Création de la SFIO 1905-1914

A l’occasion d’un entretien relatif au parcours de Jean Zyromski (dirigeant de la SFIO durant l’entre-deux guerres), l’historien Eric Nadaud brosse le panorama de la SFIO en 1912 (lors de l’adhésion de Zyromski). Il est question du congrès de la salle du globe, en 1905 (création de la SFIO), de Jaurès, Guesde… et de l’orientation idéologique du nouveau parti.

Création de la SFIO 1905-1914 (contexte Zyromski) par Histoire-sociale

Il est aussi question des tendances qui coexistent au sein de la SFIO : sur la droite, le courant essentiellement réformiste dirigé par Albert Thomas,
à l’aile gauche, un courant marxiste dirigé par Jules Guesde (qui prolonge un peu, à l’intérieur de la SFIO l’ancien Parti Ouvrier Français)
et puis deux tendances à l’extrême gauche, l’une conduite par Hubrt Lagardelle, inspirée par le syndicalisme révolutionnaire, et une tendance insurrectionnaliste conduite par Gustave Hervé.
La SFIO dispose d’un chef de file, Jean Jaurès, directeur de l’Humanité, capable de maintenir son unité… Jaurès est parvenu à opérer une synthèse entre le réformisme et le courant révolutionnaire, une synthèse qui lie l’objectif lointain de révolution à un objectif à court terme de réformes sociales.
De 1906 jusqu’à l’été 1914, les adhérents de la SFIO passent de 44.000 à 90.000, les électeurs de la SFIO de 900.000 à 1,4 million, et ses députés d’une cinquantaine à une centaine.

Donc, en 1914, la SFIO est devnue une force de premier plan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants