Video – de 68 à 2008

1963-2003 par Histoire-sociale

Ce 10ème épisode aborde la période de mai 1968 jusqu’aux années 2000

Jean-René Chauvin, qui habite, avec sa compagne Jenny Plocki  dans le 5ème arrondissement, rejoint en 1963 le PSU (tendance « SR Socialiste Révolutionnaire »). Il participe dès le début des années 60 à tous les mouvements de soutien aux comités Amérique Latine (notamment le mouvement de soutien à Hugo Blanco). Jenny insiste dans ce film sur l’aspect précurseur –  de ces comités –  de l’esprit de mai 68. Jean-René participera ensuite à toutes les manifestations de mai 1968 et se rapprochera de la Ligue communiste. Après l’interdictions des organisations d’extrême-gauche , bien qu’il soit beaucoup plus proche de la Ligue communiste que de Lutte Ouvrière, Jenny Plocki rappelle que Jean-René Chauvin servit (par solidarité politique) quelques années de « boîte aux lettres » à l’organisation issue de L’Union Communiste-Voix Ouvrière : Lutte Ouvrière.

Après 1969, année où Jean-René Chauvin quitte le PSU pour rejoindre la Ligue Communiste. Même s’il a choisi de militer dans cette organisation, Jean-René est assez critique vis à vis de la ligne politique suivie par la LCR, comme il le témoigne dans ce film, et comme le font apparaître ses archives. Jean-René quitte la LCR en 1984, à plus de 65 ans, les divergences se faisant trop nombreuses. Il reviendra à la LCR près de quinze ans plus tard, à 84 ans (un an après l’entretien de cette vidéo).  Avant que celle-ci ne se transforme en NPA.

La vidéo s’achève avec les derniers engagements de Jean-René, l’organisation de délégations pour la participation à des conférences rassemblant des anciens du goulag et des camps (Jean-René prendra à cette occasion la parole dans la célèbre « salle des colonnes » à Moscou, où se déroulèrent les procès de 1936-1937). Et enfin,  l’Association Sarajevo, lors de la guerre en Bosnie, que Jean-René Chauvin  a été parmi les tout premiers à rejoindre, à l’été 1992. Son activité y a été intense, notamment en tant que rédacteur en chef du bulletin de l’Association, la « Lettre de Sarajevo ». Jean-René, même lors de sa période non organisée à la LCR, poursuivait une activité militante, notamment la rédaction du journal « Samizdat » qu’il diffusait à son réseau (plusieurs centaines de personnes).

Jean-René est mort le 11 février 2011, les deux dernières années de sa vie ne furent plus vraiment sa vie, puisqu’il perdit la mémoire en 2009.

Ce film s’inscrit dans une série de 10 videos retraçant le parcours de Jean-René Chauvin, et par là-même, le contexte politique et social dans lequel il a évolué. Vidéo produite par le Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle (Unité mixte de recherche, CNRS / Université Paris1). Nous remercions Catherine de Grissac pour son autorisation d’utilisation d’extraits de son film « Jean-René Chauvin, trotskiste indépendant » (2010, Plan Large Production), toutes les images où Jean-René Chauvin témoigne sont tirées de ce film.

Manif 22.03.1973 Chauvin 1er plan, photographié
Manif 22.03.1973 Chauvin 1er plan, photographié

 

 

 

 

 

 

26 mars 1970
Coupure presse du 26 mars 1970 sur les « gauchistes », lettre de Chauvin

L’AGITATION EXTRÉMISTE

CORRESPONDANCE

A-t-on le droit d’acheter un journal gauchiste ?

Nous avons reçu la lettre sui­vante de M. Jean-René Chauvin :

Il ne se passe pas de semaine que la police n’arrête sous divers prétextes de jeunes vendeurs de la presse « gauchiste ». Le Monde a déjà attiré l’attention de ses lecteurs sur ce qui est devenu désormais une pratique courante, au point même que la presse et l’opinion s’y sont habituées sans réagir. Cette somnolence permet aujourd’hui au gouvernement, semble-t-il de passer à une autre étape de sa politique d’asphyxie des groupes révolutionnaires : il fait arrêter… les acheteurs !

J’en ai fait personnellement l’expérience l’autre dimanche, au coin de la rue Saint-André-des- Arts et du carrefour Buci. Au moment même où j’achetais Infor­mations ouvrières et Jeune Révolutionnaire — pour des raisons essentiellement professionnelles, puisque je participe à la confection de la « Revue des hebdomadaires  que publie chaque semaine Liaisons sociales (1), — deux inspecteurs en civil se sont rapidement approchés de la jeune vendeuse et de moi-même pour nous réciter l’injonction bien connue: « Circulez ou l’on vous embarque.» C’était déjà une intervention abusive, mais elle l’était doublement du fait que nous ne nous trouvions pas a un endroit visé par un arrêté préfectoral (sur lesquels, d’ailleurs, il y aurait beaucoup à dire). Des vendeurs de l’Humanité-Diman­che, fort avertis et respectueux de la réglementation, se trouvaient d’ailleurs juste derrière nous. Comme je protestais contre cette entrave manifeste à la liberté de la presse, les deux inspecteurs en mal de gauchistes donnèrent l’ordre aux gardiens, très nombreux dans les environs — chaque dimanche, il stationne un ou deux cars de police aux abords du carrefour Buci. — de m’appréhender  Avant d’avoir eu le temps de recevoir ma monnaie, j’étais gratifié de tous les avantages en nature : coups de pied, torsion des poignets et retournement des doigts. Certains héros de cette brillante capture y mettaient tant de zèle qu’un officier de police dut à plusieurs reprises leur intimer l’ordre de cesser cette cérémonie  Une ou deux minutes plus tard, j’étais rejoint dans le panier à salade par deux jeunes filles et deux jeunes gens, qui bénéficièrent des mêmes attentions.

Conduits au commissariat du sixième, il nous fut délivré deux amendes à chacun pour « refus de circuler » et « vente de journaux sur voie publique en point statique et en groupe, gênant la circulation ». Tous ces motifs sont faux. Il n’y a pas de circulation, le dimanche matin, à cet endroit. Et, en second lieu, comment faut-il acheter un journal ? A la sauvette, probablement ? Du moins en ce qui concerne la presse gauchiste. On peut alors se demander si des militants trotskystes, maoïstes ou anar­chistes sont des citoyens à part entière.

Ne faisant pas partie de la « majorité silencieuse » et complice, je porte plainte ; non que je me fasse des illusions sur le courage des magistrats, mais pour porter plus haut mon accusation.

[1] Organe quotidien de documentation sociale et économique.

L’AGITATION APRÈS L’ARRESTATION DE M. LE DANTEC

Diverses organisations veulent faire bloc contre la «répression»

Les dirigeants de plusieurs mouvements « gauchistes » et d’extrême gauche ont eu l’occasion, mardi, de confronter leurs analyses à la faveur d’un débat organisé par le Cercle français de la presse. La cassure qui était apparue entre les courants socialistes et trotskystes. d’une part, et les courants maoïstes et spontanéistes, d’autre part, a été masquée par l’affirmation d’une solidarité sans faille face à la « répression » et à l’égard de M. Le Dantec, directeur du journal la Cause du peuple, organe de la gauche prolétarienne (maoïste), qui a été arrêté. C’est ainsi que M. Alain Krivine, membre du bureau politique de la Ligue communiste (trotskyste), a clairement précisé qu’il « refusait de laisser la police opérer une dissociation entre les groupes révolutionnaires ». La présence dans une même salle des dirigeants d’organisations qui ne se sont pas ménagées ces derniers temps traduisait le désir de tous d’instituer une trêve.

Les représentants de la Ligue communiste et de Lutte ouvrière (trotskistes) ont d’ailleurs saisi l’occasion pour donner à entendre que les discussions en vue d’une unification de leurs deux organisations progressaient.

M. Krivine, au nom de la Ligue communiste, a plaidé en faveur d’une alliance de toutes les forces d’extrême gauche sur la base 

d’une déclaration commune précisant que « toute attaque contre un quelconque militant révolutionnaire est une attaque contre le mouvement ouvrier dans son ensemble». Cette unité se limiterait donc à des actions communes contre la répression, les analyses des trotskystes et des maoïstes continuant de s’opposer nettement sur plusieurs points, en particulier en ce qui concerne l’attitude vis-à-vis des syndicats. Les trots­kystes estiment que l’« entrisme » au sein des organisations syndicales est le seul moyen pour eux de s’implanter dans les entreprises. Ils considèrent que le syndicat est la seule structure capable de protéger les travailleurs contre la répression.

Les maoïstes, au contraire, dénoncent l’esprit syndical comme un frein à la prise de conscience révolutionnaire des masses. M. Serge July, représentant de la Gauche prolétarienne, devait illustrer cette analyse en affirmant qu ‘une journée d’action, même illégale, des routiers avait plus fait progresser leurs revendications que dix ans de lutte syndicale.

L’autre désaccord fondamental entre l’analyse des maoïstes et celle des trotskystes et du P.S.U. concerne l’évolution actuelle des luttes révolutionnaires. Les maoïstes jugent la situation « excellente », car de plus en plus le peuple se livre à des actions de partisans (barrages de routes, occupations d’usine s…). Pour M. Heurgon, ancien membre du bureau national du P.S.U. et animateur des cahiers Que faire ? publiés par le Centre d’études et d’initiative révolutionnaire, comme pour M. Krivine. il faut, au contraire, relancer l’avant-garde révolutionnaire qui est actuellement bloquée.

M. Maurice Joyeux, animateur de la Fédération Anarchiste   <coupure de presse…>

Au Théâtre de l’Épée-de-Bois

UN COMMANDO D’EXTRÊME DROITE INTERROMPT LA REPRÉSENTATION D’«EVA PERON» DE COPI <coupure de presse…>


Conférence Déportation Goulag
1992, JR Chauvin intervient dans la célèbre salle des Colonnes sur le Goulag

Cette photo a été prise lors d’une conférence sur le Goulag qui avait lieu à Moscou en 1992 à laquelle appelait l’association « Le Retour / Vozvrachtchénié » (composée d’anciens du Goulag), et à laquelle avaient participé une délégation française organisée par JR Chauvin composée d’ancien-nes déporté-es comme Germaine Tillion, Anise Postel-Vinay, Emile Copfermann, Odette et Marcel Baufrère, Henri et Eliane Berthome, JR Chauvin, Pierre Pradales.        Hélène Chatelain (actrice de La Jetée, de Chris Marker) et Jenny Plocki accompagnaient aussi la délégation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants