Bernard Lecache

 Bernard Lecache participa à l’une des premières tentatives d’union des forces de gauche et d’extrême gauche en France, celle du Front commun contre le fascisme (qui fut un échec), il écrivit aussi des articles dans l’organe du mouvement, « La Flèche » (voir un article de la Flèche) .

Bernard Lecache fut le créateur de la LICA (devenue aujourd’hui LICRA – Ligue contre le racisme et l’antisémitisme).

Dans cette vidéo, Emmanuel Debono retrace l ‘histoire des pionniers du militantisme antiraciste en France, et de Bernard Lecache avant la défaite de 1940.
S’ appuyant sur des fonds d ‘archives inédits et considérables – dont les archives de la LICA rapatriées de Moscou au début des années 2000 –,  Emmanuel Debono est l’auteur d’un livre Aux origines de l’antiracisme – La LICA, 1927-1940, paru en 2012 aux éditions du CNRS.


La LICA – Aux Origines de l’antiracisme… par CentreHistoireSociale

Nous croisons par ailleurs brièvement la LICA, sur une autre page de ce site, lors des élection de juin 1951 : candidature d’un secrétaire général de la LICA, Henri Dillot, sur une liste du Cartel des Gauches Indépendantes.


L’autre biographe de Bernard Lecache est Nicole Racine (historienne disparue en 2012) dont la notice biographique de Lecache est accessible en ligne dans le Maitron (dictionnaire biographique du mouvement ouvrier) et dont voici quelques brefs extraits, »remixés », pour aboutir à un petit résumé…

Bernard Lecache écrivit d’abord dans la presse de gauche et d’extrême gauche. Après son retour du front (1918), il collabora au Journal du Peuple d’Henri Fabre, favorable à la Révolution russe, à un hebdomadaire satirique, le Merle blanc. Il devint un proche de Séverine dont il allait épouser la petite fille, Denise Montrobert, en 1923 (il consacra un livre à Séverine après la mort de celle-ci). Comme elle, il se déclara pour la Révolution russe et appuya le communisme naissant. Membre du Comité de la IIIe Internationale de la Seine, il adhéra au Parti communiste dès sa fondation.
Il devint un collaborateur régulier de l’Humanité, écrivit dans le Bulletin communiste et la Vie ouvrière en 1921. Il se rendit en Espagne en 1921 pour une enquête de l’Humanité, et à ce titre, il rencontra à Paris le représentant de l’Internationale communiste en Espagne, Graziadei.

Bernard Lecache est éliminé en 1922 de la rédaction de l’Humanité en même temps que Georges Pioch, Victor Meric, et d’autres journaliste du même courant, dont l’appartenance à la Ligue des droits de l’Homme ou à la Franc-maçonnerie, ou la collaboration à d’autres journaux de la presse « bourgeoise » est condamnée par Zinoviev et Trotsky.
En janvier 1923, Bernard Lecache rejoignit le Comité de Résistance groupant les exclus du Parti, notamment les journalistes éliminés de l’Humanité. Bernard Lecache rallia l’Union socialiste-communiste puis rejoignit le Parti socialiste SFIO.
Après 1925, Lecache collabora à différentes publications. L’assassinat à Paris de Simon Petlioura par Schwarzbard, en mai 1926 fut le déclencheur de son activité intense contre le racisme. En 1927, au terme d’un voyage en Russie et en Ukraine en compagnie de l’avocat Henri Torrès, il publia Au pays des pogromes. Quand Israël meurt, un reportage sur les pogromes d’Ukraine au temps des armées de Petlioura (1918-1919).
Il mena par ailleurs une activité en faveur de l’URSS (meeting..)

Le 30 mai 1928 parut le premier numéro de son journal, Le Cri des peuples, qui se proposait de défendre les minorités dans Le Monde entier, journal auquel collaborèrent Séverine, Georges Pioch, Andrée Viollis, Ilya Ehrenbourg, Andréas Latzko, Bernard Shaw, Stefan Zweig, Heinrich Mann…
En février 1928, il fonda la Ligue contre les pogromes avec à sa tête un Comité d’honneur comprenant Séverine, Paul Langevin Hadamard, Victor Basch, Henri Torrès ; en 1929, elle devint la Ligue internationale contre l’antisémitisme ou LICA dont le but était de lutter contre les pogromes, d’œuvrer pour le rapprochement des peuples et la paix entre les nations. Bernard Lecache pensait que la LICA ne devait pas se contenter de défendre les juifs persécutés dans Le Monde ; tout en s’affirmant juif, il critiquait l’action des sionistes en Palestine. Il avait effectué un voyage en Palestine en 1929 qu’il relata dans Les Porteurs de croix où il critiquait à la fois la politique britannique, le rôle de certaines personnalités religieuses (notamment celui du grand Mufti de Jérusalem et de certaines autorités chrétiennes) ; il s’élevait contre l’appropriation par la minorité juive des terres arabes et lançait le mot d’ordre du rapprochement judéo-arabe. En 1936, la Ligue prit le nom de Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme, tout en gardant ses initiales LICA; d’après un rapport de police, elle comprenait 100 000 membres.
Après avoir lutté contre la politique des pogromes en Roumanie (1928), en Pologne (1932), Bernard Lecache entraîna la LICA dans la dénonciation de l’antisémitisme en Allemagne (dès 1931, il avait réuni un meeting contre les persécutions antisémites). À partir de 1933, il stigmatisa le régime hitlérien en de nombreux meetings. Sensibilisé très tôt aux menaces fascistes, Lecache participa à l’une des premières tentatives d’union des forces de gauche et d’extrême gauche en France, celle du Front commun contre le fascisme, formé en mars 1933 à l’initiative de Gaston Bergery et qui réunit avec lui-même, Paul Langevin, G. Monnet. Bernard Lecache fit partie du Comité politique de Front commun et écrivit dans la Flèche qui parut à partir du 1er août 1934 comme organe du mouvement.

Après l’échec de Front commun, Lecache appuya le gouvernement de Front populaire. À partir de 1936, la LICA se mobilisa de plus en plus pour alerter l’opinion sur les crimes et les dangers du nazisme. Elle organisa entre 1936 et 1939 de nombreux meetings et réunions internationales. Elle était favorable à une politique de fermeté vis-à-vis de l’Allemagne hitlérienne. Le Droit de vivre faisait campagne pour le boycott économique des produits allemands. La LICA s’était prononcée contre la participation aux Jeux olympiques de Berlin. Lecache ne réussit pas à obtenir l’appui des grandes organisations du Front populaire pour l’organisation d’un boycott économique de l’Allemagne. La position ferme de la LICA contre l’hitlérisme, son opposition à tout rapprochement séparé entre la France et l’Allemagne la fit fréquemment accuser de « bellicisme » par certains pacifistes de gauche. Lecache polémiqua à ce sujet assez durement avec Felix Challaye et avec Bergery dans Le Droit de vivre, après Munich et encore en mars-avril 1939. Il s’employait à convaincre de l’inutilité d’une politique de compromis vis-à-vis des gouvernements fascistes et préconisait une entente des démocraties et de l’Union soviétique. Bernard Lecache put faire paraître Le Droit de vivre jusqu’en juin 1940. Avant la suspension de Marianne par le gouvernement de Vichy, il y publia un article « Rien n’est fini ». Arrêté et interné dans les camps du Sud-Algérien, il fut libéré après le débarquement allié en Afrique du Nord. Il lança à Alger en novembre 1943, les Cahiers antiracistes. Il rejoignit les armées alliées où il servit comme correspondant de guerre, participant aux opérations d’Italie et de la vallée du Rhône.
Après la Libération, Bernard Lecache fut un temps directeur du Journal du Dimanche, né en novembre 1948. La LICA, qu’il présidait toujours, reprit ses campagnes antiracistes et la publication du Droit de vivre. Cependant elle fut affaiblie par la scission en 1949 de la minorité communiste et communisante qui, avec des militants du MNCR communisant de la Résistance, créa un mouvement qui prit ensuite le nom de Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et pour la paix (MRAP). La LICA prit le nom de LICRA en 1974.

Une réflexion au sujet de « Bernard Lecache »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants