financière et organique. Celle de la Seine, animée par M, Marceau Pivert de la ma­nière la plus fougueuse, compose une masse compacte de militants. Elle constitue une force peu né­gligeable.

On sait que cette Fédération de la Seine vient d’être dissoute par la commission administrative du parti, la C. A. P., à la suite d’une décision signée de M. Paul Faure.

Pourquoi ? Parce que cette fédération avait maintenu en fonction M. Marceau Pivert et les membres de son bureau fédéral, en dépit de la .suspension temporaire qui les avait frappés.

Au 7 de la rue Meslay, s’ouvre un portail surmonté d’une large banderole où est peinte en lettres rouges une proclamation en faveur de l’Espagne républicaine. Autour de l’entrée, des jeunes gens vêtus de blousons et nu-tête, tendent des tirelires : d’autres demandent leur carte aux visiteurs. Cette agitation juvénile est empreinte d’une bonne humeur… toutefois un peu âpre. Au delà du portail, une cour intérieure donne accès au bureau de la fédération. Ces bureaux sont précédés d’une sorte de véranda vitrée, tapissés de bibliothèques où figurent les œuvres des écrivains socialistes. Au centre de ce vestibule se trouve un buste représentant Jules Guesde, longue barbe et lorgnon. Là encore, de nombreux jeunes gens vont et viennent.

Nous sommes introduits auprès de M. Casenave et de M. Daniel Guérln, secrétaires fédéraux, qui appartiennent à l’état-major piver­tiste. Nous leur demandons de quelle manière se déroule cette sorte d’occupation des locaux.

— Occupation des locaux ? nous répondent nos interlocuteurs. L’expression est pour le moins inexacte !  En effet, nous sommes ici chez nous. Ces locaux et les meubles et les machines à écrire ont été loués ou achetés avec nos gros sous. Les camarades que vous voyez sont venus ici uniquement pour faire preuve de solidarité et former la cohésion de notre Fédération qui, pour une fédération dissoute, ne se porte — comme vous le voyez pas trop mai.

Mais y a-t-il une permanence nocturne ?  Depuis quelques années, certains de nos camarades ont pris l’habitude de passer ici la nuit pour parer à quelques incidents possibles suscités de l’extérieur. Il n’y a donc rien de changé. D’ailleurs, il est infiniment improbable que la C. A. P. organise contre nous un coup de force. Une telle attitude ne serait pas conforme à nos traditions socialistes.

Nous constatons dans ces paroles, le souci de ne pas montrer l’adversaire sous un jour trop défavorable. mais de le traiter avec une particulière acrimonie.

Nous demandons à voir M. Mar­ceau Pivert. On nous répond qu’il passe, comme chaque année, ses vacances de Pâques dans l’Yonne, Suite page 2

article 1
Article du Petit Parisien du 16 avril 1938

Autour de nous, de jeunes dactylographes, fort charmantes dans leurs blouses bleues, s’affairent à taper des lettres et des convocations. Dans les bureaux, ce sont des allées et venues incessantes.

Dans cette atmosphère de tension, de révolution et de gaité qui règne dans les bureaux de la fédération dissoute, M. Daniel Guérln nous déclare :

— Cette partie se réglera définitivement au congrès national du parti S. F. I. O. qui se tiendra à Royan dans les premières journées , de juin. M. Marceau Pivert ne pourra peut-être pas y siéger, du fait qu’il est suspendu de ses fonctions de délégué. Mais dans les autres fédérations départementales, il compte de nombreux amis qui approuvent son attitude. Cette attitude, je la qualifierai d’un seul mot : la fidélité. Nous, membres de la Fédération S. F I. O de la Seine, nous sommes fidèles à la charte du parti et nous pensons avoir pour l’instant, au sein de notre parti, le monopole de cette fidélité.

Nous ne pouvons admettre la décision qui fut prise au lendemain de l’Anschluss de faire entrer notre parti dans l’Union nationale. C’est au moment du congrès de Royan que les membres du parti S. F. I. O. se partageront entre partisans de Pivert et tenants de Paul Faure.

Au siège des amicales « fidèles >

Tout à côté des bureaux de la Fédération de la Seine se trouvent ceux des amicales socialistes de la Seine, demeurées fidèles au parti | officiel S. F. I. O.   Ce voisinage , ne manque pas de présenter certains éléments curieux. Entre la fédération dissoute et les membres des amicales qui demeuraient en relations étroites avec le siège du parti règne une sorte de bouderie, ainsi qu’une affectation de s’ignorer réciproquement.

Là, ainsi que cité Malesherbes, au siège du parti S. F. I, O.,  nous avons recueilli les déclarations suivantes :

— Le parti S. F. I. O. n’a en aucune manière l’intention, du moins momentanément, de tenter d’expulser avec plus ou moins de violence, ceux qui sont restés fidèles à l’obédience de Marceau Pivert. Nous considérons qu’ils n’appartiennent plus au parti. Nous sommes en train, présentement, de reformer une Fédération socialiste de la Seine qui remplacera celle dont nous avons prononcé l’exclusion. Déjà les adhésions nous arrivent de toutes parts. Nous ne voulons porter aucun jugement sur l’attitude des pivertistes, mais nous nous permettons tout de même de considérer qu’ils ont très gravement manqué à la discipline du parti en ne se soumettant pas aux décisions de la majorité.

LA FÉDÉRATION SOCIALISTE DE LA SEINE EST RECONSTITUÉE

  1. Allemane en dirige le bureau provisoire

La Fédération socialiste de la Seine, dissoute par décision de la commission administrative permanente du parti en date du 14 avril, a été reconstituée hier soir. Les membres de la commission exécutlve fédérale demeurés fidèles au parti se sont réunis cité Malesher- bes, au siège du parti, sous la présidence de MM. Chateau et René Hug, délégués par le secrétariat du parti.

Ils ont procédé à la nomination d’un bureau provisoire qui est ainsi composé : secrétaire politique : M. Gaston Allemane, député, conseiller général de la Seine ; : secrétaire administratif : M. Costedoat ; secrétaire à la propagande et adjoint à la trésorerie : M. André Joublot; secrétaire aux relations extérieures : M. Charles Pivert; secrétaire aux amicales : M. Marty; trésorier fédéral : M. René Jousse.

La commission exécutive aussitôt adressé un appel à tous les socialistes de la Seine qui veulent rester fidèles au parti et a désigné pour chaque arrondissement de Paris et pour chaque localité de banlieue les « responsables » chargés de la reconstitution des sections et à qui les intéressés ont à donner leur adhésion.

 

 

A regarder en ligne, un film de 1937 adapté en français par le service photographique de la SFIO (secrétaire : Marceau Pivert,  conseiller technique : la cinéaste Germaine Dulac) disponible sur le site de ciné-archive.org :

http://www.cinearchives.org/Catalogue_d_exploitation_TRAFIQUANTS_DE_LA_MORT__LES_-494-51-0-1.html?ref=ba7357b46e28c00ff9b82abc7c04ab41

Il s’agit d’un film initialement anglophone, « Dealers in Death » ( from a story by Burnet Hershey; Real. Allyn.B CARRIK; narration by Basil Ruysdael; produced for Topical Films by Monroe Shaff). Interdit en France

La version française de ce film, adaptée par la SFIO/Marceau Pivert, avait pour speaker/voix off en français Edmond Ben Danou (qui sera arrêté en 1940, et déporté en janvier 1944)

 

2 réflexions au sujet de « Les rapports entre Marceau Pivert et les trotskistes »

  1. bonjour
    les images et les commentaires parlant de la guerre d’Espagne et de la guerre sino-japonaise, laissent à penser que le film date de 1937.
    amicalement

    1. Bonjour,
      merci de la remarque, il s’agit effectivement de toute évidence de 1937… je vais remplacer le 1934-erreur de frappe….!
      Amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants