PCF : L’affaire Marty – Tillon

 Ce regard sur l’affaire Marty-Tillon (1952) a été écrit par Jean-René Chauvin en 1953. Chauvin militait alors dans des regroupements politiques comme le Cartel des Gauches Indépendantes, ou dans diverses formes de la “Gauche Indépendante Socialiste” (regroupements qui aboutirent un peu plus tard au PSU). Ce texte constitue le troisième chapitre du manuscrit d’une brochure  consacrée à l’exclusion d’André Marty et Charles Tillon (Manuscrit consultable au CHS, 9, rue Mahler 75004 Paris, Fonds Jean-René Chauvin). Les autres parties sont accessibles dans ce carnet Hypothèse sur les pages suivantes :
Contexte : le PCF des années 1944-1947

Contexte : le PCF des années 1948-1952

André MARTY, un drapeau usé

De G à D Marcel Cachin, Maurice Thorez, André Marty debout et Jacques Duclos examinant un exemplaire de l'Humanité - Photo CHS
De G à D Marcel Cachin, Maurice Thorez, André Marty (debout) et Jacques Duclos examinant un exemplaire de l’Humanité – Photo Fonds CHS

André Marty était avec Thorez et Duclos une des trois idoles du P.C.F. Il avait la réputation d’être le « dur », le militant infatigable, responsable de l’appareil militaire du parti. Il doit sa popularité à sa participation à la mutinerie de la mer Noir en 1918.  Le 11 novembre 1918, jour de l’armistice, une escadre française était mouillée devant Odessa. Les marins qui n’avaient pas eu de permission depuis deux ans se mutinent et réclament le retour à leurs foyers. Il n’y avait à l’origine aucune liaison avec la révolution russe.

André Marty à l'école des élèves officiers photo CHS
André Marty à l’école des élèves officiers photo Fonds CHS

Le leader de cette mutinerie est un jeune ouvrier libertaire Vilemin. Marty, qui est officier mécanicien sur le torpilleur « le Protée” est d’abord emprisonné comme tous les officiers par les matelots, puis il se range du coté des mutins.

Le tribunal militaire pardonnera encore moins à l’officier qu’aux matelots de s’être mutiné et il est condamné à 20 ans de travaux forcés. Son attitude devant le tribunal n*a rien de commun avec celle d’un révolutionnaire et il tente en vain d’obtenir la condamnation la plus légère.

Sa famille s’occupe alors d’obtenir son amnistie. Son frère Michel va dans cette intention visiter des députés socialistes, puis s’adresse aussi sans résultat au parti communiste qui vient d’être constitué après la scission de Tours. Seul « l’Avant Garde” organe des Jeunesses Communistes publie quelques articles en sa faveur.

André Marty à sa sortie de la prison de Claivaux en juille 1923- Photo CHS
André Marty à sa sortie de la prison de Claivaux en juille 1923- Photo fonds CHS

C’est alors que Frossard, secrétaire à cette époque du Parti Communiste, découvre le cas Marty et a l’idée de présenter sa candidature à une élection municipale partielle.
Sans être connu, le seul fait de se participation à la mutinerie de la mer Noire et son emprisonnement le rendent sympathique à la population ouvrière de Charonne et il est élu contre le candidat socialiste. Son élection est invalidée, mais persévérant le parti  communiste le représente et il est élu à nouveau,

Manifestation célébrant la libération d'André Marty (au centre de l'estrade) le 23 juillet 1923 Perpignan. Photo CHS
Manifestation célébrant la libération d’André Marty (au centre de l’estrade) le 23 juillet 1923 Perpignan. Photo fonds CHS

La légende du mutin révolutionnaire était née, Il est élu en 1924 député de Paris et il devient le drapeau de l’action antimilitariste. En 1926, il entre au comité central du parti, c’est à dire à une époque où la bolchevisation du parti est déjà un fait accompli. En 1931, il entre au Bureau politique.

En 1931, l’opposition trotskyste a été exclue de l’internationale et il faut donc davantage d’esprit de discipline que  d’indépendance révolutionnaire pour occuper un poste aussi important. Il est nommé membre de l’éxécutif de l’Internationale en I932, puis secrétaire au coté de Manouilsky et de Dimltrov en 1934, C’est donc un des tout premiers personnages de ce que l’on peut déjà appeler le stalintern.

Manouilski et des délégués français du 4e congrès
Manouilsky et des délégués français du 4e congrès de l’Internationale Communiste, en 1922

En 1936, il est envoyé en Espagne comme commissaire politique des brigades Internationales, les exécutions de militants d’avant garde pour déviationnisme au moment où les staliniens liquident le P.O.U.M, lui donnent la triste réputation de « boucher d’Albacète ». Il est naturellement difficile d’établir les responsabilités exactes de tous crimes dont certains sont encore mystérieux. Néanmoins cette période de son existence démontre qu’il est prêt à toutes les besognes exigées par Staline,

André Marty et des volontaires des Brigades Internationales - photo CHS
André Marty et des volontaires des Brigades Internationales – photo fonds CHS

Il est à Moscou au moment de la déclaration de guerre où il continue à écrire des articles défendant la politique stalinienne. Puis il est envoyé à Alger en 1943 où il représente le parti communiste français auprès du comité national de la résistance constitué par le Général de Gaulle. Rentré enfin en France après la libération il demeure avec Thorez et Duclos l’un des trois « glorieux leaders” du parti.

Vaillant-Couturier, André Marty et Pierre Semard rencontrant des journalistes à l'issue de la réunion du Bureau politique du PCF du 14 mai 1936 - photo CHS
Vaillant-Couturier, André Marty et Pierre Semard rencontrant des journalistes à l’issue de la réunion du Bureau politique du PCF du 14 mai 1936 – photo CHS

Jamais l’opinion publique n’a eu connaissance de divergences entre Marty et le bureau politique du parti. Il a seulement la réputation d’etre plus intransigeant que ses coéquipiers, mais rien ne laisse soupçonner la nature des désaccords. Il faut cependant souligner qu’après la rupture de Tito avec le Kominform l’on ne peut relever dans la presse stalinienne française aucun article de Marty contre l’hérétique contrairement aux autre dlrigeants et c’est bien des mois après la rupture que l’on peut voir sa signature au bas d’une motion qu’il n’avait probablement pas rédigée.Il faut noter aussi que rendant visite à cette époque à son frère Jean qui lui demande ce qu’il pense de Tito, il ne répond pas, laissant par là entendre que s’il ne désavoue pas la politique de son parti. Même devant son frère, qui n’est pas membre du parti, il n’ose en prendre le défense.

Il est bien connu que Marty a un caractère exécrable, tous les militants qui l’approchent et travaillent avec lui se plaignent de son comportement autoritaire.

Mais notons aussi un trait caractéristique de ses convictions politiques au travers d’une question qu’il a l’habitude de poser à de jeunes militants. « Que faut-il, leur demande-t-il pour être un vrai communiste? ».  Et comme ceux-ci, bien stylés, répondent « Avoir lu l’histoire du parti bolchevik, de Staline », il répond furieux « Non, avoir la haine de la bourgeoisie ».

Les seuls indices sur lesquels on pourrait se baser pour prévoir une rébellion de Marty sont constitués par des rumeurs, plus ou moins exactes sur son comportement individuel, ses manies, son caractère. Parmi Ies militants, il a la réputation d’être doué d’un certain courage physique, de mener une vie modeste, d’être aussi sévère pour lui que pour les autres, d’être colérique, rancunier et susceptible. De ce fait, on lui connaît peu d’amis, y compris à l’intérieur du parti.

affiche en faveur d'André Marty dans la circonscription d'Ivry-Choisy-le-Roi pour les élections au conseil d'arrondissement de Sceaux en 1923 - Fonds photo CHS
affiche en faveur d’André Marty dans la circonscription d’Ivry-Choisy-le-Roi pour les élections au conseil d’arrondissement de Sceaux en 1923 – Fonds photo CHS

En vérité il doit principalement sa réputation d’homme courageux à la façon dont il se servait de sa ceinture pour fouetter les députés de la droite dans l’hémicycle du palais Bourbon, dans les années 1924-1928; il est toujours accompagné d’un groupe de choc  dans les réunions publiques. Il est connu plus pour la violence de son langage que pour son talent oratoire ou la finesse de ses articles. Pendant les 30 années de sa vie publique il n’a écrit aucun livre, aucune étude marxiste originale. La grande oeuvre de sa vie est une brochure, plusieurs fois remaniée sur la mutinerie de la mer Noire. On lui prête une grande admiration presque une dévotion pour le révolutionnaire français, Auguste Blanqul. Cette faiblesse pour Blanqul va très bien avec sa réputation et ses réelles qualités d’homme d’actions. Mais entré de plain pied dans l’appareil du parti, il est uniquement un homme d’appareil, incapable d’agir en dehors de lui.

Marty n’a jamais existé que par l’efficacité de la machine stalinienne, lui même n’aurait même pas fait un responsable syndical s’il avait eu à commencer sa vie militante à la base, dans une organisation démocratique ouvrière. Son attitude tout au long de la crise, son incapacité de formuler une ligne politique cohérente, de mener la lutte contre la direction de Lecoeur, la façon dont il se noie dans les questions personnelles jésuitement soulevées par ses adversaires, tout cela démontre pleinement cette incapacité.

L’accusation de fractionnisme fait donc sourire a propos de Marty. Il n’a jamais groupé un grand nombre de militants autour de lui, faute d’une pensée politique personnelle, et en raison de son caractère autoritaire et impulsif, iI était pourtant un personnage tabou, un demi-dieu de la mythologie stalinienne internationale. Son nom était prononcé dans tous les meetings, il était acclamé, craint et vénéré.  Il est plus que probable que Marty ‘a jamais élaboré une ligne politique particulière différente de celle du Bureau politique français, c’est à dire différente des directives russes.

Mais il est aussi permis de penser qu’il ne se gêne pas de faire des réflexions sans ménagement à l’occasion de certains tournants ou événements. Ces réflexions n’excédèrent certainement pas les cadres du Bureau politique.

André Marty, avec Marcel Cachin, au bureau du 7e congrès, juillet-Août 1935
André Marty, avec Marcel Cachin, au bureau du 7e congrès, juillet-Août 1935

De tout temps Marty a été un homme d’action qui a appliqué la ligne du parti. Jamais il n’a été un théoricien, un de ceux qui ont élaboré habilement une tactique, défini une orientation politique. Il est habitué à travailler dans un appareil qui fonctionne bien. Hors de cet appareil, il se révèle incapable d’organiser des militants de lui même.

Son attitude tout au long de la crise récente le démontre encore une fois.  II fut révolutionnaire plus par tempérament que par intelligence, malgré toutes les rumeurs sur I’existence d*un clan Marty, il n’a jamais groupé un grand nombre de militants autour de lui, ce qui explique que son exclusion l’ait laissé désarmé.

Charles Tillon

Comme Marty, cet ancien mutin de le mer noire est un ancien volontaire des brigades Internationales en Espagne en 1936.

Les anciens mutins de la mer noire Charles Tillon, André Marty, Jean Le Ramey et Marcel Tondut lors de l'anniversaire de la révolution d'octobre, le 8 novembre 1949 Photo CHS
Les anciens mutins de la mer noire Charles Tillon, André Marty, Jean Le Ramey et Marcel Tondut lors de l’anniversaire de la révolution d’octobre, le 8 novembre 1949 Photo fonds CHS

Dirigeant des Franc-Tireurs et Partisans pendant la clandestinité, il est membre du Bureau Politique du parti. Élu député d’Aubervilliers en battant Pierre Laval en 1939, Ministre de l’Air dans le gouvernement de Gaulle et les gouvernements tripartites qui se succèdent, il a un incontestable prestige auprès des militants communistes et plus particulièrement auprès de ceux qu’il a commandés pendant la guerre.

Un coup de tonnerre – Marty et Tillon frappés de sanctions par le Comité central

Carte de membre du comité central du PCF 1950 André Marty - Fonds CHS
Carte de membre du comité central du PCF 1950 André Marty – Fonds CHS

La nouvelle est annoncée le 16 septembre sur cinq colonnes par le quotidien du soir « France-Soir ». Le journal annonce que les deux leaders ont été frappés de sanctions et rétrogradés pour « fractionnisme’’, la nouvelle est sensationnelle. Jamais auoun des deux héros de la mer Noire n’avaient manifesté un désaccord quelconque.Ils étaient au contraire de parfaits staliniens qui avaient avalé tous les tournants, toutes les volte-face du parti sans protester. L’opinion ne peut manquer de faire un rapprochement entre ces sanctions et les derniers tournant à droite du P.C.F. Il serait enfin logique que deux hommes réfutés « durs » se rebellent. D’autant plus facilement qu’ils n’ont pas, en France, à craindre le NKVD, comme leurs collègues Slansky, Kostov, Rajk, etc.

Selon « France-Soir”, qui parait bien informé – il l’est en réalité car l’on apprendra plut tard que c’est le frère de Marty, Jean, qui en a fait la communication à la presse – les sanctions ont été prises au comité central des 3 et 4 septembre, qui ne les a pas rendues publiques. On se doute que le prestige des deux leaders est trop grand auprès des militants pour annoncer cette nouvelle brutalement.

Le 9 septembre s’est d’abord tenue une réunion des secrétaires de fédérations départementales auxquels la nouvelles a été communiquée afin qu’ils y préparent les militants.

La révélation inopinée de France-Soir oblige l’Humanité à sortir de sa réserve. L’organe central du P.C.F. publie le lendemain un long communiqué du secrétariat confirmant que Marty a été rétrogradé du secrétariat au bureau politique et Charles Tillon du bureau politique au comité central.

La sanction apparaît donc tout d’abord légère, mais les attendus de cette sanction font état de divergences politiques qui laissent prévoir que l’affaire n’en restera pas là et que l’on assiste pour la première fois à une crise ouverte.

Le communiqué du secrétariat dissocie le cas de Tillon de celui de Marty. La faute de Marty est caractérisée comme étant la plus grave parce qu’il s’est livré à un travail fractionnel à l’insu du parti, tandis que Tillon bénéficie d’un préjugé favorable en raison du fait qu’il a tout simplement dénoncé son camarade Marty.

Le texte du secrétariat appelle encore Marty et Tillon « camarade », mais n’en souligne pas moins la gravité des désaccords politiques. Il a en outre une allure policière mesquine à laquelle nous ont habitués les procès de Moscou et ceux de derrière le rideau de fer.

Le communiqué déclare:

« Ces désaccords s’exprimaient de la façon suivante pour le camarade Charles Tillon :
Réticence à engager les campagnes décidées démocratiquement par le conseil national de la paix, Conception erronée du mouvement de la paix, considéré par lui sous l’angle étroit d’une organisation politique, tendance à mettre sous la tutelle du mouvement de la paix toutes les organisations démocratiques de masse.
Ces positions du camarade Tillon avaient été condamnées à l’unanimité par le comité central d’avril 1951”.

Le communiqué révèle que Tillon écrivait en octobre 1951 dans une lettre adressée au bureau politique:

« …Je déclare que la décision de me retirer le poste de responsable du parti dans le mouvement de la paix est juste et que je l’accepte comme une sanction méritée.”

”Or, poursuit l’acte d’accusation, pendant la période où ces questions opposaient le camarade Charles Tillon au Bureau Politique et au Comité Central, le camarade André Marty, à l’insu de la direction du Parti, organise une entrevue avec Tillon chez un camarade que le XIIème  congrès du parti n’avait pas réélu au Comité Central.

Le camarade Charles Tillon a déclaré que dans cette entrevue, il fut question de ses désaccords avec le bureau politique et qu’André Marty lui avait indiqué qu’il n’avait pas tort.

Si le camarade Charles Tillon n’a pas caché cette réunion ni son caractère, par contre le camarade André Marty nia jusqu’au moment où de nombreuses confrontations l’obligèrent à reconnaître la vérité.

Disons tout de suite qu’un esprit équilibré ne voit pas très bien l’infamie qui se cache dans le fait de se rencontrer avec un camarade d’un même parti chez un autre « qui n’avait pas été réélu au XIIe congrès de ce parti. Il trouve par contre infamant l’encouragement à ces procédés de délation, d ’autant plus que ce ’’camarade » comme on le saura quelques Jours plus tard n’était autre que le beau frère de Charles Tillon.

Le communiqué fait état d’autres divergences concernant l’appréciation des activités du parti pendant la résistance. Il est reproché à Tillon « d’opposer l’action du parti à celle des F.T.P. et de faire une discrimination entre les militants qui ont participé à la résistance les armes à la main et ceux qui n’ont eu qu’une activité propagandiste ou se trouvaient t l’étranger. Le communiqué précise en ce qui concerne Marty:

« La discussion au secrétariat du parti, au bureau politique et au Comité Central a montré, chez André Marty, des désaccords politiques identiques, avec chez lui, la tentative de porter atteinte à l’unité du parti par le discrédit systématique d’autres dirigeants du parti. »

Il était en outre fielleusement indiqué à la fin du communiqué que « les sanctions prises » étaient estimées « trop modérées par de nombreux militants du parti » laissant ainsi prévoir que d’autres sanctions allaient suivre. L’enquête d’ailleurs se poursuivait.

Selon les bonnes traditions de l’église stalinienne, les deux inculpés sont invités à faire publiquement leur mea-culpa. Mais on l’attendra en vain, et tandis que la grande presse raille aussi bien les deux mutins que les méthodes du bureau politique du P.C.F., celui-ci publie de nouveaux textes accusateurs, qui étalent publiquement les divergences. Ou tout au moins qui donne la version officielle de ces divergences. Pendant que Marty et Tillon continuent à se taire et refusent de recevoir la presse bourgeoise.

L’opinion est dès lors persuadée sans qu’ils attendent le XIXème congrès du parti russe, le 5 octobre 1953, pour faire des révélations et pour entreprendre une action politique importante. L’absence de Maurice Thorez fait également supposer que la direction du P.C.F. est maintenant incapable de résoudre sa propre crise à l’intérieur et qu’un éclatement est proche. 

L’évolution de le crise Marty-Tillon

Le 27 septembre, l’Humanité publie deux déclarations, l’une de Tillon, l’autre de Marty, que le bureau politique considère comme des autocritiques insuffisantes et il les invite à faire rapidement une autocritlque « sincère et loyale ».

Le 4 octobre, l’Humanité publie un long document sur « les problèmes de la politique du parti » uniquement consacré aux divergences avec Marty et Tillon. Ce rapport réaffirme la justesse de toute la politique passée du parti: son action pendant la guerre, la politique du parti au moment de la libération de la France, son action pour la paix, sur le problème allemand, contre l’impérialisme américain.

Cependant ce texte très détaillé révèle de nouvelles et plus profondes divergences que le public ne connaissait pas encore. Il y est notamment reproché à Marty, qui est beaucoup plus pris à parti que Tillon, d’avoir sous estimé le rôle de Maurice Thorez à la tête du parti, d’avoir déclaré que la dissolution des milices Patriotiques était une faute, de minimiser le rôle de l’Union Soviétique dans la libération des pays de démocratie populaire,de reléguer au second plan le rôle joué par l’impérialisme américain, et de sous-estimer le rôle de traite joué par les dirigeants social-démocrates. Enfin ce rapport fleuve se termine par un véritable hymne de fidélité au grand camarade Thorez.

Dans les semaines qui suivent on peut lire chaque jour dans l’Humanité une chronique intitulée « le parti et l’activité fractionnelle des camarades Marty et Tillon », chronique qui ne fait que répéter les arguments précédents comme si l’on devait les enfoncer dans la tête des militants à la manière d*un menuisier frappant sur un clou.

Chaque fois, il est répété que le parti ne pouvait pas prendre le pouvoir à la libération et que les positions de Marty sont sectaires ultra-gauchistes et s’apparentent au trotskysme. Marty et Tillon refusant toujours de faire leur « auto-critique”, Lecoeur déclare publiquement qu’iis sont devenus des corps étrangers au parti et pose par là le problème de leur exclusion.  Marty est exclu le 23 décembre par sa cellule sur la demande du Comité Centrale. Par contre Tillon ne sera pas exclu. Mais la lutte continue contre Marty. Après l’avoir isolé», après lui avoir retiré ses fonctions une à une dans les organismes du parti, puis exclu, il est ensuite calomnié.

L’Humanité publie le 10 février 1953 un article do Lecoeur dans lequel celui-ci l’accuse d’avoir été un policier depuis 1919 et d’avoir été « un agent de l’ennemi de classe, extrêmement habile ».

Le 5 mars Staline meurt, mettant un comble au désarroi de tous ses fidèles. A la fin du mois de mars, Maurice Thorez rentre en France, mais reste totalement en dehors de l’activité du parti, en raison de son précaire état de santé.

Mals les attaques contre Marty cessent dans la presse du P.C.F. et l’on apprend que Marty pourrait être réintégré. Celui-ci mettrait cependant comme condition que ses adversaires soient sanctionnés.

La réponse d’André Marty au bureau politique

Sollicité de tous côtés par les journalistes, André Marty a toujours systématiquement refusé de leur faire la plus petite déclaration. Injurié par l’Humanité, il a écrit uniquement à son parti, sans que celui portât une seule fois ses réponses à la connaissance des militants. Enfin après plusieurs mois d’isolement,  Marty a réussit, à faire publier une brochure reproduisant ses réponses au bureau politique du P.C.F. La. première lettre date du 24 août 1952.

Au lieu de définir une orientation politique et d’attaquer, Marty prend une position défensive, mais on ne peut dire qu’il fasse une autocritique honteuse selon les rites en vigueurs dans le clergé stalinien.

Il nie qu’il y ait des divergences entre le parti et lui. Il nie avoir eu l’intention de publier un bulletin fractionnel, il répond aux attaques personnelles, et affirme sa fierté d’avoir été avec Pierre Semard « l’objet des attaques les plus infâmes de le part de l’ennemi de classe”.

La seconde lettre est du 2 novembre 1952. Il nie avoir mis en doute le rôle de l’union soviétique dans la libération des pays de démocratie populaire. Il montre par toute une série d’exemple et d’extraits de ses discours qu’il n’a jamais « diminué, ni tenté de diminuer le rôle décisif de l’Union Soviétique.”

Il reconnaît qu’il a « souvent insisté insuffisamment sur des campagnes comme celle pour la signature de Stockholm mais qu’en revanche « les orateurs du parti” n’ont par assez parlé de « la nécessité de l’action de masse des travailleurs. »

Concernant la politique du parti à la libération, « Jamais, écrit-il, je n’ai mis en doute la nécessité de la dissolution des milices patriotiques, mais, ajoute-t-il, plus loin, puisque cette politique du parti à la libération est soulevée, il serait utile au parti au lieu d’accuser André Marty et Charles Tillon d’être des aventuriers, d’examiner si notre politique a été entièrement juste ». Il précise que la participation ministérielle devait s’accompagner d ‘un développement de l’action des masses.   Il écrit notamment:

« Mais y avait-il égalité de sacrifices entre les ouvriers écrasés par le marché noir, les coupures de courant entraînant le travail de nuit, les difficultés énormes de la vie, et les gros industriels, en général traîtres, revenant peu à peu, entassant des bénéfices monstrueux ? Tandis que la « saisie des biens de traîtres » (les gens des trust) (programme de la résistance) était rapidement enterré, même dans notre propagande.

Cela n’explique-t-il pas le fait que dans les élections législatives de la région parisienne de 1945 et 46 nous avons très rarement rattrapé dans les centres ouvriers essentiels le niveau de 1936 ?  On a même constaté dans la Seine (Ouest), la Seine et Oise (Argenteuil) et d’autres centres ouvriers une nette opposition ouvrière au parti manifestée par un report des voix sur les listes internationalistes trotskystes”.

Enfin il réclame dans sa dernière lettre que ce qu’il écrit soit publié par l’Humanité, il dénonce les accusations dont il est l’objet et réfute toute une série d’accusations personnelles aussi ridicules que fausses.

Les répercussions sur les membres du parti

L’incidence de ces événements sur les militants staliniens dépend à la fois de l’acuité de la crise et de la catégorie der militants. L’affaire Marty Tillon a inévitablement touché l!ensemble du parti, alors que l’affaire Prot n’avait atteint que la fédération de la Somme. Mais les militants ne réagissent pas de la même façon les uns et les autres, Le P.C.F, est lui-même une société complète, avec ses différentes couches sociales, sa hiérarchie, et ses générations. Le P.C,F. était un parti essentiellement prolétarien jusqu’en 1936. En 1936, la grande masse de ses militants sont des ouvriers, mais il commence à recruter une minorité de commerçants et de paysans, petits fermiers et propriétaires exploitants,  Mais aux jours de la libération, il recrute dans toutes les classes de le société et même certains gros industriels cotisent largement pour le parti.

D’autre part le parti est encadré par une foule de permanents payés, de véritables fonctionnaires politiques qui ont donc une tendance naturelle à se soumettre aux directives de la direction qui les nomme et les révoque. Le nombre de ces permanents s’élève aujourd’hui à près de 20,000 pour toute la France, employés soit au parti soit à la CGT.

Enfin l’on peut considérer que la masse des militant s du P.C.F, est constituée par une superpositions de générations ou plus exactement de promotions qui correspondent aux grands événements politiques de ces trente dernières années.

Les vieux communistes qui sont venus au parti entre 1921 et 1955 sont des ouvriers  d’avant-garde,
ceux de 1936 ont adhéré au parti dans l’enthousiasme du Front Populaire. Ils sont généralement plus souples que les précédents.
De 1939 à 1941, le parti dissout a perdu tous ces militants à l’exception d’une poignée de permanents. Après c’est une nouvelle génération formée au travers de la lutte de la résistance parmi laquelle on rencontre non seulement des ouvriers, mais où toutes les classes sociales sont représentées. Cette dernière couche de militants sont aussi nationalistes que staliniens. Ils sont politiquement très peu éduqués. Ils réagissent sentimentalement à la propagande stalinienne; Ils constituent plutôt une foule de partisans fanatiques, qu’une organisation politique, une société de pensée .

Cette description inévitablement incomplète en quelques lignes est cependant suffisante pour nous faire comprendre que ces différentes couches sociales et ces différentes générations de militants ont chacune des réactions particulières. Il n*y a pas de comportement stalinien parfaitement homogène et commun à tous les militants ou sympathisants staliniens. Lorsqu’aujourd’hui le P.C.F. effectue un tournant, il est contraint de mécontenter ou tout au moins de faire naître des doutes dans certaines catégories de ses partisans alors qu’il en satisfait d’autres. La politique de collaboration avec la bourgeoisie au lendemain de la libération a naturellement mécontenté les éléments ouvriers et les anciens du parti formés à l*école de la politique de lutte de classe. Le tournant de 1947 et l’alignement sur la politique russe a petit à petit mécontenté et indisposé les militants de la résistance, les intellectuels et les classes moyennes formés au travers d’une politique nationaliste. Les nombreux zigzags de ces derniers mois, en particulier en 1952 ont mécontenté un peu toutes les catégories les unes après les autres.

Tous ont le sentiment confus que ça ne va pas.Quelques uns qui sont plus anciens et ont une formation politique plus poussée cherchent des explications. La désaffection des militants qui en résulte a automatiquement des répercutions à la direction. Non pas parce que les membres du bureau politique cherchent des solutions politiques à ces difficultés mais parce qu’il faut rendre compte à ses supérieurs de Moscou de l’effritement de l’influence du Parti. Chacun cherche à se justifier devant son patron et accuse l’autre,

La confusion qui règne actuellement à Moscou à propos des directives à donner aux partis staliniens occidentaux ne peuvent qu’accentuer la confusion et la lutte de clans qui s’est instaurée au sommet de la hiérarchie stalinienne en France.

Ce qui caractérise aujourd’hui la crise du P.C.F. c’est qu’elle en est arrivée à un degré tel qu’un parfait militant stalinien comme Marty, c’est à dire un homme qui a accepté toutes les volte-face, tous les tournants, tous les reniements, ne peut plus lui même suivre le rythme de la valse politique du P.C.F.  Mais il est aussi remarquable que sa « révolte » se réduit à une velléité et ne peut prendre de l’extension.

Cette incapacité des dirigeants staliniens à se libérer complètement de leur appareil et à constituer un courant politique nouveau s*explique assez facilement. Les anciens militants ouvriers qui fondèrent le parti sont partis ou ont été exclus. Ils ont rejoint soit le parti socialiste, soit se sont retiré de toute activité politique militante, ou écrivent dans des journaux et de petites revues ouvrières.

Ceux qui sont restés n’ont d’autres qualités que celle de suivre fanatiquement la politique de Moscou. Ils n’ont ni les qualités Intellectuelles ni la force de caractère de combattre seuls. Ils sont incapable d’élaborer par eux-même une orientation politique, ils ne savent pas analyser une situation selon la méthode marxiste dont ils se réclament. La lutte Interne du bureau politique n’est nullement basée sur des différences d’appréciation de la situation économique ou sociale ou de tactiques politiques, mais uniquement sur les rivalités de clans existantes depuis longtemps, mais que les succès du parti avait masquées.

Elles devaient inévitablement resurgir dans une période de recul du parti. Ces clans s’alignent sur des rivalités de génération, la jeune génération, les nouveaux promus au Bureau Politique, Lecoeur, Billoux s’opposent aux anciens, la génération post-stalinienne s’oppose à la pure génération stalinienne Duclos, Fajon.  Maurlce Thorez ne jouant plus aucun rôle en raison de son incapacité physique. (?)

Il est caractéristique de savoir comment travaillent les nouveaux dirigeants du parti comme Lecoeur. Ses secrétaires sont chargés de retrouver dans les textes anciens les citations adéquates à la situation présente. Il n’y a plus effort de pensée, mais répétition des texte sacrés à la façon dont les curée récitent les évangiles.

Le Parti et les masses

On comprend tout ce que cette méthode peut avoir artificielle et tout le décalage qui sépare de la vie sociale réelle. Tandis que la pensée stalinienne, si on peut dire, est statique, le mouvement ouvrier se transforme. Un nouvel état d,esprit se créé qui ne correspond plus aux évangiles staliniennes.

Le niveau politique des grandes masses ouvrières a beau être dévirilisé par les méthodes staliniennes, et leur pensée politique a beau avoir été rendue schématique par le déchaînement des méthodes publicitaires, au lieu d’avoir été élevé et aguerri par le brassement des idées les travailleurs français ont cependant conservé une conscience de classe élémentaire. Les militants et sympathisants staliniens eux-mêmes se rendent compte de l’inutilité de leurs efforts passés. Après l’exclusion de Marty, l’accusation incroyable de policiers lancée contre lui et sa réintégration (?), ils ne peuvent plus prendre la direction au sérieux. Et ne pouvant plus la prendre au sérieux à propos d’une question, ils commencent à douter des autres.

De ce fait le P.C.F. subit un avachissement progressif comme une outre percée qui perd petit à petit son contenu, le P.C.F. est maintenant un « homme malade” atteint de vertiges.

Les raisons du maintien des voix staliniennes

L’on peut alors s’étonner qu’un parti qui s’affaibllt conserve sa clientèle électorale.

Premièrement ce n’est pas exact. Le P.C.F. a perdu progressivement des voix depuis son apogée de 1946. Ces pertes peuvent s*évaluer à 500.000 voix en moins. Ce qui peut donc surprendre, c’est la lenteur de cette affaiblissement. Ce phénomène a essentiellement pour cause la situation économique et sociale du pays et l’incapacité des autres formations politiques y compris des autres organisations ouvrières à apporter des solutions efficaces à la crise française dans son ensemble.

Il serait trop long de les analyser dans le cadre d’un article, il suffit d’en énumérer les principales raisons.

Le P.C.F. bénéficie en premier lieu d’un phénomène psychologique qui a sa source dans les traditions de la vie politique française. Il siège à l’extrême gauche du parlement. Il apparaît donc, à tort sans doute, comme la formation la plus à gauche du pays. Or la classe ouvrière a toujours voté pour le parti le plus à gauche, ou qu’elle estime tel. Tant qu’il n’y aura pas un autre parti représentatif à sa gauche , des masses d’ouvriers, même mécontents du P.C.F. voteront pour lui, par esprit d’opposition au régime, et faute de mieux.

En second lieu, toute la politique sociale et économique des gouvernements qui se sont succèdés depuis 1947 a défavorisé les salariés dont le pouvoir d’achat n’a cessé de baisser. Cette affaiblissement du pouvoir d’achat ouvrier s’accompagne aujourd’hui d’une réelle menace de chômage. Presque rien n’a été fait pour le logement. Les conditions d’habitation sont plus mauvaises qu’avant guerre alors que le luxe des commerçants, des industriels s’étale partout.

Tout le monde ouvriers et les classes moyennes ont parfaitement conscience que la guerre d’Indochine est le gros boulet que traîne le pays et qu’il ne peut réinvestir des capitaux dans l’industrie, moderniser son économie, et ainsi assurer une reprise des affaires tant que l’on dépensera plus d’un milliard par jour pour la guerre d’Indochine qui est perdue d’avance.

Enfin les seules formations politique s qui auraient pu concurrencer le parti stalinien et lui soustraire des voix ouvrières, le parti socialiste et la C.G.T.- Force Ouvrière ont pendant trop longtemps collaboré l’un au gouvernement, l’autre avec la politique du gouvernement pour pouvoir reconquérir rapidement le confiance des travailleurs français.

Nous pouvons donc en conclure que si le P.C.F. est malade, et que si sa décrépitude paraît inévitable, l’on aurait tort de se faire des illusions sur un éventuel effondrement rapide, tant que les conditions politiques sociales et économiques ne seront ras transformées, et tant que les autres organisations ouvrières n’auront pas adopté une attitude de combat réel contre les privilégiés du régime.

2 réflexions au sujet de « PCF : L’affaire Marty – Tillon »

  1. J’avais cru comprendre que Marty ,Tillon et Thorez avaient déserte à la déclaration de guerre en 39, car l’union soviétique était l’alliée de Hitler. Qu’en pensez vous..

  2. Contente d’avoir enfin compris pourquoi mon père Jacques de Sugny alias Loyola alias Jacques Trémolin a été exclu du parti après la mort de Staline et accusé à tord de mauvaise gestion comme administrateur de l’humanité Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants