Archives de catégorie : Billets

Autogestion et équivoques FLN (1964, l’Action, Daniel Guérin)

Les documents d’archives présentés dans cette page internet sont tirés du fonds Jean-René Chauvin (consultable au CHS, 9, rue Mahler 75004 Paris).  Vous trouverez dans cette page quatre articles de Daniel Guérin sur l’Algérie, ainsi que des échanges de lettres datant de la même époque, relatifs à sa participation au comité de direction de l’Action.


Article de Daniel Guérin, tiré du journal L’Action, d’avril 1964                                        

Alger : Au congrès de l’autogestion industrielle les travailleurs ont parlé

Autogestion Algérie 1964 Daniel Guérin

La révolution algérienne, depuis quelques mois, avait tendance à piétiner. Elle vient de prendre un nouveau départ. La relance cette fois n’est pas venue tant du président Ben Bella que des travailleurs eux-mêmes. Le congrès de l’autogestion industrielle, qui s’est tenu les 28, 29 et 30 mars, a remis l’autogestion sur les rails, en même temps qu’il provoquait l’éclosion d’une conscience ouvrière socialiste.

Qui a eu le privilège d’assister à ce congrès ne pourra jamais l’oublier. Un mil­lier de délégués pauvrement vêtus à l’européenne ou habillés à l’arabe comme des fellahs, remplissaient l’immense salle du cinéma Majestic, au cœur de Bab-el-Oued.

Le bureau politique du F.L.N. et le gouvernement avaient eu la sagesse — certains diront à tort peut-être l’habileté — de laisser les congressistes s’exprimer sans aucune restriction, tout au long des trois journées, en un mot de se « défouler » pleinement. Le résultat a été une mise en accusation extrêmement vive par les congressistes des divers aspects non socialistes ou insuffisamment socialistes, du régime, de la haute administration truffée de réactionnaires, et même du Parti, de l’U.G.T.A. et autres institutions.

Le ministre de l’Economie Boumaza et Ben Bella lui-même n’ont fait, à dessein, leur apparition que dans les dernières heures des assises, afin de n’avoir pas l’air de peser sur les débats, et ils n’ont essayé qu’assez mollement de défendre les diverses têtes de turc sur lesquelles s’était acharné le congrès. Mieux encore, alors que Bou­maza, dans son discours, avait plutôt fait office d’éteignoir et tenté de remettre en cause, insidieusement, certaines décisions prises par les congressistes, Ben Bella a eu le flair de s’engager à exécuter dans leur totalité les désirata du congrès, quitte à réviser plus tard ceux qui, à l’expérience, apparaîtraient erronées.

L’acquis positif de ce congrès, c’est l’en­trée du prolétariat dans la politique algérienne. Les travailleurs ont clairement exprimé leur volonté de participer au prochain congrès du Parti. Le délégué de la coopérative Franz-Fanon d’Alger s’est écrié : « Il faut que le congrès du Parti rassemble en son sein les meilleurs travailleurs afin de tirer les conclusions politiques nécessaires à l’industrie socialiste. » De même, après avoir constaté l’absence des ouvriers et des paysans dans l’Assemblée nationale, il a réclamé la représentation par­lementaire du secteur industriel autogéré.

vers une autre révolution

Chacun s’interrogeait sur l’attitude, dans le cas d’un éventuel « coup dur » du sphinx impénétrable qu’est l’armée nationale populaire, les uns croyant, les autres ne croyant pas, à sa fidélité au régime ben-belliste. Le défoulement public des travailleurs industriels, la maturité et l’audace de leur langage ont provoqué un choc psychologique qui, dans ce pays ou l’atmosphère politique change d’une heure à l’autre, a dissipé bien des nuages, assaini l’atmosphère.

On sait désormais que les travailleurs, pour défendre et élargir leurs conquêtes, sont prêts à se battre — « comme en 1954 » — ainsi que l’a dit au congrès de l’autogestion un ouvrier carrier. Le jeune et dynamique délégué des Constructions métallurgiques de Tlemcen a déclaré sans ambages : « Une autre révolution est à entamer qui concerne l’économie et la politique. La révolution socialiste commence aujourd’hui seulement! ».

Daniel GUERIN.

Alger, 31 mars 1964.


Un article de Daniel Guérin, tiré du journal L’Action, de mai 1964                                         

Équivoque au congrès du F.L.N.

Daniel Guerin - article avril 1964 - congrès FLN

Si rien de ce qui se passe en Algérie n’est clair, le Congrès du F.L.N. a battu les records de l’équivoque. Les assises se sont déroulées à huis-clos. Dans un secret fort peu démocratique. Les masses populaires n’y étaient pas représentées, et l’on n’a point porté devant elles les débats. Les comptes rendus publiés par le quotidien officiel du F.L.N. ont été d’un mutisme déconcertant. Le meeting final sur l’« esplanade de l’Afri­que », annoncé comme un « compte rendu » du Congrès, n’a fait entendre à des auditeurs clairsemés que des rengaines secondaires.

Ce Congrès confidentiel n’était destiné qu’aux initiés. Il avait pour objet d’ajuster, par des compromis et des marchandages, les rapports entre les divers clans civils et militaires qui, par dessus la tête du peuple, se disputent âprement les places au sérail. Il visait aussi à légitimer le pouvoir personnel de Ben Bella.

Le brillant programme d’« ouverture vers le socialisme » n’a joué, semble-t-il, dans le Congrès qu’un rôle accessoire. Son principal rédacteur, Mohamed Harbi, ne figure même pas dans le nouveau Bureau politique, composé de ministres, de militaires, de chefs de clan. Il était impossible de choisir une direction plus incapable de traduire en actes l’« option socialiste».

Le programme, à part certaines contradictions ou lacunes théoriques, aggravées par un amendement en faveur des sociétés d’« économie mixte », a un défaut essentiel : il lui manque encore une force sociale capable de lui donner la vie. Il ne peut être, dans le contexte actuel de l’Algérie, qu’une traite tirée, soit démagogiquement, soit hardiment, sur l’avenir.

Décevant, ce Congrès ? Oui, certes. Mais il ne ferme aucune porte. Des politiciens réticents et peu convaincus ont entériné le programme pour la seule raison qu’il avait la caution de Ben Bella. N’empêche que, désormais, ce programme engage le F.L.N.

Il est une charte dont s’empareront, pour la traduire en acte, les militants sincèrement révolutionnaires.

L'Action, couv mai 1964

Autour de Mohamed Harbi et des groupes d’amis de Révolution africaine que le jeune leader de la gauche du F.L.N. se propose de créer à travers le pays, une avant- garde, composée d’intellectuels, d’étudiants, d’ouvriers de l’autogestion industrielle, est à la veille de se former.

De son côté, l’élite de l’émigration en France, actuellement en cours d’alphabéti­sation et de formation professionnelle, dans un environnement d’industrie moderne et d’organisation ouvrière, pourrait bien fournir, après retour au pays, les cadres nécessaires à la métamorphose du F.L.N. en un parti authentiquement socialiste.

Cette avant-garde, bien sûr, ne naîtra pas en un jour. Mais puisse son entrée en scène ne pas trop se faire attendre. Autrement pourrait empirer le marasme économique entretenu par l’impéritie administrative et le manque de conscience socialiste.

Daniel GUERIN.  29 avril 1964

L’article est tiré du journal l’Action, numéro de mai 1964, dont le comité de direction était composé de Roland Andrieu, Favre-Bleibtreu, Roger Blin, Claude Bourdet, Jean Cassou, Julien Desachy, Guy Desson,  Claude Hazard, Maurice Henry, Henri Lefebvre, Michel Lequenne, Maurice Nadeau, Roger Noulé, Marcel Penin, Jean Poperen, Georges Rino, Oreste Rosenfeld, Tanguy-Prigent, Pierre Vidal-Naquet.  


Un article de Daniel Guérin, tiré du journal L’Action, de Novembre 1964      

En Algérie, le jeu de bascule continue

Algérie 1964 Daniel Guérin

Bien présomptueux serait celui qui se risquerait à émettre un jugement global et sans appel sur l’évolution de la situation algérienne. Tant les choses demeurent fluides, contradictoires et tant le pouvoir personnel continue son jeu de bascule, de type bonapartiste, entre forces divergentes.

La droite a encore marqué un point. Après celle de Harbi, c’est la disgrâce d’Ali Zamoum, le jeune préfet dynamique de Grande Kabylie. Il s’était attiré des inimitiés au sein de la bureaucratie F.L.N., en osant faire élire les membres locaux du parti par la base populaire ; et il avait défié l’appareil paralysant de l’Etat en reconstruisant son « département-pilote » à coups de « débudgétisations ». Voici donc limogé ce préfet pas comme les autres.

Cependant un virage à gauche semble, à nouveau, se dessiner. Harbi demeure le conseiller du Président, lequel a prononcé plusieurs discours fort énergiques. A Laghouat, à l’occasion de la mise en marche des travaux de l’oléoduc « cent pour cent algérien », il a fustigé ceux qui le croient encore à l’époque du pillage colonial, fait justice de la légende selon laquelle l’exploitation du pétrole relèverait d’une science dont seules les sociétés capitalistes auraient le secret. En rompant avec un certain groupe qui ne voulait point se contenter d’une participation minoritaire, en construisant lui- même le pipeline, le gouvernement algérien, comme l’a souligné Ben Bella, a dit non au néo-colonialisme.

A ce congrès de la Fédération des travailleurs du pétrole, le chef de l’Etat s’est déclaré partisan dans les entreprises nationales d’une cogestion par les syndicats ouvriers, solution qu’il préfère à un « capitalisme d’Etat ». Pour les entreprises privées, il a annoncé une réglementation nouvelle des comités d’entreprises. Passant des paroles aux actes, il a fait intervenir à Hassi-Messaoud la police locale pour convaincre la Compagnie Française des Pétroles à laisser pénétrer dans son enceinte trois responsables syndicaux.

Sur le plan de la Défense nationale, l’énergie gouvernementale, par contre, est plus contestable. L’armée a été considérablement renforcée par des chars soviétiques, des Migs et tutti quanti. Pour peu que la commission d’arbitrage de l’O.U.A., qui est sur le point de rendre sa sentence, ne donne pas entièrement raison à la thèse algérienne, une nouvelle tension serait à craindre aux confins marocains. Ben Bella, bien qu’il assure avoir fait son profit des sévères leçons de l’an dernier, pouvait être tenté, à titre de diversion, de pincer à nouveau la corde chauvine. De son côté, le colonel Boumedienne ne serait peut-être pas fâché de prendre sa revanche du demi-échec d’octobre 1963 et de renforcer, par quelque exploit militaire, sa position, déjà trop bien assise, au cœur du régime.

Fin de l'ère Khrouchtchev 1964

La dynamique de l’indépendance est une arme à double tranchant: positive, lorsqu’elle balaie les dernières séquelles du colonialisme ; négative, si elle inspirait à un pays lourdement obéré sur le plan économique une politique de panache, non seu­lement risquée, mais ruineuse.

Daniel GUERIN.


L’Algérie à hue et à dia – Article de Daniel Guérin, dans l’Action, janvier 1965

Algérie 1965 Daniel Guérin

La jeune république démocratique et populaire continue d’être tirée à hue et à dia, d’un côté par une avant-garde ouvrière-paysanne qui prend au sérieux l’option socialiste, de l’autre par un conservatisme petit-bourgeois qui se dissimule sous le couvert de la religion. Un incident significatif s’est produit il y a quelque temps. L’organe des syndicats ouvriers, Révolution et Travail, avait accueilli, pour son édition en langue arabe, un article ouvertement, et même outrancièrement antisocialiste. Cet article avait été, paraît-il, inspiré par un des chefs de file de l’« arabo-islamisme », qui est en même temps, ô paradoxe, un des secrétaires nationaux de l’U.G.T.A., le re­muant Chafaï Boudissa.

Le personnage n’en était d’ailleurs pas à sa première incartade. A la fin de mars der­nier, dans un autre numéro du même jour­nal, qui avait paru le jour même de l’ouver­ture du congrès de l’autogestion industrielle, il avait, déjà, rédigé, sous un nom d’em­prunt, une longue « lettre de lecteur » vouant aux gémonies les socialistes « scienti­fiques » et, contre eux, appelant à la res­cousse les héros morts pour l’indépendance.

Cette fois, la mesure était comble. Le programme du parti était bafoué. Le respon­sable de l’Orientation du Bureau politique, Zahouane, qui penche vers la gauche, empêcha aussitôt la distribution du journal contenant l’article et en fit même arrêter l’auteur, Boudissa, pendant 48 heures. Ce curieux incident a mis, pour la première fois, en lumière les sentiments véritables de la réaction à l’intérieur du régime à l’égard de l’option socialiste, en même temps que la lutte de classes qui scinde l’équipe dirigeante.

la gauche évite le combat

Au sein de la commission préparatoire qui rédigea la Charte d’Alger, l’aile gauche s’était trouvée devant un dilemme : ou bien mettre les antisocialistes au pied du mur, en les obligeant à se démasquer par un décompte des voix, ou bien éviter affrontement public et masquer le désaccord au moyen de subtiles formules transactionnelles.

La première solution comportait le risque de voir reporter à des jours meilleurs une option socialiste que la majorité du congrès F.L.N. ne portait pas dans son cœur, mais elle aurait eu, au moins, l’avantage de confronter l’avant-garde populaire avec la vérité et, ce faisant, de l’inciter à se battre. La seconde solution avait, certes, le mérite de sauver, au moins sur le papier, d’assez larges pans du programme socialiste et de contraindre ainsi les conserva­teurs à s’en faire eux-mêmes les propagandistes, mais elle avait le grave inconvénient d’entretenir la confusion, de dissimuler la véritable nature d’un régime hétéroclite et d’endormir le peuple avec de fallacieuses promesses.

La seconde solution fut adoptée. La gauche évita le combat ; elle s’abstint, en commission, de mettre aux voix les points les plus litigieux, sur lesquels, à coup sûr, elle aurait été mise en minorité. Finalement le prestige personnel du président Ben Bella, d’une part, la soif de justice sociale des miséreux, d’autre part, firent encaisser par le congrès un texte de compromis quelque peu démagogique. Ce programme, qu’il n’avait pas endossé de gaîté de cœur, le conservatisme « arabo-islamiuqe » n’a pas cessé, depuis, de l’embrasser pour mieux l’étouffer. Le caractère sournois de cette opposition ne permettait guère de prendre ses meneurs de jeu en flagrant délit d’hétérodoxie contre-révolutionnaire. L’imprudent article

la pression de l’A. N. P.

Cet incident devait avoir des rebondissements non moins significatifs. Boudissa a les reins solides. Il estime qu’il peut tout se permettre. Il a la faveur de certains éléments de l’armée, ceux-là mêmes qui ont soustrait à l’autogestion paysanne quelque 40 000 hectares de bonnes terres nationalisées pour les soumettre à une gestion caporalisée.

Par ailleurs, l’A.N.P., grâce à de copieuses commandes d’équipements militaires, fait prospérer les pseudo « coopératives » montées en chaîne par Boudissa. Au temps où Mohammed Harbi était encore une puissance, puisqu’il avait l’oreille de Ben Bella et jouait un rôle prépondérant dans la rédaction de la Charte d’Alger, Bou­dissa n’avait pas craint de le menacer, s’il continuait à se mettre en travers de sa route, d’une « balle perdue ». Ni ce langage anachronique, ni l’incident de Révolution et Travail n’ont pu nuire à Boudissa. A l’occa­sion du dernier remaniement ministériel, il a opéré un brillant rétablissement : l’appui de l’armée lui a fait obtenir le portefeuille du Travail.

En sens contraire, la prise de conscience de l’avant-garde ouvrière et paysanne se précise. Les doléances exprimées aux divers pré-congrès régionaux du syndicat des travailleurs de la terre ont amené Ben Bella à reconnaître, avec contrition, dans son discours du premier novembre, qu’aucune des revendications formulées, il y a un an, par le congrès des paysans, et, plus récemment, par celui de l’autogestion industrielle, ne sont entrées en application. Le congrès des travailleurs de la terre qui s’est tenu à Noël, sera suivi, à bref délai, par le deuxième congrès national de l’U.G.T.A., qui pourrait peut-être sonner le glas de l’actuelle direction de la centrale syndicale, réparant ainsi le mauvais coup perpétré par Khider et Boumaza au premier congrès de janvier 1963, contre la direction précédente.

progrès de l’autogestion

L’autogestion progresse malgré les dénigrements de ses adversaires, en dépit d’un certain nombre de faiblesses inévitables dans les circonstances et dans l’ambiance où elle se déroule. Dernièrement Ben Bella annonçait que les terres dégagées par la réforme agraire à venir seraient, non pas confiées à la petite propriété privée, mais autogérées. De leur côté, les fellahs de la région montagneuse du Titteri, au sud-est d’Alger, viennent de prendre l’initiative d’arracher les bornes qui délimitaient leurs parcelles, hier encore jalousement encloses, et de les exploiter en commun, Révolution africaine du 5 décembre observe, à juste titre, que « le socialisme en Algérie est une réalité présente partout, même dans les campagnes les plus reculées ».

Partout, oui, sauf dans l’appareil de l’Etat et du Parti, où les socialistes ne constituent encore qu’une minorité. Mais une minorité à qui la pression populaire permettrait de gagner peut-être davantage de terrain si elle n’hésitait plus à coordonner son action, à s’organiser, à établir le contact avec les éléments dynamiques qui commencent à s’affirmer dans les ateliers comme dans les fermes et, à la base, dans les syndicats comme dans les Khasmas du Parti.

Daniel GUERIN


En cette période où Jean-René Chauvin a rejoint le PSU, les enjeux concernent aussi les journaux.  « L’Action » est un nouveau journal animé/éditorialisé par Claude Bourdet qui a quitté France-Observateur (JR Chauvin y collabore d’ailleurs, en 1964…).


Lettre de Daniel Guérin à Jean-René Chauvin (Fonds d’archives JR Chauvin, CHS)

Paris, le 24 février 1964

Cher Chauvin,

Page 1 Lettre Daniel Guérin 64

Merci du texte “Notre action”, en gros il me parait bon.

Néanmoins, je crains les formulations trop absolues. Mettre dans le même sac De Gaulle et Deferre, c’est, je le crains, combler d’aise le monarque et, sans le vouloir, faire son jeu. Idem pour les gens qui mettent dans le même sac Kennedy (l’assassiné) et la C.I.A. (l’assassin). Idem pour nos amis qui, jadis, traitaient successivement de “bonapartiste” Daladier, puis Doumergue, Brüning, puis Papen, puis Schleicher.

Page 2 Lettre Daniel Guérin 24 février 1964

Ce n’est pas une façon de raisonner très dialectique. Il faut saisir les différences pour mieux les exploiter.

Si, comme vous l’affirmez, la caste néo-capitaliste serait “prête à abandonner les formes extérieures les plus archaïques de la néo-monarchie gaullienne”, c’est dire qu’elle régnerait mieux sous Deferre que sous le monarque, c’est presque conclure que le monarque, insuffisamment docile dans sa sénilité, aux voeux du néo-capitalisme, est moins redoutable que Deferre. Ou, au mieux, c’est dire que De Gaulle et Deferre sont “frères jumaux” comme naguère — les  staliniens fascisme et social-fascisme.

Page 3 Lettre Daniel Guérin 24 fevrier 64

Ceci dit, bien entendu, nous ne devons pas “collaborer” avec l’aile avancée de la bourgeoisie, mais la dépasser, en exploitant ce qui la différencie de l’aile gaulliste.

Pendant le front populaire, nous avons, sans cesse, essayé de dépasser, et non de mettre dans le même sac, Pierre Laval et Léon Blum.

De toute façon, ces remarques viennent un peu tard, puisque je n’ai pas été associé à la rédaction de ce texte (malgré mes efforts répétés pour contacter Poperen).

J’ai appris récemment de source sûre, que ce n’est point l’effet du hasard si l’on m’a tenu à l’écart…

Page 4 Lettre Daniel Guérin 24 fevrier 64

Autre chose : l’alternative socialisme autoritaire étatique ou socialisme authentique (c’est à dire libertaire) n’apparaît qu’à la cantonade, sous la phrase “assorti de garanties contre toute déviation autoritaire et bureaucratique”. Mais des garanties, ce n’est pas assez. Il faudrait remonter aux sources. Et, dès le départ, choisir entre les deux types de socialisme, si l’on optait, par malheur, pour le premier, aucune “garantie” ne pourrait en changer, en cours de route, la malfaisance essentielle.

Ces réserves faites, je suis disposé à collaborer à la revue, car, en gros, elle est la plus proche de mes positions, et que, s’il fallait collaborer à une revue avec laquelle on serait d’accord à 100%, il ne resterait plus qu’à poser la plume.

Bien fraternellement,

Daniel

Lettre de Jean-René Chauvin au comité de direction du journal L’Action

Lettre Chauvin comité rédaction l'Action Daniel Guérin 1

Paris, le 6 octobre 1964

Cher camarade,

Dès les premières rencontres destinées à lancer notre journal l’Action, j’ai proposé la participation de Daniel Guérin qui me semblait aller de soi. Il me fut d’abord ré­pondu qu’il y avait déjà un trop grand nombre de militants du  P.S.U. qui apparaissaient comme animateurs du journal et qu’il était préférable d’élargir le comité de direction vers l’extérieur. Par contre personne ne s’est opposé à sa collaboration éventuelle.

Aussitôt le manifeste paru, Daniel Guérin a manifesté son accord et son désir de nous aider. Il a envoyé chaque fois qu’il lui fut demandé des papiers jugés excellents par les camarades du comité de rédaction. Par ailleurs il nous a communiqué de nombreuses adresses de personnes susceptibles de s’abonner et a largement fait connaître l’Action autour de lui.

En conséquence, j’ai au cours du premier trimestre proposé que Daniel Guérin soit régulièrement convoqué à nos réunions du comité de rédaction. Ceci me fut formellement déconseillé tant qu’il n’y aurait pas eu une discussion avec l’intéressé.

Il y aura bientôt un an que cette affaire traîne. Ou c’est le résultat d’une impardonnable négligence ou 11 y a des raisons qu’il conviendrait d’exposer loyalement.

Je demande donc que la prochaine réunion du comité exécutif du courant unitaire soit saisis de la question.

Pour ma part je propose la participation active et responsable de Daniel Guérin au comité de rédaction, et d’ajouter son nom à la liste des membres du comité de direction.

La présente lettre est envoyée à Claude Bourdet, Jean Poperen. Favre-Bleibtreu, Victor fay», Michel Lequenne, Jacques Blaiss, Guy desson et Lucien Weitz et un double envoyé à Daniel Guérin lui-même.

Fraternellement

Jean-René

L’action, décembre 1964
L’action, mars 1964

Guerre d’Espagne, le POUM

   1936

Barcelone 1936  Fonds Chauvin
Barcelone 1936 Fonds Chauvin – CHS
Espagne 1936 - Fonds Chauvin
Espagne 1936 – Fonds Chauvin – CHS
Barcelonne 1936 POUM FAI Durriti
Six photos de Juillet 36 à Barcelone, Fonds Marceau Pivert (CHS)

– photo 19 juillet 1936 : un groupe du POUM

– photo siège de l’A.I.T. F.A.I. et de Durriti, dirigeant de la F.A.I.

– photo des barricades à Barcelone en juillet 36

Espagne  Juillet 1936 au front Durriti miliciens
Six photos de Juillet 36, la montée au front des miliciens, secteur Durriti
Fonds Marceau Pivert (CHS)

photo “dans les campagnes, la résistance “

photo “L’artillerie Républicaine monte au front”photo “Convoi de miliciens montant au front”

3 photos: “Dans son secteur, Durriti et son Etat-Major dirigent les opérations contre les fascistes”

Barcelone Septembre 1936

Colette Audry - Andres Nin - Gorkin - Marceau Pivert - Barcelone sept 36
De Gauche à droite : Bonet (POUM), Colette Audry, Gorkin, Marceau Pivert, Andrès Nin, John Mc Nair (Fonds Marceau Pivert – CHS)

De Gauche à droite : Bonet (POUM), Colette Audry, Gorkin, Marceau Pivert, Andrès Nin, John Mc Nair

 1938

Coupure de presse du 21/10/1938 –  Article de la Flèche

titre la Flèche

La Flèche (1934-1939) était un hebdomadaire, organe central de “Front commun” puis du “Mouvement frontiste”. (“frontiste” au sens de “Front commun contre le fascisme”). Comité politique: Professeur [Paul] Langevin, Gaston Bergery, Jean Bernier, Lucie Colliard, Bernard Lecache.

POUM 1938 La Flèche  recto
Procès du POUM                         21 octobre 1938 coupure de presse Fonds d’archives JR Chauvin (CHS)

 Le procès du P.O.U.M. La vérité sur les événements de Mai  par L.-P. FOUCAUD

Le procès du P.O.U.M., commencé à Barcelone le 11 octobre, n’est pas, au moment où j’écris ces lignes, terminé. En France, la presse, faute d’informations  n’a pas ou peu parlé de cette pénible affaire. Le correspondant de l’agence Havas à Barcelone, qui est sans doute « un monsieur qui ne veut pas d’histoire », s’est contenté de transmettre au début du procès quelques télégrammes strictement officiels.

L’Humanité et Ce soir <autre quotidien PCF, voir ci-dessous> sont, par hasard les seuls journaux donnant quotidiennement des comptes rendus des audiences. M. Pierre Mars, dans l’Humanité, et M. Soria dit Ribécourt, dans Ce soir, sont, aidés par M. Louis Aragon, les domestiques de service chargés de créer en France un état d’esprit permettant aux staliniens d’Espagne d’exécuter des hommes dont le seul crime est de s’être opposé à la colonisation de leur pays par les Russes.

En Espagne, la censure arrête toutes les informations sur ce procès. A ma connaissance, un seul journal espagnol a essayé de parler de cette affaire (Las Noticias, du 12 octobre). Son article a du reste été censuré. Un de mes camarades parti samedi à Barcelone et rentré à Paris mercredi dernier, m’affirme que même dans les milieux officiels espagnols, on ignore tout de ce procès. Une communication téléphonique d’un ami catalan, ayant quitté Barcelone mercredi soir, m’apprend que si le procès est public, le nombre des personnes admises à y assister n’en est pas moins extrêmement réduit. Une carte nominative est exigée à l’entrée du tribunal.

Par contre, si les comptes rendus de l’Humanité sont exacts, Largo Caballero, ancien président du Conseil, Irujo, ancien ministre de la Justice, Frédérica Montseny, ancien ministre et José Andreu, ancien président du tribunal, sont venus témoigner en faveur des inculpés. Et cela, s’ils ont pu s’exprimer librement et répéter les déclarations qu’ils avaient faites aux délégations internationales, est pour nous la garantie de l’acquittement de Gorkin et de ses amis.

Il semble bien du reste que l’accusation d’espionnage s’effondre. Le trait d’union entre le P.O.U.M. et la Gestapo était, d’après le procureur, Kurt Landau, camarade que les staliniens ont fait disparaître en Espagne le 23 septembre 1937. M. Negrin a reçu, dès que cette accusation a été connue, un télégramme dont voici le texte :

M. Negrin, président du Conseil.

Protestons contre diffamation de Kurt Landau.  Témoignons l’intégrité de ce militant révolutionnaire.

Parmi d’autres ont signé jusqu’à maintenant : Challaye, Fourier (Marcel), Martinet, Marcel Martinet, Madeleine Paz, Maurice Paz, Marceau Pivert, Char­les Rappoport, Marguerite Rosmer, Alfred Rosmer, Gérard Rosenthal, Victor Serge, Wullens.

Pour les partis émigrés allemands à Paris : Brandler, Thalheimer, Paul Froelich.

Ce télégramme, en raison du passé et de la parfaite honorabilité de ceux qui l’ont signé, se passe de tout commentaire et dément l’odieuse accusation.

Il ne reste donc plus, comme motif d’inculpation contre les dirigeants du P.O.U.M., que leur participation au soulèvement de mai 1937 à Barcelone. Je répète ce que les journées de mai ne furent qu’une riposte du peuple de Catalogne aux provocations répétées des staliniens.

Ces provocations, les voici : Dès que l’Espagne antifasciste se divisa en deux camps, le P.O.U.M., la C.N.T. et la F.A.I. voulant mener en même temps la guerre et la révolution,  et le parti communiste, l’U.G.T. et les partis bougeoirs décidés seulement à faire la guerre, le parti communiste (P.S.U.C.) décida dès ce moment d’écraser ses adversaires.

Pour cela, il lui fallait des armes. Le vendredi 5 mars, grâce à un faux, les communistes volent 11 tanks; le peuple catalan, se doutant que ces armements vont être employés contre lui, manifeste. Les tanks retrouvés à la caserne Vorochilov, sont rendus par le P.S.U.C.. Le 27 avril, l’alcade anarchiste de Puigcerda et trois de ses compagnons sont assassinés par des membres du P.S.U.C. Le 3 mai, les staliniens attaquent, avec deux cent policiers, la central téléphonique de Barcelone.

La patience du peuple catalan est à bout. La F.A.I., la C.N.T. et le P.O.U.M. occupent tous les points stratégiques de la ville.

Le 4 mai, les gardes civiles et le P.S.U.C. tirent contre le comité de défense de la Plaza Espana.  5 ouvriers de la C.N.T. sont assassinés par le P.S.U.C. alors qu’ils se rendaient au comité régional.

Le 5 mai, la C.N.T. et le P.O.U.M. proposent le désarmement général et demandent que toutes les forces antifascistes se consacrent à la lutte contre Franco.

Dans la nuit du 5 mai, Berneri et Barbéri (anarchistes italiens) sont assassinés par des membres du P.S.U.C.

Le 6 mai, la C.N.T. invite ses adhérents à reprendre le travail et abandonner la centrale téléphonique.

Le 7 mai, attentat du P.S.U.C. contre Frederica Montseny.

Le 9 mai, l’U.G.T., profitant de la trêve, attaque le local du syndicat des travailleurs des spectacles publics de la C.N.T. et occupe l’immeuble.

La C.N.T. demande à la radio à ses troupes de ne pas employer la force.

J’ai retracé ici sommairement les faits qui ont conduit le peuple catalan à la révolte. Vouloir transformer les victimes en coupables est une énormité.

Comme le gouvernement Negrin a déjà gracié, sans jugement, les membres de la C.N.T. inculpés pour leur action pendant les journées de mai, il se doit d’acquitter le comité exécutif du P.O.UM.

Mise au point de Katia Landeau

UNE MISE AU POINT DE KATIA LANDAU (La Flèche 21/10/1938)

Dans le compte-rendu de l’Humanité du 14 courant, sur le procès du P.O.U.M., amalgame maladroit de vraies dépositions et de diffamations éhontées, je retiens la phrase suivante :

« Il (Andrade) doit reconnaître qu’il était en contact avec Kurt Landau, ancien secrétaire de Trotskl et agent notoire de la Gestapo ».

Je pourrais bien démentir que Kurt Landau n’a jamais été secrétaire de Trotski, mais qu’il a formé avec Trotsky et Alfred Rosmer le premier bureau international de l’opposition de gauche. Pour nous, ce travail ne revêt aucune importance.

Mais pour flétrir le cynisme des gangsters politiques. Je révélerai brièvement les faits qui suivent : Kurt Landau est enlevé le 23 septembre 1937 à Barcelone. Il est amené à la prison clandestine du parti communiste de la rue Córcega, tristement connue par les tortures sauvages employées au cours des interrogatoires.

Le 22 novembre 1937, le ministre de la Justice, Irujo, en réponse à une grève de la faim des prisonniers du P.O.U.M., vient me voir pour me dire d’une façon formelle, devant 15 à 20 témoins, que Nin et Landau ont été tués par les staliniens. Le lendemain de sa visite, il charge le procureur général de Catalogne d’une enquête sur le cas Landau et prépare le procès contre les « assassins staliniens » dont il ne veut pas couvrir les crimes, dit- il textuellement. J’ai vu le dossier de l’enquête le 4 décembre 1937 au Palais de justice à Barcelone. Quelques jours plus tard, Irujo doit démissionner. Un procès qui démasquerait les crimes des staliniens n’est plus possible.

Le 30 janvier 1938, Victorio Sala, directeur de la police d’étrangers, membre du parti communiste catalan, me promet, sous parole d’honneur, devant 7 témoins, tous à Paris, que Kurt Landau, qu’il qualifie de revolucionario equivocado (un révolutionnaire qui se trompe), se trouve dans une prison espagnole et qu’il sera expulsé dans le plus bref délai.

Aujourd’hui, on ose parler de Nin comme accusé principal et de Kurt Landau comme « agent notoire de la Gestapo ».

La Gestapo, elle, elle sait très bien qu’elle a recherché Kurt Landau dirigeant d’un groupe communiste d’opposition en Allemagne. Elle sait très bien qu’elle détient les adhérents politiques du groupe de Landau dans les camps de concentration; dans les cachots de l’Allemagne fasciste. (Procès contre le groupe « Der Funken » à. Berlin, 4-16 janvier 1935),

Tous ces faits, la G. P. U. et l’internationale communiste les connaissent parfaitement. Ce qui ne les empêche pas, après avoir assassiné des camarades, de les couvrir de calomnies dans les colonnes de leur presse prostituée.

Katia LANDAU


Jugement POUM 1938

Coupure de presse de “Ce soir” du 23/10/1938 :

“Ce Soir” était un quotidien dépendant du Parti Communiste Français, fondé avec l’argent du gouvernement républicain espagnol (tenu par Staline après 1937) pour soutenir sa cause. Autrement dit, ce journal faisait partie de la “presse prostituée” (pour reprendre l’expression de Katia Landau ci-dessus).LE PROCÈS DU P.O.U.M.La dernière audience avant le jugement  De notre envoyé spécial RIBECOURT

Barcelone, 22 octobre (par téléphone)  . — Contrairement à ce qu’avait annoncé lui-même le défenseur des dirigeants du P.O.U.M., le flot de la défense s’est tari. Me Rovira, avocat des accusés, s’est contenté ce matin de répéter que ses tristes clients étaient innocents et qu’il demandait pour eux l’indulgence du tribunal. Parce qu’elle était attendue sans curiosité, la fin de cette plaidoirie fut sans histoire. Quatre-vingt dix minutes durant nous devions entendre des arguments analogues à ceux que le défenseur développa hier. A écouler Me Rovira, il ne s’était rien passé en Espagne au mois de mai 1937 : le P.O.U.M. n’avait point participé à l’organisation du putsch sanglant qui causa 1.300 morts et 2.500 blessés. Les désordres sanglants en question se produisirent sans qu’aucune campagne de la Batalla les provoquât et les dirigeât dans un sens déterminé. Tout ce que le P.O.U.M. avait, par ailleurs, dit et fait contre le gouvernement Caballero, ses liaisons avec des agents de la Gestapo et de l’Ovra, le sabotage systématique de l’armée régulière, l’espionnage au profil des rebelles, le défaitisme érigé à la hauteur d’un principe, tout cela n’était que fables et invention pure et simple, ou bien encore le résultat d’une extraordinaire génération spontanée. l.a défense fut, en bref, incapable de réfuter sur quelque point que ce fût, l’acte d’accusation, et pendant les dernières minutes de la plaidoirie, l’impression parmi tous ceux qui ont suivi les débats était que la culpabilité des accusés est pleine et entière. Aux noms de ceux-ci, Gorkin prit la parole pour une dernière déclaration et, cherchant manifestement un incident, se fit rappeler à l’ordre à quatre reprises différentes.  Après quoi, il renonça de lui-même à la parole. Le dernier acte du procès du P.O.U.M. venait de se dérouler. Le tribunal rendra sa sentence publiquement d’ici quelques jours. La parole est désormais à la justice républicaine.

LE PSU ET FRANCE-OBSERVATEUR

Vous trouverez sur cette page quelques documents des archives de Jean-rené Chauvin relatifs au PSU et à France-Observateur. Les documents ont été scannés avec OCR (reconnaissance optique des caractères) de façon à pouvoir être intégrés dans le corps de la page.

Jean-René Chauvin avait rejoint le courant SR du PSU en 1963, et qu’il y restera jusqu’en 1969. Courant auquel appartenait aussi André Calvès, ancien Trotskiste également

1) lettre de J.R. Chauvin à André Calvès, du 5 juillet 1963

Mon cher Calvès,

Lettre de Chauvin à Calvès PSU France Observateur recto

Encore un dernier mot avant de boucler le sac et de partir.  Il faut veiller au grain du côté du “Conseil de France-Observateur”.   Je t’ai déjà dit dans mon mot gribouillé ce matin qu’il faut y envoyer un copain sûr et peu connu, mais qu’il faut aussi faire une démarche, auprès de certaines personnalités qui sont utilisées sans le savoir dans la lutte intérieure au PSU.

Je propose une lettre qui pourrait être signée de Verdier, D. Mayer, de Poperen, de Bourdet, et de certains de chez nous, peut être Nadeau et Cassou. À une seconde étape cette lettre pourrait être rendue publique. L’objectif et de court-circuiter l’organisation parallèle qu’ils sont en train de monter et de montrer clairement à l’opinion qu’il s’agit de l’amorce d’un regroupement de la gauche non-communiste .

Voici un modèle de lettre. Vous pouvez le modifier si vous adoptez ce projet. Communiqué en un exemplaire à Bleibtreu et à Lequenne.

Cher ami,

Nous avons appris par la presse que vous faisiez partie du Conseil de France-Observateur. En temps normal nous n’aurions rien à redire à une telle initiative que nous aurions souhaitée venir beaucoup plus tôt. Elle survient en effet au moment où le PSU et France- observateur connaissent les même difficultés, et cela nous invite à nous interroger sur l’effet de la constitution d’un tel conseil au sein du PSU.

Il est de fait que France-Observateur a pris ouvertement position pour une des tendances du PSU au point d’éliminer un peu brutalement notre camarade Claude Bourdet. En même temps ce comité de rédaction s’allie, par votre conseil à des personnalités extérieures au PSU. Quoi qu’on en dise l’on ne peut se défendre d’y voir-une sorte de pression extérieure pour tenter d’infléchir le PSU vers une orientation qui coïncide avec la conception d’un regroupement de la gauche non-communiste. La composition du Conseil de F. Ob. est d’ailleurs très significative puisqu’elle constitue une espèce de microcosme de ce regroupement auquel la majorité du PSU est actuellement hostile et lui préfére une union sans exclusive de toute la gauche socialiste. Aussi pensons nous que loin de ressouder les liens entre les différents du PSU d’abord et de la gauche socialiste ensuite cette initiative tend au contraire à accentuer le clivage en lui donnant une forme organique.

Pourquoi tous les courants du P.S.U. ne sont ils pas représentés à ce Conseil ?

Peut on dire que ce comité rassemble tous les courants de la gauche socialiste alors que certaines personnalités en sont exclues ? Citons Breton, Nadeau, Sartre, Francis Jeanson, Dresch, et au sein du PSU, Verdier, D. Mayer, Poerren, Craipeau, Bleibtreu… 

Lettre de Chauvin à Calvès PSU France Observateur verso

Ceci pose le vieux problème des rapports d’un parti ouvrier avec un organe de presse extérieur au parti.

Nous avons connu dans le passé une expérience malheureuse qui aurait dû nous instruire. Celle du R.D.R.  A l’époque le quotidien Franc-Tireur sans en être l’organe officiel avait lancé et soutenu ouvertement le RDR. Mais rapidement le comité de rédaction de ce journal a pris une position de plus en plus pro-atlantique et pro SFIO, tandis que la base militante du RDR restait attachée à l’indépendance à l’égard des blocs comme du réformisme et du stalinisme. Le résultat ne s’est pas fait attendre le RDR a disparu.Cependant sa base militante s’est retrouvée peu après dans les différentes formations qui du CAGI au FSU en passant par la nouvelle gauche et l’UGS ont exprimé ce Courant .

Le PSU est aujourd’hui bien plus fort que le RDR et il est peu probable que France Observateur, moins solide financièrement que Franc-Tireur puisse délibérément tourner le dos à ce courant, ou seulement espérer l’infléchir.

Les militants du PSU n’ont que leurs cotisations et leur main d’oeuvre bénévole pour faire vivre leur parti et ses modestes publications. Ils ne peuvent que se réjouir quand un organe de presse à grande diffusion les appuie. Mais lorsque cet organe de presse prend des positions différentes de celle de la majorité du parti, et que celle-ci y est même attaquée sans pouvoir répondre, vous comprendrez qu’ils s’inquiètent d’une initiative qui prend l’allure de pression qui porte atteinte à l’indépendance du parti et à sa démocratie intérieure.

Nous estimons donc nécessaire d’attirer votre attention sur le danger de clivage que fait peser sur le PSU l’initiative à laquelle vous avez adhéré, membre ou non du PSU vous ne devez pas en ignorer toutes les implications. Il est possible que certaines personnalités sympathisantes du PSU mais extérieures à lui et donc peu au courant de la crise actuelle aient donné leurs signature sans connaître toutes les conséquences qu’entraîne la constitution d’un tel conseil embryon d’un rassemblement de la gauche non communiste.

Nous pensons qu’une discussion loyale et ouverte ne peut que profiter à l’éclaircissement de ces idées et de la stratégie nécessaire.  C ‘est dans c’est esprit que nous vous proposons un dialogue et si possible une rencontre .

Nous espérons que vous aurez à coeur de nous répondre

Fraternelles salutations socialistes.

Cette lettre n’est qu’un projet. Je l’ai rédigée à toute vitesse, mais je pense que l’essentiel et le ton y sont. Fais le nécessaire A mon retour.

Jean René

Un courrier de Daniel Guérin :

LES FILMS DE CATHERINE DE GRISSAC ET LES PRODUCTIONS DE PLAN LARGE (NANTES)

Catherine de Grissac, réalisatrice de documentaires

Nous retrouvons sur ce site de nombreuses images de Jean-René Chauvin tirées du documentaire de Catherine de Grissac : 

“Jean-René Chauvin, trotskiste indépendant” de Catherine de Grissac (2001, Plan Large production)
Dans ce film, Jean-René Chauvin , 83 ans, témoignait de sa vie de militant “trotskiste indépendant” (le film a été tourné lors d’une période où Jean-René avait – temporairement – quitté son organisation politique, la LCR). Il relatait sa première manifestation en février 1934 à l’âge de 16 ans contre les fascistes, jusqu’à son combat pour la Bosnie (en 2001), sans oublier sa déportation dans trois camps de concentration. Le scénario du film prenait les contours d’un parcours initiatique, les dialogues étant basés sur les échanges entre Jean-René et Hélène, 18 ans, qui n’avait pas de passé militant et qui découvrait l’engagement à travers le parcours de Jean-René.

Catherine de Grissac et Hélène, dans “Jean-René Chauvin, Trotskiste indépendant”

Autres films de Catherine de Grissac :

2011 : Francis Jeanson, itinéraire d’un intellectuel engagé

“Lier en permanence réflexions intellectuelles et pratiques concrètes est le leitmotiv du parcours du philosophe Francis Jeanson : de la pensée sartrienne à l’engagement pour une Bosnie pluriethnique, en passant par l’action culturelle et la défense de la psychiatrie du sujet et du citoyen. Ce film vise à retracer la cohérence de cette démarche et servir un débat autour des prolongements qu’elle peut inspirer aujourd’hui à tous ceux qui ne se résignent pas à subir l’ordre des choses et font le pari d’une réappropriation du monde.”

2010 : Une tour de l’amiante un combat
Ce film retrace l’histoire de la tour Beaulieu à Nantes, appelée Tripode, des fonctionnaires qui y ont travaillé, de leur découverte progressive de l’amiante et de ses dangers, et de 30 années de luttes. Organisés en intersyndicale, ils mènent un combat pour que leur exposition à l’amiante soit reconnue au plus haut niveau de l’État. Une lutte qui s’inscrit dans celle de dizaines de milliers de victimes.

2003 : Territoires
Malakoff : Quartier cosmopolite de Nantes enclavé entre la Loire, la route et le chemin de fer. Plus de 4000 personnes vivent dans des tours et des ” bananes “.  Malakoff : Quartier dont la réputation n’y est pas forcément bonne mais dont on apprécie le cadre de vie, on y rentre que si on a quelque chose à y faire. Près de 2000 habitants ont moins de 19 ans. Dans un an, la démolition des tours et bananes commencera pour laisser place à un nouvel habitat et à de nouveaux espaces. Les familles concernées par les démolitions seront relogées sur le quartier, ou bien profiteront de l’occasion pour s’installer définitivement ailleurs. 

2000 : Les Oiseaux de la marée noire
12 décembre 1999, l’Erika coule au large de Belle-Île, répandant des nappes épaisses de pétrole. Les oiseaux victimes de cette marée noire sont soignés en masse au centre de soins de la faune sauvage de Nantes. Un sauvetage minutieux assuré le plus souvent par des bénévoles.

Le film de Catherine de Grissac “Jean-René Chauvin, trotskiste indépendant” est une production Plan large production , La Rinjardière, BP 10037, 44370 Varades.

Il est possible de commander le DVD (et les autres productions de Plan-large) en adressant un mail à : contact@plan-large.com

Le prix (2012) du dvd de “Jean-René Chauvin, trotskiste indépendant” de Catherine de Grissac pour un usage privé, le prix est de 20 €TTC (frais de port inclus)
Pour un usage ouvrant à la consultation ou au prêt (sans diffusion publique bien sûr), le prix est de 30 €HT, soit 35,88 €TTC, frais de port inclus. 
Pour tout autre usage ou projection publique, contacter Plan-Large.
Les chèques sont à établir à l’ordre de Plan Large Production.

 

Autres films de Plan Large production :

Mayotte, si loin, si proche
de Jean-Luc Oury/ Jean-Luc Greffier, documentaire, 52’, 2007

Pratique d’utopie
de Stéphanie Drelon, Sylvain La Porte des Vaux, 2007
En Argentine, une économie sociale appelée troc a trouvé un large écho auprès des populations depuis la crise économique de 2001.

Mère Arménie
de Maïté Jardin / documentaire / 104’ / diffusion : TV10 Angers et KTO

Aurons-nous la télé à Noël ?
de François Gauducheau / documentaire / 90’ / diffusion : Télénantes et Nantes 7

L’art et la manière
de Olivier Hamard / série documentaire / 8 x 13’ / diffusion : France 3 Ouest et TV10 Angers

Éphémères
de Pascal Bonnelle / long métrage fiction / 82’ / coproduction : l’APCA, Montevidéo, diffusion salles

Après la folie
de Mickaël Hamon, 2009
Une association de malades en réinsertion après un lourd passé psychiatrique. Un lieu où les malades tentent de se resocialiser, avec une part d’autogestion, le Groupe d’Entraide Mutuel à Nantes

Au pied du mur
de Carole Garrapit, 2003
Cinq millions de personnes vivent une situation précaire en France. Cinq millions d’histoires différentes qui ont souvent un dénominateur commun : la perte d’un emploi. Comment peut-on, par la restauration d’un patrimoine collectif, ou par l’accompagnement dans des travaux effectués dans leur propre logement, donner ou redonner confiance à des personnes en difficulté ?

Entre ici et là-bas, d’Angers à Beni Ayatt
de Nathalie Marcault, 2001
Automne 2000. Des jeunes d’origine maghrébine habitant Angers créent une bibliothèque dans le village marocain de Beni Ayatt. Beni Ayatt : c’est de là, de cette région rurale du Moyen-Atlas, que certaines de leurs familles sont originaires.

COMITÉ DE VIGILANCE DES INTELLECTUELS ANTIFASCISTES (CVIA)

Manuscrit du texte écrit par Hélène Modiano (Fonds Marceau Pivert) concernant le déroulement du congrès du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (CVIA) – Novembre 1935

Comité des Intellectuels anti-fascistes- Photo14 juillet 1935

Les camarades ont pu lire dans le Populaire du 5 novembre (page les livres) le texte Intégral des deux résolutions votées à l’ unanimité, dimanche 3 novembre, par le Congrès national du Comité de Vigilance des Intellectuels antifascistes.Ils ont pu lire par ailleurs, dans le dernier numéro de la Gauche Révolutionnaire, le compte-rendu du Congrès, par notre camarade Colette Audry, qui en marquait les incidents et en rendait surtout l’atmosphère. Ils ont su, par ce compte-rendu, quelle opposition permanente s’était fait sentir entre délégués socialistes et délégués communistes sur l’attitude à prendre au sein du Front Populaire et en face des dangers de guerre. Ils sont donc tout à fait à même d’apprécier la saveur de la sauce à laquelle l’Humanité du 11 novembre a accommodé – en le publiant – le texte des résolutions prises par le Congrès du C.V.I.A.

CVIAF

L’Huma annonce ce texte comme à elle communiqué (donc tel quel) par le C.V.I.A. Seulement, des deux principales résolutions, qui avaient été discutées et votées séparément, en deux séances distinctes du Congrès et de la Commission des résolutions (l’une consacrée ni à “la lutte contre la guerre” l’autre à “l’Action positive” et au Front Populaire), l’Humanité a fait un savant et agréable amalgame, composé de fragments recoupés et recollés, et qui se présentent comme un texte unique, d’ailleurs confus et vague à souhait  il eût été vraiment dommage que la Commission des Résolutions ait mis toute une nuit et une demi-journée (grâce à l’obstruction communiste), pour accoucher en fin de compte d’un texte aussi plat et aussi vide! Il est vrai que pour corser le morceau, on a placé en hâte de cette résolution unique, la condamnation prononcée par le Congrès contre DORIOT, laquelle n’était qu’un simple texte à part, proposé par une “Commission des voeux”, mais devient ainsi, pour réjouir le cœur des lecteurs “purs”, le premier paragraphe de la grande résolution des intellectuels, et évidemment le centre de leur préoccupations, et l’essentiel mérite de leurs travaux!
Mais cette petite ficelle est encore bien innocente. Voici qui est plus grave – et plus significatif ! Dans le texte unique ’’communiqué” par l’Huma,  ne subsistent des deux textes authentiques  que les passages qui plaisaient, ou ne déplaisaient pas trop, aux délégués communistes; tous les paragraphes contenant des affirmations qui, au Congrès, avaient suscité leurs murmures (bien que finalement ils les aient acceptés, puisque les différentes résolutions furent toutes votées à l’unanimité), tous ces paragraphes “désagréables” ont miraculeusement disparu dans l’Huma ! En voici le recensement détaillé:

1) De la résolution sur le Front populaire ont disparu :

a)  L’expression (pourtant très discrète, grâce aux efforts des communistes au sein de la Commission des Résolutions) de certaines inquiétudes au sujet de tendances à une extension excessive du Front Populaire, et l’affirmation que les “Intellectuels au service de la classe ouvrière” emploieraient leurs facultés d’esprit critique et de “vigilance” à éviter que le Front Populaire ne devienne une combinaison électorale propre à renflouer quelques politiciens usés et ambitieux;

b)  Le désir de voir un programme de Front Populaire qui soit véritablement le signal d’une “transformation économique profonde” (encore trois mots que les communistes avaient eu bien du mal à admettre ! )

e) Par contre, subsiste seul le passage demandant le “renforcement du Front Populaire”, afin “d’amener des masses de plus en plus importantes dans ce mouvement”, passage qui prend un sens tout différent selon qu’on le présente tout seul (admission dans le Front Populaire d’hommes et d’organisations de plus en plus douteuses), ou qu’on le replace dans son contexte, et qu’on le balance par la contre-partie précédente (développement du Front Populaire, précisément grâce à un contrôle qui lui assurera une allure sérieuse de vrai mouvement de masses révolutionnaire).

2°) De la résolution sur la LUTTE CONTRE LA GUERRE, ont disparu les paragraphes réclamant:

a) Le désarmement général simultané et contrôlé

b) La révision des Traités

c) L’interdiction de la fabrication et du commerce privé des armements                                —-Ont disparu également :

d) L’affirmation catégorique de l’opposition irréductible de la C.V.I.A. à l’Union Sacrée;

f) La répudiation formelle de “toute idée de croisade antifasciste” et la condamnation “avec horreur” de toute pensée de guerre QUELCONQUE contre un peuple QUELCONQUE, quelqu’en soit le prétexte ou l’occasion;

e) La dénonciation de la responsabilité personnelle de Laval dans le conflit Italo-Ethiopien.

Certes, nul ne contestera à un journal le droit de ne pas publier in-extenso les textes qu’on lui transmet; mais alors il ne faut pas donner à croire qu’il s’agit là d’une reproduction fidèle et intégrale, comme a été celle du Populaire; d’autre part, il est pour le moins curieux de constater que les passages qui ont “sauté” sont précisément ceux dont le contenu n’avait pas paru plaire aux membres communistes de “Vigilance”. Et la comparaison patiente des trois textes – les deux vrais et l'”arrangé” – nous donne des aperçus bien inquiétants sur les pensées intimes du Parti communiste en ce qui concerne, en particulier, l’UNION SACRÉE et la refus de participer à une guerre éventuelle derrière l’Etat-Major français…

Hélène Modiano

texte Hélène Modiano Fonds Pivert recto
Texte Hélène Modiano
texte Hélène Modiano Fonds Pivert verso
Texte Hélène Modiano

TRACTS PRINTEMPS 1968

Les tracts affichés sur cette page sont tirés du fonds d’archives Jean-René Chauvin. Ce fonds et ces archives de tracts sont consultables au CHS à Paris. Mais sur cette page, ils sont accessibles à tous.



1) Tract du Mouvement du 22 mars 1968

VOTRE LUTTE EST LA NOTRE !

Nous occupons les facultés, vous occupez les usines. Les uns et les autres, nous bat­tons-nous pour la même chose ?

Il y 10 % de fils d’ouvriers dans l’enseignement supérieur. Est-ce que nous luttons pour qu’il y en ait davantage, pour une réforme démocratique de l’université ? Ce serait mieux, mais ce n’est pas le plus important. Ces fils d’ouvriers deviendront des étudiants comme les autres.

tract 22 mars recto

Qu’un fils d’ouvrier puisse devenir directeur, ça n’est pas notre programme.  Nous voulons supprimer la séparation entre travailleurs et ouvriers dirigeants. Il y a des étudiants qui, à la sortie de l’université, ne trouvent pas d’emploi. Est-ce que nous combattons pour qu’ils en trouvent ? pour une bonne politique de l’emploi des diplômés ? Ce serait mieux, mais ce n’est pas l’essentiel. Ces diplômés de psychologie ou sociologie deviendront les sélectionneurs, les psychotechniciens, les orientateurs qui essaieront d’aménager vos conditions de travail; les diplômés de mathématiques deviendront les ingénieurs qui mettront au point des machines plus productives et plus insupportables pour vous. Pourquoi nous, étudiants issus de la bourgeoisie, critiquons-nous la société capitaliste ? Pour un fils d’ouvrier, devenir étudiant c’est partir de sa classe. Pour un fils de bourgeois, ça peut être l’occasion de connaître la vraie nature de sa classe, de s’interroger sur la fonction sociale à laquelle on le destine, sur l’organisation de la société, sur la place que vous y occupez. Nous refusons d’être des érudits coupés de la réalité sociale. Nous refusons d’être utilisés au profit de la classe dirigeante. Nous voulons supprimer la séparation entre travail d’exécution et travail de réflexion et d’organisation. Nous voulons construire une société sans classes, le sens de votre lutte est le même. Vous revendiquez le salaire minimum de 1 000 F dans la région parisienne, la retraite à 60 ans, la semaine de 40 heures payée 43. Ce sont des revendications justes et anciennes. Elles paraissent pourtant sans rapport avec nos objectifs. Mais en fait vous occupez les usines, vous prenez les patrons comme otages, vous faites la grève sans préavis. Ces formes de luttes ont été rendues possibles par de longues actions menées avec persévérance dans les entreprises et aussi grâce au récent combat des étudiants. Ces luttes sont plus radicales que nos légitimes revendications parce qu’elles ne cherchent pas seulement une amélioration du sort des travailleurs dans le système capitaliste, elles impliquent la destruction de ce système. Elles sont politiques au vrai sens du mot : vous ne luttez pas pour que le Premier Ministre soit changé mais pour que le patron n’ait plus le pouvoir dans l’entreprise ni dans la société. La forme de votre lutte nous offre, à nous étudiants, le modèle de l’activité réellement socialiste : l’appropriation des moyens de production et du pouvoir de décision par les travailleurs. Votre lutte et notre lutte sont convergentes. Il faut détruire tout ce qui isole les uns des autres (l’habitude, les journaux, etc.). Il faut faire la jonction entre les entreprises et les facultés occupées. Vive l’unification de nos luttes ! Tous aux quatre meetings et à la manifestation à la Gare de Lyon, ce jour, vendredi 24 mai 1968, à 19 heures. Mouvement du 22 mars 1968

CH-Bernard – Paris 18e a 1


2) Mouvement du 22 mars – Distribué lors des manifestations après la première semaine de mai 68 :

CONTRE LES GAZ

1 Mesures préventives :

  • lunettetract 22 mars contre les gaz rectos de plongée sous-marine, de moto, de ski etc. (hermétique)
  • tenir dans la bouche une moitié de citron (pour la respiration)
  • linge autour du nez et de la bouche
  • ne pas rester dans une nappe de gaz -verser de l’eau, ouvrir les bouches à eau
  • ne pas respirer les gaz des grenades offensives (celles qui font un gros bruit en explosant)
  • sur l’épidermes couche de fond de teint ou crème grasse
  • pour les yeux : collyre à l’hydrocortisone

2 Si quelqu’un est atteint   A/

  1. Tous les médecins ne connaissent pas toutes les mesures à prendre :
  2. A amener le malade sans qu’il fasse d’effort dans une pièce chauffée et bien aérée
  3. le moins de mouvement possible
  4. gouttes d’éther sulfurique dans les narines (pour certaines grenades)
  5. saignée: 500 milligrammes de sang minimum(pour certaines grenades)

B/ Oxygéner le malade et le laisser se reposer

C/ Ne lui faire absorber ni nourriture ni eau

  • les cas graves risquent des lésions sèches pulmonaires (bronchites, crachats roses) ou, par saturation, la mort par lésion pulmonaire
  • grenades au chlore (dans des cylindres en plastique transparent)   corrosives, attaquent les muqueuses externes et internes.

CONTRE LES PROJECTILES, MATRAQUAGES etc…

  • Aucun vêtement en nylon (qui brûle), ni rembourrage de papier
  • casques de moto ou de chantier
  • Si une grenade tombe à coté de vous, ne la ramassez pas, éloignez vous, elle peut exploser
  • pour les donneurs de sang : CENTRE DE TRANSFUSION SANGUINE DES HOPITAUX DE PARIS, 53 Bd Diderot, PARIS XII   ou les centres de quartiers

MOUVEMENT DU 22 MARS NANTERRE


3) APPEL A LA MANIFESTATION DU 13 MAI 1968

Appel manif 13 mai

POUR LES LIBERTÉS
HALTE A LA RÉPRESSION !
LE SANG DES ETUDIANTS A COULE A PARIS.
CETTE VIOLENCE VOLONTAIRE, AUSSI BRUTALE QU’INJUSTE, DU POUVOIR, QUI A POUR BUT D’ÉCRASER LES REVENDICATIONS, EXIGE UNE RIPOSTE IMMÉDIATE.
 
DANS L’UNITÉ,
 
TOUTES les organisations syndicales  
APPELLENT A LA GRÈVE GÉNÉRALE
 
  • POUR LA LIBÉRATION DES ETUDIANTS EMPRISONNES, ET L’AMNISTIE;
  •  POUR L’ÉVACUATION DES FORCES DE POLICE DU QUARTIER LATIN; 
  •  POUR LA RÉOUVERTURE DES FACULTÉS;
  • CONTRE LA RÉGRESSION SOCIALE;
  •  POUR LES REVENDICATIONS DES TRAVAILLEURS,
RASSEMBLEMENT
 
LUNDI 13 MAI 1968, AU CHAMP DE MARS, A 16 HEURES
 
Signé : A.G.E.R. – U.N.E.F. – C.G.T. – C.F.D.T. – F.O. – F.E.N. S.N.I. – S.N.E.S. – S.N.E.Sup. – S.G.E.N
POUR LES LIBERTES
 

 
4) JUIN 1968

Tract JCR mai 68 recto

 

J’AI DÉJÀ VOTÉ POUR LE SOCIALISME SUR LES BARRICADES

et lors de la GRÈVE GÉNÉRALE

JCR  Jeunesse Communiste Révolutionnaire

 

Tract JCR mai 68 verso

Pendant les journées de Mai 1968 la bourgeoisie a eu peur. Les élections de Juin la rassurent.

1)           Parce qu’elles ramènent l’affrontement de classe sur le terrain de la légalité bourgeoise. En Mai, à travers les comités de grève et les comités d’action on a vu s’ébaucher un nouveau pouvoir, le pouvoir des travailleurs dressé face au pouvoir de la bourgeoisie. En plusieurs points les grévistes, bien que freinés par leurs directions étaient prêts à transformer la grève, de grève paralysante en grève active. Ils étaient prêts à remettre en marche la production sous leur contrôle. Les patrons ont tremblé, le retour aux urnes les apaise.

2)           Parce qu’elles constituent une supercherie et un escamotage de la grève. Pour les gaullistes il s’agit d’en appeler à la majorité de la nation. Mais quelle majorité ? quelle nation ? Par la magie du bulletin de vote et du découpage des circonscriptions une poignée de magistrats, de flics et de curés pèsent autant et peut-être plus que 10 millions de grévistes. Ceux qui sont « dissous », ceux qui n’ont pas 21 ans mais qui étaient les premiers dans la lutte, les travailleurs étrangers surexploités, tous ceux-là ne seront pas consultés…

3)           Parce qu’aujourd’hui le pouvoir n’est plus dans un Parlement de vains bavards, mais dans les coulisses  dans les commissions, dans toutes les formes de « pouvoirs spéciaux ». Ceux qui aujourd’hui convoitent le parlement ne convoitent que l’ombre du pouvoir. Ces élections ne sont pas ordinaires. Elles ont pour but précis de briser le mouvement de lutte. Elles ont donc un caractère foncièrement réactionnaire. Elles constituent une trahison et un escamotage de nos luttes.

  • Sur les barricades, dans la rue et par la grève nous avons déjà voté, pour le renversement du capitalisme et de son gouvernement d’assassins.
  • Sur le front de la lutte des classes nous continuons le combat pour la révolution socialiste.

5) Tract juillet 1968

 LIBEREZ Alain KRIVINE et les Emprisonnés politiques

Libérez Alain Krivine

Le 12 juin 1968, le Conseil des Ministres dissolvait les groupements révolutionnaires d’extrême- gauche, invoquant la « constitution de « ligues armées ».

Depuis, sous prétexte de « reconstitution de ligue dissoute » les arrestations se multiplient. Alain Krivine ainsi que 13 autres militants ont été emprisonnés : on les accuse d’avoir reconstitué la J.C.R.

Profitant des vacances, le pouvoir a l’intention d’expédier leur procès en plein mois d’août.

Pourquoi cette répression ?

Ainsi, ce que certains appelaient dédaigneusement «groupuscules» et « pseudo-révolutionnaires » est devenu l’unique objet de la répression gaulliste. Alors que le pouvoir n’inquiète nullement les grandes organisations ouvrières, il s’acharne sur les minorités révolutionnaires. C’est que la bourgeoisie prépare « sa » rentrée.

La classe ouvrière s’est réveillée

La révolution a surpris la bourgeoisie, elle s’est trouvée pendant plusieurs semaines désemparée. La classe ouvrière qu’elle croyait à jamais assagie s’est réveillée. Aux inoffensifs défilés des partis et des syndicats, faisaient place les barricades et l’occupation des usines.

La classe ouvrière qu’on avait cru « intégrer » en lui offrant quelques augmentations, s’est brusquement révélée capable de renverser le régime bourgeois. Le spectre de la révolution a resurgi. Les rues se sont tues, mais « ce n’est qu’un début, le combat continue » résonne encore aux oreilles des classes possédantes.

SA TACTIQUE EST CLAIRE : DIVISER ET FRAPPER

Diviser

Libérez Krivine verso
Tract juin 1968 Libérez Krivine verso

Le Pouvoir sait que les élections qu’il a jetées en pâture au mouvement ouvrier n’ont rien résolu. Tandis qu’il laisse pérorer sa Chambre inconditionnelle, il prépare plus sérieusement la rentrée.

Le Pouvoir a compris que le plus grand danger du mouvement de Mai était son unité. Il sait qu’à la rentrée, les hausses de prix, le chômage, la répression, vont relancer la lutte. Aussi cherche-t-il un combat en ordre dispersé.

  • A l’Université : le projet d’Edgar Faure est de faire une série de concessions temporaires et dé­magogiques, pour tenter de faire « participer » la masse des « bons étudiants » qui « critiquent, mais ne veulent pas la révolution ».
  • Dans les Usines : les concessions ont été très différentes selon les branches. Les secteurs les plus combatifs ont été frustrés ; là aussi, le but est d’isoler les travailleurs dans des actions par sec­teurs où ils seraient les uns après les autres battus.

Frapper

en menant une répression systématique contre ceux qui n’acceptent pas les « négociations » et la « participation » et veulent renverser le Gaullisme par la lutte.

Là aussi, le Pouvoir a tiré le bilan de Mai. Il a compris que la faiblesse du mouvement avait été l’absence d’une direction bénéficiant d’assez de prestige dans les entreprises pour mener la classe ouvrière à la victoire. La spontanéité a pu mettre le régime en danger, elle n’a pu le renverser. Mais aujourd’hui, dans les entreprises et les facultés, le prestige des militants d’avant-garde n’a cessé de croître.

Les militants ouvriers, écœurés par la politique des directions traditionnelles, se trouvent avec ceux qui poursuivent le combat. Les révolutionnaires se regroupent. Incapable de remédier aux causes de la crise de Mai, le Gaullisme tente de se sauver en s’attaquant à l’avant-garde.

LE PROCÈS DES MILITANTS EMPRISONNES EST LE PROCÈS DU MOUVEMENT DE MAI ET DE SON AVANT-GARDE

Le procès qui va s’ouvrir n’est pas celui d’Alain Krivine et de ses camarades. C’est le procès de tous ceux qui sont montés sur les barricades et qui ont fait grève pour renverser le Gaullisme.

C’est le procès de ceux qui veulent en finir avec la domination d’une infime minorité sur les richesses de la société. C’est le procès de tous ceux qui veulent s’organiser pour continuer le combat. C’est le procès de l’avant-garde révolutionnaire.

La bourgeoisie veut que le procès ait lieu en plein mois d’août, car elle ne veut pas que les véritables juges, les étudiants et les ouvriers, donnent leur verdict par dizaines de milliers dans les rues de Paris. Elle ne veut pas que le procès ne devienne celui du Gaullisme.

Le Pouvoir n’a même pas cherché à donner réalité à son accusation de « constitution de groupes armés ». Jamais les accusés n’ont même été interrogés sur ce fait, l’interdiction touche non pas les ligues armées (qui se trouvent plutôt à l’extrême-droite), mais le droit de développer les idées révolution­naires, et d’organiser des militants autour de ces idées.

Tolérer que la « justice » gaulliste frappe les militants emprisonnés, c’est accepter l’«ordre» que veut rétablir le régime. C’est faire un premier pas vers la capitulation.

  • Libération des emprisonnés politiques !
  • A Bas l’Etat Policier !
  • Poursuivons la lutte d’Alain Krivine et de ses camarades en nous organisant pour préparer la rentrée.

Comité de lutte contre la Répression.


L’Internationale Situationniste –

de l’Histoire au mythe

Le film proposé sur cette page concerne l’Internationale situationniste (sans lien avec les tracts mis en ligne ci-dessus). Parce qu’un film sur les situationnistes concerne 1968, et l’image qui en est gardée.

LA RÉVOLUTION DU LIVRE DE POCHE vue par Nadeau

Cet article est tiré des archives de Jean-René Chauvin. Il est écrit par son ami Maurice Nadeau 

 

LA RÉVOLUTION DU LIVRE DE POCHE

Dans une étude sur la Littérature, à paraître dans le recueil « L’Année dans le Monde » (Arthaud), Maurice NADEAU traite notamment de la transformation de l’édition en industrie et du progrès révolutionnaire que représente le livre de poche. Nous présentons ci-dessous certains aspects significatifs de cette analyse.

Maurice Nadeau 1964 Révolution du livre de pocheLa diffusion de masse nécessite la fabrication en grande série, de vastes locaux, des machines à grand rendement, un personnel nombreux, d’énormes capitaux. Sur trois cents maisons d’édition parisiennes, vingt-cinq seulement fonctionnent à partir des fonds fournis par le propriétaire. Les entreprises familiales, léguées de père en fils, tendent à diminuer, les augmentations de capital auxquelles elles se voient obligées de procéder périodiquement dépossèdent peu à peu les propriétaires « naturels » au profit des actionnaires.

La société anonyme ou à responsabilité limitée sollicite des crédits bancaires qui entraînent surveillance ou contrôle. On voit de grandes maisons s’en remettre à des banques qui, ou les possèdent, ou dirigent leur production. Si les banquiers ne font pas forcément de mauvais éditeurs, il est à craindre que leur fonction prenne le pas sur leur second métier. Et comme les capitaux n’ont pas de patrie, on ne s’étonnera pas de voir, à côté de filiales d’entreprises américaines, des maisons d’édition parisiennes utilisant des fonds de même origine…

Les facteurs qui contribuent à faire passer l’édition du semi-artisanat à la grande industrie, avec les avantages et les dangers que comporte ce passage, ont été considérablement renforcés par l’apparition récente en France du livre format de poche. 30 millions d’exem­plaires de ce nouveau type d’ouvrages ont été vendus en 1963, et le marché est loin d’être saturé : de nouvelles collections ont été créées qui ont déjà publié à elles seules une centaine de titres.

On y trouve aussi bien la Princesse de Clèves et l’Essai sur l’inégalité des races humaines que l’avant-dernier roman de Michel Butor. Des livres que des éditeurs ayant pignon sur rue hésitent à publier, ou qui sont depuis longtemps épuisés, ou qui ont fait l’objet d’éditions rarissimes, s’enlèvent à des dizaines de milliers d’exemplaires : les Principes de la phénoménologie du droit, de Hegel ; Terro­risme et Communisme, de Trotsky ; la Théorie du Roman, de Lukacs… A côté du « poche » ordinaire se prélasse le « poche de luxe », bien imprimé, sur papier convenable, et relié. Il coûte trois fois moins cher que le premier roman d’un inconnu publié à 3 000 exemplaires…

Si loin qu’elle aille dans l’industrialisation, si importants que deviennent les capitaux qu’elle brasse, l’édition ne pourra jamais devenir tout à fait une grande industrie. L’offensive accentuée du livre de poche la place néanmoins devant un certain nombre de problèmes.

Une nouvelle clientèle est née, en générai jeune et peu fortunée. De la lecture, il faut la faire passer au livre. C’est-à-dire lui donner le goût de l’objet de qualité (quant au contenu et au conditionnement matériel), lui faire comprendre que le livre n’est pas une denrée périssable, qu’il peut être gardé, rangé sur les rayons d’une bibliothèque, relu avec une joie nouvelle, qu’on peut entretenir avec lui des relations de compagnonnage et d’amitié plus encore : qu’à l’origine il doit être choisi, désiré, acquis avec une certaine ferveur. L’éditeur répondra qu’il n’est pas chargé de faire l’éducation du public, en quoi il se trompe. A condition qu’elle se manifeste en actes : sous forme de livres plus sévèrement choisis, mieux faits et présentés, à des prix qui ne soient pas la simple multiplication du prix de revient par le coefficient 4 ou 5. Les impératifs du prix de revient ne jouent qu’autant que sont soigneusement conservées les structures traditionnelles : dans l’imprimerie, la maison de brochage, la maison d’édition elle-même. On procède généralement à l’économie là où il faudrait réformer, refondre, innover, briser avec les routines. Puisse le succès du livre de poche secouer les vieilles maisons !

Les éditeurs peuvent tirer encore d’autres enseignements de la vogue du livre à bon marché. Celui-ci notamment : qu’il existe un énorme appétit de lecture, et de bonne lecture, dans les couches sociales qu’on croyait adonnées aux histoires de cœur et aux romans d’aventure. Elles consommaient jusqu’à présent la camelote qu’on leur offrait. Si la possibilité leur est donnée d’accéder aux œuvres classiques, aux chefs-d’œuvre de tous les temps et de tous les pays, voire aux ouvrages spécialisés, elle la saisit. N’est-il pas significatif de voir le livre de poche aux main de la midinette, dans le métro, entre celles de l’ouvrier au moment de la pause, de l’infirmière dans son cabinet d’attente, de la dactylo dans son bureau ?

Les éditeurs ont-ils jamais su qu’existaient des bibliothèques d’usines, d’entreprises, de sanatoria, voire des bibliothèques publiques et municipales plus riches de clients que de livres ? S’en remettant pieds et poings liés au diffuseur et au libraire, ont-ils jamais fait effort pour entrer directement en relations avec ces centres de consommation qui pourraient être presque indéfiniment développés ? Il existe des associations de culture (d’employés, d’ouvriers, de syndicalistes) qui emplissent pour une soirée une salle de théâtre. Ont-elles seulement des bibliothèques, des salles de lecture ? Si elles en ont, qui peut les aider à les meubler d’ouvrages beaux, intéressants, d’actualité, sinon les éditeurs ? Sur le plan du marché à conquérir, comme sur celui de leur corporation, les éditeurs ont presque tout à faire.

Maurice NADEAU. Article tiré du n°3 de l’Action, mai 1964


 

Nadeau-MorinprJM
Maurice Nadeau – Edgar Morin lors du Colloque de 2004 “Les vie de Pierre Naville”   au CHS (Centre d’Histoire Sociale) – Photo Sylvie Le Dantec

En ce printemps 2013, La Quinzaine Littéraire, (le bi-mensuel de Maurice Nadeau, qui tient une place à part dans le monde de la presse et de l’édition depuis près de 50 ans) fait appel à la solidarité – et à l’abonnement – pour lui permettre de survivre, et de poursuivre, en toute liberté, hors des circuits commerciaux, ses publications. Le blog de La quinzaine et l’édito de Maurice Nadeau est à lire ici.

 Des échos de presse nous alertent aussi – un édito du Monde des livres, notamment.


  Au fait, qui est Maurice Nadeau ?

Cette archive télévisuelle de l’INA a été diffusée le 20 septembre 1990, au journal de 20h de France 2, à l’occasion de la sortie de livre de Maurice Nadeau “Grâces leur soient rendues”.


A propos du monde de l’édition, Maurice Nadeau interrogé par Laure Adler en novembre 1994 (vidéo Ina)



Sur cette même page, deux autres articles tirés des archives de Jean-René Chauvin , où il est question de Sartre (dont les tirages en « livre de poche » en faisait “le plus gros tirage après Zola”) :

Tout d’abord, un article de Pierre HAHN. Article tiré du n°18 de l’Action, mars 1966 :


Colette AUDRY : « le marxisme est la philosophie de notre temps et l’existentialisme un de ses secteurs »

Colette Audry - Jean-Paul Sartre 1966ECRIVAIN « engagé » l’essayiste Colette Audry, rompue de longue date à la doctrine sartrienne, lui a consacré une étude pour les Editions « Seghers » dans la collection des philosophes de tous les temps (1).

Pourquoi et dans quelle perspective a-t-elle écrit cette étude ?

—  J’ai écrit ce livre, nous dit-elle, parce qu’on me l’a demandé. J’ai pensé aussi que c’était une occasion de me replonger dans Sartre et en particulier dans l’œuvre philosophique de Sartre, mais celui-ci n’est pas mon sujet d’étude permanent. « Connaissance de Sartre », sous forme d’un montage scénique avait pour but de faire comprendre au grand public l’angle de vision philosophique de Sartre au départ ; et ensuite de lui donner une idée de son évolution. A partir de ce que j’avais dit, les gens pouvaient suivre l’écrivain dans son rapprochement avec les hommes (des citations, comme celles du « Diable et le Bon Dieu », en­tre autres, les y aidaient).

Le livre que j’ai écrit pour Seghers est un outil de travail pour les étudiants et un moyen d’accès pour ceux qui ne connaissent pas bien Sartre du point de vue philosophique : autant son œuvre littéraire, critique et théâtrale, est connue (voyez le nombre de ses livres, vendus en « livre de poche » : c’est le plus gros tirage après Zola !), autant il est insuffisamment connu dans son œuvre philosophique (et, en particulier, sa Critique de la Raison Dialectique). Essentiellement, j’ai essayé de lier dans ce livre les ouvrages existentialistes de la première époque (« La Transcendance de l’Ego » écrit en 1934 et publié en 1939, « L’Imagination » 1936, « Esquisse d’une Théorie des Émotions » 1939, «L’Imaginaire » 1940, « L’Etre et le Néant » 1943) à la Critique de la Raison Dialectique, en montrant qu’il y a évolution dans la mesure où il y a concrétisation progressive. Mais il y a par ailleurs continuité dans l’essentiel : la réalité humaine qui se projette vers l’extérieur, le monde de la nature humaine, opposé au mécanisme de la causalité extérieure. Certains pensent que Sartre est devenu déterministe : c’est une erreur. D’autres pensent qu’il a saupoudré de cette philosophie son existentialisme. Ce n’est pas juste non plus. Cela me parait d’autant plus important que peu de critiques ont parlé à ma connaissance du premier tome de la « Critique ».

—   L’un des aspects essentiels de la philosophie de Sartre, dans les année; 50, tenait à une contradiction déchirant« entre le sujet et l’objet…

—  Ce déchirement, Sartre le retrouve dans la liberté. Dans la société aliénée où nous vivons, cette liberté est toute entière nécessitée : c’en est l’envers. Et, sous un autre angle, comme dit Sartre, la morale y est inévitable, et, en même temps impossible.

Ce qui est passionnément intéressant dans Critique de la Raison Dialectique c’est l’idée de rareté, qui lui permet de faire l’accord entre l’existentialisme et le marxisme. Pour Sartre, le marxisme est la philosophie de notre temps et l’existentialisme un de ses secteurs. Un autre point de rencontre entre l’existentialisme et le marxisme, c’est l’homme concret Dans mon exposé de la pensée de Sartre je me place au stade où il est arrivé, à l’heure actuelle. Tout le problème, pour lui, est de récupérer la liberté. Si l’on l’on y arrive ce sera par le moyen d’une praxis politique marxiste. Mais, et c’est un point de vue très sartrien, les jeux ne son pas faits ; il n’est pas sûr que l’humanité y parviendra. Ce qui fait, si vous voulez, que ce livre ne s’achève ni sur un note messianique (les marxistes ont été accusés souvent d’être messianiques) ni sur une note déterministe.

—   Quelle est, à votre avis, l’audience actuelle de l’existentialisme sartrien ?

—  Il n’est pas possible de vivre dan la société d’aujourd’hui, sans comprendre le freudisme, le marxisme, et l’existentialisme. Ce n’est pas moi qui le dit c’est Sartre lui-même.

(1) En 1955, pour les Cahiers de la Compagnie Renaud-Barrault, Colette Audry avait donné déjà une première « Connaissance de Sartre  »


 Le second article (Fonds JR Chauvin), est tiré de la Quinzaine Littéraire du 15 avril 1966 

Page PHILOSOPHIE                                       Sur Sartre

Colette Audry Jean-Paul Sartre. Philosophes de tous les temps Seghers éd.

Francis Jeanson et Colette Au­dry sont de proches amis de Sartre. Ils collaborent tous deux aux « Temps Modernes » dont Jeanson est le gérant. Ils sont les mieux placés pour parler du philosophe et de l’écrivain. Francis Jeanson vient de réimprimer, aux Editions du Seuil, Le problème moral et la pensée de Sartre, qu’il a fait suivre d’un essai inédit : Un quidam nommé Sartre. Colette Audry venant à son tour de publier un Sartre, il nous a paru intéressant de demander à Francis Jeanson de dire à nos lecteurs ce qu’il pensait de ce livre.

Après Confucius, St Thomas d’Aquin et Gabriel Marcel, après beaucoup d’autres encore, c’est à Jean-Paul Sartre que — par les soins de Colette Audry — la collection Philosophes de tous les temps vient de consacrer son vingt-troisième volume. Les spécialistes peuvent sourire de ces tentatives, de plus en plus répandues, qui consistent à mettre Pla­ton ou Leibniz à la portée du grand public (sous la forme d’un exposé d’une centaine de pages, suivi d’un choix de textes qui n’en fait guère que soixante-dix) : mais le grand public semble bien leur donner tort, et je vois mal, en ces matières, comment nous pourrions nous abstenir de lui donner raison. En ce qui concerne Sartre, tout particulièrement, l’expérience de ces vingt dernières années suffirait à nous convaincre que la compréhension d’une œuvre se développe, au niveau du « lecteur moyen », tout à fait indépendamment de ce que la critique spécialisée croit pouvoir en dire, — ou en penser, le cas échéant.

Sartre - Quinzaine Littéraire

De nature exceptionnellement polygraphique par la diversité de ses contenus et de ses modes d’expression successifs, la pensée sartrienne (à la différence de celle d’un Spinoza ou d’un Hegel) parvient d’ailleurs assez souvent à s’éclairer elle-même de livre en livre : Huis-clos, par exemple, illustre en partie l’« ontologie phénoménologique » de l’Etre et le Néant, dont La Nausée impliquait déjà certains thèmes essentiels ; le Saint Genet nous éclaire sur notre rapport à la morale ; et Les Séquestrés d’Altona préfigurent le rapport à l’histoire dont la méthode d’analyse sera fournie par la Critique de la raison dialectique. Il n’en est pas moins vrai que l’accès direct à sa philosophie demeure pratiquement interdit à la plupart des lecteurs de Sartre, de sorte qu’ils ne sont pas en mesure de vérifier leurs interprétations successives (obtenues selon différents biais d’ordre littéraire, critique ou politique) en les confrontant au mouvement réflexif fondamental, à l’ossature conceptuelle qui structure sa pensée de part en part. Et c’est ici qu’apparaît fort précieux le petit livre que Colette Audry vient d’écrire à l’intention du grand public.

Ayant pour ma part commis diverses études sur cette même pensée (dont la toute dernière n’est pas encore parue), je m’avoue du reste tout aussi frappé par la complémentarité de nos méthodes respectives que par leur différence radicale. Car il est tout à fait sûr que l’idée ne me serait jamais venue d’exposer de la sorte la pensée sartrienne ; mais il ne m’en apparaît pas moins nécessaire de signaler l’existence de ce nouveau Sartre, — et d’en souligner l’intérêt, auprès de ceux-là mêmes qui ont pu déjà s’intéresser à mes propres tentatives.

Colette Audry - Quinzaine Littéraire

A certains égards, il est vrai, ce n’est plus seulement le mode d’exposition qui est en cause : c’est l’interprétation proprement dite. Si je ne tenais pas pour réellement positive l’entreprise de Colette Audry, je n’éprouverais pas le besoin d’en parler : sur près de cinquante ouvrages qui ont déjà été consacrés à Sartre en langue française, je ne crois pas, depuis 1947, avoir conseillé à quiconque la lecture de plus de trois ou quatre d’entre eux. Essayant de dire aujourd’hui tout le bien que je pense de celui-ci, je me sens d’autant plus tenu (et je le serais déjà suffisamment par l’amitié même que je porte à son auteur) de préciser les quelques points à propos desquels, si je l’ai bien lu, un certain désaccord tend à se manifester entre nous.

Il y a d’abord, peut-être, une certaine confusion entre l’Ego transcendantal (que Sartre   récusait dès 1934, dans une étude intitulée « La Transcendance de l’Ego[1] ») et la transcendance effective de la conscience qui dit « je » : c’est-à-dire entre le Sujet absolu que postulerait à priori toute activité consciente et le fait même de cette activité. Colette Audry, en effet, cite et commente fort justement (p. 13) cette formule de Sartre : « le Je transcendantal, c’est la mort de la conscience », et cette autre encore (p. 14) : « la conscience transcendantale est une spontanéité impersonnelle » ; mais c’est pour en tirer la conclusion que Sartre a d’emblée rejeté hors de la conscience — et contre Husserl lui-même — « toute référence à un Je personnel, individuel, particularisé ». Or il me semble au contraire que Sartre s’est surtout séparé de Husserl en opposant à la notion d’un Je universel la description d’une subjectivité située, c’est-à- dire séparée de toute autre par son incarnation, par sa contingence spatio-temporelle, mais qui n’en est pas moins contrainte, par le fait même de sa liberté, de se dépasser vers le monde et vers les autres subjectivités. Je vois d’ailleurs assez mal comment on peut soutenir à la fois (pp. 14 et 15) que « Sartre s’est délibérément coupé au départ d’un recours quelconque à une philosophie de la subjectivité » et que l’attitude morale « ne fera jamais qu’un (chez lui) avec l’acte de penser ». En fait, Sartre s’est manifestement coupé de tout recours au subjectivisme, mais ce fut en fonction de cet irréductible rapport que sa pensée a très tôt établi entre la subjectivité et l’objet, entre la conscience, qui donne sens à l’être en le néantisant, et l’être, sans lequel il n’y aurait pas de néanti­sation possible. La transcendance concrète qu’il reconnaît au « je » n’est certes pas d’ordre « transcendantal », au sens idéaliste dont ce terme reste toujours plus ou moins entaché : elle est, précisément, d’ordre moral, en tant qu’elle engage d’emblée notre « liberté », notre « responsabilité » de fait, puisque nous ne pouvons nous empêcher de donner sens au monde par la façon même dont nous le pratiquons, à partir de la situation concrète qui nous y est d’abord assignée. De sorte que j’y verrais plutôt, quant à moi, la dimension donnée de toute entreprise, l’enracinement de toute « praxis », l’irrécusable « être-là » de notre pouvoir-faire (et par conséquent la source contingente de notre « devoir faire ». C’est parce que je suis libre que j’ai sans cesse à me libérer, c’est parce que je suis responsable qu’il me faut prendre mes responsabilités. Quelles que soient les multiples aliénations dans lesquelles ma liberté peut à tout moment s’ignorer, se renier ou se perdre, cette transcendance de fait me condamne à exister librement ma vie ; en dehors d’elle, c’est déjà la simple notion d’acte humain qui nous deviendrait incompréhensible, — et ce serait aussi l’histoire elle-même, en tant que processus dialectique dont nous sommes à la fois les producteurs et les produits.

C’est aussi pourquoi Colette Audry me semble s’être un peu trop hâtée de donner raison (p. 15, note 1) à Sylvie le Bon lorsque celle-ci nous assure que, « dans L’Etre et le Néant, liberté et spontanéité se sont rejointes ». Personnellement, j’y ai toujours cru lire l’affirmation inverse : celle d’une perversion de la spontanéité consciente, due au fait que le pour-soi, contesté par la présence d’autrui, se réfugie dans une « réflexion complice » qui commande expressément son « attitude naturelle ». L’Etre et le Néant n’a point d’autre objet, sauf erreur, que de décrire cette attitude-là, et c’est une véritable ontologie de l’échec que Sartre nous y a proposée. Quant à la « réflexion purifiante » qui rendait possible cette description, il ne prétendait nullement qu’elle fût en mesure de transformer l’attitude en cause : cette tâche était d’ordre pratique et relevait d’une « morale de la délivrance et du salut », c’est-à- dire d’une « conversion radicale » (à la faveur de laquelle la liberté aurait en effet pu rejoindre sa propre spontanéité, mais dont la définition n’avait précisément pas sa place au niveau de l’ontologie) .

Or il n’est pas douteux que, sur la lancée de cette extrapolation finale, la pensée sartrienne ne pouvait alors déboucher que sur des perspectives encore assez idéalistes : car la description même qui lui avait servi de base souffrait déjà d’avoir été menée de façon fort abstraite. Aux environs de 1953, Sartre se mit en quelque sorte à totaliser les diverses expériences de rapport concret à l’histoire qu’il lui avait été donné de faire durant les dix années précédentes ; et c’est alors qu’il entreprit de penser vraiment contre lui-même, en s’attaquant à son propre idéalisme, en s’efforçant d’en extirper les racines jusqu’au niveau de sa petite enfance. Mais j’observe précisément que cette remise en question de sa pensée (en même temps que de son attitude la plus fondamentale) ne le contraignit en aucune façon à récuser ce qu’on pourrait assez bien appeler, je crois, son plus profond orgueil, — ce double souci, qui désormais le caractérise à nos yeux, de ne se tenir que de lui-même tout en s’efforçant de devenir « n’importe qui ». Et c’est sur le seul plan de la description du monde humain qu’il a dû finalement modifier ses perspective premières, en substituant à la vaine généralité des « relations avec autrui » la complexité réelle de l’histoire : d’une histoire humaine qui ne parvient pas à se totaliser vraiment, parce que les innombrables «praxis» particulières qui la constituent jour après jour s’y retournent contre elles- mêmes, et retombent ainsi à l’absurdité du « pratico-inerte », faute de parvenir à s’unifier dans une praxis commune.

On voit que le mal n’est point ici dans la transcendance du « je » en chacun d’entre nous, mais au contraire dans la façon dont chaque conscience individuelle se laisse réduire à une sorte d’immanence objective, en négligeant de réviser ses propres fins à la lumière de la seule fin qui puisse donner un sens réel (un « sens commun »…) à leurs entreprises concrètes. Cette unique fin véritablement humaine, c’est l’invention progressive de l’homme par les hommes : de l’homme « à venir » par cette sous-humanité que nous sommes, et qui demeure notre seul horizon, notre seule réalité, aussi longtemps que nous nous résignons, « ensemble », à n’exister que séparément.

Si l’existentialisme sartrien peut apparaître aujourd’hui plus vivant que jamais, tout en se définissant lui-même comme une « idéologie » qu’englobe le marxisme, c’est bien parce qu’il s’est d’emblée donné le moyen de réintroduire, dans cette « indépassable philosophie de notre temps », la dimension de la transcendance : celle de la conscience individuelle, — dont l’« être » ne consiste qu’à dépasser indéfiniment l’être qui l’investit, et au niveau de laquelle il faut bien qu’on situe la possibilité de toute action, même collective. C’est la transcendance en tant que donnée, c’est l’obligation de se dépasser et de donner sens en se dépassant, qui définissent la condition humaine en condamnant l’homme à n’être que son rapport à l’homme : c’est en reprenant à leur compte cette « condamnation », c’est en s’efforçant d’assumer ensemble leurs transcendances respectives, que les hommes ont chance de s’inventer vraiment un avenir humain.

Mais il suffit de lire les dernières pages de Colette Audry pour mesurer à quel point demeure secondaire cette querelle que de proche en proche je me suis laissé entraîner à lui chercher ici. Et l’on s’y convaincra en outre que le schématisme de son exposé ne l’empêche en aucune façon d’ouvrir les perspectives les plus sûres quant à l’actuelle orientation de la pensée sartrienne.

Francis Jeanson


[1] Publiée en 1938 dans la revue Recherches philosophiques, puis, tout récemment, chez Vrin (avec une introduction de Sylvie le Bon).

 

Vies politiques et militantes

Ce carnet avait pour objet au départ de retracer le parcours et le témoignage de figures politiques et militantes dont les fonds d’archives étaient conservés au centre d’Histoire du XXe siècle (UMR CNRS / université Paris 1).
Certains de ces parcours (Jean-René Chauvin, Jenny Plocki, Jean Zyromski, …) inscrits dans l’histoire sociale ont fait l’objet d’un film produit par le centre de recherche (CHS). D’autres ont fait l’objet d’un entretien filmé (Michel Lequenne)
Chaque film comprend plusieurs vidéos/parties correspondant aux périodes historiques relatées.

Au fil du temps, le carnet s’est enrichi de nombreux documents d’archives mis en ligne et d’autres parcours de militants, notamment de militants dont les parcours ont croisé les premiers.

1951 CARTEL DES GAUCHES INDÉPENDANTES

 Jean-René Chauvin – dont les archives sont consultables (en 2012) au Centre d’Histoire Sociale (CHS) 9, rue Mahler 75004 Paris – figura sur la liste du « Cartel des gauches indépendantes » conduite par Charles d’Aragon dans la 3e circonscription de la Seine en juin 1951. Il participa, ensuite au Centre d’action des gauches indépendantes (membre du Comité directeur du CAGI en 1953).

Les tracts électoraux qui suivent sont tirés du fond d’archives Jean-René Chauvin



CAGI 1951 recto

 Elections générales du 17 Juin 1951 – Département de la Seine (5e Secteur) APPEL du Cartel des Gauches Indépendantes

LA PAIX est en danger : deux blocs hostiles s’affrontent.

LE POUVOIR D’ACHAT des travailleurs est sans cesse réduit : seul le grand patronat a le profit et le pouvoir.

LE SURARMEMENT est payé par les travailleurs intellectuels et manuels ; les impôts n’accablent que les salariés et les petits commerçants.

LA GUERRE D’INDOCHINE ruine notre pays : des milliers de morts, des milliards de francs en sont le tragique bilan.

LE GOUVERNEMENT et sa majorité ont été incapables d’arrêter la hausse des prix et la course à la guerre.

Vous ne pouvez plus compter sur les élus qui n’ont pas su, en 5 ans, réaliser ce qu’ils avaient promis.

Les hommes que présente le Cartel des Gauches Indépendantes ont déjà, à maintes reprises, lancé des avertissements, lutté pour renverser cette politique néfaste. Aussi libres vis-à-vis des blocs de l’Est et de l’Ouest. ils veulent une France indépendante et un régime qui permette à tous les travailleurs de vivre de leur travail, dans la liberté, les travailleurs de vivre de leur travail, dans la liberté. Ils entendent continuer à conformer leurs actes à leurs paroles.

Nous demandons aux électeurs de dire, en votant pour nous, QU’ILS VEULENT :  

10 Le rétablissement de la situation morale et matérielle des salariés, c’est-à-dire la revalorisation des salaires, des traitements avec l’échelle mobile, le plein emploi et une Sécurité sociale élargie, garantissant le droit à la vie pour les vieux et les économiquement faibles; la participation active des travailleurs à la gestion des entreprises, une politique de construction massive de logements et la répartition équitable des logements existants. Enfin la transformation des méthodes de distribution. La mise en œuvre d’un plan général d’équipement économique et scientifique et de transformations sociales, financé grâce aux fonds rendus disponibles à la suite d’une véritable réforme fiscale faisant payer les riches, l’arrêt de la guerre d’Indochine et de la limitation des crédits d’armement à un niveau compatible avec les possibilités de l’économie.

2° Mettre fin au plus tôt à la guerre d’Indochine                                                        

en saisissant ou en suscitant toutes les occasions possibles de négociation directe ou de médiation. En finir avec la répression contre les travailleurs nord-africains et les mouvements des pays colonisés ; pratiquer une politique loyale, aidant ces peuples à acquérir leur indépendance. Ainsi ces peuples pourront réaliser une coopération avec la France, à l’exemple de celle qui existé entre l’Angleterre et l’Inde, coopération profitable aux populations.

3o Empêcher par tous les moyens une guerre mondiale

qui, quelle qu’en soit l’issue, signifierait l’anéantissement, pour la France et pour l’Europe. Pour cela s’impose une politique d’indépendance active en dehors des blocs occidental et oriental, et de médiation, aux côtés de l’Inde de Nehru, de l’Angleterre de Bevan, et de toutes les autres forces de paix : politique qui s’attachera à promouvoir des initiatives tendant à la réduction générale et contrôlée de tous les armements et à construire une Europe, véritable trait d’union entre l’Est et l’Ouest, amorce d’une future fédération mondiale reposant sur la représentation démocratique de tous les peuples.

Il est impossible d’assurer à la fois le surarmement, la guerre d’Indochine et par ailleurs là reconstruction et un pouvoir d’achat normal pour les masses. Il faut que la France fasse la politique de ses moyens.

40 Une France unie dans la justice et la liberté

diverses réformes n’aboutiront que par la reconstitution d’un puissant syndicalisme dans l’indépendance vis-à-vis de tous les gouvernements, des partis politiques et dans la démocratie. Elles constitueront une étape naturelle vers rétablissement d’une démocratie économique, où producteurs et consommateurs assureront l’organisation de la production et le développement de l’équipement et du progrès technique, afin d’aboutir à la répartition équitable de l’abondance.

Ainsi, et ainsi seulement, on rendra au monde du travail sa grande espérance de 1936 et de 1945 dans l’avènement d’une société socialiste; les Jeunes de toutes conditions sociales, désespérés aujourd’hui devant un avenir bouché de toutes parts, trouveront, après des études démocratisées et facilitées par l’institution d’un pré-salaire aux étudiants et aux élèves des centres d’apprentissage, des activités dignes d’eux en participant à la construction de cette société ; de même, les enfants de toutes origines doivent trouver l’instruction à laquelle ils ont droit dans une école laïque ouverte à tous, respectueuse de toutes les croyances, et assurant le légitime contrôle des parents d’élèves, des associations syndicales et de l’Etat.

CAGI 1951 verso

Une telle France unie deviendra le plus puissant facteur de paix dans l’univers, rien n’est perdu si l’on s’engage sur cette voie. Au contraire, tout devient possible. Des dizaines de nations attendent, pour croire à la paix et au bonheur, que la France retrouve sa voix. Et la France attend que les Français retrouvent leur âme.

Le Cartel des Gauches Indépendantes

présente, tout particulièrement des candidats dans la Sein et Seine-et-Oise : seuls départements où on n’a pas osé imposer la loi immorale et absurde des apparentements.

Outre, le 50 secteur où est candidat Jean ROUS, secrétaire général du Congrès des Peuples, journaliste militant des luttes ouvrières et des peuples d’outremer depuis vingt-quatre ans. ancien membre du comité directeur du parti socialiste ; Camille VAL, un des meilleurs dirigeants de la Jeune République, ancien secrétaire général de la Fédération des socialistes chrétiens et des militants et militantes de la gauche ouvrière et démocratique, nous présentons dans le 20 secteur : Claude BOURDET et Maurice LACROIX, président de la Jeune République ; 30 secteur : Charles d’ARAGON, député sortant et le pasteur TROCME; 40 secteur : Jacques MADAULE, maire d’Issy-les-Moulineaux et Jacques NANTET, Seine-et-Oise : Henry MARTY, ancien président du conseil général.

Notre cartel a recueilli le patronage de personnalités hautement représentatives du monde du travail, de l’Université et de toutes les familles spirituelles notamment : Jean BAYET, membre de l’institut , Louis MASSIGNON, professeur au Collège de France ; Albert BAYET, président de la Ligue de l’Enseignement ; pasteur JEZEQUEL ; abbé PIERRE, députe sortant ; Yves DECHEZELLES, ancien secrétaire général adjoint du parti socialiste S.F.I.O. ; Yves DELLAC. ancien secrétaire de la C.G.T. ; Jean-Jasques GRUBER, secrétaire général de la Jeune République ; Jean-Marie DOMENACH, Paul FRAISSE, Camille BOURNIQUEL, de la revue Esprit ; des abondancistes : Jacques GUGGENHEIM et Henri FARON, des syndicalistes de toutes tendances , Michel MORIN, Robert LUCENTE, et Henri DILLOT, secrétaire général de la L.I.C.A. et de nombreux professeurs de l’Université et des savants français.

Dans les circonstances dramatiques qui se préparent, une équipe d’hommes résolus et clairvoyants peut être le rocher qui détourne le cours du fleuve. Cette équipe, qui exprime la réelle volonté de la majorité des Français, mérite votre confiance.

Votez pour les candidats du Cartel des Gauches Indépendantes

Liste du 5e Secteur :

Jean ROUS  45 ans. secrétaire général du « Congrès des Peuples >. Journaliste, syndiqué, ancien combattant de la Résistance (agent P 2 F. F. C.) et ancien interné politique.

Camille VAL    36 ans, Jeune République, technicien. ancien secrétaire général des Socialistes Chrétiens.

Robert ONIMUS    43 ans. militant syndicaliste (C. G T.). ancien membre du réseau  La Comète. Femme décédée à Ravensbruck.

Prosper COHEN    35 ans. représentant à Levallois, ancien interné politique.

Mme Ida CLAUDE-BOURDET  Résistante, mère de trois enfants.

Georges GOUSSEAU  30 ans. Gauche indépendante Socialiste, militant syndicaliste ( F.N. S.A.), employé. Mutilé de guerre. Croix de guerre avec citation.

Henri MORIN  46 ans, ingénieur à Boulogne, Jeune République militant syndicaliste (F.O.). ancien combattant. Croix de guerre.

Jacques PELLIÉ   44 ans, ingénieur (A. et M). père de famille nombreuse, militant de l’Economie distributive.

Mlle Carmen CARMONA  Secrétaire à Colombes, militante des Auberges de la Jeunesse, ancien membre du Bureau National des Jeunesses Socialistes

MINUSCULE BIBLIOGRAPHIE (au sujet de archives de Jean-René Chauvin)

Les quelques ouvrages indiqués dans cette bibliographie correspondent à certains livres auxquels Jean-René Chauvin a contribué, ou bien dont il a été un protagoniste, ou bien dont  l’auteur fut un ami, un proche, ou correspondant (que l’on retrouve dans ses archives), ou bien un livre dans lequel le nom de Jean-René Chauvin est mentionné…

  1. Le livre de Jean-René chauvin,
    Un trotskiste dans l’enfer nazi   Mauthausen-Auschwitz-Buchenwald 1943-1945
    Préfacé par Michel Lequenne (Syllepse, 2006)
  2. Le livre de David Rousset  L’univers concentrationnaire
  3. Je me suis évadé d’Auschwitz  de Rudolf Vrba, traduit par Jenny Plocki et et Lili Slyper
  4. Le livre de Wilebaldo Solano,
    Le POUM : Révolution dans la guerre d’Espagne
    co-préfacé par Jean-René Chauvin (2002, Syllepse)
  5. Mémoires d’un dinosaure trotskiste de Yvan Craipeau (1999, l’Harmattan)
  6. Contre vents et marées : (1938-1945) de Yvan Craipeau (1977, Syros)
  7. Trotsky : Ma vie Ce livre de Trotsky lu par JR Chauvin dans les années 1930 lui fit, selon ses mots,  l’effet d’une liqueur forte, et joua un rôle dans ces engagements politiques ultérieurs
  8. Le Maitron – dictionnaire biographique du mouvement ouvrier
  9.  Le catalogue (pour mémoires) de Michel Lequenne (2009, Syllepse)
  10. Le trotskisme  : une histoire sans fard de Michel Lequenne (2005, Syllepse)
  11. Graine rouge de Jules Fourrier (1983, La Brèche)
  12. Itinéraire d’un cadre communiste : 1935-1950 : du stalinisme au trotskysme de Marcel Thourel, préfacé par Rolande Trempé ( Marcel Thourel a entretenu une correspondance importante avec JR Chauvin, correspondance conservée dans les archives de Chauvin) 
  13. Simone Weil zur Einführung de Heinz Abosch (“Benno” dans les archives et la correspondance de Jean-René Chauvin)
  14. Sartre et l’extrême gauche française  : cinquante ans de relations tumultueuses de Ian H. Birchall
  15. Trotsky vivant de Pierre Naville
  16. Sans bottes ni bataille de André Calvès.  Le livre est téléchargeable en ligne (gratuitement), sous son titre original “J’ai essayé de comprendre…”.
  17. Les Camarades des frères : Trotskistes et libertaires dans la guerre d’Algérie de Sylvain Pattieu (2002, Syllepse)
  18. Histoire politique des intellectuels en France tome II d’Ariane Chebel D’Appollonia,  Éd. Complexe (1991) 
  19. Maurice Nadeau / La Quinzaine littéraire
  20. Un mathématicien aux prises avec le siècle de Laurent Schwartz,  éditions Odile Jacob mars 1997 , extrait :      ” Il y avait en France en 1936 deux partis trotskistes adhérant tous deux à la IVe Internationale, le POI (auquel j’adhérais) et le PCI (Parti communiste internationaliste), où je connus ensuite pas mal de militants. Pierre Frank, Roger Foirier (qui fut un ami), Grimblat dit Privas, Jean-René Chauvin, éternellement jeune, parmi d’autres. Le PCI était plus sectaire encore que le POI, mais les deux groupuscules s’injuriaient de façon indigne. Ils fusionnèrent à la fin de la guerre, pour se rediviser ensuite. Les organisations trotskistes se divisèrent en un archipel de tendances jusqu’à parvenir à une situation grotesque et intenable où les querelles de fractions tenaient lieu d’activité. Toujours est-il que depuis 1968 on ne s’expose plus beaucoup, en adhérant à ces organisations, à la calomnie stalinienne (que personne n’admettrait plus) ; de toute façon, la nébuleuse trotskiste d’aujourd’hui n’a plus aucun rapport avec celle d’autrefois. Si je connais bien les Krivine, je n’ai jamais rencontré Arlette Laguiller, bien que, dans certaines manifestations, j’aie défilé au côté de Lutte ouvrière, la plus ouvriériste en théorie et en pratique des organisations trotskistes. « Socialisme ou Barbarie », animé par les philosophes Claude Lefort et Cornélius Castoriadis, dont j’ai toujours été très proche, se distinguait par davantage de réalisme et une pensée politique très fine. Ils ont continué, après avoir rompu avec le trotskisme, à jouer un rôle important dans la gauche française, et j’aime assez connaître leur avis sur telle ou telle question. Dès le mois d’octobre 1936, j’avais trouvé ma voie en adhérant à la IVe Internationale. Je suis resté trotskiste jusqu’en 1947, c’est-à-dire durant onze ans. Toutes les semaines, j’achetais le journal trotskiste, La Vérité (reprenant le titre du journal bolchevique d’avant la révolution, Pravda, qu’on a continué de publier en URSS). Après lecture, je l’expédiais à Marie-Hélène. Elle affirme aujourd’hui qu’elle était moins convaincue que je ne l’étais, et qu’elle n’adhéra pas vraiment à l’idée d’une révolution mondiale. C’est possible, mais il se peut également qu’après coup ce concept soit devenu si saugrenu que personne ne s’imagine plus avoir pu y croire. Toujours est-il qu’alors aucune divergence fondamentale ne se manifesta réellement entre nous.   Du trotskisme comme connaissance du monde. Le mensonge ne désarmait pas. Je me rappelle une petite brochure éditée par le parti communiste : Moscou, Nuremberg, deux congrès, deux mondes. Nuremberg représentait l’esclavage et la régression la plus totale, et Moscou, l’avenir de l’humanité – avenir dont je ne voulais en aucun cas. En opposant ces deux pôles, la propagande prétendait faire croire aux intellectuels qu’il n’y avait en réalité que deux choix : le nazisme ou le communisme (stalinien), rien d’autre n’existait. J’achetai un exemplaire de La Révolution trahie dans une petite librairie en bas de chez moi, peu de temps après sa parution, en septembre 1936. C’était un excellent livre, certainement un des meilleurs de Trotski. La critique de Staline y vise moins sa personne que sa politique, notamment sa doctrine du « socialisme dans un seul pays ». Je le lus et le relus. C’est par la lecture, toujours source de réflexions personnelles, que j’acquis la majeure partie de ma culture politique. Par essence, écrit Trotski, le socialisme est international et doit d’abord triompher dans les pays les plus avancés. L’Allemagne aurait dû être par excellence le berceau du socialisme, comme l’avaient espéré Marx et Engels. Mais voilà, il avait vu le jour en Russie, pays arriéré, et Trotski affirmait qu’il était impossible non seulement de le réaliser dans un seul pays, mais a fortiori dans un pays retardataire comme la Russie, dont le prolétariat était peu nombreux et où la paysannerie constituait la couche dominante de la population. Il fallait bien vivre, et puisque la Russie avait fait seule sa révolution et se trouvait isolée dans le monde capitaliste, il semblait qu’il n’y eût pas d’autre voie que de construire le socialisme clans ce seul pays. En effet, mais ce socialisme ne peut pas ne pas dégénérer, répondait à cela Trotski. Il va progressivement inféoder les partis communistes à la IIIe Internationale et les mettre non pas au service de leur propre prolétariat, mais au service de la politique intérieure et extérieure de l’Union soviétique, phénomène déjà tangible en 1936, et qui devint éclatant dans les années suivantes.”
coupure presse
31 mars 1925 Trotsky rentre en Scène – La Presse