ANNÉES 1970, LA BATAILLE DU DROIT A L’AVORTEMENT

Série photographique de 35 clichés de la grande manifestation du 6 octobre 1979, Marche pour l’avortement et la contraception libres et gratuits et soutien de la loi Veil menacée .

L’auteur de ces photos est Michel Calvès. Un grand merci à lui pour ce partage… et pour la licence ouverte Creative commons : les photos peuvent être librement utilisées sur des articles, blogs et publications en tout genre (licence CC-BY, ce qui signifie que seule la mention du nom du photographe, Michel Calvès est nécessaire pour faire apparaître une de ces photos sur une publication).

6 octobre 1979
Manifestation pour l’avortement libre et gratuit à Paris, 6 octobre 1979

La manifestation du 6 Octobre 1979 fut une mobilisation “historique” : 50 000 personnes (des femmes très majoritairement) descendirent dans la rue.

Manif pour pérennisation droit à l'avortement 1979
Manifestation pour l’avortement libre et gratuit à Paris, 6 octobre 1979

Le 6 octobre 1979 est la veille du réexamen par le parlement de la loi provisoire décrétée en 1974 sur l’avortement libre. Le mouvement des femmes a appelé à manifester dans les rues pour l’avortement libre et gratuit. La loi Veil sur la légalité de l’avortement (mais non sur sa gratuité) sera publiée au Journal Officiel deux mois plus tard, en décembre 1979.

Manifestation femmes octobre 1979
“Nos luttes changent la vie entière” – Manifestation pour l’avortement libre et gratuit à Paris, 6 octobre 1979

Cette manifestation est organisée à l’appel du mouvement des femmes et du Planning Familial. Un des ses objectifs principaux est donc la pérennisation de la loi Veil, votée cinq ans auparavant par l’assemblée nationale et le sénat à titre provisoire.

5 ans ça suffit - Abrogation pure et simple de la loi de 1920
“5 ans ça suffit – Abrogation pure et simple de la loi de 1920” (écriteau sur la droite)

L’abrogation pure et simple de la loi de 1920 est un des écriteaux visible de cette manifestation. Pour situer cette loi de 1920, qui marqua une “victoire des pères lapins” en son temps, une bonne lecture rétrospective peut être utile. Cet article, “Histoire de la légalisation de la contraception et de l’avortement en France“, dresse un très bon tableau des enjeux, des rapports de force et de la chronologie de la bataille pour le droit à l’avortement en France.

Avortement et contraception libres et gratuits ?

manif 1979
“Remboursement par la sécurité sociale” (banderole rouge)

Le remboursement par la sécurité sociale de l’IVG réclamé ici en 1979 ne sera introduit qu’en 1982… Un même retard avait été observé pour la contraception.

droit à l'avortement gratuit
Manifestation pour l’avortement et la contraception libres et gratuits à Paris, 6 octobre 1979

Après la loi Neuwirth autorisant la contraception en 1967, il a fallu attendre 7 ans pour qu’une seconde loi , en 1974, permette son remboursement par la Sécurité sociale (et la rende donc accessible à toutes).

L'avortement libre et gratuit
“Remboursement par la sécurité sociale pour l’avortement libre et gratuit”

Manifestation nationale

Politiquement, des militantes de toutes les sensibilités féministes y participent. Géographiquement, des groupes de toute la France rejoignent la manifestation à Paris .

manif femmes octobre 1979 -ni pape ni... c'est aux femmes de décider
“Ni pape ni… c’est aux femmes de décider” (écriteau central)

Le cortège passe à Montparnasse. Au cinéma, le très misogyne “les valseuses” est encore à l’affiche (4 ans après sa sortie…). Les dizaines de milliers de femmes dans la rue marchant “pour le contrôle de notre propre corps” revendiquent une vraie liberté sexuelle . il ne faut pas ou-Blier au passage que les films, la télévision, et la presse. sont encore, en 1979, sous le contrôle des hommes.

manif 1979 pour avortement libre et gratuit
“Avortement, c’est notre doit, pas notre plaisir – Pour le contrôle de notre propre corps”

“Avorter, c’est notre droit, pas notre plaisir”. Le cortège était parti de la place Denfert-Rochereau à 14h30 le 6 octobre 1979 pour se diriger vers la tour Eiffel.

manif pour l'avortement
Manifestation pour l’avortement libre et gratuit à Paris, 6 octobre 1979

Vive les escargots ?

Manif femmes avortement 1979
“Les enfants de l’amour sont les plus beaux – Vive les escargots “

La symbolique de l’escargot a été utilisées de nombreuses fois au cours des mobilisations féministes dans le monde. Des facettes très différentes de ce petit animal ont été mises en avant…

En 1928 par exemple, un gigantesque escargot flanqué de calicots portant ces mots : « La marche du suffrage féminin en Suisse » (obtenu …en 1971 !) est traîné lors d’une manifestation (ce gros retard suisse en matière de droit de vote montre accessoirement à quoi peut conduire une démocratie “directe” fonctionnant par référendum).

Manifestation femmes à Paris, octobre 1979 “Les enfants de l’amour sont les plus beaux – Vive les escargots “

mais à Paris, le 6 octobre 1979 , “vive les escargots” traduit sans doute une aspiration à l’égalité des sexes que symbolisent les escargots qui ne peuvent être victimes de discriminations sexuelles ou de stéréotypes de genre en raison de leur l’hermaphrodisme… Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que ces pauvres escargots ont été brandis par la droite et l’extrême-droite mobilisées contre le “mariage pour tous” en 2012-2013, les escargots devenant de terrifiants emblèmes d’une soi-disant “théorie du genre”.

La fin d’une décennie de luttes de libération des femmes

La manifestation clôt une décennie qui a vu exploser les luttes (et les conquêtes) des femmes par une démonstration inédite de la vigueur du féminisme.

manif femmes 1979
Nous naissons et renaissons tous les jours

“Nous naissons et renaissons tous les jours”, cet écriteau dans la manifestation pourait être vu comme constructionniste. Peut-être est-ce l’occasion de rappeler que deux courants opposés traverse le féminisme :

  • un courant constructionniste qui se réfère aux écrits de Simone de Beauvoir (“on ne naît pas femmes, on le devient”), et auquel peut être rattaché les féministes “radicales” de l’époque : les différences constatées entre hommes et femmes sont pour une grande part construites par un conditionnement social c’est-à-dire qu’il n’existe pas d’essence féminine ou masculine, mais seulement un sexe biologique n’influant pas, ou très peu, sur la personnalité.
  • La notion opposée est l’essentialisme qui attribut un rôle essentiel du sexe biologique des femmes sur leur personnalité.
Manif avortement 1979
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit

Malheureusement, cette fin de décennie et cette manifestation sont le théâtre d’un hold-up, celui des féministes essentialistes sur le MLF. Un petit groupe de femmes appelé « Psych et Po »
(“Psychanalyse et politique” ) est à la manœuvre…

Manifestation femmes à Paris, octobre 1979
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit

Les militantes de Psych et Po se placent sans l’accord des autres groupes en tête du cortège et arborent cette banderole qui prône l’apartheid :  « L’usine est aux ouvriers, l’utérus est aux femmes, la production du vivant nous appartient ». Les fondements essentialistes de l’approche de Psych et Po ont conduit ce petit groupe à s’opposer complètement aux féministes descendues manifester pour pérenniser la loi sur l’avortement. Au point que Psych et Po se nommera lui-même antiféministe à partir de 1973, défendant comme un enjeu de civilisation la différence des sexes .

Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit

Quelques jours seulement après cette manifestation du 6 octobre 1979, le 18 octobre 1979,  Psych et Po (“Psychanalyse et politique” ) déposent juridiquement le sigle MLF (qui était utilisé jusqu’alors librement) : En secret, à la préfecture de police , trois femmes – Antoinette Fouque, Marie-Claude Grumbach et Sylvina Boissonnas déclarent le nom de «Mouvement de libération des femmes – MLF» comme étant leur propriété, puis le nom MLF est inscrit comme marque commerciale à l’Institut de la propriété industrielle et commerciale. Le “MLF” devient juridiquement la propriété privée de ce petit groupe “essentialiste” qui peuvent légalement interdire à toutes les autres de s’en réclamer.

Ni à Chirac, ni à Debré, ni au pape….

ni à Chirac, ni à Debré, ni au pape....
ni à Chirac, ni à Debré, ni au pape….

Le même jour que cette très importante manifestation, le pape rendait visite au président Jimmy Carter aux Etats-Unis. Le journal télévisé français plaça cette information papale en 1er dans ses journaux télévisés, avant l’information concernant la manifestation pour le droit à l’avortement en France….

JT du soir du 6 octobre 1979

On remarquera que dans ce journal TV , un petit reportage est consacré à la Marche pour l’avortement et la contraception libres et gratuits et en soutien de la loi Veil menacée. Mais ce reportage est complètement biaisé. Seules deux militantes de Psych et Po (“Psychanalyse et politique” décrites plus haut ) sont interviewées, et leurs réponses rendent complètement incompréhensible la manifestation puisque ces deux femmes de Psych et Po demandent le retrait de la loi (alors que la manifestation visait bien-sûr au contraire à la soutenir et la pérenniser). Le journaliste réalise une autre “interview”… et là encore il s’agit d’une femme qui n’est pas très en faveur du droit à l’avortement ! (et qui n’est bien-sûr pas une manifestante).

Manifestation femmes octobre 1979-0024
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit

Mariez les curés ! La photo ci-dessous prise par Michel Calvès n’est pas audiovisuelle, mais elle donne la vraie voix des manifestantes à travers leurs pancartes (planning familial de St Etienne, Femmes noires de Toulouse, etc).

Vierge Marie…

Manifestation femmes octobre 1979
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit


La mobilisation du 6 octobre 1979 à Paris est une manifestation non mixte (ce sont des organisations de femmes qui ont lancé l’appel)…. mais des hommes (très minoritaires) y participent.

homme à manif femmes droit avortement
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979

Une militante parmi les autres

Marie-Jo Robion
Marie-Jo ROBION

Je rapporte ici les propos de Michel Calvès, l’auteur de ces photographies, au sujet de cette militante (chemise rose) au centre de cette photo ci-dessus :

"Pour la manif, un certain nombre de copines y étaient mais je n'ai pas fait de plans spéciaux sauf pour une camarade : Marie-Jo ROBION, qui était cheminote travaillant au service électrique (SES) à St Cloud, animatrice de la CFDT, je crois même qu'elle était au bureau de l'UPR de Saint Lazare, oppositionnelle à Notat, dans la mouvance animée par Claude Debons. Cette copine, dans le milieu des années 80 a été mutée sur Bordeaux. Comme dans la chanson de Goldman, elle a fait un bébé toute seule. Je ne sais plus si elle a rejoint SUD Rail après 96. Les dernières nouvelles que j'ai eu c'est qu'un cancer l'a terrassée. Ce qui est très dommage, c'est qu'à l'heure où tout traîne sur le Net, je ne trouve aucune trace d'elle. Bien sûr les réseaux sociaux n'existaient pas, mais je me souviens de son activité syndicaliste et féministe (Elle animait un des premiers groupes femmes à la SNCF). Une chouette fille."
Manifestation femmes à Paris, octobre 1979
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979

Marie-Jo Robion est aussi sur la photo ci-dessus.

Quelques autres plans rapprochés de la Manifestation :

Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979
“Femmes de Toulouse, les Violettes vient rouge” – “Liberté s’écrit au féminin – Corrèze”
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979
“Les Hollandaises solidaires”

Une ville qui change

Les photos de manifestations de rue un peu anciennes sont aussi l’occasion d’observer l’évolution d’une ville et de ses bâtiments.

Manifestation femmes à Paris, octobre 1979
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit – “nuestro cuerpo nos pertenece” : “notre corps nous appartient”

Ci-dessus, une vue de la rue de Sèvre, à la hauteur de l’hôpital Necker en ce mois d’octobre 1979. Ci-dessous, 40 ans plus tard, le même tronçon de la rue de Sèvre, où a été construit le nouveau bâtiment de l’hôpital Necker à la place d’anciens bâtiments :

rue de Sèvre / hôpital Necker en mai 2018

A Montparnasse, on observe surtout des changements d’enseignes et de design des bus…

Manifestation femmes octobre 1979
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit

La “Taverne de maître Kanter” a laissé la place à l’Hippopotamus, qui appartient d’ailleurs au même groupe financier (le groupe Flo)…

mai 2018
Manifestation femmes octobre 1979
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979 , avec banderole Maoïste

Autre vue de Montparnasse :

Manif 6 octobre 1979
Notre corps nous appartient – Manifestation pour l’avortement libre et gratuit à Paris, 6 octobre 1979

Au même endroit, le cinéma le Bretagne est toujours là…

mai 2018
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979

Pour finir, quelques vues du cortège :

“Nous voulons des enfant voulus”

Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979
 Manifestation pour le droit à l'avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979

L’INSURGÉ, LYON, 1942 À 1944

L’Insurgé était une publication clandestine comprenant d’anciens militants du PSOP (de Marceau Pivert, gauche de la SFIO).

Les archives disponibles sur cette page sont tirées des archives du militant trotskyste Jean-René Chauvin. Elles peuvent être consultées dans les locaux du CHS à Paris. Leur mise en ligne dans ce carnet permet les rendre accessible à tout le monde.


L’Insurgé – Numéro spécial  9 –  octobre 1942 – Organe socialiste de libération prolétarienne

 “Liberté, égalité, mort aux tyrans” Convention, 1792

“Vivre en travaillant mourir en combattant” Les Canuts de Lyon

L'insurgé - publication clandestine Lyon - octobre 1942
L'insurgé - publication clandestine Lyon - octobre 1942 verso
L’insurgé – publication clandestine Lyon – octobre 1942 verso

(…)

Comité d’usine

(…) Nous devons dans toutes les usines, grandes ou petites, créer des comités où doivent entrer des représentants qualifiés des ouvriers et des mouvements de résistance. Ces comités se coordineront localement, régionalement et nationalement. Ils doivent être la vraie expression de la volonté ouvrière et être prêts à la lutte à outrance. Leur mission sera : vigilance pour n’être pas pris de surprise, déclenchement et direction des grèves et du sabotage ouvrier, coordination de l’action, assistance aux camarades touchés par la répression et toute autre action nécessaire pour l’amélioration de nos conditions d’existence et la libération nationale et sociale.

Aucune allusion ne doit être prononcée contre aucun de ceux qui ont toujours lutté contre les nazis et au contraire aucun crédit ne doit être accordé à ces fonctionnaires syndicaux ou ces politiciens qui ont faibli ou trahi à quelque époque que ce soit. La place des traîtres ou des faibles n’est pas avec les hommes qui veulent lutter dans un combat sans merci contre les exploiteurs nationaux et étrangers.

Les comités d’usine peuvent travailler en commun et en liaison avec les organisations de résistance à tendance nationale, mais celles-ci doivent toujours tenir compte des intérêts ouvriers. Aider les ouvriers dans leur lutte et ne pas s’en servir pour les buts purement politiques. Pour conduire une lutte ouvrière il faut des ouvriers qui pensent et agissent comme eux et pour eux. Autrement il y aura de la méfiance et les actions futures en seront compromises comme dans le passé.  Aux travailleurs la lutte ouvrière ! Ils sont assez émancipés pour savoir se guider et agir. Pour nous les travailleurs le problème social reste toujours présent. Notre mot d’ordre reste : Parla libération nationale, la libération sociale. Et nous les travailleurs de France nous serons toujours en première ligne. 

Qui sommes-Nous? Que voulons-nous ?

Nous sommes des travailleurs, des ouvriers et des paysans et quelques employés. Nous nous sommes réunis les jours qui ont suivi la défaite de notre pays pour continuer la lutte que d’autres avaient abandonnée. Notre foi nous a poussé à la résistance contre l’envahisseur, qui est dans ce moment historique l’ennemi n° 1 de la classe ouvrière et à la résistance aussi contre les tentatives d’instaurer chez nous le fascisme, sous la couverture de Révolution Nationale.

Nous sommes contre Vichy et les nazis français et allemands  Nous souhaitons leur écrasement, leur disparition totale. Mais nous n’oublions pas que nous sommes des travailleurs et qu’il restera un grand problème à résoudre et qui nous concerne : la question sociale. Nous ne nous battons pas pour anéantir les allemands en tant que peuple,  non. Nous luttons pour la disparition du régime qui a asservi les Allemands, les Italiens et des autres peuples et que, aujourd’hui, la réaction française nous a imposé avec l’aide de la défaite et des baïonnettes hitlériennes.

Mais dans ce moment, plus que jamais, nous nous souvenons que dans le passé les travailleurs français ont été exploites comme aujourd’hui, dupés comme toujours et que toute la structure politique sociale dt la IIIe République était dominée par les intérêts capitalistes. La IIIe République est morte parce qu’elle était pourrie, parce que les réactionnaires français ont préféré la domination étrangère aux concessions logiques dues aux travailleurs, parce que ceux-ci même se sont désintéressés d’elle et parce que la pourriture des politiciens se souciait seulement de leurs intérêts particuliers et de ceux de boutique.

Nous ne voulons pas nous battre pour le passé mais pour l’avenir et c’est pour cela que nous poussons à la lutte pour la libération du territoire, pour la disparition de l’oppression nazie et de ses complices, les réactionnaires de Vichy.

Nous luttons pour la construction d’une nouvelle République qui, cette fois, doit être une République sociale, une République des travailleurs : Nous avons le droit de le prétendre parce que l’intérêt national le demande, parce que les travailleurs sont ceux qui souffrent le plus de la situation actuelle et qu’ils sont partout à la pointe du combat dans la lutte contre l’envahisseur.

La nouvelle République française de travailleurs ne s’opposera pas aux autres peuples mais se fédérera avec les autres Républiques socialistes que bâtiront les travailleurs d’autres pays. Elle sera un des piliers de la vraie Europe Nouvelle, d’une Europe socialiste.

Ça bouillonne partout

Dans toute l’Europe les travailleurs sont mécontents. Partout les masses sont lasses de la guerre et de l’oppression fasciste. Partout on aspire à la fin de ce carnage et à la libération des peuples.

Les travailleurs sont en première ligne. Sur le front russe pour défendre leur indépendance et leurs conquêtes sociales; ailleurs pour la libération nationale des pays occupés et leur émancipation.

Le sabotage et la grève sont leur principales armes de lutte qu’ils utilisent souvent au risque de leur vie. Même en Allemagne et en Italie la lutte continue et se fait toujours plus manifeste.

Cette année nous avons assisté à des luttes qui montrent que le jour de la libération est prochaine. En première ligne les travailleurs russes luttent partout, les armes à la main, avec un héroïsme que l’adversaire même doit reconnaître.

Croix gammée Laval 1942
vignette Croix gammée Laval 1942, collée au numéro de l’Insurgé

En France : Grève aux usines de produits chimiques Kuhlmann dans le Nord avec 6.000 grévistes. Grève sur le tas avec les mots d’ordre d’une amélioration du ravitaillement et d’une installation d’abris modernes.                                                                                         Grève des ouvriers de chez Renault à Billancourt avec plusieurs milliers de grévistes. Manifestations de ménagères en plusieurs localités.

En Belgique : Plusieurs grèves dans les mines de charbon et dans la Fabrique nationale de Herstal. Manifestations de ménagères.

En Allemagne : On signale plusieurs grèves perlées et ralentissement volontaire de la production.  Grèves de travailleurs italiens dans une grande fabrique d’aviation allemande.

En Italie : Manifestations de femmes contre la pénurie de ravitaillement et pour la paix.    Fermentation générale et nombreux actes de sabotage.

En Hollande : Condamnation à mort par le tribunal militaire allemand de 8 dirigeants du Parti Socialiste Ouvrier, dont leur chef, le camarade Sneevliet. Ces camarades avaient joué depuis 2 ans un rôle imrportant dans le mouvement de résistance et l’action ouvrière en Hollande.

En Norvège : Manifestations populaires contre les nazistes locaux.

Ces jours-ci cela a été le tour de la région lyonnaise.

Demain ce fera dans toute la France et dans toute l’Eu­rope qu’éclateront des grèves, des émeutes qui prépareront le grand jour de la revanche des opprimés contre leurs oppresseurs.

Camarades, continuons la lutte par tous les moyens. Sabotage ! Résistance ! Grève générale chaque fois qu’elle sera nécessaire. C’est là notre deuxième front ! C’est par cette lutte que nous arriverons à notre émancipation totale.

L'Insurgé octobre 1942 page 3
L’Insurgé octobre 1942 page 3
L'Insurgé octobre 1942 page 4
L’Insurgé octobre 1942 page 4

Les perspectives de la “relève”

Voyage. – Dans des convois pendant plusieurs jours, avec un peu de soupe et un peu de pain, et sous la garde de la police allemande.

A l’arrivée. – Un camp attend les nouveaux venus où les ouvriers français sont parqués jusqu’à ce que leurs nouveaux maîtres les y viennent chercher comme du bétail qui doit être livré à l’abattoir.

Après. – On dort dans des baraquements, sans commodités hygiéniques, tassés comme des sardines en boîte et l’hiver avec un froid terrible.

Le travail. – 12 heures de travail par jour sans aucun supplément de salaire. Travail à la chaîne et aux pièces.

Le salaire. – Avec des impôts énormes: 30 p. c. du salaire pour les célibataires, 20 à 25 p. c. pour les hommes mariés et des amendes très nombreuses.

Coût de la vie. – Encore plus cher qu’en France. Et en plus des repas il faut ajouter les frais de baraquement. Bien peu reste pour la famille.

Nourriture. – Même les ouvriers italiens habitués à une vie de privation et à une maigre nourriture ne peuvent s’en contenter.

Liberté. – Nulle ! Les patrons peuvent faire emprisonner à leur gré les ouvriers qui ne peuvent effectuer les travaux trop durs ou s’y refusent et aussi ceux qui demandent leur rapatriement.

Séparation de la famille pour de longs mois.

Conclusion : On y est exploité, réduit à la condition de prisonnier et en plus on doit travailler pour soutenir la guerre fasciste. Lorsque l’on travaille en usine, l’on est perpétuellement exposés aux bombes anglaises et russes.

Lorsqu’on est envoyé à l’est il y a aussi le feu de l’artillerie russe et les perpétuels coup de main des groupes francs russes et polonais. Déjà plusieurs milliers de travailleurs sont morts sous les bombes pour la grande Allemagne.

Et pour un prisonnier malade ou incapable de travailler il faut trois spécialistes et bien portants. Drôle de relève !

A M.Laval la classe ouvrière a répondu : NON

Premières heures révolutionnaires

Eh ! bien non, il ne suffit plus de maintenir la classe ouvrière dans un état de misère et d’asservissement sans pareil depuis l’époque du moyen-âge — tout cela doit se dépasser — et les seigneurs de Vichy entourés d’un quarteron de généraux boueux et d’ecclésiastiques malsains, demandent tels Salomé moderne non plus une tête de saint… mais les corps de 150.000 français, qu’ils fussent tués par les balles de la Gestapo ou déchiquetés par les bombes anglo-américaines, qu’importe ceux-là ne relèveraient plus la tête — car remplir les prisons d’honnêtes gens et former d’un ramassis de crapules d’aussi multiples qu’ignobles milices ne peut durer longtemps, très longtemps, le départ pour le bagne allemand, pour la mort, c‘est le coup de dé définitif décapitant les forces les plus vives de la classe ouvrière, assurant un peu plus le règne de la délation  de la trahison, le triomphe des forces de l’ombre et du mal camouflées sous un attirail de feuilles de chêne déshonorées.

Mais dans la nuit du 14 Octobre, les feux s’éteignent sur les locomotives, au matin les métallos débrayent et depuis partout les grèves éclatent… avez-vous vu ce que valent les fameux décrets de nous Philippe Bazaine II, les fameux syndicats fantômes devant la volonté d’un peuple qui est prêt, hommes et femmes, à mourir comme sont morts ses aïeux il y a 150 ans… ce n’est que l’aube d’une révolution ; mais déjà tous les français doivent soutenir leurs frères qui luttent pour la vie.

Aussi pauvre que soit ton foyer, tu dois au français qui fuit l’étreinte des monstres, donner la moitié de ton pain et te serrer pour qu’il puisse dormir une nuit sous ton toit.

Et demain, si la révolution éclate, il faudra te battre à chaque escalier, à chaque étage de ta maison, rien ne peut asservir un peuple décidé à sortir de sa honte et à briser ses chaînes, les chefs, les troupes de notre mouvement se battent à tes côtés, ils vaincront avec toi.

Ouvrières, ouvriers l’assaut commence par la grève.

Les grèves lyonnaises

14 Octobre    La grève éclate aux chantiers de la S.N.C.F. d’Oullins vers la fin de l’après-midi. Le mouvement se déclencha de façon absolument spontanée, sans aucun mot d’ordre d’aucune origine, dès que fut affichée la liste des départs pour l’Allemagne. Les ouvriers se refusèrent à sortir et occupèrent les chantiers.

Vers 20 heures les autorités firent procéder à l’évacuation par d’importants contingents de la garde mobile. Les ouvriers évacués manifestèrent dans les rues d’Oullins aux cris de «n’allez pas en Allemagne» et de «S.O.L. en Allemagne ». La garde mobile n’opposa qu’une résistance très molle aux manifestants qui enfoncèrent plusieurs barrages de police. Il y eut environ 30 arrestations.

Aussitôt connue la nouvelle de la grève d’Oullins des mouvements de solidarité se déclenchèrent à Vaise, la Mouche et Badan.

15 Octobre    Le mouvement de grève qui avait débuté la veille à Oullins, s’étend dans la journée du 15, à d’autres ateliers et dépôts de la S.N.C.F. et aussi à la métallurgie.  Dans certains cas le mouvement se présente uniquement comme une grève de solidarité vis-à-vis des entreprises en grève, dans d’autres cas il répond à l’affichage de listes de départs.

Les dépôts et ateliers d’Oullins, Vaise, la Mouche, Ba­dan, Valence, Saint-Étienne participèrent au mouvement pendant presque toute la journée pour la plus grande partie de leur personnel. Dans plusieurs autres dépôts se produisirent des mouvements de quelques heures (à Ambérieu par exemple).

A Oullins, après reprise partielle le matin, un nouveau mouvement se produisit dans l’après-midi pour réclamer la libération des ouvriers incarcérés eu cours des manifestations de la veille.

Tous les dépôts et ateliers affectés par le mouvement furent toute la journée occupés par d’importantes forces policières qui paraissent avoir reçu comme instructions d’arrêter des principaux protagonistes de la grève, tout en évitant des violences collectives. Voyant l’ampleur du mouvement les autorités craignaient donc de le heurter de front, mais espéraient l’user et le décapiter de ses éléments les plus actifs.

Dans la même journée du 15 la grève s’étend aux prin­cipales usines métallurgiques de la région lyonnaise. A la SIGMA et la SOMUA elle suivait l’affichage des listes de départ. Aux usines Berliet, REP, Maréchal, Bransovia, au matériel MW, chez Delle, aux Cables de Lyon il s’agit de mouvements de solidarité avec les grévistes.

A Berliet, SOMUA et SIGMA il y eut tentative d’occupation suivie d’évacuation effectuée par la garde mobile; la même tactique qu’aux chemins de fer fut mise en œuvre : éviter les violences, mais «épurer». Il y eut en tout une centaine d’arrestations pour la métallurgie dont une trentaine ont été maintenues.

A la SOMUA la police bénéficia du concours du chef du personnel, l’agent nazi MICHAULT qui désigna aux flics les opposants à arrêter.

La grève s’étendit pendant cette journée à des entreprises d’autres régions de zone libre, en particulier aux Acéries du Nord à Marseille.

16 Octobre  Le mouvement décline ou s’arrête complètement aux chemins de fer. Les chantiers d’Oullins reprennent le travail dans la matinée à la nouvelle de la libération de presque tous les ouvriers arrêtés dans les manifestations du 14 octobre.

Chronique syndicale

Contre l’infâme “ relève ” et ses complices, Debout !

Au lendemain de la défaite, un des premiers actes du gouvernement Pétain-Laval fut de dissoudre la C.G.T. L’homme de Pontigny, BELIN, trahissant la confiance que beaucoup de travailleurs mettaient encore en lui, s’empressait de répondre à l’appel de LAVAL. Depuis, les complices et serviteurs de ce régime d’autorité qui ne vit que par la contrainte des baïonnettes nazies, invoquent la nécessité de faire cesser la division ouvrière. La politique hors les syndicats! Tel était le mot de salut. Mais, très juste en soi, il signifia très vite pas d’autre «politique» que celle qui vous sera imposée ! Elle nous le fut, en effet. Ils nous mirent tous d’accord par une répression brutale. La «Charte du Travail» gendarme qui veille sur le nouvel ordre social, selon l’expression même de GUERDAN, l’homme à tout faire de Belin, voyait le jour. Le Corporatisme conduisait le syndicalisme au tombeau.  C’était le fascisme…

Nos salaires ? Bloqués. Notre dignité ? Bafouée. La misère s’est installée à demeure dans nos foyers. Nous attendrons la revalorisation promise jusqu’à ce que nos frères de misère aient été déportés en Allemagne en quantité jugée suffisante. Cela juge Laval et Marion qui, sachant que beaucoup de familles ont un être cher dans quelque stalag, se sont faits les trafiquants du beau sentiment de solidarité prolétarienne des ouvriers français. Voilà ce qu’est la soi-disant «Relève» une monstrueuse escroquerie.

Pas un seul travailleur ne sera dupe. Tous savent que le Führer a besoin de nos bras ; qu’il se saisira de nous — il le pense du moins — par la contrainte, puisque l’écœurante comédie de Laval a échoué. Et on a le culot de nous dire, au lendemain de ce Conseil des ministres qui vient de proclamer, virtuellement, l’état de siège dans chaque usine, que l’effervescence ouvrière n’a été causée que par une fausse interprétation de la loi.

Camarades, ne croyez pas que seuls les affectés spéciaux sont visés. Ne laissez pas briser votre résistance. Dans l’industrie privée une partie des usines en grève la veille reprennent le travail, par contre d’autres usines comme SEGUIN et LUMIÈRE déclenchent des mouvements de solidarité.

Là où il eut reprise ce fut en général, comme à la SNCF à la suite d’une promesse d’ajournement des départs en Allemagne et quelquefois la suggestion que rien dans les dispositions légales jusqu’ici en vigueur ne prévoient de réquisition de main-d’œuvre, c’est-à-dire de départ forcé.

Aux ouvriers désignés il appartient de ne pas se laisser faire.

La grève partie subitement le 14 au soir à la suite du débrayage à Oullins, a donc été absolument SPONTANÉE  Son déclenchement répondit à un réflexe collectif de la classe ouvrière et sa généralisation montrent que le prolétariat lyonnais garde toute sa combativité malgré 3 années de fascisme.

Malgré son caractère local ce mouvement a abouti à une première victoire, il a fait reculer Laval et a empêché pour l’instant, le racolage forcé. Il a donné à la classe ouvrière conscience de sa force. C’est maintenant la tâche des militants ouvriers de créer l’organisation qui répondra à toute tentative de “traite” par une grève nationale coordonnée.

Soyez tous solidaires. La loi du 4 septembre est formelle ; même le sort des pères de famille est en jeu.

Le néo-syndicalisme de BELIN n’est que l’acte de vente du monde ouvrier au fascisme. LAGARDELLE, son successeur, ancien syndicaliste-révolutionnaire, devenu conseiller intime du Duce, puis ministre fasciste en France, est l’auteur responsable de l’intégration de ces mesures de déportation dans la charte du travail. Il a à sa disposition, pour chanter ses louanges, le célèbre BERTIN, directeur de la feuille confidentielle « Au Travail », qui se vante d’être aux gages du gouvernement; les hommes à tout faire du Comité d’informations économiques et sociales et les permanents de quelques organisations, tels PONCHON, faisant un appel révoltant pour la « Relève » qui est un faux, puisqu’il vient d’être limogé du secrétariat de la fédération du Textile, au non de laquelle il prétend parler…

Travailleurs, ces fourbes se sont flattés de vous amener habilement. pieds et poings liés, devant leurs maîtres: Laval, aujourd’hui, Doriot ou Hitler demain ! Les laisserez-vous faire ? Non. Car vous ne voulez par subir le sort de vos frères de Roumanie qui, une fois leur pays pillé et dépecé, furent mis dans l’obligation de verser leur sang pour leurs bourreaux.

Ne marchez pas ! Souvenez-vous bien de ceux qui étaient d’accord pour ne pas vous faire «mourir pour Dantzig» et qui se disputent aujourd’hui, votre peau pour renflouer leur front de l’Est. Par tous les moyens, individuels et collectifs, RÉSISTEZ ! Et, s’il le faut, GRÈVE GÉNÉRALE. Le salut est au bout…

N -B. — Syndicalistes lutte de classe, est-il besoin de dire que, fidèles à nous-mêmes, nous ne luttons pour la victoire d’aucun impérialisme, même britannique ? Notre mot d’ordre est clair : Par la libération nationale, LA LIBÉRATION SOCIALE.


L’INSURGE                                        N°21    Deuxième année

ORGANE SOCIALISTE DE LIBÉRATION DES MASSES LABORIEUSES

«Vivre en travaillant ou mourir en combattant»  Les Canuts de Lyon 1830

L'Insurgé n°21 Lyon Novembre 1943 - recto
L’Insurgé – Lyon – Novembre 1943 – recto
L'Insurgé n°21 Lyon Novembre 1943 - verso
L’Insurgé – Lyon – Novembre 1943 – verso

                                                                   Ils n’ont pas combattu en vain

Sous le double mot d’ordre du réajustement des salaires et de l’augmentation des rations alimentaires, des grèves ont éclaté en de nombreux endroits au cours de cet automne.

Grèves de la région parisienne (Brikson Bloch, etc.), grève générale de Romans, grèves du Nord (40.000 mineurs), grève toute récente des mineurs du bassin de Saint-Etienne.

Des succès partiels ont été obtenus. Bien souvent, cependant, la répression s’est abattue dure et cruelle. Des centaines d’ouvriers ont été arrêtés ou déportés en Allemagne.

Mais voici que dans une conférence de presse parisienne  les autorités allemandes annoncent qu’elles ont donné des instructions pour que les salaires soient augmentés dans certaines branches économiques : textile (augmentation prévue de 15 à 20 % et pouvant atteindre 60 à 70 % pour les salaires dits « anormalement bas »), sidérurgie, mines de fer, imprimerie, employés de banque et de commerce.

Une brèche, une petite brèche, a été faite dans le front commun des nazis et du patronat. Il s’agit maintenant, de l’élargir.

Les travailleurs déportés n’ont pas combattu en vain.

SUR LE « FRONT » DE FRANCE

SABOTAGE de la MACHINE de GUERRE NAZIE

Dans toute la France, l’action entreprise contre la machine de guerre nazie (industrie travaillant pour l’Allemagne, communications  installations militaires, etc. ) se poursuit Parmi d’innombrables faits nous notons ces actes de sabotage accomplis en zone Sud dans la première quinzaine de novembre :

A Grenoble, plusieurs millions de dégâts sont causés aux Ateliers de Construction mécanique de Mesermann.

A Clermont-Ferrand, des dégâts importants sont provoqués aux Ateliers de réparation de la gare. Les installations de l’usine électrique d’Entraigues, près de Vidauban (Var) sont gravement endommagées. Les deux transformateurs de l’usine de roulements à billes S.R.O. d’Annecy sautent. A Roanne, le transformateur de l’usine de scies à métaux Demarger et Risset saute également.

Deux bombes provoquent un incendie eux Etablissements de construction électrique Wageor à Saint-Etienne. A Limoges, des pylônes soutenant la ligne électrique de l’Ar­senal sont renversés. Résultat : une journée d’interruption de travail à l’Atelier industriel de l’Air.

(page 2) Des bombes endommagent 3 machines au dépôt de la S.N.C.F. de Grenoble.

L’explosion d’une bombe provoque l’éclatement d’une conduite qui aboutit à la centrale Hydro-électrique de l’usine de l’Argentière la Bessée près de Gap.  7 pylônes sont renversés sur le chemin de fer près d’Ax les Thermes. La voie est obstruée. Plusieurs pylônes électriques sont détruits à Montcharbout près de Grenoble. L’éclatement de mines provoque un éboulement de rochers dans la montagne surplombant la voie ferrée Chambéry-Modane. La voie ferrée et la route nationale sont bloquées sur près de 600 mètres.

A Lyon, 19 transformateurs sautent, gênant considérablement la production des usines travaillant pour l’Allemagne.

LES JOURNÉES DE GRENOBLE

Le 11 Novembre une foule nombreuse a manifesté dans les rues de Grenoble, ville admirable de courage, l’une des citadelles de la Résistance.  Près de 500 personnes ont été arrêtées.

Le surlendemain un train les emportait en direction de l’Allemagne. Une nouvelle manifestation s’est déroulée au moment de leur départ. Des femmes se couchèrent sur les voies. Les hitlériens réussirent cependant a briser le mouvement.

Mais ils ne purent fêter en paix leur « succès ». Dans la nuit, en effet, de formidables explosions ébranlaient la ville. Deux gazomètres et le dépôt de munitions de l’armée allemande sautaient.

L’état de siège a été aussitôt proclamé. Depuis, Grenoble vit sous la terreur.

36 villes françaises peuvent demain être bombardées par la R.A.F. et l’U.S.A.A.F. Des vies sont menacées. Exigez des abris et la réquisition des grands appartements ou des villas situ­és en dehors de la zone dangereuse.

LE BEAU TRAVAIL DE LA MILICE

Le manque de place ne nous a pas permis dans le précédent numéro de relater le crime ignoble qui a provoqué l’indignation à Lyon Montchat. Le 22 Octobre, vers minuit, les miliciens de Darnand ont fait irruption chez le Docteur Long. Sans même lui donner le temps de s’habiller ils l’ont entraîné dans leur voiture, le lendemain matin on devait le retrouver tué de deux balles dans la tête.

L’émotion soulevée par cet odieux assassinat a été profonde dans toute la ville, surtout dans le quartier de Montchat, où la victime était très estimée et laisse de nombreux amis. Aussi une foule nombreuse assistait à son enterrement. Il laisse une veuve et deux orphelins.

Est-ce un nouveau « FRONT POPULAIRE » qui s’affirme à Alger ?

Respectueux des consignes que par l’intermédiaire du «Secrétariat à l’information» en zone sud sans intermédiaire en zone nord, leur donnent les services de presse allemands, les journaux mettent chaque jour l’accent sur «LES SUCCÈS DU FRONT POPULAIRE» en Afrique du Nord.

Cette campagne qui a pour but essentiel d’inspirer une sainte frayeur aux innombrables transfuges de la galère collaborationniste a provoqué chez les travailleurs une joie très vive et aussi un peu d’appréhension. Une joie très vive parce que la formule de « Front Populaire » évoque juin 36 et les victoires ouvrières et que cela fait du bien de penser qu’un nouvel espoir se lève après de dures et terribles années. Un peu d’appréhension parce qu’il est impossible de ne pas songer aux défaites que nous avons subies depuis 1936, à la contre-offensive patronale attendue l’arme au pied, à la hausse des prix, à la « non-intervention», à la désagrégation de la coalition «populaire» à la suppression des libertés démocratiques, à la guerre et à l’occupation étrangère enfin.

Mais est-ce bien un nouveau « Front Populaire » qui s’affirme à Alger ? Et ce mouvement pourra-t-il échapper lui, aux causes de décomposition qui ont atteint le rassemblement de 36 ?

Assurément le visage du C.F.L.N. ne rappelle pas exactement celui du gouvernement Léon Blum. Il ne saurait en être autrement. Car si dans une large mesure la lutte contre l’impérialisme hitlérien se présente, sur le plan de la politique française, comme le prolongement du combat antifasciste entrepris au lendemain du 6 février, il est évident que le fait même de la guerre devait apporter de sensibles modifications au rapport des forces en présence

Cependant — et c’est là l’essentiel — en 43 comme en 36 nous nous trouvons en face d’une même formule politique : celle d’un bloc de la classe ouvrière, de la plus grande partie de la paysannerie et des classes moyennes et d’une fraction de la bourgeoisie.

Nous soulignons ces derniers mots à dessein car on ne peut rien comprendre aux défaites des années 1937-39 si l’on ne tient compte de ce fait que le capital financier, que les trusts — les fameuses » 200 familles » — étaient représentées dans l’alliance populaire. Contradiction que cette présence, mais contradiction qui s’explique aisément par une situation où la grande bourgeoisie menacée se trouve dans la nécessité de faire de sérieuses concessions à la marée montante de ses adversaires.

(page 2)  La lutte de classes ne saurait être enfermée dans des cadres sommaires. Un certain «équilibre» peut sans doute être momentanément réalisé, mais ce qu’il importe de voir c’est qu’il ne peut l’être que momentanément.

Au lendemain de la révolution d’Octobre, Lénine notait que «l’économie de la société capitaliste est telle que seul le capital ou le prolétariat qui le renverse peuvent être une force dominante ». Pas un seul événement  pas un seul fait pris dans toute l’histoire des 150 dernières années ne vient démentir cette constatation. Il n’y a pas eu — et il n’y aura jamais — d’état « mi-partie », d’état « social » conciliant les intérêts du capitaliste et du prolétaire, de l’exploiteur et de l’exploité.

Il est vrai que la réaction bourgeoise connaît bien des nuances qui vont de la violence fasciste aux eaux infiniment plus calmes d’un parlementarisme « rénové ». Tout dépend, en définitive, des conditions générales dans lesquelles se développe l’opération.

Or à moins de négliger des facteurs politiques déjà sensibles, d’ignorer délibérément les données économiques les plus évidentes et de s’aveugler sur le jeu véritable des grands impérialismes, il apparaît dès aujourd’hui qu’il n’y aura pas place dans la France d’après-guerre pour une restauration durable de la démocratie bourgeoise .

Les chefs les plus clairvoyants de la réaction le savent si bien qu’après avoir tenté de s’accrocher au pouvoir sous les Darlan et les Giraud, ils ne craignent pas maintenant de prendre un masque «républicain» et battent volontairement en retraite devant le nouveau « Front Populaire » ne cherchant qu’à garder qu’un certain nombre de positions clefs notamment dans l’armée et l’économie. Ils ne veulent pas (et ils ne peuvent pas sans risques) s’opposer à l’immense courant populaire qui s’affirme en France sous le signe du Pain et de la Liberté. Ils se rendent compte que seule une nouvelle banqueroute de la coalition démocratique peut briser cet élan et préparer les voies au régime «autoritaire» et «stable» dont le capitalisme a besoin. Et cette banqueroute qu’ils croient inévitable (qui est effectivement inévitable si la révolution démocratique ne se transforme pas en révolution socialiste , ils feront tout, sachons le bien, pour en hâter la venue  Dans le domaine monétaire notamment où la situation sera périlleuse ils mettront tout en oeuvre pour qu’un gouvernement démocratique endosse la responsabilité d’une catastrophe qui aurait pour premier résultat de dissocier le bloc du prolétariat et de la paysannerie.

Est-ce à dire que le mouvement ouvrier doit poser aujourd’hui le dilemme « réaction bourgeoise ou révolution socialiste » et se désintéresser du reste ? Rien ne serait plus faux et plus absurde.

Plus faux parce qu’une telle attitude, qui ne correspond pas aux problèmes concrets qui se posent actuellement aux masses, isolerait dangereusement l’avant-garde ouvrière.

Plus absurde parce que la révolution démocratique, dont les premiers signes se manifestent déjà, ne peut être arbitrairement séparée de la révolution socialiste, la seconde pouvant seule garantir (et dans certains cas réaliser) les principales conquêtes de la première.

Tous les militants ouvriers, sans exception, doivent se trouver au premier rang de la lutte contre l’impérialisme hitlérien et ses agents français, pour le triomphe des revendications démocratiques et des revendications économiques du peuple et par suite soutenir les mesures progressives éventuellement prises par le comité d’Alger. Mais, à aucun moment, nous, communistes, socialistes et syndicalistes, ne devons perdre de vue qu’il s’agit d’une bataille décisive, d’une bataille ininterrompue, sans vastes « paliers » et sans longues «étapes», d’une bataille qui ne peut se terminer que par notre victoire totale ou notre défaite totale. La bourgeoisie triomphante ferait payer cher au peuple français le moindre Pucheu qu’elle aura été obligée de sacrifier.

Aujourd’hui cependant elle est prête à faire des concessions.  C’est que le vent de la Liberté souffle fort. Et pas seulement en France. Dans toute l’Europe se dresse en face des nazis comme en face des Mikhailovitch des Victor Emmanuel et des Georges de Grèce de nouveaux « Fronts Populaires».

Des possibilités immenses s’offrent à nous. Nos adversaires ont besoin de notre défaite pour vaincre. Une fois de plus l’histoire nous donnera la possibilité de «tirer les premiers ».

Pour tous ceux qui sont tombés, pour tous ceux qui souffrent et qui espèrent, pour le salut de notre pays et pour celui du monde, préparons-nous cette fois-ci à frapper juste et fort.


Le Peuple Syndicaliste 1943

Unité d’action Antifasciste

Lisez – aidez –    diffusez    

l’insurgé                    M.

l’Humanité                  O.

le Populaire                 F.

et tous les journaux de la Résistance

Nouvelle série

Le Peuple Syndicaliste

FONDÉ PAR LES SYNDIQUÉS MILITANTS DE LA C.G.T.

Par l’unité Internationale des Travailleurs     Pour le socialisme Ouvrier et Paysan                                       Pour la Paix mondiale Pour la libération des opprimés dans une Europe réorganisée et socialiste

Ce qu’ils appellent…

… Faire la Révolution Nationale

Livrer pieds et poings liés, à l’envahisseur nazi, le prolétariat français. Abolir le régime républicain, supprimer toutes les libertés.

Peupler les prisons et les camps de concentration de travailleurs, d’antifascistes fidèles à la Révolution prolétarienne : communistes  socialistes, syndicalistes, anarchistes, francs maçons, républicains de toutes nuances, qui ont compris la nécessité de s’unir dans la résistance et qui forgent l’unité révolutionnaire de tous les peuples opprimés, pour leur libération.

Faire la chasse à l’homme : au militant ouvrier qui n’a pas plié le genou devant Vichy et a osé dire leur fait à tous les renégats et à tous les paniquards ; replonger dans la sombre nuit du moyen âge en traquant sans pitié de pauvres malheureux de race « non aryenne ».

Prêter main forte à l’infâme Gestapo pour espionner, dénoncer livrer, arrêter, torturer, interner, déporter, fusiller tout français qui a encore le courage de défendre les droits de l’humanité bafouée et de se déclarer solidaire de toutes les victimes du fascisme sanglant et de la valetaille de Vichy.

Installer au pouvoir une camerilla de transfuges — opprobres de tous les Partis — qui ne s’y maintient que par la contrainte des baïonnettes étrangères.

S’adjoindre des « représentants ouvriers» (sic) depuis les Belin, Lefranc, Dumoulin, etc., jusqu’aux Commissaires du Pouvoir qu’un décret a rattaché directement au service de M. Laval.

Dissoudre la C. G. T. avec leur complicité, pour briser toute tentative de coordination dans les syndicats ouvriers.

Et conserver, aux seigneurs de la finance et de l’industrie, par l’entremise des Comités d’organisation, non seulement les principaux leviers de commande de l’économie capitaliste, mais encore leur en donner de nouveaux.

«Néocapitalisme» écrit un malin de l’équipe de « Au Travail » qui se demande s’il n’est pas opportun de « revenir à ce syndicalisme d’antan dont nous nous étions trop éloignés. » (sic).

Peine perdue ! Entre EUX et NOUS, il y a la chaîne de LEURS complicités qui nous sépare. Les ouvriers, les militants — les vrais — et les innombrables victimes ne l’oublierons jamais. Et ils savent que l’heure de la véritable Révolution nationale va bientôt sonner.

Avis à MM. les révolutionnaires« Nationaux ».

Ce qu’ils appellent…

. . . Abolir la Condition Prolétarienne

Bloquer les salaires au taux de septembre 1939 ; décréter une « revalorisation » qui n’atteint pas 30 % alors que le coût de la vie dépasse la hausse de 200 0/o.

Aggraver durement les conditions de travail en donnant au patronat triomphant tous les pouvoirs de contrainte, en ôtant au salariat l’arme la plus efficace de toutes les protestations ouvrières : LA GRÈVE.

Livrer, au pillage éhonté de l’envahisseur nazi, les marchandises de première nécessité que peuvent difficilement se procurer les travailleurs.

Fermer les yeux sur les honteux trafics du marché noir, parce que celui-ci est, d’abord, le fait de la prolongation de la guerre nazie, délibérément voulue par Vichy — Laval n’a t-il pas souhaité la victoire de l’Allemagne ? — ensuite, parce qu’en fait de marché noir, ces Messieurs de Vichy, de la Légion et de la Milice ne redoutent aucune concurrence. Pendant ce temps, les prolos, leurs femmes, leurs gosses se nourrissent tant bien que mal — et plutôt mal que bien !

Déporter, outre Rhin, les jeunes ouvriers français — et même les vieux ! — les prisonniers n’étant plus assez nombreux pour permettre au Maître du III Reich d’éviter l’imminente débâcle. Si M. Laval peut annoncer, maintenant, la relève de la “ Relève » — une autre infamie ! — c’est que le IIIe Reich a fait, pour le moment, son plein de cargaison humaine !

Enfin, sous prétexte de « supprimer la lutte des classes »(!!!), élaborer cette Charte du Travail qui — on s’en est aperçu ! — supprime toute action ouvrière et prétend même extirper jusqu’aux glorieux souvenirs du syndicalisme révolutionnaire.

« L’abolition de la condition prolétarienne » ? C’est, dans le style Pétain-Laval, un nouveau mensonge, après tant d’autres, parmi ceux qui nous font tant de mal.

Sans phrases, les salariés vont faire un succès à la formule en démolissant — mais pas pour rire ! — l’ordre capitaliste.

Pour eux, abolir la condition prolétarienne, supprimer le salariat et le monopole capitaliste.

Voilà qui est dit. Maréchal !

 RENTREZ DANS VOS SYNDICATS…

en exigeant de vos dirigeants un langage sans équivoque : sur les SALAIRES, sur la CHARTE, sur VICHY.

… et revendiquez !

Le Peuple Syndicaliste 1943 verso
Le Peuple Syndicaliste tract 1943 verso

TRAVAILLEURS DU MONDE ENTIER..

HÂTER LA DÉCOMPOSITION DE L’IMPÉRIALISME HITLÉRIEN

Toutes les indications fournies par les observateurs des pays neutres concordent : les premiers symptômes de la crise intérieure allemande sont déjà apparus. Une personnalité suisse qui revient d’Allemagne écrit dans la «Gazette de Lausanne » que «cette crise, tout comme en Italie ces derniers mois, ronge lentement les fondations du régime et il ajoute que partout, le pessimisme et la défiance ont remplacé la confiance illimitée, l’insouciance placide et la foi inébranlable ». De son coté René Payot note dans le «Journal de Genève» que «Les masses ouvrières se détachent de l’Hitlérisme et fraternisent de plus en plus avec les travailleurs étrangers résidant en Allemagne». Même son de cloche dans les journaux suédois.

Ils appartient maintenant au mouvement ouvrier européen et — au premier chef au Mouvement Ouvrier Français — de profiter au maximum des circonstances présentes pour hâter la fin de la guerre en hâtant la décomposition de l’impérialisme Hitlérien.

Les rapports directs avec les soldats allemands ne peuvent encore être entrepris que par des organisations déterminées. Par contre dès maintenant il est nécessaire de faire savoir à ces soldats — à l’aide d’inscriptions sur les murs, de tracts et de papillons rédigés en allemand— qu’il y a une autre issue que celle que leur prépare Hitler.

«Si le peuple allemand rassemble à temps son courage et montre par des actes qu’il mérite d’être un peuple libre, déclarait en juillet dernier le « Comité de l’Allemagne Libre » fondé à Moscou, il acquerra le droit de décider de son sort et les autres peuples compteront avec lui.

Les assassins de la Gestapo, ceux de Paris et de Lyon qui sont aussi ceux de Dachau et d’Auschwitz doivent sentir bientôt le sol leur manquer sous les pieds.

GRÈVES EN ANGLETERRE ET AUX ETATS-UNIS

La Presse « Française » mène grand tapage autour des grèves qui se sont déroulées récemment en Angleterre et aux Etats- Unis

Tout ce bruit semble avoir troublé l’esprit de quelques camarades, ils trouvent que les ouvriers améncains « ne se rendent pas compte » et « exagèrent ».

Il est curieux de voir des militants oublier à ce point l’expérience de leur propre mouvement, celle de la guerre 1914-18 comme celle de la « drôle de guerre » 39-40. Car enfin, dans des pays comme l’Amérique et l’Angleterre ou, grâce au conflit, d’énormes fortunes s’édifient et des bénéfices colossaux sont réalisés (comme d’ailleurs dans l’Allemagne prétendument «communautaire») et ou les prix montent sons cesse, il serait vraiment paradoxal de rejeter la responsabilité des grèves, non sur les patrons mais sur les ouvriers qui cherchent à maintenir leur ancien niveau de vie (niveau de vie qui en Angleterre a déjà sensiblement diminué).

Nous regrettons chaque retard apporté dans la fabrication du matériel de guerre destiné à écraser l’hitlérisme et plus spécialement au matériel réservé aux magnifiques armées soviétiques. Mais nous ne voyons à cela qu’un seul remède : Le rajustement des salaires de nos camarades Américains et Anglais !

Et puis disons-le nettement : nous goûtons médiocrement les intrigues et les «pressions » des Eisenhower, des Murphy et des Millan et nous voyons dans la volonté de lutte des travailleurs d’outre-Manche et d’outre Atlantique le gage de notre libération  de notre véritable libération.

Plus que jamais la solidarité internationale est à l’ordre du jour !

LES ÉVÉNEMENTS DU LIBAN

En dehors du rôle très significatif joué par l’impérialisme britannique (et que les informations publiées à Alger ont mis en lumière), les événements du Liban ont montré la force du mouvement d’émancipation des peuples arabes.

Le prolétariat français doit sentir toute l’importance de ce facteur.

Si nous n’y prenons garde, en effet, si nous ne faisons rien pour les peuples d’Afrique du Nord et de Syrie, si les tentatives de libération de ces peuples sont purement et simplement brisées  si les droits politiques accordés à nouveau à la population juive ne le sont pas à la population arabe, nous retrouverons bientôt en face de nous, comme en Espagne, des milliers de mercenaires indigènes au service de la réaction bourgeoise.

N’oublions jamais « qu’un peuple qui en opprime un autre ne peut être libre».

CRISE A VICHY

Le 13 novembre la radio française annonçait que Pétain prendrait la parole au micro à 19h30.

Une chose avait cependant été oubliée: c’est que le « Maréchal de France chef de l’Etat » ne peut parler sans autorisation. Et cette autorisation lui fut brutalement refusée.

Que voulait-il dire en cette soirée de samedi ?

« J’incarne aujourd’hui la légitimité française» affirmait dans son nouvel appel le personnage sénile et il ajoutait « j’entend la conserver comme un dépôt sacré et qu’elle revienne à mon décès à l’ASSEMBLÉE NATIONALE DE QUI JE L’AI REÇUE si la nouvelle constitution n’était pas ratifiée.

Un décret qui devait paraître le lendemain prévoyait une convocation de la Chambre et du Sénat en cas de disparition du chef de l’Etat.

Nous ne perdrons pas de temps à dénouer le fil des intrigues qui sont à l’origine de ce « tournant» démocratique (nous sommes loin de l’époque des « Dauphins » et des rêves maurassiens). Bornons nous à constater qu’il traduit l’affolement des milieux vichyssois et participe d’une manœuvre générale entreprise depuis des mois par la grande bourgeoisie.

Aux dernières nouvelles Pétain aurait annoncé son intention de démissionner. Cette démission serait-elle acceptée ou, elle aussi « refusée ».

De toute façon ce qui, il y a un an, aurait encore eu une importance réelle n’en a plus guère aujourd’hui. Les petites combines et les bassesses des derniers débris de la fameuse «Révolution Nationale » n’ont pas la moindre chance de tromper le peuple français.

N’oubliez jamais ceux du maquis. Tout, absolument tout, doit être fait pour leur venir en aide.


L'Insurgé janvier 1944 recto
L’Insurgé janvier 1944 recto

 Numéro 22         Deuxième année     Janvier 1944

L’INSURGE          

ORGANE SOCIALISTE DE LIBÉRATION DES MASSES LABORIEUSES

«Vivre en travaillant ou mourir en combattant. » Les Canuts de Lyon 1830

« La France a disparu actuellement et peut-être pour longtemps. » Maréchal Smuts

Le Patriotisme Français à la croisée des chemins

II y a plusieurs semaines déjà que M. Smuts a pris la parole devant les représentants de l’Empire britannique. Avec le recul il apparaît que ce discours est venu parfaitement à point:

Depuis longtemps sans doute, le peuple français avait quelques sérieuses raisons de se plaindre des dirigeants anglais et américains. De l’affaire Darlan à l’affaire du Liban, de certains bombardements « dans le tas » aux lenteurs « politiques » apportées dans la conduite des opérations militaires, de la dévaluation du franc au refus d’admettre le C.F.L.N. au sein du comité consultatif européen, de l’emprise économique à l’ingérence politique en Afrique (de Gaulle a rappelé le 12 décembre qu’une partie des territoires africains et de la Corse était soumise a « un régime limitatif de la souveraineté française »), les sujets de « mécontentement » étaient nombreux ; mais jusqu’à maintenant ils se situaient sur le plan du présent ou sur celui du passé.                                                                          Presque jamais sur celui de l’avenir.

L’avenir, pour l’ensemble du peuple français, était dominé par le mythe de la Victoire réparatrice. Ce mythe né dans les pires moments de l’an 1940 aux jours sombres où tout dans l’immédiat nous semblait refusé, ce mythe dans lequel chacun a pu mettre des espoirs et des rêves souvent contradictoires a été pendant toute une période un facteur positif dans la mesure où il traduisait un désir tenace de vivre et de ne pas s’incliner devant l’abjection momentanément triomphante.

Cependant, au fur et à mesure que l’heure de cette victoire approche, que les problèmes qu’elle pose se précisent  cependant que la lutte elle-même prend plus d’ampleur et que ses tâches se concrétisent, un tel mythe ne peut que contribuer à dissimuler des réalités, à maintenir des illusions et à exercer une influence paralysante sur les masses. Depuis quelques mois déjà un nombre de plus en plus considérable de combattants de la résistance — et notamment de combattants ouvriers — prennent conscience de ce fait.

Aussi savent-ils gré à M. Smuts d’avoir, en affirmant que l’avenir de la France était différent de celui imaginé par beaucoup de Français, amené des milliers de leurs compatriotes à se poser un certain nombre de questions sur l’indépendance et la liberté de la France, sur sa grandeur et son rôle de grande puissance dans le monde.

C’est à ces questions qu’il importe aujourd’hui d’apporter des réponses qui soient autre chose que des déclarations grandiloquentes.                                                suite page 2

La nouvelle (est-ce la 10e ou la 12e ?) crise vichyssoise approcherait de sa fin.

Nous avions fait état dans notre dernier numéro de l’interdiction d’un curieux discours sur l’assemblée nationale « héritière de la légitimité française» et signalé à ce propos que l’on faisait courir le bruit de la prochaine démission de Pétain.

Pétain n’a pas démissionné.

Il n’a même pas poursuivi la grève «sur l’état» qu’il avait entreprise en signe de protestation.

Une lettre de Ribentrop et une démarche d’Abetz ont eu raison de sa noble résistance.

Le vénérable ? maréchal n’a cependant pas renoncé à la lutte. Seulement cette fois-ci il s’est fixé des objectifs plus modestes. Désireux, semble-t-il, de se venger du vieux filou de Chateldon i! participe, sous l’œil attentif d’Abetz qu’il cherche à gagner à sa Cause aux intrigues menées à Paris et à Vichy en vue d’un remaniement ministériel.

Il est surtout question de Déat, Henriot et Darnand.

Darnand ! le S.S. Darrand ! Le choix serait significatif. Pour la première fois en effet un département ministériel serait OFFICIELLEMENT confié à un officier d’une formation militaire étrangère dont les membres prêtent un serment de fidélité au chef d’un état étranger et qui est placée directement sous les ordres du ministre de la police de cet état.

Dans l’abjection ils sont encore descendus d’un cran.

DERNIÈRE MINUTE – Les nominations d’Henrriot et de Darnand ont été rendues publiques. Le SS est chargé quant à lui, du « maintien de l’ordre », c’est à dire en bon français, de la sauvegarde du régime de trahison, de pillage et de violence que notre pays subit depuis plus de 3 ans.

On lit dans le 1er numéro de la « Revue Libre» (éditée par Franc Tireur).

« Si l’on remplace les hauts fonctionnaires anciens par de nouveaux fonctionnaires républicains en laissant l’institution en place on fera ce que disait un ancien garde des sceaux à propos de la magistrature : « Prenez un tonneau de vinaigre, tirez en chaque jour un litre et remplacez le par un litre de vin. Vous pouvez continuer comme cela tant que vous voudrez. Vous n’aurez jamais que du vinaigre».

ENTIÈREMENT D’ACCORD   Pour réaliser les revendications démocratiques il faudra commencer par briser le vieil appareil d’état de la bourgeoisie.

L'Insurgé janvier 1944 verso
L’Insurgé janvier 1944 verso

Indépendance Juridique et Indépendance réelle

Si l’on excepte l’Alsace-Lorraine brutalement annexée par les impérialistes allemands et qui devra, par un plébiscite éclatant, faire connaître ses véritables sentiments au monde, il n’y a pas aujourd’hui en France de question nationale.

Le pays peut connaître pour un temps l’occupation étrangère (et nous subissons depuis plus de 3 ans la plus dure, la plus pillarde et la plus sanglante de toutes) voire l’administration militaire étrangère. Aucune puissance ne pourra sérieusement contester les droits élémentaires à l’emploi de la langue nationale, à l’organisation administrative propre, à l’existence d’un gouvernement, de forces armées et de fonctionnaires autochtones, bref les droits qui sont à la base de l’indépendance juridique d’une nation. Sur ce point il n’y a pas un problème français comme il y a un problème polonais ou un problème tchèque.

Mais, diront d’aucuns, cette indépendance-là est celle dont disposait Pétain au temps de la  « zone libre » ; dans une large mesure c’est celle dont il bénéficie encore « en principe» aujourd’hui. C’est l’indépendance de l’Egypte, du Venezuela  du Mandchoukouo ou de la Roumanie ! Elle dissimule une véritable main-mise de l’étranger sur la vie politique et économique nationale.

C’est précisément ce que nous voulions mettre en lumière.  A l’époque de l’impérialisme l’indépendance juridique d’un pays ne coïncide pas avec son indépendance réelle. Il n’y a de liberté que par rapport aux grands impérialismes.

Certains pensent cependant que la France peut acquérir cette liberté en retrouvant, par un effort volontaire, « son rang de grande puissance et son ancienne grandeur ».

La France, grande Puissance

Il y a là une confusion inadmissible.

La grandeur n’est pas liée pour l’éternité à une organisation sociale déterminée. L’histoire nous montre une France féodale, une France monarchique, une France révolutionnaire  une France bourgeoise qui connurent toutes la grandeur et qui sont nées des contradictions de leurs devancières.

Or, depuis un demi-siècle, le terme de « grande puissance » (nous écrivons bien «puissance» et non « pays ») ne signifie pas autre chose que « puissance impérialiste ». C’est essentiellement grâce à son caractère impérialiste — grâce aux placements des puissants capitaux de ses classes dirigeantes — que l’état français a pu, au cours des dernières décades, jouer, dans le monde, un rôle aussi important que celui de pays plus vastes et plus peuplés et disposant parfois d’un sous-sol et d’un sol plus riche.

La guerre de 1914-18 avait porté un coup très dure à cette « puissance » française. La guerre actuelle l’a presque entièrement détruite. M. Smuts a raison : elle ne se relèvera pas.

La grande bourgeoisie l’a fort bien compris, elle qui n’abandonne le camp d’un impérialisme que pour se mettre au service d’un autre. Les paquets d’actions qu’elle a cédé aux firmes allemandes passeront le plus simplement du monde aux mains des sociétés américaines.

Est-ce à dire que la France ne peut plus être libre et grande, que sa décadence est inévitable et par voie de conséquence que la lutte héroïque que mène son peuple contre ses agresseurs hitlériens est stérile et vaine ?

Nous pensons tout le contraire.

A la Croisée des Chemins

« L’humanité, a dit Engels, ne se pose jamais que des problèmes qu’elle peut résoudre ».

Sous l’impérialisme — cette « forme suprême du capitalisme » — il est vrai que ce pays ne connaîtra plus désormais que la domination étrangère, le rationnement économique et (après une courte période de liberté) la dictature réactionnaire.

Mais la « solution » capitaliste n’est pas la seule qui existe.

Il est maintenant définitivement prouvé, non dans les livres mais dans la réalité, qu’un système différent du capitalisme peut s’affirmer et grandir. Ce qui, sur le plan matériel, a été possible dans un pays économiquement arriéré et isolé du reste du monde le sera bien davantage dans l’Occident Européen ouvert sur les mers et appuyé à l’immense bloc eurasiatique de l’U.R.S.S.

Pour la France, la constitution des Etats-Unis socialistes d’Europe (constitution qui ne pourra être l’œuvre que du prolétariat avancé du continent et non d’une nation déterminée) sera la question décisive. Dans ce cadre et dans ce cadre seulement, elle sera a même d’éviter le joug étranger et de connaître avec la liberté, un nouvel et magnifique essor.

Certains diront sans doute que nous sommes en janvier 1944 et qu’en janvier 1944 les Etats-Unis d’Europe ne sont pas précisément à l’ordre du jour. C’est parfaitement exact.

Mais en janvier 1944, des millions de Français, appartenant à toutes les classes laborieuses, commencent à se demander si la croyance mystique en les bienfaits de la victoire suffira à assurer leur libération. Le patriotisme français se trouve à la croisée des chemins.

L’HEURE est venue, pour le mouvement ouvrier, de le détourner de la vieille route, celle du chauvinisme étroit et borné, de la “perfide Albion” et du “sale boche” des coups de clairon de Déroulède, de “l’Union Sacrée” et de la “guerre tous les 20 ans”, qui fut peut-être celle de la gloire mais qui n’est plus que celle de la décadence et de l’asservissement.

L’heure est venue de montrer la véritable voie, celle qui s’ouvre aujourd’hui avec la lutte pour la réalisation des revendications économiques et démocratiques, le soutien des populations arabes d’Afrique du Nord les appels aux soldats allemands et qui, si les travailleurs communistes  socialistes et syndicalistes le veulent, pourra s’élargir demain avec la formation d’un comité ouvrier européen, prélude de la reconstitution de l’internationale !

Jitomir et Korostène sont repris. Plus au sud les divisions de Valoutine foncent en direction du Boug. Les nouvelles qui parviennent de l’est sont décidément bonnes.

Au seuil de la nouvelle année, les travailleurs français sont unanimes à saluer avec émotion et fierté leurs héroïques camarades, les combattants de l’armée rouge ouvrière et paysanne.

Italie – Sottens a diffusé le 20 décembre 1943, l’information suivante : Les dirigeants de 5 partis politiques devaient tenir un congrès à Naples le 20 décembre. Ce congrès fut interdit par les Anglo-Américains. Un groupe de protestataires parmi lesquels se trouve le philosophe Benedeto Croce a envoyé un télégramme de protestation à Churchill, Roosevelt et Staline. Ils font remarquer qu’ils ne veulent rien faire pour entraver les projets des Alliés bien au contraire.


Le Peuple syndicaliste 1944

Unité d’action Antifasciste

Lisez – aidez – diffusez

l’Insurgé                 WL

l’Humanité               O.

le Populaire             F.

et tous les journaux de la Résistance

Nouvelle série

Le Peuple Syndicaliste       1944

FONDÉ PAR LES SYNDIQUÉS MILITANTS DE LA C.G.T.

Par l’unité Internationale des Travailleurs   Pour le socialisme Ouvrier et Paysan        Pour la Paix mondiale Pour la libération des opprimés dans une Europe réorganisée et socialiste

Unité syndicale, Démocratie syndicale

Tous les militants considèrent l’unité syndicale, enfin reconstruite, à la fois comme un pas en avant vers l’unité ouvrière, condition indispensable des victoires de demain, et comme le gage des possibilités ouvertes, tout de suite, sur le terrain des revendications immédiates.

Cependant, il faut voir clairement que ce sentiment des militants qu’il s’agit d’un fait très important et très heureux, n’est que médiocrement partagé par la grande masse ouvrière. Que celle-ci accorde aux syndicats confédérés la confiance qu’elle refuse aux syndicats uniques de Vichy, c’est certain ; mais pratiquement elle se désintéresse aussi bien des uns que des autres. Pourquoi ?

Parce que le syndicat n’est pas un organisme académique  non plus qu’un organisme de propagande. Pluralisme syndical ? Autonomie, même ? La grande masse des ouvriers s’en fout. Elle verrait d’un assez bon œil un syndicat unique, et même obligatoire, pourvu que ce soit un syndicat, c’est-à-dire un organisme agissant, rendant possible par son existence l’action directe des salariés pour la défense de leurs intérêts immédiats, tels qu’ils les conçoivent.

C’est la force essentielle du syndicalisme que les questions qui y sont débattues, les perspectives envisagées, les décisions qu’on y prend e les moyens que l’on y choisit pour faire appliquer ces décisions, sont de la compétence de chacun de ses membres. Toutes les critiques que l’on a pu adresser à la démocratie, partiellement valable s’il s’agit de faire décider par un électeur moyen de la politique douanière à l’égard du Chili ou de la législation des barrages hydroélectriques, tombent si bien quand il s’agit de la démocratie syndicale que, dans les mots au moins, Vichy lui-même a du en reconnaître la valeur.

Or, le syndicalisme tel que l’ont fait maigrement subsister depuis quatre ans (au moins) des militants dévoués au maintien d’une organisation indispensable, ne répond guère à ces préoccupations immédiates des masses ; d’où leur apathie. On y a, pendant toute une période  si peu pensé aux intérêts immédiats, tout préoccupés que nous étions par les lourds problèmes de la libération, qu’on a pu donner l’impression que ces problèmes de libération nous détournaient de la défense des conditions de vie.

Certes, jamais un véritable militant n’a envisagé que les alliances occasionnelles avec des éléments bourgeois devaient nous détourner d’exiger d’eux plus de justice envers leurs exploités. Mais bien des ouvriers ont pu le craindre.

Aujourd’hui, la situation est un peu plus nette à cet égard. Mais si la nature des revendications, leur formulation même, fait de moins en moins question, ce n’est pas à l’action des cadres syndicaux, auxquels la clandestinité laisse de moins en moins de contact direct avec la masse réelle, c’est à la pression de ces masses que nous le devons  Et la question qu’elles posent maintenant, ce n’est pas le contenu des revendications, c’est la forme de lutte à employer pour les faire aboutir.

Cette forme, nous autres militants croyons plus ou moins la connaître. Mais elle n’entraînera les masses profondes que si celles-ci ont la conviction qu’elle est possible  que les périls qu’elle comporte sont justifiés par une suffisante probabilité de succès. En définitive, cette forme ne sera choisie de façon heureuse que si elle l’est par les masses, c’est-à-dire que si la démocratie syndicale arrive  d’une façon ou de l’autre, à jouer. Tel est le problème technique actuellement posé aux militants, de la solution duquel dépend, non seulement le succès de cette action nécessaire, mais encore sa possibilité.

Des mots d’ordre venant d’en haut peuvent impulser une troupe de partisans, un cadre de militants. La démocratie  nécessaire et possible, si les formes en sont convenablement adaptées, même dans les conditions présentes,  est le seul moteur de l’action des masses. C’est par elle que sera valorisée l’unité syndicale, dont la reconstitution aurait été plus chaleureusement accueillie si les syndiqués eux même en avait été les artisans ; s’ils en avaient fixé eux-mêmes les buts, non lointains, mais immédiats.

Entrer au syndicat ? Oui, tout de suite. Mais pas comme un troupeau de soldats aveugles, à des fins lointaines. Pour organiser tout de suite une lutte de tous les instants, dont chacun sait bien qu elle ne peut plus attendre, et pour lui donner tout de suite des formes telles que l’on puisse marcher de l’avant, tous ensemble.

Le Peuple syndicaliste 1944 verso

La Lutte du Peuple Français pour sa Libération

LES SALARIES ET LA HAUSSE DU COÛT DE LA VIE

De partout on nous signale des actions entreprises par les travailleurs en vue d’obtenir un premier et urgent réajustement à leur salaires.

A Paris dans la métallurgie des débrayages ont eu lieu sur les trois mots d’ordre : 50 p. cent d’augmentation, 500 grammes de pain par jour, un litre de vin par jour.

La presse gouvernementale s’est empressée de crier à l’échec du mouvement. Les renseignements que nous possédons ne sont pas encore assez complets pour que nous puissions tirer toutes les leçons de cette grève.

Nous y reviendrons dans notre prochain numéro dans lequel nous comptons publier une analyse des différentes actions entreprises au cours des derniers mois par la classe ouvrière.

ON SE BAT DANS LES “MAQUIS”

Depuis deux semaines, le commandement allemand semble vouloir lancer des actions de plus en plus fréquentes contre les jeunes qui tiennent la campagne.

Des opérations ont eu lieu notamment dans les bois de Bernex (région de Thonon) à Grussy et à Alby (région d’Annecy), près de Vic le Comte et de Billon (Puy-de- Dôme), à Levignac de Guyenne (Lot et Garonne).

A Chaveroche en Corrèze, un officier allemand ayant été blessé, 4 paysans pris comme otages ont été fusillés.

Plus que jamais tout doit être mis en œuvre pour aider les partisans.

AU PÉRIL DE LEUR VIE

Au péril de leur vie les hommes des organisations de la Résistance enlèvent des armes (cartoucherie de Bourg-les-Valence, gendarmeries de St-Laurent sur Gorra et de Treignac en Corrèze), des explosifs à (Vacheresse dans la région d’Annecy, au barrage de Castillon près de Digne), de l’essence et du benzol à (Annecy, à Riom et à Lezoux dans le Puy-de-Dôme etc.)

Au péril de leur vie ils font dérailler des trains militaires allemands (près de la gare de l’Etoile entre Livron et Valence, aux Martres de Veyre près de Clermont, à proximité de la gare de Montélimar, près du Petit Nalais sur la voie Avignon-Cavaillon)

Au péril de leur vie ils sabotent les installations industrielles directement ou indirectement utilisées par les hitlériens  C’est ainsi que leurs bombes ont détruit tous les compresseurs, à l’exception d’un seul des aciéries d’Ugine, les transformateurs de la centrale électrique de l’usine d’aluminium Vethon à Alberville, des machines de la manufacture d’armes de Saint-Etienne, les pylônes électriques desservant l’usine de Fond de France (Isère), les transformateurs de l’usine du Giffre (près de Bonne-ville), les installations de l’usine de Rochebut sur le Cher (près de Montluçon( etc. etc. .

A L’UNIVERSITÉ DE STRASBOURG

Le 25 novembre dernier les troupes allemandes ont cerné les bâtiments de l’Université de Clermont où s’est installée depuis la guerre l’Université repliée de Strasbourg.  Professeurs et étudiants furent rassemblés dans la cour principale. Au cours de l’opération un professeur et un étudiant ont été abattus par les hommes de la Gestapo. Après un premier “tri” plusieurs centaines d’arrestations ont été opérées. Près d’une centaine ont été maintenues.

Un rôle important a été joué dans cette affaire par un mouchard “français” nommé Mathieu.

Aux dernières nouvelles malgré la protection que lui assurait la Gestapo, Mathieu a payé de sa vie son infamie.

LES PARTISANS ET LE MARCHÉ NOIR

L’affiche suivante a été apposée en fin novembre dam la région de Saint-Yriex ;

“Considérant qu’il est équitable que propriétaires et commerçants prélèvent une juste rémunération sur leur travail, il ne peut être toléré que les denrées soient vendues à des prix prohibitifs.

Arrêté :

Article 1  — Le prix des pommes de terre ne pourra dépasser 4 frs le kilo.

Article 2 — Le prix de la viande de porc sur pied ne peut dépasser 48 frs le kilo.

Article 3 — Tout contrevenant aux dispositions des 2 articles précédant sera l’objet de représailles exemplaires.

Fait en novembre 1943. Le Préfet du Maquis.

NOS ECHOS

Dans l’Ain :

A Oyonnax et à Nantua de graves événements se sont déroulés à la mi-décembre. A la suite d’une démonstration du Maquis dirigée contre deux personnes coupables de donner les réfractaires, il y eut une intervention des Allemands dans ces deux villes.

Résultats 4 personnes sauvagement tuées, le maire M. Maréchal, l’adjoint, le Dr Mercier et un militant communiste M. Rochet, ce dernier eut d’abord les yeux troués, puis exécuté par des coups de revolver-dans le dos.

D’autre part à Nantua une rafle fut faite parmi la population masculine et notamment parmi les grands Élèves du Collège.

150 hommes furent emmenés, sans doute à Compiègne.

 Il faut que les pièces de monnaie de bronze continuent à servir de monnaie courante.

Bulletin des Jeunesses Laïques combattantes (1943)

Cette publication clandestine est tirée des archives de Jean-René Chauvin consultables au Centre d’Histoire Sociale (CHS) de la rue Mahler à Paris. Elle peut être librement diffusée et dupliquée à des fins pédagogiques ou de recherche.

 ESPOIR

N°1  (fin 1943) du bulletin      

Jeunesses Laïques combattantes page 1
Jeunesses Laïques combattantes page 1

Dans ce premier bulletin, nous voulons nous adresser plus particulièrement aux jeunes de tous les mouvements, Jeunes qui pour des raisons diverses se tiennent encore en dehors de la résistance. Beaucoup d’entre vous sont désorientés par les événements actuels nous voulons leur donner les éclaircissements qu’ils réclament. D’autres sont prêts à se rallier à nous, à ceux-là qui suivent avec sympathie tous les efforts de la Résistance, nous souhaitons apporter le coup main qui leur permettra de travailler avec nous. A ceux qui déjà travaillent isolement nous voulons faire sentir la nécessité d’un lien, d’union de toutes les forces combattantes pour augmenter notre puissance et hâter le moment de la libération. Jeunes, c’est aux camarades de notre âge que nous nous adressons sans vouloir créer un fossé entre les adultes, nous pensons que nous avons des tâches plus spéciales. Laïques, ceci n’est pas employé péjorativement de notre part comme une philosophie ou une confession quelconque, mais simplement pour affirmer notre position et prouver que comme nos jeunes camarades catholiques, protestants, juif, nous avons au nom de nos principes ce solides raisons de lutter pour la libération. Tous ne renions rien à nos idées et ne demandons pas aux camarades d’abandonner leur religion, seulement nous savons que tous, au nom de nos principes nous devons réaliser l’union et nous somme heureux de lutter fraternellement côte à côte avec les jeunes catholiques, les jeunes protestants, les jeunes M.U.R. et les jeunes communistes, contre le fascisme hitlérien qui serait, s’il triomphait, le règne de la barbarie contre toutes les idées de justice et de progrès. Combattants, beaucoup d’entre nous le sont depuis que l’hitlérisme menace l’Europe. Anciens ou nouveaux nous savons que nous ne nous permettrons aucun moment de répit tant que sera debout l’armée allemande et ses serviteurs Vichyssois. Nous ne saurions parler de repos tant que ne seront pas réglés les problèmes qui intéressent notre vie. Nous ne voulons pas ici faire le procès de votre Mouvement ni de vos responsables, mais simplement essayer avec vous d’analyser tout ce qui empêche une grande partie d’entre vous de participer activement à nos cotés à la Résistance .                          

Jeunesses Laïques combattantes verso

Par un souci très méritoire de liberté vous ne voulez vous mêler à aucune lutte politique craignant l’ingérence de tel ou tel parti. Les taches de la Résistance actuelle ne sont pas les tâches d’un seul parti. Chacun y garde ses particularités, son autonomie. Au nom de la Liberté, vous n’avez pas le droit d’ignorer les luttes actuelles car c’est précisément de la défense de la liberté individuelle qu’il s’agit lorsque nous nous opposons par tous les moyens au triomphe de l’armée allemande et des policiers vichyssois. Vous n’avez pas le droit de croire et de prétendre que vous êtes assez malins et assez forts pour vivre libres sous n’importe quel régime. Ou alors vous signez votre arrêt de mort ou vous entrez dans un des ces immenses camps de concentration dont veulent doter l’univers le sinistre Hitler et ses valets avoués ou inavoués : Pétain, Laval, Darnan. Vous en faites déjà la triste expérience lorsqu’un ordre laconique vous enjoint de partir en Allemagne. Au nom de la Liberté, vous ne pouvez rester passif car vous servirez inconsciemment le fascisme allemand qui vit grâce à l’acceptation de tous les indécis.

Vous êtes pacifistes non violents et vous ne faîtes rien pour hâter la fin de la guerre. Croyants d’une nouvelle religion par votre attitude rien dans vos actes n’empêche l’horrible guerre de déferler sur l’Europe. Combien de ces non-violents à tous crins ne sont que des lâches qui expliquent leur attitude par de vagues paroles humanitaires.

La guerre actuelle et l’oppression qui fait couler tant de sang ne seront empêchés que lorsque seront abattus tous ceux qui vivent de la guerre et de l’oppression. Et ce ne sont pas les paroles idéalistes qui peuvent empêcher les canons de broyer l’humanité, ni les mitraillettes de la milice d’abattre les meilleurs défenseurs de la liberté. Autant que vous, nous avons horreur de la guerre, seulement ce dégoût se transforme chez nous en volonté de lutte, et nous savons tout le mal pernicieux qui se cache derrière les théories de Giono, de Huxley, et comme elles exaltent la lâcheté, l’égoïsme et finalement la servitude.

Vous avez cru que de petites communautés résoudraient au mieux les problèmes de la vie actuelle. Vous avez cru que le départ le dimanche vers la nature pourrait vous faire oublier toutes les misères de la société. Lequel d’entre vous peut encore affirmer que les sorties le dimanche vous offrent encore la certitude d’être des hommes heureux, alors que le nombre de ceux qui sortent est de plus en plus réduit; parce que les souliers et le matériel sont rares, le ravitaillement impossible, les voyages hors de prix, parce que partout l’occupation et l’occupant manifestent leur présence. Votre pacifisme, vos communautés, empêchent-elles de nombreux camarades d’être prisonniers (ceux-là ne veulent revenir que dans une France libre, une Europe débarrassée du spectre du nazisme. Pouvez-vous prétendre de bonne foi que vos idées et vos essais soient une arme contre les camps de concentration, contre le régime policier, contre le STO. Tous ceux de vos camarades qui refusent de partir vous répondent. Il faut donner un sens à cette réponse et la rendre efficace ou alors, finalement, vous devrez vous courber et marcher. Vous êtes féru d’éducation, nous ne pouvons oublier

Jeunesses Laïques combattantes page 3
Jeunesses Laïques combattantes page 3


tous les autodafés des meilleurs livres allemands. En France, les écrivains les meilleurs sont interdits, les écoles sont supprimées, les programmes expurgés de tout ce qui est vérité, progrès. Certaine d’entre vous bâtissent des théories révolutionnaires sur tout et vous disent éduquez-vous en oubliant que l’éducation n’est pas seulement livresque. Nous ne sommes pas contre l’éducation au contraire, nous nous proposons dans nos prochains bulletins de vous apporter le maximum de connaissances  mais nous savons que toute méthode qui n’est pas liée à une action, qui n’oblige pas à une action, ne peut se contrôler et est criminelle. Car le moment est grave si c’est de notre vie et de notre mort qu’il s’agit. la lutte actuelle réglera pour très longtemps les possibilités d’éducation, être en dehors de cette lutte, c’est être à côté du vrai problème de l’éducation. Il n’y a pas d’éducation révolutionnaire sans action révolutionnaire  L’Etude peut certes familiariser avec les théories, mais ce n’est qu’à votre expérience de chaque jour que vous pourrez juger de telles tactiques. Pour l’instant l’action des jeunes consiste à organiser de toutes façons les réfractaires au STO, à appuyer le bataille qui se livre en France entre l’armée d’occupation et ses valets Vichyssois et ceux de la résistance  Cela assigne des tâches précises incompatibles avec le bavardage poseur, la dignité humaine que vous voulez redonner a tous vous fera comprendre la voie ce la Résistance.  Hors cette voie pas ce salut. Nous ne voulons pas vous détourner ce vos activités naturelles, seulement nous vous demandons de réfléchir a cette affirmation que vous sentez confusément vous mêmes. Actuellement certains ce vos problèmes ne pourront être résolus qu’à l’issue de la lutte sanglante qui se déroule, certaines de vos activités ne pourront s’épanouir que lorsque la France sera libre et débarrassée ce toute contrainte policière et matérielle. Souvent vous usez la plus grande partie de votre temps à maintenir la vie de vos groupements, ceci vous détourne de la seule tâche qui, achevée  pourrait permettre un accroissement de votre mouvement et verrait refleurir toutes les activités qui tendent à donner une dignité à l’homme. Ne restez pas en dehors de cette tâche qui réclame le meilleur de vous mêmes, au nom même de vos principes rejoignez les rangs ce ceux qui résistent et luttent malgré tout pour la libération et une vie digne d’intérêt valant la peine d’être vécue.

LE PAPIER EST RARE…   NE JETEZ PAS CE BULLETIN  DIFFUSEZ LE AUTOURS DE VOUS


Jeunesses Laïques combattantes page 4
Jeunesses Laïques combattantes page 4

AUX JEUNES DE LA RÉSISTANCE

Nous voulons parler dans ce bulletin à tous les jeunes de la France Combattante, dans le Maquis ou dans la Résistance des villes, pour les aider à comprendre leur temps et leur position dans le monde qui change. Certains d’entre vous résistent à l’envahisseur allemand depuis la défaite, ils continuent la guerre perdue par d’autres moyens, ils n’ont jamais douté un instant de leur devoir de citoyen et d’homme. La plupart d’entre vous n’ont pas participé aux batailles de 39/40. C’est peu à peu sous la pression des faits, sans préparation politique ou militaire, que vous avez découvert le devoir de résister à l’armée ennemie qui occupait le territoire national et qui au gouvernement qui faisait cause commune avec l’ennemi. La plupart d’entre vous n’appartenaient pas à des partis politiques, ni même aux organisations ce jeunesse; Vous faisiez votre travail, vos classes, vos études, sans ignorer. Evidemment les misères communes qui touchent toutes les familles françaises et toutes les classes de la nation, mais sans avoir eu le temps ou les moyens d’étudier systématiquement la situation politique, économique et sociale du monde qui allait soudain vous placer, les uns et les autres devant des alternatives cruelles, devant le choix entre l’exil en Allemagne, au service des hommes qui opprimaient votre patrie et l’exil en France, dans les montagnes au maquis ou dans l’illégalité traquée ces villes; devant le choix entre l’obéissance au gouvernement qui se prétendait légitime et l’unique dépositaire de l’honneur et de la tradition française, alors qu’il vendait cet honneur à l’ennemi et qu’il sacrifiait à son ambition, la tradition nationale d’indépendance et de liberté,- et le refus d’obéissance qui faisait de vous des hors-la-loi, des bandits. ceux qu’on condamne pour menées anti-nationales et pour atteinte à la sûreté de l’Etat, qui vous séparait de vos familles, qui vous jetait dans le danger perpétuel, dans la lutte incessante contre la plus formidable armée et la plus abjecte police que le monde ait jamais connues.

Ce choix qui vous a été imposé, a surpris un grand nombre d’entre vous. Beaucoup, ce n’est pas un déshonneur, ont cru longtemps que le Gouvernement du maréchal était le pouvoir légitime de l’Etat, sincèrement désireux de racheter par des réformes profondes des erreurs et des crimes que les gouvernements précédents avaient commis d’un cœur léger. Beaucoup ont cru que la victoire foudroyante de l’Allemagne sur notre armée créait un fait accompli irrévocable et que votre génération devait s’installer dans cet état de fait pour en tirer les meilleures leçons et le meilleur parti possible. Ils ne sont pas nombreux, dans les rangs des Français qui combattent, ceux qui, dès 1940, avaient compris que la lutte se poursuivait contre un ennemi sans merci et un gouvernement usurpateur, et que notre victoire était certaine. Un jour, la réalité vous a saisie. Le Service Obligatoire vous menaçait et vous avez préféré instinctivement la lutte nationale à l’esclavage dans le déshonneur.  Certains d’entre vous ont cru que les événements politiques ne les concernaient pas et qu’ils pouvaient réaliser leur désir de liberté et de joie dans des organisations et des communautés qui resteraient en dehors de toute lutte, de tout combat. Ceux-là ont réalisé que leur vie était artificielle et que les français n’échappent jamais au destin de leur pays. Tel [illisible] son père, son frère, son ami tomber parmi les otages qui payaient un crime dont ils ignoraient souvent et l’existence et l’auteur. Tel autre a hébergé, sans trop réfléchir, parce que c’était son devoir de Français et d’homme, un aviateur blessé, un juif persécuté, un communiste traqué. Tel a vu la maison de ses Parents réquisitionnée sans indemnité, du jour au lendemain par les troupes d’occupation. Tel autre a vu un prisonnier [illisible].

Jeunesses Laïques combattantes page 5
Jeunesses Laïques combattantes page 5
Jeunesses Laïques combattantes page 6
Jeunesses Laïques combattantes page 6
Jeunesses Laïques combattantes page 7
Jeunesses Laïques combattantes page 7

LA RÉSISTANCE VICTORIEUSE DE LA CORSE

Jeunesses Laïques combattantes page 8 - Résistance Corse 1943
Jeunesses Laïques combattantes page 8 – Résistance Corse 1943

Un journal algérien publie le récit suivant de la lutte du peuple Corse contre l’envahisseur fasciste :

  • Nous avons entendu l’un des héros de la Libération de la Corse. Nous l’avons entendu raconter une épopée.
  • Vittori organisait depuis des mois la résistance, à la Direction au Front patriotique.
  • Le 8 septembre, il est un des chefs du soulevèrent. C’est lui qui a commandé, pendant les journées de septembre, les partisans en guerre.
  • Il est maintenant, avec Pages et Maillot en mission à Alger, délégué du Front patriotique auprès du Comité Français de la Libération Nationale.
  • Vittori n’en est pas à son premier combat contre le fascisme.  Un officier des Chemises Noires qu’il désarmait il y a quelques jours, lui dit en le fixant dans les yeux:  “Je vous ai déjà rencontré … Je vous reconnais. Nous nous combattions déjà il y a six ans à Guadalajara…”

Vittori, vieux militant, était déjà à l’avant-garde de la lutte contre le fascisme, volontaire de la liberté en Espagne dans la 14ème brigade internationale. Il nous dit aujourd’hui avec tristesse : “Si nous avions vaincu le fascisme au delà des Pyrénées, nous n’aurions pas maintenant à l’écraser dans nos villages, devant la porte de la maison de notre mère.”

En Corse, l’organisation de la résistance a commencé en juin 1942. “Quand nous avons commencé le travail, nous dit Vittori, nous étions sept… Depuis, deux sont morts dans la lutte, un troisième a été condamné à 50 ans de travaux forcés. Les quatre autres sont encore à leur poste ce combat.”

Il  a fallu lutter, dans chaque village, contre les haines de clans, contre l’émiettement [illisible] qui divise. En quelques mois, la haine de l’occupant, la fière volonté d’indépendance des Corses ont permis d’unifier le mouvement national sur les deux points essentiels du programme du Front patriotique :

1)   Chasser l’envahisseur.

2)  Donner à la France la possibilité de choisir librement son gouvernement.

Cette révolte sacrée de la patrie a incendié les âmes corses. Méthodiquement, l’insurrection a été préparée : à la veille du soulèvement, sur [illisible] de l’île, 25 tonnes seulement étaient tombées aux mains des occupants. [illisible] étaient armés.

Ce formidable mouvement national, unifié et armé, était dirigé par un groupe d’hommes traqués qui ont vecu des mois comme des sangliers dans le maquis. Installés à proximité de villages qui les ravitaillaient : les chefs de la Résistance se cachaient dans la montagne, installés tantôt dans des maisonnettes de bergers, tantôt dans des cavernes ou des grottes.

” Il ya quelques mois, nous raconte vittori, nous étions dans la Casinca, dans une grotte de la montagne, avec notre poste radio et nos papiers. Dans une autre grotte était installée l’imprimerie clandestine commune à nos deux journaux : “Le patriote” et ”Terre Corse”. Un traître, en quittant notre P.C. est allé nous dénoncer à l’ennemi.

1200 Italiens cernent la montagne, certains déjà de saisir les responsables et le matériel. 

Les habitants du village voisin nous donnent l’alerte. Nous nous sommes éloignés de nos grottes pour ne pas faire repérer notre matériel. A la nuit, nous avons nous-mêmes ouvert le feu, Giovonni, moi-même et quelques autres camarades, contre les assaillants et nous avons réussi à franchir leur cercle. Les Italiens n’ont rien pu trouver. La direction était sauvée, et avec elle, notre radio et notre presse clandestine qui tirait à 6.000 exemplaires.

” Nous ne nous sentions d’ailleurs pas seuls : pendant cette nuit tragique, les jeunes d’alentours étaient accourus en armes pour nous secourir.  Ils ont pénétré dans tous les villages occupés par les Italiens et ne sont repartis que lorsqu’ils ont été sûrs que nous avions échappé à la capture.”

Ces jeunes étaient organisés dans le Front Patriotique de le Jeunesse. Ils assuraient les liaisons, faisaient, la nuit, leurs 40 kilomètres dans le montagne, à travers les postes ennemis, pour retrouver les divers détachements de partisans et leur P.C. Ils ont fait preuve d’une incroyable audace dans les distributions de journaux et de tracts : en plein jour, on les a vus circuler en vélo  dans les rues d’Ajaccio et de Bastia pour rependre les papillons ou des tracts, et s’enfuir a folle allure.

” Un jour, nous dit Vittori, je dirigeais un détachement qui devait s’emparer d’un dépôt allemand. Je refuse comme trop jeune, un garçon de 15 ans. Je le laisse partir, il prend un autre chemin, rejoint le groupe sur le lieu de l’attaque et, [illisible] Je l’ai vu abattre deux Allemands avec des chevrotines. Après le combat, l’enfant disait : “C’est le fusil de chasse de mon grand-père qui a 82 ans.

” La terre corse a vu lutter et vaincre une pléiade de nos héros.  Voici, entre mille, un exemple : Le responsable militaire du canton de Porta est un sous-officier, Arrighi, du village de Silvareccio. Pendant l’occupation, pris par les Italiens, alors qu’il participait à un débarquement d’armes d’un sous-marin, enfermé à la caserne Marboeuf, il est torturé et ne dit pas un mot, sauvant ainsi la vie à ses camarades. Après dix sept jours de torture, alors que sa mort était certaine, il réussit à s’évader en [illisible] avec un couteau la porte de sa cellule. Malgré la Gestapo, l’Ovra et la police de Vichy, toute la Corse a connu cette évasion exceptionnelle.

Ces exploits individuels traduisent la volonté indomptable d’un peuple entier, debout et uni dans la lutte sainte de la liberté et de la patrie. Dans la région de la Casinca, c’est le docteur Cianarchi, l’un des rares conseillers généraux ralliés au mouvement, qui organisa, en pleine lutte, avec sept ou huit infirmières, un hôpital plus beau que ceux dont l’armée disposait en 1939.

Ailleurs, un instituteur, officier de réserve, tient le maquis avec [illisible] depuis le mois d’avril pour préparer militairement l’insurrection.

A Barchetta, un dépôt de vivres allemands est enlevé d’assaut : 5000 balles de farines sont saisies. Toutes les mères au village se mobilisent pour faire le pain et, le lendemain, tous les groupes voisins de francs-tireurs et partisans, et tous les villages des environs recevaient gratuitement une distribution de pain.

Partout, les paysans, les montagnards, les bergers ravitaillent les groupes au maquis. La reconquête d’Ajaccio est symbolique : 25.000 personnes se massent devant la préfecture pour maîtriser le préfet pétainiste. Sur la liste des arrestations établie par des patriotes ne figurent que 5 noms. L’unanimité française s’est faite en Corse comme sur le continent contre une poignée de traîtres.

C’est ainsi que nous trouvons dans l’épopée de la libération de la Corse un grand exemple et un grand espoir : à 150 ans de distance, nous voyons renaître l’esprit de Valmy et des volontaires français de la liberté.

DANS LE F.U.J.P. UNISSEZ-VOUS POUR CHASSER L’ENVAHISSEUR

Jeunesses Laïques combattantes - La Résistance Corse 1943-  page 9
Jeunesses Laïques combattantes – La Résistance Corse 1943- page 9
Jeunesses Laïques combattantes page 10 Libération Corse 1943
Jeunesses Laïques combattantes page 10 Libération Corse 1943
Jeunesses Laïques combattantes page 12
Jeunesses Laïques combattantes – Conclusion page 12
Jeunesses Laïques combattantes page 13
Jeunesses Laïques combattantes page 13 – Conclusion

1966 “A TRAVAIL ÉGAL SALAIRE ÉGAL”

L’article suivant est tiré des archives du fonds Jean-René Chauvin

LES OUVRIÈRES D’HERSTAL ou les femmes et la politique

Femmes en grève Herstal

TROIS mille ouvrières de la Fabrique Nationale d’Herstal, (une usine de métallurgie dans la banlieue de Liège) ont mené la plus longue grève de l’histoire féminine et n’ont repris le travail qu’après avoir obtenu le succès dans une large mesure. Près de trois mois d’une grève menée par trois mille femmes, le fait vaut qu’on s’y arrête. Le Traité de Rome (article 119) prévoit l’égalité des salaires masculins et féminin mais ce traité est toujours resté lettre morte. L’écart réel était énorme entre la théorie et la réalité.

les résultats

Nos camarades belges de « la gauche » et du Parti Wallon des Travailleurs ont soutenu énergiquement cette grève. Ils ont montré que pour les patrons les femmes restent des travailleurs de seconde zone. Ceux-ci organisent sciemment la division entre les travailleurs des deux sexes. Pour les femmes la politique patronale signifie déclassement systématique, impossibilité de promotion, relégation aux échelons les plus bas et les moins rémunérés de la hiérarchie, salaire minimum en dessous du salaire minimum masculin, sous-estimation du rendement, de la fonction et de la qualification, absence de formation professionnelle et d’équipement social. La grève des ouvrières d’Herstal n’était pas seulement une magnifique lutte des femmes mais une bataille importante pour toute la classe ouvrière : cette lutte servait également aux hommes dans la mesure où elle empêche les patrons de leur opposer le chantage à la main-d’œuvre féminine à bon marché.

La tentative du patronat de dresser les travailleurs hommes contre les travailleuses, par la menace du chômage a largement échoué. Les camarades du Parti Wallon des Travailleurs ont fait tout leur possible pour étendre et intensifier la lutte (grève de 25 jours des femmes des A.C.E.C., grève de 17 jours des Ateliers Schreder). Ils ont su montrer que toute tentative de division entre hommes et femmes ne pouvait que servir les patrons.

Femmes Herstal Grève usine armement 1966

Le succès a été obtenu sur de nombreux points :

1)    Les patrons ont considéré pendant longtemps la grève comme « sauvage ». Ils ont dû, cependant, composer avec les grévistes.

2)    ce qu’ils concèdent est sans commune mesure avec ce qu’ils proposaient lors des négociations antérieures.

3)   leurs manœuvres pour briser l’unité des grévistes et leur opposer les chômeurs sont restées vaines jusqu’au bout et sans piquets de grève, le combat a été unanime. Jusqu’au bout, les chômeurs ont refusé d’accomplir le travail des femmes.

4)  Ils ont dû souscrire à la nécessité de trouver une solution définitive au problème de l’égalisation des rémunérations masculines et féminines et d’établir une hiérarchie unique.

Cette lutte n’a pas eu que des côtés positifs. Les travailleurs masculins, s’ils ne s’opposaient pas à l’action restaient complètement en dehors de la lutte. Mais cette grève a cependant été un moment exemplaire du mouvement ouvrier belge. Désormais les organisations syndicales et les partis ouvriers devront compter avec la combativité des femmes. Désormais aussi, dans les combats de demain, il faudra faire leur place aux travailleuses.

Capables de lutter elles sont capables également de militer.

Comme l’écrivent nos camarades de la « gauche », le féminisme a quitté les salons poussiéreux. Il s’exprime, à présent à l’usine et dans l’organisation syndicale.

Cette lutte a également une valeur pour les travailleurs français car, ce que les travailleurs belges ont su faire, les travailleurs français peuvent également l’accomplir. Andrée Michel, dans un exposé « Les Françaises et la Politique » paru dans « Les Temps Modernes » de Juillet 1965 avait déjà fait le point de la question, même si on refuse quelques-unes de ses affirmations. Elle affirme en effet que les femmes sont traitées en mineures dans les partis et que c’est une des raisons de leur vote plus conservateur.

le rôle des femmes

Les sondages de l’I.F.O.P. ont affirmé depuis que de Gaulle aurait été battu avec le seul vote masculin.

On peut même ajouter quelques précisions supplémentaires sur la participation des femmes à la politique.

Grève 1966 femmes

Le PCF d’après des chiffres donnés par J. Vermeersch dans « France Nouvelle » du 10 juillet 1962 comptait environ 12,5 % de femmes. D’après la N.R.I. on en compterait 13,5 % dans les comités fédéraux, proportion correcte, mais il n’y a que 6 femmes élues sur 70 membres au dernier Comité Central (congrès de juin- juillet 1964).

La SFIO compterait environ 10 % de femmes dans ses effectifs, mais on n’en retrouve qu’une seule parmi les 50 membres du Comité Directeur élu par le 54e Congrès en juin 1963.

Il y aurait plus de 20 % de femmes au PSU : c’est donc le parti de gauche qui a su leur ouvrir le plus largement ses portes et mieux les accueillir. Mais on ne retrouve que 2 femmes parmi les 70 élus du dernier Comité Politique National ! On peut peut-être se consoler et essayer d’ironiser en constatant que Lecanuet n’a admis aucune femme parmi la cinquantaine de membres élus, ou plus exactement cooptés au Comité Directeur de la Convention démocrate tenue à Lyon. Car il compte certainement sur le vote féminin, même s’il n’espère plus, uniquement, selon le mot fameux attribué à Bidault peu après la Libération, baser son parti sur « les femmes et les curés ».

A travail égal salaire égal

Il y a parmi ceux étudiés par Andrée Michel pour expliquer le comportement du corps électoral féminin certains facteurs contre lesquels nous ne pouvons rien : celui de la différence de structure d’âge du corps électoral féminin par exemple. Il y en a d’autres contre lesquels nous ne pouvons strictement que peu de choses : les différences de catégories socio-professionnelles et les différences d’éducation. Il y en a un dernier sur lequel nous pouvons beaucoup : le comportement des partis de gauche à l’égard des femmes. Et là je ne ferai que reprendre deux points de la conclusion d’Andrée Michel.

Gève usine d'armement

Nous devons préconiser :

1) un respect permanent d’un programme ferme en faveur de l’émancipation féminine et de la paix (à la place de concessions opportunistes perpétuelles à l’idéologie réactionnaire et cléricale).

2)  l’accession des femmes comme associées à part entière, présentes, en fonction de leur compétence, aux plus hautes instances du parti, et non leur réduction au rôle d’exécutants dociles des consignes du parti ».

Cela a déjà pu être fait dans un certain nombre de cas. Mais il ne faut pas oublier non plus que les conditions sociologiques des femmes, différentes de celles des hommes, rendent leur militantisme plus difficile et que de ces difficultés aussi les partis doivent tenir compte. Les trois mille ouvrières belges d’Herstal ont su nous prouver que les femmes savaient se battre aussi bien que les hommes. A nous de ne pas l’ou­blier.

Jean LAMBERT.  juin-juillet 1966 – L’Action

BRÉSIL, DE 1964 À 2014

Commission Vérité au Brésil : Les fantômes d’un passé douloureux (1)

Produit par le CHS (Unité mixte de recherche CNRS / Univ. Paris 1), réalisé par Jeanne Menjoulet, ce vidéo-documentaire présente, au travers de témoignages de victimes de la dictature et d’un tortionnaire (Paulo Malhaes) et au travers de l’analyse d’historiens, l’état des lieux, quelques mois après la présentation du rapport de la Commission de la Vérité Brésilienne (Comissão Nacional da Verdade, CNV). Une séquence permet de voir et d’entendre la présidente Dilma Rousseff (elle-même emprisonnée et torturée sous la dictature militaire), lors de la publication du rapport de la CNV en décembre 2014.

(2) Brésil, du coup d’Etat de 1964 à la transition démocratique

Cette seconde  partie du vidéo-documentaire vise à apporter quelques éclairages sur le contexte brésilien des années de la dictature (1964-1985). Il fait suite au film (1) qui présentait la Commission Nationale de la Vérité (CNV).
Sont abordées des questions comme les influences internationales (Etats-Unis, France) qui ont favorisé l’arrivée ou le maintien de la dictature militaire, l’évolution du régime durant cette période, la répression et la façon dont l’opposition à la dictature s’est positionnée à l’issue de la dictature. Des extraits du témoignages de l’ex-président Lula permettent de saisir le Brésil de la fin des années 1970, à l’aube de sa transition vers la démocratie. .

Production : Chs  – Réalisation : Jeanne Menjoulet


Au sujet de ce qui est qualifié de « coup d’état déguisé » – la destitution de Dilma Roussef en mai 2016-, un éclairage supplémentaire peut apporter des éléments de compréhension et d’analyse. La lecture de l’article qui suit, est à ce titre intéressante. Il s’agit des propos d’une doctorante brésilienne, Tauana Gomes Silva (qui vit en Bretagne et dont le sujet de thèse est “la participation politique des femmes noires dans les mouvements de gauche au Brésil pendant la dictature militaire de 1964 à 1984”, CERHIO, Université Rennes 2) :



Un document d’archive (fonds JR Chauvin) : Le coup d’Etat au Brésil, analysé par Wilebaldo Solano

Couverture du journal L’Action : Brésil, coup d’Etat 1964

Quelques jours après le coup d’Etat au Brésil, Wilebaldo Solano ancien dirigeant du POUM (guerre d’Espagne) analyse la situation. Il s’agit du point de vue de la gauche marxiste non stalinienne. Article tiré des archives de Jean-René Chauvin (correspondance JR Chauvin, année 1964) , consultables au CHS, 9, rue Mahler 75004 Paris
Les “forces obscures”qui ont renversé Janos Quadros en août 1961 ont enfin réussi ce qu’elles se proposaient depuis de longs mois par un coup d’état préventif , masqué d’une grossière farce “démocratique”, obliger Joao Goulart à capituler et asséner un rude coup au mouvement populaire révolutionnaire du Brésil.

La victoire inespérée de Lacerda, la figure politique la plus représentative et la plus trouble de la réaction brésilienne a suscité une énorme émotion en Amérique et dans le monde entier. Depuis quelques temps tout le monde suivait avec intérêt l’évolution des événements au Brésil. Les manifestations comme le grand meeting populaire de Rio, la mutinerie des marins, le discours de Goulart devant les sous-officiers, et les réformes annoncées (expropriation de certaines terres, octroi du droit de vote aux analphabètes, augmentation substantielle des salaires, contrôle des bénéfices étrangers, expropriation de certaines compagnies pétrolières) avaient réveillé de grandes espérances à l’intérieur comme à l’extérieur du Brésil.

Mais l’on ignorait généralement que les Fameuses “forces obscures” dont parlait Quadros, c’est à dire les monopole yanquis et les éléments réactionnaires de la ville et de la campagne, avaient décidé, sans plus attendre, de passer à la contre offensive. Et ce que personne ne pouvait imaginer, c’est que Goulart, Brizzola et Arraes, allaient capituler avec autant de facilité devant le coup d’Etat contre révolutionnaire, et que le mouvement ouvrier et les ligues paysannes offriraient si peu de résistance à l’agression réactionnaire.

L’attitude des promoteurs de “l’Alliance pour le progrès” ne peut nous surprendre. Deux jours avant la rébellion  le département d’Etat a publié une Information dénonçant “la tolérance du gouvernement Goulart à l’égard des communistes”. Vraiment on ne pouvait trouver de meilleure formule pour inciter Lacerda et les autres à passer à l’action. En outre Goulart était à peine déposé, que le président Johnson félicitait le chef de l’Etat désigné par les insurgés. Deux Jours après Dean Rusk et George Bail se félicitaient que les règles constitutionnelles aient été respectées, et parlaient en plus d’un “événement remarquable”.

Par contre, comment peut on s’expliquer la capitulation de Goulart, de ce même Goulart qui peu de temps avant invitait les sous officiers de Rio à défendre “les réformes de structure”, et se prononçait en faveur d’un large front populaire ?

Joao Goulart
Joao Goulart

A notre avis, il n’y a qu’une explication. Goulart, comme Quadros hier, était un représentant de la bourgeoisie Nationale libérale, éternellement hésitante entre la pression des grandes forces féodales et capitalistes, et celle du mouvement populaire. Depuis qu’il a accédé au pouvoir en 1961, Goulart a prononcé une infinité de discours, quelques fois franchement démagogiques, sur les réformes qui s’imposaient au pays, mais n’en a réalisé aucune.

Sa politique avait eu la triste vertu de tromper les masses ouvrières et paysannes, et d’exaspérer les forces réactionnaires. Et à l’heure décisive, quand il s’est agit d’appeler les masses populaires à la résistance organisée, il n’a pensé à se défendre qu’avec l’appareil de l’Etat qui était en grande partie aux mains des éléments contre-révolutionnaires.

Si tout ceci est évident, il reste à éclaircir un autre problème, celui de la passivité du mouvement ouvrier, des paysans, des sous-officiers et des soldats qui avaient à plusieurs occasions manifesté leur solidarité avec les aspirations des masses populaires. Il est encore trop tôt pour expliquer ce fait qui peut avoir de graves conséquences pour l’avenir de la révolution brésilienne. Cependant nous sommes déjà en mesure d’apporter quelques éléments d’appréciation.

La passivité des forces populaires

Le Brésil est un pays essentiellement agricole, le prolétariat n’y représente pas une force décisive et se trouve profondément divisé. Le mouvement syndical n’a ni la force, ni la cohésion nécessaire pour déclencher une grève générale de caractère national. Le parti communiste de Carlos Prestes soutenait Goulart et n’a pas préconisé une politique offensive et révolutionnaire. On se souvient des critiques adressées à Prestes par Fidel Castro. Le parti communiste dissident, de tendance pro-castriste, ne représentait pas encore une force importante. D’autre part les Ligues paysannes de Juliao n’avaient pas réussi à réaliser l’unité d’action avec le mouvement ouvrier.

En octobre 1962, la revue “Política Operaria” (Politique Ouvrière) organe de l’Organisation Marxiste Révolutionnaire du Brésil qui était issue de le fusion de la Ligue Socialiste Indépendante, des jeunesses Socialistes et de l’aile gauche de la Jeunesse Travailliste, avait adressé un appel au Parti Communiste du Brésil (pro-castriste) et au Mouvement révolutionnaire Tiradentes (constitué de dirigeants des Ligues paysannes) en vue de la formation d’un Front de toutes les forces révolutionnaires. “Política Operaria” avait insisté sur le nécessité d’aboutir rapidement à l’unification pour offrir une alternative populaire et révolutionnaire. Malheureusement cet appel n’a pas donné les résultats attendus.

Il est difficile de formuler des pronostics sur ce qui va arriver au Brésil dans les mois prochains. Mais sans plus attendre on peut déjà tirer quelques leçons des récents événements  Les principales sont les suivantes:

1) La bourgeoisie nationale et libérale est incapable de mener à leur terme les réformes de structure quelle préconise et ne constitue qu’un intermède équivoque et dangereux entre la révolution et la contre révolution.

2) Dans un pays sous développé comme le Brésil, quand les tensions sociales atteignent le paroxysme et qu’il en résulte une situation révolutionnaire, la voie pacifique et parlementaire conduit à une déroute du mouvement ouvrier et paysan, et au triomphe des forces féodales et capitalistes liées à l’impérialisme.

3) La division du mouvement ouvrier et son manque de coordination avec le mouvement paysan et ses alliés éventuels dans l’armée aboutissent fatalement à ruiner toutes les possibilités révolutionnaires.

Wilebaldo SOLANO, le 5 avril 1964

Nous retrouvons cet article dans le numéro d’Avril 1964 du journal l’Action. Le Brésil en couverture…


Portrait de Solano dans "La Gauche", journal du RDR, 1949
Portrait de Solano dans “La Gauche”, journal du RDR, 1949

Portrait de l’auteur de l’article, Wilebaldo Solano, en 1949, dans le journal du R.D.R “La Gauche” :  Wilebaldo Solano, secrétaire général du P.O.U.M., directeur de « La Batalla », fut secrétaire du Front révolutionnaire de la Jeunesse de Catalogne pendant la guerre civile espagnole. Responsable espagnol de « L’Insurgé » de Lyon, organisation socialiste révolutionnaire de la Résistance française, il fut condamné à 20 ans de travaux forcés par un tribunal militaire de Vichy en 1941. Il a été libéré par le maquis en juin 1944.



1935 : PACTE LAVAL-STALINE VS INTERNATIONALISME

Pivert 1935 Pacte Staline Laval
Fonds Marceau Pivert (CHS), “Album-photo” 1935
L’accent est mis sur la phrase de Staline à propos de la défense nationale française

      La signature le 2 mai 1935 du pacte Laval-Staline fut suivie, le 15 mai 1935, de la déclaration de Staline  « Monsieur Staline comprend et approuve pleinement la politique de défense nationale faite par la France pour maintenir sa force armée au niveau de sa sécurité » .


 Daniel Guérin (qui fut l’un des dirigeants, avec Marceau Pivert,  de la Gauche Révolutionnaire) commentera ainsi le ralliement de la direction du PCF à la défense nationale : « Les socialistes étaient au anges. Ce rustre de Staline avait bien sûr manqué de tact en décernant à un Premier ministre de droite un certificat de bonne conduite ; mais Blum clama que la déclaration de Moscou lui donnait raison, que le fossé avec les communistes sur la défense nationale était comblé, qu’un pont venait d’être jeté vers l’unité ouvrière. Les syndicalistes réformistes, Jouhaux en tête, n’exultèrent pas moins et cessèrent comme par enchantement, d’opposer leur ancien veto à l’unité syndicale. Quant aux radicaux-socialistes, qui la veille encore s’étaient faits les complices de l’opération issue du 6 février et avaient accepté servilement le rôle d’otages dans un gouvernement d’union nationale, ils se découvrirent soudain pour les communistes, devenus nationaux, des trésors d’indulgence, en attendant l’accolade de Daladier et de Thorez, place de la nation, le 14 juillet 1935. »  Daniel Guérin, Front populaire, une révolution manquée, Acte Sud, 1997


Pivert 1935 Mur des férérés 1er rassemblement commun SFIO-PCF

Mai 1935 Rassemblement mur des fédérés
1er rassemblement commun SFIO – PCF


Le tract qui suit est annoté par Pivert (fonds Marceau Pivert, consultable au centre d’Histoire Sociale du XXe siècle), il donne un aperçu de l’Etat d’esprit de la Gauche Révolutionnaire de la SFIO en 1935 (année de l’adhésion de Chauvin à la SFIO)

Tract mai-juin 1935

1935 pacte Laval Staline tract recto

CONTRE la GUERRE QUI VIENT ! « M. Staline comprend et approuve pleinement la politique de défense nationale faite par la France pour maintenir sa force armée au niveau de sa sécurité. »

(Communiqué Laval-Staline.)

L’importance de cette déclaration faite au ministre des Affaires étrangères de France oblige tous les militants ouvriers, soucieux de leurs responsabilités, à exprimer publiquement leur émotion et leur inquiétude.

La déclaration de Staline, accepté comme chef par une fraction importante de la classe ouvrière, compromet la lutte traditionnelle menée, depuis la Première Internationale  par les organisations ouvrières contre le militarisme et la guerre. Elle remet en cause la leçon si chèrement payée que le mouvement révolutionnaire a tirée de la guerre de 1914.

Le souci de ne pas nuire à l’unité d’action heureusement réalisée entre les deux grands partis prolétariens, et de ne pas retarder l’unité syndicale que l’on espère très proche, ne peut condamner au silence des militants qui ont toujours fourni d’ailleurs des efforts patients et tenaces pour mettre fin aux luttes fratricides entre les différentes organisations et fractions du prolétariat, car l’unité n’est ni l’abdication, ni l’étouffement. Elle laisse à chaque prolétaire le droit de penser librement, elle lui impose le devoir de parler franchement à ses camarades d’atelier et de combat.


Nous ne pouvons donc accepter toute politique qui aboutirait, directement ou indirectement, à river les exploités aux exploiteurs, à faire partager aux ouvriers et paysans français les responsabilités des maîtres de l’industrie et de la finance auxquels, pour le passé comme pour l’avenir, aucune solidarité ne peut les lier. NOUS NOUS REFUSONS A CHOISIR ENTRE LES IMPÉRIALISMES QUI SE DISPUTENT LE MONDE. Il n’y a pas, pour nous, de bons ou de mauvais impérialismes, des impérialismes pacifiques et des impérialismes belliqueux, des peuples loups et des peuples agneaux. Tout impérialisme, quelles que soient sa couleur, son évolution, les variations de sa politique, les hypocrisies de sa propagande, demeure, pour tous les travailleurs, un ennemi qu’il faut combattre et abattre.

Prolétaires français, nous n’oublions pas notre tâche particulière, notre devoir impérieux, de lutter chez nous, contre notre ennemi national, et pour cela définir les responsabilités propres de notre impérialisme, de notre bourgeoisie, dans la situation actuelle. Par sa politique de maintien des traités de 1919 qui ont balkanisé l’Europe, par son refus d’accepter tout projet sincère de désarmement, par sa politique coloniale inique et sanglante, par son militarisme claironnant et provocant, le capitalisme français — ses banquiers, ses industriels, ses militaires — prépare la prochaine guerre; IL A FAVORISE LE DÉVELOPPEMENT DE TOUS LES NATIONALISMES, IL A CONTRIBUE A LA VICTOIRE DE HITLER.

1395 pacte Laval Staline tract verso

Il est évident que tout ralliement de notre part à la guerre qui vient impliquerait l’union — sous les drapeaux — avec nos propres éléments fascistes et par conséquent l’anéantissement du mouvement ouvrier, la faillite de l’idéal socialiste, l’étouffement pour une durée indéterminée de toute possibilité révolutionnaire.

Participer de notre gré à la guerre contre un fascisme extérieur pour défendre ce qui subsiste en France de démocratie serait conclure, un marché de dupes. Sous l’état de siège comme sous le fascisme, il n’y a plus trace de pensée libre. La démocratie politique fait place à la dictature militaire; tout est soumis à la plus monstrueuse des raisons d’Etat.

Comme le fascisme, la guerre n’est possible que par l’affaiblissement, la défaite provisoire du prolétariat.

Enfin, pour combattre un fascisme étranger, nous n’acceptons pas de confondre notre lutte avec celle que mènerait contre lui, à des fins que nous répudions, notre propre impérialisme.

Contre l’hitlérisme — que nous haïssons d’une haine implacable — nous refusons de confondre notre lutte avec la politique d’encerclement de l’Allemagne qui a été l’une des causes immédiates de la guerre de 1914 et qui, en 1935, identifie les travailleurs allemands à leurs bourreaux et les livre à la démagogie nationaliste des nazis.

CE N’EST PAS D’UNE GUERRE IMPÉRIALISTE MAIS DE LA LUTTE SOCIALE QUE NOUS ATTENDONS LA CHUTE DU RÉGIME HITLÉRIEN.

Les révolutionnaires clairvoyants, groupés en 1792 autour de Robespierre et de Marat, avaient lumineusement prévu les conséquences de la déclaration de guerre à l’Autriche. Après eux, nous répétons que l’on ne porte pas la liberté aux peuples à la pointe des baïonnettes…, ni sur l’aile des avions de bombardement.


Nous demandons au prolétariat français d’affirmer à tous les prolétariats, et particulièrement aux prolétariats d’Allemagne et d’U.R.S.S., qu’il n’accepte pas plus la responsabilité des derniers accords diplomatiques et militaires, qu’il n’accepte celle du traité de Versailles.

Nous voulons opposer l’unité ouvrière à l’Union sacrée que l’on nous prépare.

Nous voulons opposer à toute alliance entre gouvernements, l’action solidaire du prolétariat international, seul capable de défendre efficacement les conquêtes de la révolution d’Octobre et de garantir ou de rétablir les libertés ouvrières dans le monde.

Nous adjurons fraternellement tous les prolétaires, tous les militants révolutionnaires — qu’ils soient socialistes, communistes, anarchistes, syndicalistes — de signer avec nous cette déclaration, de préparer avec nous une Conférence nationale au cours de laquelle on décidera des moyens pratiques de lutte contre la guerre qui vient.

 Le Comité provisoire d’organisation :

Guy JERRAMI, PIERRE MONATTE, Robert LOUZON, Lucie COLLIARD, FREMONT, H. BARBE, Jacques DORIOT, Roger HAGNAUER, Jean BERNIER, GRANDJOUAN, Marceau PIVERT, F. CHARBIT, R. LEFEUVRE, Henry POULAILLE,  C. DELSOL, René DEVEAUX, LASTERADE, Maurice CHAMBELLAND, J.-P. FINIDORI.

Nous invitons les militants des organisations ouvrières à collecter en masse des signatures à cette déclaration. Elle doit permettre le rassemblement de tous les ennemis de l’Union sacrée et de la guerre.

 Prière d’adresser les adhésions à la déclaration et à la Conférence — dont la date sera fixée ultérieurement à R. LOUZON, secrétaire du Comité d’organisation, 54, rue du Château-d’Eau, Paris-X; les fonds pour subvenir aux besoins de la propagande et de l’organisation à LUCIE COLLIARD, 4, avenue Anatole-France, Clichy (Seine), chèques postaux 1580-48 Paris.


1935 tract contre l'Union Sacrée

CENTRE de LIAISON et D’ACTION CONTRE la GUERRE, CONTRE L’UNION SACRÉE                             PROJET DE MANIFESTE, soumis à la 2° Conférence Nationale (28 Septembre 1935)

Agissons contre la guerre !                                                                                                                                Contre tous les impérialismes ! AUX TRAVAILLEURS DE TOUTES CONDITIONS                                                                                                            AUX PACIFISTES DE TOUTES TENDANCES

A une crise économique sans précédent, jetant dans la misère les prolétaires des pays capitalistes les plus développés, s’est ajouté le boulet d’armements formidables et le heurt des contradictions impérialistes jamais apaisées, malgré la guerre dite du Droit et l’organisation de la Société des Nations.

En raison des traités impérialistes qui concluaient celle qui devait être la dernière guerre, l’Europe et le monde se retrouvent aujourd’hui devant la terrible et imminente menace de nouveaux carnages, risquant d’engloutir l’héritage de siècles d’efforts humains et la jeunesse du globe.

Rien n’a pu jusqu’ici s’opposer à la montée croissante des armements, à la fascisation des Etats, à la conquête de pays dits inférieurs, à la colonisation et au recul de la civilisation humaine.

La Société des Nations a permis l’achèvement de la conquête du Maroc, le bombardement de Damas et celui de Corfou, l’envahissement de la Mandchourie et la tragédie sanglante du Gran Chaco.

Faire reposer la paix et l’action contre la guerre sur un organisme composé de brigands impérialistes, c’est duper les travailleurs et les désarmer devant les massacres en préparation.

L’agression sauvage de l’impérialisme italien contre un petit peuple de paysans et de bergers, demeuré relativement indépendant au milieu d’un continent entièrement colonisé, révolte la conscience universelle et inscrit à l’actif du fascisme un forfait nouveau, que le peuple italien punira en brisant et en jetant bas la dictature mussolinienne seule coupable.

Dans le conflit Italo-abyssin, l’Angleterre, qui prétend défendre la paix et la S.D.N. continue sa politique séculaire de domination de tous les territoires qui assurent, en les exploitant, la voie impériale des Indes. Son attitude n’est pas dictée par des motifs nobles à l’égard du peuple éthiopien, mais par les desseins d’un impérialisme rapace qui ne renonce pas à son hégémonie. La paix et l’indépendance des peuples ne sont pas les buts poursuivis par l’empire britannique, pas plus que par l’impérialisme français, courbant sous son joug (60 millions d’esclaves coloniaux).

Ce serait une lourde et criminelle erreur d’accorder aux pays impérialistes qui dominent l’organisme de Genève le soin et la tâche d’agir contre la guerre et l’organiser la paix. Seule l’action internationale des travailleurs de toutes conditions et des pacifistes de toutes tendances peut empêcher la guerre, imposer le désarmement, libérer les peuples serfs, garantir l’indépendance et l’existence des petits pays.

Les sanctions anglaises, françaises ou autres, représentées comme un obstacle à la guerre ne sont et ne peuvent être en définitive que l’action armée d’un impérialisme contre l’autre aux dépens de la paix et des intérêts des travailleurs de tous les pays.

Le peuple éthiopien a droit à tout notre soutien moral et matériel, et il ne peut sauver son indépendance que par l’action et la solidarité internationales des travailleurs et des pacifistes résolument hostiles à la guerre impérialiste sous toutes ses formes et se coalisant pour g faire échec par tous les moyens.

La paix ne peut être assurée par la puissance des armes, mais au contraire par la désagrégation et la des­truction des formes armées impérialistes.

TRAVAILLEURS, PACIFISTES,                                                                                                                                            Soutien sans réserves du peuple éthiopien.                                                                                                                     Solidarité des peuples opprimés par l’impérialisme avec le peuple éthiopien.                                               Appui aux travailleurs antifascistes italiens, émigrés et au peuple italien.                                                   Fraternisation des marins anglais et italiens contre leurs impérialismes.                                          Fraternisation des soldats italiens avec les paysans d’Ethiopie.                                                                       Cheminots, dockers, marins français, arrêtez tous transports de matériels de guerre à destination de l’Italie fasciste et de l’Angleterre impérialiste.                                                                                                                  Pas un centime français et pas un homme pour la guerre.                                                                                      Mobilisation de toutes les organisations ouvrières et pacifistes, syndicats en tête, pour réaliser ces mots d’ordre.

T. S. V. P.

1935 tract contre l'Union Sacrée verso

2e CONFÉRENCE CONTRE LA GUERRE CONTRE L’UNION SACRÉE                           SAMEDI 28 SEPTEMBRE 1935                                                                                                       A 14 HEURES, SALON E, A LA MUTUALITÉ

24, Rue Saint-Victor, Paris-5e (Métro Maubert-Mutualité)

Ouverte aux délégués des organisations adhérentes et aux délégués et assistants des Congrès Confédéraux de la C. G. T. et de la C. G. T. U., sur présentation de leur carte de délégué ou d’assistant à l’un des deux Congrès.

Invitation est faite aux délégués des Syndicats autonomes non représentés aux deux Congrès Confédéraux.

Une somme de deux francs sera perçue à l’entrée pour couvrir les frais de location de la salle.

EX-YOUGOSLAVIE-GUERRE-BOSNIE-HERZÉGOVINE

 Article de Jean-René Chauvin tiré du N°27 de la LETTRE BI-MENSUELLE D’ÉCOLOGIE-SOLIDARITÉS – 19 mai 1994     Jean-René Chauvin était membre depuis deux ans de l’Association Sarajevo, où il était notamment rédacteur en chef du bulletin de l’Association, la “Lettre de Sarajevo”. Cet article est tiré des archives Jean-René Chauvin est consultable au Centre d’Histoire Sociale, 9 rue Mahler 75004 Paris.


1994 - Bosnie Qui sont les complices des tueurs fascistes

Qui sont les complices des tueurs fascistes ?

Combien faudra-t-il de Sarajevo, de Gorazde et de Banja-Luka pour que les bureaucraties politiques et syndicales des pays de l’Europe occidentale comprennent qu’on ne négocie pas avec des tueurs fascistes.

Depuis des semaines, Radovan Karadjic joue au chat et à la souris avec l’OTAN et l’ONU, lui étant le chat, tantôt toutes griffes dehors, tantôt ronronnant de plaisir au spectacle des autres poussant des cris plaintifs, lançant des avertissements, donnant à l’occasion des leçons de morale.

De qui se moque Alain Juppé, lorsqu’il parle d’une offensive diplomatique majeure au moment où les chars de Karadjic avancent et tuent la population civile jusqu’aux blessés dans l’hôpital ? Des victimes bosniaques comme de l’opinion publique française. De qui se moque-t- on quand au même moment on envisage avec désinvolture une conférence internationale “dans un mois environ”? Des mêmes. A quoi servent ces faux-semblants d’ultimatum ? A tromper l’opinion. Il y a longtemps que la décision des grandes puissances est prise. C’est le partage de la Bosnie, voire sa suppression de la carte Et comme au moment du dépeçage de la Tchécoslovaquie en 1939, l’on nous dira : ce n’était pas viable, pourquoi mourir pour Sarajevo, comme Déat nous avait dit pourquoi mourir pour Dantzig ?

Ah si la Bosnie avait eu des puits de pétrole comme le Koweit, on ne se serait pas contenté de frappes aériennes, on aurait envoyé une armée. Mais à quoi bon pour ne sauver que des êtres humains ? La bande Milosevic-Karadjic aura sa victoire dans un fauteuil. Elle peut encore se donner le luxe de retirer ses troupes de deux ou trois kilomètres après avoir assassiné jusqu’à la dernière minute autorisée. En attendant de revenir.

On n’arrête pas des armées blin­dées en votant des motions, ni même avec des frappes aériennes. On ne peut arrêter la terreur fasciste qu’en lui infligeant une défaite politique et militaire. La politique est ainsi faite qu’elle comporte une combinaison d’actions politiques et militaires. Karadjic et Milosevic le savent, et en jouent. Les paltoquets qui nous re­présentent ne le savent pas encore. Le sauraient-ils, auraient-ils le cou­rage d’agir ? Le 21 avril à l’Assem­blée nationale, Juppé, accusant les intellectuels d’irresponsabilité, ajoutait : “Si dans un moment d’aberration, on proposait à cette assemblée d’envoyer un contingent en Bosnie, qui voterait la décision ?” Personne n’a moufté. Juppé connaît bien son monde parlementaire qui est à sa propre image. Rabelais aurait dit : “ils sont de la même vesce”.

C’est aujourd’hui (25 avril 94) la journée de la déportation, anniversaire de la libération des camps de concentration nazis. Les survivants et survivantes firent alors le serment : “Plus jamais ça! Plus jamais le racisme, le fascisme et la guerre!” Chaque année, pour entretenir la mémoire, il y a ainsi des commémorations avec drapeaux tricolores, et discours officiels. Mais “Ça” continue en Bosnie, comme la phtisie galopante. Les bonnes consciences franchouillardes qui ont envoyé l’armée en 45 en Indochine “française”(sic), puis dans les années 50 en Algérie “française” (resic), ne bougent pas le petit doigt, “pour ne pas faire couler le sang français”. Elles n’avaient pas ce genre de scrupule en 45 et 56. Il fallait sauver les intérêts des porteurs de parts des sociétés minières du Tonkin et des planteurs d’hévéas en Cochinchine, des colons d’Algérie. C’était du sérieux.

Le 4 juin prochain la coordination des comités contre la purification ethnique, l’association Sarajevo, appellent à un rassemblement à Caen à l’occasion du cinquantième anniversaire du débarquement allié (1). Soyons nombreux pour exiger des gouvernements occidentaux l’envoi en Bosnie d’une force d’interposition suffisamment massive et équipée d’armes blindées pour être dissuasive. Plus on attendra, plus le prix à payer sera élevé en vies humaines. Les fascistes ne connaissent que le langage de la force.

Jean-René Chauvin (2)

  • Mauthausen, n° 27893
  • Auschwitz, n° 201627
  • Buchenwald, n° 110019

(1) – Les “autorités” ont autorisé ce rassemblement le 4 pour ne pas embarrasser les cérémonies officielles du 6 juin.

(2) – Chaque fois qu’un grand quotidien publie en tribune libre l’article d’une notabilité, elle fait suivre son nom de ses titres universitaires ou autres. Qu ’on me per­mette, un 25 avril, de décliner les miens, qui à l’époque, étaient très sélectifs

ARTICLE ANDRÉ CALVÈS FALLAIT-IL RENDRE LES ARMES ? (FIN 1944)

Document appartenant aux archives de Jean-René Chauvin (disponible au Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle – 9, rue Mahler 75004 Paris) – Un texte de Chauvin portant en partie sur la même période est en ligne sur ce carnet Hypothèse. 

Publication : Le Militant    SPÉCIAL JUIN 1964   – Auteur : André Calvès

Le militant juin 1964 - 1

“LE MONDE” a consacré une demi-page à l’interprétation que donne Claude Bourdet de l’attitude du P.C.F. lors de la libération.

Dans cette réponse, il ne sera donc possible que de citer des extraits et renvoyer le lecteur au MONDE du 16 Mai 1964.

Bourdet écrit :    “Le PC pouvait faire la révolution – disent les gauchistes – toute la Résistance aurait suivi. Il a obéi aux injonctions soviétiques consécutives, à l’accord de Yalta qui laissait la France dans la zone d’influence du monde capitaliste. Je pense, en tant qu’ancien membre du C.N.R. connaissant bien la structure de la Résistance française, que Maurice Thorez a eu raison de ne pas essayer de ’’faire la révolution” et que si les Soviétiques l’ont conseillé dans ce sens, ils ont eu cent fois raison. Car on n’aurait abouti qu’à une terrible guerre civile ou la Résistance aurait été déchirée et le PCF écrasé’“.

La discussion , comme le jeu de cartes, ne présente de l’intérêt que si l’on admet une règle. Or Bourdet débute en trichant. D’abord, selon un procédé classique, il fabrique des ’’gauchistes” sur mesure au lieu de citer des extraits des documents qui parurent à l’époque. Ensuite il feint d’ignorer la valeur réelle des accords de Yalta. Enfin, il ne veut pas savoir si le gouvernement soviétique avait un point de vue bien précis sur la situation en Europe.

“Si les soviétiques l’ont conseillé” est un vrai poème. Le “si” est de trop, et le mot “conseillé” convient tout à fait mal pour caractériser les relations entre le Staline que nous connaissons et le Thorez que nous connaissons tout autant.

La vérité historique diffère quelque peu des appréciations de Bourdet.

En Octobre 1944, De Gaulle manifesta le désir d’en finir avec les “organisations irrégulières” . Ce fut un seul cri dans tout le pays. 30.000 gardes civiques en armes traversèrent Paris et manifestèrent sans que personne ose s’y opposer.

Dans nombre d’unités FFI en opération, et en particulier, dans le groupe tactique de Lorraine ou je me trouvais, il fut fortement question de marcher sur Paris.

Et Duclos écrivit dans l’Humanité :

“On voudrait dissoudre les gardes civiques; alors que la police n’est même pas épurée”.

Le militant juin 1964 – 2 – Article André calvès

De gaulle rengaina ses prétentions, modifia sa tactique et attendit son heure. En Décembre, il se rendit à Moscou, signa un pacte et amnistia Thorez (qui se trouvait toujours sous le coup de poursuites pour désertion en 1939). Non seulement Thorez eut la permission de rentrer en France, mais le voyage fut même préparé avec beaucoup de diligence. Car Thorez avait un discours important et urgent à faire.

Ce fut le célèbre discours d’Ivry : “”Les FTP, gardes civiques et autres formations n’ont plus de raison d’être. Seule la police est qualifiée pour assurer l’ordre. Un seul Etat,une seule armée, une seule police”.

Les militants qui ont de la mémoire connaissent bien le mécanisme de l’opération. Déjà, en 1935, Laval s’était rendu à Moscou pour signer un pacte qui ne l’engageait pas à grand chose, finalement) mais qui entraînait la célébré phrase de Staline:

“Nous reconnaissons à la France la nécessité d’avoir une armée à la hauteur de sa sécurité”.

A l’époque (oui, encore à cette époque) Vaillant Couturier jugea nécessaire de commencer son édito de l’Humanité par les mots : “”Je sais, c’est dur”, mais il concluait que les propos du chef d’Etat Staline n’avaient aucune incidence sur la tactique de la 3ème Internationale et du PCF. Cependant la chronique dite des “Gueules de vaches” disparut des colonnes de l’Humanité. Raymond Guyot, fraîchement sorti dé prison, où il avait séjourné pour propagande anti-militariste, proclama “le bonheur d’être soldat” dans une armée ou il n’était plus question que de “faire passer le souffle républicain”.

Le tout fut couronné par la “reprise du drapeau tricolore sur les ver­saillais”.

Sachant tout cela, on a donc peine à imaginer que Bourdet s’interroge encore candidement sur les incidences françaises de la politique internationale de Moscou.

Et 1944 fut bien autre chose que 1935. Il s’agissait de l’Europe entière.

Churchil a rappelé tranquillement, comment, penchés sur une immense carte, Staline et lui découpaient l’Europe .

– La Hongrie est blanche ? Peu importe, je la veux dans ma sphère d’influence.  Je te laisse en échange la Grèce bien qu’elle soit rouge.

Voila à quoi revenaient les propos de ces hommes. Il n’est pas permis de parler de la France seule , quand on évoque cette période. Mais nous savons qu’il est souvent utile de tromper l’unité sur la force du nombre.

Déjà, en 1943, quand la Direction des Partisans Yougoslaves proposa un comité de coordination des partisans pour toute l’Europe, Staline s’y opposa vivement. Il importait que dans chaque pays, chaque organisation ouvrière se voit seule face aux puissances victorieuses. Il importait que seuls les grands Etats aient leur mot à dire sur le “Partage” de l’Europe.

Au début de 1945, le journal communiste l’ACTION dirigé alors par Pierre Hervé écrivait au sujet de la Grèce :

“La plus importante et la plus dynamique des organisations de Résistance  l’E.A.M., forte de ses 2 millions de membres s’était interdit de prendre le pouvoir dans l’inter-règne du jeudi 12 au Samedi 14 Octobre. De l’avis de tous, elle aurait pu alors le faire sans difficulté  du fait de l’énorme supériorité numérique de son organisation militaire l’E.L.A.S. dont les troupes de choc avaient, pour ainsi dire, été les seules à affronter l’occupant.

En renonçant ainsi aux solutions de force, l’EAM avait marqué son désir sincère de légalité et de vraie collaboration démocratique au sein du gouvernement d’Union Nationale”

Le militant juin 1964 - 3

 Passons sur les “Solutions de force” quand il est question d’une “majorité écrasante”. Passons sur le désir de “légalité“… laquelle ?  et retenons que les troupes britanniques débarquées en Grèce songèrent beaucoup plus à désarmer les partisan s qu’à poursuivre les dernières troupes nazies aux frontières.

L’armée anglaise “libératrice” perdit ONZE hommes dans les derniers combats contre les allemands… Maiss tua 14.000 partisans grecs en un mois et demi.(Chiffres de la presse anglaise). Contre les bases allemandes de Lorient, Saint Nazaire et Royan,il n’y eu pas d’avions pendant fort longtemps,  mais il y avait des escadrilles de Spitfire pour massacrer les travailleurs grecs en armes.

Cependant, en dépit des chars et des avions, l’armée anglaise réussit seulement à occuper Athènes, tandis que tout le reste du pays était contrôlé par les partisans de l’E.A.M.

Mais, la direction de l’EAM caractérisa la situation comme un “tragique malentendu” et céda, petit à petit devant toutes les exigences, du gouvernement bourgeois installé par les anglais.

Beaucoup plus tard, devant les atrocités perpétrées par les ex-collabos grecs embauchés dans la police “officielle”, bien des partisans reprirent le maquis. C’était bien tard. Mais comme la guerre froide s’instaurait.  Moscou jugea cette action possible. Et Simone Téry alla, au nom de l’Humanité interviewer Markos le général des partisans… qui, depuis…

Pour conclure sur ce point, notons que pendant la période d’intervention britannique, l’armée soviétique demeura indifférente à la frontière bulgare, et observa à l’égard des partisans grecs la même lamentable non-intervention que l’on reprocha, par ailleurs, à Léon Blum en 1937 avec juste raison.

La situation en France et l’attitude de la Direction PCF ne peuvent être comprises sans nos quelques aperçus généraux.

Le citoyen Maurice Schumann qui est tout, sauf candide, réalisait fort bien que Le Gaulle était parti à Moscou acheter le désarmement des partisans.

A la même heure, où De Gaulle pénétrait au Kremlin, à la même heure où les chars anglais massacraient les partisans dans Athènes, Maurice Schumann écrivait dans l’Aube du 8 Décembre 1944 :

Écoutons le triste fracas des chars alliés qui dans d’autres capitales libérées, garantissent seuls l’ordre de la délivrance. La distance qui sépare le Kremlin de l’Acropole nous donne notre vraie mesure.

Les deux résistances

Bourdet se livre à des affirmations osées sur les rapports de force entre résistants communistes et non communistes.

C’est un jeu vain et pas très régulier, tout comme il est peu régulier de faire état des efforts du PCF pour s’emparer des leviers de la Résistance quand on se tait, par ailleurs sur les efforts de Londres et de la mafia gaulliste pour éliminer les communistes.

D’accord avec Bourdet pour dire que les FTP avaient moins d’armes que les “Non communistes”… Plus de combattants et moins de stocks cachés.

Bien sur . Bourdet n’a-t’il jamais entendu parler de ces nombreux parachutages qui n’étaient jamais pour les FTP ?

Le militant juin 1964 - 4

J’ai appartenu à la Cie FTP SAINT-JUST. Nous n’avions que des armes prises sur des soldats allemands. Strictement cela . Soir après soir nous avons désarmé des soldats isolés. Le CNR n’a t’il jamais entendu parler de ce genre de faits ? Certes, nous savions qu’il y avait de multiples parachutages. Nous savions même que la milice de Darnand était entièrerment équipée de matériel anglais pris au cours d’interception de parachutages réalisés dans de mauvaises conditions.

Nous savions aussi que des Cies FTP ont pu parfois “hériter” de parachutages.

Mais il me semble que Bourdet a raté une occasion de se taire quand il a fait état de la supériorité en armement de la Résistance non communiste.

Et nous arrivons à un point capital. De Gaulle et les siens craignaient toute organisation autonome.

Pour le CRS d’aujourd’hui, tout gréviste est un communiste.

Pour De Gaulle, tout groupe ouvrier ou paysan, non contrôlé par ses services était communiste.

Si on a cette vérité présente à l’esprit, on ne peut suivre Bourdet dans ses découpages qui ignorent les classes réelles et concernent seulement des partis qui contrôlaient souvent bien peu de choses.

Mais, avec ce mode de pensée, Bourdet ne peut imaginer qu’une Révolution …. “stalinienne” en somme. Révolution contre laquelle dit-il: “Nous nous serions tous dressés “

Pôur notre part, nous savons que le stalinisme, c’est la contre-révolution. Nous savons que les PC qui ont fait une révolution l’ont fait contre le gré de Staline.

Nous savons que ces PC (comme le PC yougoslave), ayant fait la révolution ont pu ne plus obéir à Moscou et engager une lutte qui fut décisive pour en finir avec le stalinisme.

Mais nous savons aussi que les crimes du stalinisme n’enlèvent pas une goutte de sang à ceux du réformisme.

Ça n’est pas la crainte du stalinisme qui poussa les chefs socialistes allemands à s’appuyer sur la Reichswehr pour massacrer les spartakistes.

La Bureaucratie soviétique est d’une nature distincte de la bourgeoisie.

Quand les relations sont froides entre Moscou et l’occident, tous les réformistes se lamentent à propos de la soumission du PC devant Moscou. Mais quand les relations sont cordiales, quand le PCF marche dans la voie de la collaboration de classe, les réformistes lui font des sourires, lui emboîtent le pas et tachent même d!aller un peu plus vite.

Nous savons qu’à l’époque ou la ligne de Moscou fut : “produire, pro­duire… Retroussons les manches” etc. les réformistes de tout poil ne voyaient pas là une orientation de Moscou. Ils se trouvaient très à l’aise dans la Direction de la CGT.

Mais quand la ligne de Moscou changea, et quand ce changement coïncida.. ….pour le moins avec le désir des ouvriers qui en avaient marre du blocage des salaires. Alors les vertueux réformistes découvrirent que Frachon n’était pas indépendant et ils firent la scission syndicale.

En vérité, ce que déplorent les réformistes, ça n’est pas le lien qui unit encore le PCF à Moscou, c’est la lien qui unit encore Moscou à la grande Révolution d’Octobre.

Ces considérations ne nous éloignent pas de Claude Bourdet. Car, Claude Bourdet juge la célèbre phrase de Thorez excellente.

Le militant juin 1964 - 5

Et le plus ignorant des jeunes militants ouvriers se dira fatalement que lorsqu’il s’agit de “rendre les armes”, Bourdet n’est pas très soucieux de la procédure.

Lui, membre éminent d’un organisme qui était censé diriger la Résistance, accepte sans le moindre complexe qu’un chef de parti revenu de Moscou prenne une décision qui, on aurait pu l’imaginer, relevait du C.N.R.

Lui, le démocrate  accepte qu ‘une telle décision soit prise sans le moindre débat, sans la moindre consultation des organisations de combattants.

Le plus jeune militant déduira fort logiquement que la “démocratie”est seulement de mise quand il faut polémiquer contre les vilains staliniens.

La Révolution en papier,

“Il y aurait eu une majorité écrasante de la Résistance pour participer à une révolution socialiste française vraiment autonome, ayant une orientation originale et qu’aucun groupe n’aurait cherché à dominer. Cela, ni De Gaulle, ni les Anglos-saxons n’auraient pu l’empêcher”.

Les vieux militants savaient déjà que le journal de Bourdet “Combat”, portait comme sous-titre après la libération : “De la Résistance à la Révolution”. Et ce fameux 8 décembre, on pouvait lire dans l’édito de Combat, ces fières paroles : “Ne mâchons pas les mots : dans ce pays, la France, une révolution est nécessaire.”

Il est vrai que les lignes suivantes précisaient :

“Qu’il nous soit permis de nous adresser une fois de plus à notre jeune gouvernement provisoire. Rechercher l’approbation du plus grand nombre, c’est se condamner à retomber bientôt dans l’ornière. On peut gouverner avec la masse, on n’innove qu’avec l’appui d’une minorité. Cette minorité, c’est dans les rangs de la Résistance qu’elle se trouve. Qu’on le veuille ou non, c’est là qu’il faut la prendre”.

En somme, il faut une révolution, mais il faudrait d’abord que le gouvernement De Gaulle la désire.

De Gaulle ignora sans doute cette persuasive “adresse”, car à la même heure il négociait à Moscou le désarmement de la Résistance.

Reste la formule équivoque “Qu’on le veuille ou non”. On se l’explique difficilement à la lueur du dernier texte de Bourdet.

Dualité de Pouvoir

La seule réalité, c’est qu’il y avait en France,dans l’hiver 44, deux pouvoirs. Face aux flics, les FTP et gardes civiques.                                        Face aux juges bourgeois, les tribunaux populaires.

Le conflit n’était pas dans tous les esprits, IL ÉTAIT DANS LES FAITS.

Ce n’était plus simplement la classe ouvrière, mais toutes les couches populaires qui étaient écœurées par ces capitalistes enrichis par le mur de l’atlantique et la vente d’esclaves aux 3ème Reich.

Écœurées par cette magistrature qui toute entière avait prêté serment à Pétain et livré à la guillotine les partisans que les nazis n’avaient pas fusillés.

Ecœurées par “cette police, sans laquelle, comme le disait justement Mar­cel Paul, au procès de Pétain, les 9/10èmes des résistants n’auraient pu être arrêtés.

Voila quelle était la situation. Et, pour mieux caractériser cette dualité de pouvoirs, ajoutons qu’en de nombreux lieux, les policiers évitaient prudemment de revêtir leurs uniformes.

Le militant juin 1964 - 6

Car nous connaissons le chemin suivi.

Nous avons vu un Parlement plein à craquer de socialistes à la Thorez et de socialistes à la Blum. Il n’y avait, pour ainsi dire que cela dans les Parlements d’après guerre. Et que firent-ils ?

Nous avons vu une presse libre, ou à peu prés. Et que devint-elle ? Et par quelle mystérieuse métamorphose ?

Mous avons vu un programme du C.N.R. ou ne manquait pas une virgule.

On ne fera jamais mieux. Tout était prévu pour le bonheur du peuple et le malheur des monopoles. Mais à vrai dire, De Gaulle était moins gêné par vingt cinq programmes, que par la mitraillette d’un seul partisan. Car, De Gaulle connait son histoire.

Nous avons vu un P.C.F. premier parti de France, occupant plus du tiers de l’assemblée, et réclamant fort légitimement un ministère-clé… et ne l’obtenant pas.

Nous avons vu la grande masse des socialistes (non staliniens.. parce que démocrates, s’il vous plait) glisser leurs principes au fond de leur poche et rigoler doucement devant la situation difficile des leaders du PCF.

Et nous avons vu, enfin, ces leaders s’incliner piteusement. Tout plutôt que reconnaitre publiquement que la “Voie parlementaire” était un cul de sac.

Les “gauchistes”

En 1944, la principale, sinon l’unique organisation d’extrême-gauche était le Parti Communiste Internationaliste (Section française de la 4ème Internationale)

Le P.C.I. n’a pas découvert la ligne PCF lors du discours d’Ivry.

Bien avant, le PCI expliqua fort longuement que la politique chauviniste de Moscou contre l’ensemble du peuple allemand était la contre partie de son alliance avec les impérialistes anglo-saxons.

Le. PCI expliqua que la ligne anti-boche était le meilleur ciment moral pour les nazis. Quand le plan anglais Morgenthau de dépeçage de l’Allemagne fut rendu public, Goebbels le cita cent fois, avec délectation, à la radio de Berlin.

Les “socialistes authentiques” n’avaient-ils pas d’opinion sur la question ?

Quand “La vérité” clandestine (journal trotskyste) demanda à toute la résistance de protester contre les livraisons d’essence américaines à l’Allemagne nazie, à travers l’Espagne, les “socialistes authentiques” ne retrouvèrent pas leur langue.

Le PCI expliqua que De gaulle représentait,comme Pétain, les intérêts de la bourgeoisie française (depuis, ce sont des gaullistes eux mêmes qui ont repris la formule des Isorni et Cie “De gaulle, le glaive, et Pétain le bouclier”).

Le PCI lutta contre la collaboration de classe dans la Résistance.

Cette collaboration symbolisée par le CNR ne trompa que les travailleurs et n’empêcha pas un seul instant les alliés anglais et américains d’aider uniquement les organisations gaullistes.

Le PCI ne fut pas surpris par le discours d’Ivry. Bien avant, il critiquait l’intégration très particulière des FFI dans l’armée gaulliste; intégration qui se traduisait par l’éclatement des unités FFI et qui alla jusqu’à la liquidation de cadres FTP (on reparlera encore de la mort de Fabien).

Bien avant le discours d’Ivry, on réduisait les gardes civiques a des actions démoralisantes (Répression du marché noir avec unique pouvoir sur les modestes cabas de ménagères) . Tout était bien fait pour saper la popularité des unités populaires et faciliter leur éventuelle dissolution.

Le militant juin 1964 - 7

Parlant des”gauchistes”, Claude Bourdet aurait donc pu rechercher leurs documents. Il aurait trouvé la petite brochure analysant le célèbre discours d’Ivry et parue sous le titre:   “Avec Maurice Thorez,  sur le chemin qui ramène à Vichy”. Claude Bourdet voudra bien reconnaître que si ce titre était gauchiste, il n’en était pas moins prophétique.

Certes il n’est pas facile de retrouver la documentation des “gauchistes”. Pour le PCI, il n’y eu pas d’attribution de papier. Tous les obstacles administratifs  furent dressés. “La Vérité” dut continuer longtemps à paraître sans l’autorisation gouvernementale.

Thorez et Cie veillaient au grain, et les éminences gaullistes, Malraux en tète, répondaient “Non” à toutes les demandes de parution légale.

Une fois de plus, il y eu un front unique contre-révolutionnaire entre les vilains- staliniens et les “authentiques démocrates”. Et ceci n’a rien de surprenant.

Etant donné la nature de l’URSS et de sa Direction. Etant donnée la na­ture des PC, rien n’est jamais joué.

L?action du PC yougoslave n’était pas prévue dans les programmes de Sta­line ni de Churchill. Ce parti “Stalinien” marcha vers la révolution. Et ce ne fut pas une révolution stalinienne.

Rien n’était définitivement joué en France. Tout était possible.  Certes, on peut discuter longuement, on peut objecter, on peut critiquer. Marx jugeait l’action de la Commune prématurée, mais il fut à ses cotés sans réserves dés que le mouvement éclata.

A la veille d’Octobre 1917, Zinoviev était contre l’insurrection mais fut DE l’insurrection.

Là où existe un abîme, c’est celui qui sépare les révolutionnaires des socialistes qui démontrent leur hostilité au mouvement en sautant dans la tranchée adverse.

Un abîme nous sépare de ces “socialistes” qui ” prouvèrent” l’aspect prématuré de l’Octobre 1917, en allant combattre avec les Gardes blancs contre les: ouvriers et paysans de Russie.

Un abîme nous sépare de ces “socialistes” qui ’”démontrèrent” ”l’erreur” des spartakistes- allemands en les massacrant.

Un abîme nous sépare des “socialistes” qui auraient, éventuellement, lutté contre les F.T.P. en compagnie de De Gaulle et Churchill en 1944.

Et il nous est vraiment difficile de considérer que tout ceci appartient simplement au domaine de l’histoire.

André Calvès

Camarades, le journal ”Le Monde” a touché des centaines de milliers de lecteurs. Il dépend de vous que la réponse touche des centaines d’ouvriers. Ecrivez, donnez votre point de vue.

 Document scanné avec OCR, pour être intégré dans cette page

PORTRAIT DU CHEF DU “FRONT DU TRAVAIL” ROBERT LEY, ET AUTRES ARTICLES DU “COURRIER DE L’AIR”

Les archives de Jean-René Chauvin, consultables au CHS à Paris, contiennent un certain nombre de publications de la Résistance.

Dont cette archive ( tract de la résistance alliée daté de la mi-juillet 1942 :

 

Tract résistance alliée 1942 RAF Courrier de l'air verso

Le Portrait d’un amateur de champagne

“ LE fait que l’organisateur du Front du Travail allemand s’est adressé directement aux ouvriers français est psychologiquement d’une importance décisive, car seule la franchise absolue des chefs socialistes établira la confiance.” Ce commentaire allemand du discours invraisemblable prononce par Ley devant le personnel d’une grande usine de la région parisienne a été diffusé le 6 juillet par Transocéan. Or, selon le texte de Havas, Ley avait déclaré notamment: “Non seulement nous avons tenu ce que nous promettions il y a neuf ans, mais le sort du travailleur allemand est bien meilleur qu’il ne l’était autrefois. En Allemagne, il n’y a plus de chômeurs parce que l’exploitation de la masse par le capitalisme a été supprimée.” La seule explication de celle déclaration surprenante réside, sans doute, dans le fait que l’orateur, selon son invariable coutume, était en état d’ébriété quand il prit la parole. Afin de mettre dans sa vraie perspective l’appel de Ley aux ouvriers français, il convient de rappeler quelques unes des caractéristiques du rabateur de Hitler qui vient appuyer un Laval défaillant.

Ley Organisateur du Front du Travail

Quand Hitler prit le pouvoir, il chargea Ley de liquider les syndicats ouvriers allemands. tâche qu’il a accompli avec une rapidité foudroyante. Il se mit en campagne le 2 mai 1933 à 10 heures, et en moins de quatre jours, il avait absorbe la totalité — soit 169 — des organisations ouvrières allemandes. C’est alors que Hitler le nomma Organisateur du Front du Travail. En passant, notons que Ley n’avait cessé d’invectiver les fonctionnaires des syndicats. Il les accusait de vivre dans l’opulence grâce aux contributions extorquées aux travailleurs. Au moment de la dissolution, il existait quelque 30.000 de ces fonctionnaires. A l’heure actuelle, ils s’élèvent à environ 100.000.

 Cotisations au Front du Travail

Conformément aux diktats nazis, tous les patrons et employés doivent faire partie du front du Travail. Les travailleurs étrangers sont astreints au même régime. Cette adhésion entraîne, bien entendu, une cotisation annuelle, dont le montant global dépasse 400 millions de Reicksmark. Le Front du Travail n’a jamais publié de bilan, et personne n’a jamais mis en question la gestion des fonds. Sans doute une partie a-t-elle été employée à la construction des bateaux, qui, avant guerre, emmenaient les travailleurs en croisière d’agrément.

Dr Rey Front du Travail Nazi
VOLONTAIRES POUR ALLER TRAVAILLER EN ALLEMAGNE
“Combien le tout ?”

Le Dr Ley a par ailleurs la passion de l’automobile. Les ouvriers allemands disaient couramment qu’il avait “motorisé” le Front du Travail, mais avec des voitures de grand luxe. Le Dr Ley a aussi un péché mignon. Il a une prédilection marquée pour le champagne et le kirsch. Et comme il apprécie sa boisson frappée, il a fait installer un réfrigérateur dans son avion particulier. Il a aussi la hantise du bolchevisme. En mars 1935, il proclamait : “la Russie illustre bien comment un peuple peut être asservi par la terreur”. Depuis l’Allemagne a donné au monde une illustration autrement convaincante du traitement réservé à tous ceux qui n’appartiennent pas à la race des seigneurs.

Horaires BBC TSF 1942

Ley n’est pas un article d’exportation. Tout ceci au fond ne concerne que les allemands. Chaque pays a droit au chef  du Front du Travail qu’il mérite. Mais où l’outrecuidance de l’ivrogne ne connait plus de bornes , c’est quand il ose s’adresser à des ouvriers français, les traitant en “camarades”, pour tenter de leur faire accepter d’aller travailler pour ceux qui pillent leur pays, affament leurs compatriotes et fusillent les otages. “Nous volons”, dit-il aux français, “marcher côte à côte avec vous vers un avenir nouveau, meilleur et plus heureux, où le travail et l’humanité célèbreront les triomphes, vers un avenir de liberté.  Et ceci du même Ley qui a déclaré que le Herrenvolk a droit à une alimentation et à un confort supérieur à ce qui doit être réservé aux races inférieures. Par ailleurs il apparaît que Laval envisage d’augmenter de 10 à 15% les salaires en France, augmentation entièrement justifiée par la cherté de la vie. mais une telle mesure irait manifestement à l’encontre des plans de Hitler. En effet, les employeurs allemands se verraient dans l’obligation d’augmenter proportionnellement les salaires des ouvriers français qu’ils ont embauchés, faute de quoi, la campagne de recrutement serait rendue encore plus impossible. Nouvelles pressions en perspective A n’en pas douter, il sera exercé incessamment sur les français une nouvelle pression  économique et matérielle – puisqu’une pression physique est impossible – pour tenter de fournir à l’Allemagne les contingents de main d’oeuvre qu’elle réclame de plus en plus impérieusement. Nous connaissons la terrible pression qui pèse déjà sur les travailleurs français. Devant leur misère, nous n’avons aucun mot d’ordre à donner. Nous nous bornerons seulement à répéter que 12.000 travailleurs se rendant en Allemagne, rendent disponibles 12.000 Allemands pour former une division, et que toute division fraîche allemande envoyée au front retrade la victoire, et partant, la libération de la France. 


Tract résistance alliée RAF Courrier de l'air 1942 recto
Tract résistance alliée RAF Courrier de l’air 1942 recto
Fonds JR Chauvin – CHS

Apporté par vos amis de la R.A.F.    Le Courrier de l’Air   Distribué par les patriotes français

Les Etats-Unis et Le Comité National Français

Des représentants américains nommés

TOUS LES FRANÇAIS SAURONT UN GRÉ INFINI AU GOUVERNEMENT AMÉRICAIN D’AVOIR RECONNU LA HAUTE VALEUR MORALE DE LA RÉSISTANCE FRANÇAISE.

Il a rendu un émouvant témoignage de son admiration pour l’esprit de sacrifice des soldats, des aviateurs, des marins de Syrie et d’Afrique et pour l’héroïsme des défenseur de Bir Hakeim.

En effet, le Département d’Etat a rendu publique une décision par laquelle le contre amiral Harold Stark. chef des foi ces navales américaines en Europe et le général de brigade Charles Bolte, chef d’Etat-Major du Quartier Général des armées américaines en Europe ont été désignés comme les représentants naval et militaire des Etats-Unis pour toutes les questions relatives à la conduite de la guerre auprès du Comité National Français. Voici le texte du mémorandum américain: 1) Le gouvernement des Etats-Unis subordonne toutes autres questions au but unique et suprême qui consiste à assurer le succès des armes et à mener la guerre à une conclusion victorieuse. Le Comité National Français poursuit le même but et prend des mesures militaires actives afin de conserver les territoires français pour le peuple français. 2) Le gouvernement des Etats-Unis reconnaît la contribution du général de Gaulle et les efforts du Comité National Français afin de maintenir vivant l’esprit traditionnel de la France et de ses insti­tutions. et estime que les buts militaires nécessaires pour poursuivre efficacement la guerre et par conséquent pour déterminer la réalisation de nos buts communs, seront le plus facilement atteints en prêtant toute l’assistance militaire et tout l’appui possible au Comité National Français comme un symbole de la résistance française en général contre les puissances de l’Axe. Le gouvernement des Etats-Unis partage sans réserve les vues du gouvernement britannique — qu’il sait être aussi celles du Comité National Français — que les destinées et l’organisation politique de la France doivent, en dernier lieu, être déterminées par la libre expression de la volonté du peuple français dans des conditions qui lui donneront la liberté d’exprimer ses désirs sans être influencé par aucune mesure de coercition. 3) En poursuivant le but commun de guerre, le gouvernement des Etats-Unis continuera a traiter avec les fonctionnaires Français Libres dans leurs territoires respectifs partout où il sera évident qu’ils exercent effectivement le pouvoir. Conscient de la nécessité de coordonner les efforts communs, le gouvernement des Etats-Unis voit tout avantage a centraliser la discussion des affaires afférentes à la poursuite de la guerre avec le Comité National Français à Londres. L’un des buts principaux de la politique poursuivie par le gouvernement des Etats-Unis dans le domaine de la collaboration est de prêter assistance aux Forces militaires et navales de la France Libre, suivant les termes de la déclaration présidentielle du 11 novembre 1941 qui fait ressortir que la défense des territoires sous le contrôle des Forces Françaises Libres est vitale pour la défense des Etats-Unis. 4) En harmonie avec les observations qui précédent, le gouvernement des Etats- Unis est prêt a nommer des représentants a Londres aux fins de consultation.


Premier Communiqué du Général  Eisenhower
Eisenhower

Le communiqué No. I de l’Etat-Major des forces américaines sur le théâtre européen, publié récemment  dit: ” Au cours d’une opération commune avec des bombardiers légers de la R.A.F, des équipages américains ont attaqué des objectifs en territoire occupé par l’Allemagne. Deux avions américains ne sont pas rentrés à leur base. Ces équipages pilotaient des Boston. L’attaque eut lieu de jour, à très basse altitude.”

C’est le 4 juillet, jour anniversaire de l’indépendance des Etats-Unis. que des aviateurs américains ont. pour la première fois, pris part a un raid en Europe. Les douze appareils Boston, dont six pilotés par des Américains et six par des Britanniques ont attaqué les aérodromes de Alkmaar. Valkenberg et Hammstede, en Hollande occupée. Un des pilotes américains, dont l’avion, atteint d’un obus, avait perdu une hélice et une partie du moteur tribord, toucha le sol. mais parvint a reprendre son vol et ramena son appareil à sa base en Grande-Bretagne.

 


 LA VEILLE DE LA BATAILLE EN EGYPTE

QUOIQUE la situation générale en Egypte soit toujours sérieuse, il se dégage une ambiance meilleure, justifiée par les derniers événements. De part et d’autre, on se prépare pour la bataille qui va se livrer incessamment, et qui nécessairement, aura une influence vitale sur l’issue de la campagne. Les renforts britanniques dont Mr Churchill avait parlé a la Chambre des Communes a l’occasion du débat sur lu Libye, sont arrivés à pied d’oeuvre, sinon <illisible> correspondant de guerre sur place s’accordent à décrire le flot ininterrompu de camions chargés de troupes fraîches, de chars et d’artillerie, qui se dirige sur El Alamein. Les forces combinées de la R.A.F. et de l’Aviations de l’Afrique du Sud et des Etats-Unis harcèlent sans cesse les positions avancées de Rommel, le gros de son armée, ses parcs de chars et de véhicules motorisés, tandis que les bombardiers lourds maintiennent un service de navette pour frapper les longues lignes de communication allemandes, allant de El Alamein jusqu’à Benghazi. Ce port lui-même a été bombardé à plusieurs reprises avec des résultats satisfaisants. Le fait n’en subsiste pas moins que le général Auchinleck a devant lui un adversaire puissant, rompu à la guerre de l’Afrique du Nord, et conduit par un chef dont l’habileté est incontestable. Rommel va donner son maximum en vue de reprendre l’initiative et ainsi poursuivre sa progression vers le canal de Suez. Il ne faut pas perdre de vue que l’invasion de l’Egypte fait partie intégrale du plan grandiose de l’Allemagne pour s’emparer des champs pétrolifères du Moyen Orient et du Caucase. La reprise de la poussée vers Alexandrie et au-delà fait corps avec l’immense effort en Russie pour refouler l’armée rouge du Don, sur le front le plus large possible. La bataille qui se prépare est donc un stade nouveau, qui. à son tour, n’est qu’une phase de la guerre mondiale. Comme nous le disons plus haut, la situation est toujours sérieuse, mais de l’aveu même de la presse et de la radio de l’Axe. le Commandement allemand est devenu plus réservé dans ses déclarations du fait que Rommel. lui aussi, est confronté par une situation compliquée, rendue encore plus difficile par les opérations ininterrompues et concentrées des chasseurs  des chasseurs bombardiers et des bombardiers lourds des Alliés.

 


OFFENSIVE D’ETE SUR LE SECTEUR CENTRAL DU FRONT RUSSE L’ARMÉE russe a subi dans la région de Voronezh un revers dont l’importance ne doit pas être ignorée. Les Allemands, tout d’abord, avaient annoncé que leur première poussée avait atteint et dépassé Voronezh, mais il est significatif que la chute de cette ville n’a pas été confirmée, et qu’en fait, les communiqués allemands n‘en ont plus fait mention. La raison est sans doute fournie par la tactique coutumière des Russes de lutter âprement avant de céder un pouce de terrain, ce qui semble indiquer que les combats se poursuivent dans la ville et ses alentours. Les Russes s’étant retirés de Stary Oskol, la pointe de la poussée de von Bock a atteint le Don. et maintenant il a tourné son mouve­ment vers le sud dans le but évident d’exercer une pression sur le Front le plus large possible. On sait qu’il jette en ligne ses reserves, y compris celles constituées par les troupes roumaines et hongroises. Pour le moment, il n’est pas question du passage en force du Don. Des détachements allemands ont certainement franchi le fleuve, mais ils ont été repoussés ou anéantis par les Russes qui opposent une résistance acharnée sur la rive est du fleuve, tandis que les Allemands se préoccupent de s’établir solidement le long de la rive ouest avant de tenter massivement le passage. En attendant le moral des troupes russes reste magnifique. L’offensive est déclenchée Il ne fait plus de doute que l’offensive allemande est déclenchée avec toutes les forces disponibles: mais il est aussi évident que le Commandement allemand est encore bien loin de répéter les mouvements de 1941 qui, s’étendant depuis la mer Barents jusqu’aux rives de la Mer Noire, visaient uniquement l’anéantissement complet des armées russes qui. d’ailleurs, avait été annoncé à diverses reprises. Une chose est certaine: les Russes n’ont pas été surpris par cette offensive qui, originairement devait être faite au printemps  mais qui grâce à l’attaque de Timochenko contre Kharkoff et à la défense héroïque de Sébastopol  a été transformée en une offensive d’été. Ce répit de deux mois a permis au Commandement russe de faire ses préparatifs en profondeur et de réunir à l’arrière des dépôts de munitions et de ravitaillement afin de rendre l’armée, dans la plus grande mesure possible, indépendante des communications ferroviaires. Par ailleurs. Timochenko ne dépend pas uniquement des approvisionnements qui lui par­venaient de la région de Moscou. Les centres industriels de l’Oural et de la Sibérie occidentale sont toujours accessibles au moyen des lignes de chemin de fer allant vers l’est en passant par Chelyabinsk et Kuibysheff.


Fin d'un avion italien1
Fin d'un avion italien2
Fin d'un avion italien3

LA FIN D’UN AVION ITALIEN Un Savoia Marchettl 79 s’est aventuré trop prêt d’un convoi britannique au large de Malte. Ce César tri-moteurs vint, vit et fut conquis par le navire qu’il cherchait à détruire.


AVIS A TOUS LES FRANÇAIS HABITANT LES ZONES CÔTIÈRES INTERDITES DEPUIS LA FRONTIÈRE BELGE JUSQU’AUX PYRÉNÉES. Les régions côtières de la France occupée risquent de devenir de plus en plus le théâtre d’opérations de guerre. Pour des raisons évidentes, il n’est pas possible de préciser d’avance ni le moment, ni le lieux de telles opérations. Elles seront exécutées au moment opportun et partout où elles seront jugées utiles. Elles entraîneront forcément les dangers les plus graves pour les populations civiles. En conséquence, nous engageons tous les français des zones côtières interdites à prendre dès maintenant leurs précautions. La seule précaution efficace , c’est d’évacuer dans le plus bref délai les zones côtières interdites telles qu’elles ont été déterminées par les allemands. Nous ne méconnaissons pas les difficultés d’une telle évacuation, ni les obstacles qui y seront opposés. Si nous vous engageons à les surmonter, c’est qu’il s’agit du succès d’opérations d’une importance capitale dans la lutte pour la libération de la France. Il a été démontré à maintes reprises que la présence de la population civile sur le lieu d’opérations militaires actives gêne d’une façon très grave l’action des troupes et en particulier l’action des troupes amies. N’attendez-pas le dernier moment, il serait trop tard. Eloignez-vous le plus tôt possible. Pour ceux qui n’auraient pas la possibilité de partir,  nous répétons, avec une insistance nouvelle, quelques-unes des instructions contenues dans notre premier avis aux français des régions côtières. Votre rôle pour le moment doit être limité par le souci de votre sécurité. Faites tout pour préserver votre vie : les armées de libération auront besoin de vous. Nous vous donnons l’assurance formelle que lorsque l’heure sera venue de faire appel au concours actif du peuple français dans son ensemble, vous en serez prévenus. FRANÇAIS, ÉLOIGNEZ VOUS DES ZONES CÔTIÈRES INTERDITES, TOUT LE LONG DE LA COTE FRANÇAISE N’oubliez pas les recommandations données par les Chefs de l’Etat-Major Général Impérial à la population habitant les zones côtières interdites de France.


Le contrat avec le démon a expiré

 

LORS des débats aux Communes, Mr. Churchill, soulignant la rapidité foudroyante avec laquelle la puissance aérienne des Alliés croissait, avait dit:

“Hitler avait passé un contrat avec le démon de l’air, mais le contrat a expiré avant l’achèvement de la besogne, et le démon a pris un engagement avec les concurrents.” La presse allemande est évidemment de la même opinion, à en juger par les Munchner Neues Nachrichten, dont un correspondant spécial vient de faire une tournée d’inspection dans la Ruhr et la Rhénanie.  Il écrit: ” Dans les trains, le seul sujet des conversations est fourni par les attaques aériennes de la R.A.F., et les terribles épreuves auxquelles on est soumis pendant les raids. La population de la Rhénanie et de la Ruhr est obsédée par les horreurs des bombardements. Le Rhin et la Ruhr sont devenues des zones de guerre.”


IL Y A DEUX ANS le 17 juillet 1940 — Diffusion de Brème à Londres : ” Des milliers d’avions semant la mort vont foncer. Londres, cette ville grande et fière  deviendra une fournaise embrasée : des monceaux humains se tordront dans les flammes, et les misérables qui attendaient la venue des nazis ne les verront jamais. Quand les troupes allemandes entreront dans l’ancienne capitale, les débris des rues seront muets. Cette description vous parait sans doute sensationnelle. Les survivants de Varsovie et de Rotter­dam peuvent témoigner de sa véracité. ”


LE COURRIER DE L’AIR

Tract résistance alliée 1942 RAF Courrier de l'air verso
Tract résistance alliée 1942 RAF Courrier de l’air verso

LE PREMIER COMMUNIQUÉ AMÉRICAIN  LE communiqué public par le Quartier Général du général Eisenhower, commandant en Chef les forces américaines du théâtre européen des opérations, fait du 4 juillet, fête nationale américaine, une date doublement historique  En effet, ce bulletin, qui relate une opération de bombardement sur des objectifs militaires en Hollande (voir la page 1) marque le début officiel des opérations militaires des forces américaines sur le Continent européen. Ceux qui connaissent la détermination farouche de la nation américaine, les immenses ressources du pays le plus industrialisé du monde et qui se rappellent de la valeur des troupes américaines de la première guerre mondiale, se rendent compte que ce début, modeste en soi, marque un tournant important dans cette guerre.

 ★ ★ ★

L’Amérique est en guerre depuis le 7 décembre 1941. Des armées américaines importantes se trouvent sur plusieurs points de l’immense théâtre du Pacifique. L’ennemi principal a entretenu l’espoir, qu’aux prises avec le Japon, l’Amérique ne pourrait pas s’occuper du théâtre européen des opérations. Ces espoirs de l’ennemi ont été vains. Surpris à Pearl Harbour et aux Philippines par la traîtrise japonaise, nos Alliés se sont vite ressaissis. La flotte et l’aviation américaines ont déjà porté de terribles coups à l’agresseur asiatique, tandis que des unités américaines débarquaient en Irlande du Nord, et des transports, en nombre croissant, apportaient du matériel de guerre à Mourmansk, en Angleterre et dans les ports du Moyen Orient et de l’Inde.

 

Les défenseurs héroïques de Malte ont, eux aussi, vu le drapeau étoilé en guerre. En effet, le navire porte-avions Wasp a, à deux reprises, apporté des renforts précieux aux soldats et aux aviateurs qui. sous les ordres du Général Lord Gort, résistent aux attaques furieuses de la Luftwaffe.

 ★ ★ ★

 Dés le début de cette guerre, les Allemands ont été hantes par la participation américaine. En 1940. après leur victoire sur le front occidental, ils avaient espéré que l’Amérique serait prête trop tard, c’est à dire, après la conquête de l’Angleterre. Leurs propagandistes ont hurlé sur toutes les longueurs d’ondes que le compte de l’Angleterre serait réglé bien avant l’arrivée des avions et des tanks américains.  L’ennemi constate aujourd’hui la présence des forces américaines sur les théâtres d’opérations en Europe et dans le Moyen Orient. Il sait que l’importance des effectifs américains ira en croissant. Il en pressent le rythme, car il se souvient de la participation américaine en 1917-18.  Le peuple français, qui n’a jamais accepté la défaite militaire en 1940 comme définitive, trouvera de nouvelles raisons d’espérer en lisant le communiqué américain du 4 juillet 1942.


Croiseur japonais midway
Les Japonais ne font plus tout ce qu’ils veulent

Les Japonais ont subi de lourdes pertes aux mains de la flotte américaine dans la bataille au large de l’île Midway. Ce croiseur, de la classe “Mogami“ en flammes a sombré peu après.  


EN NORVÈGE AUSSI SEULES les industries norvégiennes qui fabriquent des armements, des produits alimentaires et autres nécessités continueront à travailler. Les autres fermeront provisoirement ou seront tout simplement liquidées. Préoccupés par la perspective du deuxième front, les Allemands hâtent l’achèvement d’importants travaux de défense le long de la côte norvégienne et dans ce but ils enrégimentent les ouvriers agricoles et forestiers. Le Stockholms-Tidningen du 12 juin, qui publie ces faits, estime qu’à la fin du mois de Septembre 100.000 ouvriers industriels seront transférés des usines aux travaux agricoles et forestiers. Il ajoute que l’Allemagne a promis de fournir à la Norvège en quantités considérables les marchandises que celle-ci ne pourra plus fabriquer. Nouveau Soporifique LE public afflua un soir au cinéma Logen à Bergen. Un film français était au programme. Lorsque la salle fut comble, un détachement de Hird ferma les portes à clé. Sur ce, un nouveau conseiller municipal s’avança sur la scène du cinéma et commença un discours de propagande pour l’Ordre Nouveau. Mais les gens de Bergen ne se laissent pas facilement berner. Comme il leur était impossible de quitter la salle, le sommeil les gagna tous, et enfoncés dans leurs fauteuils, ils se mirent à ronfler en chœur. Ils ronflèrent si bien que le conseiller municipal fut obligé d’abandonner son discours que personne ne pouvait entendre.


14 juillet 1942 Dimanche 12 juillet à 20h45, heure d’été britannique, la B.B.C. a diffusé dans tous ses programmes un chaleureux hommage à la nation française.

 



Autogestion et équivoques FLN (1964, l’Action, Daniel Guérin)

Les documents d’archives présentés dans cette page internet sont tirés du fonds Jean-René Chauvin (consultable au CHS, 9, rue Mahler 75004 Paris).  Vous trouverez dans cette page quatre articles de Daniel Guérin sur l’Algérie, ainsi que des échanges de lettres datant de la même époque, relatifs à sa participation au comité de direction de l’Action.


Article de Daniel Guérin, tiré du journal L’Action, d’avril 1964                                        

Alger : Au congrès de l’autogestion industrielle les travailleurs ont parlé

Autogestion Algérie 1964 Daniel Guérin

La révolution algérienne, depuis quelques mois, avait tendance à piétiner. Elle vient de prendre un nouveau départ. La relance cette fois n’est pas venue tant du président Ben Bella que des travailleurs eux-mêmes. Le congrès de l’autogestion industrielle, qui s’est tenu les 28, 29 et 30 mars, a remis l’autogestion sur les rails, en même temps qu’il provoquait l’éclosion d’une conscience ouvrière socialiste.

Qui a eu le privilège d’assister à ce congrès ne pourra jamais l’oublier. Un mil­lier de délégués pauvrement vêtus à l’européenne ou habillés à l’arabe comme des fellahs, remplissaient l’immense salle du cinéma Majestic, au cœur de Bab-el-Oued.

Le bureau politique du F.L.N. et le gouvernement avaient eu la sagesse — certains diront à tort peut-être l’habileté — de laisser les congressistes s’exprimer sans aucune restriction, tout au long des trois journées, en un mot de se « défouler » pleinement. Le résultat a été une mise en accusation extrêmement vive par les congressistes des divers aspects non socialistes ou insuffisamment socialistes, du régime, de la haute administration truffée de réactionnaires, et même du Parti, de l’U.G.T.A. et autres institutions.

Le ministre de l’Economie Boumaza et Ben Bella lui-même n’ont fait, à dessein, leur apparition que dans les dernières heures des assises, afin de n’avoir pas l’air de peser sur les débats, et ils n’ont essayé qu’assez mollement de défendre les diverses têtes de turc sur lesquelles s’était acharné le congrès. Mieux encore, alors que Bou­maza, dans son discours, avait plutôt fait office d’éteignoir et tenté de remettre en cause, insidieusement, certaines décisions prises par les congressistes, Ben Bella a eu le flair de s’engager à exécuter dans leur totalité les désirata du congrès, quitte à réviser plus tard ceux qui, à l’expérience, apparaîtraient erronées.

L’acquis positif de ce congrès, c’est l’en­trée du prolétariat dans la politique algérienne. Les travailleurs ont clairement exprimé leur volonté de participer au prochain congrès du Parti. Le délégué de la coopérative Franz-Fanon d’Alger s’est écrié : « Il faut que le congrès du Parti rassemble en son sein les meilleurs travailleurs afin de tirer les conclusions politiques nécessaires à l’industrie socialiste. » De même, après avoir constaté l’absence des ouvriers et des paysans dans l’Assemblée nationale, il a réclamé la représentation par­lementaire du secteur industriel autogéré.

vers une autre révolution

Chacun s’interrogeait sur l’attitude, dans le cas d’un éventuel « coup dur » du sphinx impénétrable qu’est l’armée nationale populaire, les uns croyant, les autres ne croyant pas, à sa fidélité au régime ben-belliste. Le défoulement public des travailleurs industriels, la maturité et l’audace de leur langage ont provoqué un choc psychologique qui, dans ce pays ou l’atmosphère politique change d’une heure à l’autre, a dissipé bien des nuages, assaini l’atmosphère.

On sait désormais que les travailleurs, pour défendre et élargir leurs conquêtes, sont prêts à se battre — « comme en 1954 » — ainsi que l’a dit au congrès de l’autogestion un ouvrier carrier. Le jeune et dynamique délégué des Constructions métallurgiques de Tlemcen a déclaré sans ambages : « Une autre révolution est à entamer qui concerne l’économie et la politique. La révolution socialiste commence aujourd’hui seulement! ».

Daniel GUERIN.

Alger, 31 mars 1964.


Un article de Daniel Guérin, tiré du journal L’Action, de mai 1964                                         

Équivoque au congrès du F.L.N.

Daniel Guerin - article avril 1964 - congrès FLN

Si rien de ce qui se passe en Algérie n’est clair, le Congrès du F.L.N. a battu les records de l’équivoque. Les assises se sont déroulées à huis-clos. Dans un secret fort peu démocratique. Les masses populaires n’y étaient pas représentées, et l’on n’a point porté devant elles les débats. Les comptes rendus publiés par le quotidien officiel du F.L.N. ont été d’un mutisme déconcertant. Le meeting final sur l’« esplanade de l’Afri­que », annoncé comme un « compte rendu » du Congrès, n’a fait entendre à des auditeurs clairsemés que des rengaines secondaires.

Ce Congrès confidentiel n’était destiné qu’aux initiés. Il avait pour objet d’ajuster, par des compromis et des marchandages, les rapports entre les divers clans civils et militaires qui, par dessus la tête du peuple, se disputent âprement les places au sérail. Il visait aussi à légitimer le pouvoir personnel de Ben Bella.

Le brillant programme d’« ouverture vers le socialisme » n’a joué, semble-t-il, dans le Congrès qu’un rôle accessoire. Son principal rédacteur, Mohamed Harbi, ne figure même pas dans le nouveau Bureau politique, composé de ministres, de militaires, de chefs de clan. Il était impossible de choisir une direction plus incapable de traduire en actes l’« option socialiste».

Le programme, à part certaines contradictions ou lacunes théoriques, aggravées par un amendement en faveur des sociétés d’« économie mixte », a un défaut essentiel : il lui manque encore une force sociale capable de lui donner la vie. Il ne peut être, dans le contexte actuel de l’Algérie, qu’une traite tirée, soit démagogiquement, soit hardiment, sur l’avenir.

Décevant, ce Congrès ? Oui, certes. Mais il ne ferme aucune porte. Des politiciens réticents et peu convaincus ont entériné le programme pour la seule raison qu’il avait la caution de Ben Bella. N’empêche que, désormais, ce programme engage le F.L.N.

Il est une charte dont s’empareront, pour la traduire en acte, les militants sincèrement révolutionnaires.

L'Action, couv mai 1964

Autour de Mohamed Harbi et des groupes d’amis de Révolution africaine que le jeune leader de la gauche du F.L.N. se propose de créer à travers le pays, une avant- garde, composée d’intellectuels, d’étudiants, d’ouvriers de l’autogestion industrielle, est à la veille de se former.

De son côté, l’élite de l’émigration en France, actuellement en cours d’alphabéti­sation et de formation professionnelle, dans un environnement d’industrie moderne et d’organisation ouvrière, pourrait bien fournir, après retour au pays, les cadres nécessaires à la métamorphose du F.L.N. en un parti authentiquement socialiste.

Cette avant-garde, bien sûr, ne naîtra pas en un jour. Mais puisse son entrée en scène ne pas trop se faire attendre. Autrement pourrait empirer le marasme économique entretenu par l’impéritie administrative et le manque de conscience socialiste.

Daniel GUERIN.  29 avril 1964

L’article est tiré du journal l’Action, numéro de mai 1964, dont le comité de direction était composé de Roland Andrieu, Favre-Bleibtreu, Roger Blin, Claude Bourdet, Jean Cassou, Julien Desachy, Guy Desson,  Claude Hazard, Maurice Henry, Henri Lefebvre, Michel Lequenne, Maurice Nadeau, Roger Noulé, Marcel Penin, Jean Poperen, Georges Rino, Oreste Rosenfeld, Tanguy-Prigent, Pierre Vidal-Naquet.  


Un article de Daniel Guérin, tiré du journal L’Action, de Novembre 1964      

En Algérie, le jeu de bascule continue

Algérie 1964 Daniel Guérin

Bien présomptueux serait celui qui se risquerait à émettre un jugement global et sans appel sur l’évolution de la situation algérienne. Tant les choses demeurent fluides, contradictoires et tant le pouvoir personnel continue son jeu de bascule, de type bonapartiste, entre forces divergentes.

La droite a encore marqué un point. Après celle de Harbi, c’est la disgrâce d’Ali Zamoum, le jeune préfet dynamique de Grande Kabylie. Il s’était attiré des inimitiés au sein de la bureaucratie F.L.N., en osant faire élire les membres locaux du parti par la base populaire ; et il avait défié l’appareil paralysant de l’Etat en reconstruisant son « département-pilote » à coups de « débudgétisations ». Voici donc limogé ce préfet pas comme les autres.

Cependant un virage à gauche semble, à nouveau, se dessiner. Harbi demeure le conseiller du Président, lequel a prononcé plusieurs discours fort énergiques. A Laghouat, à l’occasion de la mise en marche des travaux de l’oléoduc « cent pour cent algérien », il a fustigé ceux qui le croient encore à l’époque du pillage colonial, fait justice de la légende selon laquelle l’exploitation du pétrole relèverait d’une science dont seules les sociétés capitalistes auraient le secret. En rompant avec un certain groupe qui ne voulait point se contenter d’une participation minoritaire, en construisant lui- même le pipeline, le gouvernement algérien, comme l’a souligné Ben Bella, a dit non au néo-colonialisme.

A ce congrès de la Fédération des travailleurs du pétrole, le chef de l’Etat s’est déclaré partisan dans les entreprises nationales d’une cogestion par les syndicats ouvriers, solution qu’il préfère à un « capitalisme d’Etat ». Pour les entreprises privées, il a annoncé une réglementation nouvelle des comités d’entreprises. Passant des paroles aux actes, il a fait intervenir à Hassi-Messaoud la police locale pour convaincre la Compagnie Française des Pétroles à laisser pénétrer dans son enceinte trois responsables syndicaux.

Sur le plan de la Défense nationale, l’énergie gouvernementale, par contre, est plus contestable. L’armée a été considérablement renforcée par des chars soviétiques, des Migs et tutti quanti. Pour peu que la commission d’arbitrage de l’O.U.A., qui est sur le point de rendre sa sentence, ne donne pas entièrement raison à la thèse algérienne, une nouvelle tension serait à craindre aux confins marocains. Ben Bella, bien qu’il assure avoir fait son profit des sévères leçons de l’an dernier, pouvait être tenté, à titre de diversion, de pincer à nouveau la corde chauvine. De son côté, le colonel Boumedienne ne serait peut-être pas fâché de prendre sa revanche du demi-échec d’octobre 1963 et de renforcer, par quelque exploit militaire, sa position, déjà trop bien assise, au cœur du régime.

Fin de l'ère Khrouchtchev 1964

La dynamique de l’indépendance est une arme à double tranchant: positive, lorsqu’elle balaie les dernières séquelles du colonialisme ; négative, si elle inspirait à un pays lourdement obéré sur le plan économique une politique de panache, non seu­lement risquée, mais ruineuse.

Daniel GUERIN.


L’Algérie à hue et à dia – Article de Daniel Guérin, dans l’Action, janvier 1965

Algérie 1965 Daniel Guérin

La jeune république démocratique et populaire continue d’être tirée à hue et à dia, d’un côté par une avant-garde ouvrière-paysanne qui prend au sérieux l’option socialiste, de l’autre par un conservatisme petit-bourgeois qui se dissimule sous le couvert de la religion. Un incident significatif s’est produit il y a quelque temps. L’organe des syndicats ouvriers, Révolution et Travail, avait accueilli, pour son édition en langue arabe, un article ouvertement, et même outrancièrement antisocialiste. Cet article avait été, paraît-il, inspiré par un des chefs de file de l’« arabo-islamisme », qui est en même temps, ô paradoxe, un des secrétaires nationaux de l’U.G.T.A., le re­muant Chafaï Boudissa.

Le personnage n’en était d’ailleurs pas à sa première incartade. A la fin de mars der­nier, dans un autre numéro du même jour­nal, qui avait paru le jour même de l’ouver­ture du congrès de l’autogestion industrielle, il avait, déjà, rédigé, sous un nom d’em­prunt, une longue « lettre de lecteur » vouant aux gémonies les socialistes « scienti­fiques » et, contre eux, appelant à la res­cousse les héros morts pour l’indépendance.

Cette fois, la mesure était comble. Le programme du parti était bafoué. Le respon­sable de l’Orientation du Bureau politique, Zahouane, qui penche vers la gauche, empêcha aussitôt la distribution du journal contenant l’article et en fit même arrêter l’auteur, Boudissa, pendant 48 heures. Ce curieux incident a mis, pour la première fois, en lumière les sentiments véritables de la réaction à l’intérieur du régime à l’égard de l’option socialiste, en même temps que la lutte de classes qui scinde l’équipe dirigeante.

la gauche évite le combat

Au sein de la commission préparatoire qui rédigea la Charte d’Alger, l’aile gauche s’était trouvée devant un dilemme : ou bien mettre les antisocialistes au pied du mur, en les obligeant à se démasquer par un décompte des voix, ou bien éviter affrontement public et masquer le désaccord au moyen de subtiles formules transactionnelles.

La première solution comportait le risque de voir reporter à des jours meilleurs une option socialiste que la majorité du congrès F.L.N. ne portait pas dans son cœur, mais elle aurait eu, au moins, l’avantage de confronter l’avant-garde populaire avec la vérité et, ce faisant, de l’inciter à se battre. La seconde solution avait, certes, le mérite de sauver, au moins sur le papier, d’assez larges pans du programme socialiste et de contraindre ainsi les conserva­teurs à s’en faire eux-mêmes les propagandistes, mais elle avait le grave inconvénient d’entretenir la confusion, de dissimuler la véritable nature d’un régime hétéroclite et d’endormir le peuple avec de fallacieuses promesses.

La seconde solution fut adoptée. La gauche évita le combat ; elle s’abstint, en commission, de mettre aux voix les points les plus litigieux, sur lesquels, à coup sûr, elle aurait été mise en minorité. Finalement le prestige personnel du président Ben Bella, d’une part, la soif de justice sociale des miséreux, d’autre part, firent encaisser par le congrès un texte de compromis quelque peu démagogique. Ce programme, qu’il n’avait pas endossé de gaîté de cœur, le conservatisme « arabo-islamiuqe » n’a pas cessé, depuis, de l’embrasser pour mieux l’étouffer. Le caractère sournois de cette opposition ne permettait guère de prendre ses meneurs de jeu en flagrant délit d’hétérodoxie contre-révolutionnaire. L’imprudent article

la pression de l’A. N. P.

Cet incident devait avoir des rebondissements non moins significatifs. Boudissa a les reins solides. Il estime qu’il peut tout se permettre. Il a la faveur de certains éléments de l’armée, ceux-là mêmes qui ont soustrait à l’autogestion paysanne quelque 40 000 hectares de bonnes terres nationalisées pour les soumettre à une gestion caporalisée.

Par ailleurs, l’A.N.P., grâce à de copieuses commandes d’équipements militaires, fait prospérer les pseudo « coopératives » montées en chaîne par Boudissa. Au temps où Mohammed Harbi était encore une puissance, puisqu’il avait l’oreille de Ben Bella et jouait un rôle prépondérant dans la rédaction de la Charte d’Alger, Bou­dissa n’avait pas craint de le menacer, s’il continuait à se mettre en travers de sa route, d’une « balle perdue ». Ni ce langage anachronique, ni l’incident de Révolution et Travail n’ont pu nuire à Boudissa. A l’occa­sion du dernier remaniement ministériel, il a opéré un brillant rétablissement : l’appui de l’armée lui a fait obtenir le portefeuille du Travail.

En sens contraire, la prise de conscience de l’avant-garde ouvrière et paysanne se précise. Les doléances exprimées aux divers pré-congrès régionaux du syndicat des travailleurs de la terre ont amené Ben Bella à reconnaître, avec contrition, dans son discours du premier novembre, qu’aucune des revendications formulées, il y a un an, par le congrès des paysans, et, plus récemment, par celui de l’autogestion industrielle, ne sont entrées en application. Le congrès des travailleurs de la terre qui s’est tenu à Noël, sera suivi, à bref délai, par le deuxième congrès national de l’U.G.T.A., qui pourrait peut-être sonner le glas de l’actuelle direction de la centrale syndicale, réparant ainsi le mauvais coup perpétré par Khider et Boumaza au premier congrès de janvier 1963, contre la direction précédente.

progrès de l’autogestion

L’autogestion progresse malgré les dénigrements de ses adversaires, en dépit d’un certain nombre de faiblesses inévitables dans les circonstances et dans l’ambiance où elle se déroule. Dernièrement Ben Bella annonçait que les terres dégagées par la réforme agraire à venir seraient, non pas confiées à la petite propriété privée, mais autogérées. De leur côté, les fellahs de la région montagneuse du Titteri, au sud-est d’Alger, viennent de prendre l’initiative d’arracher les bornes qui délimitaient leurs parcelles, hier encore jalousement encloses, et de les exploiter en commun, Révolution africaine du 5 décembre observe, à juste titre, que « le socialisme en Algérie est une réalité présente partout, même dans les campagnes les plus reculées ».

Partout, oui, sauf dans l’appareil de l’Etat et du Parti, où les socialistes ne constituent encore qu’une minorité. Mais une minorité à qui la pression populaire permettrait de gagner peut-être davantage de terrain si elle n’hésitait plus à coordonner son action, à s’organiser, à établir le contact avec les éléments dynamiques qui commencent à s’affirmer dans les ateliers comme dans les fermes et, à la base, dans les syndicats comme dans les Khasmas du Parti.

Daniel GUERIN


En cette période où Jean-René Chauvin a rejoint le PSU, les enjeux concernent aussi les journaux.  « L’Action » est un nouveau journal animé/éditorialisé par Claude Bourdet qui a quitté France-Observateur (JR Chauvin y collabore d’ailleurs, en 1964…).


Lettre de Daniel Guérin à Jean-René Chauvin (Fonds d’archives JR Chauvin, CHS)

Paris, le 24 février 1964

Cher Chauvin,

Page 1 Lettre Daniel Guérin 64

Merci du texte “Notre action”, en gros il me parait bon.

Néanmoins, je crains les formulations trop absolues. Mettre dans le même sac De Gaulle et Deferre, c’est, je le crains, combler d’aise le monarque et, sans le vouloir, faire son jeu. Idem pour les gens qui mettent dans le même sac Kennedy (l’assassiné) et la C.I.A. (l’assassin). Idem pour nos amis qui, jadis, traitaient successivement de “bonapartiste” Daladier, puis Doumergue, Brüning, puis Papen, puis Schleicher.

Page 2 Lettre Daniel Guérin 24 février 1964

Ce n’est pas une façon de raisonner très dialectique. Il faut saisir les différences pour mieux les exploiter.

Si, comme vous l’affirmez, la caste néo-capitaliste serait “prête à abandonner les formes extérieures les plus archaïques de la néo-monarchie gaullienne”, c’est dire qu’elle régnerait mieux sous Deferre que sous le monarque, c’est presque conclure que le monarque, insuffisamment docile dans sa sénilité, aux voeux du néo-capitalisme, est moins redoutable que Deferre. Ou, au mieux, c’est dire que De Gaulle et Deferre sont “frères jumaux” comme naguère — les  staliniens fascisme et social-fascisme.

Page 3 Lettre Daniel Guérin 24 fevrier 64

Ceci dit, bien entendu, nous ne devons pas “collaborer” avec l’aile avancée de la bourgeoisie, mais la dépasser, en exploitant ce qui la différencie de l’aile gaulliste.

Pendant le front populaire, nous avons, sans cesse, essayé de dépasser, et non de mettre dans le même sac, Pierre Laval et Léon Blum.

De toute façon, ces remarques viennent un peu tard, puisque je n’ai pas été associé à la rédaction de ce texte (malgré mes efforts répétés pour contacter Poperen).

J’ai appris récemment de source sûre, que ce n’est point l’effet du hasard si l’on m’a tenu à l’écart…

Page 4 Lettre Daniel Guérin 24 fevrier 64

Autre chose : l’alternative socialisme autoritaire étatique ou socialisme authentique (c’est à dire libertaire) n’apparaît qu’à la cantonade, sous la phrase “assorti de garanties contre toute déviation autoritaire et bureaucratique”. Mais des garanties, ce n’est pas assez. Il faudrait remonter aux sources. Et, dès le départ, choisir entre les deux types de socialisme, si l’on optait, par malheur, pour le premier, aucune “garantie” ne pourrait en changer, en cours de route, la malfaisance essentielle.

Ces réserves faites, je suis disposé à collaborer à la revue, car, en gros, elle est la plus proche de mes positions, et que, s’il fallait collaborer à une revue avec laquelle on serait d’accord à 100%, il ne resterait plus qu’à poser la plume.

Bien fraternellement,

Daniel

Lettre de Jean-René Chauvin au comité de direction du journal L’Action

Lettre Chauvin comité rédaction l'Action Daniel Guérin 1

Paris, le 6 octobre 1964

Cher camarade,

Dès les premières rencontres destinées à lancer notre journal l’Action, j’ai proposé la participation de Daniel Guérin qui me semblait aller de soi. Il me fut d’abord ré­pondu qu’il y avait déjà un trop grand nombre de militants du  P.S.U. qui apparaissaient comme animateurs du journal et qu’il était préférable d’élargir le comité de direction vers l’extérieur. Par contre personne ne s’est opposé à sa collaboration éventuelle.

Aussitôt le manifeste paru, Daniel Guérin a manifesté son accord et son désir de nous aider. Il a envoyé chaque fois qu’il lui fut demandé des papiers jugés excellents par les camarades du comité de rédaction. Par ailleurs il nous a communiqué de nombreuses adresses de personnes susceptibles de s’abonner et a largement fait connaître l’Action autour de lui.

En conséquence, j’ai au cours du premier trimestre proposé que Daniel Guérin soit régulièrement convoqué à nos réunions du comité de rédaction. Ceci me fut formellement déconseillé tant qu’il n’y aurait pas eu une discussion avec l’intéressé.

Il y aura bientôt un an que cette affaire traîne. Ou c’est le résultat d’une impardonnable négligence ou 11 y a des raisons qu’il conviendrait d’exposer loyalement.

Je demande donc que la prochaine réunion du comité exécutif du courant unitaire soit saisis de la question.

Pour ma part je propose la participation active et responsable de Daniel Guérin au comité de rédaction, et d’ajouter son nom à la liste des membres du comité de direction.

La présente lettre est envoyée à Claude Bourdet, Jean Poperen. Favre-Bleibtreu, Victor fay», Michel Lequenne, Jacques Blaiss, Guy desson et Lucien Weitz et un double envoyé à Daniel Guérin lui-même.

Fraternellement

Jean-René

L’action, décembre 1964
L’action, mars 1964

Guerre d’Espagne, le POUM

   1936

Barcelone 1936  Fonds Chauvin
Barcelone 1936 Fonds Chauvin – CHS
Espagne 1936 - Fonds Chauvin
Espagne 1936 – Fonds Chauvin – CHS
Barcelonne 1936 POUM FAI Durriti
Six photos de Juillet 36 à Barcelone, Fonds Marceau Pivert (CHS)

– photo 19 juillet 1936 : un groupe du POUM

– photo siège de l’A.I.T. F.A.I. et de Durriti, dirigeant de la F.A.I.

– photo des barricades à Barcelone en juillet 36

Espagne  Juillet 1936 au front Durriti miliciens
Six photos de Juillet 36, la montée au front des miliciens, secteur Durriti
Fonds Marceau Pivert (CHS)

photo “dans les campagnes, la résistance “

photo “L’artillerie Républicaine monte au front”photo “Convoi de miliciens montant au front”

3 photos: “Dans son secteur, Durriti et son Etat-Major dirigent les opérations contre les fascistes”

Barcelone Septembre 1936

Colette Audry - Andres Nin - Gorkin - Marceau Pivert - Barcelone sept 36
De Gauche à droite : Bonet (POUM), Colette Audry, Gorkin, Marceau Pivert, Andrès Nin, John Mc Nair (Fonds Marceau Pivert – CHS)

De Gauche à droite : Bonet (POUM), Colette Audry, Gorkin, Marceau Pivert, Andrès Nin, John Mc Nair

 1938

Coupure de presse du 21/10/1938 –  Article de la Flèche

titre la Flèche

La Flèche (1934-1939) était un hebdomadaire, organe central de “Front commun” puis du “Mouvement frontiste”. (“frontiste” au sens de “Front commun contre le fascisme”). Comité politique: Professeur [Paul] Langevin, Gaston Bergery, Jean Bernier, Lucie Colliard, Bernard Lecache.

POUM 1938 La Flèche  recto
Procès du POUM                         21 octobre 1938 coupure de presse Fonds d’archives JR Chauvin (CHS)

 Le procès du P.O.U.M. La vérité sur les événements de Mai  par L.-P. FOUCAUD

Le procès du P.O.U.M., commencé à Barcelone le 11 octobre, n’est pas, au moment où j’écris ces lignes, terminé. En France, la presse, faute d’informations  n’a pas ou peu parlé de cette pénible affaire. Le correspondant de l’agence Havas à Barcelone, qui est sans doute « un monsieur qui ne veut pas d’histoire », s’est contenté de transmettre au début du procès quelques télégrammes strictement officiels.

L’Humanité et Ce soir <autre quotidien PCF, voir ci-dessous> sont, par hasard les seuls journaux donnant quotidiennement des comptes rendus des audiences. M. Pierre Mars, dans l’Humanité, et M. Soria dit Ribécourt, dans Ce soir, sont, aidés par M. Louis Aragon, les domestiques de service chargés de créer en France un état d’esprit permettant aux staliniens d’Espagne d’exécuter des hommes dont le seul crime est de s’être opposé à la colonisation de leur pays par les Russes.

En Espagne, la censure arrête toutes les informations sur ce procès. A ma connaissance, un seul journal espagnol a essayé de parler de cette affaire (Las Noticias, du 12 octobre). Son article a du reste été censuré. Un de mes camarades parti samedi à Barcelone et rentré à Paris mercredi dernier, m’affirme que même dans les milieux officiels espagnols, on ignore tout de ce procès. Une communication téléphonique d’un ami catalan, ayant quitté Barcelone mercredi soir, m’apprend que si le procès est public, le nombre des personnes admises à y assister n’en est pas moins extrêmement réduit. Une carte nominative est exigée à l’entrée du tribunal.

Par contre, si les comptes rendus de l’Humanité sont exacts, Largo Caballero, ancien président du Conseil, Irujo, ancien ministre de la Justice, Frédérica Montseny, ancien ministre et José Andreu, ancien président du tribunal, sont venus témoigner en faveur des inculpés. Et cela, s’ils ont pu s’exprimer librement et répéter les déclarations qu’ils avaient faites aux délégations internationales, est pour nous la garantie de l’acquittement de Gorkin et de ses amis.

Il semble bien du reste que l’accusation d’espionnage s’effondre. Le trait d’union entre le P.O.U.M. et la Gestapo était, d’après le procureur, Kurt Landau, camarade que les staliniens ont fait disparaître en Espagne le 23 septembre 1937. M. Negrin a reçu, dès que cette accusation a été connue, un télégramme dont voici le texte :

M. Negrin, président du Conseil.

Protestons contre diffamation de Kurt Landau.  Témoignons l’intégrité de ce militant révolutionnaire.

Parmi d’autres ont signé jusqu’à maintenant : Challaye, Fourier (Marcel), Martinet, Marcel Martinet, Madeleine Paz, Maurice Paz, Marceau Pivert, Char­les Rappoport, Marguerite Rosmer, Alfred Rosmer, Gérard Rosenthal, Victor Serge, Wullens.

Pour les partis émigrés allemands à Paris : Brandler, Thalheimer, Paul Froelich.

Ce télégramme, en raison du passé et de la parfaite honorabilité de ceux qui l’ont signé, se passe de tout commentaire et dément l’odieuse accusation.

Il ne reste donc plus, comme motif d’inculpation contre les dirigeants du P.O.U.M., que leur participation au soulèvement de mai 1937 à Barcelone. Je répète ce que les journées de mai ne furent qu’une riposte du peuple de Catalogne aux provocations répétées des staliniens.

Ces provocations, les voici : Dès que l’Espagne antifasciste se divisa en deux camps, le P.O.U.M., la C.N.T. et la F.A.I. voulant mener en même temps la guerre et la révolution,  et le parti communiste, l’U.G.T. et les partis bougeoirs décidés seulement à faire la guerre, le parti communiste (P.S.U.C.) décida dès ce moment d’écraser ses adversaires.

Pour cela, il lui fallait des armes. Le vendredi 5 mars, grâce à un faux, les communistes volent 11 tanks; le peuple catalan, se doutant que ces armements vont être employés contre lui, manifeste. Les tanks retrouvés à la caserne Vorochilov, sont rendus par le P.S.U.C.. Le 27 avril, l’alcade anarchiste de Puigcerda et trois de ses compagnons sont assassinés par des membres du P.S.U.C. Le 3 mai, les staliniens attaquent, avec deux cent policiers, la central téléphonique de Barcelone.

La patience du peuple catalan est à bout. La F.A.I., la C.N.T. et le P.O.U.M. occupent tous les points stratégiques de la ville.

Le 4 mai, les gardes civiles et le P.S.U.C. tirent contre le comité de défense de la Plaza Espana.  5 ouvriers de la C.N.T. sont assassinés par le P.S.U.C. alors qu’ils se rendaient au comité régional.

Le 5 mai, la C.N.T. et le P.O.U.M. proposent le désarmement général et demandent que toutes les forces antifascistes se consacrent à la lutte contre Franco.

Dans la nuit du 5 mai, Berneri et Barbéri (anarchistes italiens) sont assassinés par des membres du P.S.U.C.

Le 6 mai, la C.N.T. invite ses adhérents à reprendre le travail et abandonner la centrale téléphonique.

Le 7 mai, attentat du P.S.U.C. contre Frederica Montseny.

Le 9 mai, l’U.G.T., profitant de la trêve, attaque le local du syndicat des travailleurs des spectacles publics de la C.N.T. et occupe l’immeuble.

La C.N.T. demande à la radio à ses troupes de ne pas employer la force.

J’ai retracé ici sommairement les faits qui ont conduit le peuple catalan à la révolte. Vouloir transformer les victimes en coupables est une énormité.

Comme le gouvernement Negrin a déjà gracié, sans jugement, les membres de la C.N.T. inculpés pour leur action pendant les journées de mai, il se doit d’acquitter le comité exécutif du P.O.UM.

Mise au point de Katia Landeau

UNE MISE AU POINT DE KATIA LANDAU (La Flèche 21/10/1938)

Dans le compte-rendu de l’Humanité du 14 courant, sur le procès du P.O.U.M., amalgame maladroit de vraies dépositions et de diffamations éhontées, je retiens la phrase suivante :

« Il (Andrade) doit reconnaître qu’il était en contact avec Kurt Landau, ancien secrétaire de Trotskl et agent notoire de la Gestapo ».

Je pourrais bien démentir que Kurt Landau n’a jamais été secrétaire de Trotski, mais qu’il a formé avec Trotsky et Alfred Rosmer le premier bureau international de l’opposition de gauche. Pour nous, ce travail ne revêt aucune importance.

Mais pour flétrir le cynisme des gangsters politiques. Je révélerai brièvement les faits qui suivent : Kurt Landau est enlevé le 23 septembre 1937 à Barcelone. Il est amené à la prison clandestine du parti communiste de la rue Córcega, tristement connue par les tortures sauvages employées au cours des interrogatoires.

Le 22 novembre 1937, le ministre de la Justice, Irujo, en réponse à une grève de la faim des prisonniers du P.O.U.M., vient me voir pour me dire d’une façon formelle, devant 15 à 20 témoins, que Nin et Landau ont été tués par les staliniens. Le lendemain de sa visite, il charge le procureur général de Catalogne d’une enquête sur le cas Landau et prépare le procès contre les « assassins staliniens » dont il ne veut pas couvrir les crimes, dit- il textuellement. J’ai vu le dossier de l’enquête le 4 décembre 1937 au Palais de justice à Barcelone. Quelques jours plus tard, Irujo doit démissionner. Un procès qui démasquerait les crimes des staliniens n’est plus possible.

Le 30 janvier 1938, Victorio Sala, directeur de la police d’étrangers, membre du parti communiste catalan, me promet, sous parole d’honneur, devant 7 témoins, tous à Paris, que Kurt Landau, qu’il qualifie de revolucionario equivocado (un révolutionnaire qui se trompe), se trouve dans une prison espagnole et qu’il sera expulsé dans le plus bref délai.

Aujourd’hui, on ose parler de Nin comme accusé principal et de Kurt Landau comme « agent notoire de la Gestapo ».

La Gestapo, elle, elle sait très bien qu’elle a recherché Kurt Landau dirigeant d’un groupe communiste d’opposition en Allemagne. Elle sait très bien qu’elle détient les adhérents politiques du groupe de Landau dans les camps de concentration; dans les cachots de l’Allemagne fasciste. (Procès contre le groupe « Der Funken » à. Berlin, 4-16 janvier 1935),

Tous ces faits, la G. P. U. et l’internationale communiste les connaissent parfaitement. Ce qui ne les empêche pas, après avoir assassiné des camarades, de les couvrir de calomnies dans les colonnes de leur presse prostituée.

Katia LANDAU


Jugement POUM 1938

Coupure de presse de “Ce soir” du 23/10/1938 :

“Ce Soir” était un quotidien dépendant du Parti Communiste Français, fondé avec l’argent du gouvernement républicain espagnol (tenu par Staline après 1937) pour soutenir sa cause. Autrement dit, ce journal faisait partie de la “presse prostituée” (pour reprendre l’expression de Katia Landau ci-dessus).LE PROCÈS DU P.O.U.M.La dernière audience avant le jugement  De notre envoyé spécial RIBECOURT

Barcelone, 22 octobre (par téléphone)  . — Contrairement à ce qu’avait annoncé lui-même le défenseur des dirigeants du P.O.U.M., le flot de la défense s’est tari. Me Rovira, avocat des accusés, s’est contenté ce matin de répéter que ses tristes clients étaient innocents et qu’il demandait pour eux l’indulgence du tribunal. Parce qu’elle était attendue sans curiosité, la fin de cette plaidoirie fut sans histoire. Quatre-vingt dix minutes durant nous devions entendre des arguments analogues à ceux que le défenseur développa hier. A écouler Me Rovira, il ne s’était rien passé en Espagne au mois de mai 1937 : le P.O.U.M. n’avait point participé à l’organisation du putsch sanglant qui causa 1.300 morts et 2.500 blessés. Les désordres sanglants en question se produisirent sans qu’aucune campagne de la Batalla les provoquât et les dirigeât dans un sens déterminé. Tout ce que le P.O.U.M. avait, par ailleurs, dit et fait contre le gouvernement Caballero, ses liaisons avec des agents de la Gestapo et de l’Ovra, le sabotage systématique de l’armée régulière, l’espionnage au profil des rebelles, le défaitisme érigé à la hauteur d’un principe, tout cela n’était que fables et invention pure et simple, ou bien encore le résultat d’une extraordinaire génération spontanée. l.a défense fut, en bref, incapable de réfuter sur quelque point que ce fût, l’acte d’accusation, et pendant les dernières minutes de la plaidoirie, l’impression parmi tous ceux qui ont suivi les débats était que la culpabilité des accusés est pleine et entière. Aux noms de ceux-ci, Gorkin prit la parole pour une dernière déclaration et, cherchant manifestement un incident, se fit rappeler à l’ordre à quatre reprises différentes.  Après quoi, il renonça de lui-même à la parole. Le dernier acte du procès du P.O.U.M. venait de se dérouler. Le tribunal rendra sa sentence publiquement d’ici quelques jours. La parole est désormais à la justice républicaine.

EN ESPAGNE – LES FEMMES ONT VOTÉ POUR LE FRONT POPULAIRE

Article de Andrée MARTY-CAPGRAS, Le Populaire, 26 février 1936

En Espagne  - Les femmes ont voté pour le Front Populaire

Mardi dernier, dans une des salles de la rédaction du Populaire, les heureuses nouvelles d’Espagne se confirment. Nous apprenons que le Front po­pulaire triomphe et que dans ce Front populaire les socialistes seront large­ment en tête.

J’aborde Bracke qui, avec Zyromski, commente l’événement.

  • Eh bien, Bracke, il me semble que les Espagnoles ont voté à gauche ?
  • Parbleu ! Et je dois vous avouer que c’est la première pensée qui m’est venue à l’esprit lorsque j’ai eu la certitude de la victoire des gauches.

Zyromski aussi s’en est réjoui, d’autres encore, et ils le disent.

Vote des femmes, Front Populaire, 1936, espagne
Vote des femmes, Front Populaire, Espagne (photographie article Le Populaire 18 février 1936)

C’est un fait qui n’a pas besoin d’être étayé sur des statistiques : les femmes ont, en Espagne, voté pour le Front populaire. Et en masse. Le corps électoral comprenant, en Espagne comme ailleurs, plus d’électrices que d’électeurs, les femmes auraient pu, si elles avalent en grand nombre voté à droite, influencer nettement le scrutin dans ce sens.

La majorité de gauche qui s’est dégagée des urnes le 16 février montre, indiscutablement, que les femmes ont “bien” voté.

Nous l’écrivons, non pas pour triompher de ceux qui, citant l’exemple de l’Espagne, nous démontraient que le suffrage féminin faisait courir de grands périls à la République, mais parce que les trois consultations auxquelles les femmes espagnoles ont été appelées nous permettent de jeter un coup d’œil d’ensemble et de tirer quelques conclusions.

1931 : Tout de suite après la première révolution les femmes, qui avaient reçu comme cadeau de la jeune République le droit de suffrage, ont eu à exercer ce droit à l’occasion d’élections municipales partielles. Elle ont voté pour les gauches, dans un élan irrésistible. Et cela me rappelle un souvenir. Quel­ques jours après ces élections, Margarita Nelken nous disait avec émotion l’enthousiasme des femmes pour les par­tis de gauche, de ces femmes, ignoran­tes, illettrées pour la plupart, absolu­ment étrangères à toute organisation, ces femmes qui, la veille encore, étaient soumises à un clergé puissant et fana­tique. Mais, nous disait Nelken, cet en­thousiasme peut n’être qu’un feu de paille. Méfions-nous des lendemains de victoire, surtout vis-à-vis d’un corps électoral tout jeune, sans tradition, sans éducation.

20 novembre 1933. Bien qu’il y eût aux Cortès 62 députés socialistes, dont 4 femmes : Margarita Nelken, de la Torre, Garcia Manzano, Martinez Sier­ra, la consultation fut déplorable pour les gauches.

Et les femmes avaient contribué au désastre. Mais comme nous le disait Maria Martinez Sierra, députée socialis­te de Grenade, lors d’un de ses passages à Paris pendant la période de réaction:

« Les femmes d’Espagne n’ont pas eu plus de responsabilité que les hommes dans le résultat déplorable des élections. Les partis de gauche ont été victimes de la loi électorale, de la loi agraire exploitée contre eux, de la campagne formidable menée avec l’argent des jésuites… d’autres causes où les femmes n’ont, évidemment, aucune responsabilité particulière… On a dit que les femmes avaient vendu leur vote. C’est vrai. Dans ce pays d’extrême misère, on a payé les voix dix pesetas ou un matelas ou même un gros morceau de lard, de quoi donner à manger pendant quelques jours aux gosses qui ont faim. Il y a des mères qui ont conclu ce marché, mais des pères aussi et dans les mêmes milieux »

Les femmes avaient voté comme les hommes.

Vient ensuite la période de réaction: toutes les conquêtes de la République sont compromises, la misère s’aggrave. Et nous voici au mouvement révolutionnaire d’octobre 1934, suivi de la répression qui est dans toutes les mémoires.

Le 16 février 1936 amène enfin la vic­toire des gauches et la victoire des so­cialistes. Nos amies Nelken, de la Tor­re, Alvarez entreront aux Cortès, en mê­me temps que notre camarade commu­niste Passionaria.

Le hasard qui fait bien les choses m’a mise en présence d’un député socialiste des Asturies qui, avant de reprendre son train pour Oviedo, a bien voulu répondre à quelques-unes de nos questions. Oui, les mots d’ordre autour des­quels s’est faite la consultation étaient bièn de nature à passionner les femmes, me dit-il.

Ces mots d’ordre : l’amnistie, le rétablissement des lois sociales, l’abolition de la peine de mort, avec la revendication « Pour le Pain » ont été suivis avec enthousiasme par le corps électoral féminin. La femme du peuple en Espagne, me dit notre camarade, vit dans des conditions matérielles miséra­bles et comme elle ne quitte guère le foyer — un foyer où grouillent de nom­breux enfants — elle connaît plus que partout ailleurs les dures nécessités de la vie. Pensez d’autre part aux journées d’octobre 1934, à la somme de souffran­ces qu’ont supportée les femmes et les enfants aux Asturies et imaginez la for­ce sentimentale qui a pu se développer autour de l’amnistie. Au moment du scrutin, plusieurs centaines de femmes étaient encore dans les prisons.

Photos manifestant-es Madrid - 20 février 1936 Le Populaire

Voilà tout ce qui a entraîné les femmes, en même temps que les hommes, vers le Front populaire, vers les candidats ouvriers. Et maintenant ? En Es­pagne il va falloir développer les orga­nisations, me dit le député d’Oviedo. Et grouper les femmes avec les hom­mes dans le Parti et dans les Syndicats. Alors, seulement, on pourra travailler.

En Espagne, comme partout, camarade.

Andrée MARTY-CAPGRAS

Le Populaire – 26 février 1936

CONGRÈS DE FO 1964

Cet article est issu des archives d’André Calvès, il s’agit d’un article de 1964, écrit par Jean-René Chauvin, pour Le Militant (Bulletin du CRLS au sein du PSU), au sujet du congrès de FO de 1964.

Le fonds d’archive Jean-René Chauvin est consultable au centre d’histoire sociale du XXe siècle  , 9 rue Mahler 75004 Paris.

Réflexion-sur-le-congrès-FO-1964
Article de Jean-René Chauvin, 1964, Le Militant (Bulletin du CRLS au sein du PSU

REFLEXIONS SUR LE DERNIER CONGRES FO

Immobilisme et confusion, telles sont les impressions dominantes qui se dégagent du dernier congrès national de la C.G.T – F0.

Apres la grève des mineurs, après le congrès de la CGT qui avait à nouveau mais toujours formellement posé le problème de l’unité , après le congrès de la CFTC où le problème de la déconfessionnalisation de cette centrale avait été posé mais aussi ajourné, le congrès Force Ouvrière était attendu comme devant revêtir une particulière importance.

Par sa position même, FO pouvait jouer et peut encore jouer un rôle déterminant dans la voie de la réunification syndicale, rôle qu’il est impossible de remplir par la CGT comme par la CFTC.

Malheureusement cet espoir ne s’est pas confirmé. Pourtant,  jamais un congrès P.O. n’avait connu une telle affluence (1354 délégués) en raison des événements et aussi, du départ annoncé de Robert Bothereau.

Disons tout de suite qu’une fois de plus, la presse bourgeoise, des Echos à France-observateur a brouillé les cartes et influencé les débats d’une façon néfaste en étiquetant les courants qui s’affrontaient, de “syndicalisme moderne” et de “syndicalisme de Papa”.

En fait, trois courants principaux se sont manifestés. D’une part, la majorité réformiste animée et bien tenue en main par l’appareil de Bothereau : Son orientation se caractérise par son pragmatisme, sa prudence excessive à l’égard du pouvoir, sa politique de présence dans les organismes officiels (Conseil économique, Conseil supérieur du plan, Commission des revenus), son anti-communisme viscéral qui la conduit à repousser a priori toute unité d’action avec la CGT. Tout cela conduit à l’immobilisme dont se targue Bothereau lui-même.

De l’autre côté, deux courants minoritaires, l’un qualifié de moderniste par la presse , est conduit par Sidro (employés), Co tavs (cadres), Labi (produits chimiques ), Laval (métallurgie). Il pose ouvertement le problème, à terme et sous certaines conditions, de la réunification syndicale en même temps qu’il demande (d’une manière assez confuse à notre avis) la participation du syndicalisme à la gestion de l’économie.

Cette participation aux responsabilités économiques et politique doit-elle s’effectuer dans le cadre du régime gaulliste, d ‘ une démocratie rénovée ou d’un régime socialiste ? ( ‘est ce que ces camarades ne précisent pas, et c’est ce qui a provoqué les critiques du second courant minoritaire fermement opposé a toute collaboration de classe, condamnant la participation des représentants syndicaux aux organismes officiels.

Ce courant qui est conduit par la majorité de l ‘Union départementale de la Seine, Lubin (fonctionnaires), Hébert (U.D. de Loire Atlantique), Renard (métaux), Pallordet (cheminots). Ida Boireau (employés) a réclamé la retrait des représentants syndicaux de tous les organismes officiels, s’est opposé à toute intégration du syndicalisme à l’Etat, à tous les niveaux, et a vivement reproché à la majorité ses carences, tant au moment des grandes manifestations populaires qui ont précédé la fin de la guerre d’Algérie qu’au moment de la grève des mineurs.

Mais la confusion est venue du fait que ces minoritaires se sont eux-mêmes, divisés sur le vote du rapport moral    …suite au verso,…,/

Réflexion-sur-le-congrès-FO-1964-verso
Réflexion sur le congrès FO (1964) verso

Les uns, malgré leurs critiques de la politique du Bureau Confédéral, ont voté Pour. D’autres se sont abstenus. Un tout petit nombre a été conséquent en votant Contre. Le résultat du vote ne reflète donc pas le réel rapport des forces. Si la minorité avait été unifiée et cohérente, elle aurait, comme au congrès précédent, rassemblé prés du tiers des mandats.

Le Congrès se solde donc par un coup de frein au courant d’unité qui s’était manifesté à la base dans l’ensemble du mouvement ouvrier.

Mais les problèmes demeurent, et la direction F.0., pas plus que celle des autres centrales, ne pourra les éluder éternellement.

Comme le soulignait Rino (U.D. de la Seine) beaucoup de délégués qui votent contre l’unité d’action au cours du congrès, la pratiquent parce qu’ ils y sont contraints par les événements et la volonté de l’ensemble des salariés. Ceux-ci d’ailleurs ne rejoignent aucune centrale syndicale,parce qu’ils n’arrivent pas à admettre qu’en face d’un patronat uni, les dirigeants syndicaux restent divisés. Il ne faudrait pas en conclure que les inorganisés sont indifférents et totalement dénués de conscience syndicale. Les conflits sociaux de ces dernières années ont prouvé qu’ils avaient leur tactique à eux, peut-être simpliste, mais pas si bête. Ils se lancent dans une grève lorsque les trois centrales en donnent la consigne, et refusent de se laisser entraîner dans des luttes de compétition entre les directions syndicales.

Face au régime qui ne cache pas ses intentions de domestiquer le mouvement ouvrier, les leaders syndicaux seront contraints de s’opposer à la politique d’intégration sous peine, comme le reconnaissait Bothereau lui-même, de devenir des fantômes sans base.

L’unité d’action s’impose donc de plus en plus, la réunification n’est qu!ajournée. Pour sortir de cette situation statique, il n’y à pas de remède miracle. Lés militants syndicaux devront tenir compte des aspirations des inorganisés,c’est à dire de la majorité des salaries. Ils ne les entraîneront qu’en leur faisant participer démocratiquement aux décisions elles-mêmes. Il leur faut, en outre, au sein de leurs organisations syndicales respectives, expliquer patiemment que les directions syndicales doivent conclure entre elles un véritable pacte d’unité d’action.

Mais un tel accord, ou un tel contrat, parce qu’il multipliera les mouvements de grève, posera le problème de l’Etat et du gouvernement. Aussi, un tel accord doit-il associer, selon des formes à discuter publiquement, les organisations politiques ouvrières, et exige la mise sur pieds d’un programme commun. Ou le mouvement ouvrier laisse l’initiative au pouvoir gaulliste, ou dès aujourdhui , il prépare les conditions d’une offensive généralisée des travailleurs.

J.R. Chauvin. (Syndiqué F.O.)

LE PSU ET FRANCE-OBSERVATEUR

Vous trouverez sur cette page quelques documents des archives de Jean-rené Chauvin relatifs au PSU et à France-Observateur. Les documents ont été scannés avec OCR (reconnaissance optique des caractères) de façon à pouvoir être intégrés dans le corps de la page.

Jean-René Chauvin avait rejoint le courant SR du PSU en 1963, et qu’il y restera jusqu’en 1969. Courant auquel appartenait aussi André Calvès, ancien Trotskiste également

1) lettre de J.R. Chauvin à André Calvès, du 5 juillet 1963

Mon cher Calvès,

Lettre de Chauvin à Calvès PSU France Observateur recto

Encore un dernier mot avant de boucler le sac et de partir.  Il faut veiller au grain du côté du “Conseil de France-Observateur”.   Je t’ai déjà dit dans mon mot gribouillé ce matin qu’il faut y envoyer un copain sûr et peu connu, mais qu’il faut aussi faire une démarche, auprès de certaines personnalités qui sont utilisées sans le savoir dans la lutte intérieure au PSU.

Je propose une lettre qui pourrait être signée de Verdier, D. Mayer, de Poperen, de Bourdet, et de certains de chez nous, peut être Nadeau et Cassou. À une seconde étape cette lettre pourrait être rendue publique. L’objectif et de court-circuiter l’organisation parallèle qu’ils sont en train de monter et de montrer clairement à l’opinion qu’il s’agit de l’amorce d’un regroupement de la gauche non-communiste .

Voici un modèle de lettre. Vous pouvez le modifier si vous adoptez ce projet. Communiqué en un exemplaire à Bleibtreu et à Lequenne.

Cher ami,

Nous avons appris par la presse que vous faisiez partie du Conseil de France-Observateur. En temps normal nous n’aurions rien à redire à une telle initiative que nous aurions souhaitée venir beaucoup plus tôt. Elle survient en effet au moment où le PSU et France- observateur connaissent les même difficultés, et cela nous invite à nous interroger sur l’effet de la constitution d’un tel conseil au sein du PSU.

Il est de fait que France-Observateur a pris ouvertement position pour une des tendances du PSU au point d’éliminer un peu brutalement notre camarade Claude Bourdet. En même temps ce comité de rédaction s’allie, par votre conseil à des personnalités extérieures au PSU. Quoi qu’on en dise l’on ne peut se défendre d’y voir-une sorte de pression extérieure pour tenter d’infléchir le PSU vers une orientation qui coïncide avec la conception d’un regroupement de la gauche non-communiste. La composition du Conseil de F. Ob. est d’ailleurs très significative puisqu’elle constitue une espèce de microcosme de ce regroupement auquel la majorité du PSU est actuellement hostile et lui préfére une union sans exclusive de toute la gauche socialiste. Aussi pensons nous que loin de ressouder les liens entre les différents du PSU d’abord et de la gauche socialiste ensuite cette initiative tend au contraire à accentuer le clivage en lui donnant une forme organique.

Pourquoi tous les courants du P.S.U. ne sont ils pas représentés à ce Conseil ?

Peut on dire que ce comité rassemble tous les courants de la gauche socialiste alors que certaines personnalités en sont exclues ? Citons Breton, Nadeau, Sartre, Francis Jeanson, Dresch, et au sein du PSU, Verdier, D. Mayer, Poerren, Craipeau, Bleibtreu… 

Lettre de Chauvin à Calvès PSU France Observateur verso

Ceci pose le vieux problème des rapports d’un parti ouvrier avec un organe de presse extérieur au parti.

Nous avons connu dans le passé une expérience malheureuse qui aurait dû nous instruire. Celle du R.D.R.  A l’époque le quotidien Franc-Tireur sans en être l’organe officiel avait lancé et soutenu ouvertement le RDR. Mais rapidement le comité de rédaction de ce journal a pris une position de plus en plus pro-atlantique et pro SFIO, tandis que la base militante du RDR restait attachée à l’indépendance à l’égard des blocs comme du réformisme et du stalinisme. Le résultat ne s’est pas fait attendre le RDR a disparu.Cependant sa base militante s’est retrouvée peu après dans les différentes formations qui du CAGI au FSU en passant par la nouvelle gauche et l’UGS ont exprimé ce Courant .

Le PSU est aujourd’hui bien plus fort que le RDR et il est peu probable que France Observateur, moins solide financièrement que Franc-Tireur puisse délibérément tourner le dos à ce courant, ou seulement espérer l’infléchir.

Les militants du PSU n’ont que leurs cotisations et leur main d’oeuvre bénévole pour faire vivre leur parti et ses modestes publications. Ils ne peuvent que se réjouir quand un organe de presse à grande diffusion les appuie. Mais lorsque cet organe de presse prend des positions différentes de celle de la majorité du parti, et que celle-ci y est même attaquée sans pouvoir répondre, vous comprendrez qu’ils s’inquiètent d’une initiative qui prend l’allure de pression qui porte atteinte à l’indépendance du parti et à sa démocratie intérieure.

Nous estimons donc nécessaire d’attirer votre attention sur le danger de clivage que fait peser sur le PSU l’initiative à laquelle vous avez adhéré, membre ou non du PSU vous ne devez pas en ignorer toutes les implications. Il est possible que certaines personnalités sympathisantes du PSU mais extérieures à lui et donc peu au courant de la crise actuelle aient donné leurs signature sans connaître toutes les conséquences qu’entraîne la constitution d’un tel conseil embryon d’un rassemblement de la gauche non communiste.

Nous pensons qu’une discussion loyale et ouverte ne peut que profiter à l’éclaircissement de ces idées et de la stratégie nécessaire.  C ‘est dans c’est esprit que nous vous proposons un dialogue et si possible une rencontre .

Nous espérons que vous aurez à coeur de nous répondre

Fraternelles salutations socialistes.

Cette lettre n’est qu’un projet. Je l’ai rédigée à toute vitesse, mais je pense que l’essentiel et le ton y sont. Fais le nécessaire A mon retour.

Jean René

Un courrier de Daniel Guérin :

Le Populaire PARTI SOCIALISTE 1943

Cette publication clandestine est tirée des archives de Jean-René Chauvin consultables au CHS, rue Mahler à Paris. Son contenu est retranscrit sur cette page par OCT.

Le Populaire septembre 1943 page 1

  Nouvelle Série N° 16       Aidez nos Camarades emprisonnés          Septembre 1943

LE POPULAIRE

ORGANE DU PARTI SOCIALISTE (Edition Zone Sud)


RECONNAISSANCE DU COMITÉ FRANÇAIS de la Libération Nationale par les Gouvernements alliés On lira avec intérêt, plus loin, le texte d’un Message au peuple américain et au Président Roosevelt que le Comité Exécutif du Parti Socialiste a rédigé le 7 Août 1943. Depuis, en particulier grâce aux efforts de notre camarade Pierre Vienot, député des Ardennes, représentant à Londres du Comité Français de la Libération Nationale, celui-ci a été reconnu par les gouvernements de Londres, Washington et Moscou. Nous nous félicitons de cette reconnaissance gui, enfin donnera au Comité d’Alger toute l’autorité internationale dont il a besoin. En particulier, aucune paix ne pourrait être traitée, avec l’Italie aujourd’hui, avec l’Allemagne demain, sans que notre pays ne soit présent aux négociations. Nous croyons cependant devoir publier le texte de notre Message, devenu caduc, afin de bien préciser le sens qu’une telle reconnaissance prend pour nous sur le plan social. Nous croyons en effet que seule la suppression des pouvoirs des trusts permettra la construction d’un monde ordonné et pacifique. Nous persistons à penser que le gouvernement provisoire que présidera le Général de Gaulle est habilité pour mener à bien cette lutte contre la malfaisance des puissances d argent. C’est là le sens de notre soutien après la libération.


 Trois ans de prison et de déportation

Il y a trois ans le 15 de ce mois que Léon Blum a été arrêté par la police française. En ce jour anniversaire, notre pensée va vers notre courageux camarade qui supporte avec vaillance, après la rigueur des prisons de son pays, celle de la déportation en Allemagne. A cette occasion, nous sommes heureux de mettre sous les yeux de nos lecteurs — pour qu’ils les répandent autour d’eux, partout — les mots par lesquels Léon Blum concluait un de ses exposés au procès inachevé de Riom : “Vous pourrez nous condamner. Vous ne pourrez pas effacer notre œuvre, nous chasser de l’histoire de ce pays. Nous y apportons une certaine fierté : dans un temps périlleux, nous avons personnifié et vivifié la tradition authentique de notre pays, démocrate et républicain. De cette tradition, nous aurons, malgré tout, été un moment. Nous ne sommes pas je ne sais quelle excroissance monstrueuse dans l’histoire de ce pays parce que nous avons été un gouvernement populaire. Sous n’avons pas brisé la chaîne, nous l’avons retrouvée et resserrée. Naturellement, on peut, quand on dispose de tous les moyens qui agissent sur l’opinion, défigurer notre œuvre comme notre personne, notre visage. Mais la réalité est là et elle se fera jour. La durée de l’effort humain ne commande pas le rendement d’un appareil industriel; le loisir n’est pas la paresse; la liberté et la justice n’ont pas fait de la patrie une proie désarmée ; avec des ilotes on ne fait pas plus des ouvriers que des soldats. Qu’il s’agisse de manier l’outil ou de manier l’arme, c’est la liberté et la justice qui engendrent les grandes vertus viriles, la confiance, le courage et l’enthousiasme. Quand on nous dit que nous avons eu tort, c’est forcément nous dire : « Il fallait trahir, briser la volonté exprimée par le peuple Nous ne l’avons ni trahie ni brisée, nous y avons été fidèles. Et, Messieurs, par une ironie bien cruelle, c’est cette fidélité qui est devenue la trahison. Pourtant cette fidélité n’est pas épuisée ; elle dure encore et la France en recueillera le bienfait dans l’avenir où nous plaçons notre espérance et que ce procès, dirigé contre la République, contribuera à préparer ». Ajouter un seul mot à cette déclaration de l’ancien Président du Conseil des gouvernements de Front Populaire à direction socialiste serait en diminuer la valeur. Souhaitons seulement que notre fidèle pensée, par on ne sait quelle mystérieuse télépathie, puisse lui parvenir d’où nous écrivons, « quelque part en France », où il est,  « quelque part en Allemagne », pour lui dire notre déférente affection.


 Message au Président Roosevelt et au Peuple Américain

C’est de France que nous vous écrivons… C’est en France que ce Message a été conçu, rédigé, imprimé, diffusé. En France occupée et meurtrie. Par des Français qui n’ont jamais désespéré de la Victoire. Nous sommes le Parti Socialiste. Avant la guerre, nous comptions deux millions d’électeurs et tout concourt à prouver que nous n’avons, bien au contraire, rien perdu de notre influence sur le peuple. Nous avons été au pouvoir les animateurs des gouvernements de Front Populaire. Les réformes les plus profondes que notre République ait conçues sur le plan social et appliquées, c’est à notre action qu’on les doit. Aujourd’hui, nous groupons dans l’action clandestine plus de 40.00 citoyens décidés, entreprenants, actifs. Et nous fournissons les cadres de nombreux mouvements de Résistance spécialisés dans la lutte ouverte contre l’envahisseur. Au procès de Riom, c’est grâce à notre chef que le souffle républicain a pénétré dans le prétoire et, de là, a à nouveau déferlé dans le pays, pour le réveiller d’abord et le galvaniser ensuite. Débarrassé de ceux qui nous ont trahi et que nous avons rejeté sur le bord de notre route, nous allons, fidèle à à l’enseignement de nos maîtres, vers un destin que tout laisse prévoir glorieux. Ayant dit ce que nous sommes, nous allons exprimer ce que. nous attendons de vous. Il est d’usage, dans ces sortes de messages, de rappeler les batailles communes, les souvenirs communs à nos deux patries, d’exalter Lafayette, d’évoquer Pershing. Nous ne sacrifierons pas à ce rite. L’Histoire de nos deux peuples est trop liée à toutes les luttes pour la Li­berté et la Démocratie pour que nous éprouvions le besoin de le rappeler. Mais, dans le monde de demain, dans celui que la Destinée inexorable, comme l’inévitable marche en avant de la civilisation, construira sans nous, malgré nous, contre nous si nous n’y prenons garde, par nous, si nous savons élever notre combat à la hauteur de notre espoir, Liberté et Démocratie n’auront pas le même sens qu’hier. Hier, politiques, Liberté et Démocra­tie devront, pour se survivre, être demain économiques et sociales. Le citoyen ne devra pas seulement avoir le droit éphémère de voter. Il devra avoir le droit permanent de vivre. Vous l’avez si bien compris. Monsieur le Président, que voici onze ans déjà que nous applaudissons à vos efforts pour faire au travailleur une plus juste part dans le régime actuel. (Lire la suite page 4)

(Suite de la 1ère page) Vos affirmations répétées et votre lutte pour créer, après les Droits de l’Homme, les droits du Travailleur, sont la preuve que vos préoccupations sont les nôtres. Votre New Deal était, avant notre Front Populaire et comme lui, une première tentative pour restreindre les droits du Capital, ses profits, ses scandaleux bénéfices, les injustices qu’il créait. Parce que nous devions aider les efforts de Léon Blum, nous encouragions les vôtres et ceux du peuple américain tout entier, dans leurs luttes contre les féodalités bancaires et industrielles.

Nous sommes aujourd’hui convaincus que le Général de Gaulle mènera la même lutte que vous. Celui-ci incarne l’espérance que la France meurtrie a retrouvé à sa voix, le 18 Juin 1940. Il est le symbole de la lutte contre l’ennemi commun. Il sera le restaurateur de la Démocratie Française. Mais il sera également, à notre demande unanime — à nous Résistants de France — celui qui musellera les trusts, complices de l’envahisseur, et qui fera la transformation sociale devenue nécessaire.

L’objet de ce message apparaît dès lors clairement : il faut que vous nous aidiez à donner à Charles de Gaulle la force. l’autorité internationales dont il a besoin, dont a besoin la France dans le Monde. Il faut que les Etats-Unis d’Amérique reconnaissent le Comité d’Alger comme le Gouvernement provisoire de la France.

Avec le peuple tout entier, nous avons délégué à Charles de Gaulle le pouvoir politique ; nous lui servons de garant à vos yeux, nous qui sommes le parti de Léon Blum et la sel de la France.

Les Etats-Unis n’ont pas le droit de donner au monde l’impression qu’ils préfèrent le Capital au Travail, les Trusts au Peuple, Vichy à la Nation Française. La reconnaissance, par vous, du Général de Gaulle comme chef provisoire du Gouvernement de la Libération Française soulèverait dans notre pays asservi mais demeuré libre de penser, une joie analogue à celle qu’a produite l’annonce de l’entrée en guerre des Etats-Unis.

On y verrait le signe que la limitation nécessaire des Droits du Capital ne rencontre pas de votre part d’opposition. Nous, qui rêvons de construire les Etats-Unis du Monde, à l’image politique des vôtres, nous en serions fortifiés et aurions le sentiment que de cette tourmente affreuse pourrait vraiment sortir, comme une charte nouvelle. les Droits de l’Homme et du Travailleur.

Le Comité Exécutif du Parti Socialiste Clandestin.


Facsimilé accueil des américains par Pétain juin 1918

Ci-contre le fac-similé des souhaits de bienvenue adressés en 1918 par le Général PÉTA1N aux soldats Américains. Le Peuple Français est toujours d’accord arec la formule employée, mais quel chemin parcouru par le fourbe PÉTAIN qui a trahi et livré la Patrie à Hitler. L’Histoire sera sévère.


CRIMINELS

« Tuer un homme, c’est un crime. Mais qu’est-ce que tuer une nation ? Comment qualifier ce forfait ? Eh bien ! Il y a quelque chose de plus fort que la tuer, c’est de l’avilir, la livrer à l’outrage de l’étranger, c’est de la faire violer et de lui ôter l’honneur ».                         MICHELET (La Convention). On dirait que Michelet avait prévu Pétain et Laval.


Le Populaire septembre 1943 page 2

L’élargissement manqué

M. Pierre Laval, sentant le vent… de la défaite, voudrait bien pouvoir conquérir enfin une opinion rétive. Il aurait songé à obtenir son audience en remaniant son cabinet et en revenant, dans une certaine mesure, aux anciennes normes. Il a sollicité, notamment, Paul Faure (quel honneur !) Paul Rives, De Monzie, des radicaux du Midi, etc… II n’est que Paul Rives qui aurait accepté de s’embarquer dans cette galère. Mais de Paul Rives, plus rien n’étonne. Laval aurait cependant estimé que Paul Rives plus zéro égale zéro. II a donc abandonné son projet et il s’en est remis à sa mauvaise étoile. Mais que Paul Faure ait pu être un instant, considérer par le gauleiter Laval comme un collaborateur possible, voilà qui en dit long sur le chemin parcouru par l’ancien secrétaire général du Parti.

Se faire blanchir…

Avant la guerre, les « gens bien  » se faisaient blanchir « à » Londres. Actuellement, il est des politiciens qui songent à se faire blanchir « par » Lon­dres. Parmi eux serait M. L.-O. Frossard.  M. L.-O. Frossard, envisageant l’éventualité d’un débarquement anglo-saxon en France, aurait conçu une opération politique qui dégage une odeur de manœuvre de couloirs. Il rêve d’une convocation des Chambres (en sommeil, mais non dissoutes) en Assemblée Nationale, Assemblée devant laquelle le Maréchal Pétain ferait, une sorte de compte-rendu de mandat. Après quoi le Maréchal serait nommé Président de la République ranimée, ressuscitée pour les besoins de la cause. Un nouveau gouvernement composé de parlementaires, d’éléments populaires, pris dans les syndicats ouvriers et de fonctionnaires serait ensuite constitué. Et en avant le centrisme ! Réhabiliter des hommes qui ont laissé faire et dans le silence, la complaisance et la lâcheté ont servi utilement l’occupant. Non, Messieurs ! L’heure de ces petites habiletés est révolue. L’opinion publique, l’opinion républicaine rejettera les offres de services et les «dévouements » in extremis de ceux qui l’ont abandonnée en plein drame. Elle veut maintenant des hommes sûrs, des caractères. Les repêchages sont interdits !

Un drame de la déportation, dont toute la responsabilité incombe au gouvernement Laval, négrier au service de Hitler (puisque vient d’être conclu un accord au terme duquel le gouvernement « français » se désintéresse du sort des jeunes réfractaires qui refusent d’aller se faire tuer en Allemagne), vient de faire douze victimes françaises en Ardèche. Le maire de Thines recevait récemment la visite d’un homme — vraisemblablement Français d’ailleurs — qui lui demandait si, dans la région, ne se cachaient pas des réfractaires. Ses deux fils voulaient les rejoindre, disait-il. En tous cas, lui, apportait des vivres pour les jeunes patriotes. Devant la valise garnie de victuailles, le magistrat municipal, patriote insoupçonnable, mais crédule, eut confiance et indique l’endroit où, dans la montagne, se cachaient les Français désireux de se soustraire au service du travail. Deux jours après, les S. S. apparaissaient à l’endroit désigné et une bataille se livrait entre nos compatriotes et les hordes nazis. Le tragique bilan est le suivant : neuf jeunes Français et trois paysans qui les cachaient ont été frappés à mort tandis que trois Allemands restaient sur le carreau. Le reste de nos camarades put s’enfuir à la seule exception d’un blessé que l’on ne put emmener et qui fut fait prisonnier, ainsi que le maire de Thines emmené par la Gestapo. Les Hitlériens n’eurent d’ailleurs raison des réfractaires qu’en employant des grenades incendiaires. Le Populaire, en portant ces faits à la connaissance de nos militants, met en garde tous ceux qui se cachent et tous ceux qui les cachent contre les provocateurs de toutes sortes. L’exemple de Thines doit servir à tous les patriotes.

Inflation bureaucratique n’égale pas « redressement »

« La guerre de 1939, la défaite de 1910 et la politique de pseudo-redresse­ment qui se poursuit depuis 1940 ont entraîné un développement indéfini de cadre jusque dans les administrations en chômage. Exemple : il y avait en 1939, au ministère de la Marine marchande : 3 directeurs ; 2 sous-directeurs ; 15 chefs de bureau. Réorganisés en 1942, les services de la Marine marchande comptent maintenant : 9 directeurs ; 6 sous-directeurs ; 39 chefs de bureau. Cet accroissement de services s’est produit alors que notre marine, marchande ne dispose plus que de 50.000 tonnes. En 1939, elle disposait de près de 3.000.000 de tonnes ». A. de Monzie. (La Saison des Juges).


 Lisez et faites circuler LE POPULAIRE


 Après le doigt, la main… Après la main, tout le bras !    

Engagé sur la voie de la collaboration, Pierre Laval ne peut plus revenir en arrière. Il y a une logique de la trahison qui le condamne à déférer aux ordres de l’ennemi. Les Allemands viennent d’exiger de « leur »  gouvernement vichyssois :                                                                                                        1°) 53.000 autres travailleurs supplémentaires ; 2°) des mesures énergiques pour que les réfractaires soient activement pourchassés, appréhendés et livrés à Sauckel ; 3°) que 30.000 jeunes des Chantiers viennent s’ajouter aux effectifs de l’armée du S. T. O. Ces exigences laissent subsister la demande antérieure, non encore satisfaite, de 500.000 nouveaux travailleurs et devant laquelle Laval lui-même hésite. Au dernier Conseil des Ministres, Laval, en bon négrier dévoué à Hitler, a consenti à donner à son patron les 53.000 travailleurs qu’il réclame et tous les réfractaires, dans la mesure où il pourra les saisir. Toucher aux braves gosses des Chantiers lui est cependant apparu jusqu’ici comme une impossibilité. Ce ne sont pas des scrupules moraux qui le retiennent mais la crainte de faire déborder le vase. Toutefois, en insistant un peu, Hitler obtiendra tout de son féal vichyssois dont la fortune est liée à la sienne. Mais les réfractaires ne se laisseront pas faire. Ils redoubleront de  vigilance. Chacun doit les aider à tenir. Les Socialistes doivent donner l’exemple de l’initiative et de l’entraide.


 D’ACCORD !

« J’ai décidé de rester en France quoiqu’il arrive ». Maréchal Pétain, 18 Juin 1940. « Ce n’est pas en quittant la France qu’on peut la servir ». Pierre Laval, 21 Juin 1940.

Voilà d’excellents conseils que tous les jeunes de France doivent suivre. Résistez à la déportation. Patriotes, aidez les jeunes.


Ceux qui ont compris

La plupart des « permissionnaires »  venus d’Allemagne préfèrent rester cheveux (lisez : en France) plutôt que de retourner assister à la chute de Hitler dans son pays et, en attendant, recevoir des bombes sur le coin de la figure. Leur nombre est tellement grand que le nommé Desmarest. commissaire général à la main-d’œuvre française en Allemagne, s’en est ému. Il a adressé, le 17 août, un appel à ces «permissionnaires » dans lequel il a mis de tout : la parole de la France, l’honneur, les frères de captivité, les maris qui ne reviendront pas, les regrets des femmes qu’on doit pouvoir soutenir, etc…, etc…                     Le résultat, au moment où nous mettons sous presse, continue de se faire attendre : aucun permissionnaire n’est pressé de rentrer…


 Les cheminots contre la Charte du Travail

La Tribune des Cheminots du 1er Juil­let a publié, sous la signature du Bureau de l’Union des Cheminots du Réseau de l’Est et à propos de la Charte du Travail,, les propos suivants : « On sait le peu d’enthousiasme que manifeste le monde du travail à faire siens des concepts sociaux dont on peut déjà dire qu’ils rompent délibérément avec plus d’un siècle d’histoire ouvrière et qu’ils bousculent, en les condamnant en bloc, tous les enseignements du passé. Cette méfiance de la classe ouvrière à l’égard d’une doctrine qui n’est sans doute pas nouvelle dans ses principes mais qui l’est dans son application à notre pays, tient davantage encore au fait que ses tenants s’inscrivaient hier, pour la plupart, dans les rangs du Conservatisme le plus intransigeant. » On ne saurait en moins de mots dire plus de choses.


 Châtiment

Trois miliciens viennent encore d’être exécutés à Grenoble. Il s’agit de Leyssieux, milicien, et de Lencoux Henri et Lacroix Marcel, tous deux Francs-gardes permanents.                  Tous les Kollaborateurs et autres traîtres à la Patrie subiront ce châtiment qu’ils méritent.


Le Populaire septembre 1943 page 3

Après la chute du Fascisme….          

Un Manifeste du Parti Socialiste Italien

Nos camarades socialistes italiens ont publié un «Manifeste-programme du Parti » dont nous voudrions faire connaître très rapidement les idées générales. Disons tout de suite qu’il s’agit d’un document remarquable dans le fond et dans la forme. Ecrit avant la chute du fascisme, il affirme toute sa valeur en faisant preuve d’une clairvoyance aiguë des événements et des choses. Nos amis rappellent l’opposition ferme et compacte des travailleurs italiens au fascisme qu’ils ont subi sans l’accepter, opposition qu’illustrent tant de martyrs et dont le plus grand — comme un symbole — Matteoti, retrouve aujourd’hui le souvenir fervent des foules avides de justes vengeances.

Les socialistes italiens — comme les socialistes français — ne renient rien de leur doctrine. Bien loin de là. Tous les événements en sont la meilleure confirmation et c’est en termes excellents que le manifeste définit et la doctrine et les buts du socialisme. Mais l’action contre le fascisme exige l’union de tous les hommes épris de liberté et de dignité humaines. Libéraux, républicains, communistes, le Parti Socialiste se déclare prêt à la plus entière et la plus confiante action commune. Certes, en ce qui touche le Parti Communiste, nos amis italiens n’ont pas pu ne pas rappeler tout ce qui nous divisait dans l’action et dans la pensée. Mais ils espèrent que « l’écroulement de l’hitlérisme débarrassera le terrain du plus grand obstacle qui s’opposait aux progrès de la cause du travail et à l’unité des travailleurs » et que la Russie, délivrée de l’obsession de l’hypothèque d’une invasion allemande, retrouvera une attitude « moins « dominée par les préoccupations urgentes de défense nationale ».

Ce manifeste décrit les formes d’action réclamées par la situation présente, mais il va plus loin, et il trace un cadre à l’action de demain — devenue actuelle par la chute du fascisme. Que faire jusqu’au moment où le peuple dira à nouveau explicitement sa volonté ? Un gouvernement de Salut Public dont la mission sera de régler les questions immédiates les plus importantes et d’ouvrir la voie aux grandes transformations sociales. Faire la paix « avec les pays auxquels le fascisme a déclaré la guerre » : sauvegarder, d’accord avec les démocraties, le patrimoine national et jeter les bases d’une grande collaboration fraternelle des peuples. Mais aussi abattre les puissances capitalistes, organiser la propriété et la production collectives. Bref, libérer politiquement et économiquement le peuple qui déterminera alors librement les formes de sa vie publique. Inutile d’ajouter que la Monarchie et les dirigeants fascistes devront répondre de leurs crimes, sans quoi aucune justice ne serait faite. Cette courte et sèche analyse est bien impuissante à marquer la richesse de pensée de ce document et la hauteur de vues de nos amis italiens. Elle montrera cependant avec plaisir l’identité de vues entre le socialisme italien et le socialisme français.


 Quand MUSSOLINI parlait…

« L’Italie n’a pas besoin d’armées de mort, mais d’armées de vie. Elle est déjà suffisamment épuisée, cela suffit ; une autre saignée pourrait lui être fatale. »            Benito Mussolini (article de l’Avanti, 26 août …. 1914)

« Une alliance qui n’a jamais été, qui ne pouvait être populaire, vient d’être dénoncée. L’Italie se tourne vers l’Occident. Nous sommes libérés de la pesante tutelle de l’Allemagne, de la répugnante compagnie des Autrichiens. Nous nous retrouvons nous-mêmes. La droite et saine diplomatie du peuple a vaincu. Nous combattrons aux côtés des Français, des Belges, des Serbes, des Anglais, des Russes, nous souderons par notre intervention, le cercle de fer autour des empires responsables de la conflagration européenne ; nous abrégerons la durée de la guerre ; nous vaincrons. »                       Benito Mussolini (article du Popolo d’italia, 17 mai 1915)

« Nous projetterons les Italiens comme une force pleine d’unité vers les buts mondiaux, nous nous retrouverons puissants dans la Méditerranée en nous alliant avec ceux qui y vivent et en expulsant ceux qui n’y sont que des parasites. »   Benito Mussolini  (Discours à la Schiesa de Milan, le 5 Octobre 1922)

« Voilà l’Italie d’aujourd’hui, lumineuse, mais vaguement encore. C’est elle que nous présentons aux autres nations; aux autres nations qui devront être convaincues a partir d’aujourd’hui, qu’elles le veuillent ou non, que l’Italie n’entend être à la remorque de qui que ce soit. » Benito Mussolini (Rome, 27 novembre 1922)

« On parle de liberté. Ayons le courage de dire que quand on crie « Vive la Liberté » on sous-entend : « A bas le fascisme. »       Benito Mussolini   (Discours à la Chambre, 15 Juillet 1923) « Aujourd’hui, grâce au fascisme, le peuple a retrouvé un sens profond de la discipline. L’armée et la marine sont en pleine efficience spirituelle et peuvent être soumises à toutes les épreuves du monde quand les intérêts, la dignité et l’avenir de la patrie sont en jeu.» Benito Mussolini (Discours au Sénat, 16 Novembre 1923)

De quoi se marrer. disait le Canard Enchaîné. Mais voici mieux :

« Cela ne vaudrait pas la peine d’exister, ni comme homme ni comme parti ; ce ne serait pas la peine de se dire fasciste, si l’on ne se sentait pas capable de tenir tête à la tempête. N’importe qui est capable de naviguer sur une mer débonnaire, quand le vent gonfle les voiles et qu’il n’y a ni lames ni cyclone.  Le beau, le grand, je voudrais dire l’héroïque, est de naviguer quand la tempête bouleverse tout. »   Benito Mussolini                             (Discours à Rome, le 2 août 1924)

La tempête commence à gronder.

« M. Mussolini démissionne.» (Les journaux, 16 Juillet 1943) « L’Italie ne pourrait jamais tolérer cette violation patente des traités qui consisterait dans l’annexion de l’Autriche à l’Allemagne, annexion qui frustrerait la victoire italienne, augmenterait la puissance démographique et territoriale de l’Allemagne…. » Benito Mussolini (Discours au Sénat romain, 20 mai 1925)

Et, enfin, pour alimenter notre rubrique des « paris stupides » : « Aujourd’hui, le fascisme est un parti, une une corporation.- Cela ne suffit pas. Il doit devenir un mode de vie. Il doit y avoir des italiens du fascisme, comme il y a eu des Italiens de la Renaissance, des Italiens de la latinité. » Benito Mussolini    (A Rome, le 30 juillet 1925)

Et ceci :  « Le régime est désormais assis sur une base intangible.  » Benito Mussolini  (A Rome, le 5 Novembre 1925)

Le peuple italien a répondu à toutes ces rodomontades qu’«emporte le vent ». Il a écouté une seule fois ce que disait Mussolini « quand Mussolini parlait », le 24 mai 1924, à Rome : « La liberté n’est pas un droit, c’est un devoir. Ce n’est pas un don, c’est une conquête. Ce n’est pas un apanage dû, c’est un privilège acquis. » Le peuple italien conquiert peu à peu sa liberté.


 Manifestation patriotique en Saône-et-Loire

La population de Sancenay (Saône-et-Loire) vient de faire d’émouvantes obsèques à des pilotes anglais tombés au cours d’un raid en France.

La gendarmerie ayant, d’ordre des Allemands, coupé les routes pour empêcher la manifestation, c’est à travers champs que toute la population de ce village s’est rendu à l’enterrement et a couvert les tombes de fleurs fraîches.


Un message du Président de l’internationale Ouvrière et Socialiste

Camille HUYSMANS, ancien bourgmestre d’Anvers et Président de l’internationale Ouvrière et socialiste, vient à ce dernier titre, d’adresser un message au peuple Italien en lutte contre le fascisme.

Après s’être félicité de la chute de Mussolini, notre camarade souligne pour les travailleurs de la péninsule la nécessité de voir abattre le monstre nazi et le militarisme prussien pour que soit rendue au monde la liberté. Nous nous associons volontiers à ce message ; c’est en effet seulement après la destruction du fascisme et de l’hitlérisme que l’on pourra effectivement construire avec tous les peuples, les Etats-Unis du Monde.


Une adresse de la C. G. T. française

Les auditeurs de la radio anglaise — c’est-à-dire 95 % des Français — ont entendu avec plaisir notre ami Georges Buisson, secrétaire général adjoint de la C. G. T.. la vraie, lire le 12 août, une adresse rédigée en France par le Bureau Confédéral clandestin aux travailleurs italiens en lutte pour liquider le fascisme. Cet effondrement, disent nos camarades, est «le prélude à la résurrection de toutes les libertés ouvrières et démocratiques en France et en Europe ».

Nous tenions le même langage lorsque, dans notre tract rédigé au lendemain de la chute de Mussolini et diffusé à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires, nous parlions de la contagion du fascisme ». Une fois de plus, les divers mouvements de la classe ouvrière sont d’accord spontanément sans même se consulter.


 Un nouveau Confrère

Nous sommes heureux de saluer la naissance d’un nouveau journal clandestin : JEUNESSE NOUVELLE, organe des jeunesses socialistes belges. Avec Le Peuple, aux côtés de qui il combat, ce nouvel organe aidera à balayer les Allemands de Belgique, les Rexistes et autres Kollaborateurs… Car ils en ont aussi là-bas : partout où il y a eu des marks à distribuer, il y aura des traîtres à exécuter.


 On ne le lui fait pas dire

« L’opinion publique internationale croit communément que le mois prochain verra ou la défaite militaire du Reich, ou la Révolution en Allemagne, ou un changement de la politique allemande. Certains gouvernements ou certains parlements délibèrent même pour décider s’ils devront accorder ou refuser le droit d’asile à des Chefs du IIIe Reich. » (Déclaration du Gauleiter SAUCKEL à la presse dite parisienne, le 7 août 1943)


 Pétain fait de la politique

C’est devenu courant, à Vichy, de considérer Pétain comme un personnage ignorant la politique. Croire cela, ce serait en partie excuser ses actes. Nous ne marchons pas. Nous ne marcherons jamais.

Le Maréchal a fait de la politique toute sa vie. C’est d’ailleurs facile à prouver, à établir. Collaborer avec Hitler, lui livrer notre jeunesse, n’est-ce pas faire de la politique ? Enfermer les chefs républicains, les condamner avant tout jugement, n’est-ce pas faire de la politique ?

Il est tellement politicien, le « vieux », qu’il médite un coup qui, s’il réussissait, compliquerait, obérerait l’avenir de la France. Mais il ratera. Il a fondé sur l’éventualité d’un débarquement anglo-saxon une vaste combinaison politique qui donne la mesure de son hypocrisie, de son astuce. Il médite de congédier au bon moment Pierre Laval et de le remplacer par un homme à lui qui ne serait autre que le prudent Piétri, réactionnaire en coquetterie avec Franco et les trusts internationaux. Piétri s’adjoindrait des personnalités politiques comme MM. Bérard, Frossard, Georges Bonnet.

Le Maréchal se croit indispensable ; il pense que les Anglo-Saxons ne peuvent se passer de son concours. Il déchantera. Ni Laval, ni Piétri ! Ni eux, ni Pétain !

La France républicaine se donnera comme chefs des républicains. Des républicains honnêtes, purs ; Des républicains restés fidèles et qui auront souffert. Les autres, ils n’auront que des comptes à rendre… avec leur tablier.


Le Populaire septembre 1943 page 4

“Les causes militaires de notre défaite ” par le Colonel ALERME

Nous publions aujourd’hui la conclusion du livre du Colonel Alerme. Nos camarades auront intérêt à classer ces documents afin de réfuter la mauvaise foi de ceux qui prétendaient que le Front Populaire et… les congés payés étaient les responsables de la défaite militaire.

Ignorance crasse « Quoi qu’il en soit, il apparaît que l’Etat-Major français n’a pas su prévoir que les allemands feraient l’impossible pour éviter une guerre comme la précédente  une guerre d’usure, dont ils savaient mieux que personne les dangers, puisque c’est à la nature de cette guerre qu’ils attribuaient en définitive leur défaite. Ou, s’il a prévu qu’ils voudraient en finir tout de suite par une grande bataille, il a cru habile et prudent de s’organiser pour faire traîner les choses en longueur. L’idée que le temps travaillerait pour lui, idée plus civile que militaire, l’a conduit à une préparation de nos forces en vue d’une guerre meurtrière et longue, alors que la raison commandait de s’outiller pour être en mesure de jouer le même jeu que l’adversaire, et de prendre le pas sur lui.

Aussi bien avait-il à peine entrevu le rôle essentiel que l’aviation serait appelée à jouer au combat. Le fait qu’il ait laissé le ministère de l’Air divaguer au gré des influences les plus diverses et qu’il n’ait pas exigé que ce ministère fut étroitement soumis à son contrôle, tout au moins en ce qui concerne la préparation à la guerre, prouve assez qu’il ne regardait pas la question sous son vrai jour. Il semble qu’il se soit borné à élargir et à préciser les règles d’emploi qu’on avait fixées pour cette armée au cours de l’année 1918, sans entrer en contact étroit avec les chefs de nos forces aériennes. Là encore, il ne pouvait se dégager du passé. Les quarante années « d’expérience » de ses plus éminents représentants pesaient trop lourdement sur leurs épaules. 

Quant aux chars d’assaut s’il les intéressants pour les opérations de rupture, il était loin d’imaginer l’apparition sur les derrières des années de ces puissantes divisions cuirassées qui devaient, par leurs manœuvres foudroyantes, annihiler en quelques heures toutes nos possibilités de vaincre au cours de la bataille de France.

Dans les bureaux du palais des Invalides, on s’était laissé entraîner à une distinction subtile et fausse entre la guerre offensive et la guerre défensive. Tout se passait comme si on avait renoncé à croire qu’il n’y a pour les militaires qu’une manière de faire la guerre : celle qui conduit par les moyens les plus rapides à la destruction totale des forces armées de l’adversaire.  Peut-être même n’attacherait-on plus aux enseignements napoléoniens qu’un simple intérêt historique ». (Pages 115, 116, 117). 

Cécité sans remède

Si paradoxal que cela paraisse, la construction de la ligne Maginot n’a fait qu’aggraver le cas de notre haut commandement. A ses yeux, cette position fortifiée signifiait la consécration de la doctrine de l’inviolabilité des fronts et, par suite, de la guerre d’usure ». (Page 119).

Sachant que la politique anglaise chercherait, en cas de conflit, à l’obliger de combattre sur deux fronts opposés, il (le Grand Etat-Major Allemand) s’est couvert à l’ouest par cette ligne, de manière à pouvoir garder une entière liberté d’action à l’est. Encore faut-il remarquer que, logique avec lui-même, il a poussé la ligne Siegfried de la Suisse à la Mer du Nord, alors que chez nous, où pourtant l’on avait en vue que la défense du territoire national, faute d’obtenir du Parlement l’effort financier nécessaire pour pousser les choses au delà (N.D.L.R. — C’est d’ailleurs inexact, les crédits avaient été obtenu, c’est Pétain qui, au Conseil Supérieur, s’y est opposé), l’Etat-Major avait arrêté la ligne Maginot aux abords de Mont- médy, laissant ainsi à peu près découverte notre frontière de Belgique ». (Pages 120, 121).

La grande bataille de France n’a été que l’éclatante et douloureuse démonstration de ses erreurs. On ne peut même pas lui reprocher de n’avoir pas su la conduire. La façon dont il avait conçu et organisé notre armée l’a mis à priori dans l’impossibilité de diriger cette bataille, comme elle a mis nos soldats dans l’impossibilité de combattre efficacement. Dès les premiers jours, les irruptions de l’ennemi dans nos arrières ont brisé toutes les commandes. Nos chefs ont pâti d’une espèce de cécité sans remède ». (Pages 121, 122).

On peut donc dire — et c’est par là que nous confluerons — que, quelques que soient les responsabilités certainement plus graves encore du gouvernement, notre haut commandement ne saurait sortir entièrement à son honneur de ce dilemme qui l’accuse : ou il connaissait la puissance de l’armée allemande et il est inexcusable de ne pas avoir exigé des Pouvoirs Publics, quitte à provoquer un éclat, une armée française capable de lui résister : ou il ne soupçonnait pas cette puissance, et il est impardonnable de l’avoir ignorée ». (Pages 122, 123).


 Les neutres vont vers la victoire.

On apprend que :

  • Pour la première fois depuis trois ans, l’ESPAGNE a repris la présentation, dans les cinémas, des actualités anglaises.
  • La SUÈDE interdit aux troupes allemandes le transit par son territoire, transit accordé après la défaite française.

Les asservis se révoltent

  • Les troubles les plus graves ont éclaté en NORVÈGE où de nombreux policiers sont arrêtés et déportés tandis que les anciens officiers sont recherchés par la Gestapo et que l’état de siège est proclamé.
  • De nombreux actes de sabotage, notamment contre les voies ferrées, ont lieu au DANEMARK.
  • En YOUGOSLAVIE, les guérillas ont pris l’allure de batailles régulières.
  • En GRÈCE, une grève générale a eu lieu à Salonique.
  • En BELGIQUE, les attentats contre les Allemands et les Kollaborateurs se multiplient.

Les « alliés » se sauvent…

  • Après l’ITALIE, à bout de souffle, la FINLANDE tente à son tour de tirer son épingle du jeu. Elle a supprimé ses émissions radiophoniques de propagande à l’usage de l’étranger et renouvelle son attachement à l’amitié américaine. Comme en Italie, le peuple réclame la paix.
  • La HONGRIE ne veut plus envoyer de troupe sur le front oriental.
  • La ROUMANIE ne sait comment se tirer du guêpier dans lequel des chefs traîtres l’ont fourrée. Elle demande à la Turquie de servir de médiatrice entre les Alliés et elle.
  • Le mécontentement à l’égard de l’Axe (ou plutôt de ce qui en reste règne eu BULGARIE.)

Bref, l’édifice hitlérien craque de partout. Bientôt, nous assisterons à l’assaut final.

Archives, vidéos, parcours de militants