L’exclusion de Marty et Tillon

 Ce texte est contemporain de l’exclusion d’André Marty et Charles Tillon du Parti Communiste Français. Ecrit en 1953 par Jean-René Chauvin, de sensibilité trotskiste, qui milite à cette époque dans des regroupements politiques comme le Cartel des Gauches Indépendantes, ou la Gauche Indépendante Socialiste (regroupements qui aboutirent un peu plus tard au PSU), cet article présente le contexte de cette exclusion, notamment la politique du parti communiste et la politique d’après-guerre en France.

André MARTY - 1945
Charles Tillon ministre armement

Il y a déjà plus d’un an que l’éclatement de l’affaire Marty-Tillon a brusquement révélé la profondeur du malaise intérieur du parti que l’on nomme encore par la force de l’habitude, communiste français. Ce coup de tonnerre a d’autant plus frappé l’opinion qu’il était entouré d’une nuée de circonstances qui semblait lui donner des proportions considérables. La plus importante était la préparation du XIXème congrès du parti russe, de celui qui donne le ton, au moment où l’on pressentait un tournant de la politique russe.

En France le parti venait de subir une cuisante défaite lors des journées du 28 Mai et du 4 Juin; il se trouvait dans une situation difficile. Enfin circonstance comique, la nouvelle des sanctions prises par le comité central des 3 et 4 septembre 1952 à l’égard des deux anciens mutins de la mer Noir n’avait été connue que le 15 septembre par un journal bourgeois,’’France-Soir” tandis que la presse du parti avait jusqu’alors gardé le silence. Toutes ces circonstances,la renommées internationale de Marty, et sa réputation de « mauvais caractère”, de ’’dur” laissaient pressentir qu’on allait assister au”coup de la fin”. Déjà certains observateurs imaginaient une rébellion d’une importante fraction du parti, dont Marty allait prendre la tête, provoquant une véritable scission dans les rangs staliniens. Après un an l’on est bien obligé de convenir que la révolte de Marty n’aura été qu’un pétard mouillé, et qu’elle a été honteusement enterrée d’un commun accord par la direction du F.C.F. et Marty soi même. Si le P.C.F. a légèrement perdu des voix aux élections municipales d’avril et Mai 1953, il conserve encore plus du quart du corps électoral français sous son influence. Les électeurs staliniens n’ont donc pas été sensiblement affectés par l’élimination de Marty.

France-Soir Marty-Tillon Staline
France-Soir Marty-Tillon Staline

Le phénomène parait étrange dans un pays comme la France, où le P.C.F. n’ayant pas le pouvoir ne peut contraindre ses hérétiques – ou soit disant tels – à avouer, comme à Prague ou à Budapest, leurs crimes au cours d’un procès minutieusement orchestré. Au contraire Marty et Tillon avaient toute la possibilité d’intervenir publiquement de se défendre, d’attaquer au besoin, et pourtant ils se sont éteints, en supposant qu’ils aient jamais été des lumières.

France-Soir - Marty-Tillon 1952
France-Soir – Marty-Tillon 1952

Cependant l’événement est significatif et mérité attention. Maintenant qu’il est avéré que l’affaire Marty n’a pas été le point de départ d’une rébellion, il reste à savoir si elle n’a pas été l’aboutissement d’une longue crise qui chemine souterraine depuis des années ou si elle n’est encore qu’un épisode grotesque d’une crise qui se poursuit. Nous estimons, quant à nous, qu’il vaut mieux en rechercher les explications dans une analyse patiente et forcément un peu rébarbative de la politique stalinienne en France depuis la Libération que dans les hypothèses fantaisistes, ou les révélations sensationnelles et tout aussi fantaisistes de la presse bourgeoise, toujours avide, surtout en France, de gros titres, mais rarement bien informée des problèmes et de la psychologie des milieux ouvriers. Il faut donc, si l’on veut cerner la réalité du plus près possible – sans avoir la prétention de faire une lumière totale, examiner quelles furent les variations de la politique stalinienne et ses répercussions à chaque étape, sur l’esprit des masses et des militants. Mais pour être complet il convient aussi de dire un mot sur les autres organisations ouvrières afin de chercher à comprendre pourquoi le P.C.F. a conservé tant de prestige auprès d’une importante fraction de la classe ouvrière française.

Le Populaire 16 janvier 1931 Marty Duclos libéré social-fascisme
20 ans auparavant… Janvier 1931 Marty Duclos

L’on distingue nettement trois périodes dans la politique stalinienne en France depuis la libération. La première qui va jusqu’à Mai 1947 est caractérisée par la collaboration de classes avec de Gaulle et les partis bourgeois. La seconde de 1947 à 1952 est dominée par une politique d’opposition aventuriste au plan Marshall; enfin la troisième qui commence en Mai 1952 et que l’on ne saurait définir avec précision tant elle comporte d’hésitations, bien qu’elle se déroule sous le signe du ’’Front National uni”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Carnet de Jeanne Menjoulet

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search