Des années 68 et aux années 2000


(10) Les années 68… et les suivantes, dedans… par Histoire-sociale
1963-2003 par Histoire-sociale
Ce 10ème épisode aborde la période de mai 1968 jusqu »aux années 2000

Jean-René Chauvin, qui habite, avec sa compagne Jenny Plocki  dans le 5ème arrondissement, rejoint en 1963 le PSU (tendance « SR »). Il participe dès le début des années 60 à tous les mouvements de soutien aux comités Amérique Latine (notamment le mouvement de soutien à Hugo Blanco). Jenny insiste dans ce film sur l’aspect précurseur –  de ces comités –  de l’esprit de mai 68.

Jean-René participera ensuite à toutes les manifestations de mai 1968 et se rapprochera de la Ligue communiste.

Après l’interdictions des organisations d’extrême-gauche , bien qu’il soit beaucoup plus proche de la Ligue communiste que de Lutte Ouvrière, Jenny Plocki rappelle que Jean-René Chauvin servit (par solidarité politique) quelques années de « boîte aux lettres » à l’organisation issue de L’Union Communiste-Voix Ouvrière : Lutte Ouvrière.

NB :  L’Union Communiste-Voix Ouvrière fut dissoute par le gouvernement, avec l’ensemble des organisations d’extrême gauche le 12 juin 1968. Le groupe était surtout connu par son journal Voix Ouvrière et ses quelques 60 bulletins d’entreprise régulièrement distribués aux portes des usines. Comme l’indique le dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, « après la dissolution de l’UC et l’interdiction de son journal, Barcia et ses camarade lancèrent un nouvel hebdomadaire, bien plus étoffé que VO, dès les premiers jours de juillet 1968. Ainsi naquit Lutte Ouvrière journal se présentant comme indépendant, sans liens avec une quelconque organisation politique « pour que Mai 68 féconde et régénère le mouvement ouvrier ». LO fut la première publication d’extrême gauche à reparaître légalement, quinze jours seulement après la dissolution de la plupart des groupes d’extrême-gauche de l’époque. Il apparut bien vite que Lutte Ouvrière était une organisation. Le groupe de Robert Barcia, comme les autres groupes révolutionnaires, vit affluer vers lui nombre de jeunes travailleurs, lycéens et étudiants gagnés par la vague de mai-juin 1968. Lutte Ouvrière se dota d’une direction nationale (comité central et comité exécutif). Pensant que la création d’un parti révolutionnaire était à l’ordre du jour, Barcia entreprit une série de contacts avec les différentes organisations trotskystes, maoïstes et anarchistes de l’époque pour leur proposer de regrouper leurs forces, malgré les divergences, dans un cadre organisationnel commun. Ses efforts furent vains, les autres groupes déclinèrent son offre.(…) Lutte Ouvrière connut dès lors un certain développement ».

Après 1969, année où Jean-René Chauvin quitte le PSU pour rejoindre la Ligue Communiste, Jean-René porte une vue assez critique vis à vis de la ligne politique suivie par la LCR, comme il le témoigne dans ce film, et comme le font apparaître ses archives. Jean-René quitte la LCR en 1984, à plus de 65 ans, les divergences se faisant trop nombreuses. Il reviendra à la LCR près de quinze ans plus tard, à 84 ans (un an après l’entretien de cette vidéo).  Avant que celle-ci ne se transforme en NPA.

La vidéo s’achève avec les derniers engagements de Jean-René, l’organisation de délégations pour la participation à des conférences rassemblant des anciens du goulag et des camps (Jean-René prendra à cette occasion la parole dans la célèbre « salle des colonnes » à Moscou, où se déroulèrent les procès de 1936-1937).

Et enfin,  l’Association Sarajevo, lors de la guerre en Bosnie, que Jean-René Chauvin  a été parmi les tout premiers à rejoindre, à l’été 1992. Son activité y a été intense, notamment en tant que rédacteur en chef du bulletin de l’Association, la « Lettre de Sarajevo ».

Jean-René, même lors de sa période non organisée à la LCR, poursuivait une activité militante, notamment la rédaction du journal « Samizdat » qu’il diffusait à son réseau (plusieurs centaines de personnes).

Jean-René est mort le 11 février 2011, les deux dernières années de sa vie ne furent plus vraiment sa vie, puisqu’il perdit la mémoire en 2009.

Ce film s’inscrit dans une série de 10 videos retraçant le parcours de Jean-René Chauvin, et par là-même, le contexte politique et social dans lequel il a évolué. Vidéo produite par le Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle (Unité mixte de recherche, CNRS / Université Paris1).

©chsProd-témoignages2-3
Jaquette DVD (3) Archives audiovisuelles du CHS – Jean-René Chauvin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants