Jenny Plocki

Jenny Plocki, au temps de Vichy, antisémitisme de l'Etat et récit de la rafle du Vel d'Hiv

Jenny Plocki (née en décembre 1925) fut la compagne de Jean-René Chauvin, dont les archives sont présentées dans ce carnet Hypothèse. Rescapée à 16 ans de la rafle du Vel’ d’Hiv, elle fait le récit, dans le film-vidéo (en plusieurs parties) proposé sur cette page, de sa vie durant la période de la guerre, avant et après le 16 juillet 1942.

La première partie aborde la période de 1940 à 1942, et la façon dont elle a vécu, en famille, la déclaration des juifs auprès du régime de Vichy, le port de l’étoile, et toutes les interdictions auxquelles les juifs ont été soumis, dans le cadre de l’antisémitisme institué par l’Etat de Vichy, jusqu’à l’arrestation de la famille, lors de la rafle du 16 juillet 1942.



En résumé, le récit de Jenny Plocki débute au 3 octobre 1940, lorsque le gouvernement met au point le statut des juifs. Jenny raconte la discussion animée que cela a déclenché au sein de sa famille.

Les persécutions à l’encontre des juifs, sont ensuite racontées telles qu’elle les a vécues, à 15 ans:  l’obligation de poser un écriteau « Entreprise juive » (« Judisches Geschäft ») sur l’étalage du commerce de ses parents qui étaient vendeurs sur les marchés (Aubervilliers) puis « l’aryanisation » des entreprises et la nomination d’un gérant pour chaque « entreprise juive », début 1941. Jenny décrit avec humour la visite à ses parents du gérant qui leur avait été affecté… N’étant plus autorisé à vendre sur les marchés,  le père de Jenny, Mushim Plocki (ancien enseignant), trouve un travail de manutentionnaire (à 50 ans) sur un chantier vers Chaville (grande banlieue parisienne). En 1941, deux oncles de Jenny sont arrêtés et internés à Beaune-la-Rolande. Durant l’été, Jenny ira, avec sa famille, passer des vacances à proximité de Beaune-la-Rolande et Pithiviers pour leur rendre visite, ce sera ses dernières vacances en temps de guerre. En 1942, le famille ne recevra plus de courrier de ces oncles. 

Jenny Plocki distingue deux période :

– de 1940 à 1942, où elle a l’impression de « vivre » non pas « normalement », puisque les conditions sont très dures, mais néanmoins de « vivre ». Cette impression est due aussi au fait qu’elle mène une scolarité, avec « une bande de copines » très unies, et en particulier son amie Monique Lemarquis (née Lecouflet).  Jenny se souvient des après-midi, chez son amie, à écouter de la musique à la TSF  (Jenny ne pouvait écouter la TSF chez elle, les radios étaient interdites aux juifs), leurs balades dans Paris, les visites chez les bouquinistes, les spectacles de l’Opéra comique, les cours de violon… 

– de 1942 à 1944, est en revanche la période très noire. Outre l’absence de nouvelles de ses parents, et le risque d’être arrêtée, tout est interdit aux juifs, interdiction de sortir entre 6 h du soir et 6h du matin, interdiction d’aller dans des commerces (accès autorisé entre 15h et 16h seulement, heure de fermeture de beaucoup de boutiques), interdictions de fréquenter les lieux publics en général : interdiction des cinémas, des jardins publics, des piscines, des théâtres…

 Jenny Plocki raconte ensuite la vie quotidienne avec les tickets d’alimentation, le fait que tous les commerçants ne lui refusaient pas leur entrée quand cela n’était pas « son heure », le fait que sa boulangère acceptait des tickets (visiblement) faux. Jenny relate aussi de quelle façon sa tante parvenait à reproduire des faux tickets dans l’usine, où elle travaillait…

Puis vient l’obligation de porter l’étoile jaune (juin 1942), Jenny Plocki montre et décrit les étoiles en tissus (qu’ils devaient échanger contre un point de leurs tickets vêtement), et la façon avec laquelle sa mère, très mauvaise couturière, les découpait et les cousait sur les vêtements. Le départ à reculons pour l’école, poussés par leur mère, de Jenny et son frère Maurice, le 1er jour où il a fallu porter l’étoile jaune… La ville de Vincennes est alors occupée par de très nombreux soldats qui logent dans les casernes (cartoucherie de Vincennes) et hôtels. L’un deux, que Jenny connait de vue, vient lui serrer la main pour la première fois ce jour-là…

La rafle dite des notables (décembre 1941) représente pour Jenny Plocki le début de la période des arrestations de juifs (des hommes uniquement) et de rumeurs incessantes de rafles. En 1942, des bruits de déplacements de familles juives commencent un peu à se répandre. Mais le 16 juillet 1942 (rafle du Vel’ d’Hiv), comme le rappelle Jenny Plocki, de nombreux hommes sont allés se cacher seuls pour échapper à la rafle annoncée pensant que l’on n’arrêterait pas des femmes et des enfants. Quand ils reviennent, ils ne retrouvent personne...

Le récit par Jenny de l’arrestation de sa famille, au petit matin, à Vincennes commence à 5 heure du matin, le 16 juillet 1942. Le « flic » (M. Mulot) qui vient les arrêter est leur ancien voisin de palier, qu’ils connaissent. Lui, agit comme s’il ne les connaissait pas. Ils sont emmenés tous les quatre (M. et Mme Plocki et leurs deux enfants, Jenny et son frère Maurice) dans un petit pavillon non loin de chez eux, à Vincennes, rue Louis Besquel. Sur place, ils voient alors arriver , petit à petit, les autres personnes arrêtées dont certains qu’ils connaissent, notamment des enfants qui allaient à l’école avec eux. Vers midi, ou 14h, le commissaire de quartier vient annoncer que les enfants français peuvent sortir. M et Mme Plocki veulent immédiatement que leurs enfants sortent. Ce seront les seuls à le vouloir. Tous les autres parents (dont les enfants sont pour certains très jeunes) ne veulent pas se séparer de leurs enfants.

Le temps de faire les papiers, Jenny et son frère sortent vers 16 heure, après que la police ait vérifié qu’ils sont bien français. Puis ses parents donnent à Jenny et son frère le peu d’argent qu’ils avaient sur eux, leurs alliances, et leur montre, et les enfants sortent.

Fiches remplies par Mushim Plocki et Rywka indiquant le convoi du 27 juillet 1942 annotations Jenny Plocki
Drancy, fiches remplies par Mushim et Rywka (Rajsfus) Plocki indiquant le convoi du 27 juillet 1942 pour Auschwitz – annotations de Jenny Plocki (ses parents ne l’avait par ailleurs pas déclarée sur cette fiche) , © Jenny Plocki

 Aux yeux de Jenny, ses parents savaient que « c’était la fin ». Ils ignoraient les chambres à gaz, mais ils connaissaient l’existence des camps de concentration parce qu’ils avaient eu la visite, dans les années 30, de réfugiés allemands, juifs ou non. Ce que les réfugiés allemands leur avaient raconté des camps de concentration était suffisant pour prévoir le pire.

Jenny rappelle cite aussi l’exemple de leurs voisins, réfugiés antifascistes allemands, qui logeaient au même étage qu’eux, qui ont été arrêtés comme « ennemis » par le gouvernement français, lors de la déclaration de la guerre. Ces allemands ont été internés, Jenny qui habitait le même appartement à la fin de la guerre, ne les a jamais vu revenir.

verso Fiches remplies par Mushim Plocki et Rywka Drany indiquant le convoi du 27 juillet 1942 Auschwitz
Verso des fiches remplies par Mushim et Rywka Plocki à Drancy indiquant le convoi du 27 juillet 1942 (Auschwitz) , © Jenny Plocki

Durant cette « rafle du vel’ d’Hiv », deux oncles de Jenny ont aussi été arrêtés, la femme de l’un des deux, et sa petite cousine de 11 ans. Mais tout le monde n’a pas eu le même destin, une autre tante de Jenny, femme de prisonnier (le frère cadet du père de Jenny, enfermé 5 ans dans un stalag), n’est pas arrêtée, ni même inquiétée pendant toute la guerre, alors qu’elle est juive, étrangère. Elle touche l’indemnité des femmes de prisonnier pendant tout la guerre. Son mari ne se déclare pas juif, il n’est pas inquiété, alors que le lien aurait pu être fait avec sa femme, juive, qui portait l’étoile.

Formulaire rempli par Mushim et Rywka Plocki à Drancy, © Jenny Plocki

Jenny Plocki pointe à diverses reprises, au cours de ces entretiens filmés, le rôle de l’U.G.I.F. (« Union Générale des Israélites de France »), au sujet des maisons d’enfants notamment, rappelant que les allemands n’ont eu qu’à razzier ces maisons puisque jusqu’en juillet 1944, l’UGIF n voulait pas qu’on disperse les enfants.

La seconde partie du film couvre la période 1942-1944 :


(2) Vivre au temps de la rafle Vel dHiv (1942… par Histoire-sociale
En résumé, après l’arrestation de ses parents, Jenny Plocki se rapproche de son amie Monique, qu’elle voit tous les jours, et de sa mère . Celle-ci joue un rôle important notamment pour l’orientation scolaire de Jenny, arguant que « tant que sa fille ira à l’école, Jenny ira aussi ». Jenny et son frère Maurice continuent à habiter dans le logement de leurs parents à Vincennes. Jenny sera obligée de payer rubis sur l’ongle le loyer au propriétaire, qui refusera sa demande de ne pas payer les loyers jusqu’à la fin de la guerre, suite à l’arrestation de ses parents.

Pour vivre, Jenny touche 300 Francs par mois et par enfant de l’UGIF (« Union Générale des Israélites de France »). Cela paye le loyer (pour avoir un ordre de grandeur, il faut savoir que le salaire minimum de l’époque avoisinait les 1.000 francs par mois…). Au début, Jenny allait chercher l’agent, dans les locaux de l’UGIF (29, rue de la Bienfaisance), avec « une trouille noire ». C’était en effet l’UGIF qui avait fait distribuer les étoiles jaunes, et non la police. C’était déjà rue de la Bienfaisance que les Plocki étaient allé chercher leurs étoiles jaunes. Les parents de Jenny avaient l’UGIF en horreur, jugeant que « tous ces juifs qui collaborent, ce n’est pas bon ».

Jenny touche aussi 200 Francs par mois de la mairie de Vincennes. Cette somme, versée par le maire de Vincennes, M. Bonvoisin aux enfants de déportés (très peu nombreux, puisque presque personne n’avait voulu se séparer de ses enfants) montre les contradictions du régime de Vichy, et le fait, aussi, que certains notables assuraient leurs arrières, en cas de défaite de l’Allemagne.

Pour les repas de midi, Jenny est nourrie par la mère de son amie Monique, avec qui elle poursuit sa scolarité, d’abord à l’E.P.S. (Ecole Primaire Supérieure) de la Varenne (St Maur-des-fossés), l’actuel Lycée Condorcet, puis au Lycée de jeunes filles Sophie Germain (Paris 4ème), où elle sera immédiatement acceptée, avec son amie Monique, après une violente dispute entre Jenny et la directrice de la Varenne (elle apprendra par la suite que la directrice de Sophie Germain était résistante…). Dans son lycée, Jenny était la seule élève à porter l’étoile jaune, à la fois à l’EPS de la Varenne, et au lycée Sophie Germain. Jenny se souvint des coups et bagarres homériques, avec certaines élèves fascisantes. Mais Jenny était aussi défendue par son groupe d’amies. 

Entre-temps, un amie de la mère de Jenny (qui a réussi à ne pas être arrêtée) trouve une place de sertisseur en bijouterie au frère de Jenny (Maurice Rajsfus), il y travaillera 2 ans, cessant d’aller à l’école. Jenny quant à elle passera le bac (sans pouvoir passer le concours de l’école normale, puisque les juifs ne pouvaient pas être fonctionnaires).

En 1944, Jenny va habiter quelque temps chez Monique. Pendant la petite période de 1944 où elle ne peut plus aller aux cours, Monique lui rapporte ses devoirs, et elles travaillent ensemble. Elle passe la première parti du bac le jour du débarquement.

Concernant ses parents, elle n’avait guère d’espoir quand le camp d’Auschwitz est libéré en 1945. Elle se rend néanmoins à plusieurs reprises à l’hôtel Lutétia, à la fin de la guerre, mais elle constate rapidement qu’il n’y a pas d’espoir. Jenny et son frère reçoivent un « certificat de disparition » de leurs parents fin 1945, puis un « acte de disparition » l’année qui suit. Mais ils ne feront pas de demande de réparation financière, estimant que la disparition de leurs parents ne s’achète pas.

Jenny Plocki, tout au long de ces entretien, se refuse à tout manichéisme dans son jugement concernant les allemands vis à vis du nazisme, ou concernant l’attitude des français à l’égard de la politique de Vichy et de la persécution des juifs.


Une troisième partie correspond au récit croisé de Jenny Plocki et de son amie Monique Lemarquis de leur vie quotidienne et de leur appréhension des événements, de la signature des accords de Munich en 1938, à l’occupation allemande, en 1940 :


(3) Vivre avant la rafle du Vel’ d’Hiv 1938-1940 par Histoire-sociale

Enfin, dans un quatrième film vidéo, Jenny Plocki (et son amie Monique) témoignent des années d’avant-guerre, et du parcours des parents de Jenny Plocki, juifs Polonais (non pratiquants) émigrés en France en 1921-1922. Sa mère, Rywka Plocki, née Rajsfus, en novembre 1900 à Bledow (Pologne) était d’origine très pauvre et rurale, elle avait été bundiste avant d’émigrer. Son père, Mushim Plocki, avait fait des études et avait enseigné en Pologne, avant d’émigrer en France. Après quelques temps de travail en usine, les Plocki s’étaient fait commerçants sur les marchés d’Aubervilliers et de Vincennes, où ils s’étaient installés dans un petit appartement :


(4) Avant la guerre, et la rafle vel d’hiv par Histoire-sociale

Jenny Plocki et Emmanuelle BrabantJenny Plocki et Emmanuelle Brabant à Aubervilliers en 2009, où travaillaient les Plocki / Rajsfus dans les années 30, sur les marchés. Leurs clients étaient les ouvriers émigrés qui travaillaient dans les usines d’Aubervilliers.

Devenue institutrice après-guerre, Jenny Plocki fut brièvement militante trotskiste au PCI, avant de participer aux réunions de Socialisme ou Barbarie, puis d’adhérer au syndicalisme de la FEN, tendance Ecole Émancipée. Elle participa aussi dans les années 70 au mouvement féministe en militant au MLAC (Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception).

Jenny Plocki 1945Les films proposés sur cette page ont été montés au CHS, à partir de documents d’archives et d’extraits d’un double-DVD « Vivre pendant la guerre » (réalisé en 2010 par Claude Lemarquis / Emmanuelle Brabant, en un nombre limité d’exemplaires).

ainsi que de brefs extraits d’un entretien filmé – que nous a communiqué Jenny Plocki – qui avait été réalisé en 2002 par Sonia Combes et Anne-Marie Pavillard.

 

5 réflexions au sujet de « Jenny Plocki »

  1. Heureusement que vous avez gardé ces vidéos accessibles. Merci vraiment de nous permettre de comprendre ce que vous avez traversé, de repérer que ces menaces sont encore pesantes mais que les forces de l’humain, et du côté des femmes leur ingéniosité et leur force de caractère face à l’adversité et le danger.

  2. Quelle indécence, quelle obscénité que le saucissonnage des vidéos par des pubs stupides ! Comment osent-ils souiller cette parole indispensable avec leurs saloperies ?

      1. Merci pour cette adresse alternative. Pourquoi ne pas la publier sur la page du blog en remplacement du lien Dailymotion ?
        J’ai découvert Jenny Plocki par l’article que Mediapart (https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/040217/jenny-plocki-survivante-du-vel-d-hiv-c-est-pour-cela-que-je-suis-anar) vient de consacrer au livre « Vie de ma voisine » (Grasset) de Geneviève Brisac.
        Bravo pour votre travail de collecte des mémoires militantes.

        1. Merci de votre message avec les informations qu’il contient. Cela les rend visibles sur la page grâce à vous…
          Je pense effectivement basculer un jour ou l’autre les vidéos de ce blog en pointant sur archive.org, plutôt que sur dailymotion. Mais à vrai dire j’attends d’avoir un peu de temps devant moi (parce qu’il y a aussi tous les autres films à basculer, notamment concernant Jean-René Chauvin), et puis le lecteur video de archive.org était au départ un peu faible (le visionnage se bloquait parfois en cours de lecture), mais j’ai l’impression qu’il s’est amélioré.
          Salutations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants