GRÈCE 1946-1949

 Dans ce carnet hypothèse, voir aussi un autre article d’archive, un texte d’André Calvès qui aborde le sujet de la Grèce de ces années d’immédiate après-guerre.

Sur l’histoire de la guerre civile en Grèce,   le livre de Joëlle Fontaine est une lecture intéressante.


Tract du Parti communiste Internationaliste au sujet de la guerre en Grèce

LA VÉRITÉ SUR LA GRÈCE  

Grèce 1946 guerre partisans page 1
Tract PCI non daté, sans doute fin décembre 1946, ou début 1947 (recto)
Fond d’archives Jean-René Chauvin, CHS

Bas les Pattes devant la Révolution Grecque !

Pendant quatre ans le peuple grec a saigné et souffert plus que nul autre ; un million de morts (soit un Grec sur six) dont 700.000 morts de faim. Les autres fusillés par Mussolini ou Hitler.

Le massacre a repris, cette fois sur l’ordre de Churchill, quelques semaines après la “libéra­tion ».

Tout un peuple s’est dressé et rejette Papaandréou, le Quisling imposé par Londres pour maintenir l’ordre bourgeois et la domination étrangère. Ce politiciens appuie sur les officiers monarchistes, les policiers et sur l’Edes, organisation fasciste de résistance, commandée par l’aventurier Zervaïs que Churchill arme et subventionne grassement (3o.ooo livres sterling avouées par la presse de Londres). Il protège contre la justice populaire, puis utilise à son service les Bataillons Sacrés et les Brigades de la Mort, bandes de tueurs fascistes organisées par le “Quisling” Rhallys sous l’occupation nazie. Il avait décrété le désarmement de l’Elas (les F.T.P. grecs) pour le 1er décembre : Depuis le 3 décembre, le peuple grec lutte victorieusement.

Malgré le silence ou les mensonges de toute la Presse, les Travailleurs français ont senti que la guerre qui se mène là-bas est leur guerre, la guerre civile révolutionnaire des travailleurs contre les exploiteurs de tous les pays.

Et c’est vrai ! derrière la question de l’armement se pose le problème : A qui appartiendra le pouvoir ?

Le peuple grec est entré le premier dans la voie de la Révolution Prolétarienne. Il montre l’exemple à tous les opprimés et réveille leur volonté d’en finir avec le Capitalisme fauteur du chômage, du fascisme et de la guerre.

Ses masses profondes sont entrées dans le combat libérateur sur les arrières mêmes du front de la guerre impérialiste sans écouter les prêches patriotiques des conciliateurs. La grève générale paralyse l’action du Gouvernement qui doit s’en remettre à l’armée britannique pour radiodiffuser et afficher ses appels à I’“ordre”. Sa tentative de mobilisation a échoué (3.000 recrues sur 3 classes). Il ne peut se survivre que grâce aux baïonnettes anglaises.

Des travailleurs bulgares, yougoslaves- des travailleurs allemands et italiens, déserteurs des armées de Hitler, ont su reconnaître le visage de la Révolution Prolétarienne et affluent dans ses rangs, Seule, la Révolution Prolétarienne peut ainsi fondre dans une même fraternité les exploités de tous les Pays.

L’impérialisme britannique en Grèce

L’armée anglaise elle-même semble répondre à l’appel brûlant de la Révolution. La menace d’une révolte des matelots oblige l’Etat Major à éloigner sa flotte du Pirée.

Churchill, bourreau de la révolte des matelots grecs d’Alexandrie en 1943, a, dès les premiers jours, jeté son masque de “Libérateur”. Il fait massacrer le peuple grec avec des moyens dignes des plus beaux exploits d’Hitler.

Le peuple glorieux qui a mis en échec le brigand Mussolini, rejette à la mer l’armée d’intervention  Mais Churchill ne s’avoue pas vaincu. Il envoie des renforts à Scobie : toujours plus d’hommes, de chars, d’avions, d’artillerie lourde pour écraser dans le sang la Révolution grecque, pour briser la résistance de ces 6 millions d’hommes que les marchandages de Téhéran ont livré à sa merci ! Le peuple grec est condamné à la famine et à l’extermination si la solidarité de toute l’Humanité civilisée celle surtout des masses laborieuses, ne se manifeste pas immédiatement!

Churchill est prêt à tout pour établir le contrôle britannique sur les Détroits et pour maintenir la Grèce sous la domination de la City.

Grèce 1946 1949 page 2
Tract PCI non daté, sans doute fin décembre 1946, ou début 1947 (verso)
Fond d’archives Jean-René Chauvin, CHS

Depuis un demi-siècle, tous les ans, un Tiers du budget grec est empoché par les capitalistes de Londres comme intérêts d’un emprunt qui fut ainsi remboursé plusieurs fois. M. Churchill fera de son mieux pour faire durer une si excellente affaire. La docilité du roi et de son Papaandreou est très sympathique à M. Chur­chill.

Voilà, ce qui se cache derrière les discours hypocrites et haineux du “Libérateur” Churchill contre le peuple grec.

 

Au Front Unique de la Contre-Révolution impérialiste…

Sa politique est assurée de l’approbation des capitalistes de tous, les pays, animés, malgré leurs divergences d’intérêt, des mêmes sentiments de peur et de haine à l’égard de la Révolution Prolétarienne.

Les Etats-Unis se lavent hypocritement les mains, tout en soutenant la politique anglaise de massacre du peuple grec. Stettinius, ministre des Affaires Etrangères est d’accord avec “certains passages” du discours de Churchill… Cet accord a été scellé entre Erskine et Eisenhower dans le sang de la résistance belge !…

Hitler et Mussolini se réjouissent du massacre de ceux qui ont lutté avec un courage indomptable contre le banditisme fasciste.

Au silence complice de Staline…

Alors que les travailleurs grecs tombent à chaque minute sous les obus de ses alliés, Staline reste “neutre” ! Alors que des femmes, des hommes, des enfants, des villes entières sont écrasés sous le feu de l’artillerie de marine et des bombardiers, la radio de Staline déclare que l’U.R.S.S. “ne veut pas se compromettre envers l’Angleterre et les Etats-Unis”.

Comment qualifier cette attitude de Ponce- Pilate autrement que complicité ?                Les dirigeants “communistes” grecs, entraînés au début par l’impétuosité de la révolte, cherchent désespérément le compromis ; ils parlementent avec Scobie, avec le métropolite, etc… Le général Saraffis, commandant des Elas, n’a cessé de se déclarer toujours soumis aux ordres de Scobie.

Après avoir confié à la droite de l’E. A. M. (Front National de Libération) le soin des pourparlers en vue d’un compromis, les chefs traîtres préparent maintenant eux-mêmes la capitulation et le désarmement du peuple victorieux. La peur de la Révolution Prolétarienne les pousse inévitablement à la trahison ouverte. Mais la Révolution est plus forte que ces conciliabules d’incapables et de couards!

En France, le Parti Communiste Français n’a pas levé le petit doigt pour la défense du peuple grec libre. Cachin écrit dans “l’Humanité” que “Churchill est l’allié de la France” et qu’il faut “garder son sang-froid devant les événements de Grèce”. La collaboration de classe a sa logique.

L’attitude des “Socialistes » est aussi scandaleuse.  Les travaillistes anglais restent dans le gouvernement et s’abstiennent de voter aux Communes quand Churchill proclame sa volonté d’en finir avec la Révolution grecque, pour lui laisser les mains libres.

Opposons la solidarité effective des Travailleurs

Il faut briser cette passivité criminelle ! Se taire devant la politique Churchill contre les peuples en lutte pour leur liberté, c’est se faire le complice de l’assassinat des Belges,  des Grecs et demain, des masses laborieuses de toute l’Europe. La solidarité internationale des prolétaires doit faire reculer les assassins du peuple grec.

Avec nous, les Travailleurs doivent imposer aux directions de la C. G. T, du Parti Communiste Français et du Parti Socialiste, l’UNITÉ D’ACTION immédiate pour la défense de la Révolution Grecque.

Il faut organiser immédiatement;

—    des protestations collectives : Pétitions, Vote de motions de solidarité, etc.

—    des manifestations et défilés de protestation devant l’ambassade de Grande Bretagne.

—    Préparer la Grève Générale d’une heure de solidarité. Les 200.000 grévistes politiques d’Ecosse nous montrent le chemin.

—    Commencer des collectes pour l’envoi d’armes modernes au peuple grec.

Chaque minute perdue est un crime contre le peuple grec.

Solidarité immédiate ! Vive la Grève Générale de Solidarité ! Vive la Révolution Grecque !

Le Parti Communiste Internationaliste (Section Française de la IV Internationale)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants