L’opposition au plan Marshall, les grèves tournantes et la lutte pour la paix « avant tout »

 Ce regard sur le Parti communiste français de l’après-guerre a été écrit par Jean-René Chauvin en 1953. Chauvin militait alors dans des regroupements politiques comme le Cartel des Gauches Indépendantes, ou dans diverses formes de la « Gauche Indépendante Socialiste » (regroupements qui aboutirent un peu plus tard au PSU). Ce texte constitue le second chapitre du manuscrit d’une brochure  consacrée à l’exclusion d’André Marty et Charles Tillon (Manuscrit consultable au CHS, 9, rue Mahler 75004 Paris, Fonds Jean-René Chauvin). Le 1er chapitre est accessible ici :
Contexte: le PCF des années 1944-1947
le chapitre relatif à « l’affaire Marty-Tillon » proprement dite est accessible ici :
L’affaire Marty-Tillon


1947: le PCF dans l’opposition

La nouvelle orientation du P.C.F. s’effectue lentement mais le seul fait qu’il soit dans l’opposition lui permit de reprendre en main l’ensemble des travailleurs et de diriger pratiquement tous les mouvements grévistes qui éclatent dès lors. Cependant la situation internationale est encore loin d’être dramatique. Aussi peut-on s’expliquer que les dirigeants du P.C.F. ne se servent des mouvements sociaux que pour faire pression sur la politique du gouvernement français, et qu’il s’efforce de ne pas les conduire jusqu’au bout.

Discours de Thorez au congrès PCF juin 1947 (derrière, Marcel Cachin et André Marty, tribune)
Discours de Thorez au congrès PCF juin 1947 (derrière, Marcel Cachin et André Marty, tribune)

Au XIème congrès du parti, qui se tient à Strasbourg du 25 au 29 juin 1947, Maurice Thorez adopte une position nuancée vis à vis du plan Marshall qui s’exprime dans la rectification qu’il a fait à propos à d’une erreur de le presse. Voici le passage essentiel de cette mise au point.
”… Toute la presse reproduit une expression qui n’a pas été prononcée par moi, que personne de vous n’a entendu, à savoir que j’aurais dénoncé le plan Marshall comme un piège occidental.  En militant responsable, nous avons l’habitude de peser ce que nous disons et de ne parler qu’avec beaucoup de prudence sur les problèmes de la politique extérieure qui intéressent l’avenir de notre pays. Je répète que nous sentons trop notre irresponsabilité pour créer des difficultés entre les alliés et faire quoi que ce soit qui puisse gêner l’entente nécessaire entre alliés et en définitive le relèvement de notre pays.   Voici donc ce que j’ai dit hier”. Il poursuit ” le plan dont on parle ces jours-ci nous semble comporter de graves inconvénients. Tel quel, il aboutirait en fait à liquider les réparations et à mettre l’Allemagne sur le même plan que la France et les autres pays victimes de l’agression hitlérienne. Certains réactionnaires enragés voulaient déjà voir dans ce plan comme une machine de guerre contre l’Union soviétique, comme l’amorce d’un bloc occidental qui couperait l’Europe et le monde en deux. La venue à Paris de Molotov, sur l’invitation des ministres des affaires étrangères français et anglais porte un coup aux espoirs des pêcheurs en eau trouble.” Il déclare encore : ”On nous dira ”Ne désirez-vous pas l’aide de nos amis américains ?”   Si, nous la souhaitons, mais en préservant jalousement l’indépendance de notre pays.

La situation internationale devient plus tendue, d’abord entre les Etats-Unis et l’U.R.S.S. puis plus spécialement entre la Russie et la France lors de la conférence des quatre grands de décembre 1947, la France proposant le renvoi de le proposition russe de la création d’un gouvernement central allemand, tandis que la Russie s’oppose au règlement immédiat du problème sarrois. Les relations commerciales entre la France et l’U.R.S.S. sont coupées et le ministre des affaires étrangères français Georges Bidault annonce que la fusion économique de la zone française d’Allemagne avec la zone anglo-américaine est envisagée.

Les grèves tournantes

 

Puit n°4 de lens - Piquet grèves dures mineurs- 4 octobre au 18 novembre 1948
Puit n°4 de lens – Piquet grèves dures mineurs- 4 octobre au 18 novembre 1948

C’est peu de semaines avant ces événements diplomatiques que se déclenchent toute une série de grèves, que la presse bourgeoise attribue à la récente création du kominform. Ces grèves qui entraînent tour à tour, selon la tactique précédaient employée, toutes les corporations, se termine par une défaite monumentale pour les grévistes,  la scission syndicale et la constitution de le centrale Force Ouvrière. Cette situation syndicale pèse depuis lors sur l’ensemble du mouvement ouvrier et on peut dire qu’à l’exception de la longue et dramatique grève des mineurs, en automne 1948, le mouvement ouvrier français n’a plus connu de mouvement de grande envergure. La grève illimitée des mineurs avait été lancée par la C.G.T. et, il faut le reconnaître, avait été suivie par 90% des mineurs. La grève fut extrêmement violente,  l’armée intervint pour remettre en fonctionnement les services les services de sécurité qui menaçaient d’être abandonnés, il y eu deux grévistes tués par la troupe, l’émotion fut intense. Cependant, contrairement à ce qu’on aurait pu attendre, la C.G.T. ne déclencha pas une grève de solidarité dans la métallurgie parisienne alors que l’état d’esprit y était favorable. La fédération des cheminots ne bougea pas non plus. Les mineurs eurent l’impression d’être abandonnés à leur propre sort en face de l’intransigeance du gouvernement. Les grévistes reprirent le travail un à un, vaincus et démoralisés. Un certain nombre furent licenciés, d’autres subirent de lourdes peines de prison. Il est hors de doute que l’effritement des effectifs du P.C.F. date de cette défaite, de la conscience que tous ces sacrifices étaient inutiles.
Ce n’est d’ailleurs pas par hasard si la première crise publique du P.C.F. éclate justement quelques semaines après dans la fédération du nord qui avait été au centre du combat pendant toute la grève. La presse bourgeoise se demande alors si ce n’est pas là le premier effet du titisme qui ne date que du mois de juin précédent. En réalité il y a plutôt une lassitude et un scepticisme de la part des nombreux militants qui ont adhéré au parti dans l’enthousiasme de la libération et qui ne voient pas aboutir leurs efforts.


Les premiers symptômes du malaise intérieur

Le N°15 du mensuel « La vie du Parti« , bulletin uniquement destiné aux responsables staliniens, explique la situation du parti à ce moment là, tout au long de ses 114 Pages. Il suffit d’en citer les passages les plus caractéristiques. Les effectifs du parti qui étaient de plus de 800.000 en décembre 1946 sont tombés au dessous de 500.000 au début de l’année 1949 et ce n’est pas sans ironie que l’on peut lire dans ce long rapport ce conseil donné aux responsables « …Pas plus d’ailleurs que nous ne devons nous laisser aller à des simplifications et généralisations qui aboutiraient, comme cela se produit parfois, à voir les partis adverses « effondrés », n’existant plus alors que leurs formes d’activité, leurs moyens d’orientation et de pression sur les masses ont tout simplement varié mais n’en sont pas moins dangereux Le rapport avoue d’ailleurs : “Malgré les grandes possibilités qu’à notre parti, nombreuses sont les organisations  [Organisations du parti ou dépendant du parti] qui n’ont pas retrouvé leurs effectifs de 1947, certains de ceux-ci restant particulièrement disproportionnés, compte-tenu des suffrages électoraux.“ Plus loin : “Les effectifs, les suffrages électoraux, la vente de la presse régressent“. Le bureau politique explique cette régression de la façon suivante:

  1. “Le durcissement de la lutte a provoqué certains départs et des hésitations chez les éléments proches de nous après la libération.
  2.  Les conceptions erronées du Parti conduisent des camarades à opposer la qualité à la quantité.
  3. Certains camarades freinent le recrutement, voire même parlent d’épuration dans les conditions actuelles de la lutte en France.
  4. Des organisations et des militants du parti sous-estiment le mouvement de masse, pensent que les masses sont amorphes. Dans ces conditions l’activité du parti s’en ressent jusque dans le recrutement.
  5. Des membres du parti, ouvriers, fonctionnaires, paysans, commerçants, etc. faisant preuve d’un esprit de suffisance inadmissible, sous estiment leurs camarades ou collègues quand ils n’ont pas un certain dédain envers eux.
  6. La baisse d’influence est due à une mauvaise application de la ligne du parti.
  7. Les faiblesses d’organisations subsistent encore trop nombreuses.
  8.  Mais  les faiblesses d’organisation ne sont souvent que la conséquence de faiblesses politiques, de conceptions erronées.
  9. Les incompréhensions, les hésitations sur la situation politique et les perspectives ont provoqué non seulement des retards et des erreurs dans l’action de masse du parti, mais aussi dans le renforcement de son organisation.

Le rapport critique un certain nombre de directions fédérales qui ne parviennent pas à ’’assurer l’application de la ligne du parti”. La direction de la fédération de la Seine est accusée de ”former un clan’’, de ne pas ”faire monter les cadres” ou de ”limiter la promotion à quelques éléments” choisis , ”non en fonction de leur aptitude mais sur la base d’un esprit de copinerie”. Le secrétaire de la fédération de l’Aude est accusé d’avoir ”substitué la méthode de commandement à celle de l’explication politique”, d’avoir ”empêché tout travail collectif et d’avoir ainsi affaibli l’organisation du parti”. Le même défaut bureaucratique est reproché aux fédérations du Vaucluse et du Loir-et-Cher dont les directions sont changées. Le rapport constate de nombreuses négligences dans l’administration et les finances du parti. Il cite quatre fédérations seulement dont la dette est inférieure à ce qu’elle était à la fin de 1947. Il en cite cinq dont la dette a quadruplé pendant la même période. Il se plaint également de l’indifférence de nombreuses fédérations ”dans l’application des directives concernant la Jeunesse”, et quand le parti recrute des Jeunes », ceux-ci ne résistent pas toujours au parti ». Le même rapport traite aussi du travail dans les organisations de masses dans les quelles les membres du parti ne militent « pas assez activement« . D’autres au contraire « ne voient que le mouvement ou l’organisation où ils militent et perdent la notion du parti« . Certains militants vont même « jusqu’à prétendre que le parti doit s’occuper de politique, et que telle ou telle organisation doit s’occuper de revendications comme s’il était possible d’élever des cloisons étanches. » Ce passage se vise incontestablement l’action syndicale, et il n’est pas douteux que les cadres moyens de la C.G.T. voyant fondre petit à petit leurs effectifs ont eu plus tendance à s’adapter aux désirs des syndiqués de base qu’aux directives confédérales inspirées par le P.C.F. Le rapport met incontestablement le doigt sur une des principales raisons du malaise interne du part dans le passage suivant : « … la déclaration du bureau politique « le peuple de France ne fera pas, ne fera jamais la guerre à l’Union Soviétique  a trouvé un tel écho dans tout le pays que personne ne peut nier qu’elle traduit les sentiments profonds d’une grande partie de la population. Mais cela ne signifie nullement que cette déclaration puisse être immédiatement reprise textuellement ou dans des termes presque analogues dans les divers mouvements et organisations de masses y compris dans les syndicats » Ceci constitue un véritable aveux de la part de la direction stalinienne : l’aveux involontaire qu’il est difficile de faire adopter leur politique de subordination à Moscou par l’ensemble des syndiqués. Si nous avons cité longuement de nombreux extraits de ce pensum, c’est d’abord parce qu’il constitue le premier document qui révèle la maladie du P. C. F., deuxièmement parce qu’il permet de tirer quelques conclusions ou du moins de confirmer certaines appréciations.

  1. Alors que les communiqués officiels destinés à la grande masse crédule des militants et des sympathisants s’efforcent de donner l’image idyllique « d’une progression continue des forces démocratiques et de l’élévation permanente de leur conscience politique« , ces critiques et ces conseils s’adressant à des fonctionnaires du parti, sont tenus à une relative objectivité, à une analyse plus exacte des faits. Une objectivité en quelque sorte comparable à celle d’une note administrative à caractère politique
  2. La grande masse de ceux qui ont adhéré au parti stalinien au moment de la libération et des premiers mois de collaboration avec les partis bourgeois, y ont adhéré sur la base d’une politique patriotique, voire nationaliste parlementariste et conciliatrice, acceptant n’importe qui pourvu qu’il signe son bulletin d’adhésion. La direction du P.C.F. n’a pu parfaire leur éducation politique, et les préparer à un durcissement. Cette nouvelle politique émousse la combativité des ouvriers communistes eux- mêmes, parce que les grèves tournantes se terminent par des défaites; elle indispose à le périphérie du P.C.F., les intellectuels, les couches moyennes, les paysans imprégnés, par tradition et par le parti lui-même, de sentiments chauvins.
  3. Enfin cet important numéro de « la vie du Parti », en répondant ”à ce que pensent certains camarades” révèle que l’inquiétude et le trouble a pénétré les cerveaux des cadres moyens du parti, c’est à dire de son ossature. Plus en contact avec les masses ouvrières, les militants de base, les sympathisants, les syndiqués, ces cadres moyens en connaissent mieux que les dirigeants centraux  les préoccupations, l’état d’esprit, leurs réactions spontanées aux événements. Leur trouble signifie que la maladie a atteint des souches profondes et elle est d’autant plus ressentie que le bureau politique impute les médiocres résultats obtenus aux fautes, aux erreurs, de ces ordres. La crise actuelle du P.C.F. n’est donc pas une phénomène accidentel. Il apparaît au travers de tous ces faits et de l’analyse qu’en font eux-mêmes les dirigeants staliniens français qu’elle est l’aboutissement d’une longue maladie d’abord imperceptible, d’une série de désaccords entre les aspirations des masses et la politique collaboratrice du PCF jusqu’en 1947, puis entre la lassitude des masses et la politique aventuriste du P.C.F. ensuite.

procès László Rajk à Budapest
procès László Rajk à Budapest

La maladie fait son chemin

Le malaise qui s’approfondit insensiblement entre les masses ouvrières et la parti se double à partir du début de l’année 1949 d’un conflit avec une partie des intellectuels du parti et d’un détachement, d’un certain nombre de compagnons de route. c’est d’abord l’affaire Lyssenko, puis la querelle à propos du réalisme socialiste, puis enfin et c’est beaucoup plus grave, le procès Rajk à Budapest, qui renoue avec les procès en sorcellerie de Moscou de 1936 à 1938. A peine terminé, c’est bientôt le procès Kostov et la disparition mystérieuse de Dimitrov au cours de sa cure en U.R.S.S. Tous ces événements ébranlent la confiance des des militants communistes. mais comme d’habitude ceux qui ont des doutes n’en font jamais part à leur réunion de cellule, dans les discussions intérieures du Parti. Ils se contentent de le confier à un ami ou tout simplement ils cessent d’assister aux réunions du parti. Parmi les intellectuels accusés publiquement d’hérésie le biologiste Marcel Prenant est le seul qui soit encore membre du parti. Depuis le début de l’année 1949, les crises ne font que se succéder dans le parti et à la C.G.T. Après la réorganisation, en février, de la fédération du nord que nous avons signalée, éclate l’affaire du député stalinien de la somme Louis Prot. Taxée d’hypocrisie, de malversation, par le député de la Somme, la direction du parti tenta en vain d’étouffer le scandale. Effrayée par le danger de contagion elle finit par réhabiliter louis Prot qu’elle avait exclu quelques semaines auparavant. Depuis Louis Prot e été réélu député de la Somme, mais sa fédération vu ses effectifs fondre de plus de la moitié. Cet épisode est très significatif. Il montre

  1. que la crise interne est profonde
  2. mais qu’elle n’atteint pas les électeurs
  3. que la direction recule devant le scandale

Au début de 1950, Maurice Thorez procède lui-même à une nouvelle épuration dans la fédération du nord, un an après la première. Il critique les dirigeants locaux pour l’insuffisance des résultats obtenus, il leur reproche de « perdre leur temps à faire de l’organisation et de la propagande au lieu de s’engager dans l’action directe ». Certains sont accusés de « titisme », accusation qui a remplacé la vieille insulte classique de « trotskyste ».

L’épithète de « titiste » lancé à plusieurs occasions par les leaders du P.C.F. font alors supposer à presse française que le schisme yougoslave est à l’origine du malaise enregistré. Cette hypothèse est grandement exagérée. La rébellion des communistes yougoslave n’a eu aucune influence sensible sur les ouvriers. Ses effets ont été essentiellement ressentis par certains intellectuels du parti ou proches du parti et par une minorité de militants révolutionnaires extérieurs au P.C.F. Il ne s’est constitué aucune une fraction titiste officielle ou clandestine au sein du parti français ou à l’extérieur. Cependant, le trouble, la méfiance, des militants ont été accentués.


La lutte pour la paix « avant tout »

Tandis que les rapports internationaux se sont encore tendus, que le blocus de Berlin puis le déclenchement de la guerre de Corée font courir le risque d’une troisième guerre mondiale, la politique du P.C.F. se durcit et toute son activité consiste à organiser des manifestations en faveur de la paix, organiser des pétitions, des campagnes de signatures en faveur de l’interdiction  de la bombe atomique, d’un pacte de paix entre les cinq grands contre le réarmement de l’Allemagne, etc.  Toutes ces manifestations lassent d’autant plus les ouvriers qu’ils n’en voient pas l’utilité pour leur revendications immédiates. Les dirigeants de la C.G.T. sacrifient parfois ouvertement les revendications ouvrières à la « lutte pour le paix ». C’est ainsi que dans une usine de la région parisienne où les ouvriers avaient déclenché une grève, pour obtenir une augmentation de salaire de 7 francs de l’heure, le syndicat C.G.T. donne l’ordre de reprise du travail dès que le patron eut signé l’appel de Stockholm sans que la revendication eut été satisfaite. Comment s’étonner que les assemblée syndicales ne groupent qu’une faible assistance et que la C.G.T.  perde peu à peu son influence sur les masses syndiquées. Si les ouvriers votent encore en majorité pour les candidats de la C.G.T. aux élections de délégué du personnel ou au comité d’entreprise, ils ne bougent plus quand la C.G.T. leur donne l’ordre de se mettre en grève ou de manifester.

Congrès PCF 1950 Gennevilliers
Congrès PCF 1950 Gennevilliers

Le 12ème congrès national du P.C.F. qui se tient à Gennevilliers dans la région parisienne, en avril 1950, consacre cette orientation qui accorde la priorité à « la lutte pour la paix ». Maurice Thorez se plaint ”qu’un grand nombre de militants n’aient pas compris que la question de la paix est la question décisive”, ”l’économisme« , déclare-t-il, n’aurait pas à ce point imprégné l’action du parti si l’on avait compris toute l’importance des cellules d’entreprise et si l’on s’était vraiment attaché à la création dans chaque usine d’un comité de la paix« . Comme à l’ordinaire Thorez impute les difficultés rencontrées par le Parti, non à la ligne politique, mais à sa mauvaise application par les organisations de base. Ces critiques s’expriment publiquement à l’extérieur du parti, il faut croire que les discussions intérieures sont alors assez vives. mais ces discussions n’ont jamais lieu dans les organes  de bases, les cellules, qui ne font qu’appliquer la politique. Elles se situent seulement à l’échelon des cadres moyens et des cadres supérieurs du Parti, entre les responsables politiques et les responsables syndicaux. Les cadres moyens et les responsables syndicaux qui sont en contact permanent avec ”les gars de la base” sentent le fossé s’élargir entre le parti et les masses. Le congrès de Gennevilliers consacre la position dominante de Maurice Thorez au sein du Comité Central. D’anciens dirigeants comme Marcel Prenant, Daniel Renoult, et Airoldi sont remplacés par de jeunes militants. Auguste Lecoeur est promu au Bureau Politique, ainsi que la femme de Thorez, Mme Jeannette Vermeersch.

Jeannette Vermeersch
Jeannette Vermeersch

Un fait insolite Il faut noter un fait insolite au sujet de la crise intérieure du P.C.F., fait qui n’eut pas de suite visible, mais qui permet, sinon de faire des hypothèses, du moins de confirmer que la crise a atteint les sommets du parti. Fin août 1950, l’Agence Française de Presse  diffusait les extraits d’un article du Journal anglo-russe « New Diplomat » considéré comme un organe officieux de l’ambassade de l’URSS., article qui parlait de la crise de « titisme » et de « trostskysme » que subissait le P.C.F. L’article déclarait entre autres choses « NOUS SOMMES RECONNAISSANTS aux camarades français Laurent Casanova et Georges Cogniot dont les sévères critiques contre les espions titistes sont à la fois justifiées (13 août 1950) et équitables.” Le même numéro du ”New Diplomat” comprenait aussi un article consacré au général de Gaulle dans lequel il était écrit que « par la ‘netteté de son langage, il (de Gaulle) a provoqué maintes critiques des ennemis de l’U.R.S.S. qui sont aussi ceux de la France.” La parution concomitante de ces deux articles peut faire supposer que la diplomatie russe se livrait à un sondage indirect des milieux politiques français sur l’éventualité d’un Front National uni. Le mot n’y était pas écrit mais tout le ton de l’article le laisse supposer. Ainsi, par ces deux articles, la diplomatie russe aurait laissé entendre que si les milieux politiques français redonnaient vigueur au pacte franco-soviétique, une large union pourrait encore se réaliser autour du général de Gau!le, et qu’il n’y aurait pas à craindre, en échange, une politique révolutionnaire du P.C.F. épurés de ses extrémistes titiste ou trotskystes. Ce n’est évidemment là qu’une hypothèse. L’année 1950 est celle du déclenchement de la guerre de Corée. Les réactions provoquées par cet événement à l’intérieur du parti sont assez différentes. Les uns sont déçus de la non intervention russe. D’autres y voient une victoire morale de l’U.R.S.S, qui reste en dehors, du moins apparemment, du conflit. De toutes façons le parti se sent de plus en plus isolé dans le pays.Le parti tente de briser cet isolement en élargissant le Congrès des partisans de la paixmais cette tactique n’aboutit pas à entraîner l’adhésion de nouvelles personnalités et l’isolement du parti demeure. Toujours dans le but de sortir de son isolement le parti encourage le neutralisme de l’Union Progressiste, qui n’est qu’une organisation crypto-stalinienne étroitement contrôlée par l’appareil. Mais l’Union Progressiste ne rencontre pas beaucoup de succès, bien qu’elle adopte une politique d’apparence neutraliste. En Mars 1951 la grève des cheminots et des employés du gaz offrent au P.C.F. ou du moins à la C.G.T. une nouvelle tentative en lançant des appels à la constitution de comité d’unité d’action. La classe ouvrière sent en effet la nécessité d’unir ses efforts dans l’action syndicale. Mais les autres centrales se retirent vite et se tiennent à l’écart de peur de se voir noyauter par la centrale stalinienne. A l’échéance électorale (juin), le P.C.F. perd 400.000 voix tout en demeurant cependant le plus important parti de France. Ce succès relatif a donc pour effet de rassurer les militants et de retarder l’évolution de la crise commencée depuis 1948. Victime d’une attaque de paralysie Maurice Thorez est parti en novembre 1950 se faire soigner en Russie. L’on remarque après son départ l’importance croissante prise par Auguste Lecoeur à la direction du Parti.


1952 – L’épanouissement de la crise et l’affaire Marty-Tillon

Aucune des tentatives d’élargissement n’ayant donné des résultats escomptés les militants sont quelque peu désorientés. De plus en plus nombreux sont ceux qui pensent que les défilés de la paix et les campagnes de pétition désarment les militants et les sympathisants. L’absence de Maurice Thorez est aussi un sujet permanent de discussion. Les uns affirment qu’il est mort, et il ne faut pas moins d!un démenti de sa femme Jeannette Vermeersch pour couper les ailes à cette rumeur extravagante qui court dans les rangs du parti (et qui est peut-être entretenu par des policiers infiltrés dans les rangs du PCF). Au cours de l’année 1952, la foi déjà chancelante des militants est mise à rude épreuve, par une rapide série de zig-zags qui ne leur laisse pas le temps de s’adapter. Aux diverses tentatives d’élargissement qui précèdent, succède brusquement un raidissement inauguré par un article de François Billoux, paru dans les cahiers du communisme peu avant la signature des accords de Bonn et de Paris, puis quelques semaines après une nouvelle détente et un appel à la constitution d’un nouveau Front Populaire quand il apparaît que la ratification des traités sera retardée, enfin c’est l’éclatement et l’évolution galopante de la crise Marty-Tillon.


L ‘ aventure Putschiste du 28 mai 1952

L’article de Billoux paru dans « Les Cahiers du Communisme » organe théorique du P.C.F laisse prévoir une nouvelle orientation du parti. Il n’est d’abord pas sans intérêt de souligner que Billoux revient de Russie où il a eu des entretiens avec Maurice Thorez et son article est présenté comme traduisant la pensée du secrétaire général en traitement à Moscou. Cet article marque un tournait gauchiste, un raidissement intransigeant du P.C.F. Il constate d’abord que « l’action des masses n’a pas été suffisante pour imposer un renversement de la politique française. » C’est déjà un ton nouveau, car jusqu’alors les écrits staliniens affirmaient constamment « la progression toujours croissante des forces démocratiques« . Cette fois-ci l’on ne peut plus cacher aux militants que la situation n’est pas tellement favorable. D’ailleurs le texte ajoute à ce sujet « Il ne s’agit pas de s’alarmer mais nous pourrons d’autant plus facilement liquider les faiblesses, les insuffisances, que nous les verrons en face et que nous en chercherons les causes profondes pour les surmonter et les vaincre. C,est ainsi qu’un recul des voix communistes dans une élection partielle, de la perte de lecteurs pour un journal démocratique, du fléchissement du nombre d’adhérents dans une section ou une fédération doivent être étudiés avec beaucoup d’attention.” (…) « Pour obtenir ce changement (de la politique française) disons nettement qu’il ne suffit pas d’accentuer l’action menée jusqu’à présent, mais qu’il est indispensable de l’élever considérablement. » L’article de Billoux déconseille l’union entre ouvriers et patrons pour la défense de l’industrie française, contrairement aux directives adoptées précédemment. Il propose le renforcement de l’action, contre la guerre du Viêt-Nam, le développement des actions contre l’installation de bases américaines en France, la fabrication de guerre, le transport et la manutention des armes et des munitions. Pour toute cette action il est nécessaire ajoute-t-il de dénoncer « l’action néfaste des dirigeants du parti socialiste ». L’application de cette nouvelle politique sectaire ne se fait pas attendre. Les événements internationaux en fournissent l’occasion. Le 26 mai à Bonn, Acheson, Eden Schuman et Adenauer signent les accords germano-alliés, le lendemain ils signent à Paris le traité créant la communauté européenne de défense, et le 27 le général Ridgway arrive à Paris occuper son poste de commandant en chef du S.HA.P.E. en remplacement d’Eisenhower.

Manifestation contre la venue de Ridgeway 1952Les 27 et 28 mai le P.C.F. convoque ses militants à une importante manifestation de protestation contre « le général microbien« .
Malgré toute le publicité faite par la presse stalinienne autour de cette manifestation, les participants sont peu nombreux, à peine 4.000 à Paris. Ils se heurtent à d’importantes forces de police, et les bagarres se déroulent sous les yeux indifférents de la population.
La  manifestation démontre clairement que le parti est alors complètement coupé des masses et que seul les permanents et les éléments les plus fanatiques ont suivi le mot d’ordre.
Le soir, bien après la manifestation, Jacques Duclos est arrêté et inculpé de complot contre la sûreté intérieure de l’état.
Le rédacteur en chef de l’Humanité, André Stil, a été arrêté depuis une semaine . La direction stalinienne lance l’ordre de grève générale pour le 4 Juin afin de protester contre ces arrestations. De tous temps l’arrestation d’un militant ouvrier a provoqué une réaction de l’ensemble des tendances prolétariennes en vue d’obtenir sa libération.

Malgré la personnalité de Duclos, ou plutôt, à cause d’elle, aucune des organisations ouvrières non staliniennes se solidarise avec la grève. Mieux, l’ordre de grève est rarement suivi par les militants staliniens eux-mêmes. Dans certaines entreprises les débrayages n’excèdent pas une heure, dans d’autres les responsables de le C.G.T. ne font même pas distribuer les tracts appelant à la grève de crainte de provoquer l’hémorragie de leur syndicats. C’est une seconde et lourde défaite, la presse bourgeoise est enchantée. Elle félicite la classe ouvrière de sa sagesse. Naturellement les journaux stalinien qui ont appelé à manifester le 28 mai et le 4 juin ont chaque fois titré « Pour les revendications et pour la paix » mais personne ne s’y est trompé, l’objectif politique avait une incontestable priorité sur les mots d’ordre revendicatifs.

En réalité ce n’est pas seulement une défaite du parti stalinien, c’est aussi une défaite pour les revendications ouvrières. La presse bourgeoise se félicite de l’événement et se moque des résultats pitoyables du tournant gauchiste du P.C.F.

Pourtant le tournant est nié par Marty et Lecoeur. « Pour appuyer ses fables sur le complot, écrit Marty dans l’Humanité du 17 juin, le gouvernement prétend que le 28 mai marque un”tournant” du Parti Communiste Français. » …’’Le gouvernement invente maintenant qu’il y aurait deux tendances clans le Parti Communiste, celle pour la lutte pour la Paix par l’action de masse, et celle pour la défense des revendications. C’est faux.” Il faut croire que ce n’est pas si faux puisque la femme de Maurice Thorez a écrit dans l’Hebdomadaire stalinien « France Nouvelle » du 31 mai un long article qui prétend définir la ligne du parti pour les militants désorientés, article qui révèle, une fois de plus la lassitude des militants staliniens et les doutes  qui les tourmentent.

« Mais voici cinq ans, écrit-elle, que les travailleurs espèrent un changement. Et parfois des impatiences légitimes se manifestent. Dans tel département des militants communistes disent « mais comment parviendra-t-on à obtenir ce changement?…
Dans les nombreuses délégations que les élus reçoivent, quel est le maire, le député, qui n’a pas constaté les impatiences et parfois le découragement ? ». C’est bien encore une fois de plus l’aveux que le décrochage entre le parti et les masses ouvrières s’est accentué et que l’appareil du parti lui-même est lézardé. Dans son important article, important par ce qu’il révèle de la situation intérieure du parti, et par les arguments qui sont présentés aux militants pour les convaincre de la justesse de la ligne politique du parti, elle reconnaît qu’on ”ne peut attendre du parlement un changement décisif”… que « la plupart des gouvernements sont tombés sur des problèmes économiques et financiers. Ce qui signifie que la pression des masses populaires sur les problèmes économiques fut assez puissante.”… . »Mais la classe ouvrière ne serait pas à la hauteur des tâches qui lui incombent si elle réduisait son combat à la lutte pour les salaires. »
Elle cite le camarade Sousslov lorsqu’il déclarait dans son rapport à la séance en 1949 du bureau d*Informations ”Les partis communistes et ouvriers doivent utiliser tous les moyens de lutte pour assurer une paix solide et durable et SUBORDONNER TOUT A CETTE TACHE CENTRALE DE L’HEURE. »
Souslov déclarait encore : « Cependant les syndicats peuvent faire beaucoup plus pour développer la lutte du peuple tout entier contre les fauteurs d’une nouvelle guerre, pour renforcer l’activité du camp des partisans de la paix. Dans ce domaine les comités de défense de la paix dans les entreprises et les administrations peuvent et doivent être le chaînon central de l’activité des organisations syndicales ». Telle est clairement définit la ligne du moment : tout subordonner à la lutte pour la paix; ce qui peut se traduire tout subordonner à la défense des objectifs diplomatiques de la Russie.

Jeannette Vermeersch
Jeannette Vermeersch (ici lors du congrès de 1947)

Après avoir ainsi défini la position du parti Jeannette Vermeersch s’en prend à ceux « qui discutent pour savoir si la lutte pour les revendications c’est aussi une lutte pour la paix. On demande s’il faut commencer par les revendications pour poser le problème de la paix et du fascisme.” … »En réalité ces discussions sont non seulement académiques, mais elle dénotent des courants économistes dans notre parti ».

L’article de Jeannette Vermersh était bien dans le même esprit que l’article de Billoux quelques semaines auparavant; Les directives étaient : politiser les mouvements et tout subordonner à la lutte pour la paix avec ce que cette formule sous entend.

Mais les échecs sensationnels du 28 mal et du 4 juin découvrent brusquement aux yeux des militants staliniens qui réfléchissent un peu tout l’écart qui peut exister entre la politique du parti et les réactions des masses. Ils se posent inévitablement des questions, et naturellement ils sont amenés à réexaminer toute la politique du parti depuis la libération. Toutes les incertitudes plus ou moins rapidement, plus ou moins bien étouffées à propos de chaque tournant réapparaissent brutalement et ajoutent à la confusion.

Un texte signé « un groupe de militants parisiens mécontents et inquiets » circule sous le marteau à l’intérieur du parti le lendemain du 28 mai. Cette lettre adressée à « tous les militants communistes » constate l’échec de la manifestation, or déclarent les auteurs, « nous avons à Paris et dans la Seine 500.000 lecteurs, environ 70.000 membres du parti, 400.000 syndiqués et au moins 10.000 membres des combattants de la paix. Où étaient-ils donc vendredi et mercredi ? « . La lettre réclame une discussion sur 1) le réarmement allemand 2) l’attitude à l’égard de l’amérique 3) les formes d’action du parti et le bilan des dernières manifestations 4) L’état réel de Maurice Thorez et les raisons qui font qu’il n’écrit jamais et ne parle pas 5) la question des rapports du parti avec les combattants de la paix. Et ils réclament en outre un congrès du parti. « Si les divergences ne s’expriment pas plus violemment et publiquement c’est incontestablement parce     que l’arrestation de Jacques Duclos resserre les militants entre eux contre la répression.

Film de 1952 documentaire (fonds du PCF, ce lien video pointe sur http://www.cinearchives.org/)
« ça ne peut plus durer »  Production : Conseil mondial de la Paix
Réalisation : Henri Aisner Commentaire : Jean Lemaître
Intervenants : Yves Montand, Simone Signoret, Françoise Rosay

Brusque tournant à droite

Puis aussi brusquement qu’il est de tradition au P.C.F., celui-ci effectue un nouveau tournant qui est annoncé par le congrès de l’Union Progressiste. Cette organisation dont l’allure soit disant indépendante du P.C.F. ne trompe que les naïfs, lance au début de Juin 1952 un appel pour un nouveau Front Populaire.

Il n’est pas inutile de noter qu’à la même époque s’est tenu à Bordeaux le Congrès radical au cours duquel deux importantes personnalités, comme Herriot et Daladier, se sont fermement opposés à l’armée européenne, que la plus grande partie de la presse française a critiqué les protocoles ad additionnels des traités de Bonn et de Paris, et que « le Monde » lui-même a écrit en parlant de ces traités « la signature n’est pas la ratification. » C’est enfin l’opposition d’une grande partie du parlement aux termes du dit accord.
Rien n’est donc perdu pour Moscou sur le plan diplomatique et l’on ne doit pas dès lors s’étonner de ce nouveau glissement à droite qui menace d’aller très loin.

Etienne Fajon (ici lors du congrès PCF de 1947)
Etienne Fajon (ici lors du congrès PCF de 1947)

Le Comité Central du parti se réunit le 18 Juin et fait une sévère autocritique des manifestations des 21 mai et 4 juin. C’est Etienne Fajon qui est chargé de redresser en quelque sorte la ligne du parti. Encore une fois ce n’est pas la politique inspirée de Moscou qu’il critique, mais la mauvaise application qui en a été faite. Écoutons le : « Mais les événements ont montré plus clairement encore, que la formulation d’un mot d’ordre général unique, dans la situation donnée, était une faute. Et il faut se demander si en appelant à une sorte de grève sur le tas sans fixation de durée, on n’était pas enclin à compter davantage sur l’action d’une avant-garde que sur l’adhésion de larges masses unies à une protestation déterminée.”. . »Il nous faut constater que nous faisons trop peu pour déterminer les faiblesses qui s’expriment par une perte de suffrages dans certaines élections, par la baisse de nos effectifs dans certaines fédérations, par la tirage peu satisfaisant de notre presse. Nous faisons trop peu pour étudier les causes de ces difficultés et les éliminer. » Etienne Fajon critique symétriquement « l’opportunisme qui s’est manifesté jusqu’à ces derniers temps par un certain enlisement dans le train-train quotidien, par un abandon de l’esprit de classe… » et le sectarisme, qui s’est traduit par ces « mots d’ordre qui relevaient davantage de la gesticulation que d’une analyse juste de la situation et d’une juste conception du travail de masse. »

Il conseille donc d’éviter « le ton frénétique dans tout ce que nous disons écrivons et faisons, les outrances ne peuvent qu’affaiblir les liens entre le parti et les plus larges couches de la population.” Le but essentiel du parti restant la lutte pour la paix, « l’union pour la paix doit tendre à englober l’ensemble du peuple. ” Les masses paysannes, les classes moyennes, les Intellectuels, les patrons lésés par la domination américaine. Jeannette Vermersh fait un peu d’auto-critique et voici maintenant le parti lancé sur les rails de l’union nationale.

Après ce Comité central du 18 Juin le glissement à droite de la direction du PCF atteint une amplitude que n’aurait pas fait prévoir le manifestation aventuriste du 28 mai.  Déjà le 21 Juillet Lecoeur répondant dans l’humanité à un article d’un leader socialiste indique que son parti ne pourrait faire confiance « à priori » à un gouvernement à participation social-démocrate, mais que si un tel gouvernement adoptait « une mesure quelconque en faveur des intérêts des masses, il est clair que nous communistes ne le combattrons  pas, mais que nous le soutiendrons ».

Le ton a changé depuis l’article de Billoux. Lecoeur ira encore plus loin : le 13 novembre 1952, il écrit, parlant d’un accord possible entre plusieurs formations politiques françaies contre les traités de Bonn et de Paris : « Si un accord limité de ce genre se réalise entre des communistes, des socialistes ou des hommes comme M. Bourdet, Daladier et autres, ce n’est pas pour activer la marche au socialisme, pas plus que pour vouloir retarder la fin du régime capitaliste à deux doigts de sa perte. Il s’agit ensemble d’écarter un péril précis et immédiat qui menace la France. Pour ce faire LE CONCOURS DE TOUS LES FRANÇAIS QUELLES QUE SOIENT LEURS OPINIONS EST INDISPENSABLE. »

Entre temps l’opinion a appris les sanctions qui frappent Marty et Tillon, et certains observateurs politiques se demandent si Moscou ne sacrifie pas les intransigeants du parti pour mieux amadouer la bourgeoisie française.

La personnalité d’André Marty mérite qu’on s’y arrête un peu.

le chapitre relatif à « l’affaire Marty-Tillon » proprement dite est accessible ici :
L’affaire Marty – Tillon

Une réflexion sur « L’opposition au plan Marshall, les grèves tournantes et la lutte pour la paix « avant tout » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants