Tous les articles par JM

Le sort d’un pilote americain capturé par les japonais en 1944

Nous retrouvons dans ce petit article écrit par Barbara Wojcik la jeune résistante Francine Sebastien dont la biographie est accessible sur ce carnet, ici.
Et dont il est possible de lire les archives américaines relatives à son parcours et à celui du groupe de résistance Marie-Odile de Nantes, ici.

Mais il s’agit aussi sur cette page du destin du Lieutenant Sage Johnston, lieutenant pilote d’escadron de torpilles capturé par les Japonais en 1944.

En 1945, aux États-Unis, Wilhelmina et William Johnston de Boligee, en Alabama, avaient le cœur brisé par la perte apparente de leur fils bien aimé, le lieutenant de la marine Sage Monnish Johnston, âgé de 23 ans et porté disparu depuis le 14 octobre 1944.
In 1945, Wilhelmina and William Johnston of Boligee, Alabama were heart broken over the apparent loss of their cherished son, Navy Lt. Sage Monnish Johnston, age 23, who had been Missing In Action since October 14, 1944.

USS Hancock (CV-19), December 1944. Photograph Courtesy of the US Naval History & Heritage Command
USS Hancock (CV-19), December 1944. Photograph Courtesy of the US Naval History & Heritage Command

Sage était un pilote d’escadron de torpilles sur l’USS Handcock et fut abattu au-dessus de l’océan Pacifique lors d’une bataille contre les Japonais. William et Wilhelmina décidèrent d’honorer et de commémorer leur fils en établissant une bourse à l’Université de Alabama.
Sage was a torpedo squadron pilot on the USS Handcock and was shot down over the Pacific Ocean during a battle with the Japanese. William and Wilhelmina decided to honor and memorialize their son by establishing a scholarship at the University of Alabama.

University of Alabama – Un bâtiment du campus
Photo licence Creative commons : Lawrence G. Miller

La première bourse a été remise à une jeune française, Francine Sébastien. Elle a voyagé seule en Alabama pour ses études.
The first scholarship was given to a young French woman, Francine Sebastien. She traveled alone to Alabama for her studies.

Francine Sebastien


Ce que ne savait pas la famille Johnston, c’est que Sage Johnston avait survécu après avoir été abattu et avait été capturé par les Japonais en octobre 1944. Il avait été détenu dans le camp de prisonniers de guerre de unafuna au Japon. Les Japonais considéraient Ōfuna comme un camp de transit ou de rétention et n’ont jamais signalé les hommes qui y étaient détenus. La famille Johnston n’a pas appris que son fils avait survécu jusqu’à la fin de la guerre. Le camp n’a été libéré qu’en septembre 1945.
Unknown to his family, Sage Johnston had survived being shot down and had been captured by the Japanese in October of 1944. He was held at the Ōfuna POW camp in Japan. The Japanese considered Ōfuna a transit or holding camp and never reported the men who were being held there.  The Johnston family didn’t receive word that their son had survived until after the war ended. The camp was not liberated until September 1945.

OFUNA, JAPAN 1945-08-30. ENTRANCE TO THE MAIN BUILDING AT THE ALLIED PRISONER OF WAR CAMP . (PHOTOGRAPHER CAPTAIN J. C. GOODCHILD – Public domain)

Sage et Francine se rencontrèrent aux Etats-Unis et se marièrent 3 mois après cette rencontre. Ils eurent 3 fils. Francine est morte en France en l’an 2000.
Sage and Francine met in the United States and were married 3 months after they met. They had 3 sons; she died in France in 2000.

Autogestion en Yougoslavie

Les documents d’archives ajoutés dans cette page sont  tirés des archives de JR Chauvin (confiées au CHS en 2011). Il s’agit ci-dessous d’un article de janvier 1965 dressant un court bilan  de l’expérience autogestionnaire et des conseils ouvriers, dans la Yougoslavie de Tito, plus de 15 ans après leur mise en place.

Il s’agit d’un article tiré de l’Action, journal de sensibilité trostkiste  :

L'expérience Yougoslave 1964

Portée et limites de l’expérience yougoslave

 Tout observateur qui a une connaissance directe d’une ou de plusieurs républiques populaires ne manque pas d’être agréablement surpris par ses premiers contacts avec la réalité yougoslave. Il ne retrouve pas cette atmosphère de contrôle, de suspicion et de méfiance à l’égard des masses qui caractérise la vie publique dans les pays d’Europe de l’Est. Les bibliothèques publiques regorgent d’ouvrages non orthodoxes et certains kiosques des grandes villes offrent à l’acheteur les grands journaux occidentaux du New York Times au Figaro à côté de la Pravda.
Surtout il est facile de se convaincre que la gestion ouvrière n’est pas une simple supercherie et que la démocratie communale a une certaine consistance. En un mot le travailleur yougoslave apparaît comme un participant actif et responsable et non comme un simple rouage de l’appareil économique. Tous ces aspects de l’expérience yougoslave expliquent la persistance de l’influence « titiste » dans une grande partie du monde communiste et même au-delà.
Grâce à l’expérience de la gestion ouvrière appuyée sur les communes, le stalinisme en tant que système répressif n’apparaît plus comme une nécessité pour les pays sous-développés qui rompent avec le capitalisme. De même, les excroissances bureaucratiques de la grande industrie moderne ne sont plus aux yeux de nombreux communistes de pays développés un mal inévitable et irrésistible, lorsqu’ils ont eu l’occasion de voir fonctionner les grandes entreprises yougoslaves. Cette influence positive, jointe à la ténacité avec laquelle l’union des communistes yougoslaves a défendu l’originalité de ses solutions et de ses positions suffisent à assurer à la Yougoslavie, aux côtés de Cuba, une place privilégiée de pionnier de la marche vers le socialisme.

Faut-il considérer pour autant que l’Etat yougoslave n’a pas lui-même de défectuosités et que les solutions adoptées répondent toujours aux problèmes posés par l’édification du socialisme ? Loin de là, et les critiques que les Yougoslaves adressent eux-mêmes à leur vie sociale et économique nous invitent à ne pas tomber dans le travers de l’apologétique. Il saute d’abord aux yeux que le juste équilibre entre centralisation et décentralisation n’est pas réalisé et que l’économie yougoslave autant que la vie politique sont soumises à d’incessants réajustements pour combattre, comme disent les dirigeants yougoslaves, « les phénomènes négatifs » (anarchie dans la politique des investissements, tendances au localisme ou au contraire tendances bureaucratiques centralisatrices). A y regarder de plus près, il ne semble pas toutefois que le problème soit purement technique, c’est-à-dire celui d’une bonne répartition du pouvoir de décision entre les différents niveaux de la structure étatique. Il apparaît au contraire comme la rançon de l’organisation du pouvoir en Yougoslavie : le pouvoir central échappe pratiquement à tout contrôle démocratique et la participation démocratique des masses, limitée pour l’essentiel à l’entreprise et à la commune, se trouve orientée bon gré malgré vers toute une série de particularismes.

On se trouve ainsi devant une sorte de cercle vicieux dans lequel le centralisme incontrôlé et le particularisme populaire s’alimentent réciproquement. L’Union communiste constitue, bien entendu, un facteur d’unification qui permet plus ou moins de corriger ces tensions, mais elle les corrige dans les limites fixées par le système et par sa propre volonté de maintenir une tutelle bienveillante sur la société. Il n’est donc pas étonnant qu’un grave problème de génération et de renouvellement des cadres politiques se pose aujourd’hui : les jeunes générations écartées longtemps d’une véritable participation aux décisions nationales les plus importantes et n’ayant pas eu l’occasion de prendre part à l’expérience politique exaltante de la lutte de libération sont menacées soit par le conformisme, soit par l’apolitisme pendant que la génération des partisans se trouve peu à peu atteinte par le vieillissement et par la lassitude.

La nouvelle Constitution a tenu compte de ce danger en prévoyant l’obligation d’une rotation rapide aux postes de responsabilité, mais il est douteux que le remède soit suffisant pour changer la situation. Il reste à accomplir bien des pas en avant (démocratisation de l’Union, élargissement du rôle des conseils ouvriers dans la planification, etc.) pour que la démocratie socialiste yougoslave prenne véritablement consistance.

Il faut noter par ailleurs que les Yougoslaves apportent dans la politique internationale une certaine étroitesse nationale qui limite considérablement la portée positive de leur action de désagrégation du stalinisme. Leur politique de coexistence active repose beaucoup trop, en effet, sur l’idée très optimiste que le maintien de la paix et de rapports de bon voisinage entre les Etats suffira à donner une forte impulsion à la marche au socialisme. En ce sens, le non alignement prend pour eux une valeur quasi mystique échappant à une analyse des rapports de classe à l’échelle internationale.

Certes, les Yougoslaves n’ont jamais prétendu faire adopter cette conception par les partis ouvriers des pays capitalistes ; il n’empêche cependant que leur influence va très souvent dans le sens d’un certain désarmement idéologique du mouvement ouvrier. C’est là que se trouve leur plus forte limite et ce qui interdit de voir à l’heure actuelle dans la Yougoslavie un centre de regroupement du mouvement ouvrier international, même si la contribution yougoslave à la théorie et à la pratique de la société de transition vers le so­cialisme est irremplaçable.

Pierre GAUTIER

L’article est tiré du journal l’Action, numéro d’octobre 1964, dont le comité de direction était composé de Roland Andrieu, Favre-Bleibtreu, Roger Blin, Claude Bourdet, Jean Cassou, Julien Desachy, Guy Desson,  Claude Hazard, Maurice Henry, Henri Lefebvre, Michel Lequenne, Maurice Nadeau, Roger Noulé, Marcel Penin, Jean Poperen, Georges Rino, Oreste Rosenfeld, Tanguy-Prigent, Pierre Vidal-Naquet.  (Hum, pas de femmes, pourtant elles existaient dans les années 60…)


La YOUGOSLAVIE cherche la voie de la démocratie socialiste

Yougoslavie 1965 Favre-BleibtreuS’il n’a pas fait de gros titres dans la presse française, le VIIIe Congrès de la Ligue des Communistes de Yougoslavie n’en est pas moins un événement de première grandeur. Il bat en brèche la thèse conservatrice et réformiste d’une identité entre le socialisme et sa caricature bureaucratique. Son thème central était l’approfondissement de la démocratie socialiste. La « voie yougoslave » évite l’enlisement qui la menaçait, cherche son second souffle et confirme sa valeur d’exemple positif pour le mouvement ouvrier international.

Les conseils ouvriers instaurés en 1950 pour souder l’alliance des masses ouvrières et du parti contre l’offensive de Staline furent d’abord un choix politique ; en vue de combattre le bureaucrate on stimulait l’initiative créatrice des travailleurs devenus maîtres de l’entreprise. Quatorze ans plus tard les conseils ouvriers sont les grands vainqueurs du congrès. L’autogestion est entrée dans les mœurs ; ses succès sont incontestables et incontestés.

Cependant l’économie souffre de certaines distorsions et incohérences. Dans le vide politique le bureaucrate cherche tout naturellement à répondre aux difficultés par le centralisme étatique et par le grignotage des prérogatives des conseils ouvriers. Le congrès a tranché, avec audace et netteté : il faut aller de l’avant, les fonctions des conseils ouvriers seront élargies, leur pouvoir devient prépondérant en matière d’investissement et de plan au dépens des contrôles étatiques locaux et nationaux. De « l’usine aux ouvriers » il mène vers l’économie nationale aux ouvriers.

Mais la recrudescence de bureaucratie qui a marqué les dernières années a été favorisée par un recul sensible de l’activité politique des masses populaires de Yougoslavie. Le congrès a mis le doigt sur deux manifestations graves de cette dépolitisation. La première est la réapparition des antagonismes entre particularismes nationaux.

La seconde, plus lourde de conséquences, est l’indifférence des jeunes travailleurs à l’égard de la L.C.Y., la faiblesse du recrutement dans les générations montantes. Dépolitisation, chauvinisme, désaffection des jeunes peuvent-ils être surmontés par la démocratie économique ? N’existe-t-il pas d’autres besoins démocratiques à satisfaire ? Le congrès a posé la question, mais sa réponse est restée ambiguë.

A son actif s’inscrivent le renouvellement d’un quart du Comité central, la publicité des débats du congrès et du Comité central (retransmis en direct par la télévision), le nombre très élevé d’interventions des délé­gués qui obligea à prolonger la session du congrès, la franchise et la liberté des criti­ques venues d’en bas. Nous sommes loin des congrès préfabriqués et des roueries politiciennes. Ce congrès démocratique a surpris les représentants des « partis frè­res ».

Pour affirmer que la démocratie n’est pas confinée à l’intérieur du parti, le congrès a insisté sur les limitations du rôle dirigeant des communistes : la fonction dirigeante de la ligue n’est pas donnée automatiquement ; elle doit être conquise chaque jour, constamment. La ligue ne commande pas, elle ne peut que convaincre les organismes d’autogestion. Cette orientation, qui rompt avec la pratique des partis monolithes, hiérarchisés et omniscients (dont les membres ont une carrière assurée), atténue grandement les inconvénients du parti unique. Mais elle en souligne d’autres dans la mesure où elle ne s’accompagne pas de la mise en place d’organismes politiques de démocratie directe.

C’est alors que surgit la question des questions : ce parti qui ne commande pas mais veut convaincre et entraîner, peut-il exprimer et laisser s’exprimer les courants de pensée sans lesquels l’adhésion des masses n’est qu’acceptation et la démocratie politique un vœu inactuel ? Sur ce point la discussion du congrès a été très poussée.

La légalisation des tendances organisées, défendant publiquement leur programme, a été demandée. Elle a été combattue et rejetée au nom, précisément, du rôle « non dirigeant » du parti qui, pour convaincre, doit « maintenir son unité idéologique ». Bien des questions restent donc en suspens mais le simple fait de les avoir abordées franchement est un acquis remarquable de ce congrès.

« Contre le bureaucrate qui conçoit l’unité comme un nivellement de la pensée au niveau de la médiocrité, déclare le secrétaire de la Ligue de Macédoine, la publicité des débats de la ligue doit stimuler la pensée, l’initiative, l’action des individus et des organisations sur la ligne du socialisme et de la lutte pour la démocratie socialiste directe. » Mais dans l’intervalle des congrès il faudra maintenir l’intérêt populaire pour la chose publique, éviter l’assoupissement et la dépolitisation, stimuler la discussion des intérêts socialistes de la confédération et de la démocratie socialiste directe pour tenir en échec les tendances chauvines, amener les jeunes à l’engagement politique. La démocratie économique y suffira-t-elle ?

FAVRE-BLEIBTREU. Article tiré de l’Action de janvier 1965



Le documentaire ajouté au bas de cette page en janvier 2019, permet de comprendre en quoi a consisté l’autogestion mise en oeuvre en Yougoslavie, et quelle a été son influence (ou du moins sa réception) dans les milieux de la gauche française (des trotskistes et anarchistes aux socialistes, en passant par les communistes et la nouvelle gauche qui se ralliera dans le PSU) :


Le POUM en France, époque Franco

En préambule aux documents d’archives de cette page (quelques documents tirés des archives du militant Jean-René Chauvin, confiées au CHS en 2011), un film visant à comprendre l’histoire espagnole avec le recul historiographique :


Documents d’archives (POUM)  :

POUM anniv 30 ans 1965 Chauvin et Solano
Anniversaire des 30 ans du POUM, en 1965. Fonds Jean-René Chauvin, CHS. Sur la photo, Wilebaldo Solano (à droite) et JR Chauvin (à gauche). Affiche/portrait d’Andreu Nin au centre.

Le POUM exilé en France n’a pas cessé son combat, à travers notamment son journal, La Batalla.

Son secrétaire général, à partir de 1947, et directeur de La Batalla, était Wilebaldo Solano, ami de Jean-René Chauvin.

Solano avait été secrétaire général de l’organisation de jeunesse du POUM, la Jeunesse communiste ibérique (J.I.C. Juventud iberica comunista) et membre de la direction du POUM en 1936.

 Incarcéré en 1938 avec les autres dirigeants du POUM, Wilebaldo Solano s’était évadé, après la chute de Barcelone. Réfugié en France en 1939, il collabora avec l’insurgé, et fut emprisonné par Vichy en 1941 et libéré en 1944. 

Couv livre Solano POUM

Au cours des années 1960, avec la publication la Tribuna Socialista, Solano a tenté de donner voix à la « gauche du Poum » (par opposition au courant du Poum qui entre dans le Parti socialiste de Catalogne). Son livre Le POUM – Révolution dans la guerre d’Espagne , co-préfacé par JR Chauvin a été publié en 2002 (Syllepse).

Rappelons que le Parti ouvrier d’unification marxiste (ou POUM, en espagnol Partido Obrero de Unificación Marxista) – partie prenante de la résistance armée au soulèvement militaire franquiste en 1936 – s’inscrivait dans une idéologie marxiste anti-stalinienne. Ses dirigeants furent éliminés par les agents de Staline en 1937, notamment Andreu Nin, torturé et assassiné. Sur ce site, quelques archives tirées du Fonds Chauvin (CHS) ont été numérisées, concernant les compte-rendues de presse, du procès du POUM de 1938, notamment.  

Tract "30 anniversario POUM" recto, 1965
En Espagnol, le tract « 30 anniversario POUM » recto, 1965

Tract "30 anniversario POUM" verso, 1965
« 30 anniversario POUM » verso, 1965

Années 50

Lettre de JR Chauvin à Marceau Pivert (Fonds Marceau Pivert, CHS)

Lettre JR à Marceau Pivert - POUM juin 1952
Lettre JR à Marceau Pivert – Solidarité POUM juin 1952

                                             Paris 13 Juin 1952

Cher camarade,

Tu trouveras ci-joint le texte d’une motion concernant nos camarades du P.O.U.M. emprisonnés à Barcelone. Elle appelle à la solidarité et propose l’organisation d’une journée Internationale de protestation.Cette motion a déjà été adoptée par le syndicat autonome du livre, elle sera signée par l’équipe de la Révolution Prolétarienne, par celle de Démocratie Prolétarienne qui groupe des militants communistes et socialistes indépendants, par des personnalités littéraires comme Camus, Colette Audry etc… elle a été présentée et en principe acceptée par la commission exécutive de l’U.D.-F.O. de la Seine sous réserve de l’accord de l’UG.T. Elle a été signée par l’équipe de « Franc-Tireur ».

Te connaissant de longue date, bien que mon nom ne te dise peut-être pas grand chose, (j’ai été membre de la G.R. et du P.S.O.P. avant guerre) je pense que tu seras d’accord avec son contenu.

Je pense que tu devrais faire le nécessaire pour qu’elle soit signée par une série de parlementaires socialistes, de préférence des députés de la gauche, pour qu’elle soit publiée par le Populaire dès que nous aurons confirmation des signatures de Fédérations ou d’Unions importantes de F.O.

Enfin le plus urgent et le plus efficace pour nos amis du P.O.U.M. est d’organiser une souscription.

Il n’est pas non plus interdit de la faire voter par des sections ou des groupes d’entreprises de la « vieille maison » afin de pousser les « bureaucrates » à se remuer un peu.

Il est d’autre part éminemment utile pour la gauche socialiste, celle qui est au parti S.F.I.O. comme celle qui est à l’extérieur de faire le plus de bruit possible autour du P.O.U.M. dans la circonstance où il se trouve.Un de nos amis du groupe de « démocratie Prolétarienne » est spécialement parti voir Bevan à ce sujet. Je suis à ta disposition pour que nous rencontrions et que nous envisagions de coordonner nos efforts sur ce plan comme sur bien d’autres.

Fraternellement

J .R. Chauvin


Tract que se passe-t-il en Espagne aujourd'hui 1952
Tract que se passe-t-il en Espagne aujourd’hui, 1952, Fonds JR Chauvin, CHS

QUE SE PASSE -T-IL EN ESPAGNE AUJOURD’HUI ?

Après les grèves de Barcelone de 1951, les manifestations étudiantes de Madrid et de Barcelone l’année dernière, une nouvelle fois le peuple espagnol manifeste son opposition à Franco avec une ampleur encore jamais vue. Les mineurs des Asturies, les travailleurs basques, les métallurgistes de Catalogne, les étudiants sont entres ensemble dans la lutte malgré la répression.

Depuis plus de vingt ans le régime franquiste porté au pouvoir par Hitler et Mussolini fait régner une dictature sanglante. Pas un travailleur français, pas un démocrate ne peut rester insensible devant la lutte des ouvriers espagnols pour leur liberté et de meilleures conditions de vie.

Aider la lutte antifasciste en Espagne, c’est aussi lutter contre la menace fasciste dans son propre pays. Venez vous informer sur les derniers événements d’Espagne. Venez affirmer votre solidarité avec les travailleurs espagnols.

LE VENDREDI 18 AVRIL A 20 H. 30 Grande Salle des Sociétés Savantes   28, rue Serpente (Métro Odéon, Saint-Michel)   Rejoignez le Comité d’initiative Franco – Espagnol     28, rue Serpente – PARIS 6e

Imprimerie « E.P. », 232. rue de Charenton. Paris-12e

Tract d'appel à la Manif en Espagnol 1952
Tract d’appel à la Manif Solidarité POUM en Espagnol 1952


Article de Wilebaldo Solano, paru dans le numéro 3 du journal de Claude Bourdet, l’Action, de mai 1964

Grèves Asturies 1964, article SolanoTodavia  Asturias !

Au moment où nous écrivons, le nouveau mouvement gréviste des Asturies affecte plus de 50 000 travailleurs.

Depuis le début mars la tension était très grande aux Asturies. Les métallos de Moreda-Gijon et de la Duro Felguera réclamaient une augmentation de salaire et la modification du système d’attribution des primes. De leur côté, les mineurs exigeaient la nouvelle convention collective annoncée par les autorités franquistes depuis 1963, ainsi que des mesures radicales en faveur des victimes de la silicose.

Les grèves commencèrent dans les mines le 14 avril (anniversaire de la proclamation de la seconde république). La goutte qui fit déborder le vase fut l’expulsion de l’entreprise «Carbones de la Nueva», d’un groupe de mineurs reconnus silicosés au premier degré au cours d’une visite médicale.

En les renvoyant, la direction déclara qu’elle n’était pas en mesure de les employer à un autre poste compatible avec leur maladie.

Ainsi, pour la troisième fois depuis 1962, les travailleurs des Asturies se sont lancés dans une action de grande envergure. Mais cette fois-ci, ils ne combattent pas seuls. Dans une récente lettre, un dirigeant ouvrier des Asturies nous écrit : « L’exemple de notre lutte de 1963 a servi. Nous nous sentons encouragés parce que nous voyons surgir des conflits et des grèves en divers endroits, y compris dans ceux où le prolétariat ne fut pas très combatif pendant la République. La grève des mineurs de Penarroya (Ciudad Real) a été pour nous un grand encouragement ».

On sait que la grève des mineur de Penarroya n’a pas été la seule ces derniers temps. D’importants conflits ont aussi éclaté à Sagunto (hauts fourneaux), dans les mines de Rio Tinto, et dans plusieurs usines de Bil­bao, ainsi que dans la zone agricole de la province de Cadix.

Personne n’a oublié un fait aussi significatif que la manifestation ouvrière de Madrid contre le congrès des « syndicats » phalangistes.

Les travailleurs ont lutté et luttent partout pour un salaire minimum décent (150 à 180 pesetas, au lieu de 60), la réduction de la journée de travail, la reconnaissance du droit de grève, la liberté syndicale, le droit de se réunir et de s’organiser librement. Dans la situation concrète actuelle ces revendications ont une claire signification politique.

La législation franquiste condamne la grève par des peines de 6 à 12 années de prison. Dans les Asturies la nouvelle réglementation des mines permet de renvoyer tous les salariés en cas d’arrêt collectif du travail.

Malgré tout cela l’initiative appartient aujourd’hui aux travailleurs. Ceci a été reconnu par un rapport secret qu’un haut dirigeant phalangiste Labadie Oternim a adressé à Franco. Le nouveau mouvement gréviste des Asturies qui doit être énergiquement soutenu à l’intérieur comme à l’ex­térieur de l’Espagne, ainsi que la magnifique manifestation ouvrière du 1er mai à Bilbao, confirment que nous sommes à l’heure de la renaissance du mouvement ouvrier espagnol. Les conséquences politiques de ce fait capital ne manqueront pas de se faire sentir dans les mois qui viennent.

Wilebaldo SOLANO.

(1) Encore les Asturies.

BRÉSIL, DE 1964 À 2014

Commission Vérité au Brésil : Les fantômes d’un passé douloureux (1)

Produit par le CHS (Unité mixte de recherche CNRS / Univ. Paris 1), réalisé par Jeanne Menjoulet, ce vidéo-documentaire présente, au travers de témoignages de victimes de la dictature et d’un tortionnaire (Paulo Malhaes) et au travers de l’analyse d’historiens, l’état des lieux, quelques mois après la présentation du rapport de la Commission de la Vérité Brésilienne (Comissão Nacional da Verdade, CNV). Une séquence permet de voir et d’entendre la présidente Dilma Rousseff (elle-même emprisonnée et torturée sous la dictature militaire), lors de la publication du rapport de la CNV en décembre 2014.

(2) Brésil, du coup d’Etat de 1964 à la transition démocratique

Cette seconde  partie du vidéo-documentaire vise à apporter quelques éclairages sur le contexte brésilien des années de la dictature (1964-1985). Il fait suite au film (1) qui présentait la Commission Nationale de la Vérité (CNV).
Sont abordées des questions comme les influences internationales (Etats-Unis, France) qui ont favorisé l’arrivée ou le maintien de la dictature militaire, l’évolution du régime durant cette période, la répression et la façon dont l’opposition à la dictature s’est positionnée à l’issue de la dictature. Des extraits du témoignages de l’ex-président Lula permettent de saisir le Brésil de la fin des années 1970, à l’aube de sa transition vers la démocratie. .

Production : Chs  – Réalisation : Jeanne Menjoulet


Au sujet de ce qui est qualifié de « coup d’état déguisé » – la destitution de Dilma Roussef en mai 2016-, un éclairage supplémentaire peut apporter des éléments de compréhension et d’analyse. La lecture de l’article qui suit, est à ce titre intéressante. Il s’agit des propos d’une doctorante brésilienne, Tauana Gomes Silva (qui vit en Bretagne et dont le sujet de thèse est « la participation politique des femmes noires dans les mouvements de gauche au Brésil pendant la dictature militaire de 1964 à 1984 », CERHIO, Université Rennes 2) :



Un document d’archive (fonds JR Chauvin) : Le coup d’Etat au Brésil, analysé par Wilebaldo Solano

Couverture du journal L’Action : Brésil, coup d’Etat 1964

Quelques jours après le coup d’Etat au Brésil, Wilebaldo Solano ancien dirigeant du POUM (guerre d’Espagne) analyse la situation. Il s’agit du point de vue de la gauche marxiste non stalinienne. Article tiré des archives de Jean-René Chauvin (correspondance JR Chauvin, année 1964) , consultables au CHS, 9, rue Mahler 75004 Paris
Les « forces obscures »qui ont renversé Janos Quadros en août 1961 ont enfin réussi ce qu’elles se proposaient depuis de longs mois par un coup d’état préventif , masqué d’une grossière farce « démocratique », obliger Joao Goulart à capituler et asséner un rude coup au mouvement populaire révolutionnaire du Brésil.

La victoire inespérée de Lacerda, la figure politique la plus représentative et la plus trouble de la réaction brésilienne a suscité une énorme émotion en Amérique et dans le monde entier. Depuis quelques temps tout le monde suivait avec intérêt l’évolution des événements au Brésil. Les manifestations comme le grand meeting populaire de Rio, la mutinerie des marins, le discours de Goulart devant les sous-officiers, et les réformes annoncées (expropriation de certaines terres, octroi du droit de vote aux analphabètes, augmentation substantielle des salaires, contrôle des bénéfices étrangers, expropriation de certaines compagnies pétrolières) avaient réveillé de grandes espérances à l’intérieur comme à l’extérieur du Brésil.

Mais l’on ignorait généralement que les Fameuses « forces obscures » dont parlait Quadros, c’est à dire les monopole yanquis et les éléments réactionnaires de la ville et de la campagne, avaient décidé, sans plus attendre, de passer à la contre offensive. Et ce que personne ne pouvait imaginer, c’est que Goulart, Brizzola et Arraes, allaient capituler avec autant de facilité devant le coup d’Etat contre révolutionnaire, et que le mouvement ouvrier et les ligues paysannes offriraient si peu de résistance à l’agression réactionnaire.

L’attitude des promoteurs de « l’Alliance pour le progrès » ne peut nous surprendre. Deux jours avant la rébellion  le département d’Etat a publié une Information dénonçant « la tolérance du gouvernement Goulart à l’égard des communistes ». Vraiment on ne pouvait trouver de meilleure formule pour inciter Lacerda et les autres à passer à l’action. En outre Goulart était à peine déposé, que le président Johnson félicitait le chef de l’Etat désigné par les insurgés. Deux Jours après Dean Rusk et George Bail se félicitaient que les règles constitutionnelles aient été respectées, et parlaient en plus d’un « événement remarquable ».

Par contre, comment peut on s’expliquer la capitulation de Goulart, de ce même Goulart qui peu de temps avant invitait les sous officiers de Rio à défendre « les réformes de structure », et se prononçait en faveur d’un large front populaire ?

Joao Goulart
Joao Goulart

A notre avis, il n’y a qu’une explication. Goulart, comme Quadros hier, était un représentant de la bourgeoisie Nationale libérale, éternellement hésitante entre la pression des grandes forces féodales et capitalistes, et celle du mouvement populaire. Depuis qu’il a accédé au pouvoir en 1961, Goulart a prononcé une infinité de discours, quelques fois franchement démagogiques, sur les réformes qui s’imposaient au pays, mais n’en a réalisé aucune.

Sa politique avait eu la triste vertu de tromper les masses ouvrières et paysannes, et d’exaspérer les forces réactionnaires. Et à l’heure décisive, quand il s’est agit d’appeler les masses populaires à la résistance organisée, il n’a pensé à se défendre qu’avec l’appareil de l’Etat qui était en grande partie aux mains des éléments contre-révolutionnaires.

Si tout ceci est évident, il reste à éclaircir un autre problème, celui de la passivité du mouvement ouvrier, des paysans, des sous-officiers et des soldats qui avaient à plusieurs occasions manifesté leur solidarité avec les aspirations des masses populaires. Il est encore trop tôt pour expliquer ce fait qui peut avoir de graves conséquences pour l’avenir de la révolution brésilienne. Cependant nous sommes déjà en mesure d’apporter quelques éléments d’appréciation.

La passivité des forces populaires

Le Brésil est un pays essentiellement agricole, le prolétariat n’y représente pas une force décisive et se trouve profondément divisé. Le mouvement syndical n’a ni la force, ni la cohésion nécessaire pour déclencher une grève générale de caractère national. Le parti communiste de Carlos Prestes soutenait Goulart et n’a pas préconisé une politique offensive et révolutionnaire. On se souvient des critiques adressées à Prestes par Fidel Castro. Le parti communiste dissident, de tendance pro-castriste, ne représentait pas encore une force importante. D’autre part les Ligues paysannes de Juliao n’avaient pas réussi à réaliser l’unité d’action avec le mouvement ouvrier.

En octobre 1962, la revue « Política Operaria » (Politique Ouvrière) organe de l’Organisation Marxiste Révolutionnaire du Brésil qui était issue de le fusion de la Ligue Socialiste Indépendante, des jeunesses Socialistes et de l’aile gauche de la Jeunesse Travailliste, avait adressé un appel au Parti Communiste du Brésil (pro-castriste) et au Mouvement révolutionnaire Tiradentes (constitué de dirigeants des Ligues paysannes) en vue de la formation d’un Front de toutes les forces révolutionnaires. « Política Operaria » avait insisté sur le nécessité d’aboutir rapidement à l’unification pour offrir une alternative populaire et révolutionnaire. Malheureusement cet appel n’a pas donné les résultats attendus.

Il est difficile de formuler des pronostics sur ce qui va arriver au Brésil dans les mois prochains. Mais sans plus attendre on peut déjà tirer quelques leçons des récents événements  Les principales sont les suivantes:

1) La bourgeoisie nationale et libérale est incapable de mener à leur terme les réformes de structure quelle préconise et ne constitue qu’un intermède équivoque et dangereux entre la révolution et la contre révolution.

2) Dans un pays sous développé comme le Brésil, quand les tensions sociales atteignent le paroxysme et qu’il en résulte une situation révolutionnaire, la voie pacifique et parlementaire conduit à une déroute du mouvement ouvrier et paysan, et au triomphe des forces féodales et capitalistes liées à l’impérialisme.

3) La division du mouvement ouvrier et son manque de coordination avec le mouvement paysan et ses alliés éventuels dans l’armée aboutissent fatalement à ruiner toutes les possibilités révolutionnaires.

Wilebaldo SOLANO, le 5 avril 1964

Nous retrouvons cet article dans le numéro d’Avril 1964 du journal l’Action. Le Brésil en couverture…


Portrait de Solano dans "La Gauche", journal du RDR, 1949
Portrait de Solano dans « La Gauche », journal du RDR, 1949

Portrait de l’auteur de l’article, Wilebaldo Solano, en 1949, dans le journal du R.D.R « La Gauche » :  Wilebaldo Solano, secrétaire général du P.O.U.M., directeur de « La Batalla », fut secrétaire du Front révolutionnaire de la Jeunesse de Catalogne pendant la guerre civile espagnole. Responsable espagnol de « L’Insurgé » de Lyon, organisation socialiste révolutionnaire de la Résistance française, il fut condamné à 20 ans de travaux forcés par un tribunal militaire de Vichy en 1941. Il a été libéré par le maquis en juin 1944.



1935 : PACTE LAVAL-STALINE VS INTERNATIONALISME

Pivert 1935 Pacte Staline Laval
Fonds Marceau Pivert (CHS), « Album-photo » 1935
L’accent est mis sur la phrase de Staline à propos de la défense nationale française

      La signature le 2 mai 1935 du pacte Laval-Staline fut suivie, le 15 mai 1935, de la déclaration de Staline  « Monsieur Staline comprend et approuve pleinement la politique de défense nationale faite par la France pour maintenir sa force armée au niveau de sa sécurité » .


 Daniel Guérin (qui fut l’un des dirigeants, avec Marceau Pivert,  de la Gauche Révolutionnaire) commentera ainsi le ralliement de la direction du PCF à la défense nationale : « Les socialistes étaient au anges. Ce rustre de Staline avait bien sûr manqué de tact en décernant à un Premier ministre de droite un certificat de bonne conduite ; mais Blum clama que la déclaration de Moscou lui donnait raison, que le fossé avec les communistes sur la défense nationale était comblé, qu’un pont venait d’être jeté vers l’unité ouvrière. Les syndicalistes réformistes, Jouhaux en tête, n’exultèrent pas moins et cessèrent comme par enchantement, d’opposer leur ancien veto à l’unité syndicale. Quant aux radicaux-socialistes, qui la veille encore s’étaient faits les complices de l’opération issue du 6 février et avaient accepté servilement le rôle d’otages dans un gouvernement d’union nationale, ils se découvrirent soudain pour les communistes, devenus nationaux, des trésors d’indulgence, en attendant l’accolade de Daladier et de Thorez, place de la nation, le 14 juillet 1935. »  Daniel Guérin, Front populaire, une révolution manquée, Acte Sud, 1997


Pivert 1935 Mur des férérés 1er rassemblement commun SFIO-PCF

Mai 1935 Rassemblement mur des fédérés
1er rassemblement commun SFIO – PCF


Le tract qui suit est annoté par Pivert (fonds Marceau Pivert, consultable au centre d’Histoire Sociale du XXe siècle), il donne un aperçu de l’Etat d’esprit de la Gauche Révolutionnaire de la SFIO en 1935 (année de l’adhésion de Chauvin à la SFIO)

Tract mai-juin 1935

1935 pacte Laval Staline tract recto

CONTRE la GUERRE QUI VIENT ! « M. Staline comprend et approuve pleinement la politique de défense nationale faite par la France pour maintenir sa force armée au niveau de sa sécurité. »

(Communiqué Laval-Staline.)

L’importance de cette déclaration faite au ministre des Affaires étrangères de France oblige tous les militants ouvriers, soucieux de leurs responsabilités, à exprimer publiquement leur émotion et leur inquiétude.

La déclaration de Staline, accepté comme chef par une fraction importante de la classe ouvrière, compromet la lutte traditionnelle menée, depuis la Première Internationale  par les organisations ouvrières contre le militarisme et la guerre. Elle remet en cause la leçon si chèrement payée que le mouvement révolutionnaire a tirée de la guerre de 1914.

Le souci de ne pas nuire à l’unité d’action heureusement réalisée entre les deux grands partis prolétariens, et de ne pas retarder l’unité syndicale que l’on espère très proche, ne peut condamner au silence des militants qui ont toujours fourni d’ailleurs des efforts patients et tenaces pour mettre fin aux luttes fratricides entre les différentes organisations et fractions du prolétariat, car l’unité n’est ni l’abdication, ni l’étouffement. Elle laisse à chaque prolétaire le droit de penser librement, elle lui impose le devoir de parler franchement à ses camarades d’atelier et de combat.


Nous ne pouvons donc accepter toute politique qui aboutirait, directement ou indirectement, à river les exploités aux exploiteurs, à faire partager aux ouvriers et paysans français les responsabilités des maîtres de l’industrie et de la finance auxquels, pour le passé comme pour l’avenir, aucune solidarité ne peut les lier. NOUS NOUS REFUSONS A CHOISIR ENTRE LES IMPÉRIALISMES QUI SE DISPUTENT LE MONDE. Il n’y a pas, pour nous, de bons ou de mauvais impérialismes, des impérialismes pacifiques et des impérialismes belliqueux, des peuples loups et des peuples agneaux. Tout impérialisme, quelles que soient sa couleur, son évolution, les variations de sa politique, les hypocrisies de sa propagande, demeure, pour tous les travailleurs, un ennemi qu’il faut combattre et abattre.

Prolétaires français, nous n’oublions pas notre tâche particulière, notre devoir impérieux, de lutter chez nous, contre notre ennemi national, et pour cela définir les responsabilités propres de notre impérialisme, de notre bourgeoisie, dans la situation actuelle. Par sa politique de maintien des traités de 1919 qui ont balkanisé l’Europe, par son refus d’accepter tout projet sincère de désarmement, par sa politique coloniale inique et sanglante, par son militarisme claironnant et provocant, le capitalisme français — ses banquiers, ses industriels, ses militaires — prépare la prochaine guerre; IL A FAVORISE LE DÉVELOPPEMENT DE TOUS LES NATIONALISMES, IL A CONTRIBUE A LA VICTOIRE DE HITLER.

1395 pacte Laval Staline tract verso

Il est évident que tout ralliement de notre part à la guerre qui vient impliquerait l’union — sous les drapeaux — avec nos propres éléments fascistes et par conséquent l’anéantissement du mouvement ouvrier, la faillite de l’idéal socialiste, l’étouffement pour une durée indéterminée de toute possibilité révolutionnaire.

Participer de notre gré à la guerre contre un fascisme extérieur pour défendre ce qui subsiste en France de démocratie serait conclure, un marché de dupes. Sous l’état de siège comme sous le fascisme, il n’y a plus trace de pensée libre. La démocratie politique fait place à la dictature militaire; tout est soumis à la plus monstrueuse des raisons d’Etat.

Comme le fascisme, la guerre n’est possible que par l’affaiblissement, la défaite provisoire du prolétariat.

Enfin, pour combattre un fascisme étranger, nous n’acceptons pas de confondre notre lutte avec celle que mènerait contre lui, à des fins que nous répudions, notre propre impérialisme.

Contre l’hitlérisme — que nous haïssons d’une haine implacable — nous refusons de confondre notre lutte avec la politique d’encerclement de l’Allemagne qui a été l’une des causes immédiates de la guerre de 1914 et qui, en 1935, identifie les travailleurs allemands à leurs bourreaux et les livre à la démagogie nationaliste des nazis.

CE N’EST PAS D’UNE GUERRE IMPÉRIALISTE MAIS DE LA LUTTE SOCIALE QUE NOUS ATTENDONS LA CHUTE DU RÉGIME HITLÉRIEN.

Les révolutionnaires clairvoyants, groupés en 1792 autour de Robespierre et de Marat, avaient lumineusement prévu les conséquences de la déclaration de guerre à l’Autriche. Après eux, nous répétons que l’on ne porte pas la liberté aux peuples à la pointe des baïonnettes…, ni sur l’aile des avions de bombardement.


Nous demandons au prolétariat français d’affirmer à tous les prolétariats, et particulièrement aux prolétariats d’Allemagne et d’U.R.S.S., qu’il n’accepte pas plus la responsabilité des derniers accords diplomatiques et militaires, qu’il n’accepte celle du traité de Versailles.

Nous voulons opposer l’unité ouvrière à l’Union sacrée que l’on nous prépare.

Nous voulons opposer à toute alliance entre gouvernements, l’action solidaire du prolétariat international, seul capable de défendre efficacement les conquêtes de la révolution d’Octobre et de garantir ou de rétablir les libertés ouvrières dans le monde.

Nous adjurons fraternellement tous les prolétaires, tous les militants révolutionnaires — qu’ils soient socialistes, communistes, anarchistes, syndicalistes — de signer avec nous cette déclaration, de préparer avec nous une Conférence nationale au cours de laquelle on décidera des moyens pratiques de lutte contre la guerre qui vient.

 Le Comité provisoire d’organisation :

Guy JERRAMI, PIERRE MONATTE, Robert LOUZON, Lucie COLLIARD, FREMONT, H. BARBE, Jacques DORIOT, Roger HAGNAUER, Jean BERNIER, GRANDJOUAN, Marceau PIVERT, F. CHARBIT, R. LEFEUVRE, Henry POULAILLE,  C. DELSOL, René DEVEAUX, LASTERADE, Maurice CHAMBELLAND, J.-P. FINIDORI.

Nous invitons les militants des organisations ouvrières à collecter en masse des signatures à cette déclaration. Elle doit permettre le rassemblement de tous les ennemis de l’Union sacrée et de la guerre.

 Prière d’adresser les adhésions à la déclaration et à la Conférence — dont la date sera fixée ultérieurement à R. LOUZON, secrétaire du Comité d’organisation, 54, rue du Château-d’Eau, Paris-X; les fonds pour subvenir aux besoins de la propagande et de l’organisation à LUCIE COLLIARD, 4, avenue Anatole-France, Clichy (Seine), chèques postaux 1580-48 Paris.


1935 tract contre l'Union Sacrée

CENTRE de LIAISON et D’ACTION CONTRE la GUERRE, CONTRE L’UNION SACRÉE                             PROJET DE MANIFESTE, soumis à la 2° Conférence Nationale (28 Septembre 1935)

Agissons contre la guerre !                                                                                                                                Contre tous les impérialismes ! AUX TRAVAILLEURS DE TOUTES CONDITIONS                                                                                                            AUX PACIFISTES DE TOUTES TENDANCES

A une crise économique sans précédent, jetant dans la misère les prolétaires des pays capitalistes les plus développés, s’est ajouté le boulet d’armements formidables et le heurt des contradictions impérialistes jamais apaisées, malgré la guerre dite du Droit et l’organisation de la Société des Nations.

En raison des traités impérialistes qui concluaient celle qui devait être la dernière guerre, l’Europe et le monde se retrouvent aujourd’hui devant la terrible et imminente menace de nouveaux carnages, risquant d’engloutir l’héritage de siècles d’efforts humains et la jeunesse du globe.

Rien n’a pu jusqu’ici s’opposer à la montée croissante des armements, à la fascisation des Etats, à la conquête de pays dits inférieurs, à la colonisation et au recul de la civilisation humaine.

La Société des Nations a permis l’achèvement de la conquête du Maroc, le bombardement de Damas et celui de Corfou, l’envahissement de la Mandchourie et la tragédie sanglante du Gran Chaco.

Faire reposer la paix et l’action contre la guerre sur un organisme composé de brigands impérialistes, c’est duper les travailleurs et les désarmer devant les massacres en préparation.

L’agression sauvage de l’impérialisme italien contre un petit peuple de paysans et de bergers, demeuré relativement indépendant au milieu d’un continent entièrement colonisé, révolte la conscience universelle et inscrit à l’actif du fascisme un forfait nouveau, que le peuple italien punira en brisant et en jetant bas la dictature mussolinienne seule coupable.

Dans le conflit Italo-abyssin, l’Angleterre, qui prétend défendre la paix et la S.D.N. continue sa politique séculaire de domination de tous les territoires qui assurent, en les exploitant, la voie impériale des Indes. Son attitude n’est pas dictée par des motifs nobles à l’égard du peuple éthiopien, mais par les desseins d’un impérialisme rapace qui ne renonce pas à son hégémonie. La paix et l’indépendance des peuples ne sont pas les buts poursuivis par l’empire britannique, pas plus que par l’impérialisme français, courbant sous son joug (60 millions d’esclaves coloniaux).

Ce serait une lourde et criminelle erreur d’accorder aux pays impérialistes qui dominent l’organisme de Genève le soin et la tâche d’agir contre la guerre et l’organiser la paix. Seule l’action internationale des travailleurs de toutes conditions et des pacifistes de toutes tendances peut empêcher la guerre, imposer le désarmement, libérer les peuples serfs, garantir l’indépendance et l’existence des petits pays.

Les sanctions anglaises, françaises ou autres, représentées comme un obstacle à la guerre ne sont et ne peuvent être en définitive que l’action armée d’un impérialisme contre l’autre aux dépens de la paix et des intérêts des travailleurs de tous les pays.

Le peuple éthiopien a droit à tout notre soutien moral et matériel, et il ne peut sauver son indépendance que par l’action et la solidarité internationales des travailleurs et des pacifistes résolument hostiles à la guerre impérialiste sous toutes ses formes et se coalisant pour g faire échec par tous les moyens.

La paix ne peut être assurée par la puissance des armes, mais au contraire par la désagrégation et la des­truction des formes armées impérialistes.

TRAVAILLEURS, PACIFISTES,                                                                                                                                            Soutien sans réserves du peuple éthiopien.                                                                                                                     Solidarité des peuples opprimés par l’impérialisme avec le peuple éthiopien.                                               Appui aux travailleurs antifascistes italiens, émigrés et au peuple italien.                                                   Fraternisation des marins anglais et italiens contre leurs impérialismes.                                          Fraternisation des soldats italiens avec les paysans d’Ethiopie.                                                                       Cheminots, dockers, marins français, arrêtez tous transports de matériels de guerre à destination de l’Italie fasciste et de l’Angleterre impérialiste.                                                                                                                  Pas un centime français et pas un homme pour la guerre.                                                                                      Mobilisation de toutes les organisations ouvrières et pacifistes, syndicats en tête, pour réaliser ces mots d’ordre.

T. S. V. P.

1935 tract contre l'Union Sacrée verso

2e CONFÉRENCE CONTRE LA GUERRE CONTRE L’UNION SACRÉE                           SAMEDI 28 SEPTEMBRE 1935                                                                                                       A 14 HEURES, SALON E, A LA MUTUALITÉ

24, Rue Saint-Victor, Paris-5e (Métro Maubert-Mutualité)

Ouverte aux délégués des organisations adhérentes et aux délégués et assistants des Congrès Confédéraux de la C. G. T. et de la C. G. T. U., sur présentation de leur carte de délégué ou d’assistant à l’un des deux Congrès.

Invitation est faite aux délégués des Syndicats autonomes non représentés aux deux Congrès Confédéraux.

Une somme de deux francs sera perçue à l’entrée pour couvrir les frais de location de la salle.

EX-YOUGOSLAVIE-GUERRE-BOSNIE-HERZÉGOVINE

 Article de Jean-René Chauvin tiré du N°27 de la LETTRE BI-MENSUELLE D’ÉCOLOGIE-SOLIDARITÉS – 19 mai 1994     Jean-René Chauvin était membre depuis deux ans de l’Association Sarajevo, où il était notamment rédacteur en chef du bulletin de l’Association, la « Lettre de Sarajevo ». Cet article est tiré des archives Jean-René Chauvin est consultable au Centre d’Histoire Sociale, 9 rue Mahler 75004 Paris.


1994 - Bosnie Qui sont les complices des tueurs fascistes

Qui sont les complices des tueurs fascistes ?

Combien faudra-t-il de Sarajevo, de Gorazde et de Banja-Luka pour que les bureaucraties politiques et syndicales des pays de l’Europe occidentale comprennent qu’on ne négocie pas avec des tueurs fascistes.

Depuis des semaines, Radovan Karadjic joue au chat et à la souris avec l’OTAN et l’ONU, lui étant le chat, tantôt toutes griffes dehors, tantôt ronronnant de plaisir au spectacle des autres poussant des cris plaintifs, lançant des avertissements, donnant à l’occasion des leçons de morale.

De qui se moque Alain Juppé, lorsqu’il parle d’une offensive diplomatique majeure au moment où les chars de Karadjic avancent et tuent la population civile jusqu’aux blessés dans l’hôpital ? Des victimes bosniaques comme de l’opinion publique française. De qui se moque-t- on quand au même moment on envisage avec désinvolture une conférence internationale “dans un mois environ”? Des mêmes. A quoi servent ces faux-semblants d’ultimatum ? A tromper l’opinion. Il y a longtemps que la décision des grandes puissances est prise. C’est le partage de la Bosnie, voire sa suppression de la carte Et comme au moment du dépeçage de la Tchécoslovaquie en 1939, l’on nous dira : ce n’était pas viable, pourquoi mourir pour Sarajevo, comme Déat nous avait dit pourquoi mourir pour Dantzig ?

Ah si la Bosnie avait eu des puits de pétrole comme le Koweit, on ne se serait pas contenté de frappes aériennes, on aurait envoyé une armée. Mais à quoi bon pour ne sauver que des êtres humains ? La bande Milosevic-Karadjic aura sa victoire dans un fauteuil. Elle peut encore se donner le luxe de retirer ses troupes de deux ou trois kilomètres après avoir assassiné jusqu’à la dernière minute autorisée. En attendant de revenir.

On n’arrête pas des armées blin­dées en votant des motions, ni même avec des frappes aériennes. On ne peut arrêter la terreur fasciste qu’en lui infligeant une défaite politique et militaire. La politique est ainsi faite qu’elle comporte une combinaison d’actions politiques et militaires. Karadjic et Milosevic le savent, et en jouent. Les paltoquets qui nous re­présentent ne le savent pas encore. Le sauraient-ils, auraient-ils le cou­rage d’agir ? Le 21 avril à l’Assem­blée nationale, Juppé, accusant les intellectuels d’irresponsabilité, ajoutait : “Si dans un moment d’aberration, on proposait à cette assemblée d’envoyer un contingent en Bosnie, qui voterait la décision ?” Personne n’a moufté. Juppé connaît bien son monde parlementaire qui est à sa propre image. Rabelais aurait dit : « ils sont de la même vesce ».

C’est aujourd’hui (25 avril 94) la journée de la déportation, anniversaire de la libération des camps de concentration nazis. Les survivants et survivantes firent alors le serment : “Plus jamais ça! Plus jamais le racisme, le fascisme et la guerre!” Chaque année, pour entretenir la mémoire, il y a ainsi des commémorations avec drapeaux tricolores, et discours officiels. Mais “Ça” continue en Bosnie, comme la phtisie galopante. Les bonnes consciences franchouillardes qui ont envoyé l’armée en 45 en Indochine “française”(sic), puis dans les années 50 en Algérie “française” (resic), ne bougent pas le petit doigt, “pour ne pas faire couler le sang français”. Elles n’avaient pas ce genre de scrupule en 45 et 56. Il fallait sauver les intérêts des porteurs de parts des sociétés minières du Tonkin et des planteurs d’hévéas en Cochinchine, des colons d’Algérie. C’était du sérieux.

Le 4 juin prochain la coordination des comités contre la purification ethnique, l’association Sarajevo, appellent à un rassemblement à Caen à l’occasion du cinquantième anniversaire du débarquement allié (1). Soyons nombreux pour exiger des gouvernements occidentaux l’envoi en Bosnie d’une force d’interposition suffisamment massive et équipée d’armes blindées pour être dissuasive. Plus on attendra, plus le prix à payer sera élevé en vies humaines. Les fascistes ne connaissent que le langage de la force.

Jean-René Chauvin (2)

  • Mauthausen, n° 27893
  • Auschwitz, n° 201627
  • Buchenwald, n° 110019

(1) – Les “autorités” ont autorisé ce rassemblement le 4 pour ne pas embarrasser les cérémonies officielles du 6 juin.

(2) – Chaque fois qu’un grand quotidien publie en tribune libre l’article d’une notabilité, elle fait suivre son nom de ses titres universitaires ou autres. Qu ’on me per­mette, un 25 avril, de décliner les miens, qui à l’époque, étaient très sélectifs

ARTICLE ANDRÉ CALVÈS FALLAIT-IL RENDRE LES ARMES ? (FIN 1944)

Document appartenant aux archives de Jean-René Chauvin (disponible au Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle – 9, rue Mahler 75004 Paris) – Un texte de Chauvin portant en partie sur la même période est en ligne sur ce carnet Hypothèse. 

Publication : Le Militant    SPÉCIAL JUIN 1964   – Auteur : André Calvès

Le militant juin 1964 - 1

« LE MONDE” a consacré une demi-page à l’interprétation que donne Claude Bourdet de l’attitude du P.C.F. lors de la libération.

Dans cette réponse, il ne sera donc possible que de citer des extraits et renvoyer le lecteur au MONDE du 16 Mai 1964.

Bourdet écrit :    « Le PC pouvait faire la révolution – disent les gauchistes – toute la Résistance aurait suivi. Il a obéi aux injonctions soviétiques consécutives, à l’accord de Yalta qui laissait la France dans la zone d’influence du monde capitaliste. Je pense, en tant qu’ancien membre du C.N.R. connaissant bien la structure de la Résistance française, que Maurice Thorez a eu raison de ne pas essayer de ’’faire la révolution » et que si les Soviétiques l’ont conseillé dans ce sens, ils ont eu cent fois raison. Car on n’aurait abouti qu’à une terrible guerre civile ou la Résistance aurait été déchirée et le PCF écrasé’« .

La discussion , comme le jeu de cartes, ne présente de l’intérêt que si l’on admet une règle. Or Bourdet débute en trichant. D’abord, selon un procédé classique, il fabrique des ’’gauchistes » sur mesure au lieu de citer des extraits des documents qui parurent à l’époque. Ensuite il feint d’ignorer la valeur réelle des accords de Yalta. Enfin, il ne veut pas savoir si le gouvernement soviétique avait un point de vue bien précis sur la situation en Europe.

« Si les soviétiques l’ont conseillé » est un vrai poème. Le « si » est de trop, et le mot « conseillé » convient tout à fait mal pour caractériser les relations entre le Staline que nous connaissons et le Thorez que nous connaissons tout autant.

La vérité historique diffère quelque peu des appréciations de Bourdet.

En Octobre 1944, De Gaulle manifesta le désir d’en finir avec les « organisations irrégulières » . Ce fut un seul cri dans tout le pays. 30.000 gardes civiques en armes traversèrent Paris et manifestèrent sans que personne ose s’y opposer.

Dans nombre d’unités FFI en opération, et en particulier, dans le groupe tactique de Lorraine ou je me trouvais, il fut fortement question de marcher sur Paris.

Et Duclos écrivit dans l’Humanité :

« On voudrait dissoudre les gardes civiques; alors que la police n’est même pas épurée ».

Le militant juin 1964 – 2 – Article André calvès

De gaulle rengaina ses prétentions, modifia sa tactique et attendit son heure. En Décembre, il se rendit à Moscou, signa un pacte et amnistia Thorez (qui se trouvait toujours sous le coup de poursuites pour désertion en 1939). Non seulement Thorez eut la permission de rentrer en France, mais le voyage fut même préparé avec beaucoup de diligence. Car Thorez avait un discours important et urgent à faire.

Ce fut le célèbre discours d’Ivry : «  »Les FTP, gardes civiques et autres formations n’ont plus de raison d’être. Seule la police est qualifiée pour assurer l’ordre. Un seul Etat,une seule armée, une seule police ».

Les militants qui ont de la mémoire connaissent bien le mécanisme de l’opération. Déjà, en 1935, Laval s’était rendu à Moscou pour signer un pacte qui ne l’engageait pas à grand chose, finalement) mais qui entraînait la célébré phrase de Staline:

« Nous reconnaissons à la France la nécessité d’avoir une armée à la hauteur de sa sécurité ».

A l’époque (oui, encore à cette époque) Vaillant Couturier jugea nécessaire de commencer son édito de l’Humanité par les mots : «  »Je sais, c’est dur », mais il concluait que les propos du chef d’Etat Staline n’avaient aucune incidence sur la tactique de la 3ème Internationale et du PCF. Cependant la chronique dite des « Gueules de vaches » disparut des colonnes de l’Humanité. Raymond Guyot, fraîchement sorti dé prison, où il avait séjourné pour propagande anti-militariste, proclama « le bonheur d’être soldat » dans une armée ou il n’était plus question que de « faire passer le souffle républicain ».

Le tout fut couronné par la « reprise du drapeau tricolore sur les ver­saillais ».

Sachant tout cela, on a donc peine à imaginer que Bourdet s’interroge encore candidement sur les incidences françaises de la politique internationale de Moscou.

Et 1944 fut bien autre chose que 1935. Il s’agissait de l’Europe entière.

Churchil a rappelé tranquillement, comment, penchés sur une immense carte, Staline et lui découpaient l’Europe .

– La Hongrie est blanche ? Peu importe, je la veux dans ma sphère d’influence.  Je te laisse en échange la Grèce bien qu’elle soit rouge.

Voila à quoi revenaient les propos de ces hommes. Il n’est pas permis de parler de la France seule , quand on évoque cette période. Mais nous savons qu’il est souvent utile de tromper l’unité sur la force du nombre.

Déjà, en 1943, quand la Direction des Partisans Yougoslaves proposa un comité de coordination des partisans pour toute l’Europe, Staline s’y opposa vivement. Il importait que dans chaque pays, chaque organisation ouvrière se voit seule face aux puissances victorieuses. Il importait que seuls les grands Etats aient leur mot à dire sur le « Partage » de l’Europe.

Au début de 1945, le journal communiste l’ACTION dirigé alors par Pierre Hervé écrivait au sujet de la Grèce :

« La plus importante et la plus dynamique des organisations de Résistance  l’E.A.M., forte de ses 2 millions de membres s’était interdit de prendre le pouvoir dans l’inter-règne du jeudi 12 au Samedi 14 Octobre. De l’avis de tous, elle aurait pu alors le faire sans difficulté  du fait de l’énorme supériorité numérique de son organisation militaire l’E.L.A.S. dont les troupes de choc avaient, pour ainsi dire, été les seules à affronter l’occupant.

En renonçant ainsi aux solutions de force, l’EAM avait marqué son désir sincère de légalité et de vraie collaboration démocratique au sein du gouvernement d’Union Nationale »

Le militant juin 1964 - 3

 Passons sur les « Solutions de force » quand il est question d’une « majorité écrasante”. Passons sur le désir de « légalité“… laquelle ?  et retenons que les troupes britanniques débarquées en Grèce songèrent beaucoup plus à désarmer les partisan s qu’à poursuivre les dernières troupes nazies aux frontières.

L’armée anglaise « libératrice » perdit ONZE hommes dans les derniers combats contre les allemands… Maiss tua 14.000 partisans grecs en un mois et demi.(Chiffres de la presse anglaise). Contre les bases allemandes de Lorient, Saint Nazaire et Royan,il n’y eu pas d’avions pendant fort longtemps,  mais il y avait des escadrilles de Spitfire pour massacrer les travailleurs grecs en armes.

Cependant, en dépit des chars et des avions, l’armée anglaise réussit seulement à occuper Athènes, tandis que tout le reste du pays était contrôlé par les partisans de l’E.A.M.

Mais, la direction de l’EAM caractérisa la situation comme un « tragique malentendu » et céda, petit à petit devant toutes les exigences, du gouvernement bourgeois installé par les anglais.

Beaucoup plus tard, devant les atrocités perpétrées par les ex-collabos grecs embauchés dans la police « officielle », bien des partisans reprirent le maquis. C’était bien tard. Mais comme la guerre froide s’instaurait.  Moscou jugea cette action possible. Et Simone Téry alla, au nom de l’Humanité interviewer Markos le général des partisans… qui, depuis…

Pour conclure sur ce point, notons que pendant la période d’intervention britannique, l’armée soviétique demeura indifférente à la frontière bulgare, et observa à l’égard des partisans grecs la même lamentable non-intervention que l’on reprocha, par ailleurs, à Léon Blum en 1937 avec juste raison.

La situation en France et l’attitude de la Direction PCF ne peuvent être comprises sans nos quelques aperçus généraux.

Le citoyen Maurice Schumann qui est tout, sauf candide, réalisait fort bien que Le Gaulle était parti à Moscou acheter le désarmement des partisans.

A la même heure, où De Gaulle pénétrait au Kremlin, à la même heure où les chars anglais massacraient les partisans dans Athènes, Maurice Schumann écrivait dans l’Aube du 8 Décembre 1944 :

Écoutons le triste fracas des chars alliés qui dans d’autres capitales libérées, garantissent seuls l’ordre de la délivrance. La distance qui sépare le Kremlin de l’Acropole nous donne notre vraie mesure.

Les deux résistances

Bourdet se livre à des affirmations osées sur les rapports de force entre résistants communistes et non communistes.

C’est un jeu vain et pas très régulier, tout comme il est peu régulier de faire état des efforts du PCF pour s’emparer des leviers de la Résistance quand on se tait, par ailleurs sur les efforts de Londres et de la mafia gaulliste pour éliminer les communistes.

D’accord avec Bourdet pour dire que les FTP avaient moins d’armes que les “Non communistes »… Plus de combattants et moins de stocks cachés.

Bien sur . Bourdet n’a-t’il jamais entendu parler de ces nombreux parachutages qui n’étaient jamais pour les FTP ?

Le militant juin 1964 - 4

J’ai appartenu à la Cie FTP SAINT-JUST. Nous n’avions que des armes prises sur des soldats allemands. Strictement cela . Soir après soir nous avons désarmé des soldats isolés. Le CNR n’a t’il jamais entendu parler de ce genre de faits ? Certes, nous savions qu’il y avait de multiples parachutages. Nous savions même que la milice de Darnand était entièrerment équipée de matériel anglais pris au cours d’interception de parachutages réalisés dans de mauvaises conditions.

Nous savions aussi que des Cies FTP ont pu parfois « hériter » de parachutages.

Mais il me semble que Bourdet a raté une occasion de se taire quand il a fait état de la supériorité en armement de la Résistance non communiste.

Et nous arrivons à un point capital. De Gaulle et les siens craignaient toute organisation autonome.

Pour le CRS d’aujourd’hui, tout gréviste est un communiste.

Pour De Gaulle, tout groupe ouvrier ou paysan, non contrôlé par ses services était communiste.

Si on a cette vérité présente à l’esprit, on ne peut suivre Bourdet dans ses découpages qui ignorent les classes réelles et concernent seulement des partis qui contrôlaient souvent bien peu de choses.

Mais, avec ce mode de pensée, Bourdet ne peut imaginer qu’une Révolution …. « stalinienne » en somme. Révolution contre laquelle dit-il: « Nous nous serions tous dressés « 

Pôur notre part, nous savons que le stalinisme, c’est la contre-révolution. Nous savons que les PC qui ont fait une révolution l’ont fait contre le gré de Staline.

Nous savons que ces PC (comme le PC yougoslave), ayant fait la révolution ont pu ne plus obéir à Moscou et engager une lutte qui fut décisive pour en finir avec le stalinisme.

Mais nous savons aussi que les crimes du stalinisme n’enlèvent pas une goutte de sang à ceux du réformisme.

Ça n’est pas la crainte du stalinisme qui poussa les chefs socialistes allemands à s’appuyer sur la Reichswehr pour massacrer les spartakistes.

La Bureaucratie soviétique est d’une nature distincte de la bourgeoisie.

Quand les relations sont froides entre Moscou et l’occident, tous les réformistes se lamentent à propos de la soumission du PC devant Moscou. Mais quand les relations sont cordiales, quand le PCF marche dans la voie de la collaboration de classe, les réformistes lui font des sourires, lui emboîtent le pas et tachent même d!aller un peu plus vite.

Nous savons qu’à l’époque ou la ligne de Moscou fut : « produire, pro­duire… Retroussons les manches » etc. les réformistes de tout poil ne voyaient pas là une orientation de Moscou. Ils se trouvaient très à l’aise dans la Direction de la CGT.

Mais quand la ligne de Moscou changea, et quand ce changement coïncida.. ….pour le moins avec le désir des ouvriers qui en avaient marre du blocage des salaires. Alors les vertueux réformistes découvrirent que Frachon n’était pas indépendant et ils firent la scission syndicale.

En vérité, ce que déplorent les réformistes, ça n’est pas le lien qui unit encore le PCF à Moscou, c’est la lien qui unit encore Moscou à la grande Révolution d’Octobre.

Ces considérations ne nous éloignent pas de Claude Bourdet. Car, Claude Bourdet juge la célèbre phrase de Thorez excellente.

Le militant juin 1964 - 5

Et le plus ignorant des jeunes militants ouvriers se dira fatalement que lorsqu’il s’agit de « rendre les armes », Bourdet n’est pas très soucieux de la procédure.

Lui, membre éminent d’un organisme qui était censé diriger la Résistance, accepte sans le moindre complexe qu’un chef de parti revenu de Moscou prenne une décision qui, on aurait pu l’imaginer, relevait du C.N.R.

Lui, le démocrate  accepte qu ‘une telle décision soit prise sans le moindre débat, sans la moindre consultation des organisations de combattants.

Le plus jeune militant déduira fort logiquement que la « démocratie »est seulement de mise quand il faut polémiquer contre les vilains staliniens.

La Révolution en papier,

« Il y aurait eu une majorité écrasante de la Résistance pour participer à une révolution socialiste française vraiment autonome, ayant une orientation originale et qu’aucun groupe n’aurait cherché à dominer. Cela, ni De Gaulle, ni les Anglos-saxons n’auraient pu l’empêcher ».

Les vieux militants savaient déjà que le journal de Bourdet « Combat”, portait comme sous-titre après la libération : « De la Résistance à la Révolution ». Et ce fameux 8 décembre, on pouvait lire dans l’édito de Combat, ces fières paroles : « Ne mâchons pas les mots : dans ce pays, la France, une révolution est nécessaire. »

Il est vrai que les lignes suivantes précisaient :

« Qu’il nous soit permis de nous adresser une fois de plus à notre jeune gouvernement provisoire. Rechercher l’approbation du plus grand nombre, c’est se condamner à retomber bientôt dans l’ornière. On peut gouverner avec la masse, on n’innove qu’avec l’appui d’une minorité. Cette minorité, c’est dans les rangs de la Résistance qu’elle se trouve. Qu’on le veuille ou non, c’est là qu’il faut la prendre ».

En somme, il faut une révolution, mais il faudrait d’abord que le gouvernement De Gaulle la désire.

De Gaulle ignora sans doute cette persuasive « adresse », car à la même heure il négociait à Moscou le désarmement de la Résistance.

Reste la formule équivoque « Qu’on le veuille ou non ». On se l’explique difficilement à la lueur du dernier texte de Bourdet.

Dualité de Pouvoir

La seule réalité, c’est qu’il y avait en France,dans l’hiver 44, deux pouvoirs. Face aux flics, les FTP et gardes civiques.                                        Face aux juges bourgeois, les tribunaux populaires.

Le conflit n’était pas dans tous les esprits, IL ÉTAIT DANS LES FAITS.

Ce n’était plus simplement la classe ouvrière, mais toutes les couches populaires qui étaient écœurées par ces capitalistes enrichis par le mur de l’atlantique et la vente d’esclaves aux 3ème Reich.

Écœurées par cette magistrature qui toute entière avait prêté serment à Pétain et livré à la guillotine les partisans que les nazis n’avaient pas fusillés.

Ecœurées par « cette police, sans laquelle, comme le disait justement Mar­cel Paul, au procès de Pétain, les 9/10èmes des résistants n’auraient pu être arrêtés.

Voila quelle était la situation. Et, pour mieux caractériser cette dualité de pouvoirs, ajoutons qu’en de nombreux lieux, les policiers évitaient prudemment de revêtir leurs uniformes.

Le militant juin 1964 - 6

Car nous connaissons le chemin suivi.

Nous avons vu un Parlement plein à craquer de socialistes à la Thorez et de socialistes à la Blum. Il n’y avait, pour ainsi dire que cela dans les Parlements d’après guerre. Et que firent-ils ?

Nous avons vu une presse libre, ou à peu prés. Et que devint-elle ? Et par quelle mystérieuse métamorphose ?

Mous avons vu un programme du C.N.R. ou ne manquait pas une virgule.

On ne fera jamais mieux. Tout était prévu pour le bonheur du peuple et le malheur des monopoles. Mais à vrai dire, De Gaulle était moins gêné par vingt cinq programmes, que par la mitraillette d’un seul partisan. Car, De Gaulle connait son histoire.

Nous avons vu un P.C.F. premier parti de France, occupant plus du tiers de l’assemblée, et réclamant fort légitimement un ministère-clé… et ne l’obtenant pas.

Nous avons vu la grande masse des socialistes (non staliniens.. parce que démocrates, s’il vous plait) glisser leurs principes au fond de leur poche et rigoler doucement devant la situation difficile des leaders du PCF.

Et nous avons vu, enfin, ces leaders s’incliner piteusement. Tout plutôt que reconnaitre publiquement que la « Voie parlementaire » était un cul de sac.

Les « gauchistes »

En 1944, la principale, sinon l’unique organisation d’extrême-gauche était le Parti Communiste Internationaliste (Section française de la 4ème Internationale)

Le P.C.I. n’a pas découvert la ligne PCF lors du discours d’Ivry.

Bien avant, le PCI expliqua fort longuement que la politique chauviniste de Moscou contre l’ensemble du peuple allemand était la contre partie de son alliance avec les impérialistes anglo-saxons.

Le. PCI expliqua que la ligne anti-boche était le meilleur ciment moral pour les nazis. Quand le plan anglais Morgenthau de dépeçage de l’Allemagne fut rendu public, Goebbels le cita cent fois, avec délectation, à la radio de Berlin.

Les « socialistes authentiques » n’avaient-ils pas d’opinion sur la question ?

Quand « La vérité » clandestine (journal trotskyste) demanda à toute la résistance de protester contre les livraisons d’essence américaines à l’Allemagne nazie, à travers l’Espagne, les « socialistes authentiques » ne retrouvèrent pas leur langue.

Le PCI expliqua que De gaulle représentait,comme Pétain, les intérêts de la bourgeoisie française (depuis, ce sont des gaullistes eux mêmes qui ont repris la formule des Isorni et Cie « De gaulle, le glaive, et Pétain le bouclier »).

Le PCI lutta contre la collaboration de classe dans la Résistance.

Cette collaboration symbolisée par le CNR ne trompa que les travailleurs et n’empêcha pas un seul instant les alliés anglais et américains d’aider uniquement les organisations gaullistes.

Le PCI ne fut pas surpris par le discours d’Ivry. Bien avant, il critiquait l’intégration très particulière des FFI dans l’armée gaulliste; intégration qui se traduisait par l’éclatement des unités FFI et qui alla jusqu’à la liquidation de cadres FTP (on reparlera encore de la mort de Fabien).

Bien avant le discours d’Ivry, on réduisait les gardes civiques a des actions démoralisantes (Répression du marché noir avec unique pouvoir sur les modestes cabas de ménagères) . Tout était bien fait pour saper la popularité des unités populaires et faciliter leur éventuelle dissolution.

Le militant juin 1964 - 7

Parlant des »gauchistes », Claude Bourdet aurait donc pu rechercher leurs documents. Il aurait trouvé la petite brochure analysant le célèbre discours d’Ivry et parue sous le titre:   « Avec Maurice Thorez,  sur le chemin qui ramène à Vichy ». Claude Bourdet voudra bien reconnaître que si ce titre était gauchiste, il n’en était pas moins prophétique.

Certes il n’est pas facile de retrouver la documentation des « gauchistes ». Pour le PCI, il n’y eu pas d’attribution de papier. Tous les obstacles administratifs  furent dressés. « La Vérité » dut continuer longtemps à paraître sans l’autorisation gouvernementale.

Thorez et Cie veillaient au grain, et les éminences gaullistes, Malraux en tète, répondaient “Non » à toutes les demandes de parution légale.

Une fois de plus, il y eu un front unique contre-révolutionnaire entre les vilains- staliniens et les “authentiques démocrates”. Et ceci n’a rien de surprenant.

Etant donné la nature de l’URSS et de sa Direction. Etant donnée la na­ture des PC, rien n’est jamais joué.

L?action du PC yougoslave n’était pas prévue dans les programmes de Sta­line ni de Churchill. Ce parti « Stalinien” marcha vers la révolution. Et ce ne fut pas une révolution stalinienne.

Rien n’était définitivement joué en France. Tout était possible.  Certes, on peut discuter longuement, on peut objecter, on peut critiquer. Marx jugeait l’action de la Commune prématurée, mais il fut à ses cotés sans réserves dés que le mouvement éclata.

A la veille d’Octobre 1917, Zinoviev était contre l’insurrection mais fut DE l’insurrection.

Là où existe un abîme, c’est celui qui sépare les révolutionnaires des socialistes qui démontrent leur hostilité au mouvement en sautant dans la tranchée adverse.

Un abîme nous sépare de ces « socialistes” qui  » prouvèrent » l’aspect prématuré de l’Octobre 1917, en allant combattre avec les Gardes blancs contre les: ouvriers et paysans de Russie.

Un abîme nous sépare de ces « socialistes » qui ’ »démontrèrent » ”l’erreur » des spartakistes- allemands en les massacrant.

Un abîme nous sépare des « socialistes » qui auraient, éventuellement, lutté contre les F.T.P. en compagnie de De Gaulle et Churchill en 1944.

Et il nous est vraiment difficile de considérer que tout ceci appartient simplement au domaine de l’histoire.

André Calvès

Camarades, le journal ”Le Monde » a touché des centaines de milliers de lecteurs. Il dépend de vous que la réponse touche des centaines d’ouvriers. Ecrivez, donnez votre point de vue.

 Document scanné avec OCR, pour être intégré dans cette page

Autogestion et équivoques FLN (1964, l’Action, Daniel Guérin)

Les documents d’archives présentés dans cette page internet sont tirés du fonds Jean-René Chauvin (consultable au CHS, 9, rue Mahler 75004 Paris).  Vous trouverez dans cette page quatre articles de Daniel Guérin sur l’Algérie, ainsi que des échanges de lettres datant de la même époque, relatifs à sa participation au comité de direction de l’Action.


Article de Daniel Guérin, tiré du journal L’Action, d’avril 1964                                        

Alger : Au congrès de l’autogestion industrielle les travailleurs ont parlé

Autogestion Algérie 1964 Daniel Guérin

La révolution algérienne, depuis quelques mois, avait tendance à piétiner. Elle vient de prendre un nouveau départ. La relance cette fois n’est pas venue tant du président Ben Bella que des travailleurs eux-mêmes. Le congrès de l’autogestion industrielle, qui s’est tenu les 28, 29 et 30 mars, a remis l’autogestion sur les rails, en même temps qu’il provoquait l’éclosion d’une conscience ouvrière socialiste.

Qui a eu le privilège d’assister à ce congrès ne pourra jamais l’oublier. Un mil­lier de délégués pauvrement vêtus à l’européenne ou habillés à l’arabe comme des fellahs, remplissaient l’immense salle du cinéma Majestic, au cœur de Bab-el-Oued.

Le bureau politique du F.L.N. et le gouvernement avaient eu la sagesse — certains diront à tort peut-être l’habileté — de laisser les congressistes s’exprimer sans aucune restriction, tout au long des trois journées, en un mot de se « défouler » pleinement. Le résultat a été une mise en accusation extrêmement vive par les congressistes des divers aspects non socialistes ou insuffisamment socialistes, du régime, de la haute administration truffée de réactionnaires, et même du Parti, de l’U.G.T.A. et autres institutions.

Le ministre de l’Economie Boumaza et Ben Bella lui-même n’ont fait, à dessein, leur apparition que dans les dernières heures des assises, afin de n’avoir pas l’air de peser sur les débats, et ils n’ont essayé qu’assez mollement de défendre les diverses têtes de turc sur lesquelles s’était acharné le congrès. Mieux encore, alors que Bou­maza, dans son discours, avait plutôt fait office d’éteignoir et tenté de remettre en cause, insidieusement, certaines décisions prises par les congressistes, Ben Bella a eu le flair de s’engager à exécuter dans leur totalité les désirata du congrès, quitte à réviser plus tard ceux qui, à l’expérience, apparaîtraient erronées.

L’acquis positif de ce congrès, c’est l’en­trée du prolétariat dans la politique algérienne. Les travailleurs ont clairement exprimé leur volonté de participer au prochain congrès du Parti. Le délégué de la coopérative Franz-Fanon d’Alger s’est écrié : « Il faut que le congrès du Parti rassemble en son sein les meilleurs travailleurs afin de tirer les conclusions politiques nécessaires à l’industrie socialiste. » De même, après avoir constaté l’absence des ouvriers et des paysans dans l’Assemblée nationale, il a réclamé la représentation par­lementaire du secteur industriel autogéré.

vers une autre révolution

Chacun s’interrogeait sur l’attitude, dans le cas d’un éventuel « coup dur » du sphinx impénétrable qu’est l’armée nationale populaire, les uns croyant, les autres ne croyant pas, à sa fidélité au régime ben-belliste. Le défoulement public des travailleurs industriels, la maturité et l’audace de leur langage ont provoqué un choc psychologique qui, dans ce pays ou l’atmosphère politique change d’une heure à l’autre, a dissipé bien des nuages, assaini l’atmosphère.

On sait désormais que les travailleurs, pour défendre et élargir leurs conquêtes, sont prêts à se battre — « comme en 1954 » — ainsi que l’a dit au congrès de l’autogestion un ouvrier carrier. Le jeune et dynamique délégué des Constructions métallurgiques de Tlemcen a déclaré sans ambages : « Une autre révolution est à entamer qui concerne l’économie et la politique. La révolution socialiste commence aujourd’hui seulement! ».

Daniel GUERIN.

Alger, 31 mars 1964.


Un article de Daniel Guérin, tiré du journal L’Action, de mai 1964                                         

Équivoque au congrès du F.L.N.

Daniel Guerin - article avril 1964 - congrès FLN

Si rien de ce qui se passe en Algérie n’est clair, le Congrès du F.L.N. a battu les records de l’équivoque. Les assises se sont déroulées à huis-clos. Dans un secret fort peu démocratique. Les masses populaires n’y étaient pas représentées, et l’on n’a point porté devant elles les débats. Les comptes rendus publiés par le quotidien officiel du F.L.N. ont été d’un mutisme déconcertant. Le meeting final sur l’« esplanade de l’Afri­que », annoncé comme un « compte rendu » du Congrès, n’a fait entendre à des auditeurs clairsemés que des rengaines secondaires.

Ce Congrès confidentiel n’était destiné qu’aux initiés. Il avait pour objet d’ajuster, par des compromis et des marchandages, les rapports entre les divers clans civils et militaires qui, par dessus la tête du peuple, se disputent âprement les places au sérail. Il visait aussi à légitimer le pouvoir personnel de Ben Bella.

Le brillant programme d’« ouverture vers le socialisme » n’a joué, semble-t-il, dans le Congrès qu’un rôle accessoire. Son principal rédacteur, Mohamed Harbi, ne figure même pas dans le nouveau Bureau politique, composé de ministres, de militaires, de chefs de clan. Il était impossible de choisir une direction plus incapable de traduire en actes l’« option socialiste».

Le programme, à part certaines contradictions ou lacunes théoriques, aggravées par un amendement en faveur des sociétés d’« économie mixte », a un défaut essentiel : il lui manque encore une force sociale capable de lui donner la vie. Il ne peut être, dans le contexte actuel de l’Algérie, qu’une traite tirée, soit démagogiquement, soit hardiment, sur l’avenir.

Décevant, ce Congrès ? Oui, certes. Mais il ne ferme aucune porte. Des politiciens réticents et peu convaincus ont entériné le programme pour la seule raison qu’il avait la caution de Ben Bella. N’empêche que, désormais, ce programme engage le F.L.N.

Il est une charte dont s’empareront, pour la traduire en acte, les militants sincèrement révolutionnaires.

L'Action, couv mai 1964

Autour de Mohamed Harbi et des groupes d’amis de Révolution africaine que le jeune leader de la gauche du F.L.N. se propose de créer à travers le pays, une avant- garde, composée d’intellectuels, d’étudiants, d’ouvriers de l’autogestion industrielle, est à la veille de se former.

De son côté, l’élite de l’émigration en France, actuellement en cours d’alphabéti­sation et de formation professionnelle, dans un environnement d’industrie moderne et d’organisation ouvrière, pourrait bien fournir, après retour au pays, les cadres nécessaires à la métamorphose du F.L.N. en un parti authentiquement socialiste.

Cette avant-garde, bien sûr, ne naîtra pas en un jour. Mais puisse son entrée en scène ne pas trop se faire attendre. Autrement pourrait empirer le marasme économique entretenu par l’impéritie administrative et le manque de conscience socialiste.

Daniel GUERIN.  29 avril 1964

L’article est tiré du journal l’Action, numéro de mai 1964, dont le comité de direction était composé de Roland Andrieu, Favre-Bleibtreu, Roger Blin, Claude Bourdet, Jean Cassou, Julien Desachy, Guy Desson,  Claude Hazard, Maurice Henry, Henri Lefebvre, Michel Lequenne, Maurice Nadeau, Roger Noulé, Marcel Penin, Jean Poperen, Georges Rino, Oreste Rosenfeld, Tanguy-Prigent, Pierre Vidal-Naquet.  


Un article de Daniel Guérin, tiré du journal L’Action, de Novembre 1964      

En Algérie, le jeu de bascule continue

Algérie 1964 Daniel Guérin

Bien présomptueux serait celui qui se risquerait à émettre un jugement global et sans appel sur l’évolution de la situation algérienne. Tant les choses demeurent fluides, contradictoires et tant le pouvoir personnel continue son jeu de bascule, de type bonapartiste, entre forces divergentes.

La droite a encore marqué un point. Après celle de Harbi, c’est la disgrâce d’Ali Zamoum, le jeune préfet dynamique de Grande Kabylie. Il s’était attiré des inimitiés au sein de la bureaucratie F.L.N., en osant faire élire les membres locaux du parti par la base populaire ; et il avait défié l’appareil paralysant de l’Etat en reconstruisant son « département-pilote » à coups de « débudgétisations ». Voici donc limogé ce préfet pas comme les autres.

Cependant un virage à gauche semble, à nouveau, se dessiner. Harbi demeure le conseiller du Président, lequel a prononcé plusieurs discours fort énergiques. A Laghouat, à l’occasion de la mise en marche des travaux de l’oléoduc « cent pour cent algérien », il a fustigé ceux qui le croient encore à l’époque du pillage colonial, fait justice de la légende selon laquelle l’exploitation du pétrole relèverait d’une science dont seules les sociétés capitalistes auraient le secret. En rompant avec un certain groupe qui ne voulait point se contenter d’une participation minoritaire, en construisant lui- même le pipeline, le gouvernement algérien, comme l’a souligné Ben Bella, a dit non au néo-colonialisme.

A ce congrès de la Fédération des travailleurs du pétrole, le chef de l’Etat s’est déclaré partisan dans les entreprises nationales d’une cogestion par les syndicats ouvriers, solution qu’il préfère à un « capitalisme d’Etat ». Pour les entreprises privées, il a annoncé une réglementation nouvelle des comités d’entreprises. Passant des paroles aux actes, il a fait intervenir à Hassi-Messaoud la police locale pour convaincre la Compagnie Française des Pétroles à laisser pénétrer dans son enceinte trois responsables syndicaux.

Sur le plan de la Défense nationale, l’énergie gouvernementale, par contre, est plus contestable. L’armée a été considérablement renforcée par des chars soviétiques, des Migs et tutti quanti. Pour peu que la commission d’arbitrage de l’O.U.A., qui est sur le point de rendre sa sentence, ne donne pas entièrement raison à la thèse algérienne, une nouvelle tension serait à craindre aux confins marocains. Ben Bella, bien qu’il assure avoir fait son profit des sévères leçons de l’an dernier, pouvait être tenté, à titre de diversion, de pincer à nouveau la corde chauvine. De son côté, le colonel Boumedienne ne serait peut-être pas fâché de prendre sa revanche du demi-échec d’octobre 1963 et de renforcer, par quelque exploit militaire, sa position, déjà trop bien assise, au cœur du régime.

Fin de l'ère Khrouchtchev 1964

La dynamique de l’indépendance est une arme à double tranchant: positive, lorsqu’elle balaie les dernières séquelles du colonialisme ; négative, si elle inspirait à un pays lourdement obéré sur le plan économique une politique de panache, non seu­lement risquée, mais ruineuse.

Daniel GUERIN.


L’Algérie à hue et à dia – Article de Daniel Guérin, dans l’Action, janvier 1965

Algérie 1965 Daniel Guérin

La jeune république démocratique et populaire continue d’être tirée à hue et à dia, d’un côté par une avant-garde ouvrière-paysanne qui prend au sérieux l’option socialiste, de l’autre par un conservatisme petit-bourgeois qui se dissimule sous le couvert de la religion. Un incident significatif s’est produit il y a quelque temps. L’organe des syndicats ouvriers, Révolution et Travail, avait accueilli, pour son édition en langue arabe, un article ouvertement, et même outrancièrement antisocialiste. Cet article avait été, paraît-il, inspiré par un des chefs de file de l’« arabo-islamisme », qui est en même temps, ô paradoxe, un des secrétaires nationaux de l’U.G.T.A., le re­muant Chafaï Boudissa.

Le personnage n’en était d’ailleurs pas à sa première incartade. A la fin de mars der­nier, dans un autre numéro du même jour­nal, qui avait paru le jour même de l’ouver­ture du congrès de l’autogestion industrielle, il avait, déjà, rédigé, sous un nom d’em­prunt, une longue « lettre de lecteur » vouant aux gémonies les socialistes « scienti­fiques » et, contre eux, appelant à la res­cousse les héros morts pour l’indépendance.

Cette fois, la mesure était comble. Le programme du parti était bafoué. Le respon­sable de l’Orientation du Bureau politique, Zahouane, qui penche vers la gauche, empêcha aussitôt la distribution du journal contenant l’article et en fit même arrêter l’auteur, Boudissa, pendant 48 heures. Ce curieux incident a mis, pour la première fois, en lumière les sentiments véritables de la réaction à l’intérieur du régime à l’égard de l’option socialiste, en même temps que la lutte de classes qui scinde l’équipe dirigeante.

la gauche évite le combat

Au sein de la commission préparatoire qui rédigea la Charte d’Alger, l’aile gauche s’était trouvée devant un dilemme : ou bien mettre les antisocialistes au pied du mur, en les obligeant à se démasquer par un décompte des voix, ou bien éviter affrontement public et masquer le désaccord au moyen de subtiles formules transactionnelles.

La première solution comportait le risque de voir reporter à des jours meilleurs une option socialiste que la majorité du congrès F.L.N. ne portait pas dans son cœur, mais elle aurait eu, au moins, l’avantage de confronter l’avant-garde populaire avec la vérité et, ce faisant, de l’inciter à se battre. La seconde solution avait, certes, le mérite de sauver, au moins sur le papier, d’assez larges pans du programme socialiste et de contraindre ainsi les conserva­teurs à s’en faire eux-mêmes les propagandistes, mais elle avait le grave inconvénient d’entretenir la confusion, de dissimuler la véritable nature d’un régime hétéroclite et d’endormir le peuple avec de fallacieuses promesses.

La seconde solution fut adoptée. La gauche évita le combat ; elle s’abstint, en commission, de mettre aux voix les points les plus litigieux, sur lesquels, à coup sûr, elle aurait été mise en minorité. Finalement le prestige personnel du président Ben Bella, d’une part, la soif de justice sociale des miséreux, d’autre part, firent encaisser par le congrès un texte de compromis quelque peu démagogique. Ce programme, qu’il n’avait pas endossé de gaîté de cœur, le conservatisme « arabo-islamiuqe » n’a pas cessé, depuis, de l’embrasser pour mieux l’étouffer. Le caractère sournois de cette opposition ne permettait guère de prendre ses meneurs de jeu en flagrant délit d’hétérodoxie contre-révolutionnaire. L’imprudent article

la pression de l’A. N. P.

Cet incident devait avoir des rebondissements non moins significatifs. Boudissa a les reins solides. Il estime qu’il peut tout se permettre. Il a la faveur de certains éléments de l’armée, ceux-là mêmes qui ont soustrait à l’autogestion paysanne quelque 40 000 hectares de bonnes terres nationalisées pour les soumettre à une gestion caporalisée.

Par ailleurs, l’A.N.P., grâce à de copieuses commandes d’équipements militaires, fait prospérer les pseudo « coopératives » montées en chaîne par Boudissa. Au temps où Mohammed Harbi était encore une puissance, puisqu’il avait l’oreille de Ben Bella et jouait un rôle prépondérant dans la rédaction de la Charte d’Alger, Bou­dissa n’avait pas craint de le menacer, s’il continuait à se mettre en travers de sa route, d’une « balle perdue ». Ni ce langage anachronique, ni l’incident de Révolution et Travail n’ont pu nuire à Boudissa. A l’occa­sion du dernier remaniement ministériel, il a opéré un brillant rétablissement : l’appui de l’armée lui a fait obtenir le portefeuille du Travail.

En sens contraire, la prise de conscience de l’avant-garde ouvrière et paysanne se précise. Les doléances exprimées aux divers pré-congrès régionaux du syndicat des travailleurs de la terre ont amené Ben Bella à reconnaître, avec contrition, dans son discours du premier novembre, qu’aucune des revendications formulées, il y a un an, par le congrès des paysans, et, plus récemment, par celui de l’autogestion industrielle, ne sont entrées en application. Le congrès des travailleurs de la terre qui s’est tenu à Noël, sera suivi, à bref délai, par le deuxième congrès national de l’U.G.T.A., qui pourrait peut-être sonner le glas de l’actuelle direction de la centrale syndicale, réparant ainsi le mauvais coup perpétré par Khider et Boumaza au premier congrès de janvier 1963, contre la direction précédente.

progrès de l’autogestion

L’autogestion progresse malgré les dénigrements de ses adversaires, en dépit d’un certain nombre de faiblesses inévitables dans les circonstances et dans l’ambiance où elle se déroule. Dernièrement Ben Bella annonçait que les terres dégagées par la réforme agraire à venir seraient, non pas confiées à la petite propriété privée, mais autogérées. De leur côté, les fellahs de la région montagneuse du Titteri, au sud-est d’Alger, viennent de prendre l’initiative d’arracher les bornes qui délimitaient leurs parcelles, hier encore jalousement encloses, et de les exploiter en commun, Révolution africaine du 5 décembre observe, à juste titre, que « le socialisme en Algérie est une réalité présente partout, même dans les campagnes les plus reculées ».

Partout, oui, sauf dans l’appareil de l’Etat et du Parti, où les socialistes ne constituent encore qu’une minorité. Mais une minorité à qui la pression populaire permettrait de gagner peut-être davantage de terrain si elle n’hésitait plus à coordonner son action, à s’organiser, à établir le contact avec les éléments dynamiques qui commencent à s’affirmer dans les ateliers comme dans les fermes et, à la base, dans les syndicats comme dans les Khasmas du Parti.

Daniel GUERIN


En cette période où Jean-René Chauvin a rejoint le PSU, les enjeux concernent aussi les journaux.  « L’Action » est un nouveau journal animé/éditorialisé par Claude Bourdet qui a quitté France-Observateur (JR Chauvin y collabore d’ailleurs, en 1964…).


Lettre de Daniel Guérin à Jean-René Chauvin (Fonds d’archives JR Chauvin, CHS)

Paris, le 24 février 1964

Cher Chauvin,

Page 1 Lettre Daniel Guérin 64

Merci du texte « Notre action », en gros il me parait bon.

Néanmoins, je crains les formulations trop absolues. Mettre dans le même sac De Gaulle et Deferre, c’est, je le crains, combler d’aise le monarque et, sans le vouloir, faire son jeu. Idem pour les gens qui mettent dans le même sac Kennedy (l’assassiné) et la C.I.A. (l’assassin). Idem pour nos amis qui, jadis, traitaient successivement de « bonapartiste » Daladier, puis Doumergue, Brüning, puis Papen, puis Schleicher.

Page 2 Lettre Daniel Guérin 24 février 1964

Ce n’est pas une façon de raisonner très dialectique. Il faut saisir les différences pour mieux les exploiter.

Si, comme vous l’affirmez, la caste néo-capitaliste serait « prête à abandonner les formes extérieures les plus archaïques de la néo-monarchie gaullienne », c’est dire qu’elle régnerait mieux sous Deferre que sous le monarque, c’est presque conclure que le monarque, insuffisamment docile dans sa sénilité, aux voeux du néo-capitalisme, est moins redoutable que Deferre. Ou, au mieux, c’est dire que De Gaulle et Deferre sont « frères jumaux » comme naguère — les  staliniens fascisme et social-fascisme.

Page 3 Lettre Daniel Guérin 24 fevrier 64

Ceci dit, bien entendu, nous ne devons pas « collaborer » avec l’aile avancée de la bourgeoisie, mais la dépasser, en exploitant ce qui la différencie de l’aile gaulliste.

Pendant le front populaire, nous avons, sans cesse, essayé de dépasser, et non de mettre dans le même sac, Pierre Laval et Léon Blum.

De toute façon, ces remarques viennent un peu tard, puisque je n’ai pas été associé à la rédaction de ce texte (malgré mes efforts répétés pour contacter Poperen).

J’ai appris récemment de source sûre, que ce n’est point l’effet du hasard si l’on m’a tenu à l’écart…

Page 4 Lettre Daniel Guérin 24 fevrier 64

Autre chose : l’alternative socialisme autoritaire étatique ou socialisme authentique (c’est à dire libertaire) n’apparaît qu’à la cantonade, sous la phrase « assorti de garanties contre toute déviation autoritaire et bureaucratique ». Mais des garanties, ce n’est pas assez. Il faudrait remonter aux sources. Et, dès le départ, choisir entre les deux types de socialisme, si l’on optait, par malheur, pour le premier, aucune « garantie » ne pourrait en changer, en cours de route, la malfaisance essentielle.

Ces réserves faites, je suis disposé à collaborer à la revue, car, en gros, elle est la plus proche de mes positions, et que, s’il fallait collaborer à une revue avec laquelle on serait d’accord à 100%, il ne resterait plus qu’à poser la plume.

Bien fraternellement,

Daniel

Lettre de Jean-René Chauvin au comité de direction du journal L’Action

Lettre Chauvin comité rédaction l'Action Daniel Guérin 1

Paris, le 6 octobre 1964

Cher camarade,

Dès les premières rencontres destinées à lancer notre journal l’Action, j’ai proposé la participation de Daniel Guérin qui me semblait aller de soi. Il me fut d’abord ré­pondu qu’il y avait déjà un trop grand nombre de militants du  P.S.U. qui apparaissaient comme animateurs du journal et qu’il était préférable d’élargir le comité de direction vers l’extérieur. Par contre personne ne s’est opposé à sa collaboration éventuelle.

Aussitôt le manifeste paru, Daniel Guérin a manifesté son accord et son désir de nous aider. Il a envoyé chaque fois qu’il lui fut demandé des papiers jugés excellents par les camarades du comité de rédaction. Par ailleurs il nous a communiqué de nombreuses adresses de personnes susceptibles de s’abonner et a largement fait connaître l’Action autour de lui.

En conséquence, j’ai au cours du premier trimestre proposé que Daniel Guérin soit régulièrement convoqué à nos réunions du comité de rédaction. Ceci me fut formellement déconseillé tant qu’il n’y aurait pas eu une discussion avec l’intéressé.

Il y aura bientôt un an que cette affaire traîne. Ou c’est le résultat d’une impardonnable négligence ou 11 y a des raisons qu’il conviendrait d’exposer loyalement.

Je demande donc que la prochaine réunion du comité exécutif du courant unitaire soit saisis de la question.

Pour ma part je propose la participation active et responsable de Daniel Guérin au comité de rédaction, et d’ajouter son nom à la liste des membres du comité de direction.

La présente lettre est envoyée à Claude Bourdet, Jean Poperen. Favre-Bleibtreu, Victor fay», Michel Lequenne, Jacques Blaiss, Guy desson et Lucien Weitz et un double envoyé à Daniel Guérin lui-même.

Fraternellement

Jean-René

L’action, décembre 1964
L’action, mars 1964

Guerre d’Espagne, le POUM

   1936

Barcelone 1936  Fonds Chauvin
Barcelone 1936 Fonds Chauvin – CHS
Espagne 1936 - Fonds Chauvin
Espagne 1936 – Fonds Chauvin – CHS
Barcelonne 1936 POUM FAI Durriti
Six photos de Juillet 36 à Barcelone, Fonds Marceau Pivert (CHS)

– photo 19 juillet 1936 : un groupe du POUM

– photo siège de l’A.I.T. F.A.I. et de Durriti, dirigeant de la F.A.I.

– photo des barricades à Barcelone en juillet 36

Espagne  Juillet 1936 au front Durriti miliciens
Six photos de Juillet 36, la montée au front des miliciens, secteur Durriti
Fonds Marceau Pivert (CHS)

photo « dans les campagnes, la résistance « 

photo « L’artillerie Républicaine monte au front »photo « Convoi de miliciens montant au front »

3 photos: « Dans son secteur, Durriti et son Etat-Major dirigent les opérations contre les fascistes »

Barcelone Septembre 1936

Colette Audry - Andres Nin - Gorkin - Marceau Pivert - Barcelone sept 36
De Gauche à droite : Bonet (POUM), Colette Audry, Gorkin, Marceau Pivert, Andrès Nin, John Mc Nair (Fonds Marceau Pivert – CHS)

De Gauche à droite : Bonet (POUM), Colette Audry, Gorkin, Marceau Pivert, Andrès Nin, John Mc Nair

 1938

Coupure de presse du 21/10/1938 –  Article de la Flèche

titre la Flèche

La Flèche (1934-1939) était un hebdomadaire, organe central de « Front commun » puis du « Mouvement frontiste ». (« frontiste » au sens de « Front commun contre le fascisme »). Comité politique: Professeur [Paul] Langevin, Gaston Bergery, Jean Bernier, Lucie Colliard, Bernard Lecache.

POUM 1938 La Flèche  recto
Procès du POUM                         21 octobre 1938 coupure de presse Fonds d’archives JR Chauvin (CHS)

 Le procès du P.O.U.M. La vérité sur les événements de Mai  par L.-P. FOUCAUD

Le procès du P.O.U.M., commencé à Barcelone le 11 octobre, n’est pas, au moment où j’écris ces lignes, terminé. En France, la presse, faute d’informations  n’a pas ou peu parlé de cette pénible affaire. Le correspondant de l’agence Havas à Barcelone, qui est sans doute « un monsieur qui ne veut pas d’histoire », s’est contenté de transmettre au début du procès quelques télégrammes strictement officiels.

L’Humanité et Ce soir <autre quotidien PCF, voir ci-dessous> sont, par hasard les seuls journaux donnant quotidiennement des comptes rendus des audiences. M. Pierre Mars, dans l’Humanité, et M. Soria dit Ribécourt, dans Ce soir, sont, aidés par M. Louis Aragon, les domestiques de service chargés de créer en France un état d’esprit permettant aux staliniens d’Espagne d’exécuter des hommes dont le seul crime est de s’être opposé à la colonisation de leur pays par les Russes.

En Espagne, la censure arrête toutes les informations sur ce procès. A ma connaissance, un seul journal espagnol a essayé de parler de cette affaire (Las Noticias, du 12 octobre). Son article a du reste été censuré. Un de mes camarades parti samedi à Barcelone et rentré à Paris mercredi dernier, m’affirme que même dans les milieux officiels espagnols, on ignore tout de ce procès. Une communication téléphonique d’un ami catalan, ayant quitté Barcelone mercredi soir, m’apprend que si le procès est public, le nombre des personnes admises à y assister n’en est pas moins extrêmement réduit. Une carte nominative est exigée à l’entrée du tribunal.

Par contre, si les comptes rendus de l’Humanité sont exacts, Largo Caballero, ancien président du Conseil, Irujo, ancien ministre de la Justice, Frédérica Montseny, ancien ministre et José Andreu, ancien président du tribunal, sont venus témoigner en faveur des inculpés. Et cela, s’ils ont pu s’exprimer librement et répéter les déclarations qu’ils avaient faites aux délégations internationales, est pour nous la garantie de l’acquittement de Gorkin et de ses amis.

Il semble bien du reste que l’accusation d’espionnage s’effondre. Le trait d’union entre le P.O.U.M. et la Gestapo était, d’après le procureur, Kurt Landau, camarade que les staliniens ont fait disparaître en Espagne le 23 septembre 1937. M. Negrin a reçu, dès que cette accusation a été connue, un télégramme dont voici le texte :

M. Negrin, président du Conseil.

Protestons contre diffamation de Kurt Landau.  Témoignons l’intégrité de ce militant révolutionnaire.

Parmi d’autres ont signé jusqu’à maintenant : Challaye, Fourier (Marcel), Martinet, Marcel Martinet, Madeleine Paz, Maurice Paz, Marceau Pivert, Char­les Rappoport, Marguerite Rosmer, Alfred Rosmer, Gérard Rosenthal, Victor Serge, Wullens.

Pour les partis émigrés allemands à Paris : Brandler, Thalheimer, Paul Froelich.

Ce télégramme, en raison du passé et de la parfaite honorabilité de ceux qui l’ont signé, se passe de tout commentaire et dément l’odieuse accusation.

Il ne reste donc plus, comme motif d’inculpation contre les dirigeants du P.O.U.M., que leur participation au soulèvement de mai 1937 à Barcelone. Je répète ce que les journées de mai ne furent qu’une riposte du peuple de Catalogne aux provocations répétées des staliniens.

Ces provocations, les voici : Dès que l’Espagne antifasciste se divisa en deux camps, le P.O.U.M., la C.N.T. et la F.A.I. voulant mener en même temps la guerre et la révolution,  et le parti communiste, l’U.G.T. et les partis bougeoirs décidés seulement à faire la guerre, le parti communiste (P.S.U.C.) décida dès ce moment d’écraser ses adversaires.

Pour cela, il lui fallait des armes. Le vendredi 5 mars, grâce à un faux, les communistes volent 11 tanks; le peuple catalan, se doutant que ces armements vont être employés contre lui, manifeste. Les tanks retrouvés à la caserne Vorochilov, sont rendus par le P.S.U.C.. Le 27 avril, l’alcade anarchiste de Puigcerda et trois de ses compagnons sont assassinés par des membres du P.S.U.C. Le 3 mai, les staliniens attaquent, avec deux cent policiers, la central téléphonique de Barcelone.

La patience du peuple catalan est à bout. La F.A.I., la C.N.T. et le P.O.U.M. occupent tous les points stratégiques de la ville.

Le 4 mai, les gardes civiles et le P.S.U.C. tirent contre le comité de défense de la Plaza Espana.  5 ouvriers de la C.N.T. sont assassinés par le P.S.U.C. alors qu’ils se rendaient au comité régional.

Le 5 mai, la C.N.T. et le P.O.U.M. proposent le désarmement général et demandent que toutes les forces antifascistes se consacrent à la lutte contre Franco.

Dans la nuit du 5 mai, Berneri et Barbéri (anarchistes italiens) sont assassinés par des membres du P.S.U.C.

Le 6 mai, la C.N.T. invite ses adhérents à reprendre le travail et abandonner la centrale téléphonique.

Le 7 mai, attentat du P.S.U.C. contre Frederica Montseny.

Le 9 mai, l’U.G.T., profitant de la trêve, attaque le local du syndicat des travailleurs des spectacles publics de la C.N.T. et occupe l’immeuble.

La C.N.T. demande à la radio à ses troupes de ne pas employer la force.

J’ai retracé ici sommairement les faits qui ont conduit le peuple catalan à la révolte. Vouloir transformer les victimes en coupables est une énormité.

Comme le gouvernement Negrin a déjà gracié, sans jugement, les membres de la C.N.T. inculpés pour leur action pendant les journées de mai, il se doit d’acquitter le comité exécutif du P.O.UM.

Mise au point de Katia Landeau

UNE MISE AU POINT DE KATIA LANDAU (La Flèche 21/10/1938)

Dans le compte-rendu de l’Humanité du 14 courant, sur le procès du P.O.U.M., amalgame maladroit de vraies dépositions et de diffamations éhontées, je retiens la phrase suivante :

« Il (Andrade) doit reconnaître qu’il était en contact avec Kurt Landau, ancien secrétaire de Trotskl et agent notoire de la Gestapo ».

Je pourrais bien démentir que Kurt Landau n’a jamais été secrétaire de Trotski, mais qu’il a formé avec Trotsky et Alfred Rosmer le premier bureau international de l’opposition de gauche. Pour nous, ce travail ne revêt aucune importance.

Mais pour flétrir le cynisme des gangsters politiques. Je révélerai brièvement les faits qui suivent : Kurt Landau est enlevé le 23 septembre 1937 à Barcelone. Il est amené à la prison clandestine du parti communiste de la rue Córcega, tristement connue par les tortures sauvages employées au cours des interrogatoires.

Le 22 novembre 1937, le ministre de la Justice, Irujo, en réponse à une grève de la faim des prisonniers du P.O.U.M., vient me voir pour me dire d’une façon formelle, devant 15 à 20 témoins, que Nin et Landau ont été tués par les staliniens. Le lendemain de sa visite, il charge le procureur général de Catalogne d’une enquête sur le cas Landau et prépare le procès contre les « assassins staliniens » dont il ne veut pas couvrir les crimes, dit- il textuellement. J’ai vu le dossier de l’enquête le 4 décembre 1937 au Palais de justice à Barcelone. Quelques jours plus tard, Irujo doit démissionner. Un procès qui démasquerait les crimes des staliniens n’est plus possible.

Le 30 janvier 1938, Victorio Sala, directeur de la police d’étrangers, membre du parti communiste catalan, me promet, sous parole d’honneur, devant 7 témoins, tous à Paris, que Kurt Landau, qu’il qualifie de revolucionario equivocado (un révolutionnaire qui se trompe), se trouve dans une prison espagnole et qu’il sera expulsé dans le plus bref délai.

Aujourd’hui, on ose parler de Nin comme accusé principal et de Kurt Landau comme « agent notoire de la Gestapo ».

La Gestapo, elle, elle sait très bien qu’elle a recherché Kurt Landau dirigeant d’un groupe communiste d’opposition en Allemagne. Elle sait très bien qu’elle détient les adhérents politiques du groupe de Landau dans les camps de concentration; dans les cachots de l’Allemagne fasciste. (Procès contre le groupe « Der Funken » à. Berlin, 4-16 janvier 1935),

Tous ces faits, la G. P. U. et l’internationale communiste les connaissent parfaitement. Ce qui ne les empêche pas, après avoir assassiné des camarades, de les couvrir de calomnies dans les colonnes de leur presse prostituée.

Katia LANDAU


Jugement POUM 1938

Coupure de presse de « Ce soir » du 23/10/1938 :

« Ce Soir » était un quotidien dépendant du Parti Communiste Français, fondé avec l’argent du gouvernement républicain espagnol (tenu par Staline après 1937) pour soutenir sa cause. Autrement dit, ce journal faisait partie de la « presse prostituée » (pour reprendre l’expression de Katia Landau ci-dessus).LE PROCÈS DU P.O.U.M.La dernière audience avant le jugement  De notre envoyé spécial RIBECOURT

Barcelone, 22 octobre (par téléphone)  . — Contrairement à ce qu’avait annoncé lui-même le défenseur des dirigeants du P.O.U.M., le flot de la défense s’est tari. Me Rovira, avocat des accusés, s’est contenté ce matin de répéter que ses tristes clients étaient innocents et qu’il demandait pour eux l’indulgence du tribunal. Parce qu’elle était attendue sans curiosité, la fin de cette plaidoirie fut sans histoire. Quatre-vingt dix minutes durant nous devions entendre des arguments analogues à ceux que le défenseur développa hier. A écouler Me Rovira, il ne s’était rien passé en Espagne au mois de mai 1937 : le P.O.U.M. n’avait point participé à l’organisation du putsch sanglant qui causa 1.300 morts et 2.500 blessés. Les désordres sanglants en question se produisirent sans qu’aucune campagne de la Batalla les provoquât et les dirigeât dans un sens déterminé. Tout ce que le P.O.U.M. avait, par ailleurs, dit et fait contre le gouvernement Caballero, ses liaisons avec des agents de la Gestapo et de l’Ovra, le sabotage systématique de l’armée régulière, l’espionnage au profil des rebelles, le défaitisme érigé à la hauteur d’un principe, tout cela n’était que fables et invention pure et simple, ou bien encore le résultat d’une extraordinaire génération spontanée. l.a défense fut, en bref, incapable de réfuter sur quelque point que ce fût, l’acte d’accusation, et pendant les dernières minutes de la plaidoirie, l’impression parmi tous ceux qui ont suivi les débats était que la culpabilité des accusés est pleine et entière. Aux noms de ceux-ci, Gorkin prit la parole pour une dernière déclaration et, cherchant manifestement un incident, se fit rappeler à l’ordre à quatre reprises différentes.  Après quoi, il renonça de lui-même à la parole. Le dernier acte du procès du P.O.U.M. venait de se dérouler. Le tribunal rendra sa sentence publiquement d’ici quelques jours. La parole est désormais à la justice républicaine.

CONGRÈS DE FO 1964

Cet article est issu des archives d’André Calvès, il s’agit d’un article de 1964, écrit par Jean-René Chauvin, pour Le Militant (Bulletin du CRLS au sein du PSU), au sujet du congrès de FO de 1964.

Le fonds d’archive Jean-René Chauvin est consultable au centre d’histoire sociale du XXe siècle  , 9 rue Mahler 75004 Paris.

Réflexion-sur-le-congrès-FO-1964
Article de Jean-René Chauvin, 1964, Le Militant (Bulletin du CRLS au sein du PSU

REFLEXIONS SUR LE DERNIER CONGRES FO

Immobilisme et confusion, telles sont les impressions dominantes qui se dégagent du dernier congrès national de la C.G.T – F0.

Apres la grève des mineurs, après le congrès de la CGT qui avait à nouveau mais toujours formellement posé le problème de l’unité , après le congrès de la CFTC où le problème de la déconfessionnalisation de cette centrale avait été posé mais aussi ajourné, le congrès Force Ouvrière était attendu comme devant revêtir une particulière importance.

Par sa position même, FO pouvait jouer et peut encore jouer un rôle déterminant dans la voie de la réunification syndicale, rôle qu’il est impossible de remplir par la CGT comme par la CFTC.

Malheureusement cet espoir ne s’est pas confirmé. Pourtant,  jamais un congrès P.O. n’avait connu une telle affluence (1354 délégués) en raison des événements et aussi, du départ annoncé de Robert Bothereau.

Disons tout de suite qu’une fois de plus, la presse bourgeoise, des Echos à France-observateur a brouillé les cartes et influencé les débats d’une façon néfaste en étiquetant les courants qui s’affrontaient, de « syndicalisme moderne » et de « syndicalisme de Papa ».

En fait, trois courants principaux se sont manifestés. D’une part, la majorité réformiste animée et bien tenue en main par l’appareil de Bothereau : Son orientation se caractérise par son pragmatisme, sa prudence excessive à l’égard du pouvoir, sa politique de présence dans les organismes officiels (Conseil économique, Conseil supérieur du plan, Commission des revenus), son anti-communisme viscéral qui la conduit à repousser a priori toute unité d’action avec la CGT. Tout cela conduit à l’immobilisme dont se targue Bothereau lui-même.

De l’autre côté, deux courants minoritaires, l’un qualifié de moderniste par la presse , est conduit par Sidro (employés), Co tavs (cadres), Labi (produits chimiques ), Laval (métallurgie). Il pose ouvertement le problème, à terme et sous certaines conditions, de la réunification syndicale en même temps qu’il demande (d’une manière assez confuse à notre avis) la participation du syndicalisme à la gestion de l’économie.

Cette participation aux responsabilités économiques et politique doit-elle s’effectuer dans le cadre du régime gaulliste, d ‘ une démocratie rénovée ou d’un régime socialiste ? ( ‘est ce que ces camarades ne précisent pas, et c’est ce qui a provoqué les critiques du second courant minoritaire fermement opposé a toute collaboration de classe, condamnant la participation des représentants syndicaux aux organismes officiels.

Ce courant qui est conduit par la majorité de l ‘Union départementale de la Seine, Lubin (fonctionnaires), Hébert (U.D. de Loire Atlantique), Renard (métaux), Pallordet (cheminots). Ida Boireau (employés) a réclamé la retrait des représentants syndicaux de tous les organismes officiels, s’est opposé à toute intégration du syndicalisme à l’Etat, à tous les niveaux, et a vivement reproché à la majorité ses carences, tant au moment des grandes manifestations populaires qui ont précédé la fin de la guerre d’Algérie qu’au moment de la grève des mineurs.

Mais la confusion est venue du fait que ces minoritaires se sont eux-mêmes, divisés sur le vote du rapport moral    …suite au verso,…,/

Réflexion-sur-le-congrès-FO-1964-verso
Réflexion sur le congrès FO (1964) verso

Les uns, malgré leurs critiques de la politique du Bureau Confédéral, ont voté Pour. D’autres se sont abstenus. Un tout petit nombre a été conséquent en votant Contre. Le résultat du vote ne reflète donc pas le réel rapport des forces. Si la minorité avait été unifiée et cohérente, elle aurait, comme au congrès précédent, rassemblé prés du tiers des mandats.

Le Congrès se solde donc par un coup de frein au courant d’unité qui s’était manifesté à la base dans l’ensemble du mouvement ouvrier.

Mais les problèmes demeurent, et la direction F.0., pas plus que celle des autres centrales, ne pourra les éluder éternellement.

Comme le soulignait Rino (U.D. de la Seine) beaucoup de délégués qui votent contre l’unité d’action au cours du congrès, la pratiquent parce qu’ ils y sont contraints par les événements et la volonté de l’ensemble des salariés. Ceux-ci d’ailleurs ne rejoignent aucune centrale syndicale,parce qu’ils n’arrivent pas à admettre qu’en face d’un patronat uni, les dirigeants syndicaux restent divisés. Il ne faudrait pas en conclure que les inorganisés sont indifférents et totalement dénués de conscience syndicale. Les conflits sociaux de ces dernières années ont prouvé qu’ils avaient leur tactique à eux, peut-être simpliste, mais pas si bête. Ils se lancent dans une grève lorsque les trois centrales en donnent la consigne, et refusent de se laisser entraîner dans des luttes de compétition entre les directions syndicales.

Face au régime qui ne cache pas ses intentions de domestiquer le mouvement ouvrier, les leaders syndicaux seront contraints de s’opposer à la politique d’intégration sous peine, comme le reconnaissait Bothereau lui-même, de devenir des fantômes sans base.

L’unité d’action s’impose donc de plus en plus, la réunification n’est qu!ajournée. Pour sortir de cette situation statique, il n’y à pas de remède miracle. Lés militants syndicaux devront tenir compte des aspirations des inorganisés,c’est à dire de la majorité des salaries. Ils ne les entraîneront qu’en leur faisant participer démocratiquement aux décisions elles-mêmes. Il leur faut, en outre, au sein de leurs organisations syndicales respectives, expliquer patiemment que les directions syndicales doivent conclure entre elles un véritable pacte d’unité d’action.

Mais un tel accord, ou un tel contrat, parce qu’il multipliera les mouvements de grève, posera le problème de l’Etat et du gouvernement. Aussi, un tel accord doit-il associer, selon des formes à discuter publiquement, les organisations politiques ouvrières, et exige la mise sur pieds d’un programme commun. Ou le mouvement ouvrier laisse l’initiative au pouvoir gaulliste, ou dès aujourdhui , il prépare les conditions d’une offensive généralisée des travailleurs.

J.R. Chauvin. (Syndiqué F.O.)

LE PSU ET FRANCE-OBSERVATEUR

Vous trouverez sur cette page quelques documents des archives de Jean-rené Chauvin relatifs au PSU et à France-Observateur. Les documents ont été scannés avec OCR (reconnaissance optique des caractères) de façon à pouvoir être intégrés dans le corps de la page.

Jean-René Chauvin avait rejoint le courant SR du PSU en 1963, et qu’il y restera jusqu’en 1969. Courant auquel appartenait aussi André Calvès, ancien Trotskiste également

1) lettre de J.R. Chauvin à André Calvès, du 5 juillet 1963

Mon cher Calvès,

Lettre de Chauvin à Calvès PSU France Observateur recto

Encore un dernier mot avant de boucler le sac et de partir.  Il faut veiller au grain du côté du « Conseil de France-Observateur ».   Je t’ai déjà dit dans mon mot gribouillé ce matin qu’il faut y envoyer un copain sûr et peu connu, mais qu’il faut aussi faire une démarche, auprès de certaines personnalités qui sont utilisées sans le savoir dans la lutte intérieure au PSU.

Je propose une lettre qui pourrait être signée de Verdier, D. Mayer, de Poperen, de Bourdet, et de certains de chez nous, peut être Nadeau et Cassou. À une seconde étape cette lettre pourrait être rendue publique. L’objectif et de court-circuiter l’organisation parallèle qu’ils sont en train de monter et de montrer clairement à l’opinion qu’il s’agit de l’amorce d’un regroupement de la gauche non-communiste .

Voici un modèle de lettre. Vous pouvez le modifier si vous adoptez ce projet. Communiqué en un exemplaire à Bleibtreu et à Lequenne.

Cher ami,

Nous avons appris par la presse que vous faisiez partie du Conseil de France-Observateur. En temps normal nous n’aurions rien à redire à une telle initiative que nous aurions souhaitée venir beaucoup plus tôt. Elle survient en effet au moment où le PSU et France- observateur connaissent les même difficultés, et cela nous invite à nous interroger sur l’effet de la constitution d’un tel conseil au sein du PSU.

Il est de fait que France-Observateur a pris ouvertement position pour une des tendances du PSU au point d’éliminer un peu brutalement notre camarade Claude Bourdet. En même temps ce comité de rédaction s’allie, par votre conseil à des personnalités extérieures au PSU. Quoi qu’on en dise l’on ne peut se défendre d’y voir-une sorte de pression extérieure pour tenter d’infléchir le PSU vers une orientation qui coïncide avec la conception d’un regroupement de la gauche non-communiste. La composition du Conseil de F. Ob. est d’ailleurs très significative puisqu’elle constitue une espèce de microcosme de ce regroupement auquel la majorité du PSU est actuellement hostile et lui préfére une union sans exclusive de toute la gauche socialiste. Aussi pensons nous que loin de ressouder les liens entre les différents du PSU d’abord et de la gauche socialiste ensuite cette initiative tend au contraire à accentuer le clivage en lui donnant une forme organique.

Pourquoi tous les courants du P.S.U. ne sont ils pas représentés à ce Conseil ?

Peut on dire que ce comité rassemble tous les courants de la gauche socialiste alors que certaines personnalités en sont exclues ? Citons Breton, Nadeau, Sartre, Francis Jeanson, Dresch, et au sein du PSU, Verdier, D. Mayer, Poerren, Craipeau, Bleibtreu… 

Lettre de Chauvin à Calvès PSU France Observateur verso

Ceci pose le vieux problème des rapports d’un parti ouvrier avec un organe de presse extérieur au parti.

Nous avons connu dans le passé une expérience malheureuse qui aurait dû nous instruire. Celle du R.D.R.  A l’époque le quotidien Franc-Tireur sans en être l’organe officiel avait lancé et soutenu ouvertement le RDR. Mais rapidement le comité de rédaction de ce journal a pris une position de plus en plus pro-atlantique et pro SFIO, tandis que la base militante du RDR restait attachée à l’indépendance à l’égard des blocs comme du réformisme et du stalinisme. Le résultat ne s’est pas fait attendre le RDR a disparu.Cependant sa base militante s’est retrouvée peu après dans les différentes formations qui du CAGI au FSU en passant par la nouvelle gauche et l’UGS ont exprimé ce Courant .

Le PSU est aujourd’hui bien plus fort que le RDR et il est peu probable que France Observateur, moins solide financièrement que Franc-Tireur puisse délibérément tourner le dos à ce courant, ou seulement espérer l’infléchir.

Les militants du PSU n’ont que leurs cotisations et leur main d’oeuvre bénévole pour faire vivre leur parti et ses modestes publications. Ils ne peuvent que se réjouir quand un organe de presse à grande diffusion les appuie. Mais lorsque cet organe de presse prend des positions différentes de celle de la majorité du parti, et que celle-ci y est même attaquée sans pouvoir répondre, vous comprendrez qu’ils s’inquiètent d’une initiative qui prend l’allure de pression qui porte atteinte à l’indépendance du parti et à sa démocratie intérieure.

Nous estimons donc nécessaire d’attirer votre attention sur le danger de clivage que fait peser sur le PSU l’initiative à laquelle vous avez adhéré, membre ou non du PSU vous ne devez pas en ignorer toutes les implications. Il est possible que certaines personnalités sympathisantes du PSU mais extérieures à lui et donc peu au courant de la crise actuelle aient donné leurs signature sans connaître toutes les conséquences qu’entraîne la constitution d’un tel conseil embryon d’un rassemblement de la gauche non communiste.

Nous pensons qu’une discussion loyale et ouverte ne peut que profiter à l’éclaircissement de ces idées et de la stratégie nécessaire.  C ‘est dans c’est esprit que nous vous proposons un dialogue et si possible une rencontre .

Nous espérons que vous aurez à coeur de nous répondre

Fraternelles salutations socialistes.

Cette lettre n’est qu’un projet. Je l’ai rédigée à toute vitesse, mais je pense que l’essentiel et le ton y sont. Fais le nécessaire A mon retour.

Jean René

Un courrier de Daniel Guérin :

1951 CARTEL DES GAUCHES INDÉPENDANTES

 Jean-René Chauvin – dont les archives sont consultables au Centre d’Histoire Sociale (CHS) 9, rue Mahler 75004 Paris – figura sur la liste du « Cartel des gauches indépendantes » conduite par Charles d’Aragon dans la 3e circonscription de la Seine en juin 1951. Il participa, ensuite au Centre d’action des gauches indépendantes (membre du Comité directeur du CAGI en 1953).

Les tracts électoraux qui suivent sont tirés du fond d’archives Jean-René Chauvin



CAGI 1951 recto

 Elections générales du 17 Juin 1951 – Département de la Seine (5e Secteur) APPEL du Cartel des Gauches Indépendantes

LA PAIX est en danger : deux blocs hostiles s’affrontent.

LE POUVOIR D’ACHAT des travailleurs est sans cesse réduit : seul le grand patronat a le profit et le pouvoir.

LE SURARMEMENT est payé par les travailleurs intellectuels et manuels ; les impôts n’accablent que les salariés et les petits commerçants.

LA GUERRE D’INDOCHINE ruine notre pays : des milliers de morts, des milliards de francs en sont le tragique bilan.

LE GOUVERNEMENT et sa majorité ont été incapables d’arrêter la hausse des prix et la course à la guerre.

Vous ne pouvez plus compter sur les élus qui n’ont pas su, en 5 ans, réaliser ce qu’ils avaient promis.

Les hommes que présente le Cartel des Gauches Indépendantes ont déjà, à maintes reprises, lancé des avertissements, lutté pour renverser cette politique néfaste. Aussi libres vis-à-vis des blocs de l’Est et de l’Ouest. ils veulent une France indépendante et un régime qui permette à tous les travailleurs de vivre de leur travail, dans la liberté, les travailleurs de vivre de leur travail, dans la liberté. Ils entendent continuer à conformer leurs actes à leurs paroles.

Nous demandons aux électeurs de dire, en votant pour nous, QU’ILS VEULENT :  

10 Le rétablissement de la situation morale et matérielle des salariés, c’est-à-dire la revalorisation des salaires, des traitements avec l’échelle mobile, le plein emploi et une Sécurité sociale élargie, garantissant le droit à la vie pour les vieux et les économiquement faibles; la participation active des travailleurs à la gestion des entreprises, une politique de construction massive de logements et la répartition équitable des logements existants. Enfin la transformation des méthodes de distribution. La mise en œuvre d’un plan général d’équipement économique et scientifique et de transformations sociales, financé grâce aux fonds rendus disponibles à la suite d’une véritable réforme fiscale faisant payer les riches, l’arrêt de la guerre d’Indochine et de la limitation des crédits d’armement à un niveau compatible avec les possibilités de l’économie.

2° Mettre fin au plus tôt à la guerre d’Indochine                                                        

en saisissant ou en suscitant toutes les occasions possibles de négociation directe ou de médiation. En finir avec la répression contre les travailleurs nord-africains et les mouvements des pays colonisés ; pratiquer une politique loyale, aidant ces peuples à acquérir leur indépendance. Ainsi ces peuples pourront réaliser une coopération avec la France, à l’exemple de celle qui existé entre l’Angleterre et l’Inde, coopération profitable aux populations.

3o Empêcher par tous les moyens une guerre mondiale

qui, quelle qu’en soit l’issue, signifierait l’anéantissement, pour la France et pour l’Europe. Pour cela s’impose une politique d’indépendance active en dehors des blocs occidental et oriental, et de médiation, aux côtés de l’Inde de Nehru, de l’Angleterre de Bevan, et de toutes les autres forces de paix : politique qui s’attachera à promouvoir des initiatives tendant à la réduction générale et contrôlée de tous les armements et à construire une Europe, véritable trait d’union entre l’Est et l’Ouest, amorce d’une future fédération mondiale reposant sur la représentation démocratique de tous les peuples.

Il est impossible d’assurer à la fois le surarmement, la guerre d’Indochine et par ailleurs là reconstruction et un pouvoir d’achat normal pour les masses. Il faut que la France fasse la politique de ses moyens.

40 Une France unie dans la justice et la liberté

diverses réformes n’aboutiront que par la reconstitution d’un puissant syndicalisme dans l’indépendance vis-à-vis de tous les gouvernements, des partis politiques et dans la démocratie. Elles constitueront une étape naturelle vers rétablissement d’une démocratie économique, où producteurs et consommateurs assureront l’organisation de la production et le développement de l’équipement et du progrès technique, afin d’aboutir à la répartition équitable de l’abondance.

Ainsi, et ainsi seulement, on rendra au monde du travail sa grande espérance de 1936 et de 1945 dans l’avènement d’une société socialiste; les Jeunes de toutes conditions sociales, désespérés aujourd’hui devant un avenir bouché de toutes parts, trouveront, après des études démocratisées et facilitées par l’institution d’un pré-salaire aux étudiants et aux élèves des centres d’apprentissage, des activités dignes d’eux en participant à la construction de cette société ; de même, les enfants de toutes origines doivent trouver l’instruction à laquelle ils ont droit dans une école laïque ouverte à tous, respectueuse de toutes les croyances, et assurant le légitime contrôle des parents d’élèves, des associations syndicales et de l’Etat.

CAGI 1951 verso

Une telle France unie deviendra le plus puissant facteur de paix dans l’univers, rien n’est perdu si l’on s’engage sur cette voie. Au contraire, tout devient possible. Des dizaines de nations attendent, pour croire à la paix et au bonheur, que la France retrouve sa voix. Et la France attend que les Français retrouvent leur âme.

Le Cartel des Gauches Indépendantes

présente, tout particulièrement des candidats dans la Sein et Seine-et-Oise : seuls départements où on n’a pas osé imposer la loi immorale et absurde des apparentements.

Outre, le 50 secteur où est candidat Jean ROUS, secrétaire général du Congrès des Peuples, journaliste militant des luttes ouvrières et des peuples d’outremer depuis vingt-quatre ans. ancien membre du comité directeur du parti socialiste ; Camille VAL, un des meilleurs dirigeants de la Jeune République, ancien secrétaire général de la Fédération des socialistes chrétiens et des militants et militantes de la gauche ouvrière et démocratique, nous présentons dans le 20 secteur : Claude BOURDET et Maurice LACROIX, président de la Jeune République ; 30 secteur : Charles d’ARAGON, député sortant et le pasteur TROCME; 40 secteur : Jacques MADAULE, maire d’Issy-les-Moulineaux et Jacques NANTET, Seine-et-Oise : Henry MARTY, ancien président du conseil général.

Notre cartel a recueilli le patronage de personnalités hautement représentatives du monde du travail, de l’Université et de toutes les familles spirituelles notamment : Jean BAYET, membre de l’institut , Louis MASSIGNON, professeur au Collège de France ; Albert BAYET, président de la Ligue de l’Enseignement ; pasteur JEZEQUEL ; abbé PIERRE, députe sortant ; Yves DECHEZELLES, ancien secrétaire général adjoint du parti socialiste S.F.I.O. ; Yves DELLAC. ancien secrétaire de la C.G.T. ; Jean-Jasques GRUBER, secrétaire général de la Jeune République ; Jean-Marie DOMENACH, Paul FRAISSE, Camille BOURNIQUEL, de la revue Esprit ; des abondancistes : Jacques GUGGENHEIM et Henri FARON, des syndicalistes de toutes tendances , Michel MORIN, Robert LUCENTE, et Henri DILLOT, secrétaire général de la L.I.C.A. et de nombreux professeurs de l’Université et des savants français.

Dans les circonstances dramatiques qui se préparent, une équipe d’hommes résolus et clairvoyants peut être le rocher qui détourne le cours du fleuve. Cette équipe, qui exprime la réelle volonté de la majorité des Français, mérite votre confiance.

Votez pour les candidats du Cartel des Gauches Indépendantes

Liste du 5e Secteur :

Jean ROUS  45 ans. secrétaire général du « Congrès des Peuples >. Journaliste, syndiqué, ancien combattant de la Résistance (agent P 2 F. F. C.) et ancien interné politique.

Camille VAL    36 ans, Jeune République, technicien. ancien secrétaire général des Socialistes Chrétiens.

Robert ONIMUS    43 ans. militant syndicaliste (C. G T.). ancien membre du réseau  La Comète. Femme décédée à Ravensbruck.

Prosper COHEN    35 ans. représentant à Levallois, ancien interné politique.

Mme Ida CLAUDE-BOURDET  Résistante, mère de trois enfants.

Georges GOUSSEAU  30 ans. Gauche indépendante Socialiste, militant syndicaliste ( F.N. S.A.), employé. Mutilé de guerre. Croix de guerre avec citation.

Henri MORIN  46 ans, ingénieur à Boulogne, Jeune République militant syndicaliste (F.O.). ancien combattant. Croix de guerre.

Jacques PELLIÉ   44 ans, ingénieur (A. et M). père de famille nombreuse, militant de l’Economie distributive.

Mlle Carmen CARMONA  Secrétaire à Colombes, militante des Auberges de la Jeunesse, ancien membre du Bureau National des Jeunesses Socialistes

TRAITS D’UNION GÉNÉRATIONNELS

Mai 68 Jacques Bleibtreu - Dany Cohn-Bendit
Mai 68 Jacques Bleibtreu au micro Dany Cohn-Bendit en avant-plan

Un article de Jacques Bleibtreu, l’Ecole Emancipée du 23 février 1999 (fonds Jean-René Chauvin, CHS)

“Le bonheur est une idée neuve en Europe”. Saint Just

Maurice Najman, pas un saint, un héros !

Maurice Najman est mort jeune, élégant et courageux. Il était mon ami, mais surtout, même si vous ne le connaissiez pas, il était le vôtre… L’Ecole Emancipée, le mouvement social et surtout, ceux qui les font, perdent un camarade, un ami, un frère, un héros et un héraut.

Maurice était juif, incontournablement, résolument définitivement juif, et athée sans le moindre trouble. Maurice était antisioniste, sans l’ombre de l’esquisse d’une complicité avec la secte infâme des négateurs.

Maurice était l’ami du monde. Pas le journal, le vrai. Il était aimé des prolétaires, des poblaciones du Chili, comme il était aimé par Coluche ou le sous-com­mandant Marcos, par les femmes féministes comme par les machos ou les pédés.

A quoi tient donc cette immense tendresse qui jaillit de nos coeurs pour ce garçon ; d’où nous vient ce senti­ment indéracinable que même la mort ne nous séparera pas ? Maurice était chiant, jamais à l’heure, jamais content mais doux aux copains, intelligent à tout va.

Dire qu’il méprisait l’argent est peu dire, il la haïssait, mais s’il l’avait voulu, à côté de lui Soros aurait eu l’air d’un boursicoteur. Hélas, il ne buvait pas, ou fort peu, radical qu’il était, il ne supportait guère l’à peu près de nos suicides quotidiens.

Car notre génération hebdomadairement insultée, quotidiennement diffamée  horairement décriée restera dans la mémoire du peuple comme celle qui n’avait pas peur, la première depuis la commune. Maurice était un communard. Qu’il ait littéralement inventé les comités d’action lycéens en 1968, ne lui a pas servi, comme a tant d’autres de marche pied vers la classe des importants.

Avec lui en 1968 et 1969 nous fîmes un journal – celui dont je reste le plus fier – que nous avions baptisé « Barricades ».Réalisez les jeunes adultes et vieux enfants, et derrière le jargon d’époque vous sentirez brûlant le souffle de la révolution permanente, le souffle de la vraie vie, celle qui est libre.

Radical, il l’était et doux, sa rage indéracinable contre la folie ordinaire du marché ne lui interdisait nullement d’écouter et de comprendre même si la plupart du temps, il préférait expli­quer et convaincre.

Nous survivons tous, fantômes aux crânes troués, car l’histoire n’a pas encore commencé. Mais nous vivons, parfois, quand la révolution immortelle nous embrasse (nous baise). Et parfois nous lui faisons des enfants de lumière, tel était Maurice.

Jacques Thibault BLEIBTREU


Ce témoignage de Lily Bleibtreu, fille de Jean Zyromski, est axé sur les traits d’union militants et familiaux qui unissaient les parcours de Jean Zyromski, sa mère Marcelle Zyromski, sa fille Lily (trotskisme, syndicalisme Ecole Emancipé), son gendre Marcel Bleibtreu (trotskisme) et son petit-fils Jacques Bleibtreu (mai 68, puis syndicalisme). Le trait d’union avec le père de Jean Zyromski, Ernest Zyromski, un professeur de faculté dreyfusard et catholique, apparaît aussi. Bracke, un des dirigeants socialistes les plus marquants de la période, était ami d’Ernest Zyromski, et devint le mentor de Jean Zyromski

 La mère de Lily Bleibtreu était la femme d’un soldat porté disparu durant la Grande Guerre (comme 350.000 de ses congénères). La loi contraignait alors toutes ces veuves à rester 10 ans sans pouvoir se remarier… Mais elle rencontra, sur son lieu de travail, Jean Zyromski (avant la naissance de Lily, sa seconde fille), avec qui elle emménagea, et qui considéra ses 2 filles comme les siennes également.

Brillant au lycée, sportif, Zyromski fit des études de droit à Toulouse, où il fut marqué par la visite et le discours de Jaurès…. Il étudia alors le marxisme, ce qui l’éloigna de sa famille, son père ne lui pardonna jamais l’abandon de la religion.

Lily Bleibtreu se remémore aussi dans cette vidéo les vacances d’été, qui représentaient un havre de paix… Les Zyromski s’étaient fait construire une modeste maison de vacances dans un endroit peu fréquenté où se retrouvaient les participants à la rédaction de la Bataille Socialiste, ainsi que des figures de la SFIO comme Léo Lagrange ou le journaliste politique Louis Lévy.

Sur le plan politique, le parcours de Lily Bleibtreu émergea dans le cadre idéologique de son père (faucons rouges…) puis évolua, dans un premier temps,  vers le trotskisme (nous la retrouvons par exemple, en 1946, dans la même cellule du PCI que Michel Lequenne, qui mentionne son expertise du marxisme…). En 1946, Lily épouse Marcel Bleibtreu qui était à cette époque le secrétaire politique du PCI (l’organisation trotskiste unifiée de l’époque). A propos de traits-d’union familiaux, notons que la soeur de Marcel Bleibtreu était la  galeriste pionnière de l’abstraction Denise René.

Après avoir marqué le milieux militant des auberges de jeunesse, Lily Bleibtreu devient ensuite une figure de l’Ecole Emancipée (syndicalisme enseignant). Son fils Jacques Bleibtreu fut aussi un militant (disparu en 2006). Il avait été, notamment, en mai 1968, un des fondateurs du Mouvement d’action universitaire, issu du courant de la gauche radicale de l’UNEF.

L’enregistrement de cette vidéo a été réalisé à l’occasion d’une journée d’étude au Centre d’Histoire Sociale, 9 rue Mahler 75004 Paris, le 16 juin 2012. Journée consacrée notamment au fonds d’archives de Jean Zyromski, conservé et consultable au CHS (don de Lily Bleibtreu). 


Marcelle Zyromski, mère de Lily. Epouse de Jean Zyromski

La coupure de journal, ci-dessous, montre une activité d’oratrice de Marcelle Zyromski, en 1936, au sujet de la situation en Espagne, dans le cadre du Rassemblement mondial des femmes contre la guerre et le fascisme (coupure de L’Humanité du 9 novembre 1936 :

Lily Bleibtreu. Fille de Marcelle Zyromski, mère de Jacques Bleibtreu

Le Maitron, dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, comprend une notice consacrée à Lily Bleibtreu, écrite par Claude Pennetier, dont voici quelques extraits :

Jean Zyromski , Lili Bleibtreu, et sa fille Françoise

Si la vie de Lily Bleibtreu fut marquée par la présence « paternelle » de Jean Zyromski de sa naissance à la mort de celui-ci en 1975, elle n’était pas sa fille légitime mais fut élevée comme telle. Sa mère, née Marcelle Coquegniot, veuve de guerre [ou plus exactement femme d’un journaliste disparu pendant la bataille de la Marne donc empêchée légalement de mariage pendant dix ans], rédactrice à l’hôtel de ville de Paris, enceinte d’un de ses collègues à la Ville de Paris, un expert-comptable (Bunle), avait rompu en réalisant son peu de fiabilité et avait noué une relation avec un autre rédacteur, le militant socialiste Jean Zyromski déterminé à reconnaître l’enfant et à se marier avec elle. . Elle avait une demi-sœur du premier mariage de sa mère, Raymonde Vaysset qui épousera Léon Boutbien. (…)
Lily Bunle vécut place Jussieu puis dans une HBM de la porte d’Orléans. Elle fréquenta l’EPS Sophie Germain, passa le concours de l’École normale (… ). Elle se rendit à Rennes et entra en classe préparatoire mathélem. À la première occasion, elle revint à Paris et refusa de suivre Zyromski et sa mère dans le Lot-et-Garonne. À Paris, elle participa à la vie clandestine des organisations trotskystes.
Dès l’âge de quatorze ans, membre active des Faucons rouges, elle avait participé à un séjour de deux semaines en Belgique, puis à des activités d’agit-prop dans la région de Dieppe. Elle se consacra ensuite à la vie d’une Auberge de jeunesse très active à Villeneuve-sur-Auvers (Seine-et-Oise, Essonne), fit un camp à Collioure et rencontra pour la première fois, à Avignon, Marcel Bleibtreu avec sa petite amie du moment, le modèle Dina Vierny. Amélie connaissait depuis longtemps, dans le cadre des Faucons rouges, son frère René Bleibtreu. Elle devint l’amie de Marcel Bleibtreu dont elle partagea l’engagement politique pendant la guerre et à la Libération, dans le cadre du mouvement trotskyste.
Après diverses activités salariales, elle choisit d’être institutrice puis professeur de collège. Syndicaliste du SNI, son militantisme à l’École émancipée se ralentit lorsque le courant lambertiste domina la tendance dans la région parisienne. Elle y revint très activement dans l’après 1968, après la mise à l’écart des lambertistes. Avec Joseph Volovitch dit Volo, elle fut une militante syndi Mai 68 Jacques Bleibtreu au micro caliste active et l’animatrice du local de l’École émancipée 8 impasse Crozatier, Paris XII, lieu de réunions et de débats. Elle contribua à y fonder la librairie coopérative EDMP (Édition et diffusion de matériel pédagogique).
(…)
Lily Bleibtreu fit don des archives de Jean Zyromski au Centre d’histoire sociale du XXe siècle.


Pour clore cette page, signalons le superbe portfolio accessible sur le site de Mediapart, proposant des photos de Pierre Jamet, photographe des Auberges de Jeunesse. Vous y retrouverez, sur l’une de ces photographies, Lili Bleibtreu (Bunle) qui étaient aussi une figure de ces auberges de jeunesse..

En lien avec ces photos de Pierre Jamet, vous retrouverez aussi Jean-René Chauvin, abondamment présent sur ce site, cité dans un article des carnets libres d’Edwy Plenel .

LES FILMS DE CATHERINE DE GRISSAC ET LES PRODUCTIONS DE PLAN LARGE (NANTES)

Catherine de Grissac, réalisatrice de documentaires

Nous retrouvons sur ce site de nombreuses images de Jean-René Chauvin tirées du documentaire de Catherine de Grissac : 

« Jean-René Chauvin, trotskiste indépendant » de Catherine de Grissac (2001, Plan Large production)
Dans ce film, Jean-René Chauvin , 83 ans, témoignait de sa vie de militant « trotskiste indépendant » (le film a été tourné lors d’une période où Jean-René avait – temporairement – quitté son organisation politique, la LCR). Il relatait sa première manifestation en février 1934 à l’âge de 16 ans contre les fascistes, jusqu’à son combat pour la Bosnie (en 2001), sans oublier sa déportation dans trois camps de concentration. Le scénario du film prenait les contours d’un parcours initiatique, les dialogues étant basés sur les échanges entre Jean-René et Hélène, 18 ans, qui n’avait pas de passé militant et qui découvrait l’engagement à travers le parcours de Jean-René.

Catherine de Grissac et Hélène, dans « Jean-René Chauvin, Trotskiste indépendant »

Autres films de Catherine de Grissac :

2011 : Francis Jeanson, itinéraire d’un intellectuel engagé

« Lier en permanence réflexions intellectuelles et pratiques concrètes est le leitmotiv du parcours du philosophe Francis Jeanson : de la pensée sartrienne à l’engagement pour une Bosnie pluriethnique, en passant par l’action culturelle et la défense de la psychiatrie du sujet et du citoyen. Ce film vise à retracer la cohérence de cette démarche et servir un débat autour des prolongements qu’elle peut inspirer aujourd’hui à tous ceux qui ne se résignent pas à subir l’ordre des choses et font le pari d’une réappropriation du monde. »

2010 : Une tour de l’amiante un combat
Ce film retrace l’histoire de la tour Beaulieu à Nantes, appelée Tripode, des fonctionnaires qui y ont travaillé, de leur découverte progressive de l’amiante et de ses dangers, et de 30 années de luttes. Organisés en intersyndicale, ils mènent un combat pour que leur exposition à l’amiante soit reconnue au plus haut niveau de l’État. Une lutte qui s’inscrit dans celle de dizaines de milliers de victimes.

2003 : Territoires
Malakoff : Quartier cosmopolite de Nantes enclavé entre la Loire, la route et le chemin de fer. Plus de 4000 personnes vivent dans des tours et des  » bananes « .  Malakoff : Quartier dont la réputation n’y est pas forcément bonne mais dont on apprécie le cadre de vie, on y rentre que si on a quelque chose à y faire. Près de 2000 habitants ont moins de 19 ans. Dans un an, la démolition des tours et bananes commencera pour laisser place à un nouvel habitat et à de nouveaux espaces. Les familles concernées par les démolitions seront relogées sur le quartier, ou bien profiteront de l’occasion pour s’installer définitivement ailleurs. 

2000 : Les Oiseaux de la marée noire
12 décembre 1999, l’Erika coule au large de Belle-Île, répandant des nappes épaisses de pétrole. Les oiseaux victimes de cette marée noire sont soignés en masse au centre de soins de la faune sauvage de Nantes. Un sauvetage minutieux assuré le plus souvent par des bénévoles.

Le film de Catherine de Grissac « Jean-René Chauvin, trotskiste indépendant » est une production Plan large production , La Rinjardière, BP 10037, 44370 Varades.

Il est possible de commander le DVD (et les autres productions de Plan-large) en adressant un mail à : contact@plan-large.com

Le prix (2012) du dvd de « Jean-René Chauvin, trotskiste indépendant » de Catherine de Grissac pour un usage privé, le prix est de 20 €TTC (frais de port inclus)
Pour un usage ouvrant à la consultation ou au prêt (sans diffusion publique bien sûr), le prix est de 30 €HT, soit 35,88 €TTC, frais de port inclus. 
Pour tout autre usage ou projection publique, contacter Plan-Large.
Les chèques sont à établir à l’ordre de Plan Large Production.

 

Autres films de Plan Large production :

Mayotte, si loin, si proche
de Jean-Luc Oury/ Jean-Luc Greffier, documentaire, 52’, 2007

Pratique d’utopie
de Stéphanie Drelon, Sylvain La Porte des Vaux, 2007
En Argentine, une économie sociale appelée troc a trouvé un large écho auprès des populations depuis la crise économique de 2001.

Mère Arménie
de Maïté Jardin / documentaire / 104’ / diffusion : TV10 Angers et KTO

Aurons-nous la télé à Noël ?
de François Gauducheau / documentaire / 90’ / diffusion : Télénantes et Nantes 7

L’art et la manière
de Olivier Hamard / série documentaire / 8 x 13’ / diffusion : France 3 Ouest et TV10 Angers

Éphémères
de Pascal Bonnelle / long métrage fiction / 82’ / coproduction : l’APCA, Montevidéo, diffusion salles

Après la folie
de Mickaël Hamon, 2009
Une association de malades en réinsertion après un lourd passé psychiatrique. Un lieu où les malades tentent de se resocialiser, avec une part d’autogestion, le Groupe d’Entraide Mutuel à Nantes

Au pied du mur
de Carole Garrapit, 2003
Cinq millions de personnes vivent une situation précaire en France. Cinq millions d’histoires différentes qui ont souvent un dénominateur commun : la perte d’un emploi. Comment peut-on, par la restauration d’un patrimoine collectif, ou par l’accompagnement dans des travaux effectués dans leur propre logement, donner ou redonner confiance à des personnes en difficulté ?

Entre ici et là-bas, d’Angers à Beni Ayatt
de Nathalie Marcault, 2001
Automne 2000. Des jeunes d’origine maghrébine habitant Angers créent une bibliothèque dans le village marocain de Beni Ayatt. Beni Ayatt : c’est de là, de cette région rurale du Moyen-Atlas, que certaines de leurs familles sont originaires.

COMITÉ DE VIGILANCE DES INTELLECTUELS ANTIFASCISTES (CVIA)

Manuscrit du texte écrit par Hélène Modiano (Fonds Marceau Pivert) concernant le déroulement du congrès du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (CVIA) – Novembre 1935

Comité des Intellectuels anti-fascistes- Photo14 juillet 1935

Les camarades ont pu lire dans le Populaire du 5 novembre (page les livres) le texte Intégral des deux résolutions votées à l’ unanimité, dimanche 3 novembre, par le Congrès national du Comité de Vigilance des Intellectuels antifascistes.Ils ont pu lire par ailleurs, dans le dernier numéro de la Gauche Révolutionnaire, le compte-rendu du Congrès, par notre camarade Colette Audry, qui en marquait les incidents et en rendait surtout l’atmosphère. Ils ont su, par ce compte-rendu, quelle opposition permanente s’était fait sentir entre délégués socialistes et délégués communistes sur l’attitude à prendre au sein du Front Populaire et en face des dangers de guerre. Ils sont donc tout à fait à même d’apprécier la saveur de la sauce à laquelle l’Humanité du 11 novembre a accommodé – en le publiant – le texte des résolutions prises par le Congrès du C.V.I.A.

CVIAF

L’Huma annonce ce texte comme à elle communiqué (donc tel quel) par le C.V.I.A. Seulement, des deux principales résolutions, qui avaient été discutées et votées séparément, en deux séances distinctes du Congrès et de la Commission des résolutions (l’une consacrée ni à « la lutte contre la guerre » l’autre à « l’Action positive” et au Front Populaire), l’Humanité a fait un savant et agréable amalgame, composé de fragments recoupés et recollés, et qui se présentent comme un texte unique, d’ailleurs confus et vague à souhait  il eût été vraiment dommage que la Commission des Résolutions ait mis toute une nuit et une demi-journée (grâce à l’obstruction communiste), pour accoucher en fin de compte d’un texte aussi plat et aussi vide! Il est vrai que pour corser le morceau, on a placé en hâte de cette résolution unique, la condamnation prononcée par le Congrès contre DORIOT, laquelle n’était qu’un simple texte à part, proposé par une « Commission des voeux”, mais devient ainsi, pour réjouir le cœur des lecteurs « purs », le premier paragraphe de la grande résolution des intellectuels, et évidemment le centre de leur préoccupations, et l’essentiel mérite de leurs travaux!
Mais cette petite ficelle est encore bien innocente. Voici qui est plus grave – et plus significatif ! Dans le texte unique ’’communiqué” par l’Huma,  ne subsistent des deux textes authentiques  que les passages qui plaisaient, ou ne déplaisaient pas trop, aux délégués communistes; tous les paragraphes contenant des affirmations qui, au Congrès, avaient suscité leurs murmures (bien que finalement ils les aient acceptés, puisque les différentes résolutions furent toutes votées à l’unanimité), tous ces paragraphes « désagréables » ont miraculeusement disparu dans l’Huma ! En voici le recensement détaillé:

1) De la résolution sur le Front populaire ont disparu :

a)  L’expression (pourtant très discrète, grâce aux efforts des communistes au sein de la Commission des Résolutions) de certaines inquiétudes au sujet de tendances à une extension excessive du Front Populaire, et l’affirmation que les « Intellectuels au service de la classe ouvrière » emploieraient leurs facultés d’esprit critique et de « vigilance » à éviter que le Front Populaire ne devienne une combinaison électorale propre à renflouer quelques politiciens usés et ambitieux;

b)  Le désir de voir un programme de Front Populaire qui soit véritablement le signal d’une « transformation économique profonde » (encore trois mots que les communistes avaient eu bien du mal à admettre ! )

e) Par contre, subsiste seul le passage demandant le « renforcement du Front Populaire », afin « d’amener des masses de plus en plus importantes dans ce mouvement », passage qui prend un sens tout différent selon qu’on le présente tout seul (admission dans le Front Populaire d’hommes et d’organisations de plus en plus douteuses), ou qu’on le replace dans son contexte, et qu’on le balance par la contre-partie précédente (développement du Front Populaire, précisément grâce à un contrôle qui lui assurera une allure sérieuse de vrai mouvement de masses révolutionnaire).

2°) De la résolution sur la LUTTE CONTRE LA GUERRE, ont disparu les paragraphes réclamant:

a) Le désarmement général simultané et contrôlé

b) La révision des Traités

c) L’interdiction de la fabrication et du commerce privé des armements                                —-Ont disparu également :

d) L’affirmation catégorique de l’opposition irréductible de la C.V.I.A. à l’Union Sacrée;

f) La répudiation formelle de « toute idée de croisade antifasciste » et la condamnation « avec horreur » de toute pensée de guerre QUELCONQUE contre un peuple QUELCONQUE, quelqu’en soit le prétexte ou l’occasion;

e) La dénonciation de la responsabilité personnelle de Laval dans le conflit Italo-Ethiopien.

Certes, nul ne contestera à un journal le droit de ne pas publier in-extenso les textes qu’on lui transmet; mais alors il ne faut pas donner à croire qu’il s’agit là d’une reproduction fidèle et intégrale, comme a été celle du Populaire; d’autre part, il est pour le moins curieux de constater que les passages qui ont « sauté » sont précisément ceux dont le contenu n’avait pas paru plaire aux membres communistes de « Vigilance ». Et la comparaison patiente des trois textes – les deux vrais et l' »arrangé » – nous donne des aperçus bien inquiétants sur les pensées intimes du Parti communiste en ce qui concerne, en particulier, l’UNION SACRÉE et la refus de participer à une guerre éventuelle derrière l’Etat-Major français…

Hélène Modiano

texte Hélène Modiano Fonds Pivert recto
Texte Hélène Modiano
texte Hélène Modiano Fonds Pivert verso
Texte Hélène Modiano