Lettres de Constantine, Algérie, 8 mai 1945

Ces lettres sont consultables dans le fonds Jean-René Chauvin, au centre d’Histoire sociale du XXème siècle  9, rue Mahler 75004 Paris

Témoignage du 8 mai 1945, à Constantine, Algérie : Lettres de Léon Bourie

Léon Bourie, est un cheminot, né en 1882 dans les Pyrénées, mort en 1952 à Paris.  Il était entré en 1907 au parti socialiste, avait adhéré en 1920 au parti communiste, puis à la IVe Internationale en 1936.
A l’âge de 56 ans (en 1938), il part vivre en Algérie, avec sa femme et ses deux filles (11 ans et 3 ans en 1945). D’abord dans le « bled » près de Constantine, puis à Constantine même.
D’un point de vue militant, Léon Bourie se sent isolé, sur le rocher… Son principal interlocuteur (épistolaire) est Jean-René Chauvin, qui revient des camps de concentration en juin 1945, et avec qui il correspond dès le retour de ce dernier à Bordeaux.

Léon Bourie écrit d’Algérie les faits tels qu’ils les a vécu un mois auparavant à Constantine même, au moment des massacres de Setif et Guelma.

Extraits du récit des 7 et 8 mai 1945 :

Mon cher J.R.

La joie éprouvée à la réception de ta lettre ne saurait s’exprimer ici, et impuissants seraient les mots à vouloir la définir. Aussi je passe tout de suite au sujet qui comme à toi me tient essentiellement à cœur et qui a si tragiquement illustré l’actualité récente. (…)

Et voici maintenant l’exposé des faits dans leur objectivité brutale.

Tout d’abord Constantine : le 7 mai, entre 6 et 7 heures, les cloches d’une église de quartier s’ébranlèrent joyeusement. Tout le monde aux fenêtres et aussitôt dans la rue. C’est l’armistice disait-on et un afflux de population envahissait toutes les rues de la ville, se dirigeant vers le point central, constitué par la place de la Brèche, sur l’esplanade de laquelle on avait depuis deux jours élevé une tribune, avec micro et haut-parleur. Les cloches de l’église susnommée s’étaient tues dans l’intervalle, mais les sirènes et les sifflets des locomotives en gare continuaient à être actionnées par les cheminots.

Dans mon parcours (car sorti du bureau je suivais le mouvement de la foule) et en débouchant à la naissance de l’avenue Liagre, dans l’endroit où se fixe un souvenir personnel que je te conterai plus tard, je croisai un cortège stalinien composé d’éléments variés et qui, pancartes déployées offrant les slogans habituels, dont « Pétain au poteau », n’offrait ni dignité ni sérieux, et semblait scandaliser par son aspect les habitués de la terrasse du casino qui, avec leur regard préparaient leur estomac à leurs ingestions futures.

Léon Bourie
Léon Bourie

La foule très dense était déjà massée devant la tribune et lorsque j’arrivais là, une individualité officielle, sous-préfet ou je ne sais, se plaçait devant le micro et annonçait à la foule, dont la joie se manifestait dans l’expression des visages, tant européens qu’indigènes, que l’armistice n’était pas l’armistice, que celui-ci serait probablement annoncé plus tard, qu’il ne fallait pas, dans tous les cas, abandonner les occupations avant que la sirène de la ville n’annonçât, par son mugissement, le fait lorsqu’il serait accompli. Que néanmoins il nous donnait rendez-vous à ce même endroit pour le lendemain à 3 heures afin d’entendre le discours du Général De Gaulle probablement annonciateur de la victoire.

 Le désappointement se peignait sur les visages et les commentaires allaient leur train lorsqu’un responsable PC se plaçant devant le micro clama que les hostilités étaient terminées, que les allemands avaient signé la reddition, que l’on pouvait fêter le fait et il conclut par les mots habituels de gloire aux alliés et d’union du peuple de France. D’autres responsables du PS, des JC,  de la CGT s’emparèrent à leur tour du micro et le dernier finissait de parler lorsqu’un commissaire de police, avec une rage évidente, l’écarta brusquement et avec quelque violence détacha le micro du contact.

Le lendemain, sauf les postiers qui dès le matin avaient instauré le service restreint des Dimanches et fêtes, dans toutes les autres administrations, le service fut régulier jusqu’à midi, même à la Préfecture (quelles instructions attendaient ?).

Un peu avant deux heures, je me dirigeais vers la place de la Brèche et avant d’y déboucher par la rue Caraman, artère principale du commerce de la ville, je croisais une compagnie de tirailleurs sénégalais en tenue de campagne. Mulets et mitrailleuses s’engageaient dans cette rue après avoir traversé l’avenue Liagre à tracé spectaculaire et également la place de la Brèche déjà garnie à ce moment d’une foule très dense d’indigènes et d’européens. Cette mesure déterminée à l’avance aurait pu prendre une forme bien plus discrète et tout aussi opérante si ce qu’elle semblait devoir prévenir venait à se produire (je me permets ici une réflexion purement personnelle : y avait-il corrélation avec la forme des faits de la veille dont la tournure a paru depuis avoir été nettement voulue ?). La suite des évènements tendrait à confirmer cette supposition.

Je restai dans la place à observer et écouter les réflexions des uns et des autres et lorsque à 3 heures la sirène fit entendre son mugissement, que les officiels commençaient à se masser à l’entour de la tribune, je m’éloignais par une rue qui, débouchant à l’entrée du pont de Sidi Rached, devait après sa traversée, me conduire vers des lieux de la périphérie dont le calme me semblait devoir être plus propice à mes méditations.

Dans le bas de la rue, et à ma grande surprise, car depuis que je suis en Algérie, je n’ai cherché à m’approcher d’aucun groupement, je me trouvais brusquement devant un rassemblement d’indigènes, 2.000 ou 3.000, peut-être plus, qui banderoles présentant des inscriptions en français et en arabe, dans le calme le absolu, s’apprêtaient à défiler par un itinéraire qui s’indiquait de lui-même, avenue Viviani, tournant sur la place de Lamoricière et de là, par l’avenue Liagre, devait déboucher sur la Brèche devant la tribune officielle.

Les inscriptions des banderoles rendaient l’hommage de « gloire aux alliés », demandaient aussi du pain (avec quelle raison !), aussi la fin du colonialisme, rien de particulièrement séditieux puisque ce vœu est inclus dans ce qu’on a nommé  la « Charte de l’Atlantique » et qui constitue le corps et la raison du trusteeship  (est-ce ainsi qu’on l’écrit ?).

Composition sociale : tous les éléments, aussi bien d’aspect miséreux, ce qui n’implique pas forcément, vu les possibilités d’habillement, une misère d’esprit; travailleurs que la communauté des conditions de travail (je ne peux pas dire de salaire) d’avec celle des européens, rapproche de ces derniers quant au degré évolutif;  Commerçants jouissant de conditions d’existence plus confortables, mais aucun semblant appartenir au milieu qui, dans la période noire était catalogué en France comme collaborationniste (depuis le temps que je vis ici, physiquement je les connais à peu près tous). Le cortège venait à peine de s’ébranler, toujours dans le calme.

Par derrière, débouchant du pont de Sidi Rached  et devant sans avoir eu à traverser l’agglomération centrale de la ville, sauf le quartier de la gare, cinq à six tanks, je ne sais au juste, mitrailleuses braquées vinrent longer et s’arrêtèrent sur un des flancs de la colonne. Celle-ci venait de subir un temps d’arrêt. Voulant en connaître la cause, je m’en allai à mon tour sur le flanc opposé et, en arrivant vers la tête, j’aperçus un fort barrage de police, masqué probablement jusqu’à ce moment par le tournant brusque qui joint l’avenue Viviani à la place Lamoricière et que les arbres d’un coin du square « Vallée », à l’extrême pointe duquel s’élève la maison de l’agriculture, contribuaient à la possibilité de dissimulation. (Excuse ces détails indispensables, qui, à mon avis, constituent un lien visible avec ce qui s’est passé ailleurs).

Des gradés de cette police discutaient vivement avec des individualités de la tête de cortège, je ne pus entendre si c’étaient des injonctions ou simplement des instructions, mais un non ! jaillissant des éléments de tête s’éleva énergique, les pancartes furent repliées, la colonne se disloqua et les éléments , toujours dans le calme, s’engouffrèrent dans la rue, à côté de la tête de pont, et qui est la seule issue permettant de rentrer et de sortir du quartier spécifiquement arabe.

Des tanks arrêtés avaient à ce moment retourné leurs mitrailleuses vers cette issue, et avec eux seuls les policiers restèrent dans l’avenue Viviani. A ce moment, on ne savait, dans la rue, encore rien des faits qui s’étaient déroulés à Sétif et à Bône.

Je laisse à penser ce qui se serait produit si un provocateur, un élément du cortège perdant le contrôle de lui-même ou un fait policier à résultat irrémédiable, avait fait s’exaspérer, même une faible partie de cette masse, ce qui se serait produit dans Constantine où, l’importance et la configuration de l’agglomération, la diversité des éléments, tant ethniques qu’étrangers, les oppositions sociales, celles-là comme toujours irréductibles et développant dans le feu de l’action une bestialité qui n’a d’égale que dans la volonté froidement voulue d’abattre un adversaire coûte que coûte, nécessité toujours criée, par la loi du système économique qui a déterminé jusqu’à ce jour les rapports de l’homme avec l’homme, mon cher Jean-René, j’arrête ici la première partie des faits tels que je les ai vus.

J’ai le soucis de te faire parvenir un premier écho à ta lettre de bienvenue. Je suis heureux de renouer un lien dont la brisure m’avait laissé seul, sur cette terre d’Afrique, bien belle si elle se prêtait à réaliser le besoin des hommes. Seul, je le suis depuis mon arrivée ici, je le suis encore maintenant mais malgré cela, j’au pu néanmoins discerner que les sentiments qui animent ici les éléments qui réussissent à réaliser dans leur esprit , même un embryon de connaissance humaine, la haine vis-à vis du roumi se confirme de plus en plus dans les oppositions purement matérielles, et si, un idéal se concrétise tant soit peu dans l’esprit, c’est vers notre France telle que la conçoivent mes espoirs que cet esprit est tourné.

Toujours plus qu’amicalement,

Léon Bourie

Autre lettre de Léon Bourie à Jean-René Chauvin, du 7 juin 1945 (Constantine, Algérie)

m.c. J.R.

Maintenant que les tumultes de la foire électorale commencent à s’évanouir, je profite du repos dont profitera ton esprit pour venir t’importuner à mon tour. Que veux-tu ! Ce n’est pas impunément que se sont révélées dans la prison où ma pensée était depuis trop longtemps enfermée des fenêtres, des fenêtres s’ouvrant vers des horizons qu’elle aspire à parcourir et, si tu es un de ceux vers qui elle se dirige, c’est par suite d’un passé déjà bien lointain, durant lequel ma tête grisonnante, recherchait et trouvait dans nos entretiens journaliers, la fontaine de jouvence alimentant la foi que les vicissitudes subies depuis n’ont fait que fortifier.

En tant qu’intern(nationaliste), je n’avais pas jugé utile de prendre part à la comédie rituellement offerte à ce bon populo qui croit ainsi user du droit souverain dont il se suppose investi. J’ai, depuis plus de 40 ans que je l’exerçai, pour la première fois, pu en déceler l’inanité, et les divers oripeaux qui habillent les coteries s’offrant pour bien servir le troupeau, ne lui abandonnent toujours que la loque grise et sale qui revêt les jours, les mois, et les ans, de son exploitation à travers les siècles. Ni ma femme, ni moi, n’avions jugé utile de revendiquer dans la cité du roc, la faculté d’éructer dans l’urne, néanmoins pour seulement mon esprit, je me suis intéressé à la geste des histrions qui au nom des bureaucraties installées ou voulant s’installer dans le régime, se sont offertes, soi-disant pour servir les poires, en réalité pour continuer à assurer la pérennité de l’exploitation capitaliste même avec les conséquences précédées du cortège atomique et microbien d’une 3ème guerre mondiale se criant à l’horizon. Peau d’âne et chaudronnerie, résonnez toujours. La gloire radieuse réalisera toutes vos aspiration vous laissant sa fumée dissipée dans le vide d’un néant d’au-delà de la genèse.

Amar Ouzeganne du PCF a mordu la poussière, pareillement le stalinien Hubert, et à l’aventurier Quilici est venu se joindre le Pantaloni de Bône. PPF de l’époque escortant en 41 à Marseille le nervi Sabiani et se trouvant en 42 à Paris dans un congrès Doriotiste, lors de la venue du Dollar en Afrique du nord, vrai pantalonnade. L’individu (concentration Républicaine) disait-on, authentique résistant dans affiche de dernière heure a vu se grouper sur son nom la totalité des électeurs Bonois, laissant essoufflé dans la course l’un de ses co-listiers, l’autre, malgré l’appui gouvernemental « René Mayer » n’étant élu que à la plus forte moyenne (12.000 voix). Pantaloni et Borra ayat été gratifiés le 1er de 20000 l’autre de 18000 par leurs concitoyens Bonoiset, région. Cuttoli enfoncé, machiavel triomphant, l’immigré italien a roulé le Corse. J’ai été content du bloc musulman qui s’est formé sur la liste présentée au nom des amis du Manifeste. Seuls, sur 7 à 8000 votants, 7 à 800 ont été été dissidents et c’est à mon avis à la honte du PCF et du PS que des opposants aient été dressés vis à vis de ceux qui ont souffert et qui ont encore à se défendre.

Lors de la présentation de la liste Ferhat Abbas, j’ai eu de la peine à reconnaître en la personne qui présidait la réunion un musulman à qui j’avais dit quelques mots le soir mémorable du 8 mai 1945 : alors en pleine vigueur malgré la cinquantaine, devenu loque humaine durant son emprisonnement où les sévices de toute nature ne lui ont pas été ménagé. J’ai retrouvé ces derniers jours des notes relatives à ce que j’avais écrit à l’époque sur les évènements, tant qu’à Andeguil maire et à toi-même et à divers autres camarades. Je n’ai rien à y reprendre à l’heure actuelle qu’à dégager un peu plus les causes et les responsabilités du voile qui les recouvre encore et que certains faits qui se sont produits depuis sont venus confirmer. Pain et Liberté sous la forme d’une parade ont défilé hier dans les rues de la cité : sénégalais mitraillette à la hanche, tanks aux appellations des provinces françaises, camions et mercenaires pavoisés ont défilé devant Delattre de etc…foudre de la 3ème future en qui reposent en ces temps béni pour la mercante mondiale les jouissances présentes et les espoirs futurs. Et au gouvernement tenant les rênes du char des responsabilités PCF pour faire les gardes-chiourmes. PS pour dispenser l’opium et valets de requins pour véritables maîtres, essaient de désembourber le char du moloch toujours avide de peines, de sang et d’orgies.

Je reçois « Vérité » avec une semaine de retard. Par elle, j’ai pu cueillir quelques échos sur nos manifestations de vie?. Le n° va de main en main autant que faire se peut. J’ai eu l’occasion de lancer quelques pointes au cours de la campagne électorale. On sait dans les milieux dirigeants de tous les partis que la plante existe dans ce roc. J’ai quelques conversations idéologiques avec des individualités dans divers milieux. J’espère qu’elle pourra peut-être grandir. Michaud m’a écrit récemment. Buffet aussi.  Je suis avide de connaître l’état du groupe bordelais. Sa composition. Y a-t-il des cheminots ? J’aspire à revenir vers des lieux où s’est déroulée une longue partie de mon existence. Cela serait chose faite s’il m’était donné d’y découvrir un gîte. McJR, les dernières nouvelles reçues de toi venaient de Combloux. J’y avais répondu aussitôt. J’espère que tu pourras maintenant me sacrifier quelques instants. Alors que l’on voit se dessiner dans un horizon presque immédiat le temps que peut encore m’impartir le Destin sur cette terre tourmentée. Seuls les souvenirs sont la manne pouvant alimenter agréablement l’heure qui passe. Les échos de la cité font revivre dans mon esprit les heures de 37 et 38 où je trouvais auprès des camarades le réconfort me faisant allègrement supporter les avanies que mon attitude vis à vis des staliniens me suscitaient chez mes camarades de travail. Aussi c’est dans l’espoir qu’une lettre viendra avant longtemps emplir ma coupe d’espérances, que Princesse ajoute les siens aux sentiments de grande amitié que notre âge autorise à nuancer d’affection.

Les deux viens?

Hadj Messali libéré depuis 4 jours

Excuse la forme prise par ma pensée et exprimée d’un jet, ce même matin entre 6 et 7 avant de me rendre au travail.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants