de 1945 à 1954

 Trois videos

1948-1949 le RDR, avec Jean-Paul Sartre


Ce 8ème épisode suit le parcours de Jean-René Chauvin au RDR (Rassemblement Démocratique Révolutionnaire) et sa rencontre avec Jean-Paul Sartre.
Jean-René s’engage au RDR du côté de Jean-Paul Sartre, face à l’autre courant du RDR, mené par David Rousset, notamment.
Outre les souvenirs de Jean-René Chauvin, extraits du film de Catherine de Grissac « Jean-René Chauvin, Trotskiste indépendant » (2006, Plan Large Production, avec nos remerciements pour l’autorisation de l’utilisation de cet extrait), l’histoire du RDR est commentée par des historiens et témoins, notamment :

– Ian Bichall (auteur en 2011 d’un livre sur les rapports entre Jean-Paul Sartre et l’extrême Gauche)
Il est possible d’écouter l’intégralité de l’intervention de Ian Birchall au séminaire « Marx et la pensée moderne » sur les archives du  Centre d’Histoire des Systèmes de Pensée Moderne .

– Jean-Jacques Marie, Historien du Trotskisme et de l’URSS
Son intervention, dans cette vidéo, est tirée de la journée d’étude au centre d’Histoire Sociale, le 16 juin 2012, portant sur les archives de Jean-René Chauvin et Jean Zyromski .

Bastien Amiel (Doctorant, auteur d’un Mémoire M2 sur le RDR)

Témoignage de jenny Plocki, la compagne de Jean-René, membre du PCI de 1945 à 1948.


1945-1948 : Au temps du PCI et des grandes grèves


(7) 1945-1948 Au temps des grandes grèves par Histoire-sociale

Ce 7ème épisode suit le parcours du trotskiste Jean-René Chauvin, de retour des camps de concentration. Militant du Parti Communiste Internationaliste, Jean-René s’implique intensément dans cette organisation durant cette période.
Témoignage de jenny Plocki, sa compagne, membre du PCI de 1945 à 1948, au sujet des débats qui animaient le PCI (la nature de l’URSS, la défense inconditionnelle de l’URSS…).

Extrait du film de Catherine de Grissac « Jean-René Chauvin, Trotskiste indépendant » (2006, Plan Large Production, avec nos remerciements pour l’autorisation de l’utilisation de cet extrait) au sujet de la rencontre Jean-René Chauvin /Jenny Plocki

Description du PCI, présenté par les journaux à gros tirage comme le parti à l’origine des grandes grèves de 1947…

Intervention de l’historien Jean-Jacques Marie au sujet des raisons de la scission du PCI en 1948 qui a amené ceux qui sont partis (David Rousset, Albert Demazière, Jean-René Chauvin…) à participer à la création du RDR (Rassemblement Démocratique Révolutionnaire) aux côtés de Jean-Paul Sartre et Georges Altman.


 1945-1962    Brigades Yougoslaves (titisme) et luttes indépendantistes

Ce 9ème épisode retrace la période durant laquelle de nombreux trotskistes, parmi eux, Jean-René Chauvin, se sont impliqués pour la Yougoslavie titiste, en participant notamment à des brigades de jeunes qui contribuait à des chantiers de construction en Yougoslavie. Jean-René Chauvin, qui avait été déporté en Slovénie (camp du Loibl Pass) était par ailleurs attaché aux Yougoslaves. Le soutien de la population aux déportés, durant la guerre, avait en effet compté dans sa survie.

Il est aussi question, dans cette vidéo, de la façon dont le soutien aux mouvements indépendantistes (Indochinois, puis algériens) a été mené par des militants comme  Jean-René Chauvin et Jenny Plocki.

Nous remercions Catherine de Grissac pour l’autorisation d’utilisation d’extraits de son film « Jean-René Chauvin, Trotskiste indépendant » (2001, Plan Large Production) dans ces vidéos, diffusées en ligne, qui s’inscrivent dans une série de 10 videos retraçant le parcours de Jean-René Chauvin, et par là-même, le contexte politique et social dans lequel il a évolué.

Vidéos produites par le Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle (Unité mixte de recherche, CNRS / Université Paris1) 


 Document

Albert DemazièreLettre d’Albert Demazière, ami de Jean-René Chauvin, dirigeant du PCI dans l’immédiate après-guerre. Cette lettre d’août 2002 a été écrite lors de la diffusion sur France Culture de l’émission « Fragments d’un discours révolutionnaire » . Albert Demazière en avait donné une copie à Jean-rené Chauvin. Tous deux ayant été invité à témoigner dans cette émission qui couvrait toute l’histoire des trotskismes français…

31 août 2002

Albert Demazière à Jean Birnbaum

Cher Monsieur,

Je peux enfin, après deux correspondances manuscrites, m’exprimer Lettre Demazière Birmbaum août 2002 page 1dactylographiquement. Je viens d’écouter la dernière émission de vos  » Fragments d’un discours révolutionnaire. A l’écoute des trotskistes français. »

Les trois premiers jours m’ont échappé ( 29, 30, 31 juillet) parce que, bien que faisant partie du lot considérable des trotskistes anciens et actuels que vous avez questionnés, je n’avais pas été informé des dates du départ et de la durée d’une série d’émissions dont la nature honore France-Culture et vous-même. Une initiative audacieuse, très utile aux esprits honnêtes goûtant la politique mais aussi aux historiens. Je souhaite qu’elle ait été                                                         suivie par un auditoire nombreux. Pour ma part, j’ai pris force notes en écoutant les 22 ( 25 moins 3 ) séances matinales… que j’ai beaucoup appréciées.

Ma lettre figurera dans le très abondant, courrrier que va susciter votre entreprise sans précédent où les jugements et souvenirs que vous demandiez, même critiquées par l’auditeur, séduisent par leur authenticité.

Hardies et riches, je relève pourtant de regrettables omissions dans ces 25 heures consacrées au trotskisme français. Des omissions que les  » vieux » dont je suis auraient pu aisément combler.

Un demi-siècle avant Arlette, Besancenot et Gluckstein, des trotskistes, au nom d’un parti unique, le PCI, briguaient les voix des électeurs. Ce fut le cas aux législatives de 1946 (toutes précisions dans La Vérité de l’époque).

Yvan Craipeau, candidat à Taverny, et moi-même, candidat dans une circonscription parisienne qui incluait le I4ème arrondissement où j’habitais, nous récoltâmes chacun des milliers de voix,à notre grand étonnement .

Lettre Demazière histoire trotskisme août 2002 page 2J’avais enregistré, aux frais du gouvernement et comme tout candidat de parti, un disque développant notre programme qui fut diffusé sur les ondes nationales.Vous retrouveriez certainement ce petit 78 tours dans vos archives. C’était là un moment du trotskisme français et il n’en est pas dit un mot, à ma connaissance, dans ces fragments d’un discours révolutionnaire.

La sale guerre impérialiste d’Indochine nous valut, comme il se devait, par nos meetings et nos articles dans la Vérité une comparution – j’en étais- devant un tribunal correctionnel parisien. ( Comme toujours, précisions dans la collection de notre hebdomadaire.)

Les années 1946 et 1947 sont d’une intense activité théorique pour le P C I.

Quelle est la nature de l’Etat dit soviétique ? Toujours un Etat ouvrier dégénéré ? Un méchant modèle de capitalisme d’Etat ? Une dictature purement partisane de privilégiés ? A ces propos, les bulletins intérieurs du Parti au contenu copieux foisonnent.

Vient notre 3e Congrès. La tendance représentée par Craipeau, Parisot, Demazière obtient la majorité , donc va diriger le Parti. Nous abordons une période de stabilisation du capitalisme : les USA sont déjà une super-puissance économique qui s’est donné le lustre, grâce qu plan Marshall, de venir au secours d’une Europe exsangue. Nous allons devoir mettre l’accent sur les luttes dans les’entreprises, l’activité syndicale, l’aide aux pays opprimés par l’impérialisme, la dénonciation adroite des trahisons staliniennes .

Un an plus tard, au 4e Congrès, cette tendance perd sa majorité au profit des opposants Frank, Lambert, Bleibtreu : pour ces nouveaux dirigeants, la révolution prolétarienne est toujours assez proche pour que le Parti qui la représente conserve un programme d’anticipation agressif dans ses formules.

Lettre Demazière Histoire du Trostkysme page 3II ne me semble pas que ces questions pourtant liées étroitement au combat du trotskisme, aient été évoquées dans nos matinées.

Autre problème, dont l’importance est flagrante de nos jours. Depuis plusieurs décennies le trotskisme organisé, en France, est triple.

Février 1944 : dans un logement de la banlieue parisienne appartenant à un sympathisant, quelques résistants sont réunis clandestinement . Je n’ai pas sous les yeux les documents ultérieurs qui me permettraient de vous répondre tout de suite à la question : combien sont-ils ? Dans mon souvenir, pas plus d’une demi-douzaine. Les uns appartiennent au CCI (Comité Communiste Internationaliste) , les autres au POI (Parti Ouvrier Internationaliste, seul reconnu par Léon Trotski, avant la guerre, comme section française de la Quatrième Internationale).

Yvan Craipeau dirige la représentation du POI et je l’accompagne. Une discussion se conclut par la fusion qui voit naître le P.C.I. dont le journal restera la Vérité, précédemment organe du P.O.I., dont le premier numéro clandestin avait été diffusé au mois d’août 1940.

Dans les trois premières émissions que je n’ai pu écouter, Yvan Craipeau, encore en vie à l’époque de vos interviews, aurait-il parlé de cette fusion sous l’Occupation ? Lambert pouvait faire partie du groupe CCéiste. La question lui aurait-elle été posée ? Ces points d’histoire trotskiste ne sont-ils pas importants, au regard du passé et du présent ?

Lettre Demazière Histoire du Trostkysme page 4

Les militants que vous avez jugés interrogeables sont nombreux à mentionner, avant même 1968, leurs démêlés avec la police et les bagarres provoquées par l’hostilité des staliniens du P C F. Dans les années suivant la Libération,mon camarade et ami Marcel Baufrère (disparu en 1998), rescapé tuberculeux de Buchenwald et moi-même, condamné par les Sections spéciales de Vichy, étions des  » figures marquantes » pour les réunions publiques, quoique sans pouvoir oratoire particulier, que notre Parti utilisait en priorité. Place Jeanne d’Arc ou dans le XVe  arrondissement, nos discours ne manquaient pas d’être scandés par des injures, des coups de poing, des crachats .

Un jour , le responsable de notre cellule niçoise nous demande d’organiser dans sa ville une « grande réunion publique ». Mes origines méridionales me font désigner par le Bureau poli­tique pour y aller porter la bonne parole. Le local retenu est une grande salle des fêtes de quartier. Je me félicite, en arrivant, de la voir déjà pleine. Dans un angle,debout, trois membres de notre cellule bavardent, en compagnie d’un comédien qui m’était familier, Roger Blin , tournant alors dans un film aux studios niçois de la Victorine.

Roger Blin - Renoir - La vie est à nous
Roger Blin, en ouvrier sur le point de débrayer, dans « La vie est à nous » de Jean Renoir (1936)

(Il devait mettre en scène et jouer, à Paris, quelques années plus tard, la pièce de Becket,  » En attendant Godot »). Je me mêle un instant à la conversation, puis mes regards sont attirés par l’estrade où nous voyons cinq hommes s’installer, l’un d’eux, au milieu, semblant présider. Je monte à mon tour sur la scène pour leur signifier que leur place n’est pas là, et je suis assailli par deux gros bras,roué de coups et jeté à la rue, ensanglanté, dans le caniveau. Traîné au sol, j’avais pu voir que mes camarades niçois et Roger Blin étaient tenus en respect par un contingent de malabars . Le lendemain,je ne crois pas me tromper en affirmant que le commissaire de police du quartier ne voulut pas recevoir la plainte de Roger Blin. La toute- puissance des communistes, à l’époque, intimidait aussi la police . Ce rappel,où figure un comédien et metteur en scène fameux^ aurait intéressé^, particulièrement, parmi vos- auditeurs, certains confrères de Blin que l’on dit attirés par le trots­kisme .
Voilà. Vous n’auriez pas manqué de relever des fragments d’un discours révolutionnaire dans ce qui précède.

Lettre Demazière Histoire du Trostkysme page 5 Si, comme l’ont fait sans hésiter la plupart des militants qui se livraient à vous, j’avais mêlé l’intime au politique, je vous aurais confié qu’au mois de décembre 1944, le Bureau politique de mon Parti, inquiet d’être sans nouvelles, depuis quatre mois, de nos camarades du maquis Wodli, m’avait chargé d’aller enquêter dans la Haute-Loire. Deux jours avant mon départ, au cours d’un entraînement aux armes – nous jugions la révolution prolétarienne proche et nous en serions l’avant-garde- un jeune militant maladroit me révolvérisa de face à bout portant (la balle navigue toujours dans mon corps, peut-être en gage d’une certaine fidélité). C’est l’hôpital Laënnec qui m’accueillit et pas le Puy-en-Velay où partit à ma place ma compagne dite Florence depuis la clandestinité. Ses recherches souffrirent, là aussi, du poids des communistes et de la peur qu’ils inspiraient . Le rapport n’en figure pas moins dans les archives du P.C.I comme le « rapport Florence ».

Toujours en veine de confidences, ma deuxième inter­view aurait entretenu nos auditeurs du comportement courageux et désintéressé des avocats qui, en 1942, avaient défendu de­vant la Section spéciale de Vichy les jeunes  » terroristes » marseillais du P.O.I. Ces avocats allaient avoir, sous la IVème république, des responsabilités majeures et s’appelaient Monnerville, Defferre, Poinso-Chapuis.

Nos auditeurs m’auraient même entendu vous confier ce qui suit : dans les années 50, je suis un salarié des Editions du Seuil. Dans un tel environnement, l’idée me vient tout naturellement d’écrire mes mémoires de trotskiste. C’était bien avant que le même désir inspire Edwy Plenel, du  » Monde », avec plus de talent lui. A la fois nostalgique et sarcastique, j’intitulai mon manuscrit « Les Années cavalières ou la Retraite aux flambés ». Il ne fut jamais édité et j’en suis heureux, car il est sans valeur. Ces informations que vous venez de lire, d’un trotskisme uni , je vous les aurais données en quelques minutes.

En toute sympathie,

Albert Demazière (Bourg-la-Reine)      31 août 2002

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants