Assassinat de trotskystes dans un maquis communiste

  Les archives de Jean-René Chauvin contiennent de nombreux documents concernant l’affaire Pietro Tresso dit Blasco. Jean-René Chauvin avait déjà été expédié vers les camps de concentration lors de la disparition de Pietro Tresso et de 3 autres trotskistes.  Mais son ami Albert Demazière fut le témoin de cette affaire, où l’ancien fondateur du Parti Communiste Italien, Pietro Tresso (devenu trotskiste) fut assassiné par des communistes (maquis Wodli).  Jean-René a mené l’enquête, beaucoup plus tard, en 1996-1997, avec ses deux amis Albert Demazière et Paul Parisot.

Ls  documents concernant l’affaire Pietro Tresso sont consultables au CHS, Centre d’Histoire Sociale 9, rue Mahler 75004 Paris (archives Jean-René Chauvin). Les quelques articles scannés par OCR dans cette page sont destinés à donner quelques illustrations  de présentation textuelles de quelqcertaines étapes de l’affaire Pietro Tresso dit Blasco. En partant du témoin survivant, le trotskiste Albert Demazière.

CONDAMNATION d’ALBERT DEMAZIERE POUR « MENEES TROTSKISTES »

Condamnation pour menées Trotskistes

MJC  –  Mtere de l’Intérieur   –   Direction générale de la Police Nat.  Inspection Générale des services de Police Judiciaire.

Vichy, le 24 juin 1942,

L’Inspecteur général chargé des services de Police judiciaire

 Menées trotskistes                                                            (IVe Internationale)

A la suite de la découverte à Casablanca , dans le courant du mois de décembre 1941, d’une savonnette contenant un document qui renfermait les directives adressées aux militants de la IVe Internationale en France par le nommé VAN EIJNOORT, ancien secrétaire de Trotsky, installé à New-York, le service centrale de la Police judiciaire avait réussi à établir que le correspondant de VAN EIJNOORT se trouvait être un nommé DEMAZIERE Albert, chef de section  au service du ravitaillement de Marseille, qui se servait du nom de sa femme, née ALHAUD Marguerite pour recevoir et expédier son courrier.

L’enquête effectuée tant à Marseille qu’à Lyon a permis de mettre la main sur les militants qui tentaient , en liaison avec le Comité mondial trotskyste de New York, de reconstituer les groupements de la IVe Internationale sur notre territoire. Tous ces militants appartiennent au Parti Ouvrier Internationaliste ou « P.O.I. ».

Au cours de son interrogatoire, Demazière devait mettre en doute le nommé Karen STRENBERG, l’un des animateurs du C.A.S. (Comité américain de secours), 18 bd Garibaldi à Marseille, comme étant celui qui avait organisé les liaisons entre les trotskystes français et les comités directeurs installés en Amérique. C’est également par le canal de cette organisation que le nommé TRESSO Pietro, Italien, recevait les sommes en provenance d’Amérique et destinées à alimenter les caisses du Parti. Tresso se faisait adresser cet argent sous le nom d’emprunt de PIRROTI Julien, déguisement avalisé par la comptabilité même du C.A.S. Une perquisition effectuée dans les locaux de cet office a permis de retrouver une documentation à caractère nettement révolutionnaire, contenant entre autre des directives d’action « contre la dictature Pétain-Darlan ».

L’audition des inculpés a également permis de faire ressortir le rôle joué dans la reconstitution du parti par le nommé Louis Pichon, complice de STERNBERG, qui vient lui aussi d’émigrer en Amérique.

Une opération judiciaire d’envergure a amené, le 2 juin 1942, l’arrestation des militants de la zone libre chargés du regroupement des éléments trotskystes. Cette opération a eu pour théâtre la région marseillaise et celle de Lyon, Grenoble, Clermont-Ferrand et Toulouse.

A Marseille, 8 militants de premier plan ont été arrêtés et mis à la disposition de l’autorité militaire. Il s’agit de :

  • DEMAZIERE Albert, né le 19/12/1914 à Marseille, chef de section au service du ravitaillement,
  • REBOUL Jean, né le 20/09/1919 à Marseille, rédacteur au même service
  • PORTE Jean, né le 10/10/1916 à Toulouse, rédacteur au même service
  • DELMOTTE Pierre, né le 31/2/1919 à Dunkerque, étudiant
  • TRESSO Pietro, né le 3/1/1893 à l’adra (Italie)
  • DI PARRO Joseph, né le 13/11/18896 à Sienne (Italie)
  • USCLAT Marguerite, née VARESIO, le 13/1/1913 à la Ciotat, institutrice publique
  • STRATRIESKY Deborah, née SEID…, le 17/5/…...(illisible) maîtresse de TRESSO

Liste condamnés pour menées trotskystes par Vichy 1942-2

condamnés pour menées trotskystes par Vichy 1942-3

 

 Une proposition d’internement administratif a été faite, concernant plusieurs individus, dont la complicité est certaine dans la tentative de reconstruction du Parti Ouvrier Internationaliste.

 

Ce sont :

  •  ALPERT Boris, né le 19/4/1921
  • BEINSE, née AZENA Henriette le 12/8/1911 à Nevers
  • BEINSE Pierre, né le 14/7/1907 à Marseille, rédacteur au service du ravitaillement
  • CRUCHANDEAU François, né le 30/11/1903 à Marseille
  • DEMAZIERE, née ALHAUD Marguerite le 18/1/1913 à Marseille
  • LOZUILLET Maurice, né le 24/4/1915 à Marseille, employé au service du ravitaillement
  • LOZUILLET née PREISE olga le 30/10/1907 à Jaleslaica (Pologne) française par mariage
  • MODIGLIANI Joseph, né le 28/10/1872 à Livourne (Italie)

 A Lyon, des charges insuffisantes ont été relevées pour motiver l’inculpation de 6 militants trotskystes. Ce sont :

  • SADEK Abraham, né le 15/5/1916 à Varsovie (Pologne) ressortissant ex-polonais, épicier
  • BLOCH Gérard, né le 6/9/1920 à Paris XIVe étudiant
  •  CHAMPLAIN Alexis, né le 2/7/1889 à Lyon, représentant de commerce
  • ZAVARO Maurice, né le 6/6/915 à Paris IVe étudiant
  • AR.OS Lucienne, épouse BLOCH, née le 22/8/1912 à Grenoble, assistante sociale
  • SADEK Née FERUS Félicie le 5/5/1911 à Lyon, épicière

En même temps ont été arrêtés deux individus qui font l’objet d’un mandat du Tribunal de la Seine pour activité politique, en liaison également avec la IVe Internationale :

  •  PELZENSCHWALBE Charles, né le 14/5/1923 à Paris, employé de commerce
  • PELZENSCHWALBE Maurice, né le 23/5/1924 à Paris, frère du précédent

Six autres individus ont fait l’objet d’une proposition d’internement. Ce sont :

  • CHAMPIN Pierre, né le 2/5/1885 à Ste Colombe les Vienne (Rhône), représentant de commerce
  • COLLIARD Henri, né le 14/5/1905 à Lyon, avocat
  • PRIMET Gabriel, né le 21/1/1915 à Villeurbanne, cisailleur
  • KERSCHENMEYER Jean, né le 12/8191. à Paris, étudiant
  • FRADRIN Moris, né le 7/4/1913 à Viborg (Finlande) étudiant

           Un nombreux matériel à été découvert tant à Marseille qu’à Lyon, comprenant notamment des machines à écrire, des éléments de ronéo, de l’encre à duplicateur, du papier, des tracts (« l’Etincelle », « la Vérité” ) ainsi qu’une documentation importante qui indique bien que le parti ouvrier internationaliste était en voie de reconstitution en France, avec l’appui et l’aide financière des comités américains. Les publications clandestines et les documents saisis font ressortit la volonté don dirigeants du parti trotskyste « d’aider par tous les moyens la Russie soviétique dans sa lutte contre le fascisme international”.

Une perquisition effectuée à Toulouse au domicile du nommé ZAVARO, arrêté à Lyon, a permis de retrouver un important matériel ainsi qu’une documentation ayant trait à l’activité projetée de la IVe Internationale et rédigée en français, en allemand et en espagnol.


LA GRANDE EVASION PAR ALBERT DEMAZIERE                                                          Article parue dans  le Revue « HISTORAMA » No. 14 (hors série) d’Août 1971  (avec photo du fort Saint-Nicolas, à Marseille, où étaient incarcérés les résistants que devait juger le tribunal militaire dénommé Section Spéciale.)

La Grande Evasion par Albert Demazière 1La grande évasion par Abert Demazière 2

 

 

 

 

 

 

 

Un groupe de Résistants qui erre de geôle en geôle, de camp de représailles en camp de détention, se trouve interné à peu près définitivement à la prison du Puy-en-Velay. Un agent de la Résistance, introduit avec les meilleurs certificats de fidélité au régime de Vichy, dans les rangs des gardiens, organise et mène à bien l’évasion massive des politiques, en octobre 1943. C’est cette aventure qui fait date dans les annales de la Résistance française qu’évoque Albert Demazière. « qui y était ».

Deux, trois, quatre. Deux pas en largeur, trois en longueur, quatre détenus. Au sommet du mur donnant sur l’extérieur s’ouvre une lucarne solidement gril­lée. Au-delà, une cour, jusqu’alors no man’s land, maintenant occupée par quatre G.M.R. (1), le canon de leur F.M. pointant par l’ouverture de la tente où ils dorment et veillent la nuit à tour de rôle. Fermant cette cour et le proche horizon, le mur d’enceinte de la prison, haut de 5 mètres. Par­ dessus le mur, là-haut sur son piton de basalte dit rocher Corneille, dominant la ville. Notre-Dame-de-France, statue géante de 16 mètres, coulée avec le bronze des canons pris à Sébastopol en 1855. L’orientation de certaines cellules du quartier des politiques permet à quelques-uns d’entre nous (au moins ceux qui ont les châlits supérieurs) de voir la protectrice de la ville sainte. Nous l’appelons entre nous la « Vierge rouge » !

Depuis dix mois déjà, plusieurs dizaines de détenus politiques (j’ai la liste des noms sous les yeux, obtenue de l’administration de la prison après la Libération), venant pour la plupart du camp de Mauzac en Dordogne, qui n’était autre que la prison militaire parisienne du Cherche-Midi repliée en zone non occupée, végètent au Puy-en-Velay, dont les charmes touristiques incontestables ne sont pas perceptibles dans les cellules de la prison départementale. Notre convoi de bagnards enchaînés était arrivé là, par voie ferrée, le 18 décembre 1942, après un séjour d’un mois à Mauzac. Avant Mauzac, c’était la prison militaire de Lodève, dans l’Hérault, qui nous hébergeait.

Une prison sous de Lattre

Une prison bénie, celle-là. Militaire, évidemment  puisque des cours martiales, appelées Sections spéciales et formées de juges militaires, nous avaient condamnés aux travaux forcés, à perpétuité ou à temps. Jugés dans différentes villes, beaucoup d’entre nous, après leur condamnation, s’étaient retrouvés dans cette prison de Lodève, sous la férule relativement paternelle du général de Lattre de Tassigny qui commandait à Montpellier la 16e division militaire. Son chef d’état-major, un général de brigade, avait même recueilli nos doléances  sur place, en s’adressant séparément à chaque groupe politique, après que nous ayons refusé un certain repas dont les cardons étaient, de l’avis majoritaire, trop amers! Pour quelques camarades et moi- même qui venions d’une geôle beaucoup plus rude, quoique préventive — le fort Saint-Nicolas à Marseille — c’était presque la vie de château. Hélas! elle ne dura que deux mois. Après le débarquement allié en Afrique du Nord et l’entrée des Allemands en zone dite libre, c’est-à-dire sur le territoire du gouvernement de Vichy, l’armée d’armistice fut dissoute et… les prisons militaires n’eurent plus d’existence légale. A l’aube du 13 novembre, Lodève fut vidée sans préavis de ses occupants politiques dans le style vieux western : un gardien armé pénétra dans ma chambrée, s’éclairant d’un fanal dressé au-dessus de sa tête, et, nous réveillant d’un coup de sifflet strident  nous ordonna de nous habiller pour le départ. Nous nous retrouvâmes bientôt quelques-uns dans la nuit de la cour, éblouis par les torches électriques des gardiens et des G.M.R. qui cherchaient leurs hommes pour les empiler dans un camion dont nous apercevions par éclairs la masse inquiétante près de la grande porte de sortie. Quand nous fûmes une douzaine sur les bancs du camion bâché, tous bagnards à perpétuité, la peur nous saisit. Ce véhicule unique, frété pour les plus « dangereux » d’entre nous, où nous conduisait-il? 

Citation à comparaitre devant cours martiale - Demazière 1942
Citation à comparaître devant la section spéciale d’un tribunal militaire de l’Etat français, en septembre 1942. C’est une loi du 14 août 1941 qui avait créé ces cours martiales, présidées par un colonel. Article 8 de la loi : « les peines que prononcera la section spéciale sont l’emprisonnement… les travaux forcés à temps ou à perpétuité, la mort… »
La grande évasion par Abert Demazière 4
Photo : Le Puy-en-Velay et Notre-Dame-de-France sur le rocher Corneille. Cette statue géante de 16 mètres a été coulée avec le brome des canons pris à Sébastopol en 1855.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous n’avions pas cessé d’être remarquablement informés durant notre bref séjour à Lodève : visites, correspondance en code avec l’extérieur, complicité parfois chez les gardiens. Le débarquement allié nous avait été connu dès le 8 novembre, quelques heures après le début des opérations; nous avions appris le sabordage de la flotte française à Toulon ; nous savions que le général de Lattre de Tassigny, notre tendre geôlier, refusant la tutelle désormais totale des occupants, avait «pris le maquis». C’est pourquoi, roulant dans cette aube de novembre, enchaînés deux par deux dans l’obscurité silencieuse du camion, cahotés sur la route empierrée qui nous éloignait du paradis lodévien, nous nous demandions avec angoisse si’nous n’allions pas être livrés à des geôliers allemands ou même exécutés sur leur ordre, dans la première carrière venue. Nous nous rappelions Château- briant… Le temps et les kilomètres passant nous rassurèrent quelque peu. Nos gardiens armés et casqués restaient les mêmes, muets, certes, et attentifs, mais vêtus d’uniformes français. Au bout de deux ou trois heures, un premier arrêt avait curieusement dissipé nos inquiétudes en même temps qu’il nous permettait de soulager nos vessies torturées. On ne nous aurait pas emportés si loin pour nous exécuter, nous n’aurions pas bénéficié d’un arrêt si familier… C’est du moins ce que nous préférâmes croire, et nous remontâmes presque guillerets dans le camion, échangeant entre nous des plaisanteries auxquelles nos gardiens daignaient parfois sourire.

En fin d’après-midi, nous étions à Mauzac. Mais ce n’était encore, on l’a vu, qu’une étape, puisque ce camp militaire de regroupement devait être lui-même dissous après qu’on ait éparpillé dans diverses centrales tous ses « politiques », anciens et nouveaux « résidents ». Le mois de Mauzac fut particulièrement pénible. Cette fournée d’« éléments dangereux » dont je faisais partie fut enfermée dans des « mitards » individuels sans lumière, sans eau ni commodités; l’air même y était rare, et nous n’avions droit qu’à vingt minutes par jour de promenade extérieure. C’était le régime du cachot, avec cette pensée qui, à défaut d’autre occupation, nous taraudait de nouveau : qu’allait-on faire de nous?

La grande évasion par Abert Demazière 5

La grande évasion par Abert Demazière 6

 

 

 

Vaine démarche

L’idée me vint — pourquoi pas? d’une démarche auprès du commandant du camp. Profitant d’une absence du gardien, je communiquai le projet à mes compagnons en hurlant pour me faire entendre des derniers de la baraque (nos cellules « de campagne » étaient en bois). J’eus ainsi l’approbation du collectif communiste, à mon grand étonnement d’ailleurs, car ses membres ne me portaient pas dans leur cœur, et j’avais cru qu’ils s’opposeraient à cette initiative de ma part : nous étions, quelques camarades et moi-même, de ces individus odieux et intolérables qui n’avaient digéré, entre autres, ni les procès de Moscou, ni le pacte germano-russe, ni… mais tout cela est sans intérêt ici et maintenant. Ils montraient d’ailleurs, dans leur nouvelle attitude de patriotes intransigeants, un courage indéniable, qui, malheureusement, se déchaîna par la suite aussi bien contre les « Boches » que contre ceux qui leur résistaient… parmi les résistants. De plus, ils étaient le nombre, nous une poignée.

Quand la soupe nous fut servie, j’informai le gardien que je désirais voir le commandant. Avec beaucoup de gravité et quelque mystère, je prétendis qu’il ne m’était pas possible d’en dire plus sur le motif de ma requête. Le « quatre ficelles » vint. Je lui tins un petit discours qui voulait faire vibrer sa corde patriotique : comment un officier pourrait-il, en un pareil moment, les Allemands occupant tout le territoire français, prendre la terrible responsabilité de mettre en quelque sorte à leur disposition des détenus politiques qui étaient leurs ennemis? Certes, nous ne plaisions pas à Vichy qui nous avait condamnés, mais n’étions-nous pas des Français, et les autorités françaises ne devaient-elles pas préférer nous libérer plutôt que de nous laisser entre les mains de l’Allemagne hitlérienne qui venait de violer la convention d’armistice et de contraindre notre flotte au sabordage? Le commandant m’écouta presque complaisamment mais ne fut pas du tout convaincu. Notre régime de détention n’en fut même pas amélioré. Pour trois semaines encore, nous dûmes le subir. Entre-temps, nous avions appris par les communications habi¬tuelles dans les lieux de détention, que les autres détenus de Lodève avaient rejoint le camp.

Noël en Velay

Le 18 décembre 1942, une nouvelle aube de déplacement nous rassembla au milieu d’un peloton de gendarmes. En cortège patibulaire, nous allâmes prendre le train à la gare de Mauzac. A voir la tête de mes compagnons, je jugeais de ce que devait être la mienne, ce qui ne me ragaillardissait pas. Après une journée de voyage et plusieurs changements de train — quel spectacle. sur les quais de la gare ! — nous parvînmes au Puy-en-Velay. Une dernière étape du train à la prison et nous fûmes enfin rendus. C’était pour moi la quatrième geôle : que me réservait-elle?

Dix mois plus tard, en octobre 1943, le chiffre des politiques atteignait soixante- dix neuf (nous verrons tout à l’heure quel fut le quatre-vingtième « évadé »), parqués dans un quartier du pénitencier, les «droits commun » dans l’autre.

Nous sommes donc quatre par cellule « individuelle ». La sortie de vingt minutes chaque jour, dans trois courettes contiguës, une courette par contenu de cellule, nous permet d’échanger, par-dessus les murs, les informations qui nous arrivent de l’extérieur dans la correspondance toujours plus ou moins codée. Quelques journaux nous parviennent aussi, de la presse vichyssoise naturellement. L’un de nous s’est fait tabasser par la police de Vichy, venue tout exprès après la découverte, dans des coques de noix de son colis, d’un document politique de nature heureusement « théorique ». Il arrive pourtant que certains gardiens nous communiquent quelques informations cueillies à l’écoute de Londres. A tous les échelons, les représentants de l’ordre commencent à prendre certaines précautions, car plus personne maintenant ne croit à la victoire allemande, après Stalingrad, le débarquement des Alliés en Afrique du Nord puis en Italie, et la capitulation italienne de juillet 1943.

La lutte devient plus âpre

Seulement, l’attitude des occupants se durcit singulièrement dans cette phase décisive de la lutte, et avec eux les éléments les plus farouches parmi les collaborateurs. 

Le mythe Pétain s’étiole, la population française a pris dans son ensemble fait et cause pour Londres et Alger. En contrepoint, le double jeu tenté depuis longtemps par Vichy se dramatise, dénoncé vigoureusement par les fascistes français; Joseph Darnand, responsable du Maintien de l’ordre, a transformé le service d’ordre légionnaire (S.O.L.), relativement peu offensif  en une Milice considérablement plus brutale. Mais surtout, l’occupant, par sa Gestapo, agit maintenant à sa guise sur tout le territoire français. Les tâches ne lui manquent pas. La Résistance s’est développée  organisée, unifiée. L’institution du Service du travail obligatoire en Allemagne (S.T.O.) a créé une petite armée de «réfractaires » qui ont pris le maquis et se sont peu à peu armés. Le Velay boisé, frontière occidentale du Massif central, est précisément l’une de ces régions de maquis. Les Allemands peuvent-ils ignorer que plusieurs dizaines de résistants, qui n’ont pas trente ans en moyenne, sont tenus au chaud par le gouvernement de Vichy dans la prison du chef-lieu de la Haute-Loire, département particulièrement dévoué à Pétain, et encore plus riche en « légionnaires » qu’en maqui­sards? C’est bien improbable. Alors, peuvent ils accepter ce danger d’une évasion massive de « terroristes » qui s’en iraient renforcer et même encadrer les maquis environnants ? C’est encore moins probable, et certains d’entre nous se demandent avec angoisse quand les Allemands vont se décider à vider la prison (c’est la moins tragique des hypothèses) pour en évacuer les occupants sur l’Allemagne. Inutile d’ajouter que notre angoisse aurait été décuplée si nous avions su déjà à quoi nous en tenir sur les camps nazis… C’est le matin vers 7 heures, plus particulièrement, que cette inquiétude nous assaille, très exactement au moment où défile, chantant le Horst Wessel lied, sur la route qui passe devant la prison, une compagnie de jeunes recrues allemandes dont « Radio-prison » affirme qu’elles sont entraînées ici avant leur départ pour le front russe. Les voix sont belles, mais il vaut mieux ne pas le dire, en ces temps où tout ce qui est allemand est laid. Il est préférable de ne pas exciter des antagonismes prompts à s’emparer de tout faux prétexte. Quelques mois plus tôt. l’administration pénitentiaire avait demandé officiellement à tous les détenus s’ils se portaient candidats au travail en Allemagne ! Était ce un stratagème de Vichy pour se débarrasser de ses « politiques » sans les dénoncer ouvertement à la Gestapo? Était ce au contraire une tentative de fonctionnaires vichyssois repentis ou « attentistes » pour faire croire aux Allemands que la prison ne contenait que des droits-commun auxquels on pouvait valablement poser une telle question? Toujours est-il que la demande suscita un certain trouble dans l’esprit de quelques prisonniers qui s’imaginaient pouvoir être plus utiles à la Résistance dans une usine d’Allemagne ou d’un territoire occupé, que dans une cellule de prison. L’affaire n’eut d’ailleurs, on s’en doute, aucune suite.

 Les évadés de Pâques ou la répétition particulière

Six mois plus tôt, au mois de mars 1943, le quartier des « politiques » avait appris un matin qu’une douzaine d’entre eux, occupant trois cellules, s’étaient évadés dans la nuit. Il s’agissait de jeunes communistes. Radio-prison nous informa qu’un membre de la Résistance, venu de l’extérieur  avait pu pénétrer dans la prison endormie en franchissant les murs à l’aide d’échelles et en ouvrant les portes avec… des clefs fabriquées sur les empreintes de serrures préalablement relevées et transmises au-dehors. Les évadés passaient pour des « responsables », leur départ avait été fort bien organisé, aussi l’affaire fit-elle grand bruit. Un tel bruit que j’eus le triste privilège, le dimanche de Pâques 1943, de recevoir dans ma cellule, introduit par le directeur de la prison, un personnage qui se présenta comme le préfet de la Haute- Loire et me demanda, presque poliment, si je n’avais aucun commentaire à faire sur l’évasion de la nuit précédente; ajoutant, avec un sourire en coin, que les partants avaient manqué de délicatesse en laissant sur le carreau beaucoup de leurs compagnons de captivité. Ma mine ahurie devant une telle démarche, puis un « non » laconique  ne l’incitèrent pas à insister. Il posa la même question, pour la forme, à mes compagnons de cellule et s’en alla.

Cette évasion partielle, remarquablement organisée, avait eu malheureusement des suites fâcheuses. Tous les partants furent rattrapés dans d’énormes battues organisées par la gendarmerie et la police.

La Grande Evasion par Albert Demazière 7
Photo : Dans la nuit du 2 au 3 octobre 1943. 80 détenus politiques s’évadèrent de cette prison.

La grande évasion par Abert Demazière 8

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les jeunes communistes, quelques jours après leur évasion, réintégrèrent leurs cellules, et avec eux un certain nombre de maquisards pris au même filet. C’est ainsi que l’effectif des politiques à la prison du Puy- en-Velay était passé d’une cinquantaine à soixante-dix-neuf. De plus, le préfet (était-ce toujours le même ? De toute façon, il allait « sauter » peu après…) prit un certain nombre de mesures qui avaient pour but de rendre impensable toute nouvelle tentative d’évasion de style classique : dans les deux cours flanquant les bâtiments de la prison, deux postes de G.M.R. s’installèrent à demeure, F.M. en batterie, les hommes couchant la nuit sous la tente. Les plans d’évasion devaient être en conséquence revus en imaginant des méthodes plus audacieuses intéressant toute la collectivité politique. La présence des G.M.R. fortement armés sur place, un bataillon de la Wehrmacht dans la ville et des Francs- Gardes de la Milice un peu partout, cela exigeait une action vigoureuse et rusée tout à la fois.

Un plan très audacieux

La Résistance introduisit dans la prison comme gardien un jeune homme dont le passé politique, aux yeux des autorités, était irréprochable et dont l’activité résistante ne se révéla, même aux bénéficiaires, que tardivement. Nous fûmes pourtant informés, quelques jours avant l’opération finale, par un billet vaguement codé et jeté dans notre courette de promenade  qu’ « il allait se passer quelque chose ». Il y eut même un «sondage » que les occupants de ma cellule trouvèrent quelque peu imprudent.  Un après-midi, le téléphone mural, en morse, se mit en marche puis, beaucoup plus ouvertement, les détenus occupant les châlits supérieurs proches des ouvertures grillées se passèrent la consigne : un bâton, balancé au bout d’une corde, sautait de fenêtre en fenêtre; arrêté par chaque cellule, il n’était renvoyé à la cellule voisine qu’après que les occupants de la première y eussent attaché, au moyen d’une ficelle, une feuille sur laquelle figuraient les noms des détenus, l’âge de chacun d’eux, ses aptitudes militaires et le grade acquis éventuellement au cours du service. Tous renseignements nécessaires à la vie de maquis. Le procédé, je le répète, nous parut fort imprudent mais, apparemment, il n’alerta personne dans la chiourme.

 Cette journée du 1er octobre 1943 touche à sa fin, il est 9 heures. L’un de nous est debout devant la tinette de la cellule, les trois autres, étendus pour la nuit sur leurs couchettes, tentent d’oublier le bruit que fait l’urine en tombant sur le métal et qui évoque trop crûment la promiscuité de la servitude. Nous voici maintenant tous couchés, mains à la nuque, silencieux, cha­cun rêvassant pour soi. En dépit de nos efforts pour la chasser, la nourriture tient une grande place dans ces rêveries : le brouet de 5 h 30 est déjà bien loin et il n’a pas calmé la faim qui nous taraude en permanence. Nous avons pourtant, comme d’habitude, tassé longuement le contenu de notre gamelle rouillée et noirâtre, après avoir amalgamé le pain aux lentilles ou aux choux; le tout dégusté très lentement, une cuillerée après l’autre, pour faire durer le repas et « favoriser l’assimilation », comme le dit sentencieusement l’un de nous. Je me rappelle, moi, l’événement du jour : une hirondelle, égarée ou affolée, franchissant les barreaux de la fenêtre, s’est abattue dans l’après-midi sur le sol cimenté de notre cellule. Aucun de nous n’a osé parler de présage, mais je suis certain que nous y avons tous pensé. Un détenu est un détenu, la superstition fait partie de sa vie, et les « politiques » les plus matérialistes n’y échappent pas.

Maintenant, nous attendons la dernière ronde du soir : le judas qui s’ouvre, un œil de « gaffe » qui s’inscrit dans l’ouverture et compte les corps sur les paillasses empunaisées, le bruit du loquet repoussé. La ronde ne tarde-t-elle pas aujourd’hui? Mais voici que le judas s’ouvre enfin, sans que le pas du gardien l’ait lourdement précédé comme d’habitude. J’entends chuchoter les syllabes de mon nom. Qu’est-ce que cela veut dire ? Je me lève et vais à la porte, calmement mais le cœur battant. Personne dans la cellule n’a bougé; je sais pourtant, je sens que mes compagnons sont éveillés, tendus…

 « … On fout le camp ce soir. Habillez-vous en silence, l’un après l’autre. Faites un paquet de vos provisions, rien de plus.

 Recouchez-vous sous une couverture… Quand vous entendrez sonner 11 heures, tenez-vous prêts, on frappera à votre porte, vous vous rangerez en file indienne et vous attendrez… Bonne chance. »

 J’acquiesce en silence, et ne pose aucune question. Le gardien qui m’a tenu cet étrange discours est bien celui qui nous a toujours semblé « pas tout à fait comme les autres », mais, si des rumeurs d’évasion sont parvenues aux oreilles de l’adminis­tration, une provocation de celle-ci est toujours possible. En chuchotant, j’informe mes camarades qui ont déjà flairé l’insolite ; je les distingue assis sur leurs paillasses et je sens leurs regards peser sur moi. Suivant les consignes, l’un après l’autre nous nous habillons, enroulons nos couver­tures sauf une, nous nous recouchons. Nous ne parlons pas. Nos esprits sont lancés sur un rêve encore incertain… 9 heures, 10 heures, voici qu’à nouveau le temps signifie quelque chose. Silence dans la cel­lule, silence partout dans la prison. Un silence étrange, comme celui, angoissé, qui précède l’attaque. Un souffle de liberté a pénétré tout à l’heure par le judas.

 Un cliquetis d’armes

 Bruit de paillasse, un corps remue. Le camarade couché là-haut près de la lucarne, appuyé sur un coude, la tête au ras de l’ouverture, surveille la cour; nous l’entendons chuchoter : « … Vérifient leur fusil-mitrailleur. » C’est vrai, un cliquetis métallique parvient à nos oreilles. Les G.M.R. seraient-ils alertés ? « … On se remue autour de la tente… » Plus rien. L’anxiété s’alourdit dans la cellule, devient palpable. Nous sur­sautons brusquement au tintement de la cloche qui sonne enfin 1 1 heures. Respec­tant les instructions, nous nous levons. Je vais coller mon oreille à la porte. Je n’entends tout d’abord qu’un murmure, puis c’est le bruit d’une, deux portes qui s’ouvrent, des pas furtifs qui gravissent sou­plement l’escalier de fer menant à la galerie du haut desservant les cellules’du premier étage. Tout à coup, le plan de l’évasion m’apparaît clairement, aussi clairement que si je l’avais moi-même élaboré : surprendre et désarmer sans bruit, avec la complicité du gardien placé là par la Résistance, les quatre G.M.R. qui dorment en haut, attendant de relever leurs collègues de garde dans la cour. C’est bien cela :  notre com­plice en uniforme a prévenu tous les dété­nus politiques, puis il a ouvert deux cellules, emmené avec lui leurs occupants :

La grande évasion par Abert Demazière 9
Photo : Cette ferme de Haute-Loire fut un centre de maquisards.

La grande évasion par Abert Demazière 10

 le groupe est monté, a pénétré dans la salle de garde, raflé les armes des G.M.R. endormis; l’un d’eux, en s’éveillant, a causé une légère bousculade; il y a eu quelques cris vite étouffés par la menace de nos camarades maintenant armés. Les gendarmes sont bouclés sous la garde d’un camarade garant de leur silence. Le groupe redescend à pas feutrés, porteur de mausers et de mous­quetons; avant d’ouvrir d’autres cellules — le bruit, même discipliné, des sorties pourrait réveiller les gardiens civils logés dans la prison — il va tenter maintenant de neutraliser les deux postes extérieurs de G.M.R. qui doivent veiller, ceux-là. Les bruits que nous avons perçus tout à l’heure, les ombres qui s’agitaient dans la cour et que notre camarade à la lucarne nous a signalés, c’était l’attaque « à l’indienne » du premier poste. L’absence de cris nous porte à l’optimisme ; plus rien ne bouge dans la cour, nous pouvons imaginer les gendarmes assommés, bâillonnés, ou simplement tenus en respect sous la menace des armes. Mais le second poste ? Les minutes s’étirent, notre angoisse grandit : des cris signifieraient l’échec… et nos oreilles sont douloureuses à force d’attention  J’entends de nouveau des pas, des pas calmes, à peine audibles, de pieds chaussés d’espadrilles, certainement des pas de camarades! Exultant, je n’ai que le temps de passer la nouvelle aux autres qui se tiennent derrière moi, en file. Déjà le guichet s’ouvre, une voix m’appelle, puis demande : « Vous êtes prêts? » Quelle question ! La clé tourne, nous poussons la porte et la rabattons contre le mur, sortons en silence et nous rangeons devant la cellule.  En face de nous, quelques ex-détenus déjà sortis, alignés sagement, nous sourient sans parler. Nous attendons les consignes pour la suite des opérations. Bientôt, toutes les cellules sont vidées. Je pense à une troupe de revue qui vient prendre place pour le finale, un finale muet, il est vrai, et dont les acteurs sont curieusement grimés : pâles, barbus, tête rase, hilares pourtant. Les images d’un film américain d’avant-guerre, Big House, se présentent à mon esprit. Le même scénario se déroule au premier étage, sur une scène beaucoup plus étroite, celle de la galerie qui est bientôt pleine de bagnards souriants, dos au mur, silencieux eux aussi. Sur la passerelle métallique joignant par leur milieu les deux ailes du premier étage, s’avance un camarade que je connais bien; il porte un fusil-mitrailleur dans les bras, avec beau­coup de soin; il s’arrête et se plante là, au milieu de la nef, dominant la situation, attentif aux opérations à son niveau et au-dessous.

C’est bien leur tour

Personne encore ne parle. On se sourit seulement, et je fais un signe de la main au porteur de F.M. qui me répond par une grimace de sympathie. Je suppose que le personnel de la prison n’est pas encore entièrement neutralisé. Supposition fondée  Voici que nous arrivent sous bonne escorte, le pistolet dans les reins, un, deux, trois, quatre geôliers. Le directeur de la prison clôt la file. Nu-tête, livide, il n’en est pas moins ridicule, avec sa vareuse galonnée enfilée sur un pyjama. Il ne dit pas un mot, dépassé par les événements, ou conscient que son rôle est terminé. Nous enfermons tous ces messieurs dans des cellules séparées, sans commentaires et sans vaines plaisanteries. Notre esprit a déjà sauté à l’étape suivante, c’est-à-dire l’extérieur, la fuite hors de la ville, le maquis. La liberté s’achète au prix fort, en octobre 1943, et nous sommes loin encore d’en avoir payé le prix.

 Maîtres à l’intérieur de la prison, celle-ci entourée au dehors — nous l’apprenons enfin — par cinquante maquisards qui veillent au grain et retiendront les promeneurs attardés, nous pouvons nous détendre pendant quelques minutes. Les groupes se défont, les langues se délient, on va des uns aux autres, des mains se serrent, on s’embrasse parfois. Un groupe est désigné pour aller couper tous les fils de téléphone; la femme du gardien-chef est enfermée dans une pièce de son logement avec son bébé : nous avons fait droit à sa demande et leur épargnons le régime cellulaire pour la nuit. C’est une générosité qui manquera de nous être fatale : une heure après notre départ, cette excellente femme de geôlier en chef, méprisant notre naïveté, alertera la préfecture sur un téléphone privé qui avait échappé à nos investigations.

 Des offres peu appréciées

 Un autre groupe est délégué auprès des gendarmes et G.M.R. maintenant détenus pour leur proposer, au nom des organismes officiels de la Résistance, de prendre le maquis avec nous. Ce sont des militaires dont le sentiment patriotique doit pouvoir être touché. Échec total. Quelques camarades suggèrent aussi d’aller trouver les plus jeunes des droit-commun (leur quartier est bien silencieux, mais cela ne signifie pas que l’on y dort…) et de leur offrir le rachat par le maquis. Ce projet est repoussé en raison du temps qui nous presse, mais je crois que nous redoutions, là aussi, l’échec. Une dernière visite, au greffe celle- là. Nous emportons la caisse, dont une bonne partie est constituée par les dépôts de nos fonds à l’entrée et nos pécules; nous laissons un reçu daté et signé au nom du Conseil national de la Résistance. Nous récupérons aussi ce que nous pouvons de nos vêtements civils, c’est-à-dire ce qu’il en reste après nos divers transfèrements. Je retourne dans la salle du bas où se trouvent encore la plupart des camarades  L’un d’eux, les’ bras chargés d’armes diverses, vient vers moi et m’offre un gros pistolet de gendarme, avec ceinturon et baudrier. En jubilant, il me confie : « Cet idiot-là m’a supplié pour que Je lui prenne seulement ses armes, sans le harnachement qui lui est personnel, parait-il ! Tu parles! Il n’avait qu’à venir avec nous! » C’est enfin le départ. Un par un nous franchissons une poterne dans la muraille d’enceinte. Au-delà, quelques maquisards font la chaîne et nous guident silencieusement dans le noir jusqu’à la petite route où stationnent deux camions, masses indistinctes qu’un jet de torche électrique éclaire parfois. Bientôt, nous distinguons aussi, derrière les camions, une voiture de tou­risme dont le siège arrière est occupé par un maquisard allongé : l’un de nos guides, en chuchotant, nous explique qu’il a eu la jambe cassée quand le véhicule, tous feux éteints, a quitté la route et versé dans le fossé. On a pu remettre la voiture en marche, et le maquisard sera soigné dans une ville proche par un médecin ami. C’est pour l’instant la seule victime de cette évasion remarquablement organisée, qui libère, avec le gardien résistant, remarquable chef d’orchestre, soixante-dix-neuf détenus politiques promis avant cela, comme les détenus de la centrale d’Eysses où la tentative échouera, au départ pour les camps de la mort. La seule victime?  Pas tout à fait. Personne, dans la ville endormie, pas plus chez les Français que chez les Allemands, ne s’inquiéta avant que la femme du gar­dien-chef ne donnât l’alarme. Il y eut certainement, du Puy à Vichy et Paris, de Kommandantur en Gestapo, des trépigne­ments et des cris de rage. On trouva vite un bouc émissaire en la personne du préfet de la Haute-Loire dont nous apprîmes, quelques jours après, qu’il avait été sacqué impitoyablement. Nous ne songeâmes même pas à en plaisanter. Nous avions maintenant beaucoup d’autres soucis, parmi lesquels, malheureusement, figurait la menace de quelques règlements de comptes entre résistants. Mais ceci est une tout autre histoire. 

Albert DEMAZIERE


 

Albert Demazière          Le camp Wodli

 

Calepin Historique du maquis wodli 3

(Wodli, sources diverses)

Le maquis se situe en Haute-Loire, à 20 kms d’Issingeaux, à Queyrières, lieu-dit Raffy.  Il relève du service des cadres : centre de tri pour le recrutement, biographie des militants devant exercer une responsabilité  mise à l’épreuve, centre de repos avant l’affectation d’un responsable, « équipe spéciale » pour coups de main anti-Vichy et anti-nazis, liquidation de traî­tres (y compris au Parti) (I).

Attaqué fin octobre 43, il éclate. Instabilité de la direction militaire : se succèdent A. OLLIER, J. SOSSO, A. ANGELI, A. JOUBERT, T. VIAL-MASSAT (I)                                                                 Au « centre » de Lyon : L. MAUVAIS, R. GUYOT, E. HENAFF (I).     Le camp Wodli se réinstalle à Sertrières en juin 44 (3) sans les trotskystes (10, p. 183).

Selon Salvador MORO, métayer, lors d’une débandade vers la mi-novembre, BLASCO et SADEK disparaissent (8).

0 Reboul Signalement police nationale après évasion PuyAffaire disparition Pietro Tresso - Reboul - Sadek00 Reboul2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Article de l’Humanité du 10 Mai 1996 : Que sont devenus quatre résistants trotskistes ? Une cinquantaine de personnalités, considérant que des communistes sont responsables de l’exécution dans un maquis de quatre résistants, interpellent le secrétaire national du PCF. Robert Hue leur répond. A l’origine du courrier adressé à Robert Hue, Albert Demazière, quatre-vingt-un ans. Responsable en 1943 du Parti ouvrier internationaliste, il est le seul survivant des cinq militants trotskistesqui s’étaient évadés de la prison du Puy-en-Velay en compagnie de soixante-quinze autres prisonniers, le 2 octobre de cette année-là. Il affirme que, «deux semaines plus tard», ses quatre camarades – Pietro Tresso (fondateur du PCI avec Gramsci), Pierre Salini-Ségal, Abram Sadek et Jean Reboul, tous par ailleurs condamnés par les Sections spéciales de Vichy – ont été assassinés au maquis Wodli, «en exécution d’ordres venus de plus haut». Et il écrit, appuyé par une cinquantaine de personnalités (1): «Quatre crimes de sang, dont le PCF des années noires n’était nullement innocent.» «Après la Libération, ajoutent les signataires, de longues années passent encore, le mutisme est parfait non seulement chez les auteurs du drame, mais encore chez les spectateurs.» Ils interpellent le secrétaire national du PCF au sujet de son livre «Communisme, la mutation»: «Pourquoi démystifier (le stalinisme et ses crimes – NDLR) quand il s’agit de la Russie et entretenir la légende quand il s’agit de la France ? » Ils demandent à Robert Hue de poser «à ce propos les questions nécessaires» et de donner «aux historiens les réponses qu’ils attendent». (1) Parmi lesquelles: Jean-René Chauvin, Paul Parisot, François Fetjo, Claude Pennetier, Julien Dray, Laurent Schwartz, Alain Lipietz, Maurice Nadeau, David Rousset, Germaine Tillon, Mosco, Marie-Josée Chombart de Lauwe. Robert Hue avait souhaité, en réponse à cette lettre, que ‘toute la lumière soit faite sur ce douloureux événement . Il ajoutait: ‘Ce qui permet d’expliquer le geste des hommes qui tuèrent ne peut en aucune manière excuser le système qui poussa à le faire (…). L’objectif ne saurait être d’instruire aujourd’hui le procès d’hommes qui acceptaient par ailleurs de sacrifier leur vie à la cause antinazie’…

2 réflexions sur « Assassinat de trotskystes dans un maquis communiste »

  1. bonjour
    j’ai beaucoup apprécié vos infos sur ces combats d’idées que peu de personnes, connaissent
    je vous en remerçie
    je possede des cartes de cruchandeau françois et de rolland louis lors de leur incarcération à la prison de st sulpice en 1942
    pourriez vous me donner,si vous avez, de plus amples infos sur ces personnes et leurs parcours pendant cette période,j’envisage de faire un sujet sur ces hommes et leurs combats en présentant en meme temps les cartes en ma posséssion
    d »avance , merçi

    1. Bonjour,
      Je ne suis pas sûre que ce fonds d’archives contienne d’autres informations concernant cruchandeau françois et de rolland louis, mais il faut pour cela consulter le fonds JR Chauvin au Centre d’histoire sociale, à Paris. L’inventaire du fonds concernant l’affaire Pietro Tresso est ici :
      http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=Calames-20111281712583554

      Les coordonnées et heures d’ouverture du CHS/Archives sont ici :
      http://chs.univ-paris1.fr/spip.php?rubrique33

      En espérant que vous trouverez des éléments pour votre recherche. Si les résultats sont publiés ou en retracés en ligne, ce serait avec plaisir que je ferais apparaître le lien sur cette page, si vous envoyez l’url…
      Cordialement,
      J. Menjoulet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants