Portraits de deux femmes déportées

 Ces deux portraits, écrits par Anise Postel-Vinay sont tirés de « Voix et visages » (juillet-octobre 2002) – Bulletin trimestriel de l’ADIR – Association Nationale des anciennes déportées et internées de la Résistance.

Dans le second portrait, celui d’Eliane Berthomé, Anise Postel-Vinay fait référence à un voyage en URSS, co-organisé par Jean-René Chauvin, dont les archives alimentent ce site internet… Cette conférence sur le Goulag avait eu lieu à Moscou en 1992, la délégation française étaient composée d’ancien-nes déporté-es comme Germaine Tillion, Anise Postel-Vinay, Jean-René Chauvin, Emile Copfermann,  Odette et Marcel Baufrère,  Eliane et Henri  Berthome, Jenny Plocki, Pierre Pradales….  ainsi que  Hélène Chatelain.

Francine Johnston - Eliane Berthomé - Anise Postel-VinayFrancine Johnston

Francine avait dix-sept ans quand elle a été arrêtée en 1943. avec sa mère, Madame Sébastien, directrice d’école près de Nantes. Le régime de Vichy et les premières mesures antisémites firent horreur à cette institutrice républicaine et elle fut mise assez rapidement en rapport avec des résistants. Avant de demander l’aide de sa fille, elle lui fit prendre conscience des risques courus. Francine n’hésita pas, et, encore lycéenne, convoyait des aviateurs américains.

Elle a été rattachée au réseau Marie Odile, fondé et dirigé par Pauline Barré de Saint-Venant, de Nancy. Celle-ci s’est occupée d’évasion de 1940 à l’été 1944. Arrêtée et déportée avec les 57000, elle est morte à Königsberg-sur-Oder.

La mère et la fille furent déportées toutes les deux dans le convoi des 27.000 qui arriva à Ravensbriick le 2 février 1944.

Si l’on consulte la liste des 27000. l’une des trois seules listes originales que nous possédions, on voit :

N° 252, SÉBASTIEN Jeanne, née BENOISTON le 4.8.97, matricule 27275, mais on ne trouve SÉBASTIEN Francine ni sur la ligne qui précède celle de sa mère, ni ailleurs. Sur la ligne qui précède celle de sa mère, on voit simplement un trait discon­tinu : (————- ) suivi du mot gestrichen qui signifie « rayé ». On remarque aussi que la personne « rayée » était bien prévue pour être déportée, car elle porte le N° d’ordre 251. alors que SÉBASTIEN Jeanne porte le N° 252.

Par contre, entre les matricules

  • 27274, ROUX, née BOUDET Hen­riette, N° 250 et
  • 27275, SÉBASTIEN, née BENOISTON Jeanne, N° 252 il n‘y a pas de matricule intermédiaire.

Le N° 251 n’a donc pas été enregistré au camp. On relève seize autres cas de « rayées » ou « non livrées » dans ce grand convoi de 959 femmes. Quel fut le sort de ces femmes ? Ont-elles été enlevées du convoi à Compiègne à la dernière minute ? Abandonnées dans des gares en cours de route parce que très malades ? Nous n’en savons rien.

Seul, un hasard tardif nous a fait connaître l’histoire du N° d’ordre 251, « rayé », sans matricule. Il s’agit bien de Francine Sébastien, fille de Jeanne Sébas­tien, dont nous avons fait la connaissance en 1995.

Francine est bien arrivée au camp avec sa mère. Mais lors d’une première mise en rangs avant les formalités d’enregistrement  elle a été brutalement arrachée du rang par une Aufseherin sous les yeux terrifiés de sa mère, de Madame Airiau (institutrice également) et de sa fille Marie. Enfermée au Bunker, Francine reçut d’abord les 25 coups de schlague, puis fut battue tous les jours, jusqu’au moment où elle fut transférée à Berlin, dans le sous-sol d’une prison dont elle n’a pas connu le nom. (On peut penser qu’il s’agissait des trop célèbres cellules souterraines de la Gestapo d’Alexander Platz). Là aussi, elle fut battue chaque jour, enchaînée au mur, menottes au dos, obligée de laper sa nourriture comme un chien, vivant dans ses excréments. Puis les Gestapistes l’ont interrogée en lui infligeant des sévices si odieux qu’elle n’a jamais pu en parler, sauf une seule fois à sa mère. Ils conclurent leurs interrogatoires infructueux par ces mots : « Puisque vous avez nui à l’Armée de l’Air allemande, vous serez jugée par un tribunal de la Luftwaffe en France ». Et au bout de plusieurs semaines, elle fut ramenée à Paris et enfermée à Fresnes, au cachot.

Francine fut effectivement jugée par un tribunal de Luftwaffe qui siégeait à Paris, et condamnée à mort. Les mois avaient passé, on était alors en plein été 1944. A deux reprises, elle reçut la visite d’un aumônier allemand qui voulait la préparer à la mort. Elle reconduisit poliment. Puis elle eut le sentiment que la prison de Fresnes se vidait, et deux jours après, on la descendit au rez-de-chaussée où elle retrouva une poignée de prisonniers qui, comme elle, s’attendaient à l’exécution. On les fit monter dans un camion et ils en descendirent … devant le Consulat de Suède !

Le consul de Suède Raoul NordJing venait enfin d’obtenir la signature d’un accord prévoyant la libération des « internés civils», le 17 août … trop tard pour empêcher les trains chargés de déportés des 15 et 17 août de franchir la frontière allemande.

Francine attendit le retour de sa mère presque un an. Madame Sébastien revint, mais c’était une moribonde aux yeux égarés qui avait perdu la tête. La douleur de Francine ne s’effaça jamais, bien qu’après de longues semaines sa mère eût retrouvé la raison. Elle ne recouvra jamais la santé et mourut prématurément.

Francine Johnston Résistante - rayée de RavensbrückLa jeune fille passa son baccalauréat et accepta, après bien des hésitations, la généreuse proposition du gouvernement américain offrant une année d’études supérieures aux USA aux très jeunes filles qui avaient aidé à sauver leurs aviateurs. Francine épousa un jeune Américain qui avait été prisonnier des Japonais, eut trois fils très affectueux et devint professeur d’univer­sité. Mais des douleurs de la colonne vertébrale bientôt intolérables nécessitèrent une opération qu’elle ne put faire faire aux Etats-Unis, tant les frais médicaux y étaient exorbitants. Elle dut revenir en France où elle fut opérée sept fois par un professeur de Rennes, grâce au régime si favorable aux anciens déportés du gouvernement français.

Épuisée, elle mourut le 17 mars 2000 à Dinard.

Francine Johnston était une camarade d’une grande sensibilité, généreuse sans mesure, encore toute douloureuse de la guerre et lisant tout ce qui paraissait sur l’époque monstrueuse du nazisme.

Ayant cherché en vain sur Internet, avec l’un de ses fils, quelque chose de cohérent sur Ravensbriick, elle avait elle-même rédigé un texte assez long que malheureusement la maladie l’a empêchée de passer sur le net.

II s’en est vraiment fallu de peu que, si Francine Johnston avait disparu dans les caves de la Gestapo de Berlin, nul n’ait jamais su comment elle était morte, comme ce fut le cas pour de nombreux résistants de toute l’Europe.

Anise Postel-Vinay


Eliane Berthomé

Eliane Berthomé - Anise Poste-VinayNous n’avions fait la connaissance de cette excellente camarade, Germaine Tillion et moi-même, qu’en 1992 à Moscou, lorsque les survivants du Goulag sovié­tique avaient invité en Russie quelques col­lègues survivants des camps nazis, boule­versante rencontre de vieux camarades fatigués, mais obsédés par le souci de faire connaître urbi et orbi la vérité sur les sys­tèmes concentrationnaires du XXe siècle.

Eliane Berthomé n’était pas la moins passionnée : elle n’avait pas changé depuis l’époque de ses 18 ans, où, en 1939, elle commença à lutter SEULE, à Quimper, sa ville natale, contre le nazisme, collant des « petits papillons » sur les murs, les vitrines, les réverbères. Dès fin 1940 elle diffuse La vérité clandestine, participe à une manifestation à Brest et adhère à la IVe Internationale. Avec des camarades elle va jusqu’à pousser des soldats alle­mands à déserter en leur distribuant Arbeiter und Soldat, imprimé à Paris où elle va s’approvisionner. En mars 1943 le groupe

s’étoffe par la venue de camarades nantais du Parti Ouvrier International, dont Henri Berthomé. qui deviendra son mari après leurs déportations à tous deux, elle à Ravensbriick et Watenstedt, aux fonderies Hermann Goering. et lui à Dora où il recevra la punition suprême des 75 coups de schlague – sans en mourir.

« En 1947 », rappellera l’amie d’Eliane. Yvette Stéphand, « lors de leur voyage de noces dans les Alpes on les voit tous les deux sur une photo. Ils sont jeunes, extrêmement beaux, ils ont l’air heureux : nulle trace de la guerre… Ils pourraient être insouciants, aller vers une vie tranquille, protégée, après ce qu’ils ont vécu… »

« Non », poursuit Yvette Stephand, « ils continueront leur combat, c’est un “ devoir pour eux ”. El c’est l’opposition à la guerre d’Indochine, à la guerre d’Algérie, le soutien aux anticolonialistes. l’adhésion à la Nouvelle Gauche, puis au PSU … les Lip, le Joint français, la dénonciation des totalitarismes en URSS, en Chine… »

… Et c’est aussi, ajoute Yvette, tout ce qui nourrissait les luttes : un prodigieux amour de la vie. des gens, des cultures des autres: de la nature. Il y avait le jardin, les enfants, les copains, les chiens, les nichoirs pour les mésanges. Les escargots qu’il fallait respecter, les sorties en mer. le jazz, les lectures et la rumeur du monde.

Le monde … il y eut encore la Bosnie, les Tchétchènes, l’Afghanistan, les Palesti­niens …

« Ne pas baisser les bras,

Ne pas abandonner Et surtout ne pas se taire »

« Jusqu’au bout Eliane Berthomé a lutté. Jusqu’au bout elle est restée attentive aux désordres du monde, appelant, au nom de la FNDIRP, à voter contre l’extrême-droite au 2e tour des dernières élections présidentielles. »

Jusqu’au bout. Elle qui depuis plus de dix ans ne marchait qu’avec deux béquilles, qui avait vu fondre sur elle maladie sur maladie et qui ne tenait plus que par un fil, n’a pas voulu laisser passer une dernière occasion : Germaine et moi venions d’arriver en Bretagne ? Elle viendrait nous voir dès le lendemain. J’irais la chercher en voiture ? Inutile, une amie chauffeur de taxi l’amènerait  Installée sur une chaise-longue sous un pin du jardin de Germaine, elle contempla intensément tout l’après-midi la beauté des eaux paisibles du marais, la petite digue de terre sinuant avant la grande mer, et, émotion, les aigrettes blanches et la cane sauvage Eider suivie de ses canetons. Eliane se rassasia littéralement de beauté et d’amitié.

Le lendemain soir, 17 mai 2002, Eliane mourait d’un arrêt du cœur. Avec Henri mort peu avant elle, ils avaient été selon son expression « amoureux de vivre à en mourir ».

Anise Postel-Vinay

et Yvette Stéphand

Chez Germaine TillonChez Kouri (surnom de guerre de Germaine Tillon, ce paysage si reposant sur lequel Eliane Berthomé a posé des regards émerveillés..

Une réflexion sur « Portraits de deux femmes déportées »

  1. Corrected/edited comment –
    Thank you for posting this article. Jeanne and Francine Sebastien helped hide my uncle in July, 1943 in Nantes, before their betrayal to the Gestapo. I have been researching my uncle’s experience of escape and evasion after his US Air Force B17 was shot down over Lorient on May 17, 1943. I would like to reach out to the Johnston family to express our thanks, and to provide any information they might wish to have. Any assistance in helping me contact the family would be greatly appreciated.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives, vidéos, parcours de militants