Archives de catégorie : Billets

Adieu A Marcel Trillat

Le réalisateur, journaliste, et homme de télévision Marcel Trillat est mort, vendredi dernier, le 18 septembre 2020. Il y a tout juste une semaine.

Pendant quelques jours, impossible d’écrire une page “Adieu Marcel” sur ce carnet. Trop d’émotion et de tristesse. Et puis je n’ai pas envie d’écrire “Adieu Marcel”. Vraiment pas.

J’étais passée chez lui à Paris (dans le XXe) juste quelques jours avant sa mort, avec ma petite caméra pour compléter un entretien filmé, avant de faire le montage d’un huitième “épisode” de notre série filmée sur son parcours. Ce jour-là, c’était un vendredi de septembre, aussi. Une fin de semaine d’été.

Marcel Trillat 4 septembre 2020. Photo © Jeanne Menjoulet, en creative commons CC-BY

Marcel m’avait accueilli en me disant qu’il n’était pas trop en forme, mais pas malade. “C’est juste la fatigue, la vieillerie” m’avait-il répondu lorsque je m’en étais un peu inquiétée. Il avait semblé ensuite très vite oublier cette fatigue, au fil de l’interview.

La petite thématique pour notre entretien du jour portait sur ce qu’il avait vécu et fait dans les années 1980.

Marcel Trillat avait été nommé chef du service info géné et société d’Antenne 2, par Pierre Desgraupes en septembre 1981. Un poste important donc. J’avais déjà interviewé Marcel sur cette période, mais j’avais encore des questions : comment se passait à l’époque les comités de rédaction du journal de 20h regardé tous les soirs par des millions de personnes ? Qui et comment se choisissaient les reportages ? qui tranchait ? Et Marcel m’a répondu, simplement, montrant l’évolution du Journal télévisé au cours de ces années 1980, une évolution qui aboutira notamment à ce que les présentateurs du journal prennent très progressivement le pouvoir éditorial. Le ton de Marcel était chaleureux, comme toujours, ponctué de rires quand il abordait certains moments.

Marcel Trillat
Portrait de Marcel Trillat dans les années 1980. Photo Coll. privée Marcel Trillat

Avant notre entretien, j’avais recherché pendant trois mois sur le site de l’INA (en regardant chaque jour un JT de 1981-1982) les apparitions de Marcel Trillat. Je voulais lui poser des questions sur certains papiers qu’il avait faits au journal de 20h d’Anenne 2 à cette période. Par exemple, cette série sur les Boat-people Haïtiens enfermés à leur arrivée aux Etats-Unis puis renvoyés dans un pays sous la coupe des terribles “Tontons macoutes”.

JT Antenne 2 du 25 décembre 1981 – Reportage avec commentaires de Marcel Trillat sur les Boat-People Haïtiens rejetés par les Etats-Unis

Ce n’était un hasard du tout que Marcel Trillat ait voulu faire connaître le sort de ces étranges étrangers Haïtiens du temps de Ronald Reagan… Et ce, même si le sujet n’était pas tout à fait dans le giron du service Info géné et société d’Antenne 2.

JT Antenne 2 du 28 décembre 1981 – Marcel Trillat à propos des réfugiés Haïtiens aux Etats-Unis

Le sujet suivant, qui concerne aussi le sort des migrants, et le traitement qui leur est fait, nous rapproche de la France et des Info géné et société. On voit dans ce sujet Marcel Trillat sur le plateau du 20h d’Antenne 2 relatant la mort dans l’avion d’un Marocain expulsé de Belgique, dont le corps a été déposé en France à Orly :

JA2 20H : EMISSION DU 20 MAI 1982 – Marcel Trilat

Le sujet suivant appartient aussi typiquement au domaine Info géné et société dirigé par Marcel Trillat… Marcel y commentait “la tuerie d’Auriol”, l’assassinat de six personnes dans la nuit du 18 au 19 juillet 1981 à Auriol (Bouches-du-Rhône) dans la bastide familiale de Jacques Massié, chef de la section locale du service d’action civique (SAC) de Marseille. Dans ce reportage, on voyait aussi l’avocat de la partie civile Me Gilbert Collard. Je voulais interroger Marcel Trillat sur tout cela, près de 40 ans plus tard. Marcel s’en rappelait très bien et put me dire quelques mots rétrospectifs là-dessus..

JT20H Antenne 2 du 5 janvier 1982. Reportage sur la tuerie d’Auriol. Pierre Fauque, Philippe Petter. Commentaire Marcel Trillat

Le théme du SAC, des agissements malhonnêtes de la police, en lien avec le monde de la prostitution, est aussi abordé par Marcel Trillat (filmé sans doute dans les locaux de France Télévision) au JT d’Antenne 2 le 30 juillet 1982. Pour illustrer ses propos, Marcel Trillat s’appuie sur un rapport “ultra confidentiel” des renseignements généraux datant de 1972 qui lui permet, par similarité, d’expliquer les rapports entre les gros bonnets du proxénétisme, ceux de la police et ceux de la politique (proxénètes et protecteurs sont pour la plupart membres du SAC) :

JT d’Antenne 2 le 30 juillet 1982 – Marcel Trillat (proxénétisme et protections policières, SAC Service d’action civique)

J’avais aussi noté un autre papier de Marcel Trillat, un reportage sur la manifestation contre la construction d’un second réacteur, à côté du précédent dans la centrale nucléaire de Chooz dans les Ardennes, à la frontière belge. Une manif qui rassemblait des belges et des français durement réprimée par les forces de l’ordre françaises.

JT 20h Antenne 2 Reportage sur la manifestation contre la construction d’une seconde centrale nucléaire à Chooz dans le Ardennes.

Je trouvais intéressant de questionner Marcel sur ce sujet, du fait que cela renvoie à des préoccupations très contemporaines, l’environnement, les violences policières, le débat démocratique sur un enjeu comme l’environnement. Marcel Trillat me rappela que le PCF à cette époque n’était pas anti-nucléaire, au contraire.


Un autre sujet concernait bien-sûr la commémoration de Charonne à Paris (guerre d’indépendance Algérienne). Nous avions déjà longuement abordé ce sujet dans un précédent “épisode” du parcours de Marcel Trillat. Marcel fut le premier journaliste, à la télévision, à impulser et faire un reportage sur ce sujet (il fera par la suite d’autres reportages/papiers relatifs à la guerre d’Algérie, ne se limitant pas à Charonne). . Et Marcel me répéta, en ce mois de septembre 2020, à quel point ce sujet était important pour lui.

JT A2 20h du 8 février 1982 – Dossier reportage sur les 20 ans de Charonne. Marcel Trillat

Un autre sujet concernait la politique des nationalisations. Le JT du 17 février 1982 d’Antenne 2 détaillait la nomination des patrons des entreprises nationalisées : Jean Gandois (Rhône-Poulenc), Roger Fauroux (Saint-Gobain), JY Haberer (Paribas), Georges Besse (Pechiney Ugine Kuhlmann), David Dautresme (Crédit du nord), Jean Deflassieux (Crédit Lyonnais), Alain Gomez (Thomson), Michel Rolant (l’agence pour les économies d’énergie), Georges Valbon (Charbonnages de France, déjà publics), JP Brunet (CGE), Michel de Boissieu (ex-banque Rotschild), Lisette Meyret (banque Hervet). Dans ce dossier nationalisations, Alain Gomez (PS) était interviewé par Christine Ockrent et Philippe Sassier . Marcel Trillat interviewait quant à lui Georges Valbon, président communiste du conseil général de Seine Saint-Denis qui se retrouvait à la tête des charbonnages de France, une société en bien mauvais état à cette époque.

JT A2 20h du 17 février 1982 – Nomination des patrons des entreprises nationalisées. Interview de Georges Valbon par Marcel Trillat

Et encore un autre sujet, abordé par Marcel Trillat au JT , celui concernant la mort de René Lucet (sur un autre sujet, dans ce même journal, le billet de Marcel Trillat était suivi d’un papier de la journaliste Martine Gilson qui expliquait de façon intéressante le fonctionnement de l’élection des directeurs de caisses d’assurance maladie, dans le cadre du paritarisme).

JT 5 mars 1982 affaire René Lucet – Marcel Trillat

Nous aurions pu continuer longtemps, sur tous ces sujets, et sur d’autres. j’avais par exemple posé à Marcel à plusieurs reprises la question de la façon dont il avait vécu la campagne qui était menée à l’époque par les JT contre l’état d’urgence en Pologne, pour l’église catholique, Solidarnosc, etc. Cela avait fait rire Marcel, “Tu as décidé de m’emmerder avec la Pologne !”), avant qu’il me dise ce qu’il en pensait alors.

Marcel Trillat durant les années 1980. Photo coll. privée Marcel Trillat.

C’était la fin de journée. bientôt l’heure de m’en aller, avec mon interview filmé en poche. Marcel m’a offert une petite bière sur sa terrasse. Il faisait bon, on a discuté de choses et d’autres, de ses proches, des miens. C’était un moment agréable. Comme toujours avec Marcel Trillat.
J’ai compté sur mes doigts : “cela fait 4 ans que je viens faire ces interviews de toi, par petits bouts, et ce n’est pas fini ! Mais on a le temps…”. Marcel m’a dit qu’il était content de m’avoir connue, que c’était “une belle rencontre”.

Et puis on a parlé de sa soeur Marthe morte il y a 8 ans (à 75 ans). Il m’a passé deux photos de Marthe qu’il avait retrouvées. La soeur de Marcel, généreuse, militante (catho de gauche) avait compté beaucoup pour lui.

L’heure tournait, je suis partie, ma trottinette sous le bras, en lui disant à bientôt, alors qu’il me raccompagnait à l’ascenseur. Il y avait une espèce d’émotion et de douceur dans sa façon de me dire au revoir.

Je me demande s’il ne sentait pas, un peu, que c’était la dernière fois que l’on se voyait, s’il ne sentait pas que c’était son dernier interview.

Imparfat du subjectif

Par Michel Calvès

Prologue

Je n’ai jamais tué, jamais violé non plus
Y a déjà quelque temps que je ne vole plus. (G. Brassens)

Lorsque j’ai voulu écrire mon itinéraire, j’ai constaté que la sexualité prenait une part entière et essentielle dans la construction de l’individu que je suis devenu. J’avais donc décidé de faire un écrit à part. Bien m’en a pris car la  sexualité,  sous la forme des agressions et des perversions, occupe de nos jours un grand espace, nécessaire. Les bouches s’ouvrent, les femmes prennent la parole et c’était plus que nécessaire. Il semblerait qu’une page se tourne :  c’est souhaitable mais les débats restent en partie pollués par une vision  « manichéenne » : Moral, immoral, propre et sale, licite et illicite.

Aujourd’hui Internet contribue également, au même titre que les fake-news sur les réseaux sociaux, à pervertir, le mot n’est pas trop fort, la sexualité, la ramenant à la froideur des planches anatomiques et aux coulisses de l’exploit quand ce n’est pas l’éloge du sadisme et de la perversion.

Finalement je plains les enfants, les pré-ados, et les ados d’aujourd’hui qui pourraient peut-être m’envier mon enfance.

Dans mes mémoires je n’arrivais pas à entrelacer ma vie et ma sexualité. J’ai donc été amené à ce choix de la traiter comme un sujet séparé, ou plus exactement concomitant. En société existent des critères qu’il est convenu d’appeler moraux ou immoraux. Si ces critères s’appliquent sur tous les domaines, ils ont un champ d’application singulier : la sexualité. J’ai tenté de mesurer l’influence que « la morale » avec ses déclinaisons de « propre » et de « sale », avec également la notion de pudeur, ont pu avoir sur ma construction et mon comportement.

Ce récit va paraître souvent cru et je prie de m’en excuser. Je n’ai pas de style. Je sais toutefois que si j’écris “je me suis fait plaisir”, ce peut être de la (mauvaise) littérature, mais si j’écris “je me suis branlé frénétiquement”, c’est de la pornographie. De même, je mets les prénoms des gens, car pour moi ils-elles ont une réalité physique, un visage, des yeux, un corps, une gestuelle, un langage, un caractère. Si je mets l’initial du prénom, ce serait les ravaler au rang de matricule. Ils-elles me pardonneront car  comme je le dis en préambule, ce sont mes souvenirs avec la part de subjectivité inhérente.

Bien qu’élevé dans une famille athée, politiquement très à gauche, j’ai cependant été très imprégné de « morale judéo chrétienne », comme il est convenu de la définir. Mon père <André Calvès, alias Ned> , plutôt friand vers la fin de sa vie d’histoires lestes, était en fait un mélange de relative liberté sexuelle, pendant sa jeunesse en tout cas, et de réserve frisant la pruderie sur ses véritables sentiments. Des Eclaireurs, puis des Auberges de Jeunesses, il avait gardé ce culte des années 1936, une âme saine dans un corps sain. De plus, la résistance armée à l’occupation, où l’espérance de vie était très courte, ne permettait pas de s’embarrasser d’hypocrisie, ni de circonlocutions quand on rencontrait une personne qui vous plaisait ou vous attirait et que c’était réciproque. Bémol toutefois : La contraception étant ce qu’elle était à l’époque, il fallait quand même s’imposer de sérieuses contraintes qui devaient tuer pas mal de spontanéité. Enfin, n’en ayant jamais vraiment parlé avec lui,  j’imagine.

J’ai donc fréquemment vu mon père nu; il aimait se baigner ainsi. Certains copains militants en faisaient autant. C’était toujours sur des plages quasi désertes de Bretagne. Il avait le souci de ne pas choquer alentours, il n’était pas non plus un adepte du naturisme à tout crin. Une fois, je devais avoir treize ans, il avait vainement tenté en compagnie de Jean Leroux de me convertir à cette forme de baignade. Précisons que cette fois nous étions en compagnie de la belle Suzy qui s’était laissée convaincre de venir camper avec nous. Suzy était une bonne copine de Jeannette qui avait du lui rendre plus d’un service. Elle vendait des bonbons dans un magasin boulevard Montmartre je crois. J’apprendrais plus tard qu’elle avait également fait un peu commerce de ses charmes, comme il était convenu de dire alors. Elle était donc descendue sur la plage avec nous en tout bien tout honneur. André et Jean avaient tenté de la convaincre de se baigner à poil, mais elle ne les avait pas suivis. Je n’ai jamais su si c’était pour ne pas choquer ni bouleverser le pré-pubère pudibond que j’étais ou si se mettre nue devant deux hommes risquait de lui rappeler quelques extras « professionnels ». Dans mon souvenir, Jean et André me semblèrent un peu déconfits mais n’insistèrent pas et se jetèrent à l’eau. En baie de Douarnenez malgré l’été elle devait être assez froide, car je me fis la réflexion à leur retour.

De fait, je ne pratiquerai le naturisme « sauvage » qu’adulte dans les années 70, où nous serons très, très nombreux à le faire. Sans doute l’effet de libération de Mai 1968 !

En revanche je n’ai pas souvenir d’avoir jamais discuté sexualité avec mon père. Je me souviens que les nombreux copains militants, ou ex-militants avec qui on campait, étaient, ou semblaient, globalement assez prudes.

Me revient un petit « scandale » qui nous avait déconcerté mon frère <Jeffy> et moi. Notre innocence sincère prit un coup mais cet incident véniel aurait probablement pris une ampleur démesurée de nos jours.

En vacances chez la grand-mère de Jeffy, mon demi-frère, nous devions avoir douze ans, nous avions fait des photos car on nous avait offert un Brownie-Flash, petite boite à savon qui faisait des photos 6×6 d’une pellicule de douze vues. Parmi ces photos sans intérêt – encore que je regrette celles de notre cabane dans les arbres – il en fut une originale. L’un de nous avait, par jeu, pris en photo, en gros plan qui aurait donc dû en principe être très flou car la profondeur de champ était aléatoire, la zigounette de l’autre, alors que nous nous baignions dans une sorte de grande bassine en fer, dans le jardin, au soleil de juillet. Puis, à notre retour, nous étions partis camper en Bretagne avec notre père, laissant au passage à Jeannette, la mère de Jeffy, qui devait nous rejoindre plus tard, le soin de faire développer les photos.

Dès son arrivée au campement, André nous appela. Il semblait vraiment furibard. Et il y avait de quoi ! Je ne me rappelle plus des termes de l’engueulade, mais la colère ne semblait pas feinte. Lorsque Jeannette était allée retirer les photos chez le photographe, celui-ci lui avait demandé comme c’était l’usage, de vérifier si c’était bien les siennes. A l’ouverture de la pochette, consternation : la première photo est la zigounette d’un gamin de 12 ans ! C’est heureusement la seule du lot. Et Jeannette a pu jouer la maman scandalisée par ses « vauriens ». Aujourd’hui, elle et André auraient peut-être été soupçonnés de pédophilie !

Après le prononcé du jugement de divorce de Marie-Anne, ma mère, et d’André, j’avais sept ans, je voyais mon père relativement régulièrement le dimanche et passais un mois de vacances d’été avec lui et mon frère. De fait j’ai été essentiellement élevé par ma mère. Elle était, sans forfanterie de fils, une très jolie femme ; je ne me souviens que confusément de quelques amis qu’elle a eus. Pour autant que je m’en souvienne, la nudité, à l’instar de l’hygiène, a toujours existé à la maison. Non par exhibitionnisme, mais parce que c’était le plus naturel et surtout plus simple pour aller de la douche, dans la cuisine à la chambre afin de s’habiller. Nous serons logés très petit jusqu’à mes 18 ans, donc il faut faire avec la promiscuité.

Mon père, ayant des parents éclairés, avait connu dès les années trente à Brest, l’existence de la salle de bains. Ce qui n’était pas automatique, même chez des bourgeois bretons.

D’origine paysanne, ma mère n’a connu des conditions d’hygiène correctes qu’à l’Ecole Normale d’instituteurs où elle était interne. Sans doute que les morts successives de son père Jean-Louis, et de sa sœur Anna, tous deux de la tuberculose, contribueront à accentuer ce besoin d’hygiène corporel. Par ailleurs, les mouvements de jeunesse d’avant guerre, la gymnastique rythmique, le sport à l’Ecole Normale, puis les Auberges de Jeunesse cultiveront ce goût du corps sain. Je ne me souviens pas avoir jamais vu ma mère pratiquer le naturisme, mais je trouverai vers 15 ans une revue naturiste allemande dans un tiroir de ses papiers. En noir et blanc bien sûr et finalement assez esthétique. Je m’imaginerai longtemps qu’une femme qui lui ressemble aurait pu être elle.

Dès notre installation à Paris, dans un minuscule deux pièces, rue de Trétaigne dans le XVIIIème arrondissement, un de ses premiers achats va être une sorte de douchette, un anneau métallique en cercle dans lequel on peut passer la tête, et percé de petits trous, relié par un tube de caoutchouc à un réservoir qu’on rempli d’eau tiède. On s’asperge, bien campé dans une large bassine. Cela durera un an, autant qu’il me souvienne avant que nous ne nous installions dans un deux pièces plus cuisine et cagibi, avenue du Président Wilson, à la Plaine Saint Denis. Evidemment, toujours pas de salle de bain. La cuisine étant un peu plus grande, ma mère fera installer dès que possible une cabine de douche reliée au chauffe-eau. Les WC sont toujours sur le palier. Les toilettes à l’extérieur, c’est le lot de milliers de personnes. Toutes les tables de chevet sont conçues, depuis bien avant guerre, pour accueillir un « vase de nuit », autrement dit : pot de chambre.

Nous, dans notre cagibi, nous avons un seau d’aisance qui est vidé tous les matins dans les WC du palier et javellisé.

Je ne me rappelle pas des WC chez mon père à Paris, que ce soit rue Saint Joseph à l’hôtel, ou passage de Mars, porte de la Villette. La question devait être trop triviale et un peu délicate pour avoir été censurée dans ma mémoire. Il parait qu’au Japon, de nos jours, certains WC diffusent de la musique pour couvrir les divers bruits intimes. Je m’autorise à y voir une analogie au sketch de Coluche sur les « gros mots. »

Pour aller de la douche à la salle à manger-séjour-chambre de ma mère, où officie un radiateur à gaz, il n’y a que quelques mètres que nous parcourrons tour à tour, encore humides et frissonnants, à peine ceints d’une serviette éponge. Les volumes de l’appartement ne sont pas vastes mais j’ai souvenir d’hivers très froids où on ne sentait guère la chaleur à plus d’un mètre du radiateur. Je m’habillais dans mon lit ! Ma chambre, à moi tout seul, hé oui, se trouvait en enfilade par une porte de communication directe. La porte n’était jamais fermée, au point que je ne me souviens pas qu’il y en ait eu une.

Je me souviens en revanche que des militants politiques du parti communiste internationaliste (PCI) où militait ma mère s’étaient formalisés de ce que je vienne me sécher tout nu près du radiateur, alors que je n’avais pas treize ans ! Réunis autour de la table, ils devaient parfois se déranger pour me laisser passer. J’adorais la douche pratiquement quotidienne du soir, où je traînais souvent, et lorsque je sortais, la cuisine ressemblait à un sauna. Pour ces raisons il m’était tout à fait naturel de voir ma mère nue, de la voir s’habiller. Je ne me souviens d’aucune pensée incestueuse. Pourtant les discussions avec mes camarades du « petit lycée » me firent rapidement comprendre que ce n’était pas une situation courante. A l’interrogation de l’un d’eux me demandant si j’avais déjà vu mes parents « à poil », j’eus une réponse très évasive pour ne pas paraître singulier et ne pas exciter la curiosité.

Me revient soudain un souvenir « érotique » quand vers treize-quatorze ans, toujours glabre du corps, j’empruntais, en l’absence de ma mère, une paire de bas, un porte-jarretelles, une jupe et je m’excitais de l’image fantasmatique du bas du corps que me renvoyais un miroir mural placé dans l’angle de la communication des pièces. Je ne me sentais nullement travesti, j’étais simplement voyeur d’une personne inconnue qui raccrochais ses bas, et qui laissait voir un peu de son entrejambe ! Je ne fétichisais pas exactement sur la lingerie mais sur le corps qui était censé en être vêtu.

Peu de temps après, mes poils poussèrent. J’en étais trop fier pour envisager de les raser afin d’avoir de nouveau des mollets de femme ! Le travesti s’arrêta là. D’autant que mon centre d’intérêt s’était déplacé du tissu de la culotte à ce qu’il pouvait y avoir derrière.

Ma génération était imprégnée de l’idée que la pilosité était signe de virilité, et je reflétais cette idée ambiante. Un homme sans poil ? inconcevable. Un « viril » était en Marcel avec les poils qui dépassent. En revanche, la mode et les produits cosmétiques faisaient déjà activement la chasse aux poils féminins évidemment, sous les aisselles, les jambes… et la moustache pour l’instant. Le Bikini achèvera la pilosité qui remonte au nombril et les poils s’égayant du maillot. « …Elle a peur de montrer quoi ? son petit itsi bitsi tini ouini tout petit, petit bikini » chantait Dalida en 1960.

Si en anglais etsy bitsy tiny weeny est un florilège pour dire minuscule, en français c’est plutôt ridicule. Dans les revues spécialisées de l’époque, on ne pouvait trouver trace d’aucune toison pubienne sauf j’imagine dans des revues extrêmement confidentielles. C’est singulier d’ailleurs, car moi qui fantasmais sur la toison qui cachait le mystère, je constate que l’essentiel des productions pornographique présentent aujourd’hui des sexes, tant féminins que masculins, intégralement épilés. Phénomène de mode ? A l’instar de Desmond Morris dans le « Singe Nu », je persiste à penser que les poils font partie des signaux forts d’appel sexuel, et qu’un homme qui s’extasie devant une vulve complètement épilée, refoule, peut-être inconsciemment, une pulsion pédophile.

En ce qui me concerne ça n’a pas diminué avec l’âge et je pense, comme aurait pu dire Pierre Dac, que c’est en devenant presbyte qu’on voit pubien.

Pour ma part, je m’apercevrais rapidement que j’ai hérité d’un abondant système pileux qui me vaudra le sobriquet de « nounours » par les enfants que j’encadrerai comme moniteur de colonies de vacances vers mes dix-huit ans.

J’étais nul en dessin, au grand dam de ma mère qui semblait elle plutôt douée bien qu’elle ne fit pas usage de ce don souvent. Espérant sans doute éveiller un talent, mais renonçant à l’éduquer elle-même, elle m’offrit un énorme livre : l’Art de Dessiner. C’était style gros dictionnaire. Il y avait beaucoup d’études, tant des volumes que de la perspective, de méthodes d’approche, dessin réaliste, dessin humoristique, caricature, mais les quelques pages qui captaient mon attention étaient les dessins d’après photos de nu intégral. Ces nus, quatre féminins pour un masculin genre penseur de Rodin, peuplèrent mes fantasmes pendant quelques années. Les regarder ne me suffisait pas. Comme je dessinais toujours comme un pied, j’entrepris de les décalquer via papier calque, ou de les reproduire au papier carbone. Inutile de dire que les pages concernées souffrirent des traits de crayon appuyés et du carbone baveux. Ma mère s’en aperçut, nécessairement, mais ne fit jamais aucune remarque.

En ce temps là aussi, je trouvais dans la bibliothèque maternelle, l’Amant de Lady Chatterley que je lus « de la main gauche » comme disait Coluche à propos de Freud, ne comprenant pas grand chose à l’histoire car sautant d’un passage suggestif au suivant, puis revenant en arrière. L’ayant relu tardivement, je suis dit que la société anglaise puritaine devait être bien coincée de vouer aux Gémonies un livre qui ne pouvait émouvoir qu’un adolescent pubère. Pure hypocrisie, car ce livre remarquablement bien écrit, par sa peinture sociale bousculait la société britannique. Il ne fut d’ailleurs publié la première fois en Angleterre que peu de temps avant que je ne découvre la traduction française.

Pour mémoire, toute ma scolarité, comme celle de tous les gens de ma génération a été non mixte. Sauf peut-être en maternelle mais après, c’était école des garçons et écoles des filles, puis la suite pour le collège et lycée. Mes copains de collège, on disait alors le Petit Lycée Condorcet, me firent connaître les femmes sur papier glacé. A cette époque même un téton est subversif, alors imaginez le nu ! Si le haschich est quasi inexistant, les revues pornographiques, elles, circulent sous le manteau. Je découvrais alors qu’existaient des journaux spécialisés. Il faudra attendre d’être en troisième et d’avoir une certaine audace, à défaut d’un physique plus mûr, pour acheter en kiosque ces revues telles que la Vie Parisienne, où on ne voyait que des seins et quelques fesses, et Paris Hollywood, où les photos sépia étaient consciencieusement retouchées au niveau du triangle pubien, triangle des Bermudes des fantasmes de gamin… et probablement d’adultes, hélas. Pas un poil, pas une fente ! Il fallait également une certaine imagination, et des crayons de couleurs (les feutres n’étaient pas encore vulgarisés) pour tenter de redonner une toison vraisemblable. Hélas ! J’ai déjà évoqué plus haut mon piètre talent pour le dessin.

Il y a aussi parfois à la sortie du petit lycée des messieurs qui frottent de près les collégiens…sans doute les mêmes qui dans les vespasiennes encore nombreuses se penchent pour voir « l’engin » du voisin et exhiber le leur. Mais j’y reviendrai.

Bref, la femme « à poil » était un mystère qui nourrissait des petits trafics. Certains copains refilaient les stylos où on voyait le maillot de la pin-up disparaître. Un copain avait même un petit chef d’œuvre d’ingéniosité. Un petit livret constitué de plusieurs films positifs noir et blanc. En glissant une languette de papier blanc derrière la jolie fille, on pouvait voir disparaître sa robe. Une deuxième languette permettait d’effacer la lingerie et offrait à notre vue de beaux seins et une superbe toison. Un copain pied-noir rapatrié avait lui des photos franchement pornographiques très, très laides, qui devaient provenir de bordels d’Afrique du Nord.

Je me souviens que ma puberté est venue tard, après 15 ans bien passés, car dès avant, dans les colonies de vacances où je partais, il arrivait qu’on pratiquât des masturbations collectives où chacun branlait l’autre. C’était un jeu somme toute relativement courant à deux, trois ou quatre, ceux du milieu branlant parfois deux copains en même temps, chacun la tête dans ses fantasmes. Et comme je le remarquais rapidement, à la différence de mes petits camarades, si je jouissais, c’est à dire que je tressaillais, je ne « crachais » pas. Ce qui m’angoissa un bon moment, mais à qui en parler ?

J’avais découvert le plaisir de la masturbation en CE2, c’est à dire à l’âge de neuf ans !

Initié par un redoublant assez déluré près de qui je me trouvais de temps à autres. Les places n’étaient pas définies. Nous avions à cette époque une institutrice, mademoiselle Hebner. Pour autant qu’il m’en souvienne, elle devait être assez jeune, même si pour nous elle était vieille puisque adulte. Dans la découverte de la masturbation, j’étais très surpris par le phénomène physique, le paroxysme de plaisir, la tétanie puis le relâchement absolu qu’elle procurait. Mais il n’y avait alors la première fois, aucune projection fantasmatique ni sur la maîtresse, ni quiconque autre. Une découverte physique mécanique somme toute. Mon copain « initiateur » me révélera un peu plus tard que pour favoriser « la bandaison » il était mieux de penser à quelque chose de « dégueulasse » !

Toutefois, avec ce que je sais aujourd’hui, j’ai du mal à croire que l’institutrice ne se soit aperçue de rien, d’autant que nous n’étions pas vraiment dans le fond de la classe, et que les pupitres étaient assez étroits pour laisser deviner nos jeux. Nos cartables coincés sur le côté, comme nos mines expressives, devaient également les trahir. J’imagine qu’elle a préféré ne pas voir. Comment réagir et que dire, en effet ?

A son sujet, il m’est revenu en mémoire dans les années 2000, en aidant la troupe de théâtre Jolie Môme à s’installer dans l’ancienne salle des fêtes des écoles du 120 avenue du Président Wilson devenue depuis allée Saint-Just, d’un événement que j’avais enfoui dans mon jardin secret.

Dans cette salle des fêtes, monument plus imposant dans ma mémoire, qui séparait l’école des filles où ma mère enseignait, de l’école des garçons où j’allais suivre le CE2, le CM1 et le CM2, il était d’usage de présenter un spectacle des élèves des deux écoles en fin d’année. Les filles rencontraient les garçons ! Donc vers la fin mai, il était fréquent que certaines classes y pratiquent certains après midi des répétitions. Pour avoir la place pour circuler, tous les chaises et bancs étaient rangés sur le côté. Quelques bancs permettaient toutefois de s’asseoir. Je ne sais plus quelle est la part de hasard et celle du pari stupide, pourtant j’ai rampé sous pratiquement tous les bancs pour atterrir sous la robe de mademoiselle Hebner, où le souvenir presque intact d’une odeur de musc associée à la vue de la petite culotte translucide mais surtout des jarretelles et les bas, fera de moi, un temps, un fervent admirateur de ce type de lingerie, guère pratique pour les femmes, il faut pourtant en convenir. Ce souvenir m’a longtemps procuré une sorte d’extase. Peut-être faut-il y voir aussi ma prédisposition ou mon goût pour enfouir mon visage dans le sexe féminin.

En fait, les bas étaient souvent accrochés assez bas, hé oui ! Voir une femme dans la rue raccrocher son bas, laissant entrevoir une infime partie de chair nue était un fantasme récurrent de ma génération et de la précédente. Voir du haut de la vitre du bus dans les voitures, pourtant rares encore la jarretelle et un peu de cuisse dénudée entre le bas et la jupe était également très stimulant. Les conductrices étaient cependant peu nombreuses à cette époque, et lorsqu’elles étaient passagères, les femmes tiraient souvent sur leurs robes ou jupes qui étaient déjà assez longues.

Curieusement l’année de CM1 et celle de CM2 ne me laissent pas de souvenirs de ce type sans doute parce que j’ai eu des instituteurs, excellents au demeurant puisque je suis passé en sixième, et pas pédophiles pour deux ronds. A la réflexion, monsieur Palasse du CM1 témoignait tellement de douceur et de courtoisie que je ne serais pas étonné d’apprendre qu’il était homosexuel. C’était un maître passionnant ! Monsieur Fiaire, l’excellent maître de CM2 monta un club photo. Est ce qui encouragea un peu plus tard, mon penchant « voyeur » ? Possible, mais il n’y a aucune responsabilité.

Fait étrange, l’homosexualité a été complètement absente de mon enfance, même lors des branlettes collectives qui n’étaient qu’une activité ludique, secrète, certes répréhensible, mais « normale ».

Je rappelle que les garçons et les filles étaient deux mondes qui se croisaient à peine surtout si on n’avait ni frère, ni soeur, ce qui arrivait quelques fois quand même ! A l’instar de l’antisémitisme, que je n’ai découvert qu’en cinquième quand mon copain Abel passa un temps fou à m’expliquer que le « sale Juif » dont l’avait traité le gars qui était par terre, le nez en sang, était beaucoup plus grave que « sale Breton » dont j’aurais pu être traité, je n’ai découvert l’homophobie réelle et brutalement conne, qu’en seconde. Un de nos camarades avait une façon légèrement affectée de parler, et s’asseyait de coté, les jambes jointes. Il n’en fallait pas plus pour qu’il devienne la tête de turc de certains.

Avec quelques très bons copains, sans concertation quelconque, nous avons pris dans notre groupe de « mecs », ce camarade homo frappé d’ostracisme par des petits connards, souvent fachos. Nous avons fait des sorties à Fontainebleau et ailleurs le week-end, sans ambiguïté, en l’encourageant à pasteller ses marquises style Pompadour, et en continuant nos blagues vaseuses, nourries pourtant d’un terreau machiste. Chacun acceptait qu’il soit différent et cependant si proche. Il n’y avait aucun jeu de séduction, ni de lui, ni de nous.

La masturbation, je la pratiquerai toute ma vie, de façon plus ou moins intensive, sans devenir plus sourd que la moyenne des hommes de mon âge. Et je tiens pour bêtise et ineptie l’idée véhiculée par beaucoup d’hommes de ma génération qui postulaient qu’à partir d’une situation sexuelle « équilibrée » on ne pratiquait plus la masturbation. Je me souviens que c’est ce qu’affirmait Jean Grosset (salauds de parents !), rencontré en camp d’ados qui prétendait que c’était son cas, à 17 ans ! Je n’ai jamais dû avoir une situation sexuelle « équilibrée » ! Donc je me réfugie derrière l’aphorisme de Woody Allen: « Ne dites pas de mal de la masturbation. Après tout c’est une façon de faire l’amour avec quelqu’un qu’on aime bien ! ».

J’ai cru également longtemps que la masturbation était « l’apanage » des garçons. Tardivement je découvrirai la délicieuse chanson de Colette Renard qui va au delà « Les Nuits d’une Demoiselle ». Si elle se fait « frotter la péninsule…et  …béliner le joyau. » Elle ne s’arrête pas là.

Non, les quelques souvenirs de la communale et de la sixième semblent indiquer que j’étais revenu dans une normalité banale puisque j’étais amoureux en secret d’une fille que ma mère avait en fin d’études première année à l’école voisine, Colette. Je l’avais connue, je ne sais plus à quelle occasion ; peut-être que les cours de collège se terminant plus tôt en fin d’année, j’avais eu l’insigne autorisation d’être présent dans la classe de ma mère quelques derniers jours de l’année.

Les filles de fin d’études étaient souvent des jeunes filles tout-juste pubères dont les formes s’affirmaient ; ajoutons qu’il y avait quelques redoublantes qui étaient presque des femmes achevées, physiquement s’entend. En outre, à cette époque, elles étaient toutes en robes ou jupes, certaines se fardaient déjà les paupières, les lèvres et mettaient des bas. Mes nuits étaient donc parfois agitées de fantasmes « dégueulasses » comme disaient mes copains.

Là, « ma » morale, intervient de façon singulière : je m’interdisais de faire appel dans mes fantasmes, à la fille dont j’étais très épris, invoquant une notion de « respect » très pervertie dont j’ignore l’origine. L’Amour était détaché de la relation sexuelle. Il était donc sous-tendu dans ma culture qu’il y avait un amour « noble » et une sexualité « sale ». L’acte sexuel « avilissait » donc celles et ceux qui le pratiquaient ! J’ai du trimbaler ça presque jusqu’à dix-huit ans. Je réalise avec un effroi rétrospectif que pour une large part, cette acception sous tend de nombreuses agressions sexuelles et viols !

J’ai heureusement transgressé cette notion, pas trop tardivement, au moins au niveau de mes fantasmes. Je ne me souviens plus grâce à quoi. Ces critères arbitraires et frustrants du « propre » et du « sale », du « normal » et du « pervers » vont quand même me gâcher la vie quelques temps. Quelques unes de mes premières « conquêtes » seront également victimes du même syndrome à cause de moi… ou sans moi.

Vers quatorze ans, éveillé par des bruits relativement étouffés, mais l’appartement était si petit, je vais surprendre ma mère « faisant l’amour » avec son ami. Plus exactement en train de lui faire une fellation. Ils sont à découvert. Il est allongé sur le dos la tête sur l’oreiller, les mains derrière la nuque, la verge bien dressée.

Je retourne dans mon lit, honteux d’une part d’avoir vu ce que je n’aurais pas du voir, et jaloux de l’attitude de l’homme qui « avilit », qui rabaisse ma mère. Je fonds en larmes bruyamment, et pendant assez longtemps me semble-t-il, histoire de leur gâcher leur plaisir et d’affirmer que je suis le seul homme à la maison. Il n’y a de place pour personne d’autre ! Je m’endormirais sur mon chagrin, sans qu’ils se soient manifestés.

Bien des années plus tard je regretterai peut-être de n’avoir pas su mesurer la dimension « érotique » et l’expérience « pédagogique » qui m’étaient offertes. Assurément n’avais-je ni l’âge, ni la culture.

J’évoquerai cette anecdote avec ma mère, en revisitant le passé, à plus de cinquante sept ans et elle, quatre-vingt six ans révolus!

La sexualité des parents est souvent cachée, pour ne pas dire niée, au regard des enfants. Personnellement je n’imagine pas un père ou une mère de famille disant à leurs enfants : « Tenez, voila quelques sous, allez au cinéma, ou où bon vous semble, Papa et Maman ont envie de s’envoyer en l’air cet après-midi. » Peut-être que ça existe ? J’imagine que souvent ce doit même être un sacré gymkhana, compte tenu de la promiscuité et de l’étroitesse de certains logements. Il est difficile dans ce cas d’avoir une sexualité parfaitement épanouie. Silence des mots, pas de bruit sauf de sommier, rapidité, bâclage au final. Ce qui « explique » trop facilement que la plupart du temps, les hommes « tirent leur coup » avant de s’endormir!

Des souvenirs scolaires me reviennent encore : en cinquième ou en quatrième, un professeur d’Histoire-géo, très jolie jeune femme, ne pouvait être dupe des crayons et des gommes que toute la classe laissait tomber à son passage pour tenter de voir sous ses jupes qui n’étaient pas très étroites, ni très longues. Me souvient même qu’elle a porté au moins une fois une jupe cloche à plis rock’nroll ou yéyé assez évasée et probablement amidonnée.  C’était l’époque. Son bureau de surcroît n’était pas fermé sur le devant, et notre classe devait ressembler à la caricature de Reiser devant ses croisements de jambes plus torrides que ceux de Kim Bassinger. « …Les garçons ont les yeux qui brillent pour un jeu de dupes : voir sous les jupes des filles… » chantera plus tard Souchon. Qu’on me pardonne si je cite souvent Souchon. Il a exprimé mieux que personne les gestes esquissés, les baisers effleurés, les amours inachevés de toutes « …ces belles passantes …» que chante également Brassens.

En troisième, notre professeur d’Anglais, une assez belle rousse qu’on qualifierait de plantureuse de plus de quarante ans a eu quelques rares fois la singulière et étrange lubie de punir un élève en l’envoyant sous son bureau, fermé celui-ci sur le devant, et se rasseyait parfois en feignant de l’avoir oublié ! J’ai tenté plus d’une fois de me faire envoyer sous le bureau, mais je n’ai hélas connu que la salle de permanence ! Pourtant ce bureau et ce professeur aux très belles jambes gainées de bas et aux jupes plutôt serrées avec fente d’aisance derrière ont meublés plus d’un de mes rêves éveillés. Ma mère, souhaitant donner le maximum pour moi, continue à m’envoyer régulièrement en colonies de vacances. Bien que militante politique et plutôt féministe pour cette époque, elle me donnera une éducation « privilégiée » de petit macho qui met les pieds sous la table. A la maison, je ne touche ni à la cuisine, ni au ménage, ni au lavage, ni au repassage. Rarement à la vaisselle. Curieusement pourtant, elle m’apprendra à coudre à la machine et à recoudre des boutons. C’est bien plus tard qu’il me faudra tenter de surmonter ces handicaps généreusement, tendrement et involontairement construits.

Les colonies de l’Education Nationale sont assez chères, mais elles offrent beaucoup d’activités aux préados. Ski l’hiver, vélo, voile, randonnée et même équitation l’été. De plus, elles sont mixtes, alors que le lycée ne viendra à la mixité qu’après 1968 ! J’y rencontre des jeunes sensiblement du même milieu social et j’y noue des amitiés assez solides et intéressantes. Pendant ces périodes de vacances scolaires, ma mère doit pouvoir penser un peu à elle. Aujourd’hui du moins, j’espère que c’était le cas. Ces colonies seront aussi le territoire des premières amours et surtout de la découverte du corps de l’autre, la « terra incognita ».

Me revient alors que, petit, c’est à dire vers quatre – cinq ans, j’aimais volontiers jouer « au docteur » en Bretagne, avec les petites voisines et petits voisins. Une curiosité bien banale, en fait. Les seuls souvenir qu’il m’en reste ne sont pas précisément sexualisés, simplement une grande fascination pour cette fente mystérieuse bien close et une grande interrogation sur : comment font les filles pour faire pipi !

Les baisers qu’on échangeait alors n’avaient guère de sensualité. Vers cinq ans j’ai éprouvé un réel sentiment amoureux pour une grande qui était en colonie de vacances et qui devait bien avoir huit ou neuf ans. Elle n’en a rien su. J’étais plâtré en convalescence de ma coxalgie sur une chaise longue qui m’autorisait à voir les activités des enfants dans l’école.

C’est en colonie de vacances, en 1964, que je vais découvrir le premier baiser avec la langue, qui va me provoquer une érection stimulante mais terriblement douloureuse parce que coincée par les vêtements. Il parait qu’il existe en médecine ce qu’on appelle « douleur exquise », je pense que j’ai dû m’en approcher. J’ai toujours eu en horreur les termes « rouler une pelle, un patin ou une galoche ». Là commence à poindre la contradiction entre une sémantique, une terminologie que je considère très vulgaire et dévalorisante pour un acte qui est somme toute bien excitant et agréable. Mais le vrai pouvoir des mots, je le découvrirai bien plus tard. C’est là encore que mes mains vont s’aventurer sous le pull pour découvrir de jeunes seins très fermes, donc très jolis, bien que je les vois que du bout des doigts. Fallait-il qu’elle soit amoureuse ou tolérante, ou les deux, car c’était aux sports d’hiver dans l’autocar et je ne peux pas jurer qu’au début j’avais la main particulièrement chaude ! Que c’était stimulant de sentir cette chair ferme et ce tout petit téton durci.

C’est encore aux sports d’hiver que je vais m’aventurer entre son ventre et la ceinture de son pantalon, à seize ans quand même, et atteindre par mes caresses quelques poils pubiens qui alimenteront mes rêves pendant un temps. Le lecteur va réaliser que je rêve beaucoup ! Les pulsions sexuelles sont telles que chez beaucoup d’ados mâles, les rêves érotiques entraînent des éjaculations. Je n’ai pas manqué à la règle. J’ai toujours trouvé proprement dégradant qu’on appelle ça des « pollutions nocturnes ». Affliger le sperme du nom de « pollution » est le monde à l’envers, mais martèle cette notion du « sale » et contribue à garder vivace la culpabilisation. Aujourd’hui où la pollution a montré son vrai visage, cette expression ne devrait même pas exister.

Mon deuxième fils, vers ses quatorze ans, m’avoua, alors que je l’entendais faire un ramdam dans la salle de bain, qu’il avait eu une éjaculation nocturne, et qu’il se préoccupait de mettre son pyjama à laver avec la sourde angoisse que ce soit indélébile ! Je m’empressais de le rassurer. Tout d’abord, je l’assurais qu’une éjaculation nocturne est normale chez un adolescent. L’inverse serait préoccupant. Le liquide séminale n’est pas sale, expliquai-je, il a un peu la consistance du blanc d’œuf et donc coagule sur les tissus mais part au lavage tout naturellement. Je l’informais accessoirement que le goût du sperme, sauf exception, se rapprochait également de l’albumine de l’œuf, un peu plus salé-sucré peut être. Je lui apprenais à cette occasion, qu’autrefois, pour montrer qu’un roi de France pouvait assurer sa descendance, on montrait aux proches sa première « Carte de France ». Notons au passage, qu’à ces époques, la réalité territoriale de la France était assez réduite et donc relativement plus simple à représenter ! De la même façon qu’on montrait ensuite au balcon, le « premier sang » de l’épousée pour montrer que le mariage avait été consommé et que la Reine était bien pucelle. Pour les rois, la morale catholique tolérait bien des entorses exhibitionnistes !

C’est aussi en colo, sous la douche collective que j’aurai la terrible révélation que je n’en ai pas une bien grosse. Je ne vais pas le vivre très bien quelques temps, même si Coluche me console rétroactivement, beaucoup plus tard, en affirmant que « ce ne sont pas ceux qui ont les plus grandes oreilles qui entendent le mieux… », et qu’il ajoute aussitôt malicieusement : « … et puis moi, ça m’arrange ! ». Le groupe Machin écrira lui aussi poétiquement : « c’est au travail qu’on voit le spécialiste et pas à la grosseur du pinceau de l’artiste… ».

A ces occasions je constaterai également que même si nous sommes morphologiquement globalement tous pareils, outre la taille, le diamètre et/ou la forme du gland peuvent également varier. Il n’y a pas de raison ! Comme les mains. On connaît d’excellent pianiste avec des doigts relativement courts et d’autres aux mains de « pianiste » infoutus d’être manuels. Je ne réaliserais que très tard que les mêmes nuances existent au niveau du bouton du clitoris, de la forme des nymphes, etc.

Dans un autre écrit, je fais référence à mon opération du phimosis, enfant. Cette référence a semblé chagriner mon frère à la lecture. Peut-être une réaction de pudeur. Si j’avais écrit posthectomie personne ne serait allé voir dans le dico. A cette réaction, j’ai réalisé que cet aspect avait eu une certaine importance inattendue dans ma vie. Sous la douche en colo, j’étais un des rares à avoir le gland pratiquement découvert, ce qui m’irritait un peu, psychologiquement j’entends (Oh, par là, je n’entends pas grand chose ! Pierre Dac). Plus tard, une amie américaine me demandera si je suis juif. Cette perspective semblait sincèrement la réjouir. J’en ai audacieusement déduit qu’elle était juive. Ma réponse négative ne gâcha pas notre soirée… elle n’était pas très religieuse.

A ce propos, me revient cette expression imagée « cabochon de rubis » et je citerais Jean-Claude Bologne dans son livre Histoire de la Pudeur (1986 éditions Orban) : Derrière cette élégante périphrase se cache le prépuce, qui occupe une place à part dans l’attirail érotique. Les chrétiens sont fiers de ce bout de chair qui les distinguent des juifs ; les mauvais plaisants font semblant de le confondre avec le Saint-Esprit. Il a fallu attendre le XIXe siècle pour que ce cabochon, avec son nom coquin, alarme à son tour la pudeur et que l’on ne sache plus quoi faire de la douzaine de prépuces que nous a laissés le Christ.

A l’adolescence donc je le vis quand même assez mal et j’en viens à envier un copain qui a probablement dû avoir plus de soucis que moi dans l’existence. J’adore les boutades, surtout lorsqu’elles sont mauvaises. J’ai plaisir aujourd’hui à expliquer qu’heureusement pour moi j’ai toujours rencontré les « concours de circonstances ». En fait, il semblerait que beaucoup de filles, de cette époque en tout cas, développaient le même type de complexe à l’égard de leurs seins qu’elles trouvaient trop petits. Ce ne doit plus être très vrai de nos jours ! Allez, je confesse (quel joli mot !) : j’ai aimé, vraiment aimé, des filles petites, grandes, rondes, minces, aux gros seins, aux petits, ou quasi inexistants, mais il y avait toujours dans leurs yeux cette étincelle de complicité et de plaisir qui faisait vibrer le corps et la tête. La révélation c’est que le plaisir ne vaut que s’il est partagé.

S’il y eut des déçues de ma « petite » bite, et c’est possible, elles ne me l’ont jamais explicitement fait savoir.

J’approchais ainsi, bon an, mal an, l’âge de 17 ans, quand un « copain de classe », pour reprendre une expression du petit Nicolas, nous « entraîna », moi et deux autres copains, « victimes consentantes », dans une histoire insensée : perdre notre pucelage à Barbès !

A cette époque existaient de sinistres maisons « d’abattage » pour travailleurs immigrés, et la rue de la Goutte d’Or, à peine au dessus du commissariat, était vraiment l’image de toutes les misères. La « sexuelle » se traduisait surtout le week-end, par de longues files d’attente de travailleurs immigrés construisant nos autoroutes et notre périphérique, devant des portes grillagées mal closes de maisons qui eurent jadis le même nom. Derrière le fer forgé de la vitre ouverte, des filles parlementaient tarif puis faisaient rentrer les hommes au compte goutte, si j’ose dire. Ils ressortaient au maximum cinq minutes après !

Fort de ses « relations », le copain plus déluré, un peu plus mature, physiquement s’entend, nous invitait à « devenir des hommes ». Il fallait bien sûr, au préalable, acheter des « capotes » à la pharmacie où tous, nous nous dégonflâmes, sauf lui. Ensuite, il nous amena à une maison de passe où chacun, muni de son latex, disparut avec une fille. Mes souvenirs fixent la passe à 30 ou 50 francs (1966).

La jeune femme blonde, décolorée, qui m’avait « pris en main » me demanda d’abord mes sous, puis quel âge j’avais ? Je mentis effrontément : « Dix-sept ans, madame ! » Je devais en paraître tout au plus quinze. Pour mémoire, la majorité était encore fixée à cette époque à 21 ans ! Elle ne semblait guère émue pour autant. Elle enleva sa culotte ; je ne le réalisais que quand elle la posa sur la seule chaise métallique de cette minuscule chambre taudis où gisait également un lit en fer de quatre-vingt dix au matelas défoncé, pratiquement surmonté par le lavabo. C’est le seul souvenir du lieu passablement sordide.

Elle me fit baisser pantalon et slip. Je m’exécutais mais l’objet de mes préoccupations était pratiquement introuvable. Je serais sorti d’un bain en mer du Nord qu’il n’aurait pas eu moins d’existence. Tout ce temps, je n’osais lever les yeux sur elle, ni la toucher. Du coup, il ne me reste aucun souvenir visuel, ni tactile de son visage, ne parlons pas de son sexe. Elle tenta vainement d’obtenir une érection conséquente en branlant le minuscule morceau de chair que j’avais connu plus vaillant en d’autres circonstances.

A quarante-cinq degrés et encore… comme dans le film de Woody Allen que je découvrirais bien plus tard, elle tenta de m’enfiler le préservatif que j’avais obligeamment fourni ; succès très relatif. Elle se rejeta en arrière ayant à peine remonté sa jupe et me dit : « vas-y ! »

Je me couchais sur elle évitant son regard, je sentis bien quelle tripatouillait ma verge, mais devant ma flaccidité-passivité, elle conclut :

– Bon, tu es gentil, mais on n’va pas passer le réveillon ! Y a du monde qui attend. Sois gentil, à bientôt !

Je me reculottais rapidement sans moufter. Je ne découvrirai que bien plus tard que je venais de « faire flanelle » et que c’était une situation relativement courante puisqu’une expression y était consacrée.

– Au revoir, Madame !

Sur le trottoir, où je retrouvais mes camarades, je devinais à leur commentaire et à leur mine qu’ils étaient à peine plus « glorieux » que moi. La différence essentielle est qu’ils avaient regardé et touché, alors que j’avais constamment baissé les yeux et contrôlé mes mains, beaucoup plus intimidé, ou bloqué, qu’eux. Plus tard je ferai un bilan positif en me disant que j’avais permis à cette pauvre fille un moment de calme dans son abattage sordide.

Quand je repense au copain « déluré » que nous enviions, il avait, au final, une bien piètre vision de la sexualité, lui aussi. A la réflexion, je réalise que son « affranchissement » ne l’avait pas libéré d’une acné envahissante qui lui mangeait affreusement le visage ! De cette expérience, j’ai finalement fait un bilan positif. L’amour n’a d’abord qu’un lien avec la sexualité, mais n’est pas LA sexualité. Et dans tous les cas, la relation sexuelle, ce n’est surtout pas ça. Des années après je me dis parfois que si j’avais « réussi » à bander et donc à pénétrer et éjaculer, j’aurai gardé une bien mauvaise perception de l’acte sexuel en général, et de la femme en particulier.

J’ai souvent repensé à ce poème de Gaston Couté qui fait une peinture au vitriol des « bonnes mœurs » :

Idylle des Grands Gars comme il faut et des Jeunesses bien sages 

L’chef-yieu d’canton a troués mille àm’s, et guère avec.
On peut pas y péter sans qu’tout l’monde en tersaute ;
La moquié du pays moucharde aux chauss’s de l’aut’e,
Et les vilains coups d’yeux pond’nt les mauves coups d’becs.

Pourtant, su’ les vieux murs nouérs coumm’ l’esprit du bourg,
La bell’ saison fait berlancer des giroflées ;
Pourtant, dans l’bourg de sournoués’rie et d’mauvais’té,
Y a -des gâs et des fill’s qui sont dans l’âg’ d’amour !

V’là coumme i’s s’aim’nt : les galants r’vienn’nt, après l’ouvrage,
Par les ru’s oùsqu’leus bell’s cous’nt su’l’devant d’la f’nét’e :
Un pauv’ sourir’ qu’a peur, un grand bonjour bébéte,
Deux grouss’s pivouén’s de hont’ qu’éclat’nt su’ les visages,

Et c’est tout. I’s font point marcher l’divartissouér,
Rouet qu’on tourne à deux pour filer du bounheur
Et qui reste entre eux coumme un rouet su’ l’ormouère
Pasque… Eh ! ben, et l’mond’, quoué qu’i dirait, Seigneur !

Vous l’avez jamés vu, l’mond’, dépecer un coup’e
Qu’les écouteux ont pris en méfait un bieau jour ?
Et su’ la place, au sorti’ d’mess’, par pequits groupes,
Vous l’avez jamais vu, l’mond’, baver su’ l’amour ?

Alors, les fill’s renfonc’nt les envi’s qui les roingent,
Souffrant tout bas l’ désir qui piqu’ dans leu’ pieau blanche
Coumm’ leu-z-aiguill’ d’acier dans la blancheur du linge,
Et les gâs fil’nt, sans bruit, par el’ train du dimanche ;

Car la Ville est pas loin ousqu’y a la garnison,
L’Martroué, la Préfectur’, l’Evêché, l’Tribunal,
La Ville, enfin, la Ville oùsqu’on trouv’ des maisons…
– Vous savez, des maisons darrièr’ la cathédrale?

Donc, les gâs but’nt au nid des tendress’s à bon compte ;
Eun’ grouss’ chouette est guchée au bas du lumério :
«Mes p’tits agneaux, on pai’ tout d’suite ; après on monte ! »
Les gru’s accour’nt. «Fait’s-nous d’abord nos p’tits cadeaux ! »

Et les gâs pai’nt ben châr, étant allés ben loin,
C’ que les fill’s de cheux eux voudrin dounner pour ren !
Pis les gothons s’déb’hill’nt, et, quand leu’ ch’mise est chute,
D’vant leu’ corps usagé par le frott’ment des ruts,

D’vant leu’s tétons, molass’s coumm’ des blancs fromag’s mous
Les gâs song’nt ; et i’s douèv’nt se dir’ dans leu’ song’rie :
« Y a des bieaux fruits qui s’ pard’nt -dans les enclos d’cheu nous,
Et faut que j’galvaudin après des poumm’s pourries ! »

Enfin, les pauv’s fumelI’s rentr’nt dans les bras des mâles
Coumme ent’er les limons queuqu’ pauv’ jument forbue,
Et pis les v’là qu’as pouss’nt, qu’as tir’nt et qu’as s’emballent
Pour charrouéyer les aut’s vars la joué qu’as n’trouv’nt pus !

Mais Ell’s ! quand on y pens’, coumme a’s rurin d’ben aise,
Les Mari’-Clair’ du bourg, les Touénons, les Thérèse,
Si qu’a’s s’trouvin tertout’s ett’lé’s, pour el’quart d’heure,
A la plac’ des gothons d’la Vill’, leu’s tristes soeurs,

Victim’s coumme ell’s du Mond’ qui t’naille et crucifie
Les vierg’s et les putains au nom d’la mêm’ Morale !
Mais quoué ! «Leu-z-affér’ fait’ », le souer, les gâs r’dévalent
Vars el’ pays oùsqu’ les attend’nt leu’s bounn’s amies.

I’s r’déval’ront souvent ! A’s attendront longtemps !
D’aucuns r’viendront avec du pouéson dans les veines,
D’aucun’s dépériront, coumm’ les giroflé’s viennent
A mouri’ su’ les murs de la séch’ress’ du temps.

Pis, par un coup, avant d’leu’ r’céder l’fonds d’boutique,
Les vieux disant : « Ma fill’, te fau’ait un bon gâs ! –
– Mon gâs, t’faurait eun’ femm’ pour sarvi’ la pratique ! »
I’s s’uniront avec tout l’légal tralala…

L’blé s’ra d’pis longtemps mûr quand qu’i’s noueront leu’ gearbe.
Après bieaucoup d’éguermillage i’s f’ront l’amour,
Ayant r’mis au lend’main «c’qu’i’s pouvin fère el’ jour»,
A caus’ du mond’ qui ment jusque dans ses provarbes.

Et i’s d’viendront eux mêm’s ce Monde au coeur infect
Qui fait des enfants pour pouvouér les fer’ souffri
Quand qu’arriv’ la saison des giroflé’s fleuries
Dans l’michant bourg de troués mille âm’s, et guère avec.

Finalement en 1966 sur ce plan, ça n’avait guère évolué par rapport à 1910 !

***

Là, je m’autorise un aparté, car le débat sur la prostitution est un débat récurrent et au moment où j’écris ces lignes, quand en 2013 vient de paraître le « manifeste » de ce qu’il faut bien appeler les 343 connards qui prétendent singer les femmes qui se battaient pour disposer de leur corps en 1974.

Dans la Bible, au cinquième jour de la Genèse, Dieu aurait dit à Adam et Eve « croissez et multipliez » (…et massacrez tout le reste de la planète !)

Les théologiens s’empaillent pour savoir si cette citation ne prohibe pas le célibat des prêtres. Mais il n’est nullement question de « mariage » ! Le message est clair : Forniquez !

On est en droit de s’interroger sur pourquoi ce « message », comme si la nature n’y avait pas naturellement pourvu ! Il n’y a nullement, non plus, notion d’amour.

Le message : « aimez-vous les uns les autres » ne viendra que dans le Nouveau Testament.

De même, Dieu, qui ne s’adresse qu’aux hommes, précise dans le décalogue  version traditionnelle juive : …7ème « Tu ne commettras point d’adultère. »… 10ème « Tu ne convoiteras ni la femme, ni la maison, ni rien de ce qui appartient à ton prochain. »

On peut en conclure que le mariage hétérosexuel est sanctifié, et que la femme est la propriété de l’homme au même titre que la maison. On peut également en conclure qu’il y a déjà des problème de logement et que, dans cette société tribale, si tu ne dois pas convoiter la maison de ton « prochain » qui est dans la même tribu, tu peux voler, conquérir, annexer et jouir de ceux qui ne sont pas « prochains » : prendre ou brûler les maisons, soumettre les gens, violer les femmes, ou les hommes, comme ça te chante. En revanche, il n’y avait pas de viol à domicile, puisque la femme étant la propriété de l’homme, il pouvait en faire ce qu’il voulait, avec la bénédiction des églises !

L’acte sexuel est une pulsion animale qui ne doit rien à la religion. Celles-ci ont simplement tenté de la « contrôler » pour contrôler les « âmes ».

Les animaux ou les espèces qui n’avaient pas ces pulsions, ou simplement les bonnes conditions pour les assumer ont évolué différemment, ou se sont tout bonnement éteintes ; Le combat cessa faute de combattants ! En ce sens Darwin, avec sa théorie de l’évolution et ses oiseaux devrait être médité sur le plan philosophique. D’où le négationnisme farouche des religions à son égard.

Nous avons différentes pulsions, et la vie en société nous impose de les dominer, et même d’en combattre certaines. La société humaine est complexe. Elle a crû et multiplié, un peu trop à mon avis, par voie hétérosexuelle. Pourtant elle a très probablement toujours compté, statistiquement et proportionnellement autant d’homosexuel(le)s, de « bi », de transgenre, sans parler des malformations physiques congénitales. Il n’est nullement question dans mon propos de « normaux » et de « dégénérés ». Bien au contraire, il y a une « loi du nombre », mais il n’y a pas de normalité.

Et une des leçons que je retire de ce que sais de Darwin, c’est que  « nécessité fait loi ! » Il est notoire depuis toujours que certains marins embarqués en mer pendant de longues périodes avaient des relations homosexuelles. Je parle de relations, pas de sentiments ! C’était également vrai dans les armées et les légions, jusqu’aux SA et SS d’Hitler, malgré les BMC instaurés depuis le début des temps. Le corps masculin et la « virilité » y étaient d’ailleurs magnifiés. Et ces même « homos » redevenaient d’abominables violeurs et massacreurs dès qu’ils mettaient le pied à terre, ou qu’ils entraient en « terrain conquis » d’après toutes les retranscriptions historiques.

Il n’y avait guère de sentiment. Ils violaient, souvent les femmes, parfois aussi les hommes. Mais à la différence du commun des mammifères, ils massacraient ensuite celle ou celui qui leur avait permis bien malgré lui, d’assouvir leur impératif « besoin » !

Ici, je m’autorise un insert du Carnet d’Indochine de mon père André Calvès

…Par définition, seules des femmes pauvres peuvent être violées. J’ai aussi entendu assez de soldats pour savoir qu’un bon nombre ne voit aucune immoralité à violer une petite paysanne si l’occasion se présente. Mais je sais également, que plus tard, l’appareil militaire, en France, hurlera contre les « calomnies » qui voudraient salir le corps expéditionnaire.Donc, il est préférable de donner la parole à ce même corps qui s’exprime par la voix de son journal « Caravelle » du 6 juillet 1952.

« Requiem en forme de blues »

« ça va lui paraître drôle
Un repos éternel
Sans brimade et sans contrôle
Sans clairon et sans appel.
Christ, il a commis des fautes.
Il a juré ton Saint Nom
En grimpant d’étranges côtes
De la sueur plein son front.
Il a brûlé des villages
Et tué, pillé, violé.
Il s’est senti sans courage
Seul, sous un ciel violet.…
Pour cela Dieu magnanime
Donne lui un coin de ciel
Tout grisâtre, tout infime
Pour son Repos Eternel. »  
« G. R. »

Mais le principal problème de l’église ici, c’est la pureté. Pas un journal catholique sans un article sur ce problème capital. De temps en temps, entremêlé d’un zeste de racisme.

Dans « L’Antenne », bulletin de l’aumônerie militaire catholique au Nord Vietnam, numéro 51 de juillet-août 53, un jeune militaire chrétien expose son problème :

– Je suis parti de la Métropole, sûr de moi. J’étais lancé dans l’Action Catholique, meneur de jeunes. Ce que j’en avais sorti du pétrin… Je suis venu au Vietnam. Cinq mois ! Un soir je n’ai plus tenu. Ça été une Vietnamienne. Puis ça été une autre Vietnamienne. Puis ça été une Française. Là j’ai eu peur du définitif, cela devenait grave. J’ai pu décrocher. Mais je n’arrive plus à tenir. De temps en temps… oui, il le faut. Après je suis tranquille. Quel pays quand même !

Mais voici qu’un pasteur vient d’écrire que l’on peut pécher à condition de se repentir. Il précise qu’il ne faut pas lui faire dire ce qu’il ne dit pas. Faut surtout pas succomber. Mais si l’on succombe, il ne faut pas se croire perdu. Le gars ajoute même que le pécheur repenti a plus de mérite que celui qui n’a jamais fauté !

Oui, le diable est puissant en Indochine. Mais où est la primauté de l’esprit si on doit faire des concessions au démon ?

Un petit slip sous un pantalon de soie transparent, et voila le démon qui vous fait bander. A partir de là, l’esprit est mis au rancart. Il faut faire l’amour. Et ce pauvre esprit qui attend qu’on ait débandé pour manifester sa suprématie. Attendre de débander pour se repentir. Quelle humiliation !

Où est-ce donc ce qui sépare le chrétien de l’athée ? Aucun ne résiste. L’un se repent. Tous deux recommencent. Comme il doit être malheureux ce pur chrétien d’avoir ainsi honte de son sexe, d’être ainsi coupé en deux en tant qu’humain, de savoir qu’il ne peut rien contre sa nature et d’avoir cependant honte d’elle !

C’est un malheureux et un misérable aussi, car ce ne peut être que lui qui a inventé l’expression « tirer un coup ». C’est lui l’inventeur des bordels. Considérant qu’il y a des actes honteux mais « nécessaires », il faut qu’il y ait des femmes nécessaires mais honteuses !

Comment ne mépriserait-il pas les pauvres putains quand il en fait pratiquement les auxiliaires de ce démon qu’il déteste d’autant plus qu’il ne peut lui résister !

Pour « assouvir »  ces pulsions fut alors « inventée », comme une évidence, la prostitution ; la misère sexuelle fit le reste. Sauf exceptions, hélas quand même fréquentes, l’essentiel des clients des services tarifés furent et sont des gens qui tentaient d’assumer leurs pulsions et fantasmes hétéro ou homo sans violence, violence qui vient essentiellement des esclavagistes proxénètes.

Mais la prostitution bien avant Marie-Madeleine a été frappée d’opprobre religieux et elle a toujours été semi-clandestine toute en s’adaptant aux modes de production de la société en cours. La prostitution est souvent décrite comme le plus vieux « métier » du monde. Dans la Bible, où elles sont déjà réprouvées, Tamar et Rahab émergent pourtant comme des figures positives. De même que, bien avant les référence chrétiennes, il existe dans la Grèce antique les hétaïres, ces femmes éduquées et cultivées dont les hommes riches et / ou érudits cherchent la compagnie. Il semble d’ailleurs que ce soit le coté culturel qui établit la distinction entre hétaïre et prostituée. Si ces appétence et compétence culturelles tiennent d’abord au caractère bien trempé de ces femmes et souvent du milieu dont elles sont issues, c’est implicitement reconnaître que certaines familles tiennent à faire l’éducation de leur filles à l’égal de celle des garçons. On peut imaginer que quelques femmes de « l’aristocratie » tentent d’échapper à un destin de religieuse ou de vestale ou de simple « bobonne ». Je n’ai pas une grande connaissance des cultures orientales mais je crois que le statut de Geisha n’a fait qu’officialiser une situation qui s’apparente à celle des courtisanes.

C’est pourquoi, quand les pays ont légiféré, c’était toujours de manière imprégnée de morale, que celle-ci soit  judéo-chrétienne ou musulmane. Ils ne pouvaient donc trouver de solution  « satisfaisante ». Quand j’évoque la prostitution, je pense aussi bien hétéro, largement majoritaire, que homo minoritaire, mais où les « clients » sont quasi essentiellement des hommes. Je ne crois pas qu’il y ait eu des relations saphiques tarifées sauf probablement de façon très ponctuelle. De même il aura fallu attendre notre époque pour que quelques femmes plutôt aisées s’autorisent après le « gigolo » d’avant et après guerre, du tourisme sexuel au Maghreb, aux Antilles ou en Afrique, donnant corps ainsi à des fantasmes relativement minoritaires bien qu’exploités à outrance par Internet. Je ferme l’aparté.

Eté 66, dix sept ans, je connus Anne en faisant du dériveur à Sanguinet. J’étais très amoureux, sincèrement comme on peut l’être à cet âge. Je poussais plus loin mon exploration du corps féminin, ou plutôt je découvrais, mais aspiré par le « vertige du vide », je négligeais le reste de l’anatomie de son sexe, et, je le regrette amèrement aujourd’hui, je ne sus pas me servir de mes doigts pour animer correctement le bouton de son clitoris et lui donner du plaisir. J’ai revu Anne un peu plus tard, à Paris, et un peu déniaisé, j’ai tenté de la faire jouir en la caressant. Je ne me souviens pas de mon succès. Je me souviens en revanche, avoir joui dans sa main pour la première fois, un après-midi au cinéma. Faisant part de mon plaisir, elle me répondit à peu près : « C’est ce que tu voulais ! »

C’était brutal ! Elle avait raison au fond mais j’ai toujours du mal à concevoir qu’elle n’ait pris aucun plaisir à « faire ce que je voulais ». Si cette phrase « sacrificielle » tue ce que je pensais être de l’amour et me culpabilise un peu plus profondément, les salles de cinéma vont, à partir de cette époque, meubler considérablement mes fantasmes. C’est aussi à cette époque que je m’avise qu’il serait utile d’avoir toujours sur moi un paquet de mouchoirs jetables. Il faut préciser qu’en ce qui me concerne, toutes ces histoires étaient pratiquement sans paroles. J’agissais, je sollicitais par gestes tout en gardant un coté équivoque ou ambiguë pour pouvoir reculer, mais pas une seule fois je n’osais dire : « Je voudrais te… », « Je voudrais que tu me… », « Veux-tu que nous… ». Même la drague commençait comme ça. Je n’osais pas franchement prendre la main d’une fille ou lui mettre la main sur l’épaule. Je m’arrangeais pour être à coté d’elle et faire en sorte que nos mains ou nos épidermes se touchent presque comme par inadvertance. Si au moment du contact, il n’y avait pas dérobade, j’accentuais la pression, jusqu’à ce que le doute ne soit plus permis. S’il y avait rupture de contact, je n’insistais pas. J’étais de fait, relativement timide. Heureusement, il y avait en vacances, les soirées dansantes, ou autrement, les « Boums ». Je ne dansais que les slows, qui étaient le seul moyen connu de ma part pour draguer. C’était un peu la caricature qu’en ont faite Guy Bedos et Sophie Daumier dans leur sketch « La Drague ». Les gestes étaient furtifs, presque clandestins. Certaines copines plaquaient alors leur pelvis, et là c’était la gène avec… le Nirvana ! « Love me tender » de Pelvis Presse- les !

Et pour faire durer le plaisir, « Desolation Row » de Bob Dylan, onze minutes heureusement en anglais, sinon l’humour pessimiste de Bob aurait éteint tout fantasme !

Mais toujours en silence : les paroles me terrorisaient. Les choses étaient indicibles. D’abord parce que les mots francs, voire crus, qui me venaient, étaient dans mon esprit, au mieux dévalorisants, au pire « dégueulasses ». Parce que « les filles n’étaient pas comme nous, les garçons ! » Elles ne voyaient pas les choses comme nous, ne pensaient pas comme nous, n’avaient pas les mêmes désirs, les mêmes envies, etc. Je ne sais d’où venait ces idées, mais elles sont restées puissamment ancrées dans mon esprit pendant longtemps. C’est très tardivement que je vais arrêter de faire une globalité des filles ; des garçons aussi d’ailleurs.

Chacune de mes attirances, de mes envies, chacun de mes désirs me paraissait très, très égoïste. C’était contradictoire, puisque si je prenais un plaisir immense à en donner précisément, il devait être concevable qu’on en prenne également à m’en donner. Mais non, je n’y croyais pas, c’était le blocage absolu.

Les années lycées, ce sont également les années bistrots, seuls lieu où les flirts, et surtout les mains, pouvaient aller un peu plus loin ; dans les « surprises-parties » ça « dérapait » parfois. Comme disait alors un copain de l’époque, c’était le moment de mettre le holà, nom d’un célèbre préservatif, dont nous étions la plupart du temps dépourvus !

Il y eu autour de moi quelques drames et quelques « bavures » auxquels j’échappais, non par miracle, mais parce que j’étais un peu trop « neu-neu », immature, et aussi pas tout à fait du même milieu. Mes fréquentations étaient en général plutôt « bourgeoises ». Dame, Condorcet ! Ce fut à l’une de ces occasions que je connus les affres de passer tout une nuit allongé contre une fille désirable et désirée sans toucher à son corps. Il faut dire qu’elle m’avait refroidi dès mes premières tentatives de caresses, en me demandant, abrupte : « Tu sais ce que c’est qu’une torture ? ». Aujourd’hui encore je m’interroge sur le sens de sa question…et je médite sur ces vers de Pierre Perret (Au Café du Canal) :

…Dieu, tu remercies Dieu ça c’est bien de toi
Mais mon amour pour toi est autrement plus fort
Est-ce que Dieu aurait pu dormir auprès de toi
Pendant toute une nuit sans toucher à ton corps…

Aux sports d’hiver suivants, à Noël ou à Pâques, je connus Catherine qui habitait Cherbourg, ce fut l’occasion d’une correspondance abondante, où, pour le coup, je m’enhardissais par l’écrit. C’était l’époque Polnareff… et je lui écrivais crûment que je voulais faire l’amour avec elle. Pas de bol, son père tomba sur cette lettre, et peut-être sur les autres aussi (Famille, je vous hais !) et eut « l’audace » de m’écrire qu’il l’avait lu, cette lettre, et qu’il s’étonnait des propositions qu’elle contenait. Il s’interrogeait si mes intentions étaient bien sérieuses !

Tu parles qu’elles étaient « sérieuses » ! Je ne sais plus si j’en parlais à Catherine. Lui avait dû lui en parler et je crois qu’il y avait eu une petite crise familiale à cette occasion.

J’ai eu deux garçons et s’il m’est arrivé, rarement, de tomber sur des écrits qui ne m’étaient pas destinés, parce que mes fils étaient « bordeliques », non parce que je l’ai cherché, j’ai toujours mis mon mouchoir par dessus. Je veux espérer que si j’avais eu une fille, j’aurais fait la même chose. Je ne saurai jamais.

***

Survient Mai 68. Le lycée Condorcet est occupé comme tous les bahuts, mais le comité d’occupation me verra peu, d’abord parce qu’il y a d’excellent comités d’actions d’élèves du Technique à Courbevoie, où je réside depuis peu dans un grand trois pièces HLM, ensuite parce que c’est l’occasion de vivre mon amour (ma sexualité ?) sans entrave. Catherine est en hypokhâgne à Malherbe à Caen et fréquente une bande « théâtreux-militants » passionnants. La fac de Caen est occupée. Je pars en stop et mets une demi-journée pour rejoindre la fac ! La maison de l’A est un chaudron effervescent, dans les amphis, Y. Salesse de la Ligue joute contre Van-Loyen maoïste, les travailleurs de Moulinex, de Berliet, sont en grève, et la fac d’Orléans vient d’être attaquée par Occident.

Ma première nuit d’amour dans la fac de Caen « libérée » va évoluer bien loin du programme que je m’étais fixé. Pavi qui organise le service d’ordre, et qui contribuera plus tard à chasser les « Katangais » de la Sorbonne, réquisitionne tout ce qui semble être un mâle valide, et me voici sur le toit de la fac en compagnie de deux camarades de fortune, ou d’infortune, un gros tas de cailloux à coté de nous et une sorte de trompe pour donner l’alerte. Il n’est pas prévu que nous soyons relayés. Catherine, dans la nuit, nous montera du thé chaud, mais il ne fait pas froid. Nous échangerons quelques baisers très furtifs. Les fachos ne viendront pas : mon petit désert des Tartares. Comme érotisme, on a vu plus torride.

Ce ne sont que deux ou trois jours plus tard, revenus sur Cherbourg dans la 2 CV de Margot (Jean François Marguerin), l’âme des théâtreux, que nous « ferons l’amour », chez elle, dans le noir, « à la papa ».

Ô joie ineffable ! Catherine ayant des règles douloureuses, son gynéco sympa lui a prescrit un traitement « régulateur » qui offre l’avantage d’être également un contraceptif. A dix-neuf ans, je perds donc mon pucelage, sans capote, avec elle pour qui ce n’est pas la première fois. Elle ne m’en dira guère plus, si ce n’est le prénom de son premier amant, Frédéric, également connu « à la neige » et qui fut incidemment, également l’amant de Anne ! Je vais jalouser secrètement ce garçon que je ne connaitrai jamais !

Etant jeune et vigoureux, et ayant été « économe » jusque là, je « rempilerai » plusieurs fois, sans avoir jamais la certitude que ma compagne ait vraiment joui, même si elle semble éprouver un certain plaisir.  Nous ne parlons pas, sauf pour dire qu’on s’aime et qu’on s’aimera toute la vie. Je crois vraiment qu’on y croyait. La société inculque dès l’enfance que si on est attiré par l’autre, c’est qu’on est amoureux. Ne demande-t-on pas souvent niaisement à un garçonnet du primaire : Alors ? Tu as une amoureuse ? Or, en regardant objectivement, sexualité et amour ne sont liés par aucun automatisme. Loin de là même. La sexualité est animale. On est attiré par quelqu’un de l’autre sexe ou du même sexe parce qu’on le trouve « beau ». C’est l’argument utilisé mais c’est faux. Les critères de beauté sont très variables suivant les civilisations, et il y a plus de gens quelconques que d’êtres vraiment beaux. Alors on dit : le charme. Faux encore. Le charme agit de façon sélective car il s’agit en fait des phéromones et on en produit plus ou moins ou pas du tout en fonction des individus. Il est dit aussi de certaines personnes qu’elles débordent de « sensualité ». Là encore, quelle notion floue. Il y a plein d’hommes qui, à la vue d’une « plastique », sont immédiatement en rut. Il y en a même qui baiseraient des chèvres qui sont bien loin des seins et fesses féminines ! Les goûts et les attirances, c’est mystérieux. Mais où est l’amour ?

A mon adolescence, Polnareff chante : « …j’aimerai simplement faire l’amour avec vous !». Il s’agit bien de cela. Il ne dit pas « baiser », c’est trop cru, impensable, discourtois et trop réaliste, mais « on » a envie de faire l’amour… sans amour ! Dans les années 70 les femmes revendiqueront, avec la libre disposition de leur corps, leur droit au « plaisir » ! Elle ne demande pas de l’amour !

L’amour c’est un sentiment social qui peut être dénué de toute sexualité et même de toute sensualité. L’amour qu’on peut porter à ses parents ou à ses frères et sœurs, ou encore à de véritables amis. Pourtant là aussi, depuis Œdipe, et Electre n’en déplaise à Freud, la sexualité peut s’insinuer.

Pour ce qui me concerne l’amour sexualisé, amorcé bien souvent par le désir, s’est parfois construit. Mais pas à chaque fois. J’ai parfois même découvert son existence le jour de sa mort ! Comme tout un chacun, j’ai la mémoire sélective, et j’oublie volontiers les mauvais moments. Donc je ne me rappelle pas m’être trouvé dans une situation de « nuit d’ivresse » où j’aurai eu envie de fuir au réveil. J’ai eu des relations brèves, des fantasmes réalisés, parfois même de façon très fugitive, toujours avec des adultes consentants. Mais à défaut d’Amour, j’ai toujours eu du respect pour la ou le partenaire et bien souvent de l’estime et de la tendresse, fruits de la complicité.

Catherine n’est pas très grande, elle a un visage fin, des yeux superbes. Je la trouve très, très jolie… et surtout très excitante. Elle était très vive, faisait de brillantes études d’allemand, jouait formidablement bien du piano, elle avait en outre ce regard rayonnant et un sourire magnétique, craquant. Tout pour faire une bande annonce de film ! Elle avait un charme palpable et irradiant. Pour le coup, ce qui n’était avant que du désir devient vraiment de l’amour. « Même qu’elle est trop bien pour moi, comme dit son cousin Gaspard… » (Jacques Brel.)

Je dois rentrer sur Paris en stop. Pénurie d’essence, crainte des automobilistes, cheveux longs, jean sale, air de pouilleux… je mettrais trois jours ! Deux nuits passées à la belle étoile, ou sous le porche d’une maison en construction à Sainte – Mère l’Eglise. Comble de malchance, la pluie arrive et s’arrête en Normandie. J’ai une crève carabinée, une voix d’outre tombe, d’autant qu’à l’époque, comme Catherine et beaucoup de jeunes de notre génération, je fume des Gauloises sans filtre. « On fumait des Gauloises bleues, qu’on coupait souvent en deux… » chantera Y.Simon dans ses « Beaux Jours ». On fumait même après l’amour, quoiqu’en ait dit Brigitte Bardot ! Pourtant, dans mes souvenirs, nos baisers étaient agréables ! On ne va pas tarder à en manquer, de cigarettes pas d’amour, fin mai début juin.

Elle vient étudier en khâgne à Jules Ferry, à Paris, l’année suivante. Moi, je vais tenter d’avoir mon bac. J’aurais dû m’inscrire en candidat libre en 68, c’eut été gagné, mais on ne sait jamais ! Condorcet, pour la première fois va devenir mixte pour les classes prépas, ce qui va changer beaucoup de choses. A l’automne, Catherine est logée dans un foyer de jeunes filles rue du Docteur Blanche, près de l’avenue Mozart, dans le 16e. Certains week-end elle ne rentre pas sur Cherbourg et vient chez moi. Ma mère ne l’apprécie guère, je ne saurais jamais pourquoi. Leur relation reste assez froide mais courtoise. Nous faisons l’amour toujours dans le noir, toujours en position du « missionnaire » ! Une fois pourtant nous avons joui ensemble, enfin je le pense. Ce plaisir intense et simultané me laissera croire pendant quelques temps que c’est ça « l’amour réussi » et que les jouissances différées de l’un ou de l’autre sont une certaine forme d’échec. Tiens, j’y pense : j’ai longtemps traduit « Come Together »  des Beatles par « Jouissons ensemble ! » au lieu de « Rassemblez-vous » ! Mais je les soupçonne d’avoir délibérément joué sur les mots.

Un jour, en pleine lumière, je cède à une pulsion, une envie irrépressible d’un acte que je refoulais depuis fort longtemps : alors que nous nous caressions (tiens j’ai encore peur du terme peloter !), j’abaisse mon visage et je tente d’embrasser son sexe. Réaction vive et violente : « ça va pas ! » sur l’intonation de « T’es pas malade ? »

Je suis confus, vexé, je n’ose rien dire. Je dois être un sacré pervers, un malade, un vicieux assurément ! Je n’y reviendrai pas.

J’espère pour elle que, dans sa vie, elle aura eu au moins un amant à la langue bien pendue. Je ne lui en veux pas, je suis persuadée qu’elle était autant victime que moi du « propre et du sale », de la norme, du normal et de l’anormal.

A fortiori, je n’ai donc jamais tenté d’obtenir de sa part une fellation, ni même me risquer à évoquer cette pratique. Pourtant, nous avions un peu d’érotisme. Enfin je crois…

A cette époque, les filles étaient rarement en pantalon. Dans certains bahuts, c’était même interdit ! Dans le troquet à mi chemin de Condorcet et de Jules Ferry, où nous prenions parfois un casse croûte, il y avait une sorte d’arrière salle avec des banquettes en skaï. Catherine mettait des bas élastiques sans jarretelle, ce qui, réfléchi aujourd’hui, ne devait pas être très sain pour la circulation sanguine, surtout ceux de ces années là serraient vraiment fort. Mais j’aventurais souvent ma main sous sa jupe ou sa robe et la caressait en écartant délicatement le bord de la culotte qu’elle portât tout le temps. Pas la même, bien sûr ! Mais je précise qu’elle en mettait toujours une et que je n’ai jamais osé avouer que j’avais parfois rêvé qu’elle n’en mette pas !

En réalité, elle était très attachée à Margot, le théâtreux. Il avait une très forte personnalité et un charme particulier, une culture et un charisme intellectuels réels. Elle s’interrogeait sur ses sentiments. Le jour où je lui dis, comme je le pensais vraiment, qu’elle était avec moi parce qu’elle m’avait connu avant, j’ai dû provoquer un déclic : elle rompit net. Honnêtement, je ne rappelle pas avoir été affecté trop longtemps. Il faut dire que j’avais mis quelques « légers » coups de canif dans le contrat de fidélité que nous n’avions jamais souscrit. De Catherine m’est resté le patchouli de Y de Saint Laurent avec lequel elle avait parfois la main un peu lourde.

En Mai 68, ma mère était très militante dans le groupe-secte politique que je rejoindrai plus tard, et surtout à son comité d’action de l’école. Elle enseignait toujours à Saint Denis et s’était liée d’amitié avec une jeune femme qui distribuait les déclarations de Geismar au marché de la ville. Ce qui dénotait un certain courage, ou une bonne dose d’inconscience, dans cette cité où la mairie, hyper stalinienne à cette époque, frappait alors sur tout ce qui pouvait paraître à gauche du PCF. N’oublions pas que si Cohn-Bendit était stigmatisé comme « juif allemand », l’extrême gauche n’était, elle, que des « révolutionnaires petits bourgeois, fils à papa » à qui les nervis du PCF n’hésitaient pas à casser la gueule s’ils n’étaient pas trop nombreux !

Clara vint donc à la maison. Elle avait un drôle de visage, assez anguleux, un regard parfois  brièvement un peu mélancolique, un corps que je trouvais splendide, une attitude volontaire, énergique et douce en même temps. C’est peut-être ça qu’on appelle le charme slave ? Clara était d’origine polonaise même si son nom pouvait paraître d’origine allemande. Elle était d’un blond scandinave et avait une peau d’albâtre. Elle sentait bon, son grain de peau était soyeux, elle m’aimait bien, je n’ai vraiment pas su lui donner ni le plaisir, ni la tendresse qu’elle était en droit d’attendre. Nous parlions trop peu, elle m’impressionnait, elle me fascinait ; pour le coup, j’ai vraiment su plusieurs fois, ce qu’était l’éjaculation précoce. Pour tenter de reprendre le contrôle de mon corps, je me masturbais rageusement avant de la rencontrer, hélas ! Heureusement qu’elle était indulgente, presque trop gentille, et que ma jeunesse m’autorisait une récupération relativement rapide. Elle était plus âgée, peut-être 23 ans, elle semblait connaître un peu le corps masculin. Moi, je n’ai pas su comprendre le sien, qui était pourtant si beau et si vivant. Regret.

Incidemment je rencontrais dans Paris, Françoise que j’avais connue aux sports d’hiver. Elle avait du chien, un certain regard qui magnétisait la plupart des garçons. Elle se souvenait de moi même si à l’époque j’étais persuadé de ne l’avoir guère intéressée. Nous nous sommes payé une toile, un petit restau et je lui ai proposé de venir dormir à la maison. Elle accepta mais sans manifester un enthousiasme débordant. Finalement nous nous retrouvâmes dans le même lit, nus. Après l’avoir caressée, j’entrepris de la pénétrer sans difficulté apparente mais elle restait complètement passive, inerte, à l’instar de Miou-miou dans les Valseuses. Je demandais si ça allait et sa moue dubitative eut l’effet immédiat de me faire débander. Je glissais sur le coté et lui dit « bonsoir ». J’étais très perturbé mais quelques temps plus tard j’éprouvais une relative fierté à ne pas arriver à baiser avec quelqu’un que je laissais indifférent. Nous ne nous revîmes plus.

Une fois de plus, je pense à Brassens « Le mouton de Panurge »

…Mais alors, pourquoi cède-t-elle,
Sans cœur, sans lucre, sans plaisir ?
Si l’amour vaut pas la chandelle,
Pourquoi le jou’-t-elle à loisir ?
Si quiconque peut, sans ambages,
L’aider à dégrafer sa rob’,
C’est parc’ qu’ell’ veut être à la page,
Que c’est la mode et qu’elle est snob…

Brassens qui chante aussi Fernande où « …la bandaison papa, ça n’se commande pas. »

Je dois convenir sans fausse modestie qu’en dépit de ma puberté tardive, j’avais la chance d’être devenu relativement mignon. J’étais rieur, j’avais le verbe haut, et je massacrais sans honte quelques chansons folks américaines à la guitare. Ce qui me donnait un certain charme, à défaut d’un charme certain. Je ne m’en étais pas encore rendu vraiment compte. Ma gaucherie pouvait au choix me rendre attendrissant ou assurément niais.

Isabelle était en hypokhâgne à Condorcet (décidément, j’étais attiré par les belles lettres ) elle avait fait un peu de danse et cultivait cette démarche légèrement sautillante qui captivait l’attention des garçons et suscitait les quolibets des aigries. En sincère modestie, je crois que c’est elle qui m’a dragué, lorsque nous prenions le même train pour rentrer. Je me souviens des longues étreintes à la gare, les soirs d’hiver 68-69, assez froids, et là encore, mes mains fraîches sur ses seins que je trouvais magnifiques. C’était le début des soutiens-gorge DIM qui pouvaient glisser facilement. Elle ne pouvait ignorer que je menais une vie « sentimentale » un peu agitée mais ne semblait pas s’en formaliser.

Quand elle me dit, au printemps, que nous pourrions faire l’amour ensemble, chez elle, j’étais assez décontenancé. Je l’ai suivie. Quand elle avoua, dans la foulée, qu’elle était vierge et qu’elle souhaitait que je sois le premier, loin d’être sensible à l’hommage, j’eus mille difficultés à dissimuler mon désarroi. « Déshabillez-moi » chantait sensuellement et avec humour Gréco. Ainsi, elle imaginait, ou feignait de croire, que je serais un bon révélateur, que je saurais l’aider à découvrir mille plaisirs, moi qui n’étais encore qu’un novice très frustre en la matière. Je ne crois pas, que dis-je ? Je suis sûr de ne pas avoir été l’amant qu’elle attendait, et pourtant consciemment ou inconsciemment elle me tendait des perches pour que je puisse être meilleur.

Je la trouvais belle, mais je n’osais le lui dire. Elle l’était vraiment ! Je la regardais à la dérobée alors qu’elle se montrait en pleine lumière. On faisait l’amour en plein jour,  je ne regardais pas ce que nous faisions. Elle cambrait ses reins, élevait sa vulve à la hauteur de mes yeux. À cause de mes blocages, je n’osais la regarder en face, l’ouvrir avec mes doigts, la prendre à pleine bouche. Tout ce que par la suite j’ai rêvé de faire, alors qu’il sera trop tard. « J’t’aime bien Lily bien qu’on aura jamais les même jeudis… » (Philippe Châtel).  Je ne sais pas trop pourquoi je n’osais regarder, contempler, examiner ses seins, son sexe en pleine lumière. Sans doute cette culpabilité d’être un brin pervers. Cathy m’avait passablement refroidi lorsque spontanément j’avais voulu lécher son sexe. Ça doit paraître bien désuet et ridicule aujourd’hui quand, sur Internet, on peu pratiquement faire, en vidéo 3D, une visite guidée d’un vagin comme on visite les monuments du patrimoine !

A propos de la virginité, là aussi j’étais en domaine inconnu, bourré d’idées reçues. Isabelle était vraiment vierge, mais je la pénétrais sans réelle difficulté. Sans doute à cause de la danse, je ne l’ai su que par la suite, son hymen avait déjà dû être en partie « déchiré ». Il est paraît-il certaines activités physiques, dont celle-la ou l’équitation qui favorisent ce genre de situation. L’hymen de certaines femmes peut même sembler inexistant. Tous ne se « valent » pas et ne provoquent donc pas nécessairement douleurs. Et encore moins cascades de sang ! Ce ne fut qu’un infime filet qui rougit à peine ma verge sans atteindre son entrejambe.

Tiens, le sang, parlons-en ! Là encore les pressions morales sont pesantes. Les menstrues des femmes sont considérées dans pratiquement toutes les religions, donc dans la société, comme une période « d’impureté ». Quelle monstrueuse connerie ! Nombre d’athées et de libres penseurs, victimes de l’idéologie dominante, trimbalent, malgré leur rationalisme, un fond de cette idée et même les superstitions qui vont avec : la mayonnaise, les fleurs fanées, la mauvaise humeur, etc. ! Partant, beaucoup de femmes sont elles-mêmes persuadées que pendant ces périodes, elles sont « sales », « repoussantes », pas désirables et tentent de tuer en elles tout désir physique. Eh bien non, on peut baiser, appelons un chat un chat, pendant les règles ! Et ce ne sont pas des fontaines de sang qui se déversent en cascades à l’instar des chutes du Niagara. Tout au plus, l’homme peut avoir la verge un peu rouge et salir un peu les draps, mais nous vivons à l’époque de l’eau courante, des salles de bains, de la machine à laver ! La lubrification est peut être un peu moins fluide, et l’odeur un peu plus forte. La belle affaire ! Le désir et le plaisir, sans parler de l’amour, s’accommodent de pire. Le sang, même s’il intervient ici pour faire place nette, n’est jamais impur que dans la Marseillaise. Qui n’a jamais goûté son propre sang à l’occasion d’une blessure ? Je ne ferai pas mon slogan de « Y a bon, ragnagnas ! »Je n’irais pas jusqu’aux extrémités du dessinateur Reiser qui se propose de « déguster le tampon de son amie comme une merguez divine » (Fantasmes), mais le sang, s’il peut ne pas être bon, n’est certainement pas « sale » et encore moins « impur ». Et l’amour et/ou le plaisir s’accommodent de tout.

Isabelle repartit vers un théâtreux, elle aussi, un autre, plus tard, alors que j’entrais vraiment « en politique ». Je ne sus jamais si je l’avais vraiment déçue, ou si elle voulait simplement voir autre chose, se disant que les goûts ça s’éduque et qu’il faut voir du pays.

Le plus simple, le plus pratique, pour le velléitaire que j’étais, fut d’intégrer le groupe-secte que j’avais à porté de la main, où ma mère avait milité activement mais, où après 68 elle ne semblait plus guère avoir que des attaches affectives.

J’avais eu mon bac et m’orientais vers la fac de Jussieu, Paris VII, en Chimie-Biologie/Géologie-Biologie. Tout ça ! Un tronc commun de deux ans, où, des 400 étudiants qui composaient l’amphi du premier jour, une petite quarantaine, dans le meilleur des cas continuerait après ce qu’on appelait alors le DUES qui sanctionnait deux années d’études « réelles ». Mais foin du tronc commun, j’avais une tâche de première importance à accomplir : reconstruire l’UNEF déchirée entre PCF stalinien et AJS lambertiste !

Si j’avais le verbe haut en petit comité, c’est une autre paire de manche de s’adresser à un amphi de 400 en souhaitant être écouté et surtout compris. Je n’avais jamais pris la parole en public hors d’un cercle d’amis pratiquement acquis. J’enviais les « ténors » qui arrivaient à « subjuguer » un amphi comme je l’avais vu à Caen. Ce qui ne m’empêchait pas d’analyser lucidement que ce qu’ils disaient était parfois complètement débile. Moi, j’avais la conviction que si je disais une connerie, je serais tout de suite interrompu et brocardé. L’avenir allait me montrer que je me trompais lourdement.

Est-ce que parler en public relève de la sexualité ? Sincèrement je ne le crois pas, quoique… Finalement, oser formuler à voix haute, devant d’autres, de réelles convictions intimes à une certaine analogie. D’abord parce que, si c’est sincère, c’est une façon de se mettre à nu. Ça peut être jouissif si on est exhibitionniste… ou tricheur ; c’est un peu douloureux la première fois si on est pudique ou timide. Le langage tient une grande part dans la sexualité, en tout cas dans la mienne, même si mon vocabulaire était à cette époque relativement pauvre dans ce domaine.

Quand j’étais enfant, ma mère appelait ma verge, la kig (je ne sais pas si ça venait du Kig ha Farz breton où Kig signifie « viande », amis de la poésie, bonjour !), mais mon frère Jeffy, pour faire pipi, sortait sa bibiche. A l’école, à l’instar des compétitions de crachats, nous faisions des concours de « pisse plus haut » avec notre quéquette. Tous ces mots avaient une connotation affective, comme l’a fait Pierre Perret avec le Zizi. De la même façon, pour les filles, la seule terminologie dont je me souvienne enfant c’est zézette ! Ce n’est que très tard que je découvrirai les gentils noms de zigounette (Desproges) et foufoune (Les Nuls). J’ai souvent constaté que beaucoup de gens ont un double langage, sinon plus, selon qu’ils sont avec des amis, des collègues, leur compagne ou leur compagnon, leurs hiérarchiques. Les mots sont souvent différents et les mêmes mots ont souvent une connotation affective différente. Une transgression de sens, pour certains mots, dans des jeux partagés, peut exacerber l’intensité des actes et des sentiments. Ce qui est un peu affligeant c’est que l’essentiel des mots liés à la sexualité sont souvent dévalorisant, méprisants, insultants. L’origine du mot « con » est là pour en témoigner. Heureusement que l’ami Brassens a écrit « le Blason », superbe hymne au sexe féminin. C’est tardivement que je me délecterai du savoureux opuscule du génial Jean-Claude Carrière « Les Mots et la Chose ». Mais il est probable que c’est également cet aspect tabou, ce coté ordurier qui contribuent à l’excitation que leur prononcé procure. Allez savoir…

Il y a bien, à mon humble avis, je me répète, une certaine hypocrisie quand même d’utiliser l’expression « faire l’amour » pour un acte où l’Amour est assez souvent absent !

La langue française ne manque pourtant pas de mots pour cet acte depuis « forniquer » (mais c’est un péché !) jusqu’à « baiser » qui est un détournement euphémistique, en passant par les « coïter », « frayer », « copuler », « saillir », « accoupler », pour finir par les très usité « sauter », l’horrible actuel « niquer » qui n’est pas un raccourci mais vient de l’arabe courant et le poétique « frotter le lard ensemble » !

J’évite délibérément ceux  qui cantonnent l’acte à la seule action masculine, laissant une bien piètre idée de la qualité du « rapport».

Dans l’Histoire de la Pudeur (Olivier Orban-1986), l’auteur, Jean Claude Bologne, note que l’indicible, au cours des siècles, était dit en Latin. Comme ça, ça passait. Ce qui explique selon lui que « …les termes qui désignent les organes sexuels, nés au XVIe ou au XVIIe siècle, ont conservé leur forme latine pure : citons entre autres, pénis, phallus, utérus, hymen, sans oublier un quoniam(con) mort au XVIIe siècle ou un gaude-michi (réjouis-moi) devenu godemichet… »   (Je note au passage que clitoris ne fait pas partie de ceux-là).

C’est vrai que le Latin  en matière de sexualité confère une distanciation presque clinique pour des choses ou des comportements qui tiennent à l’intime : Phallus, ça fait presque nom botanique scientifique. N’y a t-il pas le Phallus impudicus ( !) appelé aussi  Satyre puant. Sympa l’analogie ! Il sortit son phallus, il montra sa verge, il exhiba sa bite : bien des nuances de perception selon les termes employés pour exactement le même acte !

De même si cunnilingus, que j’abhorre, fait pratiquement gynécologue, téter le bouton, manger l’abricot ou la figue, ou encore bouffer ou brouter la chatte, plus explicites traduisent mieux la réalité que j’aime.

Jean Claude Bologne précise par ailleurs dans son ouvrage, que je recommande, que le langage, au cours des siècles par sa verdeur, ses édulcorations ou ses métaphores, est bien représentatif de la pudeur, donc de la morale des époques. J’insisterai quand même comme Brassens, que « …sans le Latin, [même] la messe nous emmerde ! »

Revenons à mon amphi. J’ai donc, après une nuit d’angoisse et d’insomnie, pris la parole, à la fin du cours de physique, sur l’estrade, au micro, devant un amphi de 400 étudiants, pour les inviter à venir à une Assemblée Générale du Syndicat. J’ai expliqué calmement, mais la bouche complètement desséchée, les enjeux. Personne n’a sifflé, personne ne m’a interrompu, personne n’est sorti, tout le monde a attendu dans un silence quasi religieux la fin de mon speech de presque dix minutes, puis l’amphi s’est vidé. Je n’en revenais pas de mon audace ! A l’AG, le soir, il n’y aura qu’un étudiant de mon amphi, c’est un militant de l’AJS ! Mais à cette AG je rencontrerais Pierre Kalfa que j’entraînerais quelques temps dans mon impasse politique. Lui me fera découvrir Willem Reich, et ça, ce n’est pas rien ! Merci Pierre.

Cette prise de parole me vaudra de faire la connaissance de Claire, super jolie fille assez délurée semblait-il, très, très courtisée, mais qui a décidé de s’intéresser au seul garçon qui semble (je dis bien : qui semble) ne pas s’intéresser à elle. Elle est d’un milieu très bourgeois habitant Neuilly, elle fait de la musique, du piano et de l’équitation. Elle acceptera de faire l’amour dans ma chambre, sous le regard des portraits géants de Marx, Lénine et Trotski d’un coté, le drapeau rouge de l’autre. Je ne sais si c’est l’ambiance de « blasphème », ou l’amour réel que Claire me portait – car il faut vraiment aimer pour faire l’amour dans un tel décorum, ou alors c’est un fantasme très singulier – nous avons vraiment joui tous les deux. J’ai pu la « déguster » et j’en suis resté marqué très profondément. C’était une fête. C’est pourquoi, sachant que j’allais m’attacher, si ce n’était déjà fait, j’ai rompu. Je dois préciser ici que j’étais également très con !

Je ne crois pas qu’elle ait vraiment eu du chagrin, elle ne s’est pas non plus vexée, belle et courtisée qu’elle était. Non. J’imagine qu’elle a même éprouvé, peut-être, un peu de compassion pour le sombre crétin que j’étais.

Déjà la morale de ma secte avait pris le contrôle. Elle encadrait et confortait mes frustrations. L’ostracisme qui frappait la sexualité n’était pas l’exclusivité de cette secte. Quelques autres groupuscules étaient aussi rigides, quand de jeunes nouvelles organisations libéraient « les énergies ! »

Voix Ouvrière devenue Lutte Ouvrière étaient formellement assez prude. Les Maos, enfin le PCMLF, aussi comme me l’avait témoigné Anna une splendide jeune femme kabyle aux cheveux de jais et aux yeux verts qui venait de nous rejoindre ! Les Lambertistes, eux, envoyaient leurs minettes en tenue sexy pour recruter (et leurs gros bras pour casser la gueule !). Des témoignages concourants m’ont persuadé que leur gourou, Pierre Lambert, aimait la « chair fraîche » en province et qu’il fallait trouver une ou des militantes, ou non, « complaisantes ». Aujourd’hui on écrirait « consentantes » !

Au final, il n’y a guère qu’à la LCR, à l’AMR et chez les Libertaires qu’on devait se déboutonner un peu, beaucoup, passionnément…

Car si Mai 68 avait porté politiquement également en Argentine, certains slogans n’avaient pas traversé l’Atlantique. « Jouissez sans entrave » était de ceux là.

Posadas, le leader maximo du groupe-secte que j’avais intégré, était frustré, normatif, répressif, et prétendait régir la vie et la sexualité des militants, tout en s’autorisant, on le saura plus tard, quelques écarts pour lui.

Sa thèse, que nous validions : La sexualité ne servant qu’à la reproduction, la guerre atomique étant inéluctable et proche, il n’était pas question d’avoir des enfants. Donc, pas de rapports sexuels. Le plaisir physique devient alors un plaisir égoïste, une perte d’énergie préjudiciable à la militance et donc une perversion contre révolutionnaire ! Je ne caricature pas, je résume !

Par ailleurs, les homosexuels sont des pervers, « dégénérés » de surcroît. Ça accable ! Un homo dans l’organisation est un traître potentiel, car toujours prêt à céder à ses pulsions ! Il est « manipulable » donc manipulé. CQFD !

Je n’exagère pas, hélas ! Tous les « camarades », moi inclus, approuvaient, validaient, glorifiaient la ligne du gourou et… continuaient à s’envoyer en l’air en cachette, dans le noir, (pas le vendredi soir parce qu’il y avait réunion de cellule) en silence, honteux de céder à des pulsions contre révolutionnaires, et espérant surtout qu’Ogino combiné avec les spermicides, le bidet et la descente du train en marche donneraient  par accumulation quantitative et saut qualitatif, une combinaison dialectique qui permettrait de rester dans la ligne politique. Certaines « déviationnistes » prenaient quand même sournoisement la pilule !

Vers la fin de sa vie, Posadas ne devait plus attendre la guerre atomique, car il eut une petite fille avec une jeunesse latino-américaine qui l’idolâtrait.

***

A l’occasion d’une manif, je retrouve Isabelle qui a un peu bourlingué de son côté, sentimentalement j’entends, car elle n’a pas négligé ses études, elle ! Elle est à Normale Sup, à Fontenay aux Roses, le pensionnat dont Maxime Le Forestier tombe amoureux dès son premier disque. Tiens, Maxime, je l’avais croisé au PSL, le troquet à l’angle de la rue Saint Lazare et de la rue de Budapest que fréquentaient certains lycéens de Condorcet. Je peux dire aujourd’hui que sa sœur m’avait fait plus forte impression que sa magnifique guitare à 12 cordes !

Isabelle prépare l’agrégation d’anglais et se destine à partir étudier à Londres pendant au moins un an. Nous ressortons, flirtons ensemble. Sans réel charisme, je l’entraîne pourtant dans ma secte. Elle rejoint le groupuscule frère, aussi coincé, sinon plus, en Angleterre ! Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué ?

Je la soupçonne d’avoir été aveuglement très amoureuse (pléonasme ?) de moi pour s’engager comme ça. Mais peut-être que je me fais mousser. Après tout, j’ai connu dans cette secte des gens remarquablement intelligents, bourrés de qualités, qui y étaient venus sans moi, bien avant moi !

En tout cas, la « morale rigide » ne va pas améliorer l’épanouissement de nos relations. Paradoxalement, l’année passée en Angleterre, où on se voit très épisodiquement, à la sauvette et souvent en marge du « parti », ne nuira pas trop à nos sentiments. Notre sexualité, rare n’en sera que plus intense. On frôle même la catastrophe car à Londres, n’imaginant même pas m’être infidèle, elle a cessé de prendre la pilule. Nos rencontres très aléatoires correspondent rarement au calendrier Ogino que ses cycles ne respectent d’ailleurs pas non plus. J’ai gardé précieusement un télégramme laconique venant de Londres, après un de mes passages furtifs et signalant : « Tout est en règle ! » Témoignage fragile et clin d’œil teinté d’humour d’une complicité réelle et profonde.

Elle reviendra de Londres, réussira brillamment son agrégation et nous vivrons ensemble dans un sympathique studio à l’immense salle de bains et à la cuisine microscopique, vers le métro Villiers. Ce studio va devenir un lieu de réunions quasi permanentes, regroupant « l’élite » de cette « Internationale ». Notre vie ne nous appartient plus, notre intimité est broyée, nous manquons de sommeil, nous mangeons mal, nous sommes plongés dans un activisme forcené : distributions de tracts, traductions d’article à taper à la machine, mise en page et correction du journal et des brochures, réunions interminables, pas de vacances. Notre secte commence à nous peser très sérieusement. Sans ma présence, Isabelle serait probablement déjà partie.

Nous prenons la décision commune dans un premier temps, de prendre des distances. Nous nous accordons des vacances ensemble : faire le GR 20 ! Je connais à peine la Corse, elle ne la connaît pas du tout. Ce sera une randonnée très rude, c’est le mois de juin. Le maquis sent bon. Il fait chaud en bas, à Calenzana. La lumière y est splendide, et le vin y est bon. En haut, il y a encore des névés par endroits, les via-ferrata sont glissantes donc casse-gueule, la nuit ça gèle. Les refuges sont encore rares ces années là. Il faut donc trimbaler un ravitaillement qui alourdit les sacs. Mes chaussures sont trop neuves, mes pieds me le feront savoir ! Mais c’est splendide et grandiose. La Corse nous coupera le souffle, nous ravira tous les deux au plus profond. Hélas, nous n’arriverons pas à parler suffisamment entre nous. Nous avons des rapports « à la papa », sans sel, à peine quelques variantes alors que chacun sent confusément qu’il manque quelque chose ! Je la trouve toujours très, très attirante. Elle est non seulement très jolie, mais elle a surtout un charme exceptionnel : la combinaison de sa voix, de son regard, son humour, ses expressions. Je trouve son corps très excitant, des seins bien dessinés et réactifs aux moindres sollicitations. J’adore la voir nue, mais je me sens coupable lorsque je la contemple. Pourquoi ?

J’adore contempler son sexe, l’ouvrir le lécher, le sucer, le boire. Sa liqueur m’enivre. Elle me laisse faire, elle se laisse faire. Elle jouira plus d’une fois ainsi, mais elle ne le demande jamais, ne le sollicite pas. Nous n’en parlons pas. La fellation est absente de nos rapports. Je ne la sollicite que dans mes rêves.

Je ferais quelques photos d’elle nue, plutôt académiques, presqu’à la dérobée, alors que je rêve de faire des photos érotiques, voire même franchement porno. Nous faisons des diapos couleur. Non seulement c’est plus joli mais ça évite le photographe pour des épreuves tirées papier. « Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans… » (Aznavour).

L’époque est au naturisme sauvage pratiquement partout. Va savoir pourquoi ça a quasiment disparu. Nous nous baignerons donc nus et prendrons le soleil. Une fois, alors que nous sommes nus sur une plage près de Porto-Vecchio, un couple hollandais, ou allemand, d’une trentaine d’année vient s’installer au dessus de nous sur la plage. Il se déshabille également. L’homme et la femme sont plutôt pas mal tous les deux. Petit aparté à ce sujet : une qualité intrinsèque des naturistes c’est de s’assumer tels quels. Se vivant naturellement, grands, petits, maigres ou enveloppés je n’ai pas souvenir d’en avoir vu des laids ! Donc, elle, s’installe un peu plus haut que moi sur la plage. Rapidement, elle écarte négligemment semble-t-il assez largement les jambes sur une vulve close surmontée d’une toison bien taillée. Je suis hypnotisé : je la trouve très attirante. La mode n’est pas à l’épilation. Moi, allongé sur le ventre, j’ai une érection douloureuse dans le sable. La femme redressée, appuyée sur ses coudes, me fait un beau sourire innocent mais craquant. J’ai l’idée, le fantasme de les rencontrer, mais je n’ose en parler à Isabelle, et je me précipite dans l’eau pour tenter de retrouver une attitude présentable. De ce jour et des photos, je ne lui en soufflerai mot et encore partiellement, que lorsqu’elle se sera confiée, bien après, sur ses fantasmes alors que notre rupture sera définitivement consommée. « Too late for tomorrow, for tomorrow just can’t wait ! » chantait Van Morisson.

Je crois que notre sexualité est broyée parce que nos envies, nos désirs ne sont pas assumés. Nous sommes très, trop, culpabilisés. Nous avons perdu la franchise, la spontanéité, le festif et presque l’humour. Peut-être a-t-elle vu les choses autrement, je ne saurai jamais. Notre amour va se déliter très vite. Nous avons rompu avec Posadas, mais c’était déjà bien tard. Je suis entré depuis quelques mois à la SNCF et travaille en trois huit, dimanches inclus avec les jours de repos décalés. Ça ne sera pas fameux pour les rapports de couple. Encore moins dans un studio ! Isabelle, pourtant surchargée de travail, est pratiquement obligée de sortir quand je tente de récupérer mon sommeil le matin.

Pas de chance encore, je suis gravement atteint par un virus inconnu. J’ai un voile dans un œil qui menace de s’étendre à l’autre et me rendre aveugle. Après quelques sérieux errements du médecin SNCF, je suis hospitalisé en urgence. J’y resterai pendant pratiquement un mois. Isabelle vient me voir tous les jours à l’Hôtel Dieu malgré la somme de boulot qu’elle cumule. Après des antibiotiques à haute dose, dès qu’un peu de vue me revient, je me mets à lire comme un forcené. Des livres politiques bien sûr mais bien d’autres aussi. Je lis presque douze heures par jours. Enfin, les visites interrompent ces lectures. A une de ces occasions, Jimmy et Clarisse, un couple américain amis de Isabelle, chaleureux, très ouverts et très réfléchis vont m’amener à reconsidérer mon opinion de l’homosexualité, qui était restée assez « posadiste » !

La morale est une expression de la société, à un moment donné. Elle est normative sur tous les aspects de la vie et ces aspects sont plus ou moins transgressés au gré de l’évolution de la société. Prenons pour exemple un aspect évident : le vêtement.

Si l’homme a, à certaines époques, porté la toge, la femme, de tout temps, devait porter des robes ou des jupes. Leur forme et leur ampleur variant suivant les époques, elles restent cependant longtemps l’expression de la féminité. Aujourd’hui, le Jean pourrait-être considéré comme féminin, voire sexy. C’était impensable il y a quelques décennies. Dès avant la seconde guerre mondiale, divers mouvements de libération du corps, gymnastique rythmique, scoutisme masculin et féminin, Auberge de Jeunesses, et même sur certains aspects, le développement du naturisme, vont permettre à des jeunes gens de vivre des activités mixtes et à des jeunes femmes de transgresser les codes vestimentaires : port du pantalon et du short, maillot de bain deux-pièces, etc.

Après la guerre, à l’instar des Yankees, le pouvoir va tenter de renvoyer les femmes à la maison et aux fourneaux. Encore que, pour la reconstruction de l’Europe, la présence des femmes au travail est indispensable. L’accès à certains métiers va également faire évoluer, plus vite que les relations, les codes vestimentaires. Le pantalon va être lentement mais définitivement conquis.

Dans ma jeunesse, je l’ai dit, le port de la jupe était encore rigoureusement imposé dans les lycées de filles. Sauf peut-être en Grande- Bretagne, dès ses débuts, la minijupe autorisée par les collants qui ont désormais détrônés les bas, va faire au choix « salope » ou « allumeuse » dans la tête de trop nombreux hommes!

La société des années 60 reste très normative. Les Beatles ont, en 1962, les cheveux longs. Ce sont des « efféminés » ! Si Antoine chante, en 1965, les cheveux longs et les chemises à fleurs,  c’est qu’il est encore communément admis que  les cheveux longs ou ce genre de vêtement ça fait « Pédé ! ». On a la culture du « Marcel » et du bleu de travail ! Et le PCF est loin d’y être étranger !

Les chansons yé-yé sont souvent indigentes et indigestes, mais elles traduisent quand même une évolution. La chanson de Richard Anthony « Les garçons pleurent » (1964), celle de Stone  « Fille ou garçon » (1966), celle de Sylvie Vartan « Comme un Garçon » (1968). Polnareff, qui a osé chanter « l’Amour avec toi » en 1966, était censuré avant 22h00 mais c’était hétéro, donc tolérable. De même, en 1967, « Je t’aime moi non plus » de Gainsbourg était jugée trop suggestive mais ne remettait pas en cause un coït dans la position du missionnaire. Personne n’imaginait une levrette ! Remarquons que dans les chansons de cette époque et pour longtemps encore, jusqu’aux rappeurs d’aujourd’hui, se manifeste un sévère paternalisme à l’égard des femmes qui restent et demeurent souvent des « petites filles », pauvres ou riches, de Français moyen, du soleil, ou fleur fragile qu’il faut « protéger » ! Sauf pour Dylan qui chante « Just like a woman » (même si elle se brise comme une petite fille !).

Polnareff attendra 1970 pour chanter « Je suis un homme » et poser cul nu.  Aznavour, 1973, pour « Comme ils disent » ! Et 1980 pour que Francis Lalanne chante : « La plus belle fois qu’on m’a dit je t’aime » !

L’homosexualité est répréhensible au fond, parce qu’elle est totalement contraire à une constante politique « nataliste », pourvoyeuse de chair à canon pour les guerres. Expression de relations « normales » entre les hommes et les femmes. Le plaisir étant nié, essentiellement aux femmes, les hommes se « soulagent », le rapport sexuel est fondamentalement à but procréateur. Toutefois, c’est surtout l’homosexualité masculine qui émeut et bouscule. Les plaisirs saphiques sont « tolérés » dans la mesure où ils peuvent s’intégrer dans un univers masculin ! Même à l’école, on parle aux gamins de la pucelle d’Orléans, sans expliciter le terme, mais on se garde bien d’évoquer les mignons d’Henri III.

Donc les homos sont « anormaux ». Dans le meilleur des cas, ce sont des « malades » victimes de leur psychisme. Ma belle-mère, Jeannette, infirmière, femme intelligente, pourtant éclairée sur beaucoup de sujets, le pensait très sincèrement. Mon père ne s’est jamais exprimé sur cette question devant moi, pas plus que Marie-Anne. La Psy est devenue en vogue dans les années 70. Elle peut tout expliquer, elle va donc tout expliquer même où il n’y a rien à « expliquer ». Dans l’autre cas, ce sont des pervers, donc asociaux, donc nuisibles, alors qu’ils, elles n’emmerdent personne ! Comme c’est un sujet tabou donc banni, la réflexion sur ce sujet ne pourra surgir qu’après 1968 dans la foulée de l’émergence du Mouvement de Libération des Femmes et du Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire.

Ce qui est difficile à concevoir pour une immense quantité de gens victimes d’une éducation pleine d’à priori, c’est qu’un, ou une, homosexuel(le) ne s’identifie que très rarement à « l’autre sexe ». En général, il ou elle assume son identité sexuelle, à la différence des trans-sexe ou transgenre. Simplement son penchant « naturel » va vers son propre sexe.

Là encore, il est important de ne pas généraliser car il n’y a pas un modèle prédéfini, l’espèce humaine étant un subtil camaïeu de ressentis et de sentiments. Mais jusqu’ici la morale, en fixant des frontières, interdisait aux gens de s’interroger sur leur identité, sur leur genre. Ils sont ce qu’ils sont, point tout. Et pourtant ce n’est pas vrai !

Il est constaté et démontré aujourd’hui qu’on peut être homo et sportif de haut niveau, jouer dans un sport de brutes ou encore être cuir et viril. À contrario, très doux, voire précieux et être « parfaitement » hétéro. J’avais un copain avec qui je faisais de la voile qui adorait tricoter et faire du crochet. Et qui excellait dans ces activités. Vu ses « conquêtes » féminines, j’ai tendance à penser qu’il était hétéro, mais va savoir…

De la même façon qu’il existe des hommes et des femmes, il existe dans chaque catégorie, des grands et des petits, des gros et des maigres, des blancs, des noirs, des jaunes, des bronzés. Et tous ceux là ont des grosses ou des petites mains, des grosses ou des petites têtes, sont velus, à peine poilus ou glabres, et partant, ont des petits, des moyens, des gros seins, des petits, des moyens, des gros sexes. (« Tous sont égaux, mais ça sera pas facile ! » gouaillait Coluche)

De fait, il n’y a morphologiquement aucun standard, donc aucune normalité, sauf à dire que cette « normalité » est globalement et statistiquement une moyenne. Et dans cette moyenne, chacun est hors de la moyenne sur tel ou tel aspect. Par ailleurs, le concept étroit de « normalité » est la porte ouverte à tous les dérapages et abus. Racisme, sexisme (l’homophobie entrant dans cette catégorie), ostracismes en tout genre frappant telle ou telle catégorie, handicapé(e)s par exemple.

***

Isabelle cherche à me ménager, mais sa décision est prise. Le personnage que je suis ne l’intéresse plus vraiment. Elle en a fait le tour. À la rigueur, elle veut bien conserver le copain. Elle m’avoue quelques aventures, un peu en provoc, un peu en s’interrogeant sur ses propres désirs. Elle tente également, probablement par compassion, de me fourrer chez des copines qui seront des aventures bien sympas mais sans perspective. Après un voyage un peu épique mais très enrichissant au Mali, au cours duquel nous vivrons à peine l’un à coté de l’autre, la rupture est définitivement consommée. Ce n’est qu’une fois séparés et déjà éloignés que nous oserons une relative liberté de parole et brièvement aborder nos fantasmes. Probablement aussi pour tenter de comprendre où nous avons échoué. C’est mon sentiment, mais peut-être pas le sien. Nous irons « faire l’amour » avec un couple de Lisieux, rencontré par annonces libertines qui commence à fleurir. Ils sont très sympas, plutôt mignons, et un peu plus décoincés que nous. C’est une litote, ils n’en sont pas à leur coup d’essai! Après un repas frugal où nous ne nous attardons pas, nous passerons une nuit sympa qui ressemble plus à de l’échangisme qu’à une véritable fête collective. Lui ne s’intéresse qu’à Isabelle. Sa compagne s’intéresse à moi. Elle est très douce et gentille. Faire l’amour avec cette femme sera très agréable, mais assez conventionnel parce que je reste assez niais. Découvrir Isabelle prendre des initiatives, la voir baiser avec un autre homme en revanche est très excitant et presque douloureux. Je réalise que nous avons manqué quelque chose. Sommes-nous désinhibés ? Moi pas vraiment car lorsqu’il tente pourtant en douceur de la sodomiser, je ne suis plus dans le « jeu » auquel elle semble se prêter pourtant ; je dramatise et m’inquiète de savoir si c’est douloureux. De quoi je me mêle ?

Ne limitons cependant pas nos divergences à la sexualité ; si c’est important, c’est trop réducteur. Nos vies prennent un cours différent. Ciao Isabelle. J’aurai des nouvelles, de loin en loin car elle a noué d’excellentes relations avec mes parents.

En fait, dans les fantasmes concernant la sexualité, mes quelques expériences m’ont amené à constater que, selon ce (ceux ?) qu’on cherche, il faudrait se connaître plutôt bien… ou pas du tout ! Une simple nuit avec ce couple c’était trop court ou trop long. Ce n’était ni furtif, ni approfondi. Nous manquions de complicité, d’autant que notre couple, à Isabelle et moi, était déjà bien mal en point. Inexistant même. Il nous restait de la tendresse, mais pas ou plus suffisamment de complicité. Pour délirer, c’est indispensable. A distance maintenant, je pense vraiment que ce couple gagnait à être mieux connu ; ils étaient très gentils, doux, tendres, plutôt pas mal… et loin d’être bêtes !

Flashback.

Tout le temps où j’étais lycéen en terminale puis à la fac, j’exerçais, pendant les vacances scolaires de Pâques et d’un ou deux mois d’été, la fonction de moniteur de colonies de vacances puis de moniteur d’adolescents. J’avais fait mon stage des CEMEA. C’était ma bulle d’échappement et mon jardin secret. Lors d’une colonie à Fontainebleau, en juillet 67, avec un autre « mono » beaucoup plus dégourdi que moi, nous avions monté un petit labo photo où nous associions les enfants au développement et au tirage des photos noir et blanc qu’ils réalisaient.

La photo argentique, ça parait aujourd’hui bien loin. C’était de la chimie : développeur et fixateur, de la technique : régler l’agrandisseur et mesurer le temps d’exposition ; de la magie quand on voyait, dans la lumière inactinique, surgir d’un papier blanc plongé dans le bain la photo en positif, en un mot, une ambiance. Ce garçon, passionnant par beaucoup d’aspects, professeur d’EPS, plus âgé que moi, avait réussi à convaincre quelques monitrices de poser nues, parfois ensemble. Les photos qu’il avait faites n’étaient pas dénuées d’esthétique, bien au contraire, même si j’étais obnubilé par les toisons pubiennes, invisibles dans les magazines de l’époque. Si j’ai assisté au développement, je n’avais pas assisté aux prises de vues. Je le jalousais secrètement d’avoir su convaincre ces jeunes femmes de poser pour lui.

Il arriva qu’une des monitrices « craqua » pour moi. Elle fut très franche et très directe. Prenant l’initiative, elle tenta de me faire une fellation dans le « labo photo ». Vainement ! Moi, trop coincé, au propre par ma salopette pratiquement verrouillée, comme au figuré par mon cerveau travaillé par ma mauvaise conscience, je fus incapable de répondre à ses attentes. Elle avait eu un petit coup de folie, un gros fantasme ; elle n’y donna pas suite, à mon grand regret. Tant pis pour moi ; je ne retrouverai que plus tard la « sensualité » d’un labo photo !

Quand l’été suivant, après mai 68 j’encadrais un camp d’ados à Val d’Isère, ce fut tout différent. Je jouais, bien imparfaitement, les cyniques et les blasés et j’eus un flirt poussé avec une monitrice qui me laissât un goût d’amertume : elle semblait avoir quelques tendances « masochistes » et la violence, même simulée, ça n’a jamais été mon truc. Différence de longueur d’ondes ? Je m’amourachais alors d’une charmante adolescente, à peine plus jeune que moi, mais dont j’étais en principe responsable. On ne peut pas exactement parler de pédophilie, elle avait seize ans et demi et moi vingt. Elle était femme presque achevée, et moi encore un dadais niais. Nos relations sont restées sinon complètement platoniques, du moins, très, très convenables par ma responsabilité… et ma faute. Je n’ai effleuré qu’un sein de Pascale et encore, à travers les étoffes de son chemisier et de son soutien gorge lors du voyage de retour en car. Elle m’a écrit bien plus tard, m’appelant Crève-cœur à la guitare ! (…passant par là, quelques vingt ans plus tard, il a le sentiment qu’il le regrette ! La Princesse et le croque note, G. Brassens).

J’aurai également l’occasion de revoir une fois, à Paris, Corinne, une autre ado, une antillaise que je trouvais également splendide, très vive et très drôle qui prétendait s’être amourachée de moi pendant les vacances. Nous irons manger au restau et flirterons un peu en rentrant. Du haut de ses dix-sept ans, elle est bien moins inhibée que moi, et comme nous parlons peu, ses initiatives me déstabilisent et me font peur. Après cette soirée, je ne chercherai pas à la revoir, encore une bêtise que je regrette !

***

Concernant la fellation, j’ai eu un blocage pendant longtemps. C’était très contradictoire. J’en mourrais d’envie et je trouvais dégradant de ma part de réclamer ça à ma compagne. Sans doute des réminiscences de mon adolescence mais j’imagine ne pas avoir été le seul homme dans ce cas. Certains ont recours à des rapports tarifés pour se mettre en règle avec leur conscience et leurs pulsions. Tout d’abord je considérais que c’était un plaisir égoïste qui laissait l’autre sur le coté du chemin. J’ai réalisé plus tard que le plaisir pouvait être partagé. C’est pour la même raison que je m’interdisais de jouir dans la bouche de la compagne qui m’accordait cette « faveur » et me retirais de façon aussi péremptoire qu’hypocrite. Je ne concevais pas non plus qu’une fille puisse aimer donner ce genre de caresse, alors que je trouvais moi, un plaisir infini à faire jouir avec ma bouche et ma langue. Je n’étais pas à une contradiction près. C’est Hélène qui me dira pour la première fois : « Mais moi j’aime ça ! »

Contrôler ses envies, ses pulsions et être en règle avec les normes sociales affichées n’était pas une mince affaire. Il m’était déjà arrivé une autre fois, adolescent, alors que je prenais le train pour aller au lycée de sentir une caresse insistante, au niveau de la braguette, alors que j’étais compressé par la foule. J’avais bien réalisé que c’était la main d’un homme qui feignait de regarder ailleurs. J’étais déconcerté, mais ce qui me contrariait surtout profondément, c’était d’avoir malgré moi, une érection à ce contact et qu’il devait bien la sentir. A la descente gare Saint Lazare il disparut, ouf, alors que je me précipitais au lycée, très perturbé par ma réaction.

Il était d’usage, à cette époque, entre lycéens de brocarder « les pédés » qui se regroupaient fréquemment aux WC des gares, aux Vespasiennes, ou encore au Cinéac, cinéma qui diffusait des films courts en continu dans les halls de gares, en particulier à Saint Lazare et où j’allais souvent avec mon copain « Ponom ». Je ne participais pas à cet anathème, mais je ne comprenais absolument pas l’homosexualité, attiré que j’étais par les femmes et les mystères de leur sexe. Quelques années plus tard, alors qu’Isabelle venait de nous séparer, j’étais un peu, beaucoup déglingué affectivement. Je réalisais la réalité de l’amour par sa perte. Prenant le train à Courbevoie je m’arrêtais aux toilettes publiques sur le quai, car ça existait encore dans les gares à cette époque ! Il y avait deux urinoirs et deux WC à-la-turc dont les portes, qui devaient fermer en principe, étaient, comme l’accoutumée, trouées à hauteur de bassin. A l’urinoir à coté du mien, il y avait un homme d’une cinquantaine d’année pour autant que j’ai pu en juger qui se penchait pour regarder ma verge. D’ordinaire, cette situation, relativement fréquente dans les urinoirs parisiens, m’irritait au plus haut point. Il était pourtant très courant que des hommes d’allure très respectable, costard cravate, insoupçonnables, aient ce genre d’attitude. Cette fois là, je me reculais ostensiblement pour qu’il me regarde pisser, et mes massages évidents pour secouer les dernières gouttes d’urine évoquaient plus une masturbation. Le regard hypnotisé, il s’était alors enhardi et demandait : « Tu veux que je te suce ? »

Sans attendre mon imperceptible et timide hochement de tête, il s’était accroupi et avait aussitôt englouti ma verge dans sa bouche. J’étais surpris et très déconcerté par sa douceur autant que par  sa « technique ». À cette époque, jamais encore une femme ne m’avait fait une fellation comme celle-là. Enhardi, il m’avait même glissé un doigt mouillé dans l’anus, ce qui n’avait fait qu’accroître ma tension et mon érection. Mais je n’étais pas encore mûr pour accepter cette réalité ; aussi, au moment d’éjaculer, je tentais d’imaginer que c’était une femme, ou bien Isabelle qui me suçait comme ça. Que c’était son doigt que j’avais dans le cul. La réalité était bien plus prosaïque : elle ne m’avait fait une fellation qu’une fois, presque par compassion ou charité, et pas jusqu’à l’éjaculation. Je m’étais « terminé » tout seul. Et pourtant, dans un des fantasmes qu’elle m’avait révélés sur le tard dans le train qui nous avait ramené de Normandie, elle m’avait avoué qu’elle s’était parfois imaginée sous moi, tête bêche et aurait aimé ainsi me voir sodomisé par un garçon.

A peine avais-je joui dans la bouche de l’homme que l’idée de m’enfuir de ce lieu sordide m’envahit. Je réalisais à peine qu’il avait gardé mon sperme et l’avait sans doute avalé. Il se redressa et me dit doucement, saisissant ma main et la portant à sa braguette : « Tu m’as vachement excité ! Touche, j’ai la trique. Tu ne veux pas que je t’encule ? ». Dans un « Non ! » de panique, en rezipant ma braguette, je me précipitais pour sauter dans le train que j’avais entendu arriver, le laissant en plan.

Cette « expérience » m’avait troublé au plus profond. Je l’ai dit, j’avais longtemps accepté sans barguigner la notion dominante quant à la déviance et « l’anormalité » que signifiait l’homosexualité. Mes discussions avec Jimmy et Clarisse avaient bien ébranlé mes certitudes. Il y avait eu le souvenir des branlettes de mon adolescence, mais là j’étais allé bien au-delà.  La découverte du plaisir par une fellation appelée de mes vœux dans la bouche d’un homme, un inconnu, plaisir accru par une mini pénétration anale venait achever de détruire mes à-priori. Pour autant, je ne me sentais nullement homosexuel, pas plus qu’aujourd’hui. Simplement je commençais à peine à assumer mes pulsions, qui pouvaient être diverses et très contradictoires avec la « morale » que je m’étais fixée ; qui étaient bien loin également de « l’Amour ». S’ajoutais très certainement le piment du tabou, de l’interdit absolu transgressé. Et puis il y avait toute une dimension fantasmatique d’anonymat qui m’avait manqué jusqu’alors. L’avantage de cette situation était qu’elle se passait pratiquement sans parole, de façon fugitive. Il est aussi probable que le coté plutôt sordide du lieu, le coté « lieu public », mais sans lendemain accentuait le piment, l’excitation.

Pirouette où réminiscence singulière ? Me revient ce que me disait ma mère:

           – Comment peux tu dire que tu n’aimes pas, t’as pas goûté.

Et elle avait raison, aujourd’hui j’adore les courgettes et les tomates, je mange des épinards. Mais j’ai gardé mon aversion pour le choux fleur… que je mange quand même quand il y en a !

Dans d’autres domaines c’est une réelle interrogation de savoir pourquoi on n’aime pas : aversion viscérale, aversion culturelle, honte, déshonneur, amour propre, refus de la réalité ? Qu’elle est la part de l’inné, du profond et du superficiel ?

On peut également s’interroger de la même manière sur : pourquoi on aime ?

Quelques mois plus tard, je pris mon courage à deux mains, entrais pour la première fois en France, dans un sex-shop. Je fis l’emplette d’un vibromasseur en caoutchouc couleur chair. J’étais déjà entré dans un sex-shop, mais en 1974 au Danemark. J’avais feuilleté nombre de revues, acheté quelques unes, ainsi que deux films super-huit muets que j’avais ramené à des collègues de boulot à leur demande. C’était la grande époque de la « libération sexuelle », mais dans les pays nordiques traduisons « du porno » et nombre de mâles d’Europe se ruaient en Scandinavie. En particulier à Copenhague où Vesterbrogade je crois, devant la gare centrale était constellée de Sex-shops dont il ne devait plus rester une trace quelques années après.

J’avais joué le touriste blasé mais j’étais bien penaud. J’étais entré dans la deuxième ou troisième boutique. Consternation ! J’avais été immédiatement déstabilisé car devant moi une jeune et jolie vendeuse danoise s’exprimait en un bien meilleur anglais que moi et tentait de s’enquérir de mes souhaits. Je manquais passablement de vocabulaire, surtout dans ce domaine. Je tentais d’orienter mes recherches. Je ne savais quel critère utiliser pour choisir les films et je ne pouvais les « visionner ». Elle avait vite deviné ma nationalité à mon accent. Elle m’avait alors conseillé un film où il s’agissait de deux couples jouant au strip-poker, le tout se finissant en partie carrée. Il parait que ça plaisait beaucoup aux Français, les Espagnols préférant quant à eux des trucs un peu zoophile et les Italiens des trucs sado-maso, à moins que ce ne soit l’inverse. Elle aurait pu faire une thèse sur les types de fantasmes européens, masculins essentiellement, tout le monde venant se fournir à cette époque à Copenhague. Elle rigolait et me vendait ça comme si elle m’avait vendu des pommes ou des oranges !

Je me souviens cependant qu’un type de revue m’avait particulièrement heurté : c’était des revues pédophiles où les gamins avaient la peau très foncée et où les adultes étaient blancs bien pâle. Le tourisme sexuel et pédophilique existait déjà ! J’ai eu une nausée indicible alors que tout le reste était tolérable, voire franchement grotesque.

Je n’ai pas souvenir, à cette époque des sex-toys qui devaient pourtant déjà exister. Ces quelques revues et les films, super 8 muets, je les ramèneraient aux collègues. Nous les visionnerons un dimanche ensemble avec des commentaires faussement désinvoltes et blasés alors qu’aucun n’est insensible. Les acteurs et actrices semblent à cette époque vraiment amateurs.

Le vibromasseur est resté quelques jours dans un placard. Je n’osais pas évoquer son utilisation possible avec une copine. Un après midi, cependant, après m’être consciencieusement vaseliné, j’évoquais une situation passée et j’entrepris de me l’introduire de la main gauche, alors que je me masturbais de la main droite. Outre l’excitation violente que j’atteignais, j’étais finalement surpris moi-même par ma capacité de dilatation et d’absorption. Le fait qu’il soit vibrant n’avait qu’une importance très relative. J’eus assez rapidement un orgasme très, très intense. Moi qui avais toujours ironisé sur ces gadgets, je réalisais qu’en fait, ils pouvaient contribuer à révéler des aspects ignorés, négligés ou franchement refoulés de la sexualité. Pour autant je ne deviendrai pas du tout un adepte de la sodomie, qu’elle soit homo ou hétéro ! Je ne serai pas non plus pour autant détracteur. L’expérience des WC m’avait laissé sur une excitation très trouble et une curiosité fantasmatique. Je n’achetais pas de revues érotiques. Il m’était arrivé de lire des histoires fantasmées dans des  magazines spécialisés qui étaient relativement en vogue à l’époque. J’avais également découvert le plaisir coupable de déchiffrer dans les toilettes publiques pour hommes des fantasmes écrits maladroitement, truffés de fautes d’orthographe qui racontaient des histoires complètement improbables. Inavouable, je me commis à en écrire moi-même un ou deux, en essayant, pour le coup de soigner le style !

Une de ces occasions me trouvait dans un WC à-la-turc des toilettes hommes, sur un quai d’une gare de banlieue où les trains ne s’arrêtaient pas fréquemment en heures creuses. Le fait d’écrire était excitant car je construisais au fur et à mesure une histoire délirante que je souhaitais pourtant la plus plausible possible.

Quelqu’un tenta d’ouvrir la porte mais sans insister. Ces portes étaient souvent percées, je l’ai déjà dit, d’un ou plusieurs petits trous. Par l’un d’eux en me baissant, j’avais donc une vue parfaite sur les urinoirs proches. C’est ainsi que je pus contempler une main masturbant une verge en érection. L’homme devait espérer être observé car il s’exhibait. Je ne savais quel comportement adopter : la rationalité ou le fantasme. Après un moment d’hésitation, je fis doucement jouer le loquet du WC. Il avait l’oreille fine. Il entra rapidement sans chercher à ranger son attirail et referma la porte. Je m’accroupissais alors et lui faisais la fellation qu’il attendait. Il ne me regardait pas, ne me touchait pas. Il devait probablement faire appel lui aussi à son imagination. Je n’étais que le vecteur pour accéder au plaisir. Soudain, sans un mot, il se raidit et éjacula assez brièvement dans ma bouche, se dégageât rapidement, ouvrit le loquet et s’enfuit sans dire un mot, sans un regard. Un peu perplexe, surpris de mon audace, je refermais le loquet et repensais à ce qui venait de se passer. Me revenait ma première expérience analogue. Un homme, un inconnu, qui probablement, au vu de son attitude, ne se considérait probablement pas homosexuel, avait joui dans ma bouche. J’avais avalé sa semence, du reste peu importante et quasiment inconsistante. Ce qui n’était au départ qu’une sorte de curiosité, de gageure avec moi-même, m’avait procuré un relatif plaisir et une grande excitation, ainsi qu’une singulière fierté, c’est le mot, de mon audace.

Etais-je pour autant homosexuel ? Dans l’air du temps Polnareff chante « Je suis un homme » avec toute l’ambiguïté nécessaire.

Un copain homo cheminot, Yves, vint chez moi à l’occasion d’une réunion et, au motif qu’il habitait loin, souhaita rester dormir. Je ne refusais pas, n’ayant pourtant qu’un lit d’un mètre quarante de large dans mon studio. Nous nous allongeâmes. J’étais épuisé et je travaillais de matinée le lendemain. Il entreprit alors de me mettre la main sur l’épaule, me demandant si ça ne me dérangeait pas. Crevé je lui dis que non, et lui tournais le dos pour dormir. Il commença alors à me caresser de façon insistante en entreprenant de s’approcher de ma verge. Je lui dis alors : « Fous-moi la paix ! J’ai besoin de dormir ! » Il se leva alors, m’engueulant, me traitant de phallocrate, de macho qui prétend avoir des idées évoluées mais qui est viscéralement anti homo.

Je tentais de lui expliquer que ce n’était pas la question. Que d’une part j’étais vraiment crevé, et que d’autre part et surtout, il ne m’attirait pas du tout. Il en fut très blessé, se rhabilla et partit dans la nuit après le dernier métro, donc à pied. J’étais très contrarié, mais je n’y pouvais rien, j’avais été sincère. Heureusement que je ne lui avais pas raconté mes histoires, il m’aurait pris pour un sacré malade pervers, ou plutôt pour un super menteur.

Déjà, certaines filles ne me « branchaient » pas du tout, et lui m’attirait encore moins que tout. Mes pratiques clandestines, fugitives et anonymes étaient une chose qui relevait de mon univers fantasmatique, inavouable, mais je n’imaginais pas construire une relation sexuelle suivie, encore moins affective avec un homme. Encore moins avec lui. Mais comment dire ça ?

L’année suivante, je suis allé en février faire du ski avec Dom que je connais depuis des années et avec qui je partage le travail, le syndicalisme, la sensibilité politique et nombre d’amitiés. Nous occupions un minuscule studio.

Après une journée très sportive et pourtant épuisante, alors que je prenais mon bain, j’eus la sensation profonde qu’il y avait quelque chose de très fort dans l’air. Dom ressent la même chose et nous avons, pour le coup une relation homosexuelle, de fellations réciproques et caresses, sans pénétration anale, mais empreinte de réelle tendresse. Nous aurons plus tard, ensemble, des « jeux érotiques » avec certaines de nos compagnes, mais plus de relations à nous deux seuls, bien que règnent toujours une grande tendresse et une absolue confiance. Dom est incontestablement la seule personne avec qui je peux me mettre à nu, non seulement physiquement, mais psychologiquement, sans redouter le jugement.

A cette époque, j’eus la chance de rencontrer Laurence. Comme de coutume, c’est ma chance, elle était belle, très belle vraiment, particulièrement photogénique et vraiment libérée. « Délurée » même mais je ne le savais pas encore. Peut-être l’ignorait-elle elle-même, est-ce que ce fut notre osmose qui nous permit toutes les transgressions. Je dois bien l’avouer, je lui dois d’avoir eu, à partir de cette période une sexualité vraiment riche et épanouie.

Elle partageait à Levallois, un deux pièces avec une copine allemande, Ulli. Pour Laurence la sexualité était une fête, un jeu où on devait rire et s’amuser. Tout ou presque était permis si chacun, chacune partageait l’envie. Elle ne s’embarrassait pas de fausses pudeurs.

Pour aller à la salle de bain, Ulli devait traverser la chambre de Laurence. Un jour que, nus, nous « baisions », moi assis sur le bord du lit et elle me chevauchant, Ulli, ingénue, frappât à la porte en sollicitant le passage pour la salle de bain. Laurence lui cria : « vas-y ! » Et lorsque Ulli entra, Laurence exagéra délibérément ses mouvements du bassin afin d’offrir le meilleur spectacle à Ulli. Celle-ci resta un moment interdite, rougit violement, puis se précipita dans la salle d’eau. Laurence me regardait en riant, fière de sa facétie, car elle savait Ulli légèrement prude. Je dis légèrement, car lorsque Ulli s’envoyait en l’air avec un copain, elle ameutait pratiquement tout l’immeuble, comportement que je n’ai personnellement jamais rencontré. Chez d’autres, oui: ma voisine de l’étage en dessous qui informait toute la maison qu’elle décollait. Et une autrefois en allant chez un copain, c’était à l’étage du dessus qu’il devait y avoir une partie ! Le copain n’était pas là, mais je suis resté un instant sur le palier, faisant marcher mon imagination !

Ah non, j’oubliais. Une fois, Laurence qui, par provocation bien sûr, ameuta tout un hôtel de St Germain en Laye où nous avons passé une nuit mémorable. J’étais passablement crevé, toujours en raison des horaires décalés, mais Laurence était toute à ses fantasmes exhibitionnistes. Après avoir « fait l’amour » longtemps et assez bruyamment j’étais mort, crucifié, décalqué, elle fit semblant de se faire sauter par les quatre-vingt chasseurs de la Marquise en vociférant et faisant grincer le sommier qu’on aurait pu imaginer plus silencieux pour un hôtel de cette qualité. J’étais d’autant plus mort que l’après midi nous nous étions déjà envoyé en l’air sur l’herbe dans la forêt de St Germain, où, alors que j’étais allongé, Laurence en robe, m’avait chevauché sans qu’il n’y ait aucune équivoque sur son activité. Plusieurs voyeurs s’étaient arrêtés à distance pour contempler Laurence s’agiter en soupirant et râlant bruyamment. C’était vraiment une excellente actrice, avec une petite tendance à surjouer, mais j’aimais ça. C’est à cette occasion que je découvrais mes pulsions exhibitionnistes et que notre complicité décuplait notre plaisir. C’est elle aussi qui me fera, dès le début de notre relation, une fellation alors que je la prends en photo. La regarder et la photographier engloutissant ma verge m’excitait au plus haut point. Sentant que j’allais jouir, je la prévins en lui demandant si elle voulait bien que j’éjacule dans sa bouche. Sa réponse fut, dans un délicat sourire : C’est comme tu veux ! Nous n’avons pas fait, sauf celles là, de photos franchement pornos, mais j’ai fait d’assez jolis nus d’elle. Et également de Babeth, une copine à elle, enceinte jusqu’au cou ! Très belles photos pour autant qu’il m’en souvienne.

J’adorais ce côté exhibitionniste de Laurence. Je la trouvais gonflée et ça me désinhibait considérablement. J’étais aussi très, très excité que d’autres hommes puissent la désirer, la convoiter. C’était mon petit orgueil. J’aimais aussi son coté cool mais pas  exactement baba. Elle aimait les tissus indiens qu’on allait acheter chez Mayagor rue du Louvres, elle aimait faire brûler du santal ou d’autres encens. On allait prendre le thé chez Angélina rue de Rivoli où elle m’affirmait que, des fois, des veuves fortunées offraient le café à de jeunes hommes. Je savais la réputation surfaite de la Rotonde, mais pour Angelina, je n’y ai jamais cru.

J’avais touché, comme uniforme SNCF une sorte de pardessus pas joli, franchement laid même, mais très chaud, imperméable et surtout muni de fausses poches. C’est-à-dire qu’à travers mon pardessus, je pouvais fouiller les poches de mon pantalon. Laurence adorait que je mette ce pardessus assez triste car, en faisant semblant d’avoir la main dans une de mes poches, elle tenait en fait ma verge par ma braguette ouverte. Et elle me promenait comme ça dans Paris ! Une fois, dans l’encoignure d’une porte cochère, elle sortit ma verge à travers le pardessus, s’accroupit et commença une fellation alors que les gens passaient dans la rue. Seule une femme sembla réaliser ce qu’elle faisait et me regarda troublée, ce qui me fit jouir presque instantanément. Laurence m’engueula gentiment parce que j’avais joui trop vite ! Je lui expliquais la situation et lui montrait la femme qui avait finalement repris sa route. Un peu plus loin, elle se retourna pour nous regarder et Laurence lui fit un beau sourire et un petit signe de la main. La femme repartit d’un pas accéléré, outragée ou excitée, ou les deux, c’est possible. On ne le saura jamais !

Chez Laurence il y avait souvent des copines et des copains, les siens et les miens. Ça baisouillait souvent dans tous les coins. Il y avait la pilule et pas de Sida ! « Nous étions jeunes et larges d’épaules, bandits joyeux, insolents et drôles… » (Bernard Lavilliers)

Ulli était repartie en Allemagne pour quelques temps. Il y avait Evelyne, très belle fille eurasienne d’ascendance cambodgienne, qui avait beaucoup d’humour et de charme. Ce soir là, Evelyne baisait avec un mec dont j’ai oublié le prénom dans la pièce d’à coté et, alors que j’étais encore une fois recru de fatigue, étendu sur le lit. Laurence entreprit, avec Sophie, une copine, de me débraguetter, de sortir ma verge et de me lécher à tour de rôle, puis ensemble.

J’avais déjà eu ce fantasme par le passé, mais pour le coup, alors que toutes les conditions pour le réaliser étaient réunies, mes horaires de boulot comme d’habitude m’avaient flingué. J’étais tellement épuisé que j’arrivais à peine à bander ! Incapable d’assumer mon fantasme. Je dis bien assumer. « Assurer », ça a une notion de contrat qui convient à un harder de films porno ou à un gigolo.

Ça faisait bien rigoler les filles, même si j’ai cru voir une pointe de déception dans le ton de la copine. Sur ces entre-faits, Evelyne nue et son copain à moitié refagoté surgissent,  surprenant le jeu des deux filles. Ils se proposent alors d’y participer. Hélas, pas plus Laurence que l’autre copine n’étaient attirées par ce garçon. Elles m’abandonnent donc au couple en s’enfuyant pour se retrouver entre elles, dans l’autre pièce pour se livrer à des amours saphiques. Evelyne, s’approche et tente avec sa bouche de me stimuler, le copain regardant. En dépit de ma meilleure volonté, je ne me redresse guère. Pourtant cette fille m’attire beaucoup. Plus guidé par mon cerveau, mais la sexualité n’est-elle pas là d’abord, que par mes ressources musculaires, je l’invite alors à s’asseoir, elle, dans le fauteuil (un genre de fauteuil Emmanuelle, ça ne s’invente pas !) et m’agenouille pour lécher son sexe. Evelyne est active et s’offre volontiers.  Je réalise rapidement que je lèche également les traces de leurs ébats précédents, mais ça ne me rebute pas. Son compagnon, debout lui, le sait. Il me regarde faire, en introduisant sa verge dans la bouche d’Evelyne. Je pose une main sur le bas ventre d’Evelyne. Ainsi, je sens sous ma main, sous ma langue et autour de mes doigts de l’autre main tout son corps qui palpite. Et je la contemple faisant une fellation. Cette situation me fait trouver je ne sais où des ressources insoupçonnées. Le spectacle doit être également excitant pour son copain car bien qu’ayant déjà éjaculé peu de temps avant, il prévient et jouit bientôt ostensiblement dans la bouche d’Evelyne qui le garde.

Probablement stimulée par l’orgasme du garçon autant que par mes caresses, Evelyne jouira bientôt sous ma bouche, en enserrant vigoureusement mes doigts avec une force incroyable. Sa jouissance est alors si belle si excitante, son plaisir si entier, si libre, que j’en suis tout bouleversé.

Je ne sais pas si cet épisode apparemment sans sentiment préalable a joué, mais je tombe très sérieusement amoureux d’Evelyne. Ça semble réciproque. Nous ferons souvent l’amour ensemble, là l’expression convient bien, en délirant et en fantasmant. On se raconte des histoires impossibles, extravagantes et passablement scabreuses. Parfois en fumant un « pétard », ce qui dans notre cas, exacerbera les sensations de plaisir. Evelyne aime faire l’amour avec deux garçons et c’est tout à fait incidemment que je lui fais connaître, à elle et à Laurence un très bon copain, plutôt beau garçon, très doux et tendre, Michel, ça ne s’invente pas. Nous ferons l’amour tantôt à trois, tantôt à quatre, sans se préoccuper de qui est qui, tous les coups, si j’ose dire, étant permis. Michel tombera amoureux fou de Laurence et réciproquement.

Nous irons en Bretagne ensemble. Nous frôlerons la mort et les chauffeurs routiers en sens inverse également, Laurence s’étant mis en tête de faire une fellation à Michel qui conduit ! Ils construiront leur vie ensemble. Je perds Evelyne connement, parce que je vais voir ailleurs. En fait, elle se cherche, elle aussi. Quelques temps, peut-être déçue des mecs, elle sort puis vit avec une copine. Puis elle rencontre un type beau comme un dieu, plein de charme et d’humour auprès de qui je trouve que je fais évidement pâle figure. Ils se barrent en Amérique Latine. Plus de nouvelles d’Evelyne, hélas.

En 1977 vient de sortir Le Rapport Hite, une grosse étude sur la sexualité des femmes américaines. Si certaines de mes idées vont être mises à mal, certaines de mes pratiques vont s’en trouver confortées. Je réalise que la sexualité d’une large majorité de gens est pauvre, sinon triste. Car cet ouvrage qui pointe une certaine misère de la sexualité féminine, renvoie en écho la pauvreté caricaturale de la sexualité masculine. Il pointe aussi les tabous qui interdisent l’expression des caresses, des attouchements, et pas seulement dans les rapports sexuels. L’idéologie « Marcel », sueur, soulagement expéditif est encore largement dominante. En ce qui me concerne depuis quelques temps, si je tiens au plaisir de ma compagne, mon orgasme est souvent relativisé.

Ainsi se terminent les années Laurence qui m’ont laissé un souvenir largement ensoleillé, ou tendresse, douceur, plaisir et fête étaient indissociables.

Je connaîtrai ensuite Christiane, relation brève mais intense, voyage en Irlande. Là aussi, délires, exhibitionnisme, photos un peu pornos, et surtout, surtout, amitié profonde qui ne se démentira pas tout au long d’une vie malgré la distance géographique.

Libéré cette fois ci, mais respectueux, parfois même amoureux, je permettrai à quelques copines d’explorer leur face cachée ou leurs secrets enfouis.

Si je n’avais toujours pas les idées claires sur ce qu’est une relation sexuelle « réussie »,  j’avais cependant fait l’apprentissage des pulsions de mon corps. Et surtout j’avais constaté que par un acte que j’adorais, savourer le sexe de ma compagne, j’arrivais pratiquement toujours à l’amener à un plaisir intense.

Pourquoi j’aimais enfouir mon visage et ma bouche dans l’entre jambe ? Je l’ai dit, ce fut instinctif au début… et mal reçu ! Pourtant j’imagine que, presque à l’instar des animaux qui se reniflent le cul et qui sont stimulés ainsi pendant les chaleurs, les  secrétions vaginale ne servent pas qu’à lubrifier le vagin. Je leur trouve un pouvoir érogène, peut-être même une odeur que je sais pas identifier. Très certainement les phéromones probablement qui pratiquement tout le temps m’ont enivré. Bon an mal an, j’étais arrivé à une « pratique » où l’acmé jusqu’à… l’insupportable de l’autre me gratifiait d’un spectacle émouvant allant jusqu’au sublime, d’une belle confiance et… d’un relatif pouvoir. Pour cette raison j’ai toujours aimé cet enthymème : Il n’y a pas de femmes frigides. Ceux (celles ?) qui disent ça sont de mauvaises langues !

Courant 1979 je retrouve Marie. Elle va encore bourlinguer quelques temps. Je vais aller habiter Nanterre. En 1980 naît Solidarnosc en Pologne. Je vais quitter la CGT où je me sens paralysé pour rejoindre la CFDT, qui n’est pas celle d’aujourd’hui. Pourtant en celle période je vois Viviane, la jeune soeur de Dominique avec qui je flirte et qui se prête aux photo avec complaisance, je fréquente aussi Catherine, connue par la militance, plus jeune également mais dont l’assurance « libertine » me désarçonne un pas mal. Avec Catherine je vivrai certains fantasmes très ensoleillés. Je l’entraînerai chez Dominique et sa compagne Sylviane à l’occasion de quelques délires-fêtes. Mais j’ai passé 30 ans et je cherche probablement une certaine « stabilité »

En 1981 Marie et moi vivons ensemble. Nous allons à la bastille flanqués d’un grand drapeau rouge fêter l’élection de Mitterrand. C’est une autre période qui commence loin d’être simple non plus.

***

Je réalise que ce récit est incontestablement pornographique. Et hélas, je n’ai pas le talent d’une Régine Desforges, ni non plus, du moins je l’espère, la froideur clinique d’une Catherine Millet. Je cite deux femmes volontairement, car s’il a longtemps été admis que les hommes pouvaient être pornographes, (on est des hommes quoi !), si une femme se risquait à cet « exercice », c’est qu’elle était inévitablement une « salope » ! On a même dénié pendant un temps la paternité d’Histoire d’O à Pauline de Réage en l’attribuant à Jean Paulhan. Hé ben non !

Ma vie est donc pornographique. Bah, je ne reviendrais pas en arrière.

Si je me suis bien renseigné, le mot pornographe , titre d’une œuvre de Restif de la Bretonne, apparaît en 1769 alors que le mot pornographie n’apparaît en littérature, qu’en 1803 comme un traité sur la prostitution me dit le « Robert » qui, notons le au passage, traduit pornê par prostituée et non par courtisane. L’adjectif pornographique serait lui daté de 1843.

Toujours le même « Robert » (qui est allé donner ce nom aux seins de la femme ?) signale, à propos du mot obscène : qui révolte, offense ouvertement la pudeur ; qui présente un caractère très choquant de crudité (…) et de trivialité (…) ; mais vient alors une singulière remarque : Obscène se dit surtout en parlant des questions (souligné par moi) sexuelles : un récit peut être grossièrement scatologique sans être considéré comme obscène !

Bien difficile de s’y retrouver dans tout ça, car ce qui offensait au XII ème siècle n’est plus l’offense du XXI ème siècle. Et aujourd’hui, ce qui offense à Téhéran, ou à Washington, sera considéré comme anodin à Londres, Paris ou à San Francisco. Le mot qui stigmatisait à l’origine, dans l’Europe du XIX ème siècle, une description crue, explicite, quasi anatomique, du rapport sexuel physique voit aujourd’hui son sens bien élargi, sinon galvaudé.

Les artistes, contemporains ou passés, furent les premières victimes de l’obscurantisme religieux. L’église catholique bientôt surclassée en ce domaine par le protestantisme sous sa forme puritaine, qui tendait à cacher tous les sexes des représentations en peinture, et à castrer au burin jusqu’aux statues de l’Antiquité. Paradoxalement, ces artistes en furent également bénéficiaires. Comme tout était caché, dissimulé, interdit, nombre d’entre eux qui avaient un talent réaliste, peintres ou sculpteurs, ont vu leurs carnets de commandes privées exploser, car si certains détracteurs s’affirmaient officiellement offensés, beaucoup, souvent les mêmes, s’empressaient de posséder qui une toile, qui une sculpture qu’ils qualifiaient alors de « sensuelle ».

Déjà on voyait poindre d’une certaine façon, la discrimination de classe. Au riche bourgeois le tableau « érotique », au pauvre, le « graffiti vulgaire et scabreux ».

A ce propos, je serai tenté de prétendre sans beaucoup de risque de me tromper que l’essentiel des peintres, dessinateurs, sculpteurs, poètes et artistes de tout poil (!), furent dans leur écrasante majorité des pornographes.

Malgré les progrès techniques dans l’édition et la diffusion, la frustration d’aujourd’hui n’est que la cousine pas si lointaine du siècle passé. Le besoin d’imaginer ce qui était en permanence caché, grâce au livre et à la gravure, a été supplanté par la vue « hyperréaliste » de la photo et de la vidéo. On peut imaginer que si la masturbation masculine a gagné en facilité, l’imagination et donc l’intensité ont perdu beaucoup. Car si le sexe masculin est bien extérieur et apparent, le sexe féminin restait (et reste encore souvent) un mystère pour l’essentiel des hommes. L’affichage du clitoris par les féministes est une expression très vingt et unième siècle.

Ô Clitoris, rubis mystérieux qui bouge, Luisant comme un bijou sur le torse d’un dieu. Pierre Louÿs (1870-1925)

Rappelons nous que le plaisir féminin a été ignoré, sinon nié, jusqu’à une époque très récente. Je pense incidemment à cette citation qu’on prête à Galien de Bergame : Post coïtum animal triste est sive gallus et mulier. La citation est souvent troquée pour ne retenir que la première partie Effectivement Galien s’autorise à penser que la femme est heureuse que l’homme l’ai « honorée » comme le coq avec les poules. Le parallèle est saisissant !

J’apprendrai plus tard que jamais dans ses écrits, jamais, il ne mentionne de femmes, il a un rejet de l’homosexualité et considère que les plaisirs sexuels détournent les hommes de leurs objectifs supérieurs !

Heureusement j’ai vingt et un ans quand le mouvement des femmes des années 1970 aux USA, en Europe, et précisément en France va fait vaciller bien des certitudes et des arrogances.

L’amour, comme on appelle communément le coït, se faisait et se fait encore souvent vite fait, mal fait, fréquemment dans le noir, à peine déshabillé. La plupart des hommes, une fois leur « coup tiré », se retournent pour dormir ; la plupart des femmes le subissent comme leur « devoir conjugal ». Qui se traduisait alors bien souvent par des grossesses, la plupart du temps non désirées. Sans compter que « la pudeur et les bonnes mœurs » se traduisaient par un manque d’hygiène favorisant nombre d’infections qui faisaient de l’acte sexuel pour certaines, un quasi supplice. Jadis déjà il fallait cacher ce sein qu’on ne saurait voir, alors ne parlons pas du reste !

C’est donc pure logique si ce qu’on appelle pornographie a été développé par des hommes, pour des hommes, où la femme, dans le meilleur des cas faisait de la figuration « passive », et où la plupart du temps, elle était l’exutoire, l’objet d’assouvissement des fantasmes masculins. J’aborde là ce que je trouve vraiment choquant dans ce qu’on appelle aujourd’hui pornographie : l’inexistence de l’être humain, de la personne « femme », ce n’est qu’un corps-objet doté de plusieurs orifices, soumis, esclave malléable à la fantaisie du, ou des mâles. Il faut peut-être y voir également une des raisons du grand succès en France des romans, essais, photos ou films, dits pornos, écrits par des femmes, de Pauline de Réage à Catherine Millet en passant par Régine Desforges, Catherine Breillat ou Virginie Despentes. Enfin les hommes se rassuraient, ou se confortaient ! Il existe bien des « salopes » comme dans les fantasmes qu’ils utilisent pour se masturber et assouvir leurs pulsions ! Ceci dit sans porter jugement sur la qualité littéraire de ces ouvrages, qui va, comme il se doit, du meilleur au pire. Convenons que certaines de ces œuvres sont très souvent mornes, voir tristes à pleurer, et qu’elles semblent fréquemment guidées par l’opportunisme ou le coup commercial lucratif. Les meilleurs dépeignent une réalité tout autre : Oui, les femmes ont également des désirs, des fantasmes, comme les hommes, même si, souvent, ce ne sont pas tout à fait les mêmes. Et elles veulent pouvoir les assumer sans aucune culpabilité, opprobre, ni discrimination. Mais elles rappellent souvent que si nombre d’entre elles aiment également les jeux érotiques, la vraie violence ne les fait pas bander. Le viol fut et reste un crime.

Aujourd’hui la sexualité, grâce au mouvement des femmes, malgré le retour des obscurantismes religieux, hélas bien épaulés par le Sida, a en partie fait exploser les carcans normatifs. L’hétérosexualité, si elle reste très largement majoritaire, n’est plus la règle, le couple n’est plus nécessairement la famille, et la famille n’est plus nécessairement un couple hétéro. Les amitiés amoureuses permettent d’explorer d’autres types de relations, y inclus physiques.

Le mot « pornographie » continue cependant d’exercer son pouvoir de répulsion/ réprobation magique.

Il est utilisé à toutes les sauces, si j’ose dire : « pornographie mémorielle », « pornographie sociale », etc.

Expressions dont les auteurs seraient bien en mal de nous donner le sens, mais qui tendent à faire de ce mot l’anathème absolu.

ça me chagrine, car je me sens pornographe comme Brassens (pas du phonographe, hélas, je n’ai pas son talent), et je ne veux pas avoir à en rougir. Car, oui, je parle à la première personne. Je ne fais pas un discours désincarné, j’assume. J’ai lu avec curiosité et plaisir certains « bons » écrits pornographiques, j’adore « l’Origine du Monde » de Courbet, mais pas comme ces esthètes, unanimes à encenser aujourd’hui ce qu’ils brûlaient hier. Moi, adolescent, cette vulve m’a vraiment fait découvrir l’origine du monde !

En revanche, une photo dite porno, ne peut m’émouvoir que si je peux imaginer le scénario, l’histoire avant et après. Je ne suis pas insensible, bien que je ne coure pas après.  En ce sens, un simple dessin ou une BD peut provoquer le même effet. Mais au nom du réalisme, dans le monde où nous vivons, s’il fallait choisir, ne vaut-il pas mieux voir une verge pénétrer un vagin, ce qui est somme toute assez banal depuis que le monde est monde et ne devrait donc pas avoir de caractère tabou, que de voir une baïonnette éventrer un vivant, homme, femme, enfant, ou une bombe pulvériser des corps, ce qui a hélas tendance à devenir aussi très banal.

Je l’ai confessé, je suis ce qu’on appelle « voyeur ». J’aime voir la compagne que je désire, donc que « j’aime » j’insiste,  nue, ouverte et offerte, mais son sexe, son corps n’existent qu’avec son visage, ses yeux et sa bouche ! Je veux pouvoir y lire le partage du désir. J’aime les jeux dits érotiques et lui raconter à l’oreille mes pires délires qui souvent, et c’est tant mieux, trouvent l’écho des siens. Quel regret que certains mots soient si galvaudés et banalisés dans le pire des sens. Je sais plus quel humoriste disait : Il y a bien plus d’enculés que de sodomites. J’aime ses propositions « indécentes » et j’aime essayer des choses différentes. Par ailleurs, j’aime aussi surprendre ce qui, en principe, ne m’était pas destiné.

***

J’ai vu il y a peu, un reportage très intéressant sur Fr3 sur la sexualité des « handicapés », tant moteur que cérébral. C’est un aspect tabou, pratiquement occulté, sauf dans des milieux restreints du porno « trash ». Je suis, probablement, un pornographe un peu standard, et je ne m’étais jamais interrogé  sur la sexualité des handicapés ni, non plus, sur l’influence du handicap sur la perception sexuelle et la construction des fantasmes.

En cherchant sur Net j’ai réalisé qu’il y a très peu d’écrits sur la sexualité et le handicap.

Si quelques handicapés réussissent à avoir une sexualité « équilibrée » (pour ne pas dire « normale », ce qui n’a guère de signification) beaucoup sont plus frustrés que les non-handicapés, et partant, ont proportionnellement plus souvent recours à des relations tarifées quand c’est possible. C’est donc une autre facette de la prostitution.

Une fulgurance tout à coup ! Je crois me souvenir que dans le film Johnny got his gun de Dalton Trumbo, une infirmière se prend de compassion pour l’homme tronc sourd et muet que la science maintient en vie. Outre la persévérance à établir un code de communication avec lui, attendrie, elle le masturbe et l’assouvit. Et là technique photographique de ce film en noir et blanc, les images de jeunesse reviennent en couleur comme au début du film. Ce passage m’a bouleversé.

Je pense à des handicaps comme la cécité ainsi que la surdité et le mutisme qui vont souvent de pair.

Ma (notre ?) représentation sexuelle et surtout fantasmatique, puisque c’est de cela qu’il s’agit, est essentiellement visuelle et sonore. Il est surprenant de noter que, si dans le règne des mammifères, mêmes supérieurs, l’odeur semble le signal sexuel principal et quasi hégémonique, elle semble assez absente dans l’excitation humaine après la rencontre. Il me revient pourtant avoir eu, rien que par la proximité de deux épidermes (au niveau des bras sur un bastingage !), alors que rien n’était dit, ni fait, la sensation qu’une sorte de courant passait. J’ai eu la certitude après que c’était réciproque. La suite le prouva. Que s’est-il passé ? mystère.

Les planches d’anatomie, d’une précision de carte d’état major, d’Internet ne laissent plus guère de place à l’imagination. Elles auront au moins permis à une quantité d’homme de localiser le bouton du clitoris, les petites lèvres, les nymphes c’est bien plus joli, et le méat urinaire, et de comprendre que la fellation pouvait avoir son « pendant » si j’ose dire.

Mais qu’en est-il de la représentation pour un aveugle ? Et s’il est vierge, de surcroît ?

Le contact tactile, les caresses sont des pièces essentielles de notre sexualité et sensualité. On papouille les petits enfants, mais à partir d’un certain âge, souvent les câlins viennent à disparaître. Pourquoi ? L’autocensure, les pesanteurs morales de la société ? La hantise de l’inceste ?

J’adore les chats et j’aime les caresser. N’est-ce pas un aspect de la sensualité ?

Un aveugle connaît donc le contact de ses parents. Je considère à dessein un aveugle ayant une famille, pas un orphelin de père et de mère. Trop c’est trop !

Mais jusqu’où connaît-il le corps de ses parents ? Et comment va-t-il faire l’apprentissage du corps des autres ? J’espère que dans leurs instituts, les cours sont mixtes et qu’ils peuvent se découvrir du bout des doigts. Les odeurs doivent avoir pour eux également une puissance que les voyants ne peuvent soupçonner.

On parle des livres enregistrés. Ecouter un livre policier, je le conçois ; jadis j’écoutais des nouvelles, à la radio dans le noir.

Mais un film porno ? Compte-tenu, en outre, de l’indigence des scénarios, quel intérêt peut bien en tirer un non-voyant.

De façon analogue, autant les mots « indicibles » hurlés, ou chuchotés à l’oreille, peuvent rendre « folle » une personne dotée de l’ouïe et de la parole, autant ils sont absents dans l’univers des sourds et muets. Seraient-ils interdits de simulation, puisque celle-ci est fondamentalement sonore ! Qu’on se rappelle « Quand Harry rencontre Sally ».

On imagine mal un muet prenant sa compagne (ou son compagnon) en levrette et lui dire, en langage des signes, à l’envers, devant un miroir : « Tu la sens ma… » !

Toute cette réflexion m’incite à penser que la représentation sexuelle est bien distincte, même si elle y est liée, de la sexualité. Elle serait purement un produit « culturel » très influencé quelque soit l’époque, par nos méthodes de communication.

Aujourd’hui des humoristes comme Gaspard Proust dans une moindre mesure et surtout Blanche Gardin explosent par l’humour les barrières sur le vocabulaire et les comportements sexuels. Je dois être un peu tordu, mais j’y trouve une analogie avec la démarche d’un Coluche ou d’un Desproges  sur le « politiquement correct ». C’est convenir également que nous ne sommes pas l’abri d’un retour à « l’ordre moral » !

Il se peut qu’un jour des non-voyants et des sourds-et-muets  écrivent sur leur univers sensuel et sexuel. On aura certainement intérêt à y porter attention.

Bon j’arrête ça devient trop sentencieux, donc « casse-couilles ». Sil fallait trouver une conclusion à cet écrit. Je l’emprunte donc à mon père André Calvès qui commit jadis ce petit poème :

Poème sans titre

ou Monologue avec Dieu

Toi, qui, à ce qu’on dit, a créé l’univers,
Tu es un drôle de personnage.
Mais où avais-Tu la tête ?
A quoi as-Tu pensé en créant le soleil,
La vigne, la pomme, la femme et l’homme ?
Quand je vois ces bigots qui viennent hurler
Contre le laxisme et l’immoralité ;
Ils se réclament de Toi, sans vergogne.
Mais Toi, comment les juges-Tu ?
Toi qui a créé l’homme, à ton image
Il paraît, et Tu voudrais qu’il soit sage ?
Quand même, le coup de la verge, c’était bien inventé !
Drôlement complexe, drôlement sophistiqué !
Et la femme ! Canaille ! Là, Tu as pris ton temps
Pour peaufiner dans la glaise cette jolie paire de seins
Qui nous ravissent tant. Et ces hanches rondes,
Et ce mont de Vénus, à la fourrure soyeuse,
Et ces lèvres « Sésame » d’un refuge
Délicieusement humide et chaud.
Pour la reproduction, paraît-il, tout ce tralala ?
Allons, laisse moi sourire ; parce qu’en prime,
Et comme dernière trouvaille, Tu as ajouté le plaisir.
Franchement, ces bigots et grenouilles de bénitier,
Si c’était à refaire, que crois-Tu qu’ils feraient ?
Rien devant, rien derrière, et on f’rait des enfants
De bouche à oreille, ou d’la main à la main.
Regarde comme ils sont tristes, ceux qui parlent en Ton Nom.
Toi qui es un sacré gaillard,
J’irai même jusqu’à croire un tantinet paillard,
Tu aimes rigoler. Regarde les monastères,
Les églises austères qu’ils T’ont édifiés.
Je parierais que Tu n’y es jamais entré,
A supposer que Tu existes, donc que Tu es.

André Calvès

100 PHOTOS contre le projet de réforme des retraites hiver 2019-2020

Les réformes des retraites en France de 1967 à 2013 – Manifestation janvier 2020 – crédit photo Jeanne Menjoulet licence creative commons CC-BY-ND

Les 100 photographies exposées sur cette page couvrent les principales manifestations, à Paris, marquant le mouvement social de très grande ampleur contre la réforme des retraites, et contre l’instauration d’une “retraite à points” voulue par le président Macron et annoncée à l’automne 2019.

Manifestation du 10 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites à Paris – crédit photo Jeanne Menjoulet licence creative commons CC-BY-ND

Cette photographie du dôme des Invalides et de ballons syndicaux de la manifestation du 5 décembre 2019, vise à illustrer un point de départ. Les invalides marquent en effet une première étape dans l’histoire des retraites. Pour mieux connaître cette histoire, le mieux est sans-doute de visionner le film documentaire suivant, réalisé en 2020, Les retraites, trois siècles d’histoire :

Documentaire de 52 mn
Volet 2 du documentaire, Les retraites, trois siècles d’histoire
Volet 3 du documentaire, Les retraites, trois siècles d’histoire

Poursuivons notre expo photos, avec un cliché illustrant une réponse de manifestant-e à la question du financement des retraites :

Manifestation du 10 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites – “avec 150 milliards de réserve, le soi-disant risque sur le financement des retraites est un mensonge”. Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Cette manifestante pointe l’existence de “150 milliards de réserve”.
Le Fonds de réserve pour les retraites (FRR), créé en 2001, a été institué pour faire face au passage à la retraite des baby-boomers. Son rôle a été repositionné en 2010, pour combler la dette du régime de protection sociale, regroupée dans la Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades).
L’argument principal avancé par le gouvernement pour justifier la réforme était que la démographie rend incontournable une réforme en raison du vieillissement de la population française. Or les sommes mises en réserves servent justement à compenser l’effet du vieillissement de la population, en venant compléter si nécessaire le paiement des pensions. Ces milliards d’euros peuvent également être sollicitées en cas de choc conjoncturel.

Manifestation du 5 décembre 2019 à Paris contre le projet de réforme des retraites – torche d’alerte de cheminot Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Symbole des grèves de cheminots, un symbole qui avait déjà éclairé les grèves de décembre 1995, le fumigène est un peu l’image spectaculaire et incontournable, une torche allumée au fil de toutes les manifestations. Cette torche éclairante, qui met une dizaine de minutes à se consumer, sert en temps “normal” aux cheminots d’alerte pyrotechnique en cas d’accident ou d’incident grave survenu sur une voie SNCF.

RER B en grève. Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Métro RATP en grève. Manifestation du 4 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Les agents de la RATP ont mené la grève la plus longue de leur histoire.
Globalement, et sur le moment, ce mouvement social d’une ampleur inégalée ne peut pas être considéré comme une “victoire” puisque le travail a repris sans que le projet de réforme des retraites ne soit retiré, devant un gouvernement inflexible.

Agents de la RATP contre la réforme des retraites – Manifestation à Paris le 11 janvier 2020 Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

L’épidémie de Covid-19 qui s’est propagée juste après ce mouvement social a semblé soudain plus efficace pour provoquer l’ajournement du projet de réforme des retraites.

“Retraite à points / Point de retraite” – Manifestation à Paris contre le projet de réforme des retraites Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Mais si ce projet de réforme n’est pas remis en route à l’issue de la période de confinement et de déconfinement liée au coronavirus, peut-être pourra-t-on penser que ce mouvement social a été efficace, mais en deux temps, pour décourager le président Macron de relancer son projet.

Manifestation du 16 janvier 2020, agents de la RATP en grève – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

L’avenir dira si ce mouvement a été en fin de compte victorieux, ou en tout cas, qu’il n’a pas été une défaite concernant la défense des retraites par répartition.

Manifestation du 16 janvier 2020, cheminots de la SNCF en grève – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Avec celle de la RATP à Paris, la grève des cheminots de la SNCF (elle aussi historiquement longue) a été l’arme qui a permis de “bloquer le pays”. Cette grève de l’hiver 2019-2020 a été plus longue que la grève “saute-moutons” de 2018 des cheminots contre le “pacte ferroviaire”. En 2018, ce ne fut pas une victoire.

Cheminots Paris sud-est – Ateliers TGV en grève. Manifestation du 16 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Le 1er janvier 2020 ( en plein mouvement social de défense des retraites), la SNCF est devenue une société anonyme (à capitaux 100% publics pour l’instant) et les futurs salariés ne seront plus embauchés au statut de cheminot.

“Cheminot-e-s en grève. Même Macron Même combat” manifestation du 9 janvier 2020 à Paris contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Manifestation du 4 janvier 2020 à Paris contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Mais le mouvement social contre la réforme des retraites ne se limitait pas à la grève historiquement longue et massive des cheminots de la SNCF ou de la RATP. Les enseignants étaient aussi extrêmement nombreux dans les manifestations…
Et ils n’étaient pas les seuls à pointer sur leurs pancartes BlackRock et l’influence délétère de ces “gestionnaires d’actifs” sur les retraites par répartition.

Manifestation du 11 janvier 2020 à Paris contre le projet de réforme des retraites. “BlackRock : un point vraiment noir, pas du tout Rock’n Roll – nos pensions l’intéressent”. Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

BlackRock, le plus gros “gestionnaire d’actifs” du monde depuis vingt-cinq ans, était aussi ciblé par ce mouvement social qui visait à préserver les retraites par répartition.

le BlackRock Bloc d’Attac  – Manifestation du 16 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

La réforme des retraites annoncée allait entraîner une forte diminution du montant des retraites par répartition. Cette baisse était vouée à inciter ceux qui en ont les moyens (et seulement eux) à investir en “actifs financiers” pour conserver un niveau de retraite confortable (mais avec un risque inhérent aux marchés financiers).

Manifestation du 4 janvier 2020 à Paris contre la réforme des retraites. Jean-François Cirelli et BlackRock se font décorer pendant que les Gilets Jaunes se font “défoncer.” Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Ce manifestant rappelle la violence exercée précédemment à l’encontre des gilets jaunes durant le long mouvement social de l’année 2018-2019. Il fait un parallèle avec la légion d’honneur du président de BlackRock, Jean-François Cirelli.
Chevalier de la Légion d’honneur depuis 2006, M. Cirelli a été promu officier de la Légion d’honneur, sur le contingent du Premier ministre, Edouard Philippe, alors même que le conflit social contre le projet de réformes des retraites paralysait le pays, 

Manifestation contre le projet de réforme des retraites, 4 janvier 2020 – A propos de la légion d’honneur remise au patron de Black Rock – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Black Rock, notamment grâce à des rapports adressés au gouvernement français a réussi, en influençant la rédaction de la loi PACTE en 2018, à faire en sorte que “l’épargne des français” soit orientée par l’Etat vers “les actifs financiers” (et donc aussi les fonds gérés par BlackRock).

“BlackRock – Macron roi des riches” Militant CGT 77 Manifestation contre le projet de réforme des retraites, 9 janvier 2020 Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Comme s’en félicitait Black Rock sur son site en 2019, “la loi PACTE permet à l’épargnant de bénéficier d’un allègement fiscal pour les cotisations versées en réduisant sa base imposable sur le revenu, d’accéder à son capital avant la retraite dans certains cas prédéfinis, d’opter librement pour une sortie en rente ou un retrait du capital ou une combinaison de ceux-ci lors du départ en retraite, de transférer son patrimoine à une entité plus concurrentielle sans frais de transfert après 5 ans, et de bénéficier automatiquement de solutions d’investissement efficaces comme la gestion pilotée pendant toute la phase d’accumulation“. https://www.blackrock.com/corporate/literature/whitepaper/viewpoint-loi-pacte-le-bon-plan-retraite-juin-2019.pdf

Manifestation parisienne du 24 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites, 51e jour du mouvement. Banderole (cortège Attac) pointant le rôle du gestionnaire d’actifs Amundi – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

De Amundi à Blackrock, les gestionnaires d’actifs sont intéressés par le développement de la capitalisation en France. Mais comme le souligne l’organisation ATTAC, ils sont loin d’être les seuls : “les assureurs et autres filiales de banques qui proposent des produits d’épargne-retraite le sont tout autant, et sans doute plus directement. Les mécanismes de retraite par capitalisation peuvent être collectifs (dispositifs d’entreprise) ou individuels. Les banques et assurances qui proposent ces produits peuvent ensuite gérer elles-mêmes cette épargne sur les marchés financiers et/ou en confier tout ou partie à des gestionnaires d’actifs. Ces derniers sont alors rémunérés sur la base d’un pourcentage des fonds gérés et/ou en fonction des résultats obtenus.
https://france.attac.org/nos-publications/notes-et-rapports/article/note-axa-ag2r-amundi-blackrock-qui-seront-les-grands-gagnants-du-developpement

Manifestation du 10 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites (animation réalisée par des militants d’Attac : “Bernard paie tes cotis !”) – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Bernard Arnault, patron de LVMH, apostrophé ici par Attac, ne commet pas de grande “fraude” aux cotisations sociales, au sens légal. Il bénéficie simplement de la politique menée par le gouvernement, qui se traduit pas des baisses de cotisations sociales très importantes. En 2019, les entreprises ont bénéficié de 40 milliards d’euros, versés au titre du « crédit d’impôt compétitivité emploi » et d’allègement de cotisations. Ces “allègements de charges” impactent bien-sûr le financement de l’ensemble des protections sociales et des services publics menacés de s’effondrer, faute de financements. Le lien entre ces allègement de cotisations sociales et la réforme des retraites est donc une question fondamentale soulevée par ces manifestants.

Manifestation du 10 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Le 10 décembre 2018, un an très exactement avant cette manifestation du 10 décembre 2019, Emmanuel Macron avait annoncé l’abandon de la hausse de la CSG sur les retraites, pour les pensions de moins de 2000 euros, et une hausse de 100 euros du Smic , après plus de trois semaines du mouvement des gilets jaunes. C’est en fait non pas le Smic mais la prime d’activité accordée aux bas salaires qui allait augmenter (“plutôt que de faire financer les hausses de salaires par les entreprises, il fait payer les contribuables” écrivait Attac. Mais en même temps, le Sénat votait, sur demande du gouvernement, l’allègement de l’« exit tax », un impôt instauré en 2011 pour lutter contre l’exil fiscal .

A propos de Bernard Arnault – Une affiche du film de François Ruffin, à Paris, en mars 2016 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Bernard Arnault dominait le classement Forbes 2019 des plus grandes fortunes. Après une année 2018 encore exceptionnelle pour le secteur du luxe, son groupe LVMH a “explosé les compteurs”. Sa fortune était estimée en 2019 à 66,9 milliards d’euros. Bernard Arnault est le quatrième homme le plus riche du monde. selon Forbes , il est seulement devancé par Warren Buffett (84 milliards de dollars), Bill Gates (90 milliards de dollars) et Jeff Bezos (amazon).

Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites, à Paris, place de la Bastille – “Patron paie tes cotisations” – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Mais si les mesures d’allègement de charges et de cotisations sociales bénéficient à M. Arnault et ses comparses, cela ne les empêche pas d’utiliser par ailleurs tous les moyens mis à leur disposition pour être des champions de “l’évasion fiscale”.

Manifestation du 11 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites à Paris. “Pas d’argent pour les retraites ? Fraude fiscale : 80 à 100 milliards par an. Arrête tes salades Macron” – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Tout cela a été abordé dans des documentaires touchant un large public, comme celui-ci en 2018 :

“Bernard Arnault, l’art de payer moins d’impôts”, une enquête de Stenka Quillet diffusée dans “Pièces à conviction” le 28 mars 2018.

Et cet art de payer moins d’impôts (voire aucun) n’est pas nouveau. Ce petit reportage de 1997, montre l’exemple de François Pinault, qui ne payait pas d’ISF, en toute légalité, et alors que cette forme d’évasion fiscale était dénoncée, notamment par le syndicat des impôts, le SNUI, et sa secrétaire générale, Chantal Aumeran :

François Pinault ne payait pas l’ISF (1997)

Peut-on réduire la conception de l’intérêt général à l’addition de certains intérêts privés puissants ?

Manifestation du 5 décembre 2019 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

“Pour que la finance finance les retraites”. En ce mois de décembre 2019, les manifestations se poursuivaient après la nuit tombée…
Malgré la productivité des salariés français, le partage de la valeur ajoutée est de plus en plus favorable au capital par rapport au travail. Il y a donc de la marge pour que les revenus financiers, largement favorisés par E. Macron (flat tax et la suppression de l’ISF) soient aussi taxés pour financer notre système social.

Pour que la finance finance les retraites” – Manifestation du 5 décembre 2019 à Paris

La présence des enfants dans les manifestations défendant les retraites ? C’est une façon de rappeler que ce sont aussi eux qui sont concernés, et d’ailleurs pas seulement ceux qui atteindront la soixantaine.

Manifestation du 4 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites “Nous voulons garder une société solidaire entre les générations, entre les classes sociales, prenons l’argent là où il y en a le plus” – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Pour toute une jeunesse, l’approche de la vie professionnelle et de la vie tout court, ne seront pas les mêmes si elle ne peut compter sur des revenus quand elle n’aura plus de travail, quand elle sera a la retraite. Si la population française épargne autant, sans dépenser une part importante de ses revenus (quand elle en a de suffisants), c’est parce qu’elle n’a pas confiance en l’avenir, notamment en raison des menaces de “réformes” pesant sur les retraites. C’est donc la vie d’aujourd’hui (et l’économie d’aujourd’hui) qui est menacée par un projet concernant nos vieux jours.

Manifestation du 11 janvier 2020 – “Ma pancarte est toute pourrie, ma retraite le sera aussi”- Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

“Dis Papi, c’était comment la retraite ?”
“Je veux que mes parents soient à la retraite plus tôt pour profiter de la vie.”

Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – “Bonnet d’âne pour Macron” – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Avoir la liberté de faire ce que l’on veut de son temps, de “profiter de la vie”, au lieu d’être contraint par un travail sous autorité hiérarchique jusqu’à la fin de ses jours. C’est aussi cette question de la liberté que pose aussi la lutte pour la défense des retraites.

Manifestation du samedi 11 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

L’image d’une canne, au-delà d’un clin d’oeil à Barack Obama pour illustrer le travail jusqu’à 67 ans (voire au-delà), n’est donc pas qu’un jeu de mots. L’espérance de vie en bonne santé en 2019 est de 64 ans, et ne s’est plus allongée depuis quelques années.

Manifestation du 10 décembre à Paris contre le projet de réforme des retraites “la retraite avant l’arthrite” – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Travailler au-delà signifie donc dans nombre de cas, le faire avec fatigue ou handicap ou même ne plus le pouvoir pour des raisons de santé. Et pour ceux qui bénéficient d’une espérance de vie en bonne santé au-dessus de la moyenne, la probabilité de chômage est grande.

Manifestation du 24 septembre 2019 – A 60 ans, la retraite, pas le chômage – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Couplé avec le montant de la retraite, l’âge de départ retardé de deux ou trois ans par la réforme combattue (sans que le système à points ne permette de savoir précisément à quel âge chacun partirait) est évidemment la question essentielle.

Manifestation du 11 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – un cortège enseignants “Cylia, 64 ans, prof fatiguée” – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Pour nombre de profs (et pour beaucoup d’autres salarié-e-s) , l’âge de départ à la retraite est déjà de 67 ans, en raison de la nécessité d’avoir travaillé 42 ou 43 annuités et alors que le démarrage dans la vie professionnel se situe en moyenne autour de 25 ans (en raison de la durée des études et de la difficulté à trouver un “vrai’ premier emploi). Le projet de retraites à points ne pouvait qu’allonger cet âge de départ de 67 ans actuel.

Manifestation du 11 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites -“L’espérance de vie en bonne santé bientôt rattrapée par l’espérance de vie au travail” – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Selon les dernières statistiques disponibles en 2020, l’espérance de vie en bonne santé en France est de 64,1 ans chez les femmes et 62,7 chez les hommes dans notre pays,

Un âge qui coïncide étrangement avec “l’âge pivot” du projet de réforme des retraites… Une retraite à laquelle ne pourraient alors avoir droit que des personnes majoritairement en mauvaise santé.

Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Militant de onestla.tech Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Ce militant de onestla.tech brandit lui-aussi une pancarte BlackRock. Onestla.tech est un collectif de travailleurs du monde de la tech et du numérique dont le site a été créé lors de ce mouvement social. Leur manifeste s’adresse aux concepteurs du numérique pour qu’ils se mobilisent contre la réforme des retraites, mais aussi, plus globalement, pour qu’ils se structurent politiquement pour faire entendre une voix différente sur l’automatisation et l’informatisation du travail.

Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – militant-e-s de onestla.techCrédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

On peut remarquer qu’en matière d’automatisation, Blackrock est une puissance mondiale grâce à son logiciel Alladin, comme le montrait bien le documentaire diffusé par Arte et réalisé par
Tom Ockers .

“BlackRock UBER Alerte générale” Manifestation du 9 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

La précarité était aussi au cœur du mouvement social de défense des retraites. Une question qui va de paire avec la question des retraites, et sur laquelle se regroupaient les manifestants les plus jeunes.

“Jeunes déjà précaires, vieux toujours précaires Au profit des actionnaires. Non à un avenir galère “- Manifestation du 11 janvier 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
“Les jeunes en grève contre la précarité” – Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
La précarité tue. Manifestation du 10 décembre 2019 à Paris contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Etudiants de Paris 7 contre la précarité – Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
“Lycéens en grève” – Manifestation du 16 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

On ne peut pas dire que les lycéens étaient massivement mobilisés, au cours de ces manifestations de décembre-janvier 2019-2020. Les enseignants l’étaient beaucoup plus. Et le ministre Jean-Michel Blanquer était apostrophé sur presque toutes leurs pancartes.

Manifestation contre le projet de “réforme” des retraites. 6 février 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
“Sous Macron on a vu brûler Notre Dame, on ne veut pas voir brûler nos retraites. Instits indignés”. Manifestation du 16 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Appréciations des enseignants A lire. Manifestation du 24 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Prof en colère. Manifestation du 11 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Jean-Michel Blanquer “Tout va bien” – une pancarte de la manifestation du 6 février 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

“Education nationale. C’est un peu comme à l’hôpital”.

Les professionnels de la santé et le personnel soignant des hôpitaux étaient aussi mobilisés en décembre-janvier 2019 -2020 pour la défense des retraites.

Soignantes lors de la manifestation du 17 décembre 2019 contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Avec leurs masques (qui n’avaient pas la même connotation avant l’épidémie du covid-19), les soignants alertaient une fois de plus sur les conséquences de la politique menée à l’encontre de l’hôpital public

Manifestation du 24 janvier 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Manifestation du 5 décembre 2019 pour la défense des retraites– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Ces pancartes font bien-sûr allusion aux violences exercées par les CRS à l’encontre des manifestants, notamment tous les “gilets jaunes” éborgnés par des tires de LBD/flash-balls lors de leur mouvement l’année précédente. Les lanceurs de balles de défense (LBD) projettent des balles semi-rigides de calibre 40 mm. Selon le site desarmons.net, en 20 ans, l’Etat français a rendu borgne 65 personnes, dont 29 en une année. Le LBD a succédé au Flash-Ball superpro® du fabricant français Verney-Carron.
Les grenades de désencerclement (DMP) ont aussi éborgné des manifestants. Les grenades assourdissantes sont une autre arme fréquemment utilisées par la police dans les manifestations.

Grenade assourdissante dégoupillée, sur le trottoir durant la manifestation du 1er mai 2017 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
“Castaner Gaztamère démission” Manifestation défense des retraites. 6 février 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Les pancartes dénonçant la violence des forces de l’ordre était très nombreuses. Ce manifestant pointe le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, qui était déjà à ce poste lors du mouvement des Gilets jaunes.

Radio France – Défense de l’audiovisuel public – Manifestation du 24 janvier 2020 pour la défense des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Le grand mouvement social de défense des retraites de 2019-2020 a eu lieu alors qu’une grève à Radio France s’était prolongée pendant une durée inédite, avec très peu de programmes diffusés sur les antennes et beaucoup de musique à la place (et toujours les mêmes playlists). La CFDT, le SNJ, l’UNSA et SUD avaient rejoint la grève à radio-France pour les journées de temps forts.

Les salariés s’opposaient au plan conçu par la patronne du groupe public, Sibyle Veil, qui visait à supprimer 299 postes sur un total de 4 400, et à en recréer 76 pour développer le numérique. Etaient menacés : un tiers du chœur de Radio France et des salariés de FIP, des dizaines de postes à la documentation, à l’informatique, des postes de réalisateurs et de technicien et des emplois à l’accueil et à l’entretien du bâtiment… Près d’un mois après son lancement, le mouvement perdurait face à une direction sourde à cette défense des emplois et de l’audiovisuel public.

Radio France – Défense de l’audiovisuel public – Manifestation du 16 janvier 2020 pou la défense des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Cette grève exceptionnellement longue de deux mois à la Maison de la radio a été suspendue le 3 février 2020. Les négociations ainsi qu’un nouveau préavis de grève annoncé en mars 2020 ont finalement été interrompues pour cause de coronavirus…

Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Quelques rémunérations de dirigeants d’entreprises publiques ou majoritairement détenues par l’Etat sont pointées sur cette photo par une manifestante.
– L’Etat détient 23,64% d’Engie,   la PDG d’alors, Isabelle Kocher a été évincée fin février 2020, ses indemnités de départ étaient évaluées à 3,5 millions d’euros.
– Le président Macron a choisi Jean-Pierre Farandou pour succéder à Guillaume Pepy à la tête de la SNCF au 1er janvier 2020, avec une rémunération de 450 000 euros brut par an, le plafond pour les patrons d’entreprises publique.
– Arrivée en 2017 à la tête de la RATP, à la suite d’Elisabeth Borne entrée au gouvernement, Catherine Guillouard a été reconduite en 2019 pour cinq ans. A cette occasion, l’Etat a augmenté de 50 000 euros son salaire fixe annuel, passé de 300 000 à 350 000 euros. En y ajoutant la rémunération variable d’un montant de 100 000 € maximum (liée à la performance de l’entreprise), le total passe de 400 000 à 450 000 euros – le plafond —, soit 12,5 % de hausse.

Manifestation du 4 janvier 2020 – Opéra Bastille “Défendons nos retraites, bloquons Macron” – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
retraite à 52 ans des forces de l’ordre, manifestation défense des retraites du 17 décembre 2019 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Les policiers peuvent bénéficier d’un départ anticipé à la retraite, à partir de 52 ans. Ce régime spécial était menacé comme l’ensemble des retraites par le projet de réforme des retraites de novembre 2019. Mais une “grogne” des policiers avait suffit à faire reculer le gouvernement. Dès le 12 décembre 2019, les trois syndicats majoritaires de la police avaient salué des « avancées » dans le sens d’un maintien du régime spécial de retraites pour tous les policiers après une réunion place Beauvau. Alliance, Unsa et Unité SGP-FO suspendaient dès lors leur contestation.

Le pied de la colonne de juillet à Paris occupé par les CRS – Manifestation du 17 décembre 2019 contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

L’espace au pied de la colonne de juillet, place de la Bastille à Paris, un espace symbolique si souvent investi par les manifestants de tout poil, était occupé par les CRS lors de la manifestation du 17 décembre 2019. Les manifestations contre la réforme des retraites de cet hiver 2019-2020 ont régulièrement interrompues, bloquées ou coupées en deux par des barrages de CRS et des tirs de leurs lacrymos.

Plus de retraites, moins de matraques Manifestation du 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

La majorité des pancartes concernant les forces de l’ordre étaient plus axée sur les violences exercées à l’encontre des manifestants, que sur le fait qu’ils avaient obtenu très rapidement le maintien de leur retraite à 52 ans..

Le avocats, conseil national des barreaux – Manifestation du 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Les avocats ont été eux-aussi très présents parmi les manifestants de décembre 2019 et janvier 2020 contre la réformes des retraites.

Ordre des avocats, Barreau Val-de-Marne – Manifestation du 9 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Les questions relatives à la santé et au service public étaient aussi très présentes dans les manifestations.

“Usager de la santé” – manifestation du 24 janvier 2020 contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Outre la santé, le climat n’était pas oublié des pancartes durant les manifestations de décembre 2019 et janvier 2020

Pour une planète bien cuite et une retraite à point -Manifestation du 9 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Sauvez le climat, pas le projet Delevoye Manifestation du 16 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Au moment où cette photo a été prise, il était déjà avéré que Jean-Paul Delevoye, le Haut-Commissaire aux retraites, était en conflits d’intérêts. Il avait “oublié” de déclarer ses liens avec le secteur des assureurs (révélation du journal Le Parisien du 8 décembre). Puis d’autres révélations avaient été publiées en cascades dans les médias. Ainsi, JP Delevoye avait été rémunéré en 2018 et 2019 par un institut du secteur des assurances, cumulant ainsi cette rémunération avec celle de membre du gouvernement , la cumulant aussi avec sa retraite de parlementaire pour un total déclaré de 10 135 euros par mois.

Retrait de la réforme Macron-Delevoye – banderole Force ouvrière (FO) Val de Marne – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Puis chaque jour, de nouvelles révélations dans les médias montraient des conflits d’intérêt et/ou des cumuls de fonctions et des rémunérations additionnelles touchées par M. Delevoye. Le 20 décembre, Le Média révélait par exemple que l’association la Chartreuse de Neuville, présidée par Jean-Paul Delevoye, avait obtenu des promesses de financement à hauteur d’un million d’euros de la la part d’AG2R La Mondiale, l’assureur étant intéressé par la future réforme des retraites.

“Retraites à points : Et 1, et 2, et 3 fonctions ! Delevoye Qui seraient les gagnants de cette réforme : Assurances, Education privée, SNCF en concurrence” – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Le secteur de l’assurance complémentaire retraite (la part retraites qui fonctionne déjà par capitalisation et au point) devait bénéficier de la réforme qui allait se traduire par une réduction des pensions de retraite du régime général, et donc par un accroissement du rôle des retraites complémentaires gérées par les assureurs (vases communicants). Jean-Paul Delevoye a démissionné le 16 décembre 2019. Il a été remplacé par le député LREM Laurent Pietraszewski.

Expérience d’une retraitée à propos du point ARRCO AGIRC février 2020 – Manifestation contre le projet de “réforme” des retraites. 6 février 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

L’expérience des retraites complémentaires ARRCO-AGIRC relatée par cette retraitée sur cette photo est intéressante :

“La valeur du point ARRCO-AGIRC de ma retraite n’a pas diminué !!! mais est restée gelée de 2013, à fin 2019 (+1,6%). Soit sur 6,6 ans où l’inflation non revalorisée a été de 6% et la hausse de la CSG de 1,7%, une baisse annuelle de pouvoir d’achat de 7,7%”.

Le « Canard Enchaîné » révélait par ailleurs à la même période qu’un salon de l’Elysée avait été privatisé, une demi-journée entière, pour le fonds d’investissement américain, BlackRock, qui, comme on l’a souligné sur cette page était très concerné par les potentielles opportunités offertes par la réformes du système des retraites en France, Des membres important du gouvernement participaient à cette demi-journée : Muriel Pénicaud, Bruno Le Maire, Elisabeth Borne et Benjamin Griveaux… Tout cela précédé d’un déjeuner à Matignon avec Edouard Philippe.

La macronie est bientôt finie – Manifestation du 5 décembre 2019 à Paris – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

La photographie ci-dessus a été prise lors de la manifestation du 5 décembre 2019 à Paris, boulevard Voltaire, alors que l’immense cortège de manifestants avait été coupé en deux par une intervention des CRS à la hauteur de la place de la République, dès le début de la manifestation. Les organisations syndicales et politiques se retrouvaient d’un côté de la place, à l’arrière, boulevard de Magenta, tandis qu’à l’avant se retrouvaient des milliers de manifestants plus ou moins “isolés”.

“Carré de tête” manifestation défense des retraites – CGT (Philippe Martinez…), FSU, Solidaires (Cécile Gondard-Lalanne…) à Paris bd du Temple – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Un mois et demi auparavant (photo ci-dessus) avait eu lieu une première grande manifestation à Paris contre le projet de réforme des retraites, le 24 septembre 2019, avant le déclenchement de la grève à la RATP et à la SNCF.
D’autres manifestations avaient eu lieu les semaines précédentes (les avocats, les médecins, les pilotes, les infirmières, la RATP ou encore Force Ouvrière (FO)…).

“Carré de tête” manifestation défense des retraites – CGT (Philippe Martinez…), à Paris bd du Temple – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND


Le 24 septembre 2019, l’appel n’était pas encore unitaire, mais c’était une image “classique” de manifestation, le cortège de tête composé de représentants côte à côte des organisations syndicales appelant à manifester (leur banderole étant protégée par un gros service d’ordre) et derrière, tous les manifestants censés marcher par fédérations/métiers, unions locales, syndicats, associations…

Manifestation du 17 décembre 2019 contre la réforme des retraites. Service d’ordre du “carré de tête” intersyndical CGT FSU FO Solidaires en milieu de manifestation – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Or les manifestations suivantes contre le projet de réforme des retraites ne se sont pas déroulées comme cela. Le carré de tête, quand on le voyait, était perdu au milieu de la manifestation. Le fait que la police ait régulièrement coupé les manifestations, en bloquant les cortèges/camions syndicaux, a incité des manifestants (par milliers), qui n’étaient pas accrochés à une banderole, à se faufiler à l’avant du cortège pour pouvoir bouger.

La première grande manifestation, en même temps que les grèves, le jeudi 5 décembre 2019 (pour la défense des retraites).– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

De plus, l’importance de la mobilisation se traduisait par la présence de très nombreux manifestants et grévistes non rattachés à une organisation, de gilets jaunes, etc. et qui ne se sentaient pas obligés de suivre l’ordre des cortèges prévu lors de l’organisation de la manifestation.

Manifestation du 5 décembre 2019 – manifestants marchant devant le cortège de tête – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

On avait déjà assisté à cette occupation non négociée et non organisée de la tête de manifestation lors des mouvements sociaux de ces dernières années (mobilisations contre la loi travail notamment), les autonomes en particulier, et autres black blocks, même peu nombreux, s’étaient souvent imposés en tête, y compris pour des 1er mai, comme en 2017. Ce qui avait prétexté à chaque fois des interventions violentes de la part des CRS et un discours médiatiques ne parlant que des “violences” (des black blocks, et non celles des CRS) .

Graffiti réalisé par des autonomes en tête du cortège du 1er mai 2017 (avant le second tour des élections présidentielles opposant Macron et Le Pen “Entre la reine des racistes et le roi des capitalistes, le dégoût et la révolte”– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Par ailleurs, à partir du moment où la grève de décembre 2019 s’est déclenchée, à la RATP notamment, il était intéressant de voir que c’est ce secteur qui menait la grève la plus dure, alors qu’un syndicat réformiste, l’UNSA-RATP, avait été élu avec autant de voix que la CGT-RATP aux élections professionnelle précédentes et que SUD-RATP avait reculé suite à une scission interne…

Manifestation-retraites du 28 décembre 2019 – RATP cheminots, UNSA – crédit photo Paule Bodilis licence Creative Commons CC-BY-ND

Les élections professionnelles à la RATP en novembre 2018 avaient été marquées par une avancée de l’Unsa qui gagnait la première place (30,19 % de voix) , à un cheveu devant la CGT (30,11 % ), tandis que la CFE-CGC était en 3ème position, suivi de SUD, de FO… Une élection pour la première fois par vote électronique, avec un faible taux de participation, de 45,13 % (contre 65 % en 2014).

Un militant de l’UNSA-RATP – Manifestation du 9 janvier 2020 à Paris contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Des militants de la CGT-RATP – Manifestation du 16 janvier 2020 retraites CGT RATP – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Manifestation retraites du 28 décembre 2019 – RATP cheminots, UNSA – crédit photo Paule Bodilis licence Creative Commons CC-BY-ND
Des militants de SUD-RATP – Manifestation du 9 janvier 2020 à Paris contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

A propos d’élections, ce panneau accroché le long de la manifestation (photo ci-dessous) rappelait avec humour le sens de l’élection présidentielle grâce à laquelle Emmanuel Macron est arrivé au pouvoir en France en 2017.

Le long de la Manifestation du 5 décembre 2019 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Le 7 mai 2017, au 2ème tour des élections présidentielles,  Emmanuel Macron avait été élu devant Marine Le Pen, grâce à un vote barrage contre le Front national.
Et même face au danger de l’élection de Le Pen, le scrutin avait été marqué par une abstention de 25,4 % (un taux important pour un second tour d’élection présidentielle), et par un record de votes blancs ou nuls, à savoir plus de 4 millions.

Paris, 5 décembre 2019 (manifestation pour la défense des retraites). Plus d’un million de manifestants dans toute la France. Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Collectif Interpro du XXème arrondissement de Paris – Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Certains collectifs/AG interpro, comme celui du XXème à Paris, ou comme celle d’Aubervilliers, étaient très actifs.

AG Interpro Aubervilliers – Manifestation du 16 janvier 2020 à Paris contre le projet de réforme des retraites Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

D’autres manifestants, comme ces salariés de Mediapart (photo ci-dessous) montraient leur soutien et leur “solidarité aux cheminot·e·s, enseignant·e·s, personnels de santé, salarié·e·s de l’industrie, avocat·e·s, danseur·e·s, employé·e·s du numérique, chercheur·e·s, et à toutes celles et ceux qui s’impliquent dans cette lutte depuis décembre“, par une journée de grève le 24 janvier 2020 (51ème jour du mouvement général).

Manifestants grévistes de Mediapart, manifestation du 24 janvier 2020 contre le projet Macron de réforme des retraites– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

D’autres catégories de salariés étaient aussi représentées, comme ces salariés d’associations (le nombre de ces salariés n’est pas négligeable, en France), mis en avant ici par une militante de Solidaires :

Les salariés d’associations – Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Des égoutiers (CGT) – Manifestation parisienne du 16 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Le mouvement social contre la réforme des retraites a mis en lumières les conditions de travail de certains métiers, comme les égoutiers. Si la réforme des retraites avait été adoptée, les égoutiers auraient du travailler beaucoup plus longtemps, alors qu’ils meurent plus tôt que la moyenne des travailleurs français. « Dans la merde »« dans le noir » et « le dos plié en deux », ils sont 285 à entretenir les 2.600 kilomètres d’égouts de la ville de Paris. Comme le racontait ce reportage de Reporterre.net, « Nous travaillons là où toutes les eaux usées se déversent de vos toilettes, de vos douches, de vos machines à laver, des toits et des chaussées, raconte Marina, égoutière depuis huit ans. Nous marchons littéralement dans la merde, au milieu des rats et des cafards. »

Un jeune égoutier à Paris, lors de la manifestation du 6 février 2020 contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Ce mouvement social a eu la capacité de rassembler des professions aussi différentes que les égoutiers et le personnel de la comédie française ou celui de l’Opéras de Paris…

“Macron, notre retraite ne sera pas une comédie à la française !” manifestation du 11 janvier 2020 à Paris contre le projet de réforme des retraites, 51e jour du mouvement – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
“Opéra de Paris en grève” manifestation du 11 janvier 2020 à Paris contre le projet de réforme des retraites, 51e jour du mouvement – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Prenez l’humanité en main ! manifestation du 24 septembre 2019 contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Cette militante appelle à soutenir le journal l’humanité par un abonnement. Fondé en 1904 par Jean Jaurès. Proche du PCF, propriété de ses lecteurs et lectrices, de ses ami-e-s et de ses salarié-e-s, l’humanité est, avec La Croix, le seul quotidien papier français “indépendant des puissances d’argent”. Après dix mois de redressement judiciaire, le plan de continuation de L’Humanité a été validé par le tribunal de commerce de Bobigny, le 28 décembre 2019, en plein mouvement social contre la réforme des retraites.

Le PCF, bd St Martin, manifestation du 24 janvier 2020 à Paris contre le projet Macron de réforme des retraites, 51e jour du mouvement – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Les organisations politiques, comme c’est le cas depuis quelques années, se tenaient le long du parcours des manifestations, et leurs militants devaient par ailleurs battre le pavé dans les différents cortèges.

A l’hôpital, la fièvre jaune ne retombe pas – Gilet Jaune et France Insoumise ( Jean-Luc Mélenchon et Adrien Quatennens) – manifestation défense des retraites. 6 février 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Des militants / sympathisants de Lutte ouvrière lors de la manifestation contre le projet de “réforme” des retraites. 6 février 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
“Tous ensemble, faisons-les battre en retraite” banderole NPA, manifestation contre réforme des retraites 17 décembre 2019 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Au départ et à l’arrivée des manifestations, l’occupation des statues en place est souvent photogénique.

Manifestation du 11 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites, des manifestants sur l” Le Triomphe de la République “, à Paris, place de la nation, lieu de départ de la manifestation – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Manifestation du 10 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites, des manifestants sur le lion de Belfort, à Paris, place Denfert rochereau, lieu d’arrivée de la manifestation – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
“Mettre en place un régime égalitaire ne veut pas dire mettre en place un régime équitable, ne soyons pas dupes” – Manifestation parisienne de janvier 2020 contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
“Tous unis contre la réforme des retraites” en français et en arabe . Manifestation du 16 janvier 2020 à Paris contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Manifestation du 17 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites. Fusion Macron-Thatcher – Crédit photo POPH licence Creative Commons CC-BY-ND

Emmanuel Macron, sourd au gigantesque mouvement social de 2019-200, en fusion avec Margaret Thatcher, la dame de fer, inflexible face aux mineurs grévistes anglais en 1984-1985. Thatcher, incarnation de la « révolution conservatrice » et néo-libérale des années 1980, avec Ronald Reagan. 

Manifestation parisienne du 9 janvier 2020 contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Marre de simuler ma retraite, je veux en jouir !!!

Marcel Trillat , la vie d’un journaliste de télevision

A l’heure où j’écris cette page, Marcel Trillat vient d’avoir 80 ans. Retracer sa vie revient à s’introduire dans l’histoire de la télévision, des années 1968 aux années 2000. Marcel Trillat fut journaliste à l’ORTF (« cinq colonnes à la une ») puis à « Antenne 2 » (chef du service société, ou correspondant à l’étranger selon les périodes).

Tournage reportage France Television
Source photo : archives privées Marcel Trillat

Le récit de la vie de Marcel Trillat est aussi celui d’un engagement militant, dans le Parti communiste français pendant 30 ans, puis en dehors, mais en gardant une proximité avec nombre de responsables politiques ou syndicaux, militants et amis. Le récit de la vie de Marcel Trillat revient donc aussi à s’introduire dans l’histoire du PCF, de la CGT, de ses conflits intérieurs, de ses rapports aux journalistes, et aux médias.

En marge du congrès SNJ-CGT à Montreuil en 2017, Philippe Martinez, Marcel Trillat, Catherine Dehaut. Photo © Jeanne Menjoulet licence Creative commons CC-BY

Le pluriel est important quand il est question de médias :

Télévision

Le premier média de Marcel Trillat est la Télévision. Marcel y est entré dès les années 1960. Il a fait ses armes à “Cinq colonnes à la Une”, ses armes aussi face à la censure télévisuelle. Au temps de l’ORTF et du SLI (Service de liaison interministériel), un contrôle était exercé avant diffusion des reportages, et les films qui ne convenaient pas au pouvoir gaulliste étaient écartés, et même détruits physiquement. Marcel Trillat en fait le récit dans le film-entretien, réalisé par Jeanne Menjoulet en 2018. Le 1er mai 1967 à St Nazaire aborde aussi la condition ouvrière et la grève des dockers. Dans notre film-entretien de 2018, une mise en parallèle est faîte entre le 1er mai 1967 à St Nazaire réalisé par Marcel Trillat et Hubert Knapp pour Cinq colonnes, avec Les Prolos, réalisé en 2002 par Marcel Trillat et Maurice Failevic (VLR / Rouge Productions). Un parallèle qui montre la précarisation des ouvriers avec des images filmées en caméra cachée par Julien Trillat, dans les immenses soutes des chantiers de Saint Nazaire.

Marcel Trillat est partie prenante des grèves de 1968 à la télévision, et fera partie de la grande fournée de journalistes grévistes écartés de la télévision après la reprise en main par le pouvoir. Il lui faudra plus de 10 ans pour parvenir à un réel retour au sein de la télévision publique. Marcel Trillat fait le récit de ce mai 1968 à l’ORTF dans le film-entretien, réalisé par Jeanne Menjoulet en 2018.


Suivre le parcours de Marcel Trillat, c’est aussi s’introduire dans les coulisses de la télévision de 1981, alors que Pierre Desgraupes est nommé à la direction de la télévision publique. C’est aussi aborder les progrès et les reculs de la liberté d’information au cours des années 1980 et 1990.

3 juillet 1986 – “L’heure de vérité” – Marcel Trillat / Charles Pasqua (source photo : archives privées Marcel Trillat)

Réalisateur de documentaires

Marcel Trillat a réalisé des films qui font date dans l’histoire du documentaire à caractère social. Notamment durant les périodes où il n’est plus à la télévision. Etranges étrangers, par exemple en 1970,  réalisé avec Fréderic Variot, un documentaire qui montrait sans fard les bidonvilles et taudis d’Aubervilliers et de Saint-Denis, et l’accueil qui était fait aux migrants d’alors, venus du Portugal ou d’Afrique.

Trésor du cinéma militant – Etranges Etrangers – article de Jacques Mandelbaum (source : archives privées Marcel Trillat)

Dans les années 2000-2010, Marcel Trillat réalise également de nombreux documentaires, jusqu’à l’Atlantide – une histoire du communisme , réalisé avec Maurice Failevic en 2010.
Près de 10 ans après la réalisation de “l’Atlantide “, Marcel Trillat sera questionné sur cette histoire, abordée par des communistes et ex-communistes. Comment les communistes regardent-ils leur passé ? dans le film-entretien réalisé en 2019 par Jeanne Menjoulet .

L’histoire du communisme – retour sur l’Atlantide . Réal. 2019 Jeanne Menjoulet

Le monde ouvrier, les licenciements et la précarité qui frappent les prolos seront un thème majeur des documentaires de Marcel Trillat dans les années 2000. les titres des films sont évocateurs : 300 jours de colère, Femmes précaires, Les prolos, Silence dans la vallée.

L’immigration reste aussi au coeur du travail du réalisateur avec Des étrangers dans la ville réalisé en 2012.

source article : archives privées Marcel Trillat

Les radios libres

Les radios libres tiennent une place à part dans le parcours de Marcel Trillat. Il fut un des principaux journalistes de Radio Lorraine Cœur d’Acier à Longwy. Une radio (pirate) créée par la CGT en 1979 pour soutenir au départ une « marche sur Paris » des sidérurgistes en grève et en lutte pour le maintien de leurs emplois. La radio, animée en premier lieu par deux journalistes, encartés communistes mais avant tout journalistes de métier (Marcel Trillat et Jacques Dupont), s’émancipe rapidement de la CGT en ouvrant aussi l’antenne à tous et toutes localement, en permettant ainsi une appropriation et un engouement de toute une population vis-à-vie de « sa » radio. Se pencher sur la vie de Marcel Trillat, c’est donc aussi s’introduire dans l’histoire des radios libres, à la veille de leur légalisation (et phagocytage progressif par les radios commerciales) après 1981. C’est aussi s’interroger sur la liberté et l’indépendance de l’information, et sur la vocation des médias militants. Ont-ils pour objectif de ne donner voix qu’à leurs idées, ou bien ont-ils un vocation de média d’information “objective” ? C’est aussi cela qui est questionné dans le film entretien réalisé en 2019 par Jeanne Menjoulet avec interview de Marcel Trillat, sur l’histoire de Radio Lorraine Coeur d’Acier.



Des guerres structurantes dans le parcours de Marcel Trillat

Les guerres sont très présentes dans la mémoire et le parcours de Marcel Trillat.

17 avril 1991 – article de Marcel Trillat dans Télérama (source : Archives privées MT)

En tant que journaliste, Marcel Trillat dénoncera la façon dont l’information est contrôlée dans la guerre du Golf , lors d’un reportage sur place, ce qui lui fera perdre son poste à Antenne 2 de chef du service société et provoquera sa mutation… à Moscou en tant que correspondant permanent.
Marcel réalisera par ailleurs un documentaire reportage sur la guerre en Tchétchénie.

Marcel Trillat lors du tournage, guerre en Tchétchénie

Mais ce sont deux guerres bien plus anciennes qui ont contribué à la construction morale du jeune Marcel.

La guerre d’Algérie, tout d’abord. Notre film-entretien montre à la fois le rôle de Marcel Trillat qui fut le premier journaliste de télévision à consacrer des reportages commémorant les 20 ans du massacre de Charonne à Paris ou la répression du 17 octobre 1961. Mais notre film s’intéresse aussi à la filiation entre cet engagement de journaliste et l’engagement du jeune Marcel, 20 ans plus tôt. Marcel était alors militant des jeunesses communistes, un engagement très conflictuel vis à vis de son père, agriculteur marqué par une autre guerre, celle de 1914-1918.

Jeunesse d’un journaliste de télévision, au temps de la guerre d’Algérie (Marcel Trillat) – film entretien réalisé par Jeanne Menjoulet en 2018

La guerre de 1939-1945 et la résistance en France joue aussi un rôle symbolique très important dans la construction morale du jeune Marcel.

Dans notre film entretien, nous avons posé des questions à Marcel sur la façon dont il a vécu ses toutes premières années dans la ferme familiale, au-dessus du Vercors. Cet “épisode” de notre film-entretien est donc l’occasion de découvrir, à travers le regard d’un enfant (alimenté par les récits et retrouvailles ultérieurs), quelle fut la résistance à Grenoble, au pied du Vercors, et qui étaient ces résistants.

Histoires de la Résistance : l’enfance de Marcel Trillat au pied du Vercors – film entretien réalisé par Jeanne Menjoulet en 2017

ANNÉES 1970, LA BATAILLE DU DROIT A L’AVORTEMENT

Série photographique de 35 clichés de la grande manifestation du 6 octobre 1979, Marche pour l’avortement et la contraception libres et gratuits et soutien de la loi Veil menacée .

L’auteur de ces photos est Michel Calvès. Un grand merci à lui pour ce partage, et pour la licence ouverte Creative commons : les photos peuvent être librement utilisées sur des articles, blogs et publications en tout genre (licence CC-BY, ce qui signifie que seule la mention du nom du photographe, Michel Calvès est nécessaire pour faire apparaître une de ces photos sur une publication).

6 octobre 1979
Manifestation pour l’avortement libre et gratuit à Paris, 6 octobre 1979

La manifestation du 6 Octobre 1979 fut une mobilisation “historique” : 50. 000 personnes (des femmes très majoritairement) descendirent dans la rue.

Manif pour pérennisation droit à l'avortement 1979
Manifestation pour l’avortement libre et gratuit à Paris, 6 octobre 1979

Le 6 octobre 1979 est la veille du réexamen par le parlement de la loi provisoire décrétée en 1974 sur l’avortement libre. Le mouvement des femmes a appelé à manifester dans les rues pour l’avortement libre et gratuit. La loi Veil sur la légalité de l’avortement (mais non sur sa gratuité) sera publiée au Journal Officiel deux mois plus tard, en décembre 1979.

Manifestation femmes octobre 1979
“Nos luttes changent la vie entière” – Manifestation pour l’avortement libre et gratuit à Paris, 6 octobre 1979

Cette manifestation est organisée à l’appel du mouvement des femmes et du Planning Familial. Un des ses objectifs principaux est donc la pérennisation de la loi Veil, votée cinq ans auparavant par l’assemblée nationale et le sénat à titre provisoire.

5 ans ça suffit - Abrogation pure et simple de la loi de 1920
“5 ans ça suffit – Abrogation pure et simple de la loi de 1920” (écriteau sur la droite)

L’abrogation pure et simple de la loi de 1920 est un des écriteaux visibles de cette manifestation. Pour situer cette loi de 1920, qui marqua une “victoire des pères lapins” en son temps, une bonne lecture rétrospective peut être utile. Cet article, “Histoire de la légalisation de la contraception et de l’avortement en France“, dresse un très bon tableau des enjeux, des rapports de force et de la chronologie de la bataille pour le droit à l’avortement en France.

Avortement et contraception libres et gratuits ?

manif 1979
“Remboursement par la sécurité sociale” (banderole rouge)

Le remboursement par la sécurité sociale de l’IVG réclamé ici en 1979 ne sera introduit qu’en 1982… Un même retard avait été observé pour la contraception.

droit à l'avortement gratuit
Manifestation pour l’avortement et la contraception libres et gratuits à Paris, 6 octobre 1979

Après la loi Neuwirth autorisant la contraception en 1967, il a fallu attendre 7 ans pour qu’une seconde loi , en 1974, permette son remboursement par la Sécurité sociale (et la rende donc accessible à toutes).

L'avortement libre et gratuit
“Remboursement par la sécurité sociale pour l’avortement libre et gratuit”

Manifestation nationale

Politiquement, des militantes de toutes les sensibilités féministes y participent. Géographiquement, des groupes de toute la France rejoignent la manifestation à Paris .

manif femmes octobre 1979 -ni pape ni... c'est aux femmes de décider
“Ni pape ni… c’est aux femmes de décider” (écriteau central)

Le cortège passe à Montparnasse. Au cinéma, le très misogyne “les valseuses” est encore à l’affiche (4 ans après sa sortie…). Les dizaines de milliers de femmes dans la rue marchant “pour le contrôle de notre propre corps” revendiquent une vraie liberté sexuelle . il ne faut pas ou-Blier au passage que les films, la télévision, et la presse. sont encore, en 1979, sous le contrôle des hommes.

manif 1979 pour avortement libre et gratuit
“Avortement, c’est notre doit, pas notre plaisir – Pour le contrôle de notre propre corps”

“Avorter, c’est notre droit, pas notre plaisir”. Le cortège était parti de la place Denfert-Rochereau à 14h30 le 6 octobre 1979 pour se diriger vers la tour Eiffel.

manif pour l'avortement
Manifestation pour l’avortement libre et gratuit à Paris, 6 octobre 1979

Vive les escargots ?

Manif femmes avortement 1979
“Les enfants de l’amour sont les plus beaux – Vive les escargots “

La symbolique de l’escargot a été utilisées de nombreuses fois au cours des mobilisations féministes dans le monde. Des facettes très différentes de ce petit animal ont été mises en avant…

En 1928 par exemple, un gigantesque escargot flanqué de calicots portant ces mots : « La marche du suffrage féminin en Suisse » (obtenu …en 1971 !) est traîné lors d’une manifestation (ce gros retard suisse en matière de droit de vote montre accessoirement à quoi peut conduire une démocratie “directe” fonctionnant par référendum).

Manifestation femmes à Paris, octobre 1979 “Les enfants de l’amour sont les plus beaux – Vive les escargots “

mais à Paris, le 6 octobre 1979 , “vive les escargots” traduit sans doute une aspiration à l’égalité des sexes que symbolisent les escargots qui ne peuvent être victimes de discriminations sexuelles ou de stéréotypes de genre en raison de leur hermaphrodisme… Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que ces pauvres escargots ont été brandis par la droite et l’extrême-droite mobilisées contre le “mariage pour tous” en 2012-2013, les escargots devenant de terrifiants emblèmes d’une soi-disant “théorie du genre”.

La fin d’une décennie de luttes de libération des femmes

La manifestation clôt une décennie qui a vu exploser les luttes (et les conquêtes) des femmes par une démonstration inédite de la vigueur du féminisme.

manif femmes 1979
Nous naissons et renaissons tous les jours

“Nous naissons et renaissons tous les jours”, cet écriteau dans la manifestation pourait être vu comme constructionniste. Peut-être est-ce l’occasion de rappeler que deux courants opposés traverse le féminisme :

  • un courant constructionniste qui se réfère aux écrits de Simone de Beauvoir (“on ne naît pas femmes, on le devient”), et auquel peut être rattaché les féministes “radicales” de l’époque : les différences constatées entre hommes et femmes sont pour une grande part construites par un conditionnement social c’est-à-dire qu’il n’existe pas d’essence féminine ou masculine, mais seulement un sexe biologique n’influant pas, ou très peu, sur la personnalité.
  • La notion opposée est l’essentialisme qui attribut un rôle essentiel du sexe biologique des femmes sur leur personnalité.
Manif avortement 1979
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit

Malheureusement, cette fin de décennie et cette manifestation sont le théâtre d’un hold-up, celui des féministes essentialistes sur le MLF. Un petit groupe de femmes appelé « Psych et Po »
(“Psychanalyse et politique” ) est à la manœuvre…

Manifestation femmes à Paris, octobre 1979
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit

Les militantes de Psych et Po se placent sans l’accord des autres groupes en tête du cortège et arborent cette banderole qui prône l’apartheid :  « L’usine est aux ouvriers, l’utérus est aux femmes, la production du vivant nous appartient ». Les fondements essentialistes de l’approche de Psych et Po ont conduit ce petit groupe à s’opposer complètement aux féministes descendues manifester pour pérenniser la loi sur l’avortement. Au point que Psych et Po se nommera lui-même antiféministe à partir de 1973, défendant comme un enjeu de civilisation la différence des sexes .

Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit

Quelques jours seulement après cette manifestation du 6 octobre 1979, le 18 octobre 1979,  Psych et Po (“Psychanalyse et politique” ) déposent juridiquement le sigle MLF (qui était utilisé jusqu’alors librement) : En secret, à la préfecture de police , trois femmes – Antoinette Fouque, Marie-Claude Grumbach et Sylvina Boissonnas déclarent le nom de «Mouvement de libération des femmes – MLF» comme étant leur propriété, puis le nom MLF est inscrit comme marque commerciale à l’Institut de la propriété industrielle et commerciale. Le “MLF” devient juridiquement la propriété privée de ce petit groupe “essentialiste” qui peut légalement interdire à toutes les autres femmes de s’en réclamer.

Ni à Chirac, ni à Debré, ni au pape….

ni à Chirac, ni à Debré, ni au pape....
ni à Chirac, ni à Debré, ni au pape….

Le même jour que cette très importante manifestation, le pape rendait visite au président Jimmy Carter aux Etats-Unis. Le journal télévisé français plaça cette information papale en 1er dans ses journaux télévisés, avant l’information concernant la manifestation pour le droit à l’avortement en France….

JT du soir du 6 octobre 1979

On remarquera que dans ce journal TV , un petit reportage est consacré à la Marche pour l’avortement et la contraception libres et gratuits et en soutien de la loi Veil menacée. Mais ce reportage est complètement biaisé. Seules deux militantes de Psych et Po (“Psychanalyse et politique” décrites plus haut ) sont interviewées, et leurs réponses rendent complètement incompréhensible la manifestation puisque ces deux femmes de Psych et Po demandent le retrait de la loi (alors que la manifestation visait bien-sûr au contraire à la soutenir et la pérenniser). Le journaliste réalise une autre “interview”… et là encore il s’agit d’une femme qui n’est pas très en faveur du droit à l’avortement ! (et qui n’est bien-sûr pas une manifestante).

Manifestation femmes octobre 1979-0024
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit

Mariez les curés ! La photo ci-dessous prise par Michel Calvès n’est pas audiovisuelle, mais elle donne la vraie voix des manifestantes à travers leurs pancartes (planning familial de St Etienne, Femmes noires de Toulouse, etc).

Vierge Marie…

Manifestation femmes octobre 1979
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit


La mobilisation du 6 octobre 1979 à Paris est une manifestation non mixte (ce sont des organisations de femmes qui ont lancé l’appel)…. mais des hommes (très minoritaires) y participent.

homme à manif femmes droit avortement
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979

Une militante parmi les autres

Marie-Jo Robion
Marie-Jo ROBION

Je rapporte ici les propos de Michel Calvès, l’auteur de ces photographies, au sujet de cette militante (chemise rose) au centre de cette photo ci-dessus :

"Pour la manif, un certain nombre de copines y étaient mais je n'ai pas fait de plans spéciaux sauf pour une camarade : Marie-Jo ROBION, qui était cheminote travaillant au service électrique (SES) à St Cloud, animatrice de la CFDT, je crois même qu'elle était au bureau de l'UPR de Saint Lazare, oppositionnelle à Notat, dans la mouvance animée par Claude Debons. Cette copine, dans le milieu des années 80 a été mutée sur Bordeaux. Comme dans la chanson de Goldman, elle a fait un bébé toute seule. Je ne sais plus si elle a rejoint SUD Rail après 96. Les dernières nouvelles que j'ai eu c'est qu'un cancer l'a terrassée. Ce qui est très dommage, c'est qu'à l'heure où tout traîne sur le Net, je ne trouve aucune trace d'elle. Bien sûr les réseaux sociaux n'existaient pas, mais je me souviens de son activité syndicaliste et féministe (Elle animait un des premiers groupes femmes à la SNCF). Une chouette fille."
Manifestation femmes à Paris, octobre 1979
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979

Marie-Jo Robion est aussi sur la photo ci-dessus.

Quelques autres plans rapprochés de la Manifestation :

Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979
“Femmes de Toulouse, les Violettes vient rouge” – “Liberté s’écrit au féminin – Corrèze”
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979
“Les Hollandaises solidaires”

Une ville qui change

Les photos de manifestations de rue un peu anciennes sont aussi l’occasion d’observer l’évolution d’une ville et de ses bâtiments.

Manifestation femmes à Paris, octobre 1979
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit – “nuestro cuerpo nos pertenece” : “notre corps nous appartient”

Ci-dessus, une vue de la rue de Sèvre, à la hauteur de l’hôpital Necker en ce mois d’octobre 1979. Ci-dessous, 40 ans plus tard, le même tronçon de la rue de Sèvre, où a été construit le nouveau bâtiment de l’hôpital Necker à la place d’anciens bâtiments :

rue de Sèvre / hôpital Necker en mai 2018

A Montparnasse, on observe surtout des changements d’enseignes et de design des bus…

Manifestation femmes octobre 1979
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit

La “Taverne de maître Kanter” a laissé la place à l’Hippopotamus, qui appartient d’ailleurs au même groupe financier (le groupe Flo)…

mai 2018
Manifestation femmes octobre 1979
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979 , avec banderole Maoïste

Autre vue de Montparnasse :

Manif 6 octobre 1979
Notre corps nous appartient – Manifestation pour l’avortement libre et gratuit à Paris, 6 octobre 1979

Au même endroit, le cinéma le Bretagne est toujours là…

mai 2018
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979

Pour finir, quelques vues du cortège :

“Nous voulons des enfant voulus”

Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979
 Manifestation pour le droit à l'avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979

La déposition d’une jeune résistante de 17 ans (1945)

Cette déposition a été écrite en août 1945 par Francine Sébastien, dont la biographie est retranscrite dans une autre page de ce carnet , déposition faite auprès des services américains en France,

Les services américains ont effet versé en 1945 une petite somme à certains résistants (de France ou d’autres pays d’Europe), qui avaient (notamment) aidé des aviateurs américains. Pour cela, il fallait faire une déposition et constituer un dossier. Le montant de ce dédommagement a été ainsi de un peu plus de 2500 euros (en valeurs d’aujourd’hui) pour Francine, et de moins de 5000 euros pour sa mère.

Dans cette déposition, la jeune Francine ( née le 23/02/1926, elle avait 17 ans en 1943) résume (deux ans plus tard) son parcours de jeune résistante avant sa capture par la Gestapo.

Elle a pu être retranscrite sur cette page grâce aux documents que nous a transmis Barbara Wojcik, nièce de l’un des aviateurs ( James Wilschke) cachés/abrités par Francine Sebastien, lycéenne, et sa mère, Jeanne Sebastien, directrice d’école .

Nous remercions Barbara Wojcik de nous avoir transmis ces documents trouvés par elle aux Archives Nationales des Etats-Unis. Ces archives sont aujourd’hui déclassifiées et sont conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland).   Les autres documents relatifs au réseau de résistance MARIE-ODILE ou aux aviateurs sont accessibles ici.


COPY 

  REPORT SENT IN BY Mlle FRANCINE SEBASTIEN                       

7 August 1945

En juin 1943, un avion anglais de type Lancaster  était abattu par un chasseur Allemand, au-dessus d’Ingrandes (Maine & Loire) en revenant de mouiller des mines dans le sud de la france. Deux des aviateurs réussir à sauter en parachute : c’était le sergent F. SCOTT et le sergent A. SHEPPARD. Ils furent cachés pendant quelques jours par de jeunes garçons du pays. Les patrouilles Allemandes devenant fort nombreuses, les jeunes gens vinrent à Nantes chez Madame DELAVIGNE (qui avait déjà caché un officier aviateur Anglais en 1941) en lui demandant où ils pourraient mettre les aviateurs en sécurité. Madame DELAVIGNE qui venait de subir un emprisonnement de plusieurs mois, à la prison allemande de BORDEAUX, alla trouver la famille BARREAUD. Mais la maison de cette famille étant un centre de maquisards, d’agents de renseignements, Madame et Mademoiselle BARREAUD vinrent trouver ma mère en lui demandant si elle voulait bien cacher des aviateurs alliés.

Ma mère ayant accepté, on nous donna les indications pour nous mettre en rapport avec les jeunes gens d’INGRANDES, et les jours suivants, j’attendais la voiture convenue sur une petite place avoisinante. J’emmenais les deux aviateurs dans la maison de ma tante, Mademoiselle BENOISTON. Ils y restèrent trois jours. J’allais chaque jour les ravitailler, Madame BARREAU vint alors nous prévenir que selon ses renseignements il était préférable que les aviateurs quittent Nantes, les recherches Allemandes étant très actives à ce moment. Un de nos camarades, Noël BREDOU vint alors les chercher chez nous et les emmena dans sa propre voiture, à son domicile à GUENROUIT, le lieu n’étant pas encore trop sur, il les ramena à l’Hermitage par CANYBOU chez Monsieur DOLIVET. < erreur de frappe : En 1943 , Louis DOLIVET demeurait à CAMPBON ( 44750 ) et non à CANYBOU> .

                Madame BARREAUD me mit en rapport avec Monsieur COINDEAU (agent de l’Intelligence service) pour que je lui donne les renseignements concernant les aviateurs. Le réseau « MARIE ODILE » fut joint, et Madame BARREAUD décida Monsieur Abel Blary à venir chercher les aviateurs. Ceux-ci furent ramenés à NANTES chez ma mère. Pendant ce temps, les jeunes gens d’Ingrandes me téléphonaient en me faisant comprendre qu’un troisième aviateur Anglais était également caché à CONDE (Maine & Loire) chez un percepteur. Avec mon camarade Noël BREDOUX, je partis alors à CONDE, et après mille difficultés nous réussimes à emmener l’aviateur, le sergent James SPARKES. Arrivés à Nantes, nous l’emmenions d’abord chez Madame CUSSONNEAU, la sœur de Noël BREDOUX. Il y resta une journée, et de là, je l’emmenais avec Noël BREDOUX chez mon camarade JEAN CHAUVIN <erreur de frappe/orthographe du nom, il s’agit de Jean CHANVRIN>. (qui devait plus tard nous dénoncer tous). Là, il resta plusieurs jours, il vint une fois chez ma mère afin de rencontrer les deux autres aviateurs . le départ fut décidé et Monsieur Abel BLARY vint les chercher tous les trois à la maison. Après les avoir conduit tous les trois jusqu’à la voiture, cachée sur une place avoisinante, je leur fis mes adieux.

Monsieur BLARY les emmena à POITIERS, chez « MARIE ODILE » d’où ils parvinrent à gagner l’Espagne.

Page 2

Un peu plus tard, en Juillet 1943, mon camarade Noël BREDOUX vint demander à ma mère et à moi-même si nous voulions cacher des aviateurs Américains tombés en Bretagne. Ayant accepté, il partit les chercher dans sa voiture et nous les ramena le soir. C’était le Lieutenant J. WlLSCHKE et le >ergent Robert 0’NEIL. Madame BARREAUD se sentant déjà surveillée ne put rappeller Monsieur BLARY. Nous devions donc nous arranger par nos propres moyens, Madame BARREAUD nous avertit qu’il était plus prudent de les faire changer de maison et je les conduisis alors, à tour de role, l’un, chez mon amie Madame GUYONVARCH ( qui en 1941 avait dejà caché un aviateur Anglais {A. MacMILLAND} et l1 autre chez Jean CHAUVIN <son nom est écrit CHANVRIN dans d’autres documents des archives américaines>. Il était très difficile de joindre les organisations de résistance car la police Allemande avait fait déjà de nombreux ravages dans nos rangs, mais ma mère et moi-même nous parvinrent enfin à contacter le groupe des Hussards de la Liberté, avec Monsieur VAIRE (inspecteur de Police). Je décidais avec lui du jour ou il pourrait venir chercher les aviateurs. Au jour vonvenu avec Madame GUYONVARCH, qui amena J. WILSCHKE, jfallais chez CHAUVIN où jattendis l’heure convenue avec Monsieur VAIRE, Monsieur VAIRE vint avec Monsieur SAULAIS les prendre, et ils les enmenèrent de là à GUEMENEE PENFAO, chez Madame et Monsieur DUPONT qui les gardèrent plusieurs jours.

Mais pendant le transfert de NANTES à GUEMENEE PENFAO, la voiture où se trouvaient les deux aviateurs, Monsieur VAIRE, Monsieur SAULAIS et je crois Madame WILKINSON ou ALEXANDRE fut arrêtée par la police Allemande. Monsieur VAIRE montrant sa carte d’inspecteur de Police, répondit avec habileté aux gendarmes Allemands, que les doux hommes (les aviateurs) étaient des. réfractaires, des maquisards, et qu’ils les emmenaient à REDON pour les faire arrêter. Les Allemands le crurent et laissèrent partir la voiture.

Mais ils téléphonèrent plus tard à la Kommandantur de REDON qui leur répondant qu’aucun maquisard n’avait eté amené, alors, ils se rendirent compte qu’ils avaient eté joués, et leurs recherches commencèrent alors. Ils réussirent à arrêter Monsieur VAIRE, Monsieur SAULAIS, Madame et Monsieur DUPONT en Septembre.

De notre côté Jean CHAUVIN <ou CHANVRIN ?> qui était un traitre, nous dénonça aux Alle­mands, qui arrêtèrent Madame BARREAUD, son mari, et sa fille, puis Madame GUYONVARCH, Madame CUSSONNEAU, son frère Noël BREDOUX et enfin ma mère et moi-même et Monsieur DOLIVET et Madame DELAVIGNE. L’arrestation fut pour tous le 21 Septembre 1943, sauf pour Noël BREDOUX et moi-même qui n’étant pas à NANTES furent pris plus tard.

  ARESTATIONS :

Madame DELAVIGNE, Monsieur DELAVIGNE,
6, boulevard Amiral Courbet, NANTES
Arrêtés et déportés en Allemagne. Madame DELAVIGNE est rentrée de RAVENSBRUCK mais Monsieur DELAVIGNE est mort en captivité

Monsieur DOLIVET – L’Hermitage, Domyton
Arrêté et apporte-en Allemagne.
N’est pas rentré, est probablement mort. Il laisse sa femme et deux enfants sans grande ressource.

Madame BARREAUD, Monsieur BARREAUD, Jacqueline BARREAUD
5, rue Renan, NANTES
Arrêtés et déportés en Allemagne. Tous rentrés

Noel BREDOUX – à GUENROUET {Loire Inférieure)
Déporté à Buchenwald
Rentré en mauvais état de sante

Claire CUSSONNEAU – NANTES
Arrêtée et libérée après six mois de camp à COMPIEGNE
Mauvais état de santé

Rolande GUYONVARCH – 39 Avenue de la Solidarité, NANTES
Arrêtée et déportée en Allemagne. Rentrée en mauvais état de santé. Impossible de travailler.

Madame DUPONT Monsieur DUPONT Facteur à GUEMEN PENFAO
Arrêtés et déportés en Allemagne. Sont tous les deux rentrés.

Pierre SAULAIS – 11 rue de Belleville, NANTES
Arrêté et évadé pendant le transfert en Allemagne.

Jean VAIRE – 9 Avenue d’lena, NANTES
Arrête et déporté, condamné à mort a PARIS par tribunal de guerre allemand en Février 1944. Est rentré d’Allemagne.

Jeanne SEBASTIEN – 1 Chemin Richeux NANTES
Arrêtée et déportée à RAVENSBRÜCK. Est rentrée en mauvais état de santé

Francine SEBASTIEN – 1 Chemin Richeux NANTES
Arrêtée et déportée. à Paris en Février 1944. Condamnée à mort par tribunal de guerre Allemand. Est rentrée, libérée et sauvée par l’arrivée des troupes alliées à PARIS .

Eugénie BENOISTON – 6, Avenue Desguie du Lou NANTES
Recherchée par la Gestapo. a du se cacher pendant un an à la campagne

Abel BLARY – 120 Avenue Gauthier, Lambersart, Nord
Recherché a du se cacher pendant un an

Jean CHAUVIN  –  Avenue Noury, NANTES
Traître, a dénoncé tous ses camarades. Est condamné aux travaux forcés à perpétuité par Court française.

Francine SEBASTIEN  Chemin Richeux
NANTES, Loire Inf.

Le rapport manuscrit, écrit par Francine Sebastien, est joint au dossier :

Autre document dans le dossier américain, ce questionnaire rempli par Francine Sebastien en 1945 :

QUESTIONNAIRE

19 july 1945.

SEBASTIEN Francine
1, chemin Richeux, NANTES

at Hôtel Rex
rue Gite

Age 19
Student
single

Mother : Mme JEANNE SEBASTIEN

known to Avs <Aviators> : “MIMI”

organ : MARIE ODILE

Avs <Aviators> helped :    Sgt. TROTT   SPG  1448       July 43
Sgt. SHEPHERD  SPG 1447  July 43
JAS SPARKES      SPG 1446    July 43

Reports E&E    Sgt. ROBERT O’NEIL     Aug 43  10 days
267 say 2 days      Lt.  JAS WILSKIE <WILSCHKE>  Aug 43    10 days

Above 2 were USA found at Lorient passed to group du Hussards de la liberté, NANTES

Avs <Aviators> received from Mme. BARREAUD, 5, rue Renan, NANTES

passed on to Mme BLANC, de Poitiers

Mother (JEANNE SEBASTIEN) arrested 21st sept. 43 (denounced by JEAN CHANVRIN traitor) deported RAVENSBRUCK 31st Jan. 44. liberated 18th. Apr. 45  (19 months)

Daughter Francine arrested 13th nov 43, depoerted RAVENSBRUCK 31st Jan. 44. Then braught back to Fresnes 3 Feb. 44 because of helping airmen , for judgment , condemned to death – was going to be shot 18 Aug. 44 – but was saved by Liberation – 17 août 1944 (9 months) – House looted – all taken

Would like to hear from airmen especially SPARKES

Agreed 21 july 45 with office to pay :

Daughter  20,000 frs 
Mother 38,000 frs
The total 58,000 frs has been paid

Declaration filled in.

Seen by Mrs. Carr

Compte-rendu de la visite de Francine Sebastien aux services américains :

Sujet : Visite de Mle Francine SEBASTIEN – 1, chemin Richieux, Nantes (Loire Inf.)
Etudiante
Née le 23 février 1926
Célibataire
Nom de guerre “MIMI”
Membre du groupe MARIE-ODILE

  1. Mle SEBASTIEN, une déportée, est venue nous donner des détails sur son affaire, qui implique également sa mère, Mme Jeanne SEBASTIEN, née le 4 août 1897, vivant à leur adresse à présent.
  2. Les SEBASTIEN ont logé WILSCHKE, (E&E 267) et NEIL (E&E 268) pour 2 ou 3 jours en juillet ou août 1943. les deux hommes ont été amenés chez les SEBASTIEN par M. BREDOUX. Après son séjour là-bas, WILSCHKE a été convoyé par Mle SEBASTIEN chez Mme Rolande GUYONVARCH, 32 avenue de la Solidarité, Nantes, Loire Inf. Mme GUYONVARCH a été arrêtée en même temps que Mme SEBASTIEN, Les deux femmes ont été déportées et sont revenues récemment.
    NEIL a été emmené par Mle SEBASTIEN chez M. Jean CHANVRIN, 16 avenue Noury, Nantes, qui a dénoncés ensuite au moins 30 personnes de la résistance. Il a été arrêté à la Libération et condamné à mort, mais la sentence a récemment été commuée en prison à vie.
  3. Mle SEBASTIEN déclare que Noël BREDOUX de Gouenrouet, Loire-Inf. (le chauffeur qui a conduit les hommes chez ls SEBASTIEN), a été arrêté en même temps qu’elle, déporté, et est revenu récemment. d’autres arrestations liées à celles-ci incluent M et Mme DUPONT, Guemene Penfao, Loire-inf., qui on abrité les hommes <les aviateurs WILSCHKE et NEIL> après les SEBASTIEN. Les DUPONT ont été tous les deux déportés et sont tous les deux revenus.
  4. Mle SEBASTIEN a été arrêtée le 3 novembre 1943, déportée en janvier 1944, elle est revenue en France le 29 février 1944 pour être jugée. Elle a été emprisonnée à Fresnes et son procès était en attente quand la Libération de Paris a eu lieu. Elle a été libérée le 17 août 1944.
    Sa mère a été arrêtée en septembre 1943, déportée en janvier 1944 et rapatriée le 18 avril 1945. Mle SEBASTIEN déclare que les Allemands sont venus en septembre 1943 pour arrêter la famille, mais seule sa mère était à la maison. Son père n’a jamais été arrêté puisqu’il était bien malade et séjournait dans la maison de ses parents. Mle SEBASTIEN est restée à l’écart de sa maison, mais deux mois après l’arrestation de sa mère, ses grand-parents ont commi l’imprudence de l’appeler par un appel longue-distance à PARIS. L’appel a été intercepté et elle a été arrêtée à PARIS en novembre 1943.
  5. Quand Mle SEBASTIEN a appelé encore ce bureau le 24 juillet 1945, on lui a donné un paiement de récompense de 20.000 francs < Un paiement de 20.000 anciens francs de 1945 équivaut environ 2.500 euros en valeur de 2018, si l’on utilise le convertisseur de l’INSEE) >. On lui a dit que sa mère aurait un paiement joint de 38.000 francs < soit moins de 5.000 euros en valeur de 2018, si l’on utilise le convertisseur de l’INSEE) > , du Lieutenant SARANT quand il les appellerait chez elles prochainement.

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

DECLARATIONS, 19 July 1945

SEBASTIEN Francine (HUINI) ?       (DEPORTED        REPATRIATED)
Born 23 février 1926 French Student
1 Chemin Richeux, Nantes, Loire Inf.

Father:  SEBASTIEN, Alphonse
47 
French
public instructor 1, Chemin Richeux, Nantes

Mother: SEBASTIEN, Jeanne
47
French
public instriuctress 1, Chemin Richeux, Nantes

Arrested by the Gestapo in Nov 43, interned in Fresnes. Deported to Germany to the camp of Ravensbruck, then brought back to France for judgement. Condemned to death 20 Feb 1944 by a German war tribunal. Liberated 17 Aug 1944 thanks to the liberation of Paris, the city of my execution. Mr NORDLING, the Swedish consul, can give all the information.

In service of the enemy:   Jean CHAUVIN <erreur orthographe, il s’agit de Jean Chanvrin>, 16 Avenue Noury, Nantes, belonged to our group. Denounced us to the German authorities and is responsible for our arrests.

Activity:

Was charged with hunting, transporting and sheltering the British and American aviators shot down in our region.         

Sheltering of: 

Sergent Alain SHEPPARD 
Sergent Frank TROTT
Sergent James SPARKES        { British M 12 July 43

Sergent Robert O’NEIL
Lt James WILSKIE American 6 Aug 1943

I sheltered the Englishmen for 8 days and the Americans for 5 days.

The Englishment were passed on to Mme BLANC of the Marie-Odile net of Poitiers.
The Americans were passed on to Mr FAIRE of Le Graye, of the HUSSARDS DE LA LIBERTE.
They all reached England safely in 1943.
Desires: I desire to obtain an indemnity for reimbursement for the objects pillaged in our house, linen, clothing, money. Indemnity mounting up to 35.000 frs.

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Lettre de Francine Sebastien du 16 mai 1946

Monsieur le capitaine,

Profitant du voyage à Paris de Monsieur Jean Charles, le secrétaire de notre réseau, je me permets de vous rappeler le cas très intéressant de la famille Airiau, famille de paysans habitant la Limousinière, près e Nantes; qui en septembre 1943, pendant quinze jours, hébergèrent dans leur ferme un aviateur américain (abattu après un raid sur Nantes). Dénoncés par des voisins, la famille entière fut arrêtée par la Gestapo en octobre 1943. Monsieur Airiau fut déporté à Buchenwald, Madame Airiau et sa fille âgée de dix huit ans furent déportées à Ravensbruck.

Lettre de Francine Sebastien du 16 mai 1946 (suite)

pour l’unique motif d’avoir caché cet aviateur.
Ces gens simples, de culture rudimentaire et ne parlant pas un mot d’anglais, ne surent retenir le nom et l’adresse de l’aviateur. Ils l’hébergèrent avec tout leur coeur, d’une façon spontanée.
Monsieur Airiau n’est jamais rentré de Buchenwald et doit hélas être considéré comme mort!
Madame Airiau et sa fille sont revenues, mais toutes deux dans un état de santé très déficient, puisque l’on a du faire à chacune un pneumo-thorax!
Nous vous serions reconnaissants Monsieur le Capitaine, de vouloir bien à nouveau examiner leur cas, avec toute votre bienveillance.

De mon côté, avec Mademoiselle Barreaud, nous avons fait des démarches auprès de l’Aide Alliée à la Résistance française,

Lettre de Francine Sebastien du 16 mai 1946 (fin)

afin d’obtenir une bourse d’études pour aller passer une année dans un collège d’une université Américaine.
Si ce n’est pas trop abuser de votre amabilité, et si vous le savez, vous serait-il possible de nous renseigner sur les conditions de notre départ et de notre séjour aux Etats-unis ?
(nous devons parait-il être assimilées aux boursiers Américains!)
En m’excusant de nouveau de vous importuner, je vous prie de croire, Monsieur le Capitaine, à toute ma gratitude.

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Courrier interne aux services américains : proposition de récompense de grade 4 pour Mle Sebastien :

Le sort d’un pilote americain capturé par les japonais en 1944

Nous retrouvons dans ce petit article écrit par Barbara Wojcik la jeune résistante Francine Sebastien dont la biographie est accessible sur ce carnet, ici.
Et dont il est possible de lire les archives américaines relatives à son parcours et à celui du groupe de résistance Marie-Odile de Nantes, ici.

Mais il s’agit aussi sur cette page du destin du Lieutenant Sage Johnston, lieutenant pilote d’escadron de torpilles capturé par les Japonais en 1944.

En 1945, aux États-Unis, Wilhelmina et William Johnston de Boligee, en Alabama, avaient le cœur brisé par la perte apparente de leur fils bien aimé, le lieutenant de la marine Sage Monnish Johnston, âgé de 23 ans et porté disparu depuis le 14 octobre 1944.
In 1945, Wilhelmina and William Johnston of Boligee, Alabama were heart broken over the apparent loss of their cherished son, Navy Lt. Sage Monnish Johnston, age 23, who had been Missing In Action since October 14, 1944.

USS Hancock (CV-19), December 1944. Photograph Courtesy of the US Naval History & Heritage Command
USS Hancock (CV-19), December 1944. Photograph Courtesy of the US Naval History & Heritage Command

Sage était un pilote d’escadron de torpilles sur l’USS Handcock et fut abattu au-dessus de l’océan Pacifique lors d’une bataille contre les Japonais. William et Wilhelmina décidèrent d’honorer et de commémorer leur fils en établissant une bourse à l’Université de Alabama.
Sage was a torpedo squadron pilot on the USS Handcock and was shot down over the Pacific Ocean during a battle with the Japanese. William and Wilhelmina decided to honor and memorialize their son by establishing a scholarship at the University of Alabama.

University of Alabama – Un bâtiment du campus
Photo licence Creative commons : Lawrence G. Miller

La première bourse a été remise à une jeune française, Francine Sébastien. Elle a voyagé seule en Alabama pour ses études.
The first scholarship was given to a young French woman, Francine Sebastien. She traveled alone to Alabama for her studies.

Francine Sebastien


Ce que ne savait pas la famille Johnston, c’est que Sage Johnston avait survécu après avoir été abattu et avait été capturé par les Japonais en octobre 1944. Il avait été détenu dans le camp de prisonniers de guerre de unafuna au Japon. Les Japonais considéraient Ōfuna comme un camp de transit ou de rétention et n’ont jamais signalé les hommes qui y étaient détenus. La famille Johnston n’a pas appris que son fils avait survécu jusqu’à la fin de la guerre. Le camp n’a été libéré qu’en septembre 1945.
Unknown to his family, Sage Johnston had survived being shot down and had been captured by the Japanese in October of 1944. He was held at the Ōfuna POW camp in Japan. The Japanese considered Ōfuna a transit or holding camp and never reported the men who were being held there.  The Johnston family didn’t receive word that their son had survived until after the war ended. The camp was not liberated until September 1945.

OFUNA, JAPAN 1945-08-30. ENTRANCE TO THE MAIN BUILDING AT THE ALLIED PRISONER OF WAR CAMP . (PHOTOGRAPHER CAPTAIN J. C. GOODCHILD – Public domain)

Sage et Francine se rencontrèrent aux Etats-Unis et se marièrent 3 mois après cette rencontre. Ils eurent 3 fils. Francine est morte en France en l’an 2000.
Sage and Francine met in the United States and were married 3 months after they met. They had 3 sons; she died in France in 2000.

1943, Des RÉSISTANTES qui cachaient des aviateurs américains

Cette page revint sur l’action de deux résistantes/déportées, Jeanne Sébastien et sa fille Francine, dont la biographie est retranscrite dans une autre page de ce carnet.

Francine Johnston, née Sebastien

Cette page a pu être alimentée grâce aux documents que nous a transmis Barbara Wojcik, nièce de l’un des aviateurs cachés/abrités par Mme. Jeanne Sebastien (et sa fille Francine, lycéenne, qui l’aidait en convoyant les aviateurs américains) . Cet aviateur, le Lieutenant James Wilschke, fut abrité par Jeanne et Francine Sébastien en 1943.

Le lieutenant James Wilschke était bombardier dans une “Forteresse Volante” B17. Sa nièce, Barbara Wojcik, ayant effectué des recherches sur sa remarquable évasion après que son avion ait été abattu en mai 1943, disposait de documents relatifs à son séjour chez Jeanne et Francine Sébastien. Nous la remercions de nous avoir transmis ces documents trouvés par elle aux Archives Nationales des Etats-Unis. Ces archives sont aujourd’hui déclassifiées et sont conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland).  

Archives américaines déclassifiées

Comme indiqué dans l’article relatif à Francine Sebastien/Johnston, Jeanne et Francine Sebastien étaient rattachées au réseau de Résistance Marie Odile, fondé et dirigé par Pauline Barré de Saint-Venant, de Nancy. Nous retrouvons dans le document ci-dessous conservé aux archives américaines d’autres noms de femmes rattachées à ce réseau (dirigé localement par Mme Blanc) :

Groupe de Nantes du Réseau Marie-Odile / Jeanne et France Sebastien

Groupe de Nantes du Réseau Marie-Odile

composé de Mesdames :

  • Juliette Airiau
  • Marie Airiau
  • Edith Barreaud
  • Jacqueline Barreaud
  • Louise Dolivet
  • Joséphine Delavigne
  • Rolande Guyonnarch
  • Jeanne sebastien
  • Francine Sebastien

et de Monsieur :

  • René Barreaud

Cette liste, dressée par Francine Sébastien / Johnston dans cette lettre n’est pas entière, la lettre étant penchée, elle n’a pas été scannée jusqu’au bord. On devine que ces résistantes ont reçu la “Medal of freedom”, mais que deux autres résistants, Noël Bredoux et Claire Cussonneau, appartenant à leur réseau de Nantes ont semble-t-il été oubliés,

Le document suivant est plus clair, il s’agit d’une lettre écrite par Francine Sebastien le 17 janvier 1947 :

Lettre envoyée de Nantes (1, chemin Richeux) par Francine Sebastien :

Monsieur le Major,

Nous avons l’honneur de porter à votre connaissance le fait suivant :

Hier à l’hôtel de ville de Rennes, le gouvernement américain, par l’intermédiaire du général Tati, a décerné à plusieurs groupes de patriotes français la “Medal of freedom”. le groupe de Nantes du réseau Marie-Odile

composé de Mesdames :

  • Juliette Airiau
  • Marie Airiau
  • Edith Barreaud
  • Jacqueline Barreaud
  • Louise Dolivet
  • Joséphine Delavigne
  • Rolande Guyonvarch
  • Jeanne Sebastien
  • Francine Sebastien

et de Monsieur :

  • René Barreaud

a été honoré de cette distinction.
Deux d’entre-nous, appartenant à notre réseau, parmi les plus méritants, n’ont pas reçu, à notre plus grand étonnement, de convocation pour se présenter

  • Noël Bredoux
  • Claire Cussonneau

Page suivante :

Le premier, Monsieur Noël Bredoux, au péril de sa vie, se jouant de tous les dangers, a transporté, dans sa propre voiture, d’asile en asile, des aviateurs anglais, Frank Trott, Alan Sheppard.

De plus, il a pris, seul, l’initiative du sauvetage de

  • James Sparkes (aviateur anglais)
  • et de James Wilschke
  • Robert O’Neil (aviateurs américains)

qu’il a été chercher à leurs points de chutes respectifs, à quelques 300 km d’ici.

Nous referrant à la liste à la liste de promotion du 12 avril 1946 numéro 104, nous avons constaté que son nom y était bien indiqué et que la “Medal of freedom” lui avait bien été décernée (War department letter, 6 septembre 1945, File AGPD-C).

Nous en déduisons en conséquence qu’un oubli a du être fait à son désavantage!

Madame Claire Cussonneau de son côté a hébergé chez elle des aviateurs anglais et américains :

Pendant 15 jours :

  • Frank Trott
  • Alan Sheppard
  • James Sparkes
  • James Wilschke
  • Robert O’Neil

Elle fut d’ailleurs arrêtée par la Gestapo

Page suivante :

pour cette seule raison, et l’année dernière elle fut reconnue de vos services en même temps que tout notre groupe de Nantes du réseau Marie-Odile.

Nous avons donc l’honneur, Monsieur le Major, de vous demander de vouloir bien considérer ces deux cas, avec toute la bienveillance que vous avez toujours témoignée aux vrais patriotes français.

Nous serions infiniment heureux d’apprendre que nos deux camarades de lutte et de souffrances soient aussi distingués et honorés de la “Medal of freedom”.

Daignez agréer, Monsieur le Major, avec notre infinie reconnaissance, l’assurance de nos sentiments respectueusement dévoués.

signatures :

MJ Airiau, Rolande Guyonvarch, Jeanne Sebastien, Francine Sebastien

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Le 23 juillet 1945, sujet : Informations reçues de Francine Sebastien au sujet de l’arrestation de Mme Diebolt et M. Saulais

Mlle Sebastien dit qu’elle connait Mme Diebolt et M. Saulais. M. Saulais a amené Wilschke (267) et Neil (268) dans la maison de Mme Dupouls, la guéménée. Il avait récupéré l’un des deux hommes de Chanvrin, pour l’un, et l’autre de quelqu’un d’autre. Cette aide donnée aux deux évadés ci-dessus a été la seule activité d’évasion <de Mme Diebolt et M. Saulais>.

Elle déclare que Mme Diebolt et M. Saulais se rendirent à Paris pour reprendre contact avec Londres. Le mari de Mme Diebolt, connu comme Alexandre, avait été auparavant le contact avec Londres. C’est pendant qu’ils essayaient de prendre contact avec Londres que Mme Diebolt et M. Saulais ont été trahis par un homme qui se présentait comme un agent britannique et qui les a avait indiqués à des agents allemands présents dans un café.

Mlle Sebastien déclare que Alexandre faisait du travail de renseignement pour Londres et il n’était pas question de sa pratique du travail d’évasion. Il s’ensuit, à cet effet, que Mme Diebolt et M. Saulais furent arrêtés alors qu’ils essayaient de rétablir le contact avec Londres dans le but d’effectuer un travail de renseignement.

R. Sarant

Dossier compensations Jeanne et Francine Sébastien

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

DECLARATIONS, 19 juillet 1945

SEBASTIEN Jeanne
née le 4 août 1897
Française
Institutrice
1, chemin Richeux, Nantes, Loire-Inférieure

Nom de l’époux : Alphone Sebastien
Nom du père : décédé

Le 21 septembre 1943, camp de Compiègne, puis déportée à Ravensbrück en janvier 1944 et libérée le 18 avril 1945.

Au service de l’ennemi : Jean CHANVRIN, 16, avenue Noury, Nantes, appartenant à notre groupe, puis nous dénonçant ensuite à la GESTAPO.

Activité : Protection d’aviateurs alliés.

Anglais :
– Sergent Alain SHEPPARD
– Sergent Frank TROTT
– Sergent James SPARKES

Américains :
-Sergent Robert O’NEIL
– Lieutenant James WILSKIE

Le aviateurs britanniques ont été transmis au réseau “Marie-Odile” en juillet 1943. les aviateurs américains ont été transmis au groupe “LES HUSSARDS DE LA LIBERTE” en août 1943. Convoyés par Abel BLARY.

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Le gouvernement américain avait annoncé, en 1945, qu’une compensation serait versée aux personnes ayant aidé les aviateurs américains à se cacher des Allemands. Jeanne et Francine Sebastien, avaient alors effectué une demande, 

Jeanne Sebastien habitait en 1945 chemin Richeux, à Nantes, ainsi que sa fille Francine.

Document énonçant que :

  • Madame Jeanne Sebastien a aidé 5 aviateurs américains, et qu’elle a été arrêtée le 21 septembre 1943 et déportée en 1944, libérée le 16 avril 1945. Un paiement de 40.000 anciens francs (soit environ 5.000 euros en valeur de 2018, si l’on utilise le convertisseur de l’INSEE) a été versé à Jeanne Sébastien le 23 août. Courrier annonçant la récompense envoyé le 16 janvier 1947.
  • Mademoiselle Francine Sebastien a aidé 5 aviateurs américains, et qu’elle a été arrêtée le 3 novembre 1943 et déportée en janvier 1944, libérée le 17 août 1944. Un paiement de 20.000 anciens francs (soit environ 2.500 euros en valeur de 2018, si l’on utilise le convertisseur de l’INSEE) a été versé à Francine Sébastien le 23 juillet 1945. Courrier annonçant la récompense envoyé le 16 janvier 1947.

21 July 1945
SUBJECT: Visit of Mlle Jacqueline BARREAU, 5, rue Renan, Nantes

1. She came with Mlle SEBASTIEN to see Captain and as she has never helped American aviators Capt. TUCKER did not see her. Neverthe­less Lt SARANT wanted to have her additional information and asked Capt, TUCKER to get it from her,

2. Mile BARREAU’s mother is Mme Edith BARREAU and her father Mr René BARREAU.

 3. The family worked in renseignement and the father was a Captain In the Secret Army. Mlle BARREAU states that Mme DELAVIGNE. gave them three British aviators in spite of the fact that they were not allowed by their organisation to take airmen. Nevertheless, they came on the 13 July 1943 and stayed 8 days, André COINDREAU, now dead, agent in the service de renseignements sent by London put the BARREAU family in touch with the MARIE ODILE group.

 4. An agent of MARIE ODILE came from POITIERS to Nantes and collected the three airmen, Mr Jean CHAUVRIN who had just entered the organisation when the three airmen were passed to the BARREAUs hid one of the aviators,

5, A little time after the evacuation of the airmen Jean CHAUVRIN was arrested by the Gestapo. Mlle BARREAU states that he knew nothing of the activity of the BARREAU family as he was new in the organisation, except that they had hidden airmen.

6. He denounced the BARREAUs who wore arrested in September,

7. At the same time as the BARRiAU were arrested Mr PONCEAU and Mme Rolande GUYONVARCH, Mile BARREAU states that all these people were arrested and deported for helping airmen.

8. Nevertheless, at the end of January the renseignement organisation was discovered and it was discovered that on top of their evasion work the BARREAUs worked there as well. Mile 8ARREAU heard this through her father who she saw at the COMPIEGNE prison at that time and he gave her the news,

21 octobre 1945
Sujet ; Visite de Melle Francine Sebastien, 1 chemin Richeux, Nantes

  1. Melle Sebastien est venue demander une attestation de notre part pour l’aide alliée à la Résistance, 8 rue de Tilsitt
  2. Elle est bouleversée par ce que disent des gens à Nantes à son sujet et au sujet de Melle Barault [ Barreaud ]. Apparemment, ils lui reprochent de recevoir de l’argent de notre part.
  3. Elle déclare que la famille ADRIAN [ Airiau ? ], la Limousinière par Maison Neuve (Loire-Inférieure) a été déportée avec un aviateur américain. Le père est mort dans un camp de concentration et les deux femmes sont revenues mais sont très malades et très pauvres.

CAB

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Page 1
SUBJECT : Visit of M. Noel BRED0UX on August 16, 1945.
Address: 5, Passage Russeil, Nantes, Loire – Inférieure
Profession : Mechanic.
Born at Guenrouet, Loire-inferieure, on December 25, 1919. Nationality: French. 
Military situation: Class of 1939. Never inducted.
Family situation: Bachelor.
Nearest relatives: Mme Anne Bredoux, mother.

  1.  M. BREDOUX was a member of the MARIE-ODILE organisation and was known as NOEL. He visited this office in the company of M. Pierre SAULAIS.  His report should be considered together with that of M. SAULAIS.
  2. M. BREDOUX helped s/sgt. Robert G,Neil (E&E #268) and Lt, James S. Wilschke (EE #267), from about July 8, 1943, to about July 16, 1943, On the former date M. BREDOUX went to Camors, Morbihan, to pick them up at the home of an unidenti­fied farmer. A certain M. BREDLOUX, of Bouvron, Loire-Inferieure, had informed him that they were there and needed assistance.
    M. BREDLOUX was  a member of no org­anization, and had learned by chance that Neil and Wischke were  in the neighborhood. He also knew that M. BREDOUX was in the evasion business and thought that he was the logical person to notify, Neil and Wlschke stayed at M. BREDOUX’s house for a week. At the end of that period M. BRED0UX took them to Nantes, Loire-Inferieure, in a car, and left them at the home of Mle Francine SEBASTIEN (Nantes, Loire-Inferieure, Deported), where they stayed for about a week. The BARREAU family (M. Rene, Mme. Edith, and Mle. Jacqueline), of Nantes, Loire-Inferieure, told him to bring Neil and Wischke to Nantes.
  3. The local portion of the MARlE-OFlLF organisation was denounced in September, 1946, by a certain Jean CHANVRIN (17, av. Noury, Nantes, Loire-Jnferieure, at present condemned to death), who was a double agent. CHANVRIN had been in the organization for some time and was “arrested”. Soon after this event, the mass arrests took place. M. BREDOUX is of the opinion that the “arrest” of CHANVRIN was a staged affair. He denounced specifically the following MARIE-ODILE members : M. BREDOUX, Mle Francine SEBASTIEN, M. Rene BARREAU, Mme Edith BARREAU, and Mile, Jacqueline BARREAU. All except M. BREDOUX were arrested in september, 1943, for evasion activity, and deported. All have retuned. F. BREDOUX was arrested on September 17, 1943, but escaped dis­guised as a priest and succeeded in remaining at large until December 17, 1943, when he was arrested and deported. IIe was liberated in April, 1945.
  4. M. BREDOUX gave the names of the following additional members of MARIE-ODILE :
    Mme BLANC, Nantes, Loire-Inferieure; DEPORTED, DIED AT  RAVENSBRUCK, head of MARIE-0DILE. 
    M. ABEL, village near Poitiers, Vienne ; not arrested; used to corns to Nantes, Loire-Inferieure, to pick up evaders to take to Poitiers; Chanvrin did not know this man.
  5. M. BREDOUX never heard of the “English woman from Ruffec”.
  6. M. BREDOUX asked for and obtained an attestation addressed to “La France Combattante,” Av. Foch, Paris.

Page 2
SUBJECT : Visit of M. Noel BRED0UX on August 16, 1945. (continued)

7. At the time of his arrest M. BREDOUX’s home was pillaged by the Gestapo. He submitted the fellowing list of things stolen by the Germans.
M. BREDOUX, Guenrouet, Loire-Inférieure. Liste du matériel confisqué par la Gestapo :
1 Talbot Grand Sport – 86,000 francs
1 202 Peugeot 30,000
1 poste TSF 9, 500
3 motos 86,000
3 complets 12,000
300 l. essence 15,000
1 appareil photo 2,800
1 montre bracelet 1,750
1 chevalière, 42 grammes 10,500 ‘
2 paires souliers 800
Argent liquide 96,000
————
300,350 francs

Interviewed by John B. Mitchell. Sgt.
NB : Il s'agit ici bien-sûr de sommes en ancien francs, que l'on peut convertir en euros grâce au convertisseur de l'INSEE. Le total de 300.350,00 anciens francs équivaut à 39.000,00 euros de 2018. Il faut se rappeler par ailleurs que M. Bredoux est mécanicien. Ce qui explique qu'il ait ces deux voitures et trois motos (de faible valeur chacune) chez lui....

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

23 July 1945

SUBJECT  : Information received from Mle SEBASTIEN regarding arrest of Mme Diebolt and M. Saulais

1. Mle Sebastian says that she knows Mme Diebolt and M. Saulais. M. Saulais took Wilschke (267) and Neil (268) to Mme Dupou’s home in Guémenée. He got one of them from Chanvrin and the other from someone else. This help given to the above two evaders was their only evasion activity.

2. She states that Mme Diebolt and M Saulais went to Paris to contact with London. Mme Diebolt’s husband, known as Alexandre, formerly been the contact with London. It was while trying to make contact with London that Mme Diebolt and M Saulais were betrayed by a man posing as a British agent who actually indicateci them to German agents present in a cafe.

3. Mle Sebastien stated that Alexandre was doing renseignement work for London and there was no question of his doing evasion work. It follows, therefore, that Mme Diebolt and M Saulais were arrested while trying to restablish contact with London for the purpose of carrying on renseignement work.

R. SARANT

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Une lettre écrite par Francine Sebastien :

Lettre envoyée de Nantes (1, chemin Richeux) le 19 novembre (1946) :

Monsieur le Major,

Etant dans l’obligation de reconstituer un dossier pour l’Organisation de l’aide Alliée à la résistance française, 138 avenue des Champs Elysées, je vous serais reconnaissante de bien vouloir me faire parvenir, dès que possible, une attestation certifiant de mon aide aux “aviateurs américains durant l’occupation allemande.
Je suis aussi chargée par Madame Airiau, La limouzinière Seine-Inférieure, de vous demander s’il vous serait possible de me faire parvenir pour elle l’adresse de l’aviateur américain qu’elle hébergea avec sa famille en 1943 et dont elle voudrait avoir des nouvelles. dans l’attente de votre réponse, veuillez

agréer, monsieur le Major, l’assurance des sentiments respectueux.

Francine Sebastien

HEADQUARTERS 7709 NIS-X DETACHMENT, UNITED STATES FORCES, EUROPEAN THEATER, UNITED STATES FORCES

30 novembre 1946, destinataire : Mademoiselle F. Sebastien. 1, chemin Richeux. Nantes.

Mademoiselle,

Nous avons l’honneur de vous envoyer ci-inclus la lettre d’attestation adressée à l’aide Alliée à la Résistance Française, que vous nous avez demandée.

Malgré tous nos efforts, nous n’avons jamais pu être en contact avec l’aviateur hébergé par Madame Airiau, et sommes désolés d’être ainsi dans l’impossibilité de lui fournir une adresse, veuillez lui transmettre tous nos regrets.

En espérant que notre lettre vous sera utile, nous vous prions d’agréer , Mademoiselle, l’expression de nos sentiments distingués.

William S. MAYEAUX
Captain QMC

7709 NIS-X DETACHMENT,  88, rue Galilée paris (8)

HEADQUARTERS 7709 NIS-X DETACHMENT, UNITED STATES FORCES, EUROPEAN THEATER, UNITED STATES ARMY
27 novembre 1946

Objet : lettre d’attestation à
l’aide Alliée à la résistance française, 138 av. des Champs Elysées, Paris VIII

1. Mademoiselle Francine Sebastien, 1 chemin Richeux, Nantes, est bien connue de nos services pour la grande aide qu’elle a portée à la cause alliée pendant l’occupation allemande

2. Nous pouvons affirmer qu’elle a contribué par son courage, par son dévouement et au risque de sa vie, au sauvetage d’aviateurs tombés en France

3. Pour avoir secouru ces soldats américains, Mademoiselle Sebastien fut arrêtée et déportée. Ramenée à Paris et condamnée à mort, elle ne dut la vie qu’à l’arrivée des Troupes Alliées.

4. Ceci figure dans nos dossiers.

William S. MAYEAUX
Captain QMC

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Une lettre écrite par Francine Sebastien, 1, chemin Richeux, Nantes

Monsieur le Major ,

Veuillez m’excuser de venir de nouveau vous importuner :
Etant étudiante, j’ai repris mes études interrompues par ma captivité et je désire passer l’examen du baccalauréat, session spéciale de février 1946, réservé spécialement aux étudiants victimes de guerre.
Je vous serais reconnaissante, Monsieur le Major, de bien vouloir m’adresser une attestation, car, pour être admise à passer cet examen, il me faut fournir des pièces justificatives de mon activité dans la Résistance, et de ma captivité.
Cette attestation est destinée à :
Monsieur le Directeur de l’Office du Baccalauréat – 7, place Hoche à Rennes

Page suivante :

Serait-il abuser de votre bienveillance, Monsieur le Major, que de vous demander de bien vouloir m’envoyer cette attestation avant le 20 janvier car je dois faire parvenir tout mon dossier pour cette date à l’office du Baccalauréat de Rennes!
Veuillez croire, Monsieur le Major, à toute ma reconnaissance et à mes sentiments respectueusement dévoués.
Francine Sebastien

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Liste des personnes ayant reçu l’une des médailles américaines au titre de leur activité dans la résistance ou dans la guerre en Europe :

(transcription en texte par OCR du document) :
GO 125, 2 May 1946, contd)

2, By direction of the President, under the provisions of AR 600-45, 22 September 1943, as amended, the Bronze Star Medal is awarded, for meritorious service in connection with military operations during the respective periods indicated, to:

Second Lieutenant- Serge De Belabre:, (French Army—September, 1944 to July, 1945• Lieutenant Henri Bouchard, French Army—5 May 1944 to 4 October 1944.
Lieutenant Colonel Francois Huet, Freach Army— 2 june 1944 to 30 August 1944.

V—PURPLE HEART. So much of Section VI, General Orders 116, this headquarters, 23 April 1945, as reads. “Private First Class Samuel Kilmayer” is amended to read, “Private First Class’ Samuel Kirmayer”.

VI—MEDAL OF FREEDOM.
1. Under the provisions of War Department letter, 6 Sep­tember 1945, file AGPD-C 200.6, Medal of Freedom, the Medal of Freedom with bronze palm is awarded to: . Lieutenant Colonel Maurice De Rome, Canadian Army, for exceptionally meritorious achievement from 1 December 1943 to 23 September 1944, which aided the United State in the prosecution of the war against the enemy in Continental Europe.

2, Under thé provisions of War Department letter, 6 September 1945 file AGPD-C 200.6, Medal of Freedom, the Medal of Freedom without palm is awarded, for excep­tionally meritorious achievement which aided the United States in the prosecution of the war against the enemi in Continental Europe during the respective periods indicated, to:

Staff Sergeant François Boulc’h, French Army 15 -September 1944 to 12 January 1946.
Colonel Marie Chenu, French Army — 1944 to 1945.
Sergeant Stephan M. Claessens, Netherlands Army — September, 1944 to May, 1945.
Sous Lieutenant Elisabeth M.A. Fankhauser, French Army — 18 May 1945 to 12 January 1946.
Mary Antonia Hieronyma Gentis, Dutch Civilian — December, 1944 to May,1945.
Captain Phillipe Granotier, French Army 1 September 1944 to 8 May 1945.
Colonel Onesime Hurteau, French Army — 1944 to 1945.
Captain Claude Jouannais, French Army — 1 January 1943 to 8 May 1945.
Captain Guy M. A. Mortier, French. Army — 1 January 1943 to 1 May 1945.
Staff Sergeant Felix Papet, French Army — 15 September 1944 to 12 January 1946.
Lucienne Santus, French Civilian — October, 1943 to April, 1944.
Georges J. Schmalzer, French Civilian— December,   1943 to August 1944.
Genevieve Schneegans, French Civilian —February ,  1944 to May 1944.
Francine Sebastien, French Civilian — July, 1943 to September,’ 1943.
Jeanne Sebastien, French Civilian —July, 1943 to September 1943.
Lieutenant Colonel André Serot, French Airforce —  1 January 1943 to 15 May 1945
Staff Sergeant Gaston Tachon, French Army — 15 September 1944 to 12 January 1945. 
Commandant Jean Thomas,- French Army, — 1 October 1944- to 8 May 1945
Colonel Paul Vosgien, French Army — 1944 to 1945

BY  COMMAND-OF GENERAL McHAEEEY:

OFFICIAL: ,                           M. G. WHITE,
Major   General, GSC, Acting, Chief of Staff.

L. S. OSTRANDER
Brigadier General, USA, Adjutant General DISTRIBUTI ON :   D    /



Documents relatifs à Jeanne Sebastien et sa fille Francine

1943, deux aviateurs sur les routes après l’explosion de leur avion en France

Le texte qui suit a été écrit par Barbara Wojcik, nièce de l’un des aviateurs, le Lieutenant James Wilschke.  Il s’agit d’un bref résumé de ses recherches portant sur cette évasion (recherches qui s’appuient sur des documents d’archives), et au sujet desquelles elle écrit un livre (en voie d’achèvement).
Nous avons pu ajouter cette page sur ce site après des échanges avec Barbara Wojcik, qui nous a transmis de nombreux documents relatifs à France Sebastien/Johnston, un jeune résistante qui avait abrité des parachutistes en 1943, avec sa mère (dont le Lieutenant Wischke). Francine et sa mère furent arrêtées peu après et subirent le sort de nombreuses résistant(e)s tombé(e)s aux mains de la Gestapo (prison, torture, camps de concentration…). Un article, tiré des archives de JR Chauvin, retrace ce parcours, il est visualisable ici. Une autre page, sur notre site, est consacrée à ces deux résistantes et au réseau Marie-Odile de Nantes, il s’appuie sur des archives américaines que nous a transmises Barbara Wojcik. Il est accessible ici.


Le texte de Barbara Wojcik est en anglais, nous l’avons traduit (et rajouté quelques images pour cette lecture en ligne).

Francine Sebastien, âgée de 16 ans, et sa mère, Jeanne Sebastien, directrice d’école, habitaient à Nantes en 1943. Elles étaient des membres actifs du groupe <de Nantes> du réseau de Résistance Marie-Odile. Elles aidèrent plusieurs aviateurs anglais et américains à se cacher des Nazis qui occupaient la ville de Nantes (un port stratégique) depuis la bataille de France en 1940.
Sixteen-year-old Francine and her school principal mother Jeanne Sebastien lived in Nantes in 1943 and were active members of the Marie-Odile group. They helped several British and American airmen hide from the Nazis, who had occupied the city of Nantes (a strategic river port) since the Battle of France in 1940.

Lt. James Wilschke, l’un des aviateurs américains (photo transmise par B. Wojcik)

Les Sebastiens ont caché les aviateurs dans leur cave, en les protégeant et en leur donnant de quoi manger jusqu’à ce que les hommes puissent passer à leur prochaine destination. Deux de ces Américains étaient le lieutenant James Wilschke (âgé de 23 ans, originaire de Chicago, Illinois) et le Sgt. Robert Neil (21 ans, originaire de Providence, Rhode Island). Les 2 jeunes aviateurs sont restés avec les Sebastiens pendant 2 jours, ou une semaine (selon les sources) en juillet 1943.
The Sebastiens hid the airmen in their basement, sheltering and
feeding them until the men could move on to their next destination.
Two of the Americans they helped were Lt. James Wilschke (age 23, from Chicago, Illinois) and Sgt. Robert Neil (age 21, from Providence, Rhode Island). The 2 young airmen stayed with the Sebastiens for 2 days, or a week (varying accounts) in July of 1943.

Francine Sebastien (photo transmise par B. Wojcik)

À un moment donné, Neil a séjourné avec Jean Chanvrin, un jeune homme du même âge que Bob, qui faisait également partie du même groupe de Résistance. Les Américains ont ensuite été transférés au groupe de résistance «Hussards de la Liberté» et ont poursuivi leur fuite.
At some point Neil stayed with Jean Chanvrin, a young man about Bob’s age, who was also a member of the same resistance group. The Americans were then passed on to the “Hussars de Liberte” resistance group and continued their escape.

Un avion Boeing B-17, ” forteresse volante” en vol en 1943 (source Wikipedia)

Wilschke et Neil étaient en fuite depuis le 17 mai 1943, se cachant des nazis et essayant de s’échapper pour retourner en Angleterre. Ils faisaient partie de la 8ème Armée de l’air américaine, du 305ème Groupe de bombardements / 264ème Escadron de Bombardements basé à Chelveston, en Angleterre. Wilschke était bombardier et Neil, opérateur radio. Ce jour-là, ils étaient à bord du B17 42-5219 dans le cadre d’une mission de bombardement des enclos sous-marins nazis à Lorient, une ville portuaire stratégique sur la côte sud de la Bretagne.
Wilschke and Neil had been on the run since May 17, 1943, hiding from the Nazis and trying to escape back to England. They were part of the United States 8 th Army Air Corps, 305 th Bomb Group/264 th Bomb Squadron based in Chelveston, England. Wilschke was a bombardier, and Neil was a radio operator. That day, they had been on board B17 42-5219 on a mission to bomb the Nazi submarine pens at Lorient, a strategic port city on the southern coast of Brittany.

Stèle en hommage au aviateurs américains à Brech Morbihan (56)
Crédit photo : Christina P. licence Creativ commons

Leur B17 a été attaqué par des canons anti-aériens et des combattants ennemis. L’avion a pris feu et la sonnerie d’alarme a sonné. Wilschke et les deux pilotes purent s’échapper, mais le reste de l’équipage était toujours à bord lorsque l’avion a explosé. Neil avait essayé d’éteindre le feu dans la soute à bombes et fut éjecté de l’avion lors de l’explosion. Il repris conscience en tombant et fut capable de tirer son anneau de parachute et atterrir sain et sauf. Les 2 pilotes ont été capturés presque immédiatement et ont été envoyés au Stalag Luft III pour le reste de la guerre. Six membres d’équipage sont morts dans l’accident. Le monument à l’équipe décédée près de Brec’h est visible ici: https://www.aerosteles.net/steleen-brech-b17
Their B17 was attacked by anti-aircraft guns and enemy fighters. The plane caught fire and the bail-out bell sounded. Wilschke and the two pilots bailed out, but the rest of the crew was still on board when the plane exploded. Neil had been trying to put out the fire in the bomb bay and was thrown from the plane in the explosion. He regained consciousness as he was falling and was able to pull his
parachute ring and land safely. The 2 pilots were captured almost immediately and were sent to Stalag Luft III for the rest of the war. Six crewmen died in the crash. The monument to the fallen crew near Brec’h can be seen here: https://www.aerosteles.net/steleen-brech-b17

La commune proche du lieu où fut détruit le B17 est Brec’h (Morbihan)

Neil et Wilschke ont été aidés et cachés par des agriculteurs de la région, puis réunis le lendemain du crash. Ils ont été conduits dans une maison de plage abandonnée à Saint-Pierre-Quiberon, où ils sont restés trois semaines, où ils ont pu se remettre des blessures subies lors de l’accident. Le mois suivant, ils passèrent clandestinement dans la région du Morbihan, passant d’une cachette à une autre, dans l’espoir de s’enfuir par bateau en Angleterre. En juillet, ils ont été amenés aux Sébastien à Nantes par d’autres membres du réseau de résistance.
Neil and Wilschke were aided and hidden by area farmers and then brought together the day after the crash. They were spirited to an abandoned beach house in St. Pierre-Quiberon, where they stayed 3 weeks, recuperating from injuries incurred in the crash. For the next month they were smuggled around the Morbihan region, moving from one hiding spot to another, hoping to escape by boat back to England. In July they were brought to the Sebastiens in Nantes by other resistance network members.

November 1943

Après avoir quitté la maison des Sébastien, Wilschke et Neil ont échappé à la capture pendant 5 mois supplémentaires. On les avait prévenu qu’il fallait éviter la résistance établie et les chemin de fuite qui avaient été infiltrés par des informateurs. Ils ont donc été aidés par des citoyens choisis au hasard, des agriculteurs et, parfois, d’autres groupes de résistance. Wilschke a estimé par la suite qu’ils ont avaient été aidés par plus de 25 acteurs différents. En novembre, les deux hommes s’étaient rendus à Narbonne, où ils ont commencé à marcher vers le sud, en direction de la frontière espagnole. Ils voyageaient toujours la nuit, marchant dans les vignes et évitant les routes. À Perpignan, ils ont été aidés par des citoyens locaux qui les ont conduits à un groupe de réfugiés et d’autres aviateurs qui se préparaient à traverser la frontière avec un guide espagnol. Le groupe a fait une randonnée de 2 nuits, se reposant pendant la journée. Ils sont entrés en Espagne le 17 novembre 1943, soit exactement six mois après que leur avion ait été abattu.
After they left the Sebastien home, Wilschke and Neil evaded capture for another 5 months. Warned to avoid the established resistance and escape lines as they had been infiltrated by informants, they were helped by random citizens, farmers, and occasionally other resistance groups. Wilschke later estimated that they were aided by over 25 different helpers. By November the two men had made their way to Narbonne, where they began walking south toward the Spanish border. They always traveled at night, walking through vineyards and avoiding roads. In Perpignan they were helped by local citizens who led them to a group of refugees and other airmen who were preparing to cross the border with a Spanish guide. The group hiked for 2 nights, resting during the day. They crossed into Spain on November 17, 1943, exactly six months since they were shot down.

(coupure de journal transmise par B. Wojcik)


Wilschke et Neil rentrèrent aux États-Unis en janvier 1944. Les deux hommes se marièrent au début de 1944 et eurent une famille. Jim Wilschke et son épouse Rosemary ont eu leur premier enfant, une fille, le jour de Noël 1944. Ils l’ont baptisée Jeanne Marie en l’honneur des secoureuses françaises de Jim. Il semble que ni Wilschke ni Neil n’aient jamais su ce qui était arrivé aux Sebastiens ou n’avaient eu aucune communication avec eux après la guerre.
Wilschke and Neil made it back to the United States by January 1944. Both men married early in 1944 and had families. Jim Wilschke and his wife Rosemary had their first child, a daughter, on
Christmas Day, 1944. They named her Jeanne Marie in honor of Jim’s French helpers. It appears that neither Wilschke or Neil ever knew what happened to the Sebastiens or had any communication
with them after the war.

7 mois porté disparu, puis un mariage, James Wischke

Mariage de Jim Wilschke (coupure de journal transmise par B. Wojcik)

L’article du journal local consacré au mariage de Jim Wilschke et de Rosemary Crandall explique ceci : “Le Lieutenant de 24 ans, James. S. Wischke, habitant 8017, avenue Woodlawn, n’était aujourd’hui pas seulement de retour, après 7 mois, de la terre des disparus, mais prévoyait de revenir à la maison pour se marier.
Le Lieutenant, un bombardier, était officiellement porté disparu, après le crash de son avion en Europe, le 17 mai. Une disparition qui fut suivie d’un long et déchirant silence de 7 mois.
Mais hier, sa fiancée Rosemary Crandall, 21 ans, habitant 8034, avenue Woodlawn, a reçu ce câble : “Ecris ou câble moi à l’adresse de mon ancien APO et prépare le mariage en févier – JIM”.
Miss Crandall nous a dit qu le Lieutenant et elle se connaissaient depuis leurs années d’école secondaire. le Lieutenant Wischke, fils de Mrs. Mable Wischke, a commencé son service en janvier 1942. Son frère, William, est également dans l’armé
e
.”

NB : Rosemary Crandell (misspelled in the newspaper attachments) was the father’s sister of Barbara Wojcik. Barbara’s father George Crandell, was also in the war; he was a Lieutenant on the USS Dale, a destroyer that fought in the Pacific.

Mariage n°2, Robert Neil

Mariage de Robert Neil (coupure de journal transmise par B. Wojcik)

James Wilschke et Bob Neil ne se connaissaient pas avant la guerre, mais ils restèrent en contact par la suite par des lettres et des cartes.
James Wilschke and Bob Neil did not know each other prior to the war, but they did keep in touch afterwards by letters and cards.

Bob Neil est décédé en 1992 et James Wilschke en 2001.
Bob Neil died in 1992, and James Wilschke in 2001.


De Brech (Morbihan) à Piriac-sur-Mer (Loire-Atlantique)

Tous les aviateurs tombés en France avec leur “forteresse volante” B17 n’ont pu échapper à la mort ou l’emprisonnement, comme l’ont réussi James Wilschke et Bob Neil.

Nous retrouvons d’autres traces de crash de B17 sur les côtes bretonnes, assez proche du crash du B17 de James Wilschke et Bob Neil , notamment cette stèle à Piriac-sur-mer :

Photo CC-BY licence Creative Commons J. Menjoulet

Cette autre stèle a été érigée pour commémorer le crash, le 23 novembre 1942,  d’un bombardier B17, envoyé en mission, au départ de Thurleigh, Bedfordshire UK, pour bombarder la base sous-marine de Saint-Nazaire.

Attaqué par des chasseurs, l’avion, dont l’équipage était entièrement composé de 10 Américains,  a explosé en vol. Si  deux aviateurs ont pu sauter en parachute, et, dès lors, ont été faits prisonniers, les huit autres membres de l’équipage ont été tués.  Parmi ceux-ci, 4 sont inhumés dans le cimetière anglo-américain de Saint-James (50), les corps des 4 autres  ont été rapatriés aux Étas-Unis.

Lt Isbell Clay E. – Pilote – tué
Lt Fulton Dyer – Co-Pilote – tué
Lt Fryer Peter J. – Navigateur- prisonnier
Lt Burden Abraham – Bombardier – prisonnier
Sgt Grenke Erwin – Mecanicien – tué
Sgt Krijak Robert S. – Radio – tué
Sgt Kostecki Edward – Mitrailleur – tué
Sgt Lindsey David W. – Mitrailleur – tué
Sgt Buckminster Ray E. – Mitrailleur – tué
Sgt Houx George L. – Mitrailleur- tué

Elections à la sécurité sociale de 1947

Pour comprendre le contexte, et les enjeux, de ces élections, et plus généralement, pour comprendre ce que représentait objectivement la sécurité sociale construite en 1945, cette page vous propose tout d’abord le visionnage d’un film documentaire de 55 mn produit par le centre d’histoire sociale des mondes contemporains.

Au lendemain de 1945, entre reconstruction et construction de la sécurité sociale

Ce documentaire est le 2ème volet d’une histoire des retraites en 3 volets,
En 1945, la France est exsangue. Comment est-on parvenu à construire notre système de sécurité sociale en dépit de cela ? et comment a-t-on abouti moins de 40 ans plus tard à la retraite à 60 ans pour tous les salariés ?


Coupures de presse

Les coupures de presse proposées sur cette page sont tirées de l’humanité. Il s’agit donc du prisme CGT. Mais cela permet d’avoir une vision de la façon dont ces élections étaient présentées par le syndicat majoritaire de l’époque, dont les représentants allaient administrer les caisses de sécurités sociale. Cela permet aussi de voir comment les résultats de ces élections étaient présentés et quels éléments étaient mis en avant.

L’humanité du 4 mai 1947

Il ne s’agit pas d’une “une” de presse. Les résultats de ces élections qui sont pourtant importantes et qui placent la CGT largement en tête ne sont pas mis beaucoup en avant dans l’Humanité

Résultats définitifs pour 53 caisses primaires de SÉCURITÉ SOCIALE

C.G.T     1.016.563   voix 581 sièges soit 62.68 %

C.F.T.C.  461.547 voix 249 sièges soit 36,86 %

Résultats définitifs pour 47 caisses d’allocations familiales

C.G.T             194.477 voix 374 sièges soit 66,31 %

C.F.T.C.          91.818 voix 147 sièges soit 36,06 %

                  C.F.T.C.       3  élus

L’Humanité du 3 mai 1947 :

Elections à la Sécurité sociale POUR 43 CAISSES PRIMAIRES 62 °/o des voix à la C. G. T.

Bien que huit jours se soient écoulés depuis le vote pour les caisses de Sécurité soc aie et d’Allocations familiales, les résultats complets ne sent pas encore parvenus de tous les départements, et en particulier de villes de grosse importance comme Marseille et Lyon. Pour !a région parisienne, notamment, les résultats définitifs ne peuvent être connus avant plusieurs jours.

Voici les résultats globaux pour le collège des salariés enregistré au ministère du Travail le 2 mal à 12 heures pour 43 caisses primaires.

Résultats dans les entreprises Renault (Boulogne-Billancourt) etc.

L’Humanité du 27 avril 1947

la Victoire du 24 avril C’est à la C.G.T. que va la confiance des pères et mères de famille ! ON ne connaîtra que la semaine prochaine le résultat définitif des élections du 24 avril. Les chiffres partiels qui continuent à parvenir confirment la victoire de la C.G.T., renforcée par les résultats des centres industriels et des grandes entreprises comme Renault et Citroën où la C-G.T. dépasse 70 % des suffrages.
La défaite réactionnaire est en­core plus sensible aux caisses d’al­locations familiales.
On prévoit que, dans l’ensemble de ces conseils d’administration, la C.G.T. disposera de près de 70 % des sièges du collège salarié.

Les travailleurs n’ont pas été dupes de la démagogie réactionnaire faite par les hommes des « Associations familiales ».

Ils savent que ce sont les syndicats de la C.G.T. qui, par leur ac­tion incessante, ont. à tout moment. défendu les intérêts de la famille et protégé la maternité et l’enfance. Par leur vote, ils l’ont proclamé le 24 avril ! La gestion par les nouveaux élu s des caisses d’allocations est le gage de nouvelles améliorations et de nouveaux progrès.

Octave RABATE.

L’Humanité du 26 avril 1947

Résultats DANS LES ENTREPRISES

Entreprise Française de Presse (garage Michel-Bizot) ; Gaz de Paris (Salnt-Ouen); Hispano-Brune ; Air Comprimé; Electricité de France à Ivry

Résultats DANS LES DÉPARTEMENTS

L’Humanité du 25 avril 1947

TRIOMPHE DE LA C.G.T. aux élections de la SÉCURITÉ SOCIALE. Premiers résultats.

A travers les mairies, usines, magasins

Chez Renault, on vote mais la chalne de monfage ne s’arrête pas.

« Nous sommes 30.000 ». nous ont dit les gars de chez Renault où le Comité d’entreprise avait organisé 80 bureaux de vote répartie dans les principaux ateliers. « Pas mal de bulletins de la C.F. T.C. jonchent le sol», affirme Cazenave, secrétaire du C E.

L’Humanité du 25 avril 1947

A la chaîne des « Juvaquatre », dans l’Ile Seguin, afin que la chaîne n’arrête pas pendant le vote, on a demandé aux ouvriers de s’occuper de 55 voitures, au lieu de 50.

Triomphe de la CGT aux élections de la Sécurité sociale.

Les résultats partiels des élections aux caisses de Sécurité sociale et d’allocations familiales qui nous parviennent, marquent le triomphe de la C.G.T.. et l’écrasement des listes de division, que les manœuvres et les pressions n’ont pu atténuer. A 23 h., la C. G. T. enregistre 73 % des suffrages.

Dans 21 bureaux sur 80 à la Régie Renault, la liste de la C.G.T. obtient 6.074 voix, contre 719 à la C.F.T.C.
Chez Lavalette, 1.377, contre 193.

Une proportion plus forte en­core est enregistrée aux Caisses d’allocations familiales où la liste Brenot obtient SlfG voix, contre hl à la C.F.T.C.
(Lire en 3* pagre la suite de nos Informations)      ,

L’Humanité du 24 avril 1947 Grâce à la sécurité sociale les grands malades peuvent être soignés pendant 3 ans
L’Humanité du 24 avril 1947

Aujourd’hui dans les 3 collèges Sans abstention ni panachage

VOTEZ POUR LES LISTES DE Défense de la Sécurité sociale

SALARIES, employeurs, travailleurs indépendants : vous voterez aujourd’hui pour éli­re les conseils d’administration des caisses :
1. de Sécurité sociale,   2. d’allocations familiales.

Collège des salariés

Si vous travaillez dans une entreprise comptant moins de 100 assurés sociaux, ou n’ayant pas de comité d’entreprise, vous voterez à la mairie de votre lieu de travail.

Si votre entreprise compte plus de 100 assurés ou possède un Comité d’entreprise, un bureau de vote y sera installé.

Votre carte d’électeur vous sera remise par votre employeur.

Bulletins de vote et isoloirs seront à votre disposition.

Dans la région parisienne, vous mettrez dans l’urne réservée à la Sécurité sociale un bulletin de la liste d’Union pour la Dé­fense de la Sécurité Sociale, présentée par la C. G. T.    la liste d’Unlon pour la Dé­fense de la Sécurité sociale, présentée par la C. G. T.
Tête de liste : HENRI RAYNAUD secrétaire de la C. G. T., président de la Fédération Natio­nale des organismes de Sécurité Sociale.

S vous touchez les allocations familiales, vous voterez une se­conde fois dans l’urne des alloca­tions familiales.

Attention, ne vous trompez pas de bulletin, votez pour la liste d’Unlon pour la Dé­fense de la Sécurité sociale, présentée par la C. G. T. Tête de liste : MARCEL BRENOT Administrateur sortant, père de famille, secrétaire de l’U­nion des Syndicats

Collège des employeurs

Industriels, commerçants et arti­sans bénéficiant de« allocations familiales, vous voterez pour la liste d’Union des commerçants, industriels, professions libérales et artisans, pour la Défense de la Sécurité Sociale et de la Famille
Tête de liste : ANDRE MARTIN Administrateur sortant, prési­dent de la Fédération natio­nale des Industries de l’habillement.

Collège des travailleurs indépendants

Vous ne voterez que pour la Caisse d’allocations familiales, vous mettrez dans l’urne une bul­letin de la liste des travailleurs indé­pendants pour la Défense de la Famille et de la Sécurité Sociale
Tête de liste ; LOUIS CASSIOT Artisan, administrateur sor­tant de la Caisse d’allocation familiale, trésorier de la Fé­dération nationale des Asso­ciations familiales d’artisans, trésorier de la Chambre des Métiers de la Seine

N’oubliez pas vos papiers I Attention, il sera exigé de chaque électeur :

l” Pour l’élection des membre« de la caisse de Sécurité Sociale :

  1.  Leur carte d’électeur spéciale au scrutin du 24 avril;
  2.  Une pièce destinée à prouver leur identité;

2° Pour l’élection aux conseils d’administration des caisses d’al­locations familiales (collège des salariés) :

  1.  Leur carte d’électeur spéciale au scrutin du 21 avril :
  2.  Leur carte d’alimentation au titre de pièce d’identité. Cette carte d’alimentation sera timbrée d’un cachet à la date du 24 avril.

L’Humanité du 24 avril 1947 Elections sécurité sociale – Henri RAYNAUD, (tête de liste pour la région parisienne)
anité du 24 avril 1947 (suite)
Henri Raynaud, tête de liste CGT pour la région parisienne, élections sécurité sociale 1947

AUJOURD’HUI, par millions, dans toute la France, les travailleurs de toutes conditions, depuis le manœuvre jusqu’à l’ingénieur, les ouvriers, comme les employés, comme les fonctionnaires, sont appelés à participer à l’élection de leurs représentants aux conseils d’administration des caisses de Sécurité Sociale.
C’est la première fois en France que l’on confie aux assurés sociaux la gestion de’ leur propre Sécurité Sociale, c’est dire l’importance de ces élections et la nécessité pour les travailleurs d’y participer tous.
Au surplus, les attaques de la réaction contre la Sécurité Sociale, particulièrement concentrées autour de ces élections, leur donnent le caractère d’un véritable plébiscite fait parmi les travailleurs pour ou contre cette grande législation de progrès social.
EN fait, il s’agit à la fois de désigner les meilleurs administrateurs et de s’affirmer pour le programme actuel de Sécurité Sociale, afin de battre la réaction. Celle-ci a mobilisé toutes ses forces. Toute la presse réactionnaire donne. Le haut clergé exerce sur ses fidèles les pressions les plus vives. Tout est mis en oeuvre pour faciliter, demain, le torpillage de la loi en essayant d’infliger un échec à la C.G.T. qui a joué dans son élaboration et son application un rôle absolument essentiel.
On ne pardonne pas à la Sécurité Sociale, dans les milieux réactionnaires, de confier la gestion des caisses aux assurés eux-mêmes, c’est-à-dire à la classe ouvrière.
On ne pardonne pas à la loi actuelle de mettre en action une solidarité nationale étendue à tous, grâce à la caisse unique,
DEFENDRE la Sécurité Sociale, c’est, en même temps
que défendre les intérêts des travailleurs et l’avenir de la nation, assurer le succès de la démocratie.
Attention, travailleurs ! De même qu’aux élections politiques, tout le monde se prétend républicain et démocrate (même ceux qui rêvent d’étrangler la République et veulent un pouvoir personnel) ; de même aujourd’hui, tout le monde se réclame de la Sécurité Sociale.
Mais, sous le prétexte d’en modifier le fonctionnement, on veut en saper les principes essentiels, afin de la châtrer, de la rendre impuissante et de préparer le retour aux caisses confessionnelles et patronales.
C’est contre ce danger que la C.G.T. appelle tous les travailleurs à assurer solidement la défense de la Sécurité Sociale, en votant pour ceux qui ont fait leurs preuves dans les conseils d’administration provisoires, pour les vrais défenseurs de la Sécurité Sociale.
EN face, vous trouverez des listes de la C.F.T.C, qui prend ses ordres au Vatican et qui, après avoir refusé de participer à la gestion provisoire de la Sécurité Sociale depuis le ier juillet 1946, veut, par le retour aux caisses d’affinités, pouvoir utiliser cette législation à sa propagande confessionnelle.
Vous trouverez, dans quelques départements, des listes de Mutualistes : certains adversaires de la
loi , d’autres isolationnistes qui commettent cette faute impardonnable de tenter de dresser les syndicalistes contre les mutualistes. Vous trouverez également diverses listes de division.
Vous ne vous laisserez pas dé-tourner de votre devoir, de votre intérêt. En masse, sans abstention, sans panachage, vous Voterez pour les listes d’Union pour la Défense de la Sécurité Sociale, présentées par la Confédération Générale du Travail.
Henri RAYNAUD,
Secrétaire de la C.G.T,


Un appel de la CGT
Le Bureau Confédéral, à quelques heures des élections des administrateurs des Caisses de Sécurité sociale, fait appel à tous les travailleurs.
Il leur demande, pour assurer la défense et les progrès de cette réalisation sociale, de voter en masse, sans abstention, ni panachage, pour les listes d’Union pour la défense de la Sécurité sociale, présen-tées par la C.G.T.
(Lire en 3e page nos informations concernant les votes aux collèges électoraux : salariés, employeurs, travailleurs indépendants

L’Humanité du 22 avril 1947 campagne de la CGT avant les premières élections sécurité sociale

Autogestion en Yougoslavie

Les documents d’archives ajoutés dans cette page sont  tirés des archives de JR Chauvin (confiées au CHS en 2011). Il s’agit ci-dessous d’un article de janvier 1965 dressant un court bilan  de l’expérience autogestionnaire et des conseils ouvriers, dans la Yougoslavie de Tito, plus de 15 ans après leur mise en place.

Il s’agit d’un article tiré de l’Action, journal de sensibilité trostkiste  :

L'expérience Yougoslave 1964

Portée et limites de l’expérience yougoslave

 Tout observateur qui a une connaissance directe d’une ou de plusieurs républiques populaires ne manque pas d’être agréablement surpris par ses premiers contacts avec la réalité yougoslave. Il ne retrouve pas cette atmosphère de contrôle, de suspicion et de méfiance à l’égard des masses qui caractérise la vie publique dans les pays d’Europe de l’Est. Les bibliothèques publiques regorgent d’ouvrages non orthodoxes et certains kiosques des grandes villes offrent à l’acheteur les grands journaux occidentaux du New York Times au Figaro à côté de la Pravda.
Surtout il est facile de se convaincre que la gestion ouvrière n’est pas une simple supercherie et que la démocratie communale a une certaine consistance. En un mot le travailleur yougoslave apparaît comme un participant actif et responsable et non comme un simple rouage de l’appareil économique. Tous ces aspects de l’expérience yougoslave expliquent la persistance de l’influence « titiste » dans une grande partie du monde communiste et même au-delà.
Grâce à l’expérience de la gestion ouvrière appuyée sur les communes, le stalinisme en tant que système répressif n’apparaît plus comme une nécessité pour les pays sous-développés qui rompent avec le capitalisme. De même, les excroissances bureaucratiques de la grande industrie moderne ne sont plus aux yeux de nombreux communistes de pays développés un mal inévitable et irrésistible, lorsqu’ils ont eu l’occasion de voir fonctionner les grandes entreprises yougoslaves. Cette influence positive, jointe à la ténacité avec laquelle l’union des communistes yougoslaves a défendu l’originalité de ses solutions et de ses positions suffisent à assurer à la Yougoslavie, aux côtés de Cuba, une place privilégiée de pionnier de la marche vers le socialisme.

Faut-il considérer pour autant que l’Etat yougoslave n’a pas lui-même de défectuosités et que les solutions adoptées répondent toujours aux problèmes posés par l’édification du socialisme ? Loin de là, et les critiques que les Yougoslaves adressent eux-mêmes à leur vie sociale et économique nous invitent à ne pas tomber dans le travers de l’apologétique. Il saute d’abord aux yeux que le juste équilibre entre centralisation et décentralisation n’est pas réalisé et que l’économie yougoslave autant que la vie politique sont soumises à d’incessants réajustements pour combattre, comme disent les dirigeants yougoslaves, « les phénomènes négatifs » (anarchie dans la politique des investissements, tendances au localisme ou au contraire tendances bureaucratiques centralisatrices). A y regarder de plus près, il ne semble pas toutefois que le problème soit purement technique, c’est-à-dire celui d’une bonne répartition du pouvoir de décision entre les différents niveaux de la structure étatique. Il apparaît au contraire comme la rançon de l’organisation du pouvoir en Yougoslavie : le pouvoir central échappe pratiquement à tout contrôle démocratique et la participation démocratique des masses, limitée pour l’essentiel à l’entreprise et à la commune, se trouve orientée bon gré malgré vers toute une série de particularismes.

On se trouve ainsi devant une sorte de cercle vicieux dans lequel le centralisme incontrôlé et le particularisme populaire s’alimentent réciproquement. L’Union communiste constitue, bien entendu, un facteur d’unification qui permet plus ou moins de corriger ces tensions, mais elle les corrige dans les limites fixées par le système et par sa propre volonté de maintenir une tutelle bienveillante sur la société. Il n’est donc pas étonnant qu’un grave problème de génération et de renouvellement des cadres politiques se pose aujourd’hui : les jeunes générations écartées longtemps d’une véritable participation aux décisions nationales les plus importantes et n’ayant pas eu l’occasion de prendre part à l’expérience politique exaltante de la lutte de libération sont menacées soit par le conformisme, soit par l’apolitisme pendant que la génération des partisans se trouve peu à peu atteinte par le vieillissement et par la lassitude.

La nouvelle Constitution a tenu compte de ce danger en prévoyant l’obligation d’une rotation rapide aux postes de responsabilité, mais il est douteux que le remède soit suffisant pour changer la situation. Il reste à accomplir bien des pas en avant (démocratisation de l’Union, élargissement du rôle des conseils ouvriers dans la planification, etc.) pour que la démocratie socialiste yougoslave prenne véritablement consistance.

Il faut noter par ailleurs que les Yougoslaves apportent dans la politique internationale une certaine étroitesse nationale qui limite considérablement la portée positive de leur action de désagrégation du stalinisme. Leur politique de coexistence active repose beaucoup trop, en effet, sur l’idée très optimiste que le maintien de la paix et de rapports de bon voisinage entre les Etats suffira à donner une forte impulsion à la marche au socialisme. En ce sens, le non alignement prend pour eux une valeur quasi mystique échappant à une analyse des rapports de classe à l’échelle internationale.

Certes, les Yougoslaves n’ont jamais prétendu faire adopter cette conception par les partis ouvriers des pays capitalistes ; il n’empêche cependant que leur influence va très souvent dans le sens d’un certain désarmement idéologique du mouvement ouvrier. C’est là que se trouve leur plus forte limite et ce qui interdit de voir à l’heure actuelle dans la Yougoslavie un centre de regroupement du mouvement ouvrier international, même si la contribution yougoslave à la théorie et à la pratique de la société de transition vers le so­cialisme est irremplaçable.

Pierre GAUTIER

L’article est tiré du journal l’Action, numéro d’octobre 1964, dont le comité de direction était composé de Roland Andrieu, Favre-Bleibtreu, Roger Blin, Claude Bourdet, Jean Cassou, Julien Desachy, Guy Desson,  Claude Hazard, Maurice Henry, Henri Lefebvre, Michel Lequenne, Maurice Nadeau, Roger Noulé, Marcel Penin, Jean Poperen, Georges Rino, Oreste Rosenfeld, Tanguy-Prigent, Pierre Vidal-Naquet.  (Hum, pas de femmes, pourtant elles existaient dans les années 60…)


La YOUGOSLAVIE cherche la voie de la démocratie socialiste

Yougoslavie 1965 Favre-BleibtreuS’il n’a pas fait de gros titres dans la presse française, le VIIIe Congrès de la Ligue des Communistes de Yougoslavie n’en est pas moins un événement de première grandeur. Il bat en brèche la thèse conservatrice et réformiste d’une identité entre le socialisme et sa caricature bureaucratique. Son thème central était l’approfondissement de la démocratie socialiste. La « voie yougoslave » évite l’enlisement qui la menaçait, cherche son second souffle et confirme sa valeur d’exemple positif pour le mouvement ouvrier international.

Les conseils ouvriers instaurés en 1950 pour souder l’alliance des masses ouvrières et du parti contre l’offensive de Staline furent d’abord un choix politique ; en vue de combattre le bureaucrate on stimulait l’initiative créatrice des travailleurs devenus maîtres de l’entreprise. Quatorze ans plus tard les conseils ouvriers sont les grands vainqueurs du congrès. L’autogestion est entrée dans les mœurs ; ses succès sont incontestables et incontestés.

Cependant l’économie souffre de certaines distorsions et incohérences. Dans le vide politique le bureaucrate cherche tout naturellement à répondre aux difficultés par le centralisme étatique et par le grignotage des prérogatives des conseils ouvriers. Le congrès a tranché, avec audace et netteté : il faut aller de l’avant, les fonctions des conseils ouvriers seront élargies, leur pouvoir devient prépondérant en matière d’investissement et de plan au dépens des contrôles étatiques locaux et nationaux. De « l’usine aux ouvriers » il mène vers l’économie nationale aux ouvriers.

Mais la recrudescence de bureaucratie qui a marqué les dernières années a été favorisée par un recul sensible de l’activité politique des masses populaires de Yougoslavie. Le congrès a mis le doigt sur deux manifestations graves de cette dépolitisation. La première est la réapparition des antagonismes entre particularismes nationaux.

La seconde, plus lourde de conséquences, est l’indifférence des jeunes travailleurs à l’égard de la L.C.Y., la faiblesse du recrutement dans les générations montantes. Dépolitisation, chauvinisme, désaffection des jeunes peuvent-ils être surmontés par la démocratie économique ? N’existe-t-il pas d’autres besoins démocratiques à satisfaire ? Le congrès a posé la question, mais sa réponse est restée ambiguë.

A son actif s’inscrivent le renouvellement d’un quart du Comité central, la publicité des débats du congrès et du Comité central (retransmis en direct par la télévision), le nombre très élevé d’interventions des délé­gués qui obligea à prolonger la session du congrès, la franchise et la liberté des criti­ques venues d’en bas. Nous sommes loin des congrès préfabriqués et des roueries politiciennes. Ce congrès démocratique a surpris les représentants des « partis frè­res ».

Pour affirmer que la démocratie n’est pas confinée à l’intérieur du parti, le congrès a insisté sur les limitations du rôle dirigeant des communistes : la fonction dirigeante de la ligue n’est pas donnée automatiquement ; elle doit être conquise chaque jour, constamment. La ligue ne commande pas, elle ne peut que convaincre les organismes d’autogestion. Cette orientation, qui rompt avec la pratique des partis monolithes, hiérarchisés et omniscients (dont les membres ont une carrière assurée), atténue grandement les inconvénients du parti unique. Mais elle en souligne d’autres dans la mesure où elle ne s’accompagne pas de la mise en place d’organismes politiques de démocratie directe.

C’est alors que surgit la question des questions : ce parti qui ne commande pas mais veut convaincre et entraîner, peut-il exprimer et laisser s’exprimer les courants de pensée sans lesquels l’adhésion des masses n’est qu’acceptation et la démocratie politique un vœu inactuel ? Sur ce point la discussion du congrès a été très poussée.

La légalisation des tendances organisées, défendant publiquement leur programme, a été demandée. Elle a été combattue et rejetée au nom, précisément, du rôle « non dirigeant » du parti qui, pour convaincre, doit « maintenir son unité idéologique ». Bien des questions restent donc en suspens mais le simple fait de les avoir abordées franchement est un acquis remarquable de ce congrès.

« Contre le bureaucrate qui conçoit l’unité comme un nivellement de la pensée au niveau de la médiocrité, déclare le secrétaire de la Ligue de Macédoine, la publicité des débats de la ligue doit stimuler la pensée, l’initiative, l’action des individus et des organisations sur la ligne du socialisme et de la lutte pour la démocratie socialiste directe. » Mais dans l’intervalle des congrès il faudra maintenir l’intérêt populaire pour la chose publique, éviter l’assoupissement et la dépolitisation, stimuler la discussion des intérêts socialistes de la confédération et de la démocratie socialiste directe pour tenir en échec les tendances chauvines, amener les jeunes à l’engagement politique. La démocratie économique y suffira-t-elle ?

FAVRE-BLEIBTREU. Article tiré de l’Action de janvier 1965



Le documentaire ajouté au bas de cette page en janvier 2019, permet de comprendre en quoi a consisté l’autogestion mise en oeuvre en Yougoslavie, et quelle a été son influence (ou du moins sa réception) dans les milieux de la gauche française (des trotskistes et anarchistes aux socialistes, en passant par les communistes et la nouvelle gauche qui se ralliera dans le PSU) :


BRÉSIL, DE 1964 À 2014

Commission Vérité au Brésil : Les fantômes d’un passé douloureux (1)

Produit par le CHS (Unité mixte de recherche CNRS / Univ. Paris 1), réalisé par Jeanne Menjoulet, ce vidéo-documentaire présente, au travers de témoignages de victimes de la dictature et d’un tortionnaire (Paulo Malhaes) et au travers de l’analyse d’historiens, l’état des lieux, quelques mois après la présentation du rapport de la Commission de la Vérité Brésilienne (Comissão Nacional da Verdade, CNV). Une séquence permet de voir et d’entendre la présidente Dilma Rousseff (elle-même emprisonnée et torturée sous la dictature militaire), lors de la publication du rapport de la CNV en décembre 2014.

(2) Brésil, du coup d’Etat de 1964 à la transition démocratique

Cette seconde  partie du vidéo-documentaire vise à apporter quelques éclairages sur le contexte brésilien des années de la dictature (1964-1985). Il fait suite au film (1) qui présentait la Commission Nationale de la Vérité (CNV).
Sont abordées des questions comme les influences internationales (Etats-Unis, France) qui ont favorisé l’arrivée ou le maintien de la dictature militaire, l’évolution du régime durant cette période, la répression et la façon dont l’opposition à la dictature s’est positionnée à l’issue de la dictature. Des extraits du témoignages de l’ex-président Lula permettent de saisir le Brésil de la fin des années 1970, à l’aube de sa transition vers la démocratie. .

Production : Chs  – Réalisation : Jeanne Menjoulet


Au sujet de ce qui est qualifié de « coup d’état déguisé » – la destitution de Dilma Roussef en mai 2016-, un éclairage supplémentaire peut apporter des éléments de compréhension et d’analyse. La lecture de l’article qui suit, est à ce titre intéressante. Il s’agit des propos d’une doctorante brésilienne, Tauana Gomes Silva (qui vit en Bretagne et dont le sujet de thèse est “la participation politique des femmes noires dans les mouvements de gauche au Brésil pendant la dictature militaire de 1964 à 1984”, CERHIO, Université Rennes 2) :



Un document d’archive (fonds JR Chauvin) : Le coup d’Etat au Brésil, analysé par Wilebaldo Solano

Couverture du journal L’Action : Brésil, coup d’Etat 1964

Quelques jours après le coup d’Etat au Brésil, Wilebaldo Solano ancien dirigeant du POUM (guerre d’Espagne) analyse la situation. Il s’agit du point de vue de la gauche marxiste non stalinienne. Article tiré des archives de Jean-René Chauvin (correspondance JR Chauvin, année 1964) , consultables au CHS, 9, rue Mahler 75004 Paris
Les “forces obscures”qui ont renversé Janos Quadros en août 1961 ont enfin réussi ce qu’elles se proposaient depuis de longs mois par un coup d’état préventif , masqué d’une grossière farce “démocratique”, obliger Joao Goulart à capituler et asséner un rude coup au mouvement populaire révolutionnaire du Brésil.

La victoire inespérée de Lacerda, la figure politique la plus représentative et la plus trouble de la réaction brésilienne a suscité une énorme émotion en Amérique et dans le monde entier. Depuis quelques temps tout le monde suivait avec intérêt l’évolution des événements au Brésil. Les manifestations comme le grand meeting populaire de Rio, la mutinerie des marins, le discours de Goulart devant les sous-officiers, et les réformes annoncées (expropriation de certaines terres, octroi du droit de vote aux analphabètes, augmentation substantielle des salaires, contrôle des bénéfices étrangers, expropriation de certaines compagnies pétrolières) avaient réveillé de grandes espérances à l’intérieur comme à l’extérieur du Brésil.

Mais l’on ignorait généralement que les Fameuses “forces obscures” dont parlait Quadros, c’est à dire les monopole yanquis et les éléments réactionnaires de la ville et de la campagne, avaient décidé, sans plus attendre, de passer à la contre offensive. Et ce que personne ne pouvait imaginer, c’est que Goulart, Brizzola et Arraes, allaient capituler avec autant de facilité devant le coup d’Etat contre révolutionnaire, et que le mouvement ouvrier et les ligues paysannes offriraient si peu de résistance à l’agression réactionnaire.

L’attitude des promoteurs de “l’Alliance pour le progrès” ne peut nous surprendre. Deux jours avant la rébellion  le département d’Etat a publié une Information dénonçant “la tolérance du gouvernement Goulart à l’égard des communistes”. Vraiment on ne pouvait trouver de meilleure formule pour inciter Lacerda et les autres à passer à l’action. En outre Goulart était à peine déposé, que le président Johnson félicitait le chef de l’Etat désigné par les insurgés. Deux Jours après Dean Rusk et George Bail se félicitaient que les règles constitutionnelles aient été respectées, et parlaient en plus d’un “événement remarquable”.

Par contre, comment peut on s’expliquer la capitulation de Goulart, de ce même Goulart qui peu de temps avant invitait les sous officiers de Rio à défendre “les réformes de structure”, et se prononçait en faveur d’un large front populaire ?

Joao Goulart
Joao Goulart

A notre avis, il n’y a qu’une explication. Goulart, comme Quadros hier, était un représentant de la bourgeoisie Nationale libérale, éternellement hésitante entre la pression des grandes forces féodales et capitalistes, et celle du mouvement populaire. Depuis qu’il a accédé au pouvoir en 1961, Goulart a prononcé une infinité de discours, quelques fois franchement démagogiques, sur les réformes qui s’imposaient au pays, mais n’en a réalisé aucune.

Sa politique avait eu la triste vertu de tromper les masses ouvrières et paysannes, et d’exaspérer les forces réactionnaires. Et à l’heure décisive, quand il s’est agit d’appeler les masses populaires à la résistance organisée, il n’a pensé à se défendre qu’avec l’appareil de l’Etat qui était en grande partie aux mains des éléments contre-révolutionnaires.

Si tout ceci est évident, il reste à éclaircir un autre problème, celui de la passivité du mouvement ouvrier, des paysans, des sous-officiers et des soldats qui avaient à plusieurs occasions manifesté leur solidarité avec les aspirations des masses populaires. Il est encore trop tôt pour expliquer ce fait qui peut avoir de graves conséquences pour l’avenir de la révolution brésilienne. Cependant nous sommes déjà en mesure d’apporter quelques éléments d’appréciation.

La passivité des forces populaires

Le Brésil est un pays essentiellement agricole, le prolétariat n’y représente pas une force décisive et se trouve profondément divisé. Le mouvement syndical n’a ni la force, ni la cohésion nécessaire pour déclencher une grève générale de caractère national. Le parti communiste de Carlos Prestes soutenait Goulart et n’a pas préconisé une politique offensive et révolutionnaire. On se souvient des critiques adressées à Prestes par Fidel Castro. Le parti communiste dissident, de tendance pro-castriste, ne représentait pas encore une force importante. D’autre part les Ligues paysannes de Juliao n’avaient pas réussi à réaliser l’unité d’action avec le mouvement ouvrier.

En octobre 1962, la revue “Política Operaria” (Politique Ouvrière) organe de l’Organisation Marxiste Révolutionnaire du Brésil qui était issue de le fusion de la Ligue Socialiste Indépendante, des jeunesses Socialistes et de l’aile gauche de la Jeunesse Travailliste, avait adressé un appel au Parti Communiste du Brésil (pro-castriste) et au Mouvement révolutionnaire Tiradentes (constitué de dirigeants des Ligues paysannes) en vue de la formation d’un Front de toutes les forces révolutionnaires. “Política Operaria” avait insisté sur le nécessité d’aboutir rapidement à l’unification pour offrir une alternative populaire et révolutionnaire. Malheureusement cet appel n’a pas donné les résultats attendus.

Il est difficile de formuler des pronostics sur ce qui va arriver au Brésil dans les mois prochains. Mais sans plus attendre on peut déjà tirer quelques leçons des récents événements  Les principales sont les suivantes:

1) La bourgeoisie nationale et libérale est incapable de mener à leur terme les réformes de structure quelle préconise et ne constitue qu’un intermède équivoque et dangereux entre la révolution et la contre révolution.

2) Dans un pays sous développé comme le Brésil, quand les tensions sociales atteignent le paroxysme et qu’il en résulte une situation révolutionnaire, la voie pacifique et parlementaire conduit à une déroute du mouvement ouvrier et paysan, et au triomphe des forces féodales et capitalistes liées à l’impérialisme.

3) La division du mouvement ouvrier et son manque de coordination avec le mouvement paysan et ses alliés éventuels dans l’armée aboutissent fatalement à ruiner toutes les possibilités révolutionnaires.

Wilebaldo SOLANO, le 5 avril 1964

Nous retrouvons cet article dans le numéro d’Avril 1964 du journal l’Action. Le Brésil en couverture…


Portrait de Solano dans "La Gauche", journal du RDR, 1949
Portrait de Solano dans “La Gauche”, journal du RDR, 1949

Portrait de l’auteur de l’article, Wilebaldo Solano, en 1949, dans le journal du R.D.R “La Gauche” :  Wilebaldo Solano, secrétaire général du P.O.U.M., directeur de « La Batalla », fut secrétaire du Front révolutionnaire de la Jeunesse de Catalogne pendant la guerre civile espagnole. Responsable espagnol de « L’Insurgé » de Lyon, organisation socialiste révolutionnaire de la Résistance française, il fut condamné à 20 ans de travaux forcés par un tribunal militaire de Vichy en 1941. Il a été libéré par le maquis en juin 1944.



1935 : PACTE LAVAL-STALINE VS INTERNATIONALISME

Pivert 1935 Pacte Staline Laval
Fonds Marceau Pivert (CHS), “Album-photo” 1935
L’accent est mis sur la phrase de Staline à propos de la défense nationale française

      La signature le 2 mai 1935 du pacte Laval-Staline fut suivie, le 15 mai 1935, de la déclaration de Staline  « Monsieur Staline comprend et approuve pleinement la politique de défense nationale faite par la France pour maintenir sa force armée au niveau de sa sécurité » .


 Daniel Guérin (qui fut l’un des dirigeants, avec Marceau Pivert,  de la Gauche Révolutionnaire) commentera ainsi le ralliement de la direction du PCF à la défense nationale : « Les socialistes étaient au anges. Ce rustre de Staline avait bien sûr manqué de tact en décernant à un Premier ministre de droite un certificat de bonne conduite ; mais Blum clama que la déclaration de Moscou lui donnait raison, que le fossé avec les communistes sur la défense nationale était comblé, qu’un pont venait d’être jeté vers l’unité ouvrière. Les syndicalistes réformistes, Jouhaux en tête, n’exultèrent pas moins et cessèrent comme par enchantement, d’opposer leur ancien veto à l’unité syndicale. Quant aux radicaux-socialistes, qui la veille encore s’étaient faits les complices de l’opération issue du 6 février et avaient accepté servilement le rôle d’otages dans un gouvernement d’union nationale, ils se découvrirent soudain pour les communistes, devenus nationaux, des trésors d’indulgence, en attendant l’accolade de Daladier et de Thorez, place de la nation, le 14 juillet 1935. »  Daniel Guérin, Front populaire, une révolution manquée, Acte Sud, 1997


Pivert 1935 Mur des férérés 1er rassemblement commun SFIO-PCF

Mai 1935 Rassemblement mur des fédérés
1er rassemblement commun SFIO – PCF


Le tract qui suit est annoté par Pivert (fonds Marceau Pivert, consultable au centre d’Histoire Sociale du XXe siècle), il donne un aperçu de l’Etat d’esprit de la Gauche Révolutionnaire de la SFIO en 1935 (année de l’adhésion de Chauvin à la SFIO)

Tract mai-juin 1935

1935 pacte Laval Staline tract recto

CONTRE la GUERRE QUI VIENT ! « M. Staline comprend et approuve pleinement la politique de défense nationale faite par la France pour maintenir sa force armée au niveau de sa sécurité. »

(Communiqué Laval-Staline.)

L’importance de cette déclaration faite au ministre des Affaires étrangères de France oblige tous les militants ouvriers, soucieux de leurs responsabilités, à exprimer publiquement leur émotion et leur inquiétude.

La déclaration de Staline, accepté comme chef par une fraction importante de la classe ouvrière, compromet la lutte traditionnelle menée, depuis la Première Internationale  par les organisations ouvrières contre le militarisme et la guerre. Elle remet en cause la leçon si chèrement payée que le mouvement révolutionnaire a tirée de la guerre de 1914.

Le souci de ne pas nuire à l’unité d’action heureusement réalisée entre les deux grands partis prolétariens, et de ne pas retarder l’unité syndicale que l’on espère très proche, ne peut condamner au silence des militants qui ont toujours fourni d’ailleurs des efforts patients et tenaces pour mettre fin aux luttes fratricides entre les différentes organisations et fractions du prolétariat, car l’unité n’est ni l’abdication, ni l’étouffement. Elle laisse à chaque prolétaire le droit de penser librement, elle lui impose le devoir de parler franchement à ses camarades d’atelier et de combat.


Nous ne pouvons donc accepter toute politique qui aboutirait, directement ou indirectement, à river les exploités aux exploiteurs, à faire partager aux ouvriers et paysans français les responsabilités des maîtres de l’industrie et de la finance auxquels, pour le passé comme pour l’avenir, aucune solidarité ne peut les lier. NOUS NOUS REFUSONS A CHOISIR ENTRE LES IMPÉRIALISMES QUI SE DISPUTENT LE MONDE. Il n’y a pas, pour nous, de bons ou de mauvais impérialismes, des impérialismes pacifiques et des impérialismes belliqueux, des peuples loups et des peuples agneaux. Tout impérialisme, quelles que soient sa couleur, son évolution, les variations de sa politique, les hypocrisies de sa propagande, demeure, pour tous les travailleurs, un ennemi qu’il faut combattre et abattre.

Prolétaires français, nous n’oublions pas notre tâche particulière, notre devoir impérieux, de lutter chez nous, contre notre ennemi national, et pour cela définir les responsabilités propres de notre impérialisme, de notre bourgeoisie, dans la situation actuelle. Par sa politique de maintien des traités de 1919 qui ont balkanisé l’Europe, par son refus d’accepter tout projet sincère de désarmement, par sa politique coloniale inique et sanglante, par son militarisme claironnant et provocant, le capitalisme français — ses banquiers, ses industriels, ses militaires — prépare la prochaine guerre; IL A FAVORISE LE DÉVELOPPEMENT DE TOUS LES NATIONALISMES, IL A CONTRIBUE A LA VICTOIRE DE HITLER.

1395 pacte Laval Staline tract verso

Il est évident que tout ralliement de notre part à la guerre qui vient impliquerait l’union — sous les drapeaux — avec nos propres éléments fascistes et par conséquent l’anéantissement du mouvement ouvrier, la faillite de l’idéal socialiste, l’étouffement pour une durée indéterminée de toute possibilité révolutionnaire.

Participer de notre gré à la guerre contre un fascisme extérieur pour défendre ce qui subsiste en France de démocratie serait conclure, un marché de dupes. Sous l’état de siège comme sous le fascisme, il n’y a plus trace de pensée libre. La démocratie politique fait place à la dictature militaire; tout est soumis à la plus monstrueuse des raisons d’Etat.

Comme le fascisme, la guerre n’est possible que par l’affaiblissement, la défaite provisoire du prolétariat.

Enfin, pour combattre un fascisme étranger, nous n’acceptons pas de confondre notre lutte avec celle que mènerait contre lui, à des fins que nous répudions, notre propre impérialisme.

Contre l’hitlérisme — que nous haïssons d’une haine implacable — nous refusons de confondre notre lutte avec la politique d’encerclement de l’Allemagne qui a été l’une des causes immédiates de la guerre de 1914 et qui, en 1935, identifie les travailleurs allemands à leurs bourreaux et les livre à la démagogie nationaliste des nazis.

CE N’EST PAS D’UNE GUERRE IMPÉRIALISTE MAIS DE LA LUTTE SOCIALE QUE NOUS ATTENDONS LA CHUTE DU RÉGIME HITLÉRIEN.

Les révolutionnaires clairvoyants, groupés en 1792 autour de Robespierre et de Marat, avaient lumineusement prévu les conséquences de la déclaration de guerre à l’Autriche. Après eux, nous répétons que l’on ne porte pas la liberté aux peuples à la pointe des baïonnettes…, ni sur l’aile des avions de bombardement.


Nous demandons au prolétariat français d’affirmer à tous les prolétariats, et particulièrement aux prolétariats d’Allemagne et d’U.R.S.S., qu’il n’accepte pas plus la responsabilité des derniers accords diplomatiques et militaires, qu’il n’accepte celle du traité de Versailles.

Nous voulons opposer l’unité ouvrière à l’Union sacrée que l’on nous prépare.

Nous voulons opposer à toute alliance entre gouvernements, l’action solidaire du prolétariat international, seul capable de défendre efficacement les conquêtes de la révolution d’Octobre et de garantir ou de rétablir les libertés ouvrières dans le monde.

Nous adjurons fraternellement tous les prolétaires, tous les militants révolutionnaires — qu’ils soient socialistes, communistes, anarchistes, syndicalistes — de signer avec nous cette déclaration, de préparer avec nous une Conférence nationale au cours de laquelle on décidera des moyens pratiques de lutte contre la guerre qui vient.

 Le Comité provisoire d’organisation :

Guy JERRAMI, PIERRE MONATTE, Robert LOUZON, Lucie COLLIARD, FREMONT, H. BARBE, Jacques DORIOT, Roger HAGNAUER, Jean BERNIER, GRANDJOUAN, Marceau PIVERT, F. CHARBIT, R. LEFEUVRE, Henry POULAILLE,  C. DELSOL, René DEVEAUX, LASTERADE, Maurice CHAMBELLAND, J.-P. FINIDORI.

Nous invitons les militants des organisations ouvrières à collecter en masse des signatures à cette déclaration. Elle doit permettre le rassemblement de tous les ennemis de l’Union sacrée et de la guerre.

 Prière d’adresser les adhésions à la déclaration et à la Conférence — dont la date sera fixée ultérieurement à R. LOUZON, secrétaire du Comité d’organisation, 54, rue du Château-d’Eau, Paris-X; les fonds pour subvenir aux besoins de la propagande et de l’organisation à LUCIE COLLIARD, 4, avenue Anatole-France, Clichy (Seine), chèques postaux 1580-48 Paris.


1935 tract contre l'Union Sacrée

CENTRE de LIAISON et D’ACTION CONTRE la GUERRE, CONTRE L’UNION SACRÉE                             PROJET DE MANIFESTE, soumis à la 2° Conférence Nationale (28 Septembre 1935)

Agissons contre la guerre !                                                                                                                                Contre tous les impérialismes ! AUX TRAVAILLEURS DE TOUTES CONDITIONS                                                                                                            AUX PACIFISTES DE TOUTES TENDANCES

A une crise économique sans précédent, jetant dans la misère les prolétaires des pays capitalistes les plus développés, s’est ajouté le boulet d’armements formidables et le heurt des contradictions impérialistes jamais apaisées, malgré la guerre dite du Droit et l’organisation de la Société des Nations.

En raison des traités impérialistes qui concluaient celle qui devait être la dernière guerre, l’Europe et le monde se retrouvent aujourd’hui devant la terrible et imminente menace de nouveaux carnages, risquant d’engloutir l’héritage de siècles d’efforts humains et la jeunesse du globe.

Rien n’a pu jusqu’ici s’opposer à la montée croissante des armements, à la fascisation des Etats, à la conquête de pays dits inférieurs, à la colonisation et au recul de la civilisation humaine.

La Société des Nations a permis l’achèvement de la conquête du Maroc, le bombardement de Damas et celui de Corfou, l’envahissement de la Mandchourie et la tragédie sanglante du Gran Chaco.

Faire reposer la paix et l’action contre la guerre sur un organisme composé de brigands impérialistes, c’est duper les travailleurs et les désarmer devant les massacres en préparation.

L’agression sauvage de l’impérialisme italien contre un petit peuple de paysans et de bergers, demeuré relativement indépendant au milieu d’un continent entièrement colonisé, révolte la conscience universelle et inscrit à l’actif du fascisme un forfait nouveau, que le peuple italien punira en brisant et en jetant bas la dictature mussolinienne seule coupable.

Dans le conflit Italo-abyssin, l’Angleterre, qui prétend défendre la paix et la S.D.N. continue sa politique séculaire de domination de tous les territoires qui assurent, en les exploitant, la voie impériale des Indes. Son attitude n’est pas dictée par des motifs nobles à l’égard du peuple éthiopien, mais par les desseins d’un impérialisme rapace qui ne renonce pas à son hégémonie. La paix et l’indépendance des peuples ne sont pas les buts poursuivis par l’empire britannique, pas plus que par l’impérialisme français, courbant sous son joug (60 millions d’esclaves coloniaux).

Ce serait une lourde et criminelle erreur d’accorder aux pays impérialistes qui dominent l’organisme de Genève le soin et la tâche d’agir contre la guerre et l’organiser la paix. Seule l’action internationale des travailleurs de toutes conditions et des pacifistes de toutes tendances peut empêcher la guerre, imposer le désarmement, libérer les peuples serfs, garantir l’indépendance et l’existence des petits pays.

Les sanctions anglaises, françaises ou autres, représentées comme un obstacle à la guerre ne sont et ne peuvent être en définitive que l’action armée d’un impérialisme contre l’autre aux dépens de la paix et des intérêts des travailleurs de tous les pays.

Le peuple éthiopien a droit à tout notre soutien moral et matériel, et il ne peut sauver son indépendance que par l’action et la solidarité internationales des travailleurs et des pacifistes résolument hostiles à la guerre impérialiste sous toutes ses formes et se coalisant pour g faire échec par tous les moyens.

La paix ne peut être assurée par la puissance des armes, mais au contraire par la désagrégation et la des­truction des formes armées impérialistes.

TRAVAILLEURS, PACIFISTES,                                                                                                                                            Soutien sans réserves du peuple éthiopien.                                                                                                                     Solidarité des peuples opprimés par l’impérialisme avec le peuple éthiopien.                                               Appui aux travailleurs antifascistes italiens, émigrés et au peuple italien.                                                   Fraternisation des marins anglais et italiens contre leurs impérialismes.                                          Fraternisation des soldats italiens avec les paysans d’Ethiopie.                                                                       Cheminots, dockers, marins français, arrêtez tous transports de matériels de guerre à destination de l’Italie fasciste et de l’Angleterre impérialiste.                                                                                                                  Pas un centime français et pas un homme pour la guerre.                                                                                      Mobilisation de toutes les organisations ouvrières et pacifistes, syndicats en tête, pour réaliser ces mots d’ordre.

T. S. V. P.

1935 tract contre l'Union Sacrée verso

2e CONFÉRENCE CONTRE LA GUERRE CONTRE L’UNION SACRÉE                           SAMEDI 28 SEPTEMBRE 1935                                                                                                       A 14 HEURES, SALON E, A LA MUTUALITÉ

24, Rue Saint-Victor, Paris-5e (Métro Maubert-Mutualité)

Ouverte aux délégués des organisations adhérentes et aux délégués et assistants des Congrès Confédéraux de la C. G. T. et de la C. G. T. U., sur présentation de leur carte de délégué ou d’assistant à l’un des deux Congrès.

Invitation est faite aux délégués des Syndicats autonomes non représentés aux deux Congrès Confédéraux.

Une somme de deux francs sera perçue à l’entrée pour couvrir les frais de location de la salle.

EX-YOUGOSLAVIE-GUERRE-BOSNIE-HERZÉGOVINE

 Article de Jean-René Chauvin tiré du N°27 de la LETTRE BI-MENSUELLE D’ÉCOLOGIE-SOLIDARITÉS – 19 mai 1994     Jean-René Chauvin était membre depuis deux ans de l’Association Sarajevo, où il était notamment rédacteur en chef du bulletin de l’Association, la “Lettre de Sarajevo”. Cet article est tiré des archives Jean-René Chauvin est consultable au Centre d’Histoire Sociale, 9 rue Mahler 75004 Paris.


1994 - Bosnie Qui sont les complices des tueurs fascistes

Qui sont les complices des tueurs fascistes ?

Combien faudra-t-il de Sarajevo, de Gorazde et de Banja-Luka pour que les bureaucraties politiques et syndicales des pays de l’Europe occidentale comprennent qu’on ne négocie pas avec des tueurs fascistes.

Depuis des semaines, Radovan Karadjic joue au chat et à la souris avec l’OTAN et l’ONU, lui étant le chat, tantôt toutes griffes dehors, tantôt ronronnant de plaisir au spectacle des autres poussant des cris plaintifs, lançant des avertissements, donnant à l’occasion des leçons de morale.

De qui se moque Alain Juppé, lorsqu’il parle d’une offensive diplomatique majeure au moment où les chars de Karadjic avancent et tuent la population civile jusqu’aux blessés dans l’hôpital ? Des victimes bosniaques comme de l’opinion publique française. De qui se moque-t- on quand au même moment on envisage avec désinvolture une conférence internationale “dans un mois environ”? Des mêmes. A quoi servent ces faux-semblants d’ultimatum ? A tromper l’opinion. Il y a longtemps que la décision des grandes puissances est prise. C’est le partage de la Bosnie, voire sa suppression de la carte Et comme au moment du dépeçage de la Tchécoslovaquie en 1939, l’on nous dira : ce n’était pas viable, pourquoi mourir pour Sarajevo, comme Déat nous avait dit pourquoi mourir pour Dantzig ?

Ah si la Bosnie avait eu des puits de pétrole comme le Koweit, on ne se serait pas contenté de frappes aériennes, on aurait envoyé une armée. Mais à quoi bon pour ne sauver que des êtres humains ? La bande Milosevic-Karadjic aura sa victoire dans un fauteuil. Elle peut encore se donner le luxe de retirer ses troupes de deux ou trois kilomètres après avoir assassiné jusqu’à la dernière minute autorisée. En attendant de revenir.

On n’arrête pas des armées blin­dées en votant des motions, ni même avec des frappes aériennes. On ne peut arrêter la terreur fasciste qu’en lui infligeant une défaite politique et militaire. La politique est ainsi faite qu’elle comporte une combinaison d’actions politiques et militaires. Karadjic et Milosevic le savent, et en jouent. Les paltoquets qui nous re­présentent ne le savent pas encore. Le sauraient-ils, auraient-ils le cou­rage d’agir ? Le 21 avril à l’Assem­blée nationale, Juppé, accusant les intellectuels d’irresponsabilité, ajoutait : “Si dans un moment d’aberration, on proposait à cette assemblée d’envoyer un contingent en Bosnie, qui voterait la décision ?” Personne n’a moufté. Juppé connaît bien son monde parlementaire qui est à sa propre image. Rabelais aurait dit : “ils sont de la même vesce”.

C’est aujourd’hui (25 avril 94) la journée de la déportation, anniversaire de la libération des camps de concentration nazis. Les survivants et survivantes firent alors le serment : “Plus jamais ça! Plus jamais le racisme, le fascisme et la guerre!” Chaque année, pour entretenir la mémoire, il y a ainsi des commémorations avec drapeaux tricolores, et discours officiels. Mais “Ça” continue en Bosnie, comme la phtisie galopante. Les bonnes consciences franchouillardes qui ont envoyé l’armée en 45 en Indochine “française”(sic), puis dans les années 50 en Algérie “française” (resic), ne bougent pas le petit doigt, “pour ne pas faire couler le sang français”. Elles n’avaient pas ce genre de scrupule en 45 et 56. Il fallait sauver les intérêts des porteurs de parts des sociétés minières du Tonkin et des planteurs d’hévéas en Cochinchine, des colons d’Algérie. C’était du sérieux.

Le 4 juin prochain la coordination des comités contre la purification ethnique, l’association Sarajevo, appellent à un rassemblement à Caen à l’occasion du cinquantième anniversaire du débarquement allié (1). Soyons nombreux pour exiger des gouvernements occidentaux l’envoi en Bosnie d’une force d’interposition suffisamment massive et équipée d’armes blindées pour être dissuasive. Plus on attendra, plus le prix à payer sera élevé en vies humaines. Les fascistes ne connaissent que le langage de la force.

Jean-René Chauvin (2)

  • Mauthausen, n° 27893
  • Auschwitz, n° 201627
  • Buchenwald, n° 110019

(1) – Les “autorités” ont autorisé ce rassemblement le 4 pour ne pas embarrasser les cérémonies officielles du 6 juin.

(2) – Chaque fois qu’un grand quotidien publie en tribune libre l’article d’une notabilité, elle fait suivre son nom de ses titres universitaires ou autres. Qu ’on me per­mette, un 25 avril, de décliner les miens, qui à l’époque, étaient très sélectifs

ARTICLE ANDRÉ CALVÈS FALLAIT-IL RENDRE LES ARMES ? (FIN 1944)

Document appartenant aux archives de Jean-René Chauvin (disponible au Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle – 9, rue Mahler 75004 Paris) – Un texte de Chauvin portant en partie sur la même période est en ligne sur ce carnet Hypothèse. 

Publication : Le Militant    SPÉCIAL JUIN 1964   – Auteur : André Calvès

Le militant juin 1964 - 1

“LE MONDE” a consacré une demi-page à l’interprétation que donne Claude Bourdet de l’attitude du P.C.F. lors de la libération.

Dans cette réponse, il ne sera donc possible que de citer des extraits et renvoyer le lecteur au MONDE du 16 Mai 1964.

Bourdet écrit :    “Le PC pouvait faire la révolution – disent les gauchistes – toute la Résistance aurait suivi. Il a obéi aux injonctions soviétiques consécutives, à l’accord de Yalta qui laissait la France dans la zone d’influence du monde capitaliste. Je pense, en tant qu’ancien membre du C.N.R. connaissant bien la structure de la Résistance française, que Maurice Thorez a eu raison de ne pas essayer de ’’faire la révolution” et que si les Soviétiques l’ont conseillé dans ce sens, ils ont eu cent fois raison. Car on n’aurait abouti qu’à une terrible guerre civile ou la Résistance aurait été déchirée et le PCF écrasé’“.

La discussion , comme le jeu de cartes, ne présente de l’intérêt que si l’on admet une règle. Or Bourdet débute en trichant. D’abord, selon un procédé classique, il fabrique des ’’gauchistes” sur mesure au lieu de citer des extraits des documents qui parurent à l’époque. Ensuite il feint d’ignorer la valeur réelle des accords de Yalta. Enfin, il ne veut pas savoir si le gouvernement soviétique avait un point de vue bien précis sur la situation en Europe.

“Si les soviétiques l’ont conseillé” est un vrai poème. Le “si” est de trop, et le mot “conseillé” convient tout à fait mal pour caractériser les relations entre le Staline que nous connaissons et le Thorez que nous connaissons tout autant.

La vérité historique diffère quelque peu des appréciations de Bourdet.

En Octobre 1944, De Gaulle manifesta le désir d’en finir avec les “organisations irrégulières” . Ce fut un seul cri dans tout le pays. 30.000 gardes civiques en armes traversèrent Paris et manifestèrent sans que personne ose s’y opposer.

Dans nombre d’unités FFI en opération, et en particulier, dans le groupe tactique de Lorraine ou je me trouvais, il fut fortement question de marcher sur Paris.

Et Duclos écrivit dans l’Humanité :

“On voudrait dissoudre les gardes civiques; alors que la police n’est même pas épurée”.

Le militant juin 1964 – 2 – Article André calvès

De gaulle rengaina ses prétentions, modifia sa tactique et attendit son heure. En Décembre, il se rendit à Moscou, signa un pacte et amnistia Thorez (qui se trouvait toujours sous le coup de poursuites pour désertion en 1939). Non seulement Thorez eut la permission de rentrer en France, mais le voyage fut même préparé avec beaucoup de diligence. Car Thorez avait un discours important et urgent à faire.

Ce fut le célèbre discours d’Ivry : “”Les FTP, gardes civiques et autres formations n’ont plus de raison d’être. Seule la police est qualifiée pour assurer l’ordre. Un seul Etat,une seule armée, une seule police”.

Les militants qui ont de la mémoire connaissent bien le mécanisme de l’opération. Déjà, en 1935, Laval s’était rendu à Moscou pour signer un pacte qui ne l’engageait pas à grand chose, finalement) mais qui entraînait la célébré phrase de Staline:

“Nous reconnaissons à la France la nécessité d’avoir une armée à la hauteur de sa sécurité”.

A l’époque (oui, encore à cette époque) Vaillant Couturier jugea nécessaire de commencer son édito de l’Humanité par les mots : “”Je sais, c’est dur”, mais il concluait que les propos du chef d’Etat Staline n’avaient aucune incidence sur la tactique de la 3ème Internationale et du PCF. Cependant la chronique dite des “Gueules de vaches” disparut des colonnes de l’Humanité. Raymond Guyot, fraîchement sorti dé prison, où il avait séjourné pour propagande anti-militariste, proclama “le bonheur d’être soldat” dans une armée ou il n’était plus question que de “faire passer le souffle républicain”.

Le tout fut couronné par la “reprise du drapeau tricolore sur les ver­saillais”.

Sachant tout cela, on a donc peine à imaginer que Bourdet s’interroge encore candidement sur les incidences françaises de la politique internationale de Moscou.

Et 1944 fut bien autre chose que 1935. Il s’agissait de l’Europe entière.

Churchil a rappelé tranquillement, comment, penchés sur une immense carte, Staline et lui découpaient l’Europe .

– La Hongrie est blanche ? Peu importe, je la veux dans ma sphère d’influence.  Je te laisse en échange la Grèce bien qu’elle soit rouge.

Voila à quoi revenaient les propos de ces hommes. Il n’est pas permis de parler de la France seule , quand on évoque cette période. Mais nous savons qu’il est souvent utile de tromper l’unité sur la force du nombre.

Déjà, en 1943, quand la Direction des Partisans Yougoslaves proposa un comité de coordination des partisans pour toute l’Europe, Staline s’y opposa vivement. Il importait que dans chaque pays, chaque organisation ouvrière se voit seule face aux puissances victorieuses. Il importait que seuls les grands Etats aient leur mot à dire sur le “Partage” de l’Europe.

Au début de 1945, le journal communiste l’ACTION dirigé alors par Pierre Hervé écrivait au sujet de la Grèce :

“La plus importante et la plus dynamique des organisations de Résistance  l’E.A.M., forte de ses 2 millions de membres s’était interdit de prendre le pouvoir dans l’inter-règne du jeudi 12 au Samedi 14 Octobre. De l’avis de tous, elle aurait pu alors le faire sans difficulté  du fait de l’énorme supériorité numérique de son organisation militaire l’E.L.A.S. dont les troupes de choc avaient, pour ainsi dire, été les seules à affronter l’occupant.

En renonçant ainsi aux solutions de force, l’EAM avait marqué son désir sincère de légalité et de vraie collaboration démocratique au sein du gouvernement d’Union Nationale”

Le militant juin 1964 - 3

 Passons sur les “Solutions de force” quand il est question d’une “majorité écrasante”. Passons sur le désir de “légalité“… laquelle ?  et retenons que les troupes britanniques débarquées en Grèce songèrent beaucoup plus à désarmer les partisan s qu’à poursuivre les dernières troupes nazies aux frontières.

L’armée anglaise “libératrice” perdit ONZE hommes dans les derniers combats contre les allemands… Maiss tua 14.000 partisans grecs en un mois et demi.(Chiffres de la presse anglaise). Contre les bases allemandes de Lorient, Saint Nazaire et Royan,il n’y eu pas d’avions pendant fort longtemps,  mais il y avait des escadrilles de Spitfire pour massacrer les travailleurs grecs en armes.

Cependant, en dépit des chars et des avions, l’armée anglaise réussit seulement à occuper Athènes, tandis que tout le reste du pays était contrôlé par les partisans de l’E.A.M.

Mais, la direction de l’EAM caractérisa la situation comme un “tragique malentendu” et céda, petit à petit devant toutes les exigences, du gouvernement bourgeois installé par les anglais.

Beaucoup plus tard, devant les atrocités perpétrées par les ex-collabos grecs embauchés dans la police “officielle”, bien des partisans reprirent le maquis. C’était bien tard. Mais comme la guerre froide s’instaurait.  Moscou jugea cette action possible. Et Simone Téry alla, au nom de l’Humanité interviewer Markos le général des partisans… qui, depuis…

Pour conclure sur ce point, notons que pendant la période d’intervention britannique, l’armée soviétique demeura indifférente à la frontière bulgare, et observa à l’égard des partisans grecs la même lamentable non-intervention que l’on reprocha, par ailleurs, à Léon Blum en 1937 avec juste raison.

La situation en France et l’attitude de la Direction PCF ne peuvent être comprises sans nos quelques aperçus généraux.

Le citoyen Maurice Schumann qui est tout, sauf candide, réalisait fort bien que Le Gaulle était parti à Moscou acheter le désarmement des partisans.

A la même heure, où De Gaulle pénétrait au Kremlin, à la même heure où les chars anglais massacraient les partisans dans Athènes, Maurice Schumann écrivait dans l’Aube du 8 Décembre 1944 :

Écoutons le triste fracas des chars alliés qui dans d’autres capitales libérées, garantissent seuls l’ordre de la délivrance. La distance qui sépare le Kremlin de l’Acropole nous donne notre vraie mesure.

Les deux résistances

Bourdet se livre à des affirmations osées sur les rapports de force entre résistants communistes et non communistes.

C’est un jeu vain et pas très régulier, tout comme il est peu régulier de faire état des efforts du PCF pour s’emparer des leviers de la Résistance quand on se tait, par ailleurs sur les efforts de Londres et de la mafia gaulliste pour éliminer les communistes.

D’accord avec Bourdet pour dire que les FTP avaient moins d’armes que les “Non communistes”… Plus de combattants et moins de stocks cachés.

Bien sur . Bourdet n’a-t’il jamais entendu parler de ces nombreux parachutages qui n’étaient jamais pour les FTP ?

Le militant juin 1964 - 4

J’ai appartenu à la Cie FTP SAINT-JUST. Nous n’avions que des armes prises sur des soldats allemands. Strictement cela . Soir après soir nous avons désarmé des soldats isolés. Le CNR n’a t’il jamais entendu parler de ce genre de faits ? Certes, nous savions qu’il y avait de multiples parachutages. Nous savions même que la milice de Darnand était entièrerment équipée de matériel anglais pris au cours d’interception de parachutages réalisés dans de mauvaises conditions.

Nous savions aussi que des Cies FTP ont pu parfois “hériter” de parachutages.

Mais il me semble que Bourdet a raté une occasion de se taire quand il a fait état de la supériorité en armement de la Résistance non communiste.

Et nous arrivons à un point capital. De Gaulle et les siens craignaient toute organisation autonome.

Pour le CRS d’aujourd’hui, tout gréviste est un communiste.

Pour De Gaulle, tout groupe ouvrier ou paysan, non contrôlé par ses services était communiste.

Si on a cette vérité présente à l’esprit, on ne peut suivre Bourdet dans ses découpages qui ignorent les classes réelles et concernent seulement des partis qui contrôlaient souvent bien peu de choses.

Mais, avec ce mode de pensée, Bourdet ne peut imaginer qu’une Révolution …. “stalinienne” en somme. Révolution contre laquelle dit-il: “Nous nous serions tous dressés “

Pôur notre part, nous savons que le stalinisme, c’est la contre-révolution. Nous savons que les PC qui ont fait une révolution l’ont fait contre le gré de Staline.

Nous savons que ces PC (comme le PC yougoslave), ayant fait la révolution ont pu ne plus obéir à Moscou et engager une lutte qui fut décisive pour en finir avec le stalinisme.

Mais nous savons aussi que les crimes du stalinisme n’enlèvent pas une goutte de sang à ceux du réformisme.

Ça n’est pas la crainte du stalinisme qui poussa les chefs socialistes allemands à s’appuyer sur la Reichswehr pour massacrer les spartakistes.

La Bureaucratie soviétique est d’une nature distincte de la bourgeoisie.

Quand les relations sont froides entre Moscou et l’occident, tous les réformistes se lamentent à propos de la soumission du PC devant Moscou. Mais quand les relations sont cordiales, quand le PCF marche dans la voie de la collaboration de classe, les réformistes lui font des sourires, lui emboîtent le pas et tachent même d!aller un peu plus vite.

Nous savons qu’à l’époque ou la ligne de Moscou fut : “produire, pro­duire… Retroussons les manches” etc. les réformistes de tout poil ne voyaient pas là une orientation de Moscou. Ils se trouvaient très à l’aise dans la Direction de la CGT.

Mais quand la ligne de Moscou changea, et quand ce changement coïncida.. ….pour le moins avec le désir des ouvriers qui en avaient marre du blocage des salaires. Alors les vertueux réformistes découvrirent que Frachon n’était pas indépendant et ils firent la scission syndicale.

En vérité, ce que déplorent les réformistes, ça n’est pas le lien qui unit encore le PCF à Moscou, c’est la lien qui unit encore Moscou à la grande Révolution d’Octobre.

Ces considérations ne nous éloignent pas de Claude Bourdet. Car, Claude Bourdet juge la célèbre phrase de Thorez excellente.

Le militant juin 1964 - 5

Et le plus ignorant des jeunes militants ouvriers se dira fatalement que lorsqu’il s’agit de “rendre les armes”, Bourdet n’est pas très soucieux de la procédure.

Lui, membre éminent d’un organisme qui était censé diriger la Résistance, accepte sans le moindre complexe qu’un chef de parti revenu de Moscou prenne une décision qui, on aurait pu l’imaginer, relevait du C.N.R.

Lui, le démocrate  accepte qu ‘une telle décision soit prise sans le moindre débat, sans la moindre consultation des organisations de combattants.

Le plus jeune militant déduira fort logiquement que la “démocratie”est seulement de mise quand il faut polémiquer contre les vilains staliniens.

La Révolution en papier,

“Il y aurait eu une majorité écrasante de la Résistance pour participer à une révolution socialiste française vraiment autonome, ayant une orientation originale et qu’aucun groupe n’aurait cherché à dominer. Cela, ni De Gaulle, ni les Anglos-saxons n’auraient pu l’empêcher”.

Les vieux militants savaient déjà que le journal de Bourdet “Combat”, portait comme sous-titre après la libération : “De la Résistance à la Révolution”. Et ce fameux 8 décembre, on pouvait lire dans l’édito de Combat, ces fières paroles : “Ne mâchons pas les mots : dans ce pays, la France, une révolution est nécessaire.”

Il est vrai que les lignes suivantes précisaient :

“Qu’il nous soit permis de nous adresser une fois de plus à notre jeune gouvernement provisoire. Rechercher l’approbation du plus grand nombre, c’est se condamner à retomber bientôt dans l’ornière. On peut gouverner avec la masse, on n’innove qu’avec l’appui d’une minorité. Cette minorité, c’est dans les rangs de la Résistance qu’elle se trouve. Qu’on le veuille ou non, c’est là qu’il faut la prendre”.

En somme, il faut une révolution, mais il faudrait d’abord que le gouvernement De Gaulle la désire.

De Gaulle ignora sans doute cette persuasive “adresse”, car à la même heure il négociait à Moscou le désarmement de la Résistance.

Reste la formule équivoque “Qu’on le veuille ou non”. On se l’explique difficilement à la lueur du dernier texte de Bourdet.

Dualité de Pouvoir

La seule réalité, c’est qu’il y avait en France,dans l’hiver 44, deux pouvoirs. Face aux flics, les FTP et gardes civiques.                                        Face aux juges bourgeois, les tribunaux populaires.

Le conflit n’était pas dans tous les esprits, IL ÉTAIT DANS LES FAITS.

Ce n’était plus simplement la classe ouvrière, mais toutes les couches populaires qui étaient écœurées par ces capitalistes enrichis par le mur de l’atlantique et la vente d’esclaves aux 3ème Reich.

Écœurées par cette magistrature qui toute entière avait prêté serment à Pétain et livré à la guillotine les partisans que les nazis n’avaient pas fusillés.

Ecœurées par “cette police, sans laquelle, comme le disait justement Mar­cel Paul, au procès de Pétain, les 9/10èmes des résistants n’auraient pu être arrêtés.

Voila quelle était la situation. Et, pour mieux caractériser cette dualité de pouvoirs, ajoutons qu’en de nombreux lieux, les policiers évitaient prudemment de revêtir leurs uniformes.

Le militant juin 1964 - 6

Car nous connaissons le chemin suivi.

Nous avons vu un Parlement plein à craquer de socialistes à la Thorez et de socialistes à la Blum. Il n’y avait, pour ainsi dire que cela dans les Parlements d’après guerre. Et que firent-ils ?

Nous avons vu une presse libre, ou à peu prés. Et que devint-elle ? Et par quelle mystérieuse métamorphose ?

Mous avons vu un programme du C.N.R. ou ne manquait pas une virgule.

On ne fera jamais mieux. Tout était prévu pour le bonheur du peuple et le malheur des monopoles. Mais à vrai dire, De Gaulle était moins gêné par vingt cinq programmes, que par la mitraillette d’un seul partisan. Car, De Gaulle connait son histoire.

Nous avons vu un P.C.F. premier parti de France, occupant plus du tiers de l’assemblée, et réclamant fort légitimement un ministère-clé… et ne l’obtenant pas.

Nous avons vu la grande masse des socialistes (non staliniens.. parce que démocrates, s’il vous plait) glisser leurs principes au fond de leur poche et rigoler doucement devant la situation difficile des leaders du PCF.

Et nous avons vu, enfin, ces leaders s’incliner piteusement. Tout plutôt que reconnaitre publiquement que la “Voie parlementaire” était un cul de sac.

Les “gauchistes”

En 1944, la principale, sinon l’unique organisation d’extrême-gauche était le Parti Communiste Internationaliste (Section française de la 4ème Internationale)

Le P.C.I. n’a pas découvert la ligne PCF lors du discours d’Ivry.

Bien avant, le PCI expliqua fort longuement que la politique chauviniste de Moscou contre l’ensemble du peuple allemand était la contre partie de son alliance avec les impérialistes anglo-saxons.

Le. PCI expliqua que la ligne anti-boche était le meilleur ciment moral pour les nazis. Quand le plan anglais Morgenthau de dépeçage de l’Allemagne fut rendu public, Goebbels le cita cent fois, avec délectation, à la radio de Berlin.

Les “socialistes authentiques” n’avaient-ils pas d’opinion sur la question ?

Quand “La vérité” clandestine (journal trotskyste) demanda à toute la résistance de protester contre les livraisons d’essence américaines à l’Allemagne nazie, à travers l’Espagne, les “socialistes authentiques” ne retrouvèrent pas leur langue.

Le PCI expliqua que De gaulle représentait,comme Pétain, les intérêts de la bourgeoisie française (depuis, ce sont des gaullistes eux mêmes qui ont repris la formule des Isorni et Cie “De gaulle, le glaive, et Pétain le bouclier”).

Le PCI lutta contre la collaboration de classe dans la Résistance.

Cette collaboration symbolisée par le CNR ne trompa que les travailleurs et n’empêcha pas un seul instant les alliés anglais et américains d’aider uniquement les organisations gaullistes.

Le PCI ne fut pas surpris par le discours d’Ivry. Bien avant, il critiquait l’intégration très particulière des FFI dans l’armée gaulliste; intégration qui se traduisait par l’éclatement des unités FFI et qui alla jusqu’à la liquidation de cadres FTP (on reparlera encore de la mort de Fabien).

Bien avant le discours d’Ivry, on réduisait les gardes civiques a des actions démoralisantes (Répression du marché noir avec unique pouvoir sur les modestes cabas de ménagères) . Tout était bien fait pour saper la popularité des unités populaires et faciliter leur éventuelle dissolution.

Le militant juin 1964 - 7

Parlant des”gauchistes”, Claude Bourdet aurait donc pu rechercher leurs documents. Il aurait trouvé la petite brochure analysant le célèbre discours d’Ivry et parue sous le titre:   “Avec Maurice Thorez,  sur le chemin qui ramène à Vichy”. Claude Bourdet voudra bien reconnaître que si ce titre était gauchiste, il n’en était pas moins prophétique.

Certes il n’est pas facile de retrouver la documentation des “gauchistes”. Pour le PCI, il n’y eu pas d’attribution de papier. Tous les obstacles administratifs  furent dressés. “La Vérité” dut continuer longtemps à paraître sans l’autorisation gouvernementale.

Thorez et Cie veillaient au grain, et les éminences gaullistes, Malraux en tète, répondaient “Non” à toutes les demandes de parution légale.

Une fois de plus, il y eu un front unique contre-révolutionnaire entre les vilains- staliniens et les “authentiques démocrates”. Et ceci n’a rien de surprenant.

Etant donné la nature de l’URSS et de sa Direction. Etant donnée la na­ture des PC, rien n’est jamais joué.

L?action du PC yougoslave n’était pas prévue dans les programmes de Sta­line ni de Churchill. Ce parti “Stalinien” marcha vers la révolution. Et ce ne fut pas une révolution stalinienne.

Rien n’était définitivement joué en France. Tout était possible.  Certes, on peut discuter longuement, on peut objecter, on peut critiquer. Marx jugeait l’action de la Commune prématurée, mais il fut à ses cotés sans réserves dés que le mouvement éclata.

A la veille d’Octobre 1917, Zinoviev était contre l’insurrection mais fut DE l’insurrection.

Là où existe un abîme, c’est celui qui sépare les révolutionnaires des socialistes qui démontrent leur hostilité au mouvement en sautant dans la tranchée adverse.

Un abîme nous sépare de ces “socialistes” qui ” prouvèrent” l’aspect prématuré de l’Octobre 1917, en allant combattre avec les Gardes blancs contre les: ouvriers et paysans de Russie.

Un abîme nous sépare de ces “socialistes” qui ’”démontrèrent” ”l’erreur” des spartakistes- allemands en les massacrant.

Un abîme nous sépare des “socialistes” qui auraient, éventuellement, lutté contre les F.T.P. en compagnie de De Gaulle et Churchill en 1944.

Et il nous est vraiment difficile de considérer que tout ceci appartient simplement au domaine de l’histoire.

André Calvès

Camarades, le journal ”Le Monde” a touché des centaines de milliers de lecteurs. Il dépend de vous que la réponse touche des centaines d’ouvriers. Ecrivez, donnez votre point de vue.

 Document scanné avec OCR, pour être intégré dans cette page