Tous les articles par Jeanne Menjoulet

Grève contre le projet de REFORME des retraites hiver 2019-2020

Les photographies exposées sur cette page couvrent les principales manifestations, à Paris, marquant le mouvement social de très grande ampleur contre la réforme des retraites, et l’instauration d’une « retraite à point » voulue par le président Macron et annoncée à l’automne 2019.

Manifestation du 10 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites à Paris – crédit photo Jeanne Menjoulet licence creative commons CC-BY-ND

Cette photographie du dôme des Invalides et de ballons syndicaux de la manifestation du 5 décembre 2019, vise à illustrer un point de départ. Les invalides marquent en effet une première étape dans l’histoire des retraites. Pour mieux connaître cette histoire, le mieux est sans-doute de visionner le film documentaire suivant, réalisé en 2020, Les retraites, trois siècles d’histoire :

Documentaire de 52 mn
Volet 2 du documentaire, Les retraites, trois siècles d’histoire

Poursuivons notre expo photos, avec un cliché illustrant une réponse de manifestant-e à la question du financement des retraites :

Manifestation du 10 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites – « avec 150 milliards de réserve, le soi-disant risque sur le financement des retraites est un mensonge ». Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Cette manifestante pointe l’existence des 150 milliards de réserve.
L’argument principal avancé par le gouvernement pour justifier la réforme était que la démographie rend incontournable une réforme en raison du vieillissement de la population française. Or les sommes mises en réserves (150 milliards) servent justement à compenser l’effet du vieillissement de la population, en venant compléter si nécessaire le paiement des pensions. Ces milliards d’euros peuvent également être sollicitées en cas de choc conjoncturel. Le Fonds de réserve pour les retraites (FRR), créé en 2001, a ainsi été institué pour faire face au passage à la retraite des baby-boomers. Son rôle a été repositionné en 2010, pour combler la dette du régime de protection sociale, regroupée dans la Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades).

Manifestation du 5 décembre 2019 à Paris contre le projet de réforme des retraites – torche d’alerte de cheminot Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Symbole des grèves de cheminots, un symbole qui avait déjà éclairé les grèves de décembre 1995, le fumigène est un peu l’image spectaculaire et incontournable, une torche allumée au fil de toutes les manifestations. Cette torche éclairante, qui met une dizaine de minutes à se consumer, sert en temps « normal » aux cheminots d’alerte pyrotechnique en cas d’accident ou d’incident grave survenu sur une voie SNCF.

RER B en grève. Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Métro RATP en grève. Manifestation du 4 janvier contre le projet de réforme des retraites Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Les agents de la RATP ont mené la grève la plus longue de leur histoire.
Globalement, et sur le moment, ce mouvement social d’une ampleur inégalée ne peut pas être considéré comme une « victoire » puisque le travail a repris sans que le projet de réforme des retraites ne soit retiré, devant un gouvernement inflexible.
L’épidémie de Covid-19 qui s’est propagée juste après ce mouvement social a semblé soudain plus efficace pour provoquer l’ajournement du projet de réforme des retraites.
Mais si le projet de réforme n’est pas remis en route à l’issue de la période de confinement et de déconfinement liée au coronavirus, peut-être pourra-t-on penser alors que ce mouvement social a été efficace, mais en deux temps, pour décourager le président Macron de relancer son projet. L’histoire le dira.

Manifestation du 4 janvier 2020 à Paris contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Mais le mouvement social ne se limitait pas à la grève historiquement longue et massive des cheminots de la SNCF ou de la RATP. Les enseignants étaient aussi extrêmement nombreux dans les manifestations…
Et ils n’étaient pas les seuls à pointer sur leurs pancartes BlackRock et l’influence délétère de ces « gestionnaires d’actifs » sur les retraites par répartition.

Manifestation du 11 janvier 2020 à Paris contre le projet de réforme des retraites. « BlackRock : un point vraiment noir, pas du tout Rock’n Roll – nos pensions l’intéressent ». Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

BlackRock, le plus gros « gestionnaire d’actifs » du monde depuis vingt-cinq ans, était aussi ciblé par ce mouvement social qui visait à préserver les retraites par répartition. La réforme des retraites annoncée allait entraîner une forte diminution du montant des retraites par répartition. Cette baisse était vouée à inciter ceux qui en ont les moyens (et seulement eux) à investir en « actifs financiers » pour conserver un niveau de retraite confortable (mais avec un risque inhérent aux marchés financiers).

Manifestation du 4 janvier 2020 à Paris contre la réforme des retraites. Jean-François Cirelli et BlackRock se font décorer pendant que les Gilets Jaunes se font « défoncer. » Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Ce manifestant rappelle la violence exercée précédemment à l’encontre des gilets jaunes durant le long mouvement social de l’année 2018-2019. Il fait un parallèle avec la légion d’honneur du président de BlackRock, Jean-François Cirelli.
Chevalier de la Légion d’honneur depuis 2006, M. Cirelli a été promu officier de la Légion d’honneur, sur le contingent du Premier ministre, Edouard Philippe, alors même que le conflit social contre le projet de réformes des retraites paralysait le pays, 

Black Rock, notamment grâce à des rapports adressés au gouvernement français a réussi, en influençant la rédaction de la loi PACTE en 2018, à faire en sorte que « l’épargne des français » soit orientée par l’Etat vers « les actifs financiers » (et donc aussi les fonds gérés par BlackRock).

Comme s’en félicitait Black Rock sur son site en 2019, « la loi PACTE permet à l’épargnant de bénéficier d’un allègement fiscal pour les cotisations versées en réduisant sa base imposable sur le revenu, d’accéder à son capital avant la retraite dans certains cas prédéfinis, d’opter librement pour une sortie en rente ou un retrait du capital ou une combinaison de ceux-ci lors du départ en retraite, de transférer son patrimoine à une entité plus concurrentielle sans frais de transfert après 5 ans, et de bénéficier automatiquement de solutions d’investissement efficaces comme la gestion pilotée pendant toute la phase d’accumulation« . https://www.blackrock.com/corporate/literature/whitepaper/viewpoint-loi-pacte-le-bon-plan-retraite-juin-2019.pdf

Manifestation parisienne du 24 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites, 51e jour du mouvement. Banderole (cortège Attac) pointant le rôle du gestionnaire d’actifs Amundi – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

De Amundi à Blackrock, les gestionnaires d’actifs sont intéressés par le développement de la capitalisation en France. Mais comme le souligne l’organisation ATTAC, ils sont loin d’être les seuls : « les assureurs et autres filiales de banques qui proposent des produits d’épargne-retraite le sont tout autant, et sans doute plus directement. Les mécanismes de retraite par capitalisation peuvent être collectifs (dispositifs d’entreprise) ou individuels. Les banques et assurances qui proposent ces produits peuvent ensuite gérer elles-mêmes cette épargne sur les marchés financiers et/ou en confier tout ou partie à des gestionnaires d’actifs. Ces derniers sont alors rémunérés sur la base d’un pourcentage des fonds gérés et/ou en fonction des résultats obtenus. « 
https://france.attac.org/nos-publications/notes-et-rapports/article/note-axa-ag2r-amundi-blackrock-qui-seront-les-grands-gagnants-du-developpement

Manifestation du 10 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites (animation réalisée par des militants d’Attac : « Bernard paie tes cotis ! ») – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Bernard Arnault, patron de LVMH, apostrophé ici par Attac, ne commet pas de grande « fraude » aux cotisations sociales, au sens légal. Il bénéficie simplement de la politique menée par le gouvernement, qui se traduit pas des baisses de cotisations sociales très importantes. En 2019, les entreprises ont bénéficié de 40 milliards d’euros, versés au titre du « crédit d’impôt compétitivité emploi » et d’allègement de cotisations. Ces « allègements de charges » impactent bien-sûr le financement de l’ensemble des protections sociales et des services publics menacés de s’effondrer, faute de financements. Le lien entre ces allègement de cotisations sociales et la réforme des retraites est donc une question fondamentale soulevée par ces manifestants.

Manifestation du 10 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Le 10 décembre 2018, un an très exactement avant cette manifestation du 10 décembre 2019, Emmanuel Macron avait annoncé l’abandon de la hausse de la CSG sur les retraites, pour les pensions de moins de 2000 euros, et une hausse de 100 euros du Smic , après plus de trois semaines du mouvement des gilets jaunes. C’est en fait non pas le Smic mais la prime d’activité accordée aux bas salaires qui allait augmenter (« plutôt que de faire financer les hausses de salaires par les entreprises, il fait payer les contribuables » écrivait Attac. Mais en même temps, le Sénat votait, sur demande du gouvernement, l’allègement de l’« exit tax », un impôt instauré en 2011 pour lutter contre l’exil fiscal .

A propos de Bernard Arnault – Une affiche du film de François Ruffin, à Paris, en mars 2016 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Bernard Arnault dominait le classement Forbes 2019 des plus grandes fortunes. Après une année 2018 encore exceptionnelle pour le secteur du luxe, son groupe LVMH a « explosé les compteurs ». Sa fortune était estimée en 2019 à 66,9 milliards d’euros. Bernard Arnault est le quatrième homme le plus riche du monde. selon Forbes , il est seulement devancé par Warren Buffett (84 milliards de dollars), Bill Gates (90 milliards de dollars) et Jeff Bezos (amazon).

Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites, à Paris, place de la Bastille – « Patron paie tes cotisations » – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Mais si les mesures d’allègement de charges et de cotisations sociales bénéficient à M. Arnault et ses comparses, cela ne les empêche pas d’utiliser par ailleurs tous les moyens mis à leur disposition pour être des champions de « l’évasion fiscale ».

Manifestation du 11 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites à Paris. « Pas d’argent pour les retraites ? Fraude fiscale : 80 à 100 milliards par an. Arrête tes salades Macron » – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Tout cela a été abordé dans des documentaires touchant un large public, comme celui-ci en 2018 :

« Bernard Arnault, l’art de payer moins d’impôts », une enquête de Stenka Quillet diffusée dans « Pièces à conviction » le 28 mars 2018.

Et cet art de payer moins d’impôts (voire aucun) n’est pas nouveau. Ce petit reportage de 1997, montre l’exemple de François Pinault, qui ne payait pas d’ISF, en toute légalité, et alors que cette forme d’évasion fiscale était dénoncée, notamment par le syndicat des impôts, le SNUI, et sa secrétaire générale, Chantal Aumeran :

François Pinault ne payait pas l’ISF (1997)

Peut-on réduire la conception de l’intérêt général à l’addition de certains intérêts privés puissants ?

Manifestation du 5 décembre 2019 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

« Pour que la finance finance les retraites ». En ce mois de décembre 2019, les manifestations se poursuivaient après la nuit tombée…
Malgré la productivité des salariés français, le partage de la valeur ajoutée est de plus en plus favorable au capital par rapport au travail. Il y a donc de la marge pour que les revenus financiers, largement favorisés par E. Macron (flat tax et la suppression de l’ISF) soient aussi taxés pour financer notre système social.

Pour que la finance finance les retraites » – Manifestation du 5 décembre 2019 à Paris

La présence des enfants dans les manifestations défendant les retraites ? C’est une façon de rappeler que ce sont aussi eux qui sont concernés, et d’ailleurs pas seulement ceux qui atteindront la soixantaine.

Manifestation du 4 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites « Nous voulons garder une société solidaire entre les générations, entre les classes sociales, prenons l’argent là où il y en a le plus » – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Pour toute une jeunesse, l’approche de la vie professionnelle et de la vie tout court, ne seront pas les mêmes si elle ne peut compter sur des revenus quand elle n’aura plus de travail, quand elle sera a la retraite. Si la population française épargne autant, sans dépenser une part importante de ses revenus (quand elle en a de suffisants), c’est parce qu’elle n’a pas confiance en l’avenir, notamment en raison des menaces de « réformes » pesant sur les retraites. C’est donc la vie d’aujourd’hui (et l’économie d’aujourd’hui) qui est menacée par un projet concernant nos vieux jours.

Manifestation du 11 janvier 2020 – « Ma pancarte est toute pourrie, ma retraite le sera aussi »- Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

« Dis Papi, c’était comment la retraite ? »
« Je veux que mes parents soient à la retraite plus tôt pour profiter de la vie. »

Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – « Bonnet d’âne pour Macron » – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Avoir la liberté de faire ce que l’on veut de son temps, de « profiter de la vie », au lieu d’être contraint par un travail sous autorité hiérarchique jusqu’à la fin de ses jours. C’est aussi cette question de la liberté que pose aussi la lutte pour la défense des retraites.

Manifestation du samedi 11 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

L’image d’une canne, au-delà d’un clin d’oeil à Barack Obama pour illustrer le travail jusqu’à 67 ans (voire au-delà), n’est donc pas qu’un jeu de mots. L’espérance de vie en bonne santé en 2019 est de 64 ans, et ne s’est plus allongée depuis quelques années.

Manifestation du 10 décembre à Paris contre le projet de réforme des retraites « la retraite avant l’arthrite » – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Travailler au-delà signifie donc dans nombre de cas, le faire avec fatigue ou handicap ou même ne plus le pouvoir pour des raisons de santé. Et pour ceux qui bénéficient d’une espérance de vie en bonne santé au-dessus de la moyenne, la probabilité de chômage est grande.

Manifestation du 24 septembre 2019 – A 60 ans, la retraite, pas le chômage – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Couplé avec le montant de la retraite, l’âge de départ retardé de deux ou trois ans par la réforme combattue (sans que le système à points ne permette de savoir précisément à quel âge chacun partirait) est évidemment la question essentielle.

Manifestation du 11 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – un cortège enseignants « Cylia, 64 ans, prof fatiguée » – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Pour nombre de profs (et pour beaucoup d’autres salarié-e-s) , l’âge de départ à la retraite est déjà de 67 ans, en raison de la nécessité d’avoir travaillé 42 ou 43 annuités et alors que le démarrage dans la vie professionnel se situe en moyenne autour de 25 ans (en raison de la durée des études et de la difficulté à trouver un « vrai’ premier emploi). Le projet de retraites à points ne pouvait qu’allonger cet âge de départ de 67 ans actuel.

Manifestation du 11 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites -« L’espérance de vie en bonne santé bientôt rattrapée par l’espérance de vie au travail » – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Selon les dernières statistiques disponibles en 2020, l’espérance de vie en bonne santé en France est de 64,1 ans chez les femmes et 62,7 chez les hommes dans notre pays,

Un âge qui coïncide étrangement à « l’âge pivot » du projet de réforme des retraites… Une retraite dont ne pourraient alors profiter que des personnes majoritairement en mauvaise santé.

Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Militant de onestla.tech Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Ce militant de onestla.tech brandit lui-aussi une pancarte BlackRock. Onestla.tech est un collectif de travailleurs du monde de la tech et du numérique dont le site a été créé lors de ce mouvement social. Leur manifeste s’adresse aux concepteurs du numérique pour qu’ils se mobilisent contre la réforme des retraites, mais aussi, plus globalement, pour qu’ils se structurent politiquement pour faire entendre une voix différente sur l’automatisation et l’informatisation du travail.

On peut remarquer qu’en matière d’automatisation, Blackrock est une puissance mondiale grâce à son logiciel Alladin, comme le montrait bien le documentaire diffusé par Arte et réalisé par
Tom Ockers .

Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – militant-e-s de onestla.techCrédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

La précarité était aussi au coeur du mouvement social de défense des retraites. Une question essentielle, mise en avant par de jeunes manifestants.

« Jeunes déjà précaires, vieux toujours précaires Au profit des actionnaires. Non à un avenir galère « – Manifestation du 11 janvier 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
« Les jeunes en grève contre la précarité » – Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
La précarité tue. Manifestation du 10 décembre 2019 à Paris contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
« Lycéens en grève » – Manifestation du 16 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

On ne peut pas dire que les lycéens étaient massivement mobilisés, au cours de ces manifestations de décembre-janvier 2019-2020. Les enseignants l’étaient beaucoup plus. Et le ministre Jean-Michel Blanquer était apostrophé sur presque toutes leurs pancartes.

Manifestation contre le projet de « réforme » des retraites. 6 février 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
« Sous Macron on a vu brûler Notre Dame, on ne veut pas voir brûler nos retraites. Instits indignés ». Manifestation du 16 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Appréciations des enseignants A lire. Manifestation du 24 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Jean-Michel Blanquer « Tout va bien » – une pancarte de la manifestation du 6 février 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

« Education nationale. C’est un peu comme à l’hôpital ».

Les professionnels de la santé et le personnel soignant des hôpitaux étaient aussi mobilisés en décembre-janvier 2019 -2020 pour la défense des retraites.

Manifestation du 24 janvier 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Manifestation du 5 décembre 2019 pour la défense des retraites– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Ces pancartes font bien-sûr allusion aux violences exercées par les CRS à l’encontre des manifestants, notamment tous les « gilets jaunes » éborgnés par des tires de LBD/flash-balls lors de leur mouvement l’année précédente. Les lanceurs de balles de défense (LBD) projettent des balles semi-rigides de calibre 40 mm. Selon le site desarmons.net, en 20 ans, l’Etat français a rendu borgne 65 personnes, dont 29 en une année. Le LBD a succédé au Flash-Ball superpro® du fabricant français Verney-Carron.
Les grenades de désencerclement (DMP) ont aussi éborgné des manifestants. Elles sont une autre arme fréquemment utilisées par la polie dans les manifestations.

Grenade assourdissante dégoupillée, sur le trottoir durant la manifestation du 1er mai 2017 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Manifestation du 4 janvier 2020 – Opéra Bastille « Défendons nos retraites, bloquons Macron » – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Marcel Trillat , la vie d’un journaliste de télevision

A l’heure où j’écris cette page, Marcel Trillat vient d’avoir 80 ans. Retracer sa vie revient à s’introduire dans l’histoire de la télévision, des années 1968 aux années 2000. Marcel Trillat fut journaliste à l’ORTF (« cinq colonnes à la une ») puis à « Antenne 2 » (chef du service société, ou correspondant à l’étranger selon les périodes).

Tournage reportage France Television
Source photo : archives privées Marcel Trillat

Le récit de la vie de Marcel Trillat est aussi celui d’un engagement militant, dans le Parti communiste français pendant 30 ans, puis en dehors, mais en gardant une proximité avec nombre de responsables politiques ou syndicaux, militants et amis. Le récit de la vie de Marcel Trillat revient donc aussi à s’introduire dans l’histoire du PCF, de la CGT, de ses conflits intérieurs, de ses rapports aux journalistes, et aux médias.

En marge du congrès SNJ-CGT à Montreuil en 2017, Philippe Martinez, Marcel Trillat, Catherine Dehaut. Photo © Jeanne Menjoulet licence Creative commons CC-BY

Le pluriel est important quand il est question de médias :

Télévision

Le premier média de Marcel Trillat est la Télévision. Marcel y est entré dès les années 1960. Il a fait ses armes à « Cinq colonnes à la Une », ses armes aussi face à la censure télévisuelle. Au temps de l’ORTF et du SLI (Service de liaison interministériel), un contrôle était exercé avant diffusion des reportages, et les films qui ne convenaient pas au pouvoir gaulliste étaient écartés, et même détruits physiquement. Marcel Trillat en fait le récit dans le film-entretien, réalisé par Jeanne Menjoulet en 2018. Le 1er mai 1967 à St Nazaire aborde aussi la condition ouvrière et la grève des dockers. Dans notre film-entretien de 2018, une mise en parallèle est faîte entre le 1er mai 1967 à St Nazaire réalisé par Marcel Trillat et Hubert Knapp pour Cinq colonnes, avec Les Prolos, réalisé en 2002 par Marcel Trillat et Maurice Failevic (VLR / Rouge Productions). Un parallèle qui montre la précarisation des ouvriers avec des images filmées en caméra cachée par Julien Trillat, dans les immenses soutes des chantiers de Saint Nazaire.

Marcel Trillat est partie prenante des grèves de 1968 à la télévision, et fera partie de la grande fournée de journalistes grévistes écartés de la télévision après la reprise en main par le pouvoir. Il lui faudra plus de 10 ans pour parvenir à un réel retour au sein de la télévision publique. Marcel Trillat fait le récit de ce mai 1968 à l’ORTF dans le film-entretien, réalisé par Jeanne Menjoulet en 2018.


Suivre le parcours de Marcel Trillat, c’est aussi s’introduire dans les coulisses de la télévision de 1981, alors que Pierre Desgraupes est nommé à la direction de la télévision publique. C’est aussi aborder les progrès et les reculs de la liberté d’information au cours des années 1980 et 1990.

3 juillet 1986 – « L’heure de vérité » – Marcel Trillat / Charles Pasqua (source photo : archives privées Marcel Trillat)

Réalisateur de documentaires

Marcel Trillat a réalisé des films qui font date dans l’histoire du documentaire à caractère social. Notamment durant les périodes où il n’est plus à la télévision. Etranges étrangers, par exemple en 1970,  réalisé avec Fréderic Variot, un documentaire qui montrait sans fard les bidonvilles et taudis d’Aubervilliers et de Saint-Denis, et l’accueil qui était fait aux migrants d’alors, venus du Portugal ou d’Afrique.

Trésor du cinéma militant – Etranges Etrangers – article de Jacques Mandelbaum (source : archives privées Marcel Trillat)

Dans les années 2000-2010, Marcel Trillat réalise également de nombreux documentaires, jusqu’à l’Atlantide – une histoire du communisme , réalisé avec Maurice Failevic en 2010.
Près de 10 ans après la réalisation de « l’Atlantide « , Marcel Trillat sera questionné sur cette histoire, abordée par des communistes et ex-communistes. Comment les communistes regardent-ils leur passé ? dans le film-entretien réalisé en 2019 par Jeanne Menjoulet .

L’histoire du communisme – retour sur l’Atlantide . Réal. 2019 Jeanne Menjoulet

Le monde ouvrier, les licenciements et la précarité qui frappent les prolos seront un thème majeur des documentaires de Marcel Trillat dans les années 2000. les titres des films sont évocateurs : 300 jours de colère, Femmes précaires, Les prolos, Silence dans la vallée.

L’immigration reste aussi au coeur du travail du réalisateur avec Des étrangers dans la ville réalisé en 2012.

source article : archives privées Marcel Trillat

Les radios libres

Les radios libres tiennent une place à part dans le parcours de Marcel Trillat. Il fut un des principaux journalistes de Radio Lorraine Cœur d’Acier à Longwy. Une radio (pirate) créée par la CGT en 1979 pour soutenir au départ une « marche sur Paris » des sidérurgistes en grève et en lutte pour le maintien de leurs emplois. La radio, animée en premier lieu par deux journalistes, encartés communistes mais avant tout journalistes de métier (Marcel Trillat et Jacques Dupont), s’émancipe rapidement de la CGT en ouvrant aussi l’antenne à tous et toutes localement, en permettant ainsi une appropriation et un engouement de toute une population vis-à-vie de « sa » radio. Se pencher sur la vie de Marcel Trillat, c’est donc aussi s’introduire dans l’histoire des radios libres, à la veille de leur légalisation (et phagocytage progressif par les radios commerciales) après 1981. C’est aussi s’interroger sur la liberté et l’indépendance de l’information, et sur la vocation des médias militants. Ont-ils pour objectif de ne donner voix qu’à leurs idées, ou bien ont-ils un vocation de média d’information « objective » ? C’est aussi cela qui est questionné dans le film entretien réalisé en 2019 par Jeanne Menjoulet avec interview de Marcel Trillat, sur l’histoire de Radio Lorraine Coeur d’Acier.



Des guerres structurantes dans le parcours de Marcel Trillat

Les guerres sont très présentes dans la mémoire et le parcours de Marcel Trillat.

17 avril 1991 – article de Marcel Trillat dans Télérama (source : Archives privées MT)

En tant que journaliste, Marcel Trillat dénoncera la façon dont l’information est contrôlée dans la guerre du Golf , lors d’un reportage sur place, ce qui lui fera perdre son poste à Antenne 2 de chef du service société et provoquera sa mutation… à Moscou en tant que correspondant permanent.
Marcel réalisera par ailleurs un documentaire reportage sur la guerre en Tchétchénie.

Marcel Trillat lors du tournage, guerre en Tchétchénie

Mais ce sont deux guerres bien plus anciennes qui ont contribué à la construction morale du jeune Marcel.

La guerre d’Algérie, tout d’abord. Notre film-entretien montre à la fois le rôle de Marcel Trillat qui fut le premier journaliste de télévision à consacrer des reportages commémorant les 20 ans du massacre de Charonne à Paris ou la répression du 17 octobre 1961. Mais notre film s’intéresse aussi à la filiation entre cet engagement de journaliste et l’engagement du jeune Marcel, 20 ans plus tôt. Marcel était alors militant des jeunesses communistes, un engagement très conflictuel vis à vis de son père, agriculteur marqué par une autre guerre, celle de 1914-1918.

Jeunesse d’un journaliste de télévision, au temps de la guerre d’Algérie (Marcel Trillat) – film entretien réalisé par Jeanne Menjoulet en 2018

La guerre de 1939-1945 et la résistance en France joue aussi un rôle symbolique très important dans la construction morale du jeune Marcel.

Dans notre film entretien, nous avons posé des questions à Marcel sur la façon dont il a vécu ses toutes premières années dans la ferme familiale, au-dessus du Vercors. Cet « épisode » de notre film-entretien est donc l’occasion de découvrir, à travers le regard d’un enfant (alimenté par les récits et retrouvailles ultérieurs), quelle fut la résistance à Grenoble, au pied du Vercors, et qui étaient ces résistants.

Histoires de la Résistance : l’enfance de Marcel Trillat au pied du Vercors – film entretien réalisé par Jeanne Menjoulet en 2017

Découvrez Bang-Bang TV

Bang-Bang TV est une webTV passionnante, librement accessible en ligne 

 https://bang-bang.tv/

Au 1er janvier 2020, le catalogue Bang-Bang TV recense déjà 6825 vidéos. 1/3 sont des vidéos autour des manifestations et grèves, pertes industrielles, analyses des colères sociales et leurs réponses politiques.


Interview

De quoi est fait le catalogue de Bang-bang TV ?

Nous avons 75 Documentaires et Reportages, assez peu encore, contre 362 Explicatifs, car nous avons privilégié les formats plus courts, permettant de cerner rapidement des questions de société (énergie, sécurité, pauvreté, fiscalité, etc).

Le catalogue est très spontané, cela vient des inquiétudes et des sujets que sous-tendent l’actualité au gré de nos découvertes. Pour une bonne vidéo, il faut souvent en voir une bonne dizaine.

Beaucoup d’interviews, de conférences, d’universités populaires, de sujets développés par des bloggeurs. La proximité et le dialogue humain, entre citoyens, entre chercheurs et citoyens, nous semble essentiel en cette période.

Nous avons aussi quelques rubriques sur l’autonomie, les initiatives d’entraide, les alternatives… c’est important pour pouvoir se situer soi-même. Certains sont dans le combat, d’autres dans la construction, d’autres dans l’expérimentation, d’autres dans la transmission de savoirs.
Toutes ces énergies sont complémentaires. Bang-Bang.tv cherche à ouvrir les horizons, à rendre compte des initiatives et, à sa petite échelle, impulser l’envie d’aller à la rencontre les uns des autres.

A quel public vous adressez-vous ?

Nous avons près de 900 membres réguliers et 77 000 visiteurs uniques à ce jour.

Nous nous adressons prioritairement à un public français mais nous avons des visiteurs du monde entier, probablement des expats et pas mal de pays francophones mitoyens, Suisses, Belges, Luxembourgeois.

Le contenu s’adresse à tout le monde mais, forcément plus aux personnes qui souhaitent réformer et réhumaniser la société, qui dépassent la notion de position politique a priori. Il faut savoir écouter des visions très variées sur la société et entrer dans une démarche constructive, émancipée des clivages.

Par ailleurs, on collabore et soutient des collectifs citoyens tels que i-Boycott, Culture Ric, Le Vrai Débat, Objectif RIC qui tentent de remettre les citoyens au coeur du dialogue et de la réflexion.

Quelle est la meilleure façon de regarder Bang-Bang TV régulièrement ?

Avec un bon petit verre de vin bio « Ni Dieu, Ni Maitre, Ni Sulfites », au fond de son canapé… sourire. C’est un bon exemple de désinformation, l’anarchisme, ça a été complètement falsifié historiquement comme beaucoup d’autres courants de pensée ou de faits historiques que l’on a simplifié, caricaturé et sortis du débat à coup d’épouvantails. Il y a beaucoup de Boogie Man dans notre culture contemporaine.

Bang-Bang.tv se prête à voguer de vidéos en vidéos. Nous avons privilégié la rapidité de lecture des vidéos grâce à un player qui vous laisse sur la même page et une playlist rapide par catégorie, ce qui rend facile le zapping. Ce n’est pas encore parfait, nous faisons à mesure de nos moyens et de notre temps.

La connaissance, on y prend goût. Vous trouverez une mine de sujets captivants et vous y reviendrez assez facilement dès lors que l’on se sent gravir les échelons de l’éveil. Il est désormais possible de mettre les videos dans sa Watch List quand on est inscrit pour pouvoir revenir sur des vidéos en cours ou si l’on souhaite se les mettre de coté pour les conseiller à d’autres.

Pour la petite anecdote, je passais souvent mes soirées à regarder une fiction pour me détendre, j’avais l’impression (fausse) que cela m’apportait un regard sur la société même si c’était une interprétation cinématographique, je comprends mieux maintenant la critique du philosophe Yann Kerninon. Depuis que je travaille sur Bang-Bang.tv, mon intérêt c’est réorienté vers le réel – je me suis rendue compte que j’accumulais des savoirs précieux qui m’ont donné une grande pulsion de vie et j’ai d’ailleurs, depuis, mené des projets et pris des décisions dont je ne me savais pas capable.

Non seulement on apprend énormément de choses qui font que l’on peut détecter rapidement les mensonges de l’actualité, qu’on peut développer des arguments avec conviction et calme– ce qui est nécessaire pour bonifier la société et les rapports humains sains – mais en plus, personnellement, ça m’a vraiment donné envie d’aller à la rencontre des gens partout en France. Il y a des gens formidables.

On pourrait croire que la prise de conscience déprime mais en réalité, elle nous permet de reconnaitre ce que l’on veut, ceux qui nous inspirent et, on peut, j’en suis persuadée, chacun à notre niveau, tirer toute la société vers le haut.

L’erreur est de sous-estimer sa participation au monde, si petite soit-elle.

Quand avez-vous créé Bang-bang TV et à quelle occasion ?

En novembre 2018, quand j’ai constaté la déformation manifeste de l’information concernant les Gilets jaunes, j’ai spontanément eu envie de créer un site en ligne qui permettrait aux citoyens de poster leurs vidéos afin de rééquilibrer l’information et de centraliser la parole citoyenne afin que chacun puisse mesurer non seulement l’ampleur des problèmes mais aussi l’ébullition actuelle.

La parole citoyenne est devenue bien plus riche que les débats médiatiques, il y a beaucoup d’information biaisée et un ton qui ne se prête pas à l’importance de l’époque que nous traversons.

J’ai préalablement demandé sur facebook aux gens si ça leur serait utile et l’enthousiasme général m’a donné le feu vert. En tant que geek, pour moi, c’était assez simple à mettre en place.

J’ai eu comme beaucoup de monde une sorte d’électrochoc en voyant la population se solidariser pour dire Stop au non-sens des politiques qu’on nous inflige et, le terreau de tout cela, je pense que cela a été la déception immense, pour ne pas dire la trahison, de la gauche au quinquennat précèdent. Même si je n’étais pas concernée directement par les premières revendications, et je suis écolo, progressiste, passionnée d’innovation, mais justement parce que je suis écolo, je suis aussi en contradiction avec les choix politiques, y compris ceux des « verts » parce que nous pourrions aujourd’hui être dans une toute autre disposition si nous n’avions pas étouffé des innovations depuis les années 70 (l’Aerotrain, la voiture Nouvo à air comprimé, etc…).

Ce que j’ai ressenti, c’est une rupture nette avec la représentation politique et la politique menée depuis plusieurs quinquennat. Un ras le bol, un réveil d’humanité.

Je n’étais pas seule à trouver que cette société triste, freinée, moralisée, me plombait et j’étais – je suis toujours fière de voir tous ces gens dans la rue, dans le froid, sous une pluie de lacrymogènes, revendiquer « un monde meilleur ».

Le fait que ce mouvement soit décousu et dissonant, que les pans de société qui se réveilent ne soient pas alignés, est dans l’ordre des choses et localement, les universités populaires, les débats relient petit à petit, réparent et anéantissent l’individualisme qui est devenu une religion dans nos sociétés. Bang-Bang.tv, c’est une petite pierre à l’édifice, un œil sur cette ébullition.


La force de ce réveil réside dans le fait même qu’une multiplicité de connexions, d’initiatives, de réflexions, d’actions pour l’éveil sont en ce moment même en train de faire leur chemin. On ne peut pas éteindre cette crise parce qu’elle est naturelle, profondément humaine, et que c’est déjà la seconde lame d’une prise de conscience.

Les premiers éveillés, depuis au moins une dizaine d’année, ont planté les graines et certains sont aujourd’hui désespérés, fatigués, pendant que d’autres prennent la relève.

Je dis cela avec certitude car ce à quoi je ne m’attendais pas, c’est de trouver autant de contenus vidéo en ligne, autant de bloggeurs, de citoyens, de spécialistes (historiens, sociologues, philosophes, scientifiques, professeurs, étudiants…) et de passionnés autodidactes qui nous transmettent des réflexions sur la société à tous les niveaux. Depuis 2015, au minimum, des citoyens partagent leurs savoirs, c’est une véritable révolution.

Cela va de contenus de qualité quasiment journalistiques, aux conférences, aux déclarations solo jusqu’à des exercices de style critiques sous des formes assez artistiques, dans la satire ou dans le zapping. C’est très foisonnant et c’est vraiment, je pense, un tournant notable d’internet.

De l’insatisfaction culturelle des médias traditionnels, les gens se sont saisis de la vidéo pour offrir un autre prisme de la société et de nouveaux savoir-vivre. J’ai eu l’occasion de discuter avec des bloggeurs extrêmement heureux et curieux de Bang-Bang.tv, de la mamie qui fait de la résistance à des jeunes très humbles alors qu’ils font un travail hyper pointu. Pour eux, c’est gratifiant et motivant de faire partie d’un catalogue de qualité pour l’éveil citoyen et je suis heureuse de leur donner la visibilité qu’ils méritent.

Quelles ont été vos motivations ?

La taxe sur le carburant, c’est la goutte qui a fait déborder le vase tant la contraction financière que vivent les classes moyennes devient écrasante, mais c’est l’urgence écologique qui crée un contexte de rejet plus radical, par son caractère irréversible. L’éveil s’opère en ce moment : ceux qui pensaient vouloir plus de pouvoir d’achat se rendent compte que le problème n’est pas là. Nous sommes en pleine allégorie de la caverne de Platon.

Beaucoup ont encore du mal à sortir du conditionnement et prendre de la hauteur. Le point de convergence réside dans la réalisation d’une nécessité de réviser et de transformer notre système tout entier. Pas pour tout casser, mais plutôt comme le dit Stiegler parce que ce système n’est pas pérenne, il détruit la planète, et l’évolution veut que nous ayons l’intelligence de nous renouveler.

Au delà de la couverture des grèves et des manifestations, avec les quelques bénévoles qui ont voulu participer activement et les vidéos postées par les citoyens,Bang-Bang.tv s’est tout de suite élargit à l’écologie, à la sociologie, à la démocratie, aux communs, à des questions de société plus larges.

La société, le système, sont dans une période de remise en question très forte, de rejet mais surtout de délitement. C’est l’impression que l’on a quand on regarde toutes ces vidéos et qui se confirme tant il y a de sujets sur la table.

Mes motivations sont passées de la curiosité – je n’étais pas très politisée quand j’ai démarré – à l’investigation, parce que c’est comme une pelotte, vous tirez un fil et vous en avez un autre, puis un autre… et vous vous rendez compte que tout est lié d’une façon ou d’une autre. Le choc, il me semble, vient lorsque vous réalisez que les politiques, dont la tâche est de résoudre ces problèmes, ne le font pas, voire les cultivent ou les accentuent. On a un sentiment de sabotage ou d’incompétence.

Attention, je ne dis pas « tous pourris », j’ai une vision bien plus complexe de la situation : il y a des gens très bien, mais dans une cacophonie et un enlisement tel que ces gens se fatiguent aussi pour de très petites victoires et une inertie qui les ronge à petit feu – très certainement. Une commission récente, sur la politique des territoires, a permis à Borloo de s’exprimer – il est d’ailleurs respecté tous bords politiques confondus – et on peut y mesurer le désarroi interne des acteurs de bonne volonté.

Mon objectif, c’est d’éveiller. Ou peut-être plutôt de réveiller. Les gens sont comme endormis et beaucoup ont de fausses croyances ou sautent hâtivement sur des conclusions parce qu’on les a nourrit au petit lait de mensonges,  que la gymnastique intellectuelle et critique s’est perdue, à mon sens avec la dégradation des médias mainstream. Même si il y a tout de même d’excellents reportages qui parviennent à briser l’omerta et des réalisateurs, des journalistes d’investigation qu’il faut féliciter.

Le chemin que j’ai fait, je le souhaite à tout le monde.

C’est assez puissant et libérateur de comprendre les choses. Cela change complètement notre regard sur la société, sur nos croyances – qui est souvent très étherique, dans la vie on a une vague idée des choses parce que ça ne nous intéresse pas vraiment. La gestion de la cité, ça dépasse notre vie individuelle, ça façonne beaucoup notre chemin et cela conditionne, quoiqu’on en dise, notre accès au bonheur.

On nous vend le mythe du succès pour tous, pour ceux qui se donneraient la peine, mais c’est faux et cela devient de plus en plus faux. La société se referme, et les gens en souffrent.

Même dans les strates financièrement à l’aise, je connais beaucoup de gens qui déchantent et qui redécouvrent, pour certains, les vrais valeurs humaines, en allant côtoyer des couches sociales inférieures. Ceux qui ne le sentent pas encore, c’est peut-être ceux qui sont vraiment embrigadés dans le consumérisme, dans les trentenaires et surtout dans les grandes villes, ceux qui vivent très bien dans une forme de superficialité leur bonheur, mais même ceux-là verront une limite à leurs satisfactions épicuriennes tôt ou tard, parce que le médiocre est en train de s’immiscer partout.

Ce qui m’inquiète et crée un surcroit de motivation, ou plutôt qui me retient sur ce projet, c’est le danger réel qui plane sur nous, au niveau écologique, un effet domino extrêmement vaste, incontrôlable, impossible à mesurer et irréversible qui « nous oblige ». Nous sommes dans une course à la montre et les médias, de ce point de vue, sont des irresponsables, je dirais même, ils sont coupables d’en faire des sujets anecdotiques. Je pense que c’est ce qui remet tout en question, bien plus fort aujourd’hui, parce que c’est consciemment insupportable.

Pour finir, personnellement, je n’ai aucune ambition à travers cette web tv, je la vois un peu comme une collection de vidéos d’éveil à laquelle chacun contribue. Je crois beaucoup en l’intelligence collective : c’est l’avenir. Bang-Bang.tv est pour les citoyens, un endroit pour trouver et diffuser facilement de bons contenus qui alertent et qui donnent aussi de l’espoir.

Qu’est-ce qu’une web-TV participative ?
Quels axes et ligne éditoriale avez-vous choisis pour Bang-Bang TV ?

Le principe d’une web tv participative, c’est que tout le monde puisse publier des vidéos nommément ou anonymement.

Ensuite, nous modérons pour respecter une certaine « qualité » d’information et nous vérifions systématiquement que cela ne véhicule pas de « fake-news » ou une « déformation de l’Histoire ». Toutes réserves gardées, nous ne sommes pas journalistes de métier et nous sommes bénévoles, c’est pourquoi chacun peut nous signaler une vidéo et argumenter avec des sources.

Il faut aussi que les vidéos apportent des éclairages ou une critique toujours dans le but de permettre la réflexion. Tout va dans le sens de se construire sa propre opinion sur la société et de s’émanciper.

A ma grande surprise, on a rarement eu à rejeter des vidéos. On évite juste les bavardages de chroniqueurs télé, les paroles directes de politiciens si elles ne sont pas liées à l’actualité des manifestations ou de la politique en cours. On préfère toujours un décryptage citoyen ou des médias alternatifs.

On évite aussi les vidéos trop barbantes si on peut, le temps est précieux, il nous arrive parfois d’aller chercher de meilleures vidéos, plus rythmées, plus qualitatives, sur un thème proposé.

Personnellement, je poste beaucoup de vidéos sur le site, j’ai toujours été très vorace de ce format pour apprendre, les podcasts et radios aussi peuvent être intéressants. Il viendra probablement un temps où je transmettais à quelqu’un d’autre les clés de la continuité car j’ai d’autres projets. L’actualité est boulimique en attention et la trier, c’est presque du non-stop tant il y a de rebondissements, les citoyens impliqués sont donc sans cesse les bienvenus et en continuelle rotation sur ces rubriques.

Fin de l’Interview de Bang-Bang TV

ANNÉES 1970, LA BATAILLE DU DROIT A L’AVORTEMENT

Série photographique de 35 clichés de la grande manifestation du 6 octobre 1979, Marche pour l’avortement et la contraception libres et gratuits et soutien de la loi Veil menacée .

L’auteur de ces photos est Michel Calvès. Un grand merci à lui pour ce partage, et pour la licence ouverte Creative commons : les photos peuvent être librement utilisées sur des articles, blogs et publications en tout genre (licence CC-BY, ce qui signifie que seule la mention du nom du photographe, Michel Calvès est nécessaire pour faire apparaître une de ces photos sur une publication).

6 octobre 1979
Manifestation pour l’avortement libre et gratuit à Paris, 6 octobre 1979

La manifestation du 6 Octobre 1979 fut une mobilisation « historique » : 50. 000 personnes (des femmes très majoritairement) descendirent dans la rue.

Manif pour pérennisation droit à l'avortement 1979
Manifestation pour l’avortement libre et gratuit à Paris, 6 octobre 1979

Le 6 octobre 1979 est la veille du réexamen par le parlement de la loi provisoire décrétée en 1974 sur l’avortement libre. Le mouvement des femmes a appelé à manifester dans les rues pour l’avortement libre et gratuit. La loi Veil sur la légalité de l’avortement (mais non sur sa gratuité) sera publiée au Journal Officiel deux mois plus tard, en décembre 1979.

Manifestation femmes octobre 1979
« Nos luttes changent la vie entière » – Manifestation pour l’avortement libre et gratuit à Paris, 6 octobre 1979

Cette manifestation est organisée à l’appel du mouvement des femmes et du Planning Familial. Un des ses objectifs principaux est donc la pérennisation de la loi Veil, votée cinq ans auparavant par l’assemblée nationale et le sénat à titre provisoire.

5 ans ça suffit - Abrogation pure et simple de la loi de 1920
« 5 ans ça suffit – Abrogation pure et simple de la loi de 1920 » (écriteau sur la droite)

L’abrogation pure et simple de la loi de 1920 est un des écriteaux visibles de cette manifestation. Pour situer cette loi de 1920, qui marqua une « victoire des pères lapins » en son temps, une bonne lecture rétrospective peut être utile. Cet article, « Histoire de la légalisation de la contraception et de l’avortement en France« , dresse un très bon tableau des enjeux, des rapports de force et de la chronologie de la bataille pour le droit à l’avortement en France.

Avortement et contraception libres et gratuits ?

manif 1979
« Remboursement par la sécurité sociale » (banderole rouge)

Le remboursement par la sécurité sociale de l’IVG réclamé ici en 1979 ne sera introduit qu’en 1982… Un même retard avait été observé pour la contraception.

droit à l'avortement gratuit
Manifestation pour l’avortement et la contraception libres et gratuits à Paris, 6 octobre 1979

Après la loi Neuwirth autorisant la contraception en 1967, il a fallu attendre 7 ans pour qu’une seconde loi , en 1974, permette son remboursement par la Sécurité sociale (et la rende donc accessible à toutes).

L'avortement libre et gratuit
« Remboursement par la sécurité sociale pour l’avortement libre et gratuit »

Manifestation nationale

Politiquement, des militantes de toutes les sensibilités féministes y participent. Géographiquement, des groupes de toute la France rejoignent la manifestation à Paris .

manif femmes octobre 1979 -ni pape ni... c'est aux femmes de décider
« Ni pape ni… c’est aux femmes de décider » (écriteau central)

Le cortège passe à Montparnasse. Au cinéma, le très misogyne « les valseuses » est encore à l’affiche (4 ans après sa sortie…). Les dizaines de milliers de femmes dans la rue marchant « pour le contrôle de notre propre corps » revendiquent une vraie liberté sexuelle . il ne faut pas ou-Blier au passage que les films, la télévision, et la presse. sont encore, en 1979, sous le contrôle des hommes.

manif 1979 pour avortement libre et gratuit
« Avortement, c’est notre doit, pas notre plaisir – Pour le contrôle de notre propre corps »

« Avorter, c’est notre droit, pas notre plaisir ». Le cortège était parti de la place Denfert-Rochereau à 14h30 le 6 octobre 1979 pour se diriger vers la tour Eiffel.

manif pour l'avortement
Manifestation pour l’avortement libre et gratuit à Paris, 6 octobre 1979

Vive les escargots ?

Manif femmes avortement 1979
« Les enfants de l’amour sont les plus beaux – Vive les escargots « 

La symbolique de l’escargot a été utilisées de nombreuses fois au cours des mobilisations féministes dans le monde. Des facettes très différentes de ce petit animal ont été mises en avant…

En 1928 par exemple, un gigantesque escargot flanqué de calicots portant ces mots : « La marche du suffrage féminin en Suisse » (obtenu …en 1971 !) est traîné lors d’une manifestation (ce gros retard suisse en matière de droit de vote montre accessoirement à quoi peut conduire une démocratie « directe » fonctionnant par référendum).

Manifestation femmes à Paris, octobre 1979 « Les enfants de l’amour sont les plus beaux – Vive les escargots « 

mais à Paris, le 6 octobre 1979 , « vive les escargots » traduit sans doute une aspiration à l’égalité des sexes que symbolisent les escargots qui ne peuvent être victimes de discriminations sexuelles ou de stéréotypes de genre en raison de leur hermaphrodisme… Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que ces pauvres escargots ont été brandis par la droite et l’extrême-droite mobilisées contre le « mariage pour tous » en 2012-2013, les escargots devenant de terrifiants emblèmes d’une soi-disant « théorie du genre ».

La fin d’une décennie de luttes de libération des femmes

La manifestation clôt une décennie qui a vu exploser les luttes (et les conquêtes) des femmes par une démonstration inédite de la vigueur du féminisme.

manif femmes 1979
Nous naissons et renaissons tous les jours

« Nous naissons et renaissons tous les jours », cet écriteau dans la manifestation pourait être vu comme constructionniste. Peut-être est-ce l’occasion de rappeler que deux courants opposés traverse le féminisme :

  • un courant constructionniste qui se réfère aux écrits de Simone de Beauvoir (« on ne naît pas femmes, on le devient »), et auquel peut être rattaché les féministes « radicales » de l’époque : les différences constatées entre hommes et femmes sont pour une grande part construites par un conditionnement social c’est-à-dire qu’il n’existe pas d’essence féminine ou masculine, mais seulement un sexe biologique n’influant pas, ou très peu, sur la personnalité.
  • La notion opposée est l’essentialisme qui attribut un rôle essentiel du sexe biologique des femmes sur leur personnalité.
Manif avortement 1979
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit

Malheureusement, cette fin de décennie et cette manifestation sont le théâtre d’un hold-up, celui des féministes essentialistes sur le MLF. Un petit groupe de femmes appelé « Psych et Po »
(« Psychanalyse et politique » ) est à la manœuvre…

Manifestation femmes à Paris, octobre 1979
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit

Les militantes de Psych et Po se placent sans l’accord des autres groupes en tête du cortège et arborent cette banderole qui prône l’apartheid :  « L’usine est aux ouvriers, l’utérus est aux femmes, la production du vivant nous appartient ». Les fondements essentialistes de l’approche de Psych et Po ont conduit ce petit groupe à s’opposer complètement aux féministes descendues manifester pour pérenniser la loi sur l’avortement. Au point que Psych et Po se nommera lui-même antiféministe à partir de 1973, défendant comme un enjeu de civilisation la différence des sexes .

Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit

Quelques jours seulement après cette manifestation du 6 octobre 1979, le 18 octobre 1979,  Psych et Po (« Psychanalyse et politique » ) déposent juridiquement le sigle MLF (qui était utilisé jusqu’alors librement) : En secret, à la préfecture de police , trois femmes – Antoinette Fouque, Marie-Claude Grumbach et Sylvina Boissonnas déclarent le nom de «Mouvement de libération des femmes – MLF» comme étant leur propriété, puis le nom MLF est inscrit comme marque commerciale à l’Institut de la propriété industrielle et commerciale. Le « MLF » devient juridiquement la propriété privée de ce petit groupe « essentialiste » qui peut légalement interdire à toutes les autres femmes de s’en réclamer.

Ni à Chirac, ni à Debré, ni au pape….

ni à Chirac, ni à Debré, ni au pape....
ni à Chirac, ni à Debré, ni au pape….

Le même jour que cette très importante manifestation, le pape rendait visite au président Jimmy Carter aux Etats-Unis. Le journal télévisé français plaça cette information papale en 1er dans ses journaux télévisés, avant l’information concernant la manifestation pour le droit à l’avortement en France….

JT du soir du 6 octobre 1979

On remarquera que dans ce journal TV , un petit reportage est consacré à la Marche pour l’avortement et la contraception libres et gratuits et en soutien de la loi Veil menacée. Mais ce reportage est complètement biaisé. Seules deux militantes de Psych et Po (« Psychanalyse et politique » décrites plus haut ) sont interviewées, et leurs réponses rendent complètement incompréhensible la manifestation puisque ces deux femmes de Psych et Po demandent le retrait de la loi (alors que la manifestation visait bien-sûr au contraire à la soutenir et la pérenniser). Le journaliste réalise une autre « interview »… et là encore il s’agit d’une femme qui n’est pas très en faveur du droit à l’avortement ! (et qui n’est bien-sûr pas une manifestante).

Manifestation femmes octobre 1979-0024
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit

Mariez les curés ! La photo ci-dessous prise par Michel Calvès n’est pas audiovisuelle, mais elle donne la vraie voix des manifestantes à travers leurs pancartes (planning familial de St Etienne, Femmes noires de Toulouse, etc).

Vierge Marie…

Manifestation femmes octobre 1979
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit


La mobilisation du 6 octobre 1979 à Paris est une manifestation non mixte (ce sont des organisations de femmes qui ont lancé l’appel)…. mais des hommes (très minoritaires) y participent.

homme à manif femmes droit avortement
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979

Une militante parmi les autres

Marie-Jo Robion
Marie-Jo ROBION

Je rapporte ici les propos de Michel Calvès, l’auteur de ces photographies, au sujet de cette militante (chemise rose) au centre de cette photo ci-dessus :

"Pour la manif, un certain nombre de copines y étaient mais je n'ai pas fait de plans spéciaux sauf pour une camarade : Marie-Jo ROBION, qui était cheminote travaillant au service électrique (SES) à St Cloud, animatrice de la CFDT, je crois même qu'elle était au bureau de l'UPR de Saint Lazare, oppositionnelle à Notat, dans la mouvance animée par Claude Debons. Cette copine, dans le milieu des années 80 a été mutée sur Bordeaux. Comme dans la chanson de Goldman, elle a fait un bébé toute seule. Je ne sais plus si elle a rejoint SUD Rail après 96. Les dernières nouvelles que j'ai eu c'est qu'un cancer l'a terrassée. Ce qui est très dommage, c'est qu'à l'heure où tout traîne sur le Net, je ne trouve aucune trace d'elle. Bien sûr les réseaux sociaux n'existaient pas, mais je me souviens de son activité syndicaliste et féministe (Elle animait un des premiers groupes femmes à la SNCF). Une chouette fille."
Manifestation femmes à Paris, octobre 1979
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979

Marie-Jo Robion est aussi sur la photo ci-dessus.

Quelques autres plans rapprochés de la Manifestation :

Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979
« Femmes de Toulouse, les Violettes vient rouge » – « Liberté s’écrit au féminin – Corrèze »
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979
« Les Hollandaises solidaires »

Une ville qui change

Les photos de manifestations de rue un peu anciennes sont aussi l’occasion d’observer l’évolution d’une ville et de ses bâtiments.

Manifestation femmes à Paris, octobre 1979
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit – « nuestro cuerpo nos pertenece » : « notre corps nous appartient »

Ci-dessus, une vue de la rue de Sèvre, à la hauteur de l’hôpital Necker en ce mois d’octobre 1979. Ci-dessous, 40 ans plus tard, le même tronçon de la rue de Sèvre, où a été construit le nouveau bâtiment de l’hôpital Necker à la place d’anciens bâtiments :

rue de Sèvre / hôpital Necker en mai 2018

A Montparnasse, on observe surtout des changements d’enseignes et de design des bus…

Manifestation femmes octobre 1979
Manifestation femmes à Paris, 6 octobre 1979 pour le droit à l’avortement libre et gratuit

La « Taverne de maître Kanter » a laissé la place à l’Hippopotamus, qui appartient d’ailleurs au même groupe financier (le groupe Flo)…

mai 2018
Manifestation femmes octobre 1979
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979 , avec banderole Maoïste

Autre vue de Montparnasse :

Manif 6 octobre 1979
Notre corps nous appartient – Manifestation pour l’avortement libre et gratuit à Paris, 6 octobre 1979

Au même endroit, le cinéma le Bretagne est toujours là…

mai 2018
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979

Pour finir, quelques vues du cortège :

« Nous voulons des enfant voulus »

Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979
 Manifestation pour le droit à l'avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979
Manifestation pour le droit à l’avortement libre et gratuit, 6 octobre 1979

La déposition d’une jeune résistante de 17 ans (1945)

Cette déposition a été écrite en août 1945 par Francine Sébastien, dont la biographie est retranscrite dans une autre page de ce carnet , déposition faite auprès des services américains en France,

Les services américains ont effet versé en 1945 une petite somme à certains résistants (de France ou d’autres pays d’Europe), qui avaient (notamment) aidé des aviateurs américains. Pour cela, il fallait faire une déposition et constituer un dossier. Le montant de ce dédommagement a été ainsi de un peu plus de 2500 euros (en valeurs d’aujourd’hui) pour Francine, et de moins de 5000 euros pour sa mère.

Dans cette déposition, la jeune Francine ( née le 23/02/1926, elle avait 17 ans en 1943) résume (deux ans plus tard) son parcours de jeune résistante avant sa capture par la Gestapo.

Elle a pu être retranscrite sur cette page grâce aux documents que nous a transmis Barbara Wojcik, nièce de l’un des aviateurs ( James Wilschke) cachés/abrités par Francine Sebastien, lycéenne, et sa mère, Jeanne Sebastien, directrice d’école .

Nous remercions Barbara Wojcik de nous avoir transmis ces documents trouvés par elle aux Archives Nationales des Etats-Unis. Ces archives sont aujourd’hui déclassifiées et sont conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland).   Les autres documents relatifs au réseau de résistance MARIE-ODILE ou aux aviateurs sont accessibles ici.


COPY 

  REPORT SENT IN BY Mlle FRANCINE SEBASTIEN                       

7 August 1945

En juin 1943, un avion anglais de type Lancaster  était abattu par un chasseur Allemand, au-dessus d’Ingrandes (Maine & Loire) en revenant de mouiller des mines dans le sud de la france. Deux des aviateurs réussir à sauter en parachute : c’était le sergent F. SCOTT et le sergent A. SHEPPARD. Ils furent cachés pendant quelques jours par de jeunes garçons du pays. Les patrouilles Allemandes devenant fort nombreuses, les jeunes gens vinrent à Nantes chez Madame DELAVIGNE (qui avait déjà caché un officier aviateur Anglais en 1941) en lui demandant où ils pourraient mettre les aviateurs en sécurité. Madame DELAVIGNE qui venait de subir un emprisonnement de plusieurs mois, à la prison allemande de BORDEAUX, alla trouver la famille BARREAUD. Mais la maison de cette famille étant un centre de maquisards, d’agents de renseignements, Madame et Mademoiselle BARREAUD vinrent trouver ma mère en lui demandant si elle voulait bien cacher des aviateurs alliés.

Ma mère ayant accepté, on nous donna les indications pour nous mettre en rapport avec les jeunes gens d’INGRANDES, et les jours suivants, j’attendais la voiture convenue sur une petite place avoisinante. J’emmenais les deux aviateurs dans la maison de ma tante, Mademoiselle BENOISTON. Ils y restèrent trois jours. J’allais chaque jour les ravitailler, Madame BARREAU vint alors nous prévenir que selon ses renseignements il était préférable que les aviateurs quittent Nantes, les recherches Allemandes étant très actives à ce moment. Un de nos camarades, Noël BREDOU vint alors les chercher chez nous et les emmena dans sa propre voiture, à son domicile à GUENROUIT, le lieu n’étant pas encore trop sur, il les ramena à l’Hermitage par CANYBOU chez Monsieur DOLIVET. < erreur de frappe : En 1943 , Louis DOLIVET demeurait à CAMPBON ( 44750 ) et non à CANYBOU> .

                Madame BARREAUD me mit en rapport avec Monsieur COINDEAU (agent de l’Intelligence service) pour que je lui donne les renseignements concernant les aviateurs. Le réseau « MARIE ODILE » fut joint, et Madame BARREAUD décida Monsieur Abel Blary à venir chercher les aviateurs. Ceux-ci furent ramenés à NANTES chez ma mère. Pendant ce temps, les jeunes gens d’Ingrandes me téléphonaient en me faisant comprendre qu’un troisième aviateur Anglais était également caché à CONDE (Maine & Loire) chez un percepteur. Avec mon camarade Noël BREDOUX, je partis alors à CONDE, et après mille difficultés nous réussimes à emmener l’aviateur, le sergent James SPARKES. Arrivés à Nantes, nous l’emmenions d’abord chez Madame CUSSONNEAU, la sœur de Noël BREDOUX. Il y resta une journée, et de là, je l’emmenais avec Noël BREDOUX chez mon camarade JEAN CHAUVIN <erreur de frappe/orthographe du nom, il s’agit de Jean CHANVRIN>. (qui devait plus tard nous dénoncer tous). Là, il resta plusieurs jours, il vint une fois chez ma mère afin de rencontrer les deux autres aviateurs . le départ fut décidé et Monsieur Abel BLARY vint les chercher tous les trois à la maison. Après les avoir conduit tous les trois jusqu’à la voiture, cachée sur une place avoisinante, je leur fis mes adieux.

Monsieur BLARY les emmena à POITIERS, chez « MARIE ODILE » d’où ils parvinrent à gagner l’Espagne.

Page 2

Un peu plus tard, en Juillet 1943, mon camarade Noël BREDOUX vint demander à ma mère et à moi-même si nous voulions cacher des aviateurs Américains tombés en Bretagne. Ayant accepté, il partit les chercher dans sa voiture et nous les ramena le soir. C’était le Lieutenant J. WlLSCHKE et le >ergent Robert 0’NEIL. Madame BARREAUD se sentant déjà surveillée ne put rappeller Monsieur BLARY. Nous devions donc nous arranger par nos propres moyens, Madame BARREAUD nous avertit qu’il était plus prudent de les faire changer de maison et je les conduisis alors, à tour de role, l’un, chez mon amie Madame GUYONVARCH ( qui en 1941 avait dejà caché un aviateur Anglais {A. MacMILLAND} et l1 autre chez Jean CHAUVIN <son nom est écrit CHANVRIN dans d’autres documents des archives américaines>. Il était très difficile de joindre les organisations de résistance car la police Allemande avait fait déjà de nombreux ravages dans nos rangs, mais ma mère et moi-même nous parvinrent enfin à contacter le groupe des Hussards de la Liberté, avec Monsieur VAIRE (inspecteur de Police). Je décidais avec lui du jour ou il pourrait venir chercher les aviateurs. Au jour vonvenu avec Madame GUYONVARCH, qui amena J. WILSCHKE, jfallais chez CHAUVIN où jattendis l’heure convenue avec Monsieur VAIRE, Monsieur VAIRE vint avec Monsieur SAULAIS les prendre, et ils les enmenèrent de là à GUEMENEE PENFAO, chez Madame et Monsieur DUPONT qui les gardèrent plusieurs jours.

Mais pendant le transfert de NANTES à GUEMENEE PENFAO, la voiture où se trouvaient les deux aviateurs, Monsieur VAIRE, Monsieur SAULAIS et je crois Madame WILKINSON ou ALEXANDRE fut arrêtée par la police Allemande. Monsieur VAIRE montrant sa carte d’inspecteur de Police, répondit avec habileté aux gendarmes Allemands, que les doux hommes (les aviateurs) étaient des. réfractaires, des maquisards, et qu’ils les emmenaient à REDON pour les faire arrêter. Les Allemands le crurent et laissèrent partir la voiture.

Mais ils téléphonèrent plus tard à la Kommandantur de REDON qui leur répondant qu’aucun maquisard n’avait eté amené, alors, ils se rendirent compte qu’ils avaient eté joués, et leurs recherches commencèrent alors. Ils réussirent à arrêter Monsieur VAIRE, Monsieur SAULAIS, Madame et Monsieur DUPONT en Septembre.

De notre côté Jean CHAUVIN <ou CHANVRIN ?> qui était un traitre, nous dénonça aux Alle­mands, qui arrêtèrent Madame BARREAUD, son mari, et sa fille, puis Madame GUYONVARCH, Madame CUSSONNEAU, son frère Noël BREDOUX et enfin ma mère et moi-même et Monsieur DOLIVET et Madame DELAVIGNE. L’arrestation fut pour tous le 21 Septembre 1943, sauf pour Noël BREDOUX et moi-même qui n’étant pas à NANTES furent pris plus tard.

  ARESTATIONS :

Madame DELAVIGNE, Monsieur DELAVIGNE,
6, boulevard Amiral Courbet, NANTES
Arrêtés et déportés en Allemagne. Madame DELAVIGNE est rentrée de RAVENSBRUCK mais Monsieur DELAVIGNE est mort en captivité

Monsieur DOLIVET – L’Hermitage, Domyton
Arrêté et apporte-en Allemagne.
N’est pas rentré, est probablement mort. Il laisse sa femme et deux enfants sans grande ressource.

Madame BARREAUD, Monsieur BARREAUD, Jacqueline BARREAUD
5, rue Renan, NANTES
Arrêtés et déportés en Allemagne. Tous rentrés

Noel BREDOUX – à GUENROUET {Loire Inférieure)
Déporté à Buchenwald
Rentré en mauvais état de sante

Claire CUSSONNEAU – NANTES
Arrêtée et libérée après six mois de camp à COMPIEGNE
Mauvais état de santé

Rolande GUYONVARCH – 39 Avenue de la Solidarité, NANTES
Arrêtée et déportée en Allemagne. Rentrée en mauvais état de santé. Impossible de travailler.

Madame DUPONT Monsieur DUPONT Facteur à GUEMEN PENFAO
Arrêtés et déportés en Allemagne. Sont tous les deux rentrés.

Pierre SAULAIS – 11 rue de Belleville, NANTES
Arrêté et évadé pendant le transfert en Allemagne.

Jean VAIRE – 9 Avenue d’lena, NANTES
Arrête et déporté, condamné à mort a PARIS par tribunal de guerre allemand en Février 1944. Est rentré d’Allemagne.

Jeanne SEBASTIEN – 1 Chemin Richeux NANTES
Arrêtée et déportée à RAVENSBRÜCK. Est rentrée en mauvais état de santé

Francine SEBASTIEN – 1 Chemin Richeux NANTES
Arrêtée et déportée. à Paris en Février 1944. Condamnée à mort par tribunal de guerre Allemand. Est rentrée, libérée et sauvée par l’arrivée des troupes alliées à PARIS .

Eugénie BENOISTON – 6, Avenue Desguie du Lou NANTES
Recherchée par la Gestapo. a du se cacher pendant un an à la campagne

Abel BLARY – 120 Avenue Gauthier, Lambersart, Nord
Recherché a du se cacher pendant un an

Jean CHAUVIN  –  Avenue Noury, NANTES
Traître, a dénoncé tous ses camarades. Est condamné aux travaux forcés à perpétuité par Court française.

Francine SEBASTIEN  Chemin Richeux
NANTES, Loire Inf.

Le rapport manuscrit, écrit par Francine Sebastien, est joint au dossier :

Autre document dans le dossier américain, ce questionnaire rempli par Francine Sebastien en 1945 :

QUESTIONNAIRE

19 july 1945.

SEBASTIEN Francine
1, chemin Richeux, NANTES

at Hôtel Rex
rue Gite

Age 19
Student
single

Mother : Mme JEANNE SEBASTIEN

known to Avs <Aviators> : « MIMI »

organ : MARIE ODILE

Avs <Aviators> helped :    Sgt. TROTT   SPG  1448       July 43
Sgt. SHEPHERD  SPG 1447  July 43
JAS SPARKES      SPG 1446    July 43

Reports E&E    Sgt. ROBERT O’NEIL     Aug 43  10 days
267 say 2 days      Lt.  JAS WILSKIE <WILSCHKE>  Aug 43    10 days

Above 2 were USA found at Lorient passed to group du Hussards de la liberté, NANTES

Avs <Aviators> received from Mme. BARREAUD, 5, rue Renan, NANTES

passed on to Mme BLANC, de Poitiers

Mother (JEANNE SEBASTIEN) arrested 21st sept. 43 (denounced by JEAN CHANVRIN traitor) deported RAVENSBRUCK 31st Jan. 44. liberated 18th. Apr. 45  (19 months)

Daughter Francine arrested 13th nov 43, depoerted RAVENSBRUCK 31st Jan. 44. Then braught back to Fresnes 3 Feb. 44 because of helping airmen , for judgment , condemned to death – was going to be shot 18 Aug. 44 – but was saved by Liberation – 17 août 1944 (9 months) – House looted – all taken

Would like to hear from airmen especially SPARKES

Agreed 21 july 45 with office to pay :

Daughter  20,000 frs 
Mother 38,000 frs
The total 58,000 frs has been paid

Declaration filled in.

Seen by Mrs. Carr

Compte-rendu de la visite de Francine Sebastien aux services américains :

Sujet : Visite de Mle Francine SEBASTIEN – 1, chemin Richieux, Nantes (Loire Inf.)
Etudiante
Née le 23 février 1926
Célibataire
Nom de guerre « MIMI »
Membre du groupe MARIE-ODILE

  1. Mle SEBASTIEN, une déportée, est venue nous donner des détails sur son affaire, qui implique également sa mère, Mme Jeanne SEBASTIEN, née le 4 août 1897, vivant à leur adresse à présent.
  2. Les SEBASTIEN ont logé WILSCHKE, (E&E 267) et NEIL (E&E 268) pour 2 ou 3 jours en juillet ou août 1943. les deux hommes ont été amenés chez les SEBASTIEN par M. BREDOUX. Après son séjour là-bas, WILSCHKE a été convoyé par Mle SEBASTIEN chez Mme Rolande GUYONVARCH, 32 avenue de la Solidarité, Nantes, Loire Inf. Mme GUYONVARCH a été arrêtée en même temps que Mme SEBASTIEN, Les deux femmes ont été déportées et sont revenues récemment.
    NEIL a été emmené par Mle SEBASTIEN chez M. Jean CHANVRIN, 16 avenue Noury, Nantes, qui a dénoncés ensuite au moins 30 personnes de la résistance. Il a été arrêté à la Libération et condamné à mort, mais la sentence a récemment été commuée en prison à vie.
  3. Mle SEBASTIEN déclare que Noël BREDOUX de Gouenrouet, Loire-Inf. (le chauffeur qui a conduit les hommes chez ls SEBASTIEN), a été arrêté en même temps qu’elle, déporté, et est revenu récemment. d’autres arrestations liées à celles-ci incluent M et Mme DUPONT, Guemene Penfao, Loire-inf., qui on abrité les hommes <les aviateurs WILSCHKE et NEIL> après les SEBASTIEN. Les DUPONT ont été tous les deux déportés et sont tous les deux revenus.
  4. Mle SEBASTIEN a été arrêtée le 3 novembre 1943, déportée en janvier 1944, elle est revenue en France le 29 février 1944 pour être jugée. Elle a été emprisonnée à Fresnes et son procès était en attente quand la Libération de Paris a eu lieu. Elle a été libérée le 17 août 1944.
    Sa mère a été arrêtée en septembre 1943, déportée en janvier 1944 et rapatriée le 18 avril 1945. Mle SEBASTIEN déclare que les Allemands sont venus en septembre 1943 pour arrêter la famille, mais seule sa mère était à la maison. Son père n’a jamais été arrêté puisqu’il était bien malade et séjournait dans la maison de ses parents. Mle SEBASTIEN est restée à l’écart de sa maison, mais deux mois après l’arrestation de sa mère, ses grand-parents ont commi l’imprudence de l’appeler par un appel longue-distance à PARIS. L’appel a été intercepté et elle a été arrêtée à PARIS en novembre 1943.
  5. Quand Mle SEBASTIEN a appelé encore ce bureau le 24 juillet 1945, on lui a donné un paiement de récompense de 20.000 francs < Un paiement de 20.000 anciens francs de 1945 équivaut environ 2.500 euros en valeur de 2018, si l’on utilise le convertisseur de l’INSEE) >. On lui a dit que sa mère aurait un paiement joint de 38.000 francs < soit moins de 5.000 euros en valeur de 2018, si l’on utilise le convertisseur de l’INSEE) > , du Lieutenant SARANT quand il les appellerait chez elles prochainement.

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

DECLARATIONS, 19 July 1945

SEBASTIEN Francine (HUINI) ?       (DEPORTED        REPATRIATED)
Born 23 février 1926 French Student
1 Chemin Richeux, Nantes, Loire Inf.

Father:  SEBASTIEN, Alphonse
47 
French
public instructor 1, Chemin Richeux, Nantes

Mother: SEBASTIEN, Jeanne
47
French
public instriuctress 1, Chemin Richeux, Nantes

Arrested by the Gestapo in Nov 43, interned in Fresnes. Deported to Germany to the camp of Ravensbruck, then brought back to France for judgement. Condemned to death 20 Feb 1944 by a German war tribunal. Liberated 17 Aug 1944 thanks to the liberation of Paris, the city of my execution. Mr NORDLING, the Swedish consul, can give all the information.

In service of the enemy:   Jean CHAUVIN <erreur orthographe, il s’agit de Jean Chanvrin>, 16 Avenue Noury, Nantes, belonged to our group. Denounced us to the German authorities and is responsible for our arrests.

Activity:

Was charged with hunting, transporting and sheltering the British and American aviators shot down in our region.         

Sheltering of: 

Sergent Alain SHEPPARD 
Sergent Frank TROTT
Sergent James SPARKES        { British M 12 July 43

Sergent Robert O’NEIL
Lt James WILSKIE American 6 Aug 1943

I sheltered the Englishmen for 8 days and the Americans for 5 days.

The Englishment were passed on to Mme BLANC of the Marie-Odile net of Poitiers.
The Americans were passed on to Mr FAIRE of Le Graye, of the HUSSARDS DE LA LIBERTE.
They all reached England safely in 1943.
Desires: I desire to obtain an indemnity for reimbursement for the objects pillaged in our house, linen, clothing, money. Indemnity mounting up to 35.000 frs.

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Lettre de Francine Sebastien du 16 mai 1946

Monsieur le capitaine,

Profitant du voyage à Paris de Monsieur Jean Charles, le secrétaire de notre réseau, je me permets de vous rappeler le cas très intéressant de la famille Airiau, famille de paysans habitant la Limousinière, près e Nantes; qui en septembre 1943, pendant quinze jours, hébergèrent dans leur ferme un aviateur américain (abattu après un raid sur Nantes). Dénoncés par des voisins, la famille entière fut arrêtée par la Gestapo en octobre 1943. Monsieur Airiau fut déporté à Buchenwald, Madame Airiau et sa fille âgée de dix huit ans furent déportées à Ravensbruck.

Lettre de Francine Sebastien du 16 mai 1946 (suite)

pour l’unique motif d’avoir caché cet aviateur.
Ces gens simples, de culture rudimentaire et ne parlant pas un mot d’anglais, ne surent retenir le nom et l’adresse de l’aviateur. Ils l’hébergèrent avec tout leur coeur, d’une façon spontanée.
Monsieur Airiau n’est jamais rentré de Buchenwald et doit hélas être considéré comme mort!
Madame Airiau et sa fille sont revenues, mais toutes deux dans un état de santé très déficient, puisque l’on a du faire à chacune un pneumo-thorax!
Nous vous serions reconnaissants Monsieur le Capitaine, de vouloir bien à nouveau examiner leur cas, avec toute votre bienveillance.

De mon côté, avec Mademoiselle Barreaud, nous avons fait des démarches auprès de l’Aide Alliée à la Résistance française,

Lettre de Francine Sebastien du 16 mai 1946 (fin)

afin d’obtenir une bourse d’études pour aller passer une année dans un collège d’une université Américaine.
Si ce n’est pas trop abuser de votre amabilité, et si vous le savez, vous serait-il possible de nous renseigner sur les conditions de notre départ et de notre séjour aux Etats-unis ?
(nous devons parait-il être assimilées aux boursiers Américains!)
En m’excusant de nouveau de vous importuner, je vous prie de croire, Monsieur le Capitaine, à toute ma gratitude.

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Courrier interne aux services américains : proposition de récompense de grade 4 pour Mle Sebastien :

1943, Des RÉSISTANTES qui cachaient des aviateurs américains

Cette page revint sur l’action de deux résistantes/déportées, Jeanne Sébastien et sa fille Francine, dont la biographie est retranscrite dans une autre page de ce carnet.

Francine Johnston, née Sebastien

Cette page a pu être alimentée grâce aux documents que nous a transmis Barbara Wojcik, nièce de l’un des aviateurs cachés/abrités par Mme. Jeanne Sebastien (et sa fille Francine, lycéenne, qui l’aidait en convoyant les aviateurs américains) . Cet aviateur, le Lieutenant James Wilschke, fut abrité par Jeanne et Francine Sébastien en 1943.

Le lieutenant James Wilschke était bombardier dans une « Forteresse Volante » B17. Sa nièce, Barbara Wojcik, ayant effectué des recherches sur sa remarquable évasion après que son avion ait été abattu en mai 1943, disposait de documents relatifs à son séjour chez Jeanne et Francine Sébastien. Nous la remercions de nous avoir transmis ces documents trouvés par elle aux Archives Nationales des Etats-Unis. Ces archives sont aujourd’hui déclassifiées et sont conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland).  

Archives américaines déclassifiées

Comme indiqué dans l’article relatif à Francine Sebastien/Johnston, Jeanne et Francine Sebastien étaient rattachées au réseau de Résistance Marie Odile, fondé et dirigé par Pauline Barré de Saint-Venant, de Nancy. Nous retrouvons dans le document ci-dessous conservé aux archives américaines d’autres noms de femmes rattachées à ce réseau (dirigé localement par Mme Blanc) :

Groupe de Nantes du Réseau Marie-Odile / Jeanne et France Sebastien

Groupe de Nantes du Réseau Marie-Odile

composé de Mesdames :

  • Juliette Airiau
  • Marie Airiau
  • Edith Barreaud
  • Jacqueline Barreaud
  • Louise Dolivet
  • Joséphine Delavigne
  • Rolande Guyonnarch
  • Jeanne sebastien
  • Francine Sebastien

et de Monsieur :

  • René Barreaud

Cette liste, dressée par Francine Sébastien / Johnston dans cette lettre n’est pas entière, la lettre étant penchée, elle n’a pas été scannée jusqu’au bord. On devine que ces résistantes ont reçu la « Medal of freedom », mais que deux autres résistants, Noël Bredoux et Claire Cussonneau, appartenant à leur réseau de Nantes ont semble-t-il été oubliés,

Le document suivant est plus clair, il s’agit d’une lettre écrite par Francine Sebastien le 17 janvier 1947 :

Lettre envoyée de Nantes (1, chemin Richeux) par Francine Sebastien :

Monsieur le Major,

Nous avons l’honneur de porter à votre connaissance le fait suivant :

Hier à l’hôtel de ville de Rennes, le gouvernement américain, par l’intermédiaire du général Tati, a décerné à plusieurs groupes de patriotes français la « Medal of freedom ». le groupe de Nantes du réseau Marie-Odile

composé de Mesdames :

  • Juliette Airiau
  • Marie Airiau
  • Edith Barreaud
  • Jacqueline Barreaud
  • Louise Dolivet
  • Joséphine Delavigne
  • Rolande Guyonvarch
  • Jeanne Sebastien
  • Francine Sebastien

et de Monsieur :

  • René Barreaud

a été honoré de cette distinction.
Deux d’entre-nous, appartenant à notre réseau, parmi les plus méritants, n’ont pas reçu, à notre plus grand étonnement, de convocation pour se présenter

  • Noël Bredoux
  • Claire Cussonneau

Page suivante :

Le premier, Monsieur Noël Bredoux, au péril de sa vie, se jouant de tous les dangers, a transporté, dans sa propre voiture, d’asile en asile, des aviateurs anglais, Frank Trott, Alan Sheppard.

De plus, il a pris, seul, l’initiative du sauvetage de

  • James Sparkes (aviateur anglais)
  • et de James Wilschke
  • Robert O’Neil (aviateurs américains)

qu’il a été chercher à leurs points de chutes respectifs, à quelques 300 km d’ici.

Nous referrant à la liste à la liste de promotion du 12 avril 1946 numéro 104, nous avons constaté que son nom y était bien indiqué et que la « Medal of freedom » lui avait bien été décernée (War department letter, 6 septembre 1945, File AGPD-C).

Nous en déduisons en conséquence qu’un oubli a du être fait à son désavantage!

Madame Claire Cussonneau de son côté a hébergé chez elle des aviateurs anglais et américains :

Pendant 15 jours :

  • Frank Trott
  • Alan Sheppard
  • James Sparkes
  • James Wilschke
  • Robert O’Neil

Elle fut d’ailleurs arrêtée par la Gestapo

Page suivante :

pour cette seule raison, et l’année dernière elle fut reconnue de vos services en même temps que tout notre groupe de Nantes du réseau Marie-Odile.

Nous avons donc l’honneur, Monsieur le Major, de vous demander de vouloir bien considérer ces deux cas, avec toute la bienveillance que vous avez toujours témoignée aux vrais patriotes français.

Nous serions infiniment heureux d’apprendre que nos deux camarades de lutte et de souffrances soient aussi distingués et honorés de la « Medal of freedom ».

Daignez agréer, Monsieur le Major, avec notre infinie reconnaissance, l’assurance de nos sentiments respectueusement dévoués.

signatures :

MJ Airiau, Rolande Guyonvarch, Jeanne Sebastien, Francine Sebastien

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Le 23 juillet 1945, sujet : Informations reçues de Francine Sebastien au sujet de l’arrestation de Mme Diebolt et M. Saulais

Mlle Sebastien dit qu’elle connait Mme Diebolt et M. Saulais. M. Saulais a amené Wilschke (267) et Neil (268) dans la maison de Mme Dupouls, la guéménée. Il avait récupéré l’un des deux hommes de Chanvrin, pour l’un, et l’autre de quelqu’un d’autre. Cette aide donnée aux deux évadés ci-dessus a été la seule activité d’évasion <de Mme Diebolt et M. Saulais>.

Elle déclare que Mme Diebolt et M. Saulais se rendirent à Paris pour reprendre contact avec Londres. Le mari de Mme Diebolt, connu comme Alexandre, avait été auparavant le contact avec Londres. C’est pendant qu’ils essayaient de prendre contact avec Londres que Mme Diebolt et M. Saulais ont été trahis par un homme qui se présentait comme un agent britannique et qui les a avait indiqués à des agents allemands présents dans un café.

Mlle Sebastien déclare que Alexandre faisait du travail de renseignement pour Londres et il n’était pas question de sa pratique du travail d’évasion. Il s’ensuit, à cet effet, que Mme Diebolt et M. Saulais furent arrêtés alors qu’ils essayaient de rétablir le contact avec Londres dans le but d’effectuer un travail de renseignement.

R. Sarant

Dossier compensations Jeanne et Francine Sébastien

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

DECLARATIONS, 19 juillet 1945

SEBASTIEN Jeanne
née le 4 août 1897
Française
Institutrice
1, chemin Richeux, Nantes, Loire-Inférieure

Nom de l’époux : Alphone Sebastien
Nom du père : décédé

Le 21 septembre 1943, camp de Compiègne, puis déportée à Ravensbrück en janvier 1944 et libérée le 18 avril 1945.

Au service de l’ennemi : Jean CHANVRIN, 16, avenue Noury, Nantes, appartenant à notre groupe, puis nous dénonçant ensuite à la GESTAPO.

Activité : Protection d’aviateurs alliés.

Anglais :
– Sergent Alain SHEPPARD
– Sergent Frank TROTT
– Sergent James SPARKES

Américains :
-Sergent Robert O’NEIL
– Lieutenant James WILSKIE

Le aviateurs britanniques ont été transmis au réseau « Marie-Odile » en juillet 1943. les aviateurs américains ont été transmis au groupe « LES HUSSARDS DE LA LIBERTE » en août 1943. Convoyés par Abel BLARY.

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Le gouvernement américain avait annoncé, en 1945, qu’une compensation serait versée aux personnes ayant aidé les aviateurs américains à se cacher des Allemands. Jeanne et Francine Sebastien, avaient alors effectué une demande, 

Jeanne Sebastien habitait en 1945 chemin Richeux, à Nantes, ainsi que sa fille Francine.

Document énonçant que :

  • Madame Jeanne Sebastien a aidé 5 aviateurs américains, et qu’elle a été arrêtée le 21 septembre 1943 et déportée en 1944, libérée le 16 avril 1945. Un paiement de 40.000 anciens francs (soit environ 5.000 euros en valeur de 2018, si l’on utilise le convertisseur de l’INSEE) a été versé à Jeanne Sébastien le 23 août. Courrier annonçant la récompense envoyé le 16 janvier 1947.
  • Mademoiselle Francine Sebastien a aidé 5 aviateurs américains, et qu’elle a été arrêtée le 3 novembre 1943 et déportée en janvier 1944, libérée le 17 août 1944. Un paiement de 20.000 anciens francs (soit environ 2.500 euros en valeur de 2018, si l’on utilise le convertisseur de l’INSEE) a été versé à Francine Sébastien le 23 juillet 1945. Courrier annonçant la récompense envoyé le 16 janvier 1947.

21 July 1945
SUBJECT: Visit of Mlle Jacqueline BARREAU, 5, rue Renan, Nantes

1. She came with Mlle SEBASTIEN to see Captain and as she has never helped American aviators Capt. TUCKER did not see her. Neverthe­less Lt SARANT wanted to have her additional information and asked Capt, TUCKER to get it from her,

2. Mile BARREAU’s mother is Mme Edith BARREAU and her father Mr René BARREAU.

 3. The family worked in renseignement and the father was a Captain In the Secret Army. Mlle BARREAU states that Mme DELAVIGNE. gave them three British aviators in spite of the fact that they were not allowed by their organisation to take airmen. Nevertheless, they came on the 13 July 1943 and stayed 8 days, André COINDREAU, now dead, agent in the service de renseignements sent by London put the BARREAU family in touch with the MARIE ODILE group.

 4. An agent of MARIE ODILE came from POITIERS to Nantes and collected the three airmen, Mr Jean CHAUVRIN who had just entered the organisation when the three airmen were passed to the BARREAUs hid one of the aviators,

5, A little time after the evacuation of the airmen Jean CHAUVRIN was arrested by the Gestapo. Mlle BARREAU states that he knew nothing of the activity of the BARREAU family as he was new in the organisation, except that they had hidden airmen.

6. He denounced the BARREAUs who wore arrested in September,

7. At the same time as the BARRiAU were arrested Mr PONCEAU and Mme Rolande GUYONVARCH, Mile BARREAU states that all these people were arrested and deported for helping airmen.

8. Nevertheless, at the end of January the renseignement organisation was discovered and it was discovered that on top of their evasion work the BARREAUs worked there as well. Mile 8ARREAU heard this through her father who she saw at the COMPIEGNE prison at that time and he gave her the news,

21 octobre 1945
Sujet ; Visite de Melle Francine Sebastien, 1 chemin Richeux, Nantes

  1. Melle Sebastien est venue demander une attestation de notre part pour l’aide alliée à la Résistance, 8 rue de Tilsitt
  2. Elle est bouleversée par ce que disent des gens à Nantes à son sujet et au sujet de Melle Barault [ Barreaud ]. Apparemment, ils lui reprochent de recevoir de l’argent de notre part.
  3. Elle déclare que la famille ADRIAN [ Airiau ? ], la Limousinière par Maison Neuve (Loire-Inférieure) a été déportée avec un aviateur américain. Le père est mort dans un camp de concentration et les deux femmes sont revenues mais sont très malades et très pauvres.

CAB

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Page 1
SUBJECT : Visit of M. Noel BRED0UX on August 16, 1945.
Address: 5, Passage Russeil, Nantes, Loire – Inférieure
Profession : Mechanic.
Born at Guenrouet, Loire-inferieure, on December 25, 1919. Nationality: French. 
Military situation: Class of 1939. Never inducted.
Family situation: Bachelor.
Nearest relatives: Mme Anne Bredoux, mother.

  1.  M. BREDOUX was a member of the MARIE-ODILE organisation and was known as NOEL. He visited this office in the company of M. Pierre SAULAIS.  His report should be considered together with that of M. SAULAIS.
  2. M. BREDOUX helped s/sgt. Robert G,Neil (E&E #268) and Lt, James S. Wilschke (EE #267), from about July 8, 1943, to about July 16, 1943, On the former date M. BREDOUX went to Camors, Morbihan, to pick them up at the home of an unidenti­fied farmer. A certain M. BREDLOUX, of Bouvron, Loire-Inferieure, had informed him that they were there and needed assistance.
    M. BREDLOUX was  a member of no org­anization, and had learned by chance that Neil and Wischke were  in the neighborhood. He also knew that M. BREDOUX was in the evasion business and thought that he was the logical person to notify, Neil and Wlschke stayed at M. BREDOUX’s house for a week. At the end of that period M. BRED0UX took them to Nantes, Loire-Inferieure, in a car, and left them at the home of Mle Francine SEBASTIEN (Nantes, Loire-Inferieure, Deported), where they stayed for about a week. The BARREAU family (M. Rene, Mme. Edith, and Mle. Jacqueline), of Nantes, Loire-Inferieure, told him to bring Neil and Wischke to Nantes.
  3. The local portion of the MARlE-OFlLF organisation was denounced in September, 1946, by a certain Jean CHANVRIN (17, av. Noury, Nantes, Loire-Jnferieure, at present condemned to death), who was a double agent. CHANVRIN had been in the organization for some time and was « arrested ». Soon after this event, the mass arrests took place. M. BREDOUX is of the opinion that the « arrest » of CHANVRIN was a staged affair. He denounced specifically the following MARIE-ODILE members : M. BREDOUX, Mle Francine SEBASTIEN, M. Rene BARREAU, Mme Edith BARREAU, and Mile, Jacqueline BARREAU. All except M. BREDOUX were arrested in september, 1943, for evasion activity, and deported. All have retuned. F. BREDOUX was arrested on September 17, 1943, but escaped dis­guised as a priest and succeeded in remaining at large until December 17, 1943, when he was arrested and deported. IIe was liberated in April, 1945.
  4. M. BREDOUX gave the names of the following additional members of MARIE-ODILE :
    Mme BLANC, Nantes, Loire-Inferieure; DEPORTED, DIED AT  RAVENSBRUCK, head of MARIE-0DILE. 
    M. ABEL, village near Poitiers, Vienne ; not arrested; used to corns to Nantes, Loire-Inferieure, to pick up evaders to take to Poitiers; Chanvrin did not know this man.
  5. M. BREDOUX never heard of the « English woman from Ruffec ».
  6. M. BREDOUX asked for and obtained an attestation addressed to « La France Combattante, » Av. Foch, Paris.

Page 2
SUBJECT : Visit of M. Noel BRED0UX on August 16, 1945. (continued)

7. At the time of his arrest M. BREDOUX’s home was pillaged by the Gestapo. He submitted the fellowing list of things stolen by the Germans.
M. BREDOUX, Guenrouet, Loire-Inférieure. Liste du matériel confisqué par la Gestapo :
1 Talbot Grand Sport – 86,000 francs
1 202 Peugeot 30,000
1 poste TSF 9, 500
3 motos 86,000
3 complets 12,000
300 l. essence 15,000
1 appareil photo 2,800
1 montre bracelet 1,750
1 chevalière, 42 grammes 10,500 ‘
2 paires souliers 800
Argent liquide 96,000
————
300,350 francs

Interviewed by John B. Mitchell. Sgt.
NB : Il s'agit ici bien-sûr de sommes en ancien francs, que l'on peut convertir en euros grâce au convertisseur de l'INSEE. Le total de 300.350,00 anciens francs équivaut à 39.000,00 euros de 2018. Il faut se rappeler par ailleurs que M. Bredoux est mécanicien. Ce qui explique qu'il ait ces deux voitures et trois motos (de faible valeur chacune) chez lui....

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

23 July 1945

SUBJECT  : Information received from Mle SEBASTIEN regarding arrest of Mme Diebolt and M. Saulais

1. Mle Sebastian says that she knows Mme Diebolt and M. Saulais. M. Saulais took Wilschke (267) and Neil (268) to Mme Dupou’s home in Guémenée. He got one of them from Chanvrin and the other from someone else. This help given to the above two evaders was their only evasion activity.

2. She states that Mme Diebolt and M Saulais went to Paris to contact with London. Mme Diebolt’s husband, known as Alexandre, formerly been the contact with London. It was while trying to make contact with London that Mme Diebolt and M Saulais were betrayed by a man posing as a British agent who actually indicateci them to German agents present in a cafe.

3. Mle Sebastien stated that Alexandre was doing renseignement work for London and there was no question of his doing evasion work. It follows, therefore, that Mme Diebolt and M Saulais were arrested while trying to restablish contact with London for the purpose of carrying on renseignement work.

R. SARANT

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Une lettre écrite par Francine Sebastien :

Lettre envoyée de Nantes (1, chemin Richeux) le 19 novembre (1946) :

Monsieur le Major,

Etant dans l’obligation de reconstituer un dossier pour l’Organisation de l’aide Alliée à la résistance française, 138 avenue des Champs Elysées, je vous serais reconnaissante de bien vouloir me faire parvenir, dès que possible, une attestation certifiant de mon aide aux « aviateurs américains durant l’occupation allemande.
Je suis aussi chargée par Madame Airiau, La limouzinière Seine-Inférieure, de vous demander s’il vous serait possible de me faire parvenir pour elle l’adresse de l’aviateur américain qu’elle hébergea avec sa famille en 1943 et dont elle voudrait avoir des nouvelles. dans l’attente de votre réponse, veuillez

agréer, monsieur le Major, l’assurance des sentiments respectueux.

Francine Sebastien

HEADQUARTERS 7709 NIS-X DETACHMENT, UNITED STATES FORCES, EUROPEAN THEATER, UNITED STATES FORCES

30 novembre 1946, destinataire : Mademoiselle F. Sebastien. 1, chemin Richeux. Nantes.

Mademoiselle,

Nous avons l’honneur de vous envoyer ci-inclus la lettre d’attestation adressée à l’aide Alliée à la Résistance Française, que vous nous avez demandée.

Malgré tous nos efforts, nous n’avons jamais pu être en contact avec l’aviateur hébergé par Madame Airiau, et sommes désolés d’être ainsi dans l’impossibilité de lui fournir une adresse, veuillez lui transmettre tous nos regrets.

En espérant que notre lettre vous sera utile, nous vous prions d’agréer , Mademoiselle, l’expression de nos sentiments distingués.

William S. MAYEAUX
Captain QMC

7709 NIS-X DETACHMENT,  88, rue Galilée paris (8)

HEADQUARTERS 7709 NIS-X DETACHMENT, UNITED STATES FORCES, EUROPEAN THEATER, UNITED STATES ARMY
27 novembre 1946

Objet : lettre d’attestation à
l’aide Alliée à la résistance française, 138 av. des Champs Elysées, Paris VIII

1. Mademoiselle Francine Sebastien, 1 chemin Richeux, Nantes, est bien connue de nos services pour la grande aide qu’elle a portée à la cause alliée pendant l’occupation allemande

2. Nous pouvons affirmer qu’elle a contribué par son courage, par son dévouement et au risque de sa vie, au sauvetage d’aviateurs tombés en France

3. Pour avoir secouru ces soldats américains, Mademoiselle Sebastien fut arrêtée et déportée. Ramenée à Paris et condamnée à mort, elle ne dut la vie qu’à l’arrivée des Troupes Alliées.

4. Ceci figure dans nos dossiers.

William S. MAYEAUX
Captain QMC

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Une lettre écrite par Francine Sebastien, 1, chemin Richeux, Nantes

Monsieur le Major ,

Veuillez m’excuser de venir de nouveau vous importuner :
Etant étudiante, j’ai repris mes études interrompues par ma captivité et je désire passer l’examen du baccalauréat, session spéciale de février 1946, réservé spécialement aux étudiants victimes de guerre.
Je vous serais reconnaissante, Monsieur le Major, de bien vouloir m’adresser une attestation, car, pour être admise à passer cet examen, il me faut fournir des pièces justificatives de mon activité dans la Résistance, et de ma captivité.
Cette attestation est destinée à :
Monsieur le Directeur de l’Office du Baccalauréat – 7, place Hoche à Rennes

Page suivante :

Serait-il abuser de votre bienveillance, Monsieur le Major, que de vous demander de bien vouloir m’envoyer cette attestation avant le 20 janvier car je dois faire parvenir tout mon dossier pour cette date à l’office du Baccalauréat de Rennes!
Veuillez croire, Monsieur le Major, à toute ma reconnaissance et à mes sentiments respectueusement dévoués.
Francine Sebastien

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Liste des personnes ayant reçu l’une des médailles américaines au titre de leur activité dans la résistance ou dans la guerre en Europe :

(transcription en texte par OCR du document) :
GO 125, 2 May 1946, contd)

2, By direction of the President, under the provisions of AR 600-45, 22 September 1943, as amended, the Bronze Star Medal is awarded, for meritorious service in connection with military operations during the respective periods indicated, to:

Second Lieutenant- Serge De Belabre:, (French Army—September, 1944 to July, 1945• Lieutenant Henri Bouchard, French Army—5 May 1944 to 4 October 1944.
Lieutenant Colonel Francois Huet, Freach Army— 2 june 1944 to 30 August 1944.

V—PURPLE HEART. So much of Section VI, General Orders 116, this headquarters, 23 April 1945, as reads. « Private First Class Samuel Kilmayer » is amended to read, « Private First Class’ Samuel Kirmayer”.

VI—MEDAL OF FREEDOM.
1. Under the provisions of War Department letter, 6 Sep­tember 1945, file AGPD-C 200.6, Medal of Freedom, the Medal of Freedom with bronze palm is awarded to: . Lieutenant Colonel Maurice De Rome, Canadian Army, for exceptionally meritorious achievement from 1 December 1943 to 23 September 1944, which aided the United State in the prosecution of the war against the enemy in Continental Europe.

2, Under thé provisions of War Department letter, 6 September 1945 file AGPD-C 200.6, Medal of Freedom, the Medal of Freedom without palm is awarded, for excep­tionally meritorious achievement which aided the United States in the prosecution of the war against the enemi in Continental Europe during the respective periods indicated, to:

Staff Sergeant François Boulc’h, French Army 15 -September 1944 to 12 January 1946.
Colonel Marie Chenu, French Army — 1944 to 1945.
Sergeant Stephan M. Claessens, Netherlands Army — September, 1944 to May, 1945.
Sous Lieutenant Elisabeth M.A. Fankhauser, French Army — 18 May 1945 to 12 January 1946.
Mary Antonia Hieronyma Gentis, Dutch Civilian — December, 1944 to May,1945.
Captain Phillipe Granotier, French Army 1 September 1944 to 8 May 1945.
Colonel Onesime Hurteau, French Army — 1944 to 1945.
Captain Claude Jouannais, French Army — 1 January 1943 to 8 May 1945.
Captain Guy M. A. Mortier, French. Army — 1 January 1943 to 1 May 1945.
Staff Sergeant Felix Papet, French Army — 15 September 1944 to 12 January 1946.
Lucienne Santus, French Civilian — October, 1943 to April, 1944.
Georges J. Schmalzer, French Civilian— December,   1943 to August 1944.
Genevieve Schneegans, French Civilian —February ,  1944 to May 1944.
Francine Sebastien, French Civilian — July, 1943 to September,’ 1943.
Jeanne Sebastien, French Civilian —July, 1943 to September 1943.
Lieutenant Colonel André Serot, French Airforce —  1 January 1943 to 15 May 1945
Staff Sergeant Gaston Tachon, French Army — 15 September 1944 to 12 January 1945. 
Commandant Jean Thomas,- French Army, — 1 October 1944- to 8 May 1945
Colonel Paul Vosgien, French Army — 1944 to 1945

BY  COMMAND-OF GENERAL McHAEEEY:

OFFICIAL: ,                           M. G. WHITE,
Major   General, GSC, Acting, Chief of Staff.

L. S. OSTRANDER
Brigadier General, USA, Adjutant General DISTRIBUTI ON :   D    /



Documents relatifs à Jeanne Sebastien et sa fille Francine

1943, deux aviateurs sur les routes après l’explosion de leur avion en France

Le texte qui suit a été écrit par Barbara Wojcik, nièce de l’un des aviateurs, le Lieutenant James Wilschke.  Il s’agit d’un bref résumé de ses recherches portant sur cette évasion (recherches qui s’appuient sur des documents d’archives), et au sujet desquelles elle écrit un livre (en voie d’achèvement).
Nous avons pu ajouter cette page sur ce site après des échanges avec Barbara Wojcik, qui nous a transmis de nombreux documents relatifs à France Sebastien/Johnston, un jeune résistante qui avait abrité des parachutistes en 1943, avec sa mère (dont le Lieutenant Wischke). Francine et sa mère furent arrêtées peu après et subirent le sort de nombreuses résistant(e)s tombé(e)s aux mains de la Gestapo (prison, torture, camps de concentration…). Un article, tiré des archives de JR Chauvin, retrace ce parcours, il est visualisable ici. Une autre page, sur notre site, est consacrée à ces deux résistantes et au réseau Marie-Odile de Nantes, il s’appuie sur des archives américaines que nous a transmises Barbara Wojcik. Il est accessible ici.


Le texte de Barbara Wojcik est en anglais, nous l’avons traduit (et rajouté quelques images pour cette lecture en ligne).

Francine Sebastien, âgée de 16 ans, et sa mère, Jeanne Sebastien, directrice d’école, habitaient à Nantes en 1943. Elles étaient des membres actifs du groupe <de Nantes> du réseau de Résistance Marie-Odile. Elles aidèrent plusieurs aviateurs anglais et américains à se cacher des Nazis qui occupaient la ville de Nantes (un port stratégique) depuis la bataille de France en 1940.
Sixteen-year-old Francine and her school principal mother Jeanne Sebastien lived in Nantes in 1943 and were active members of the Marie-Odile group. They helped several British and American airmen hide from the Nazis, who had occupied the city of Nantes (a strategic river port) since the Battle of France in 1940.

Lt. James Wilschke, l’un des aviateurs américains (photo transmise par B. Wojcik)

Les Sebastiens ont caché les aviateurs dans leur cave, en les protégeant et en leur donnant de quoi manger jusqu’à ce que les hommes puissent passer à leur prochaine destination. Deux de ces Américains étaient le lieutenant James Wilschke (âgé de 23 ans, originaire de Chicago, Illinois) et le Sgt. Robert Neil (21 ans, originaire de Providence, Rhode Island). Les 2 jeunes aviateurs sont restés avec les Sebastiens pendant 2 jours, ou une semaine (selon les sources) en juillet 1943.
The Sebastiens hid the airmen in their basement, sheltering and
feeding them until the men could move on to their next destination.
Two of the Americans they helped were Lt. James Wilschke (age 23, from Chicago, Illinois) and Sgt. Robert Neil (age 21, from Providence, Rhode Island). The 2 young airmen stayed with the Sebastiens for 2 days, or a week (varying accounts) in July of 1943.

Francine Sebastien (photo transmise par B. Wojcik)

À un moment donné, Neil a séjourné avec Jean Chanvrin, un jeune homme du même âge que Bob, qui faisait également partie du même groupe de Résistance. Les Américains ont ensuite été transférés au groupe de résistance «Hussards de la Liberté» et ont poursuivi leur fuite.
At some point Neil stayed with Jean Chanvrin, a young man about Bob’s age, who was also a member of the same resistance group. The Americans were then passed on to the “Hussars de Liberte” resistance group and continued their escape.

Un avion Boeing B-17,  » forteresse volante » en vol en 1943 (source Wikipedia)

Wilschke et Neil étaient en fuite depuis le 17 mai 1943, se cachant des nazis et essayant de s’échapper pour retourner en Angleterre. Ils faisaient partie de la 8ème Armée de l’air américaine, du 305ème Groupe de bombardements / 264ème Escadron de Bombardements basé à Chelveston, en Angleterre. Wilschke était bombardier et Neil, opérateur radio. Ce jour-là, ils étaient à bord du B17 42-5219 dans le cadre d’une mission de bombardement des enclos sous-marins nazis à Lorient, une ville portuaire stratégique sur la côte sud de la Bretagne.
Wilschke and Neil had been on the run since May 17, 1943, hiding from the Nazis and trying to escape back to England. They were part of the United States 8 th Army Air Corps, 305 th Bomb Group/264 th Bomb Squadron based in Chelveston, England. Wilschke was a bombardier, and Neil was a radio operator. That day, they had been on board B17 42-5219 on a mission to bomb the Nazi submarine pens at Lorient, a strategic port city on the southern coast of Brittany.

Stèle en hommage au aviateurs américains à Brech Morbihan (56)
Crédit photo : Christina P. licence Creativ commons

Leur B17 a été attaqué par des canons anti-aériens et des combattants ennemis. L’avion a pris feu et la sonnerie d’alarme a sonné. Wilschke et les deux pilotes purent s’échapper, mais le reste de l’équipage était toujours à bord lorsque l’avion a explosé. Neil avait essayé d’éteindre le feu dans la soute à bombes et fut éjecté de l’avion lors de l’explosion. Il repris conscience en tombant et fut capable de tirer son anneau de parachute et atterrir sain et sauf. Les 2 pilotes ont été capturés presque immédiatement et ont été envoyés au Stalag Luft III pour le reste de la guerre. Six membres d’équipage sont morts dans l’accident. Le monument à l’équipe décédée près de Brec’h est visible ici: https://www.aerosteles.net/steleen-brech-b17
Their B17 was attacked by anti-aircraft guns and enemy fighters. The plane caught fire and the bail-out bell sounded. Wilschke and the two pilots bailed out, but the rest of the crew was still on board when the plane exploded. Neil had been trying to put out the fire in the bomb bay and was thrown from the plane in the explosion. He regained consciousness as he was falling and was able to pull his
parachute ring and land safely. The 2 pilots were captured almost immediately and were sent to Stalag Luft III for the rest of the war. Six crewmen died in the crash. The monument to the fallen crew near Brec’h can be seen here: https://www.aerosteles.net/steleen-brech-b17

La commune proche du lieu où fut détruit le B17 est Brec’h (Morbihan)

Neil et Wilschke ont été aidés et cachés par des agriculteurs de la région, puis réunis le lendemain du crash. Ils ont été conduits dans une maison de plage abandonnée à Saint-Pierre-Quiberon, où ils sont restés trois semaines, où ils ont pu se remettre des blessures subies lors de l’accident. Le mois suivant, ils passèrent clandestinement dans la région du Morbihan, passant d’une cachette à une autre, dans l’espoir de s’enfuir par bateau en Angleterre. En juillet, ils ont été amenés aux Sébastien à Nantes par d’autres membres du réseau de résistance.
Neil and Wilschke were aided and hidden by area farmers and then brought together the day after the crash. They were spirited to an abandoned beach house in St. Pierre-Quiberon, where they stayed 3 weeks, recuperating from injuries incurred in the crash. For the next month they were smuggled around the Morbihan region, moving from one hiding spot to another, hoping to escape by boat back to England. In July they were brought to the Sebastiens in Nantes by other resistance network members.

November 1943

Après avoir quitté la maison des Sébastien, Wilschke et Neil ont échappé à la capture pendant 5 mois supplémentaires. On les avait prévenu qu’il fallait éviter la résistance établie et les chemin de fuite qui avaient été infiltrés par des informateurs. Ils ont donc été aidés par des citoyens choisis au hasard, des agriculteurs et, parfois, d’autres groupes de résistance. Wilschke a estimé par la suite qu’ils ont avaient été aidés par plus de 25 acteurs différents. En novembre, les deux hommes s’étaient rendus à Narbonne, où ils ont commencé à marcher vers le sud, en direction de la frontière espagnole. Ils voyageaient toujours la nuit, marchant dans les vignes et évitant les routes. À Perpignan, ils ont été aidés par des citoyens locaux qui les ont conduits à un groupe de réfugiés et d’autres aviateurs qui se préparaient à traverser la frontière avec un guide espagnol. Le groupe a fait une randonnée de 2 nuits, se reposant pendant la journée. Ils sont entrés en Espagne le 17 novembre 1943, soit exactement six mois après que leur avion ait été abattu.
After they left the Sebastien home, Wilschke and Neil evaded capture for another 5 months. Warned to avoid the established resistance and escape lines as they had been infiltrated by informants, they were helped by random citizens, farmers, and occasionally other resistance groups. Wilschke later estimated that they were aided by over 25 different helpers. By November the two men had made their way to Narbonne, where they began walking south toward the Spanish border. They always traveled at night, walking through vineyards and avoiding roads. In Perpignan they were helped by local citizens who led them to a group of refugees and other airmen who were preparing to cross the border with a Spanish guide. The group hiked for 2 nights, resting during the day. They crossed into Spain on November 17, 1943, exactly six months since they were shot down.

(coupure de journal transmise par B. Wojcik)


Wilschke et Neil rentrèrent aux États-Unis en janvier 1944. Les deux hommes se marièrent au début de 1944 et eurent une famille. Jim Wilschke et son épouse Rosemary ont eu leur premier enfant, une fille, le jour de Noël 1944. Ils l’ont baptisée Jeanne Marie en l’honneur des secoureuses françaises de Jim. Il semble que ni Wilschke ni Neil n’aient jamais su ce qui était arrivé aux Sebastiens ou n’avaient eu aucune communication avec eux après la guerre.
Wilschke and Neil made it back to the United States by January 1944. Both men married early in 1944 and had families. Jim Wilschke and his wife Rosemary had their first child, a daughter, on
Christmas Day, 1944. They named her Jeanne Marie in honor of Jim’s French helpers. It appears that neither Wilschke or Neil ever knew what happened to the Sebastiens or had any communication
with them after the war.

7 mois porté disparu, puis un mariage, James Wischke

Mariage de Jim Wilschke (coupure de journal transmise par B. Wojcik)

L’article du journal local consacré au mariage de Jim Wilschke et de Rosemary Crandall explique ceci : « Le Lieutenant de 24 ans, James. S. Wischke, habitant 8017, avenue Woodlawn, n’était aujourd’hui pas seulement de retour, après 7 mois, de la terre des disparus, mais prévoyait de revenir à la maison pour se marier.
Le Lieutenant, un bombardier, était officiellement porté disparu, après le crash de son avion en Europe, le 17 mai. Une disparition qui fut suivie d’un long et déchirant silence de 7 mois.
Mais hier, sa fiancée Rosemary Crandall, 21 ans, habitant 8034, avenue Woodlawn, a reçu ce câble : « Ecris ou câble moi à l’adresse de mon ancien APO et prépare le mariage en févier – JIM ».
Miss Crandall nous a dit qu le Lieutenant et elle se connaissaient depuis leurs années d’école secondaire. le Lieutenant Wischke, fils de Mrs. Mable Wischke, a commencé son service en janvier 1942. Son frère, William, est également dans l’armé
e
. »

NB : Rosemary Crandell (misspelled in the newspaper attachments) was the father’s sister of Barbara Wojcik. Barbara’s father George Crandell, was also in the war; he was a Lieutenant on the USS Dale, a destroyer that fought in the Pacific.

Mariage n°2, Robert Neil

Mariage de Robert Neil (coupure de journal transmise par B. Wojcik)

James Wilschke et Bob Neil ne se connaissaient pas avant la guerre, mais ils restèrent en contact par la suite par des lettres et des cartes.
James Wilschke and Bob Neil did not know each other prior to the war, but they did keep in touch afterwards by letters and cards.

Bob Neil est décédé en 1992 et James Wilschke en 2001.
Bob Neil died in 1992, and James Wilschke in 2001.


De Brech (Morbihan) à Piriac-sur-Mer (Loire-Atlantique)

Tous les aviateurs tombés en France avec leur « forteresse volante » B17 n’ont pu échapper à la mort ou l’emprisonnement, comme l’ont réussi James Wilschke et Bob Neil.

Nous retrouvons d’autres traces de crash de B17 sur les côtes bretonnes, assez proche du crash du B17 de James Wilschke et Bob Neil , notamment cette stèle à Piriac-sur-mer :

Photo CC-BY licence Creative Commons J. Menjoulet

Cette autre stèle a été érigée pour commémorer le crash, le 23 novembre 1942,  d’un bombardier B17, envoyé en mission, au départ de Thurleigh, Bedfordshire UK, pour bombarder la base sous-marine de Saint-Nazaire.

Attaqué par des chasseurs, l’avion, dont l’équipage était entièrement composé de 10 Américains,  a explosé en vol. Si  deux aviateurs ont pu sauter en parachute, et, dès lors, ont été faits prisonniers, les huit autres membres de l’équipage ont été tués.  Parmi ceux-ci, 4 sont inhumés dans le cimetière anglo-américain de Saint-James (50), les corps des 4 autres  ont été rapatriés aux Étas-Unis.

Lt Isbell Clay E. – Pilote – tué
Lt Fulton Dyer – Co-Pilote – tué
Lt Fryer Peter J. – Navigateur- prisonnier
Lt Burden Abraham – Bombardier – prisonnier
Sgt Grenke Erwin – Mecanicien – tué
Sgt Krijak Robert S. – Radio – tué
Sgt Kostecki Edward – Mitrailleur – tué
Sgt Lindsey David W. – Mitrailleur – tué
Sgt Buckminster Ray E. – Mitrailleur – tué
Sgt Houx George L. – Mitrailleur- tué

Elections à la sécurité sociale de 1947

Pour comprendre le contexte, et les enjeux, de ces élections, et plus généralement, pour comprendre ce que représentait objectivement la sécurité sociale construite en 1945, cette page vous propose tout d’abord le visionnage d’un film documentaire de 55 mn produit par le centre d’histoire sociale des mondes contemporains.

Au lendemain de 1945, entre reconstruction et construction de la sécurité sociale

Ce documentaire est le 2ème volet d’une histoire des retraites en 3 volets,
En 1945, la France est exsangue. Comment est-on parvenu à construire notre système de sécurité sociale en dépit de cela ? et comment a-t-on abouti moins de 40 ans plus tard à la retraite à 60 ans pour tous les salariés ?


Coupures de presse

Les coupures de presse proposées sur cette page sont tirées de l’humanité. Il s’agit donc du prisme CGT. Mais cela permet d’avoir une vision de la façon dont ces élections étaient présentées par le syndicat majoritaire de l’époque, dont les représentants allaient administrer les caisses de sécurités sociale. Cela permet aussi de voir comment les résultats de ces élections étaient présentés et quels éléments étaient mis en avant.

L’humanité du 4 mai 1947

Il ne s’agit pas d’une « une » de presse. Les résultats de ces élections qui sont pourtant importantes et qui placent la CGT largement en tête ne sont pas mis beaucoup en avant dans l’Humanité

Résultats définitifs pour 53 caisses primaires de SÉCURITÉ SOCIALE

C.G.T     1.016.563   voix 581 sièges soit 62.68 %

C.F.T.C.  461.547 voix 249 sièges soit 36,86 %

Résultats définitifs pour 47 caisses d’allocations familiales

C.G.T             194.477 voix 374 sièges soit 66,31 %

C.F.T.C.          91.818 voix 147 sièges soit 36,06 %

                  C.F.T.C.       3  élus

L’Humanité du 3 mai 1947 :

Elections à la Sécurité sociale POUR 43 CAISSES PRIMAIRES 62 °/o des voix à la C. G. T.

Bien que huit jours se soient écoulés depuis le vote pour les caisses de Sécurité soc aie et d’Allocations familiales, les résultats complets ne sent pas encore parvenus de tous les départements, et en particulier de villes de grosse importance comme Marseille et Lyon. Pour !a région parisienne, notamment, les résultats définitifs ne peuvent être connus avant plusieurs jours.

Voici les résultats globaux pour le collège des salariés enregistré au ministère du Travail le 2 mal à 12 heures pour 43 caisses primaires.

Résultats dans les entreprises Renault (Boulogne-Billancourt) etc.

L’Humanité du 27 avril 1947

la Victoire du 24 avril C’est à la C.G.T. que va la confiance des pères et mères de famille ! ON ne connaîtra que la semaine prochaine le résultat définitif des élections du 24 avril. Les chiffres partiels qui continuent à parvenir confirment la victoire de la C.G.T., renforcée par les résultats des centres industriels et des grandes entreprises comme Renault et Citroën où la C-G.T. dépasse 70 % des suffrages.
La défaite réactionnaire est en­core plus sensible aux caisses d’al­locations familiales.
On prévoit que, dans l’ensemble de ces conseils d’administration, la C.G.T. disposera de près de 70 % des sièges du collège salarié.

Les travailleurs n’ont pas été dupes de la démagogie réactionnaire faite par les hommes des « Associations familiales ».

Ils savent que ce sont les syndicats de la C.G.T. qui, par leur ac­tion incessante, ont. à tout moment. défendu les intérêts de la famille et protégé la maternité et l’enfance. Par leur vote, ils l’ont proclamé le 24 avril ! La gestion par les nouveaux élu s des caisses d’allocations est le gage de nouvelles améliorations et de nouveaux progrès.

Octave RABATE.

L’Humanité du 26 avril 1947

Résultats DANS LES ENTREPRISES

Entreprise Française de Presse (garage Michel-Bizot) ; Gaz de Paris (Salnt-Ouen); Hispano-Brune ; Air Comprimé; Electricité de France à Ivry

Résultats DANS LES DÉPARTEMENTS

L’Humanité du 25 avril 1947

TRIOMPHE DE LA C.G.T. aux élections de la SÉCURITÉ SOCIALE. Premiers résultats.

A travers les mairies, usines, magasins

Chez Renault, on vote mais la chalne de monfage ne s’arrête pas.

« Nous sommes 30.000 ». nous ont dit les gars de chez Renault où le Comité d’entreprise avait organisé 80 bureaux de vote répartie dans les principaux ateliers. « Pas mal de bulletins de la C.F. T.C. jonchent le sol», affirme Cazenave, secrétaire du C E.

L’Humanité du 25 avril 1947

A la chaîne des « Juvaquatre », dans l’Ile Seguin, afin que la chaîne n’arrête pas pendant le vote, on a demandé aux ouvriers de s’occuper de 55 voitures, au lieu de 50.

Triomphe de la CGT aux élections de la Sécurité sociale.

Les résultats partiels des élections aux caisses de Sécurité sociale et d’allocations familiales qui nous parviennent, marquent le triomphe de la C.G.T.. et l’écrasement des listes de division, que les manœuvres et les pressions n’ont pu atténuer. A 23 h., la C. G. T. enregistre 73 % des suffrages.

Dans 21 bureaux sur 80 à la Régie Renault, la liste de la C.G.T. obtient 6.074 voix, contre 719 à la C.F.T.C.
Chez Lavalette, 1.377, contre 193.

Une proportion plus forte en­core est enregistrée aux Caisses d’allocations familiales où la liste Brenot obtient SlfG voix, contre hl à la C.F.T.C.
(Lire en 3* pagre la suite de nos Informations)      ,

L’Humanité du 24 avril 1947 Grâce à la sécurité sociale les grands malades peuvent être soignés pendant 3 ans
L’Humanité du 24 avril 1947

Aujourd’hui dans les 3 collèges Sans abstention ni panachage

VOTEZ POUR LES LISTES DE Défense de la Sécurité sociale

SALARIES, employeurs, travailleurs indépendants : vous voterez aujourd’hui pour éli­re les conseils d’administration des caisses :
1. de Sécurité sociale,   2. d’allocations familiales.

Collège des salariés

Si vous travaillez dans une entreprise comptant moins de 100 assurés sociaux, ou n’ayant pas de comité d’entreprise, vous voterez à la mairie de votre lieu de travail.

Si votre entreprise compte plus de 100 assurés ou possède un Comité d’entreprise, un bureau de vote y sera installé.

Votre carte d’électeur vous sera remise par votre employeur.

Bulletins de vote et isoloirs seront à votre disposition.

Dans la région parisienne, vous mettrez dans l’urne réservée à la Sécurité sociale un bulletin de la liste d’Union pour la Dé­fense de la Sécurité Sociale, présentée par la C. G. T.    la liste d’Unlon pour la Dé­fense de la Sécurité sociale, présentée par la C. G. T.
Tête de liste : HENRI RAYNAUD secrétaire de la C. G. T., président de la Fédération Natio­nale des organismes de Sécurité Sociale.

S vous touchez les allocations familiales, vous voterez une se­conde fois dans l’urne des alloca­tions familiales.

Attention, ne vous trompez pas de bulletin, votez pour la liste d’Unlon pour la Dé­fense de la Sécurité sociale, présentée par la C. G. T. Tête de liste : MARCEL BRENOT Administrateur sortant, père de famille, secrétaire de l’U­nion des Syndicats

Collège des employeurs

Industriels, commerçants et arti­sans bénéficiant de« allocations familiales, vous voterez pour la liste d’Union des commerçants, industriels, professions libérales et artisans, pour la Défense de la Sécurité Sociale et de la Famille
Tête de liste : ANDRE MARTIN Administrateur sortant, prési­dent de la Fédération natio­nale des Industries de l’habillement.

Collège des travailleurs indépendants

Vous ne voterez que pour la Caisse d’allocations familiales, vous mettrez dans l’urne une bul­letin de la liste des travailleurs indé­pendants pour la Défense de la Famille et de la Sécurité Sociale
Tête de liste ; LOUIS CASSIOT Artisan, administrateur sor­tant de la Caisse d’allocation familiale, trésorier de la Fé­dération nationale des Asso­ciations familiales d’artisans, trésorier de la Chambre des Métiers de la Seine

N’oubliez pas vos papiers I Attention, il sera exigé de chaque électeur :

l” Pour l’élection des membre« de la caisse de Sécurité Sociale :

  1.  Leur carte d’électeur spéciale au scrutin du 24 avril;
  2.  Une pièce destinée à prouver leur identité;

2° Pour l’élection aux conseils d’administration des caisses d’al­locations familiales (collège des salariés) :

  1.  Leur carte d’électeur spéciale au scrutin du 21 avril :
  2.  Leur carte d’alimentation au titre de pièce d’identité. Cette carte d’alimentation sera timbrée d’un cachet à la date du 24 avril.

L’Humanité du 24 avril 1947 Elections sécurité sociale – Henri RAYNAUD, (tête de liste pour la région parisienne)
anité du 24 avril 1947 (suite)
Henri Raynaud, tête de liste CGT pour la région parisienne, élections sécurité sociale 1947

AUJOURD’HUI, par millions, dans toute la France, les travailleurs de toutes conditions, depuis le manœuvre jusqu’à l’ingénieur, les ouvriers, comme les employés, comme les fonctionnaires, sont appelés à participer à l’élection de leurs représentants aux conseils d’administration des caisses de Sécurité Sociale.
C’est la première fois en France que l’on confie aux assurés sociaux la gestion de’ leur propre Sécurité Sociale, c’est dire l’importance de ces élections et la nécessité pour les travailleurs d’y participer tous.
Au surplus, les attaques de la réaction contre la Sécurité Sociale, particulièrement concentrées autour de ces élections, leur donnent le caractère d’un véritable plébiscite fait parmi les travailleurs pour ou contre cette grande législation de progrès social.
EN fait, il s’agit à la fois de désigner les meilleurs administrateurs et de s’affirmer pour le programme actuel de Sécurité Sociale, afin de battre la réaction. Celle-ci a mobilisé toutes ses forces. Toute la presse réactionnaire donne. Le haut clergé exerce sur ses fidèles les pressions les plus vives. Tout est mis en oeuvre pour faciliter, demain, le torpillage de la loi en essayant d’infliger un échec à la C.G.T. qui a joué dans son élaboration et son application un rôle absolument essentiel.
On ne pardonne pas à la Sécurité Sociale, dans les milieux réactionnaires, de confier la gestion des caisses aux assurés eux-mêmes, c’est-à-dire à la classe ouvrière.
On ne pardonne pas à la loi actuelle de mettre en action une solidarité nationale étendue à tous, grâce à la caisse unique,
DEFENDRE la Sécurité Sociale, c’est, en même temps
que défendre les intérêts des travailleurs et l’avenir de la nation, assurer le succès de la démocratie.
Attention, travailleurs ! De même qu’aux élections politiques, tout le monde se prétend républicain et démocrate (même ceux qui rêvent d’étrangler la République et veulent un pouvoir personnel) ; de même aujourd’hui, tout le monde se réclame de la Sécurité Sociale.
Mais, sous le prétexte d’en modifier le fonctionnement, on veut en saper les principes essentiels, afin de la châtrer, de la rendre impuissante et de préparer le retour aux caisses confessionnelles et patronales.
C’est contre ce danger que la C.G.T. appelle tous les travailleurs à assurer solidement la défense de la Sécurité Sociale, en votant pour ceux qui ont fait leurs preuves dans les conseils d’administration provisoires, pour les vrais défrnseurs de la Sécurité Sociale.
EN face, vous trouverez des listes de la C.F.T.C, qui prend ses ordres au Vatican et qui, après avoir refusé de participer à la gestion provisoire de la Sécurité Sociale depuis le ier juillet 1946, veut, par le retour aux caisses d’affinités, pouvoir utiliser cette législation à sa propagande confessionnelle.
Vous trouverez, dans quelques départements, des listes de Mutualistes : certains adversaires de la
loi , d’autres isolationnistes qui commettent cette faute impardonnable de tenter de dresser les syndicalistes contre les mutualistes. Vous trouverez également diverses listes de division.
Vous ne vous laisserez pas dé-tourner de votre devoir, de votre intérêt. En masse, sans abstention, sans panachage, vous Voterez pour les listes d’Union pour la Défense de la Sécurité Sociale, présentées par la Confédération Générale du Travail.
Henri RAYNAUD,
Secrétaire de la C.G.T,


Un appel de la CGT
Le Bureau Confédéral, à quelques heures des élections des administrateurs des Caisses de Sécurité sociale, fait appel à tous les travailleurs.
Il leur demande, pour assurer la défense et les progrès de cette réalisation sociale, de voter en masse, sans abstention, ni panachage, pour les listes d’Union pour la défense de la Sécurité sociale, présen-tées par la C.G.T.
(Lire en 3e page nos informations concernant les votes aux collèges électoraux : salariés, employeurs, travailleurs indépendants

L’Humanité du 22 avril 1947 campagne de la CGT avant les premières élections sécurité sociale