Années de guerre

 Trois vidéos 

Un trotskiste dans la guerre, Jean-René Chauvin


Production : CHS – Réalisation : Jeanne Menjoulet

Dans ce 4ème épisode, Jean-René Chauvin raconte son expérience de la guerre, en 1940, puis son activité clandestine, trotskiste, membre de l’organisation P.O.I. (Parti Ouvrier Internationaliste).

En tant qu’agent de liaison, il franchit régulièrement clandestinement la ligne de démarcation pour transmettre les informations entre les membres de l’organisation (Yvan Craipeau, David Rousset, Albert Demazière…) et pour tenter de regrouper les trotskistes allemands réfugiés en France.
Pour le P.O.I., Jean-René Chauvin tentera par ailleurs, à Nantes, en compagnie de Robert Cruau, de discuter avec des soldats allemands pour les gagner à une lutte commune, dans une logique de lutte de classe (par opposition au nationalisme).

Jean-René Chauvin relate par ailleurs l’affaire Pietro Tresso dit Blasco, où cet ancien fondateur du Parti Communiste Italien (devenu trotskiste) a été assassiné par des communistes (maquis Wodli). Jean-René avait mené l’enquête, beaucoup plus tard, en 1996-1997, avec ses deux amis Albert Demazière et Paul Parisot et ses archives comprennent de nombreux documents sur cet assassinat de Pietro Tresso.

Jean René Chauvin est finalement arrêté en février 1943, dans une rafle, alors qu’il est en possession du journal “La Vérité”. Tabassé par la Police Française, qui le livre à La Gestapo, il sera ensuite déporté.


Un Trotskiste dans l’enfer des camps (1943-1945), Jean-René Chauvin

Ces deux videos suivent le parcours de Jean-René Chauvin, dans les camps du Loibl Pass, annexe de Mauthausen, et le camp de quarantaine de Mauthausen (1ère vidéo) puis dans le camps d’Auschwitz, Buchenwald et Litomerice (2ème video).


Production : CHS – Réalisation : Jeanne Menjoulet

Cette video correspond à la première période de sa déportation. Jean-René Chauvin témoigne de sa vie dans les camps de Mauthausen / Loibl Pass de février 1943 à octobre 1944.  Il décrit son passage au camp de quarantaine à Mauthausen et la vie au Loibl Pass, camp annexe de Mauthausen où les déportés travaillaient, pour les nazis, dans des conditions extrêmement dures, à la construction d’un tunnel devant relier l’Autriche à la Yougoslavie (Slovénie). A ce témoignage illustré s’ajoute celui de la compagne de Jean-René, Jenny Plocki (elle-même rescapée de la rafle du Vel d’Hiv), relatif au livre de Jean-René Chauvin “Un trotskiste dans l’enfer nazi” (2006, éditions Syllepse). Jenny insiste sur les parallèles (décrits par Jean-René dans son livre) entre les camps nazis et le goulag, ainsi qu’entre les camps nazis et les camps institués à Cuba (18898) ou ceux dans lesquels furent “re-concentrés” les boers en Afrique du Sud, au début du siècle.



Production : CHS – réalisation : Jeanne menjoulet

Jean-René Chauvin témoigne de la seconde période de sa déportation, au cours de laquelle, il est transféré à Auschwitz (annexe des mines de Jawiszowice), puis Buchenwald et Leitmeritz, après deux terribles “marches de la mort”.
Les mines de Jawiszowice sont des mines de charbon où est tout d’abord affecté Jean-René Chauvin .
En janvier 1945, au milieu d’un hivers glacé, face à l’avancé des troupes russes, les nazis décident d’évacuer les 65.000 déportés d’Auschwitz vers d’autres camps plus à l’ouest. Jean-René Chauvin sera l’un des rares survivants de cette “marche de la mort”, qui le conduit à Buchenwald. Il est alors affecté à un kommando chargé du creusement d’un tunnel, et échappe au menaces de morts (en raison de son appartenance au mouvement trotskiste) d’autres déportés, du PCF .
En avril 1945, les nazis évacuent Buchenwald. C’est la seconde marche de la mort pour Jean-René, qui échappera à nouveau, mais de justesse, à la mort. Au cours de ce trajet épuisant, il traversera tous les monts des Sudètes pour se retrouver dans une région de Bohème (de l’actuelle République Tchèque, habitée à l’époque par les allemands des Sudètes), la région de Terezin, dans le camp de Litomerice (Leitmeritz en allemand). Le camp est délivré par les russes, le 5 mai 1945, Jean-René ne pourra rentrer qu’en juin 1945 à Bordeaux.


Une document datant de la clandestinité, conservé par Jean-René Chauvin (archives consultables au CHS, rue Mahler à Paris) :


Directives d’organisation sécurité

Consignes de clandestinité recto
Consignes de sécurité dans la clandestinité
Consignes de clandestinité verso
Consignes de clandestinité verso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives, vidéos, parcours de militants