Colette Magny (avec Vidéo)

 La vidéo proposée sur cette page a été réalisée à l’occasion d’une soirée qui s’est déroulée  en décembre 2012, à l’occasion de la sortie (papier) du dernier volume du Maitron (dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, mouvement social) qui comprend la notice biographique de Colette Magny. Des extraits de cette notice ont été lus par deux acteurs, la durée de la lecture est très courte (puisqu’elle s’insérait dans une soirée plus large). Il s’agit donc plus d’un aperçu que d’une longue biographie…


Colette Magny biographie tirée du Maitron par JeanMaitron
Extraits, lus, de la biographie de Colette Magny tirée du Maitron :

Fille de Georges Magny commis-épicier, chef de rayon, contremaître (goûteur de vins et de fromages) et de Fernande Collas, sensible aux pratiques artistiques (théâtre notamment), Colette Magny fut élevée à Paris (XIVe arr.) dans l’aisance jusqu’aux revers professionnels de son père. La famille s’installa trois ans à Reims, puis à Boulogne-Billancourt, son père étant directeur de la coopérative alimentaire de Renault. À la mort de Georges Magny, Fernande travailla comme caissière et commença étonnamment, et avec réussite, une carrière d’actrice de théâtre.

Colette Magny fut d’abord peu politisée. « Mon éveil politique, il a été tardif.C’était pendant la guerre d’Algérie, en 56, à propos d’une bagarre dans la rue. Ce qui m’a surprise, ce n’était pas la bagarre, mais la non-intervention de la police ». Elle dès lors saisie par un soif de comprendre le vie politique française et internationale et soutint les milieux anticolonialistes.

Secrétaire dactylo bilingue pour l’OCDE, à Paris, gênée par une obésité précoce, Colette Magny, trouva dans le jazz et dans le répertoire des chanteuses noires la possibilité de mettre en valeur une voix exceptionnelle. Elle quitta au bout de quinze ans son travail et commença à chanter en anglais dans les cabarets de la Rive Gauche, notamment au Cabaret de la Contrescarpe, en s’accompagnant à la guitare. Elle y admira Francesca Solleville chantant Merde à Vauban de Léo Ferré ; elle y rencontra François Tusques, musicien de fee-jazz, un temps son complice musical.

La télévision lui donna une notoriété dans le cadre du conservatoire de Mireille et, en 1963, le succès de sa chanson Mélocoton, enregistrée chez CBS, la propulsa au hit-parade. Elle assura la première partie de Sylvie Vartan à l’Olympia. Mais, dotée d’un tempérament exigeant et fougueux, elle ne se satisfaisait pas de cette percée. Refusant de chanter à nouveau Mélocoton, comme de se spécialiser dans les standards américains, comme Saint James Infirmary, répertoire où elle excellait, elle s’orienta vers des textes poétiques français (Victor Hugo, dont une belle évocation de la classe ouvrière, Les Tuileries, Arthur Rimbaud, Max Jacob, Tristan Tzara, Rainer Maria Rilke, Louis Aragon, Antonio Machado) et des citations politiques, faisant des collages de textes (dont ceux de Jean-Paul Sartre), chantant la Révolution cubaine, tout en utilisant les sonorités du jazz. Sa maison de disques américaine, CBS (qui avait racheté son premier éditeur : Odéon), accueillit mal cette œuvre unique et remarquable. Lorsque le représentant de la maison de disque lui dit « ce Sartre est un communiste », elle lui aurait, selon son témoignage, renversé son bureau sur les jambes. Accueillie à Chant du Monde, un éditeur proche du Parti communiste où elle y connut une grande liberté pour faire une œuvre hors norme puisant dans le free-jazz et la musique classique, avec des textes très personnels. Si elle eut une audience considérable dans les milieux militants, les médias la boudèrent. Elle appartint un temps court au Parti communiste, sans perdre son esprit critique, mais c’est dans la mouvance du mouvement critique de 1968 qu’elle se reconnut. Son Vietnam 67, bisé lors de sa première présentation au TNP, lui valut une grande popularité dans la jeunesse engagée.

Son concierge, originaire du Nord lui fit découvrir le milieu populaire des bassins minier, expérience qui l’inspira. Elle chanta à la fête de l’Humanité, à la fête du PSU, dans les Maisons des jeunes et de la culture, dans les usines en grève… Son humour, son auto-dérision facilitèrent des coopérations artistiques diverses, par exemple avec le peintre Ernest Pignon-Ernest. Elle chanta les Femmes en lutte avec Catherine Ribéro, fut acclamée par les gauchistes au rythme de son Répression répression(1972) mais se méfia de la pression des militants et ne lia à aucune chapelle. Avec Anne-Marie Fijal, la musique garda une place importante dans ses productions. Sa production fut de plus en plus créative, originale, déroutante même.

Elle avait abandonné son petit appartement de la rue des Flandres et sa 2 CV pour le Rouergue, à Verfeil-sur-Seye (Tarn-et-Garonne) où elle fonda l’association culturelle Act’2. C’est toujours vers le monde populaire que son regard se tournait. « Dans la famille coup de poing, Ferré c’est le père, Ribeiro la fille, Lavilliers le fils. Et moi la mère ! » aimait dire cette artiste engagée. 


Colette Magny - Leo Ferré - Pierrot le FouUn article de décembre 1965, tiré du journal « l’Action »

A la Mutualité     LEO FERRÉ et COLETTE MAGNY

LEO Ferré s’était déjà imposé dans la chanson politique en interprétant Aragon, mais c’est l’auteur-compositeur qu’une salle enthousiaste accueillait avec ferveur au cours d’une soirée organisée par l’A.L.IJ. le mercredi 1er dé­cembre à la Mutualité. De façon paradoxale, Ferré, qui n’a plus à conquérir personne et connaît depuis longtemps un succès sans précédent dans la chanson dite « non commerciale », n’a jamais fait tant de concessions au public.

En premier lieu dans la présentation, tout est mis en œuvre pour « plaire » : jeux de lumière, allant jusqu’au ridicule lorsque pour accompagner « Thank You Satan », une rampe lumineuse s’allume sur la scène à intervalle régulier ; gestes savamment étudiés, mais (Ferré n’ayant rien du gymnaste) dont l’effet relève d’une grandiloquence facile et parfois ri­dicule. Le chanteur ne recule devant au­cun « truc » pour séduire le public : clins d’yeux, mimiques expressives, salut à la de Gaulle, etc.

Cette mise en scène soutient un texte à prétentions anarchistes mais que les fréquents jeux de mots, calembours, parenthèses et interpellations apparentent davantage au style «chansonnier». L’imposture est d’abord dans la forme : l’interpellation, loin de réveiller le public tend, au contraire, à l’endormir dans une complicité satisfaite. Au lieu de faire remonter les accusations à leur véritable origine, Ferré attaque le spectateur abruti par la télévision, l’admirateur inculte de Johnny Halliday, l’homme moyen qui « a payé » pour vivre cette vie absurde et menacée, toutes critiques qui visent un tiers absent… et invitent au rire facile un public qui n’a évidemment rien à voir avec ces gens…

Le contenu des chansons de Ferré se révèle illusoire et mystificateur ; ainsi la grotesque et révoltante glorification de l’amour mis en regard de la bombe qui peut bien éclater, puisque « nous deux » resterons tendrement unis envers et contre tout ; de la même façon mes- quine, Ferré ramène tout dans « Les temps modernes » à quelques irritations personnelles.

Sans avenir et sans ouverture, la critique de Léo Ferré se ferme sur elle-même, sur ses sarcasmes amers et limités.

Aux procédés démagogiques de Ferré, appose l’éclatante sincérité de Colette Magny. Avec elle, aucun jeu de scène, d’effets de lumière, ni de saluts intempestifs. Le plus souvent immobile, et même dressée face au public pour un affrontement, elle semble ne vouloir communiquer avec lui que par la voix et le contenu du message qu’elle apporte. Magny ne cherche pas à arracher l’adhésion du public par des détours, elle l’invite à réfléchir, elle développe dans des rythmes sobres une pensée. Elle lance un thème, par exemple : « Gens de la moyenne, pensez-y, sans vous on ne peut rien du tout », et l’enrichit à chaque couplet d’éléments nouveaux qui l’éclairent, le renforcent, lui donnent un poids irrécusable. Dans Le Mal de vivre, la pensée politique se ramasse dans un cri net, « Un grand espoir c’est Cuba », vers lequel convergent les évocations successives des réalités révoltantes du monde ( « Les chiens mordent toujours en Alabama », « La prison et le garrot tuent au pays de Goya », « L’ONU et les grands chefs d’Afrique, ils ont laissé tuer Lumumba »). A l’inverse de Ferré, lorsqu’elle part d’un fait individuel (« Un jeune homme de 18 ans s’est suicidé ») l’élargit aussitôt à des dimensions universelles. La critique brûlante de Colette Magny oblige à la réflexion objective, ouverte sur une action.

L’accès à une jeunesse qu’on veut politiser pourrait, entre autres, passer par la chanson — à condition que celle-ci ne demeure pas le monopole des commerçants, cabotins, braillards, faux anars, bohèmes de luxe et tutti frutti… Les Américains, comme souvent, ont montré la voie, lorsque les chanteurs beatniks, Bob Dylan en tête, se sont dressés contre la guerre du Vietnam. Avec quelques autres, tels Claude Vinci, Jean Ferrat, Jacques Douai, Monique Morelli, etc… Colette Magny enrichit la chanson de fécondes résonances politiques.

Catherine TURLAN.


Le cinéma des fils à papa

JEAN-LUC GODARD méprise le public  Il sait aussi que la critique a un flair infaillible. Et, en effet, depuis longtemps, la presse ne cesse de l’encenser. Pourtant, il a fallu attendre cette saison pour assister, de la part des critiques français, aux manifestations de délire collectif Le public a été mis en condition. Il se devait d’applaudir à deux mains le dernier Go­dard. S’il émettait des réserves, si légères soient-elles, il passerait pour un béotien. Viol des foules et chantage.

« Pierrot le Fou » s’inspire de l’existence d’un sinistre truand, ancien complice de la Gestapo. Ce « héros », pour le réalisateur du « Petit Soldat », ne pouvait être que sympathique. Godard n’a pas raconté, en images, l’histoire de Pierrot. Il a transporté le public dans l’univers imaginaire d’un certain Fer­dinand (Jean-Paul Belmondo). Celui-ci, marié aux capitaux d’une luxueuse Italienne, s’enfuit, en voiture, un soir, avec une gouvernante improvisée (Marianne-Karina). Il ne supporte plus ce milieu faisandé. Il rêve d’amour et d’aventures.

L’argent manque au couple. Alors, on fait les 400 coups (vol de voitures, etc.). Puis, le couple se réfugie sur une île déserte. « Pierrot » joue à l’écrivain. Marianne s’ennuie : c’est une espionne. Le « roman noir » prend la place de l’histoire d’amour sur une île déserte. Coups de feu, poursuites, une séance de torture. Au passage, le couple, toujours désargenté, amuse des touristes américains : ils interprètent, à la façon de Guignol, un sketch grotesque sur la guerre au Vietnam.

Jamais Godard n’a autant mystifié le public. « Pierrot le Fou » est un film- canular, un pastiche coloré du cinéma expérimental. C’est un « à la manière de ». Mais ces « exercices de style » ne font pas de Godard le Queneau du cinéma !

Ses provocations, illustrées notamment par le mur tapissé de photos de Tschombé, entre autres, et d’un morceau d’affiche de l’O.A.S., dans la chambre de Marianne, révèlent les affinités de Godard. La guerre du Vietnam, on l’a vu, est un prétexte à Ferdinand et à Marianne pour tourner en ridicule toute forme d’engagement politique ; le marxisme, d’après Ferdinand, a fait l’habitant de la lune se jeter dans les bras yankees, etc. Et la salle rit.

Tout aussi inquiétant est l’emploi qui est fait d’écrivains de talent : Rimbaud, Elie Faure, Pavèse, etc., sont utilisés par Godard (ils commentent les états d’âme du héros). Ce recueil de citations relève du potlatch culturel.

Film à sketches sur Paris, « Paris vu par » dénonce, mieux encore, la médiocrité des cinéastes de l’ex-nouvelle vague : situations, intrigues à la limite du vraisemblable, personnages faux au point de vue social. C’est à peine digne de Marie-Claire ! Le choix des quartiers est significatif. Ces « jeunes » limitent Paris à un mouchoir de poche (Saint- Germain-des-Prés, Montparnasse, l’Etoile, la rue Saint-Denis, la gare du Nord et l’Etoile). Quant à la partie documentaire, platement commentée, elle rappelle le court-métrage traditionnel. C’est un cinéma de fils à papa.

Pierre HAHN


Joan BAEZ à Paris

Joan Baez - Godart SIX cars de police, un filtrage qui s’étendait de la Place Maubert au bout de la rue Saint-Victor — on voyait bien que Joan Baez avait été précédée à Paris par sa réputation de « chanteuse engagée », ses courageuses prises de position aux Etats-Unis en faveur de l’égalité raciale et contre la guerre du Vietnam. Le lendemain, autre visage grimaçant de l’hospitalité française, ce fut à grand peine que le rectorat, interprétant à sa manière les « traditions libérales de l’Université », comme on dit si bien, autorisa une rencontre entre la chanteuse américaine et les étudiants au gymnase du Centre Jean Sarrailh.

Devant une Mutualité archi-comble, où le « beatnik » cependant était rare, Joan Baez, belle, chaleureuse, mena fort sagement son récital. Son immense talent et son étonnant soprano servirent autant le folklore traditionnel que certaines chansons incisives de Bob Dylan. Ample registre, grande clarté d’expression, maî­trise vocale touchant à la perfection, un jeu de guitare précis et sûr — le pouvoir artistique de Joan Baez s’impose d’emblée et fascine. Si elle n’hésite pas, pour les « folksongs » à introduire de la désinvolture et de la fantaisie, elle respecte scrupuleusement les chansons à contenu politique et les offre au public dans leur virulente actualité : procès des guerres où il suffit de dire que Dieu est avec nous pour massacrer sans remords (Bob Dylan), dénonciation du racisme, revendication de la liberté.

Il est difficile de douter de l’authenticité de l’engagement politique de Joan Baez- Sa voix, son talent, son art, elle les veut au service d’une action militante. « Il se trouve que jusqu’à présent, j’ai eu la chance d’avoir des chansons parfaitement assimilables et compatibles avec mon engagement personnel. C’est la seule justification de ma « carrière artistique » déclara-t-elle en s’adressant aux étudiants réunis par l’UNEF. Elle tenta également d’expliquer ce qu’était la non-violence aux Etats-Unis et l’objectif de l’Ecole de Non-Violence qu’elle a fondée. Malheureusement, le public témoignait, comme le remarqua elle-même la chanteuse, d’un étonnant potentiel de violence, qui se traduisit par des questions presque hostiles, tendant à tourner en dérision les activités, non pas théoriques, mais concrètes, de la chanteuse aux Etats-Unis, en pleine guerre du Vietnam.

Par chance, un étudiant vietnamien éclaira fort bien la situation. Après avoir remercié Joan Baez pour sa lutte effective contre la guerre au Vietnam, il déplora les interventions de certains, trop polarisés pour saisir l’originalité des luttes à mener.

Nicole KAREN. Article de mai 1966, tiré de l’Action

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants