Il y a 20 ans… grande mobilisation altermondialiste

CONTRE-SOMMET DU G8 A GENES

La mobilisation conte le sommet du G8 à Gênes en Italie en juillet 2001 a marqué la longue  série des manifestations anti-mondialisation. Moins de deux ans après les manifestations de 1999 à Seattle, le contre-sommet de Gênes a mis l' »altermondialisme » sur le devant de la scène au tournant de ce siècle. Cette page vise simplement à dérouler des photographies de cette grande mobilisation militante, des photos qui n’avaient pas d’autres objectifs que d’en garder mémoire.

Les installations des altermondialistes en bord de mer. Crédit photo Jeanne Menjoulet licence CC-BY)

La mobilisation contre le sommet du G 8 a regroupé plus de 200.000 personnes entre les 18 et 22 juillet 2001, durée du sommet du G8. Il ne s’agissait pas simplement de manifestations. Tout un contre-forum était organisé, le Genoa Social Forum (GSF) mis en place par une coordination d’organisations. Le GSF rassemblait des réseaux et des associations altermondialistes (comme Attac, créée 3 ans plus tôt), des associations politiques alternatives (mélangeant des thèmes comme la lutte contre le pouvoir laissé aux multinationales, contre le capitalisme, défendant les questions environnementales, etc.). Le GSF regroupait aussi beaucoup de syndicats plus ou moins alternatifs, dont un de ceux qui avaient le plus de poids était la Fiom (fédération des métallurgistes italiens).

L’un des centres du GSF à Gênes où se retrouvaient des militants de tous horizons, le 20 juillet 2001 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence CC-BY)

Si des événements festifs comme le concert de Manu Chao (20 000 spectateurs le 18 juillet) ont ponctué ces trois jours, ce sont surtout les violences policières qui ont marqué ce contre-sommet. Les dirigeants italiens, et en premier lieu le Premier ministre hôte du sommet du G8, Silvio Berlusconi avaient fait mettre la ville de Gênes en état de siège/guerre avant l’arrivée des manifestants. Les rideaux métalliques des commerçants étaient tirés, des carabinieri patrouillaient partout dans la ville, des véhicules blindés étaient prêts à foncer sans freins sur les manifestants.

Gênes, juillet 2001 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence CC-BY)

A cette époque, il était totalement inhabituel d’assister à un tel déploiement de forces policières. Cette atmosphères de guerre face à un mouvement social de grande ampleur où les (jeunes) militants de tous pays étaient mobilisés, donnait l’impression de vivre un moment extraordinaire.

Contre-sommet G8 2001 Genova
Un des nombreux véhicule blindé de la la police à Gênes. Licence photo CC-BY-ND Jeanne Menjoulet

Il est devenu courant aujourd’hui en France, surtout depuis les mobilisations contre la Loi travail, de se retrouver face à des forces policières surarmées, dont on perçoit très nettement la violence potentielle et réelle face à des manifestants non armés, des manifestants armés seulement de leurs appareils photos ou caméras (à l’époque les smartphones n’existaient pas). A Gênes en juillet 2001, l’armada policière face à des manifestants non violents avait un aspect inédit :

sommet G8 2001
Contre-sommet G8 Gênes 2001 Licence photo CC-BY-ND Jeanne Menjoulet

Outre la violence en elle-même, cette occupation policière des manifestations de rue a pour effet que l’on ne voit plus que des photos de policiers quand il est question de ces mobilisations, et les médias grand-public ne retracent que la question des « violences » et non le fond du discours des manifestants (remise en cause de la mondialisation, du capitalisme et de ses effets délétères, à commencer par la question de la santé, la question environnementale et celle de l’avenir de la planète).

No OGM
Gênes 2001 Licence photo CC-BY-ND Jeanne Menjoulet

La lutte contre les OGM (Organismes génétiquement modifiés) et les multinationales qui comme Monsanto les imposent sur la planète entière était un des thèmes environnementaux importants portés par les altermondialistes. D’autres manifestants portaient des revendications et emblèmes plus généraux : anticapitalisme à l’effigie de Che Guevara, aspirations libertaires…

zone rouge
Gênes 2001 Licence photo CC-BY-ND Jeanne Menjoulet

Le 21 juillet 2001, de milliers de manifestants (ceux qui étaient proches d’organisations anticapitalistes et/ou libertaires) encerclaient la « zone rouge » (où se retrouvaient les chefs d’État du G8 sous protection policière maximale).

zone rouge
encerclement zone rouge Licence photo CC-BY-ND Jeanne Menjoulet

Les abords de la « zone rouge » étaient accessibles notamment en suivant le front de mer comme ci-dessous, le long des containers (qui symbolisent bien la mondialisation…)

Course en direction des grilles de la « zone rouge »

Cette fameuse « zone rouge » était protégée par des grilles très hautes et les quelques tentatives de manifestants pour les franchir ont vite été interrompues par les canons à eau, de l’autre côté de la grille, et par des interventions policières violentes. Les manifestants eux n’étaient pas violents.

grille zone rouge
G8 Gênes manifestants face à la grille de la zone rouge Licence photo CC-BY-ND Jeanne Menjoulet

La mobilisation contre le sommet du G8 à Gênes marque également une période où l’on commençait à beaucoup parler des « black blocks » :

black block
black block Gênes 2001 G8 Licence photo CC-BY-ND Jeanne Menjoulet

J’ai pris la photo ci-dessus sur une place à Gênes où s’étaient regroupés des black blocks qui commençaient à dégager à coup de pioches des pavés, avant de s’en prendre à quelques façades de banques ou de renverser quelques poubelles. Ces militants étaient prêts à en découdre avec la police, mais n’étaient pas de dangereux individus. Je me rappelle avoir discuté 5 mn avec l’un deux , un copain de Lyon, un libertaire que je n’avais pas vu depuis quelques années. C’était drôle de le voir à Gênes, avec son foulard noir sur le nez, loin des pentes de la Croix-Rousse.

Poubelles renversées Gênes 2001 contre-G8 Licence photo CC-BY-ND Jeanne Menjoulet

S’il y a eu violences de la part de manifestants « black blocks », ce sont uniquement des violences de ce type : pas d’atteintes physiques aux personnes, mais ce qui peut-être considéré comme des dommages materiels, des façades emblématiques (de banques certainement assurées par ailleurs), et quelques pavés déterrés ou poubelles en barricades. Cela n’a rien à voir avec la violence de la police que j’ai vue à l’oeuvre dans d’autres endroits de Gênes alors qu’il n’y avait aucun black block à l’horizon.

véhicule blindé de carabinieri Gênes 2001 contre-sommet G8 – Photo licence CC-BY Jeanne Menjoulet

En Italie, les carabinieri représentent une force militaire chargée de missions de police et de maintien de l’ordre. Elle constitue une armée (Arma dei Carabinieri) depuis 2000, équivalente à l’armée de terre, à la marine ou à l’armée de l’air dans l’armée italienne.

véhicule blindé de carabinieri Gênes 2001 contre-sommet G8 – Photo licence CC-BY Jeanne Menjoulet

Il n’était pas difficile aux forces armées et de police de connaître les lieux de rassemblement qui étaient répertoriés par exemple sur ce plan distribué aux altermondialistes pour la journée du 20 juillet 2001

20 juillet 2001 Imprimé lieux de rdv pour le contre-sommet G8 Gênes, distribué aux altermondialistes
20 juillet 2001 Imprimé lieux de rdv pour le contre-sommet G8 Gênes, distribué aux altermondialistes

Il n’y a guère eu de marges de manœuvres pour la désobéissance civile prônée par nombre de participants au mouvement face à une répression militaire et policière.

Face à un barrage policier. Gênes, 20 juillet 2021 – Licence photo creative commons CC-BY-ND Jeanne Menjoulet
Face à un barrage policier. Gênes, 20 juillet 2021 – Licence photo creative commons CC-BY-ND Jeanne Menjoulet

Les bras levés des manifestants face à ces barrages policiers omniprésents indiquent l’attitude non violente de ces altermondialistes.

Véhicule blindé policier à Gênes, 20 juillet 2001 Photo licence CC-BY-ND Jeanne Menjoulet

L’attitude des carabinieri et des unités policières, équipées de leurs véhicules blindés étaient en revanche très menaçante. J’ai vu un véhicule, comme celui sur la photo ci-dessus, foncer à toute allure sur des manifestants. Si ces derniers étaient tombés en courant se mettre de côté (ou s’ils n’avaient pas couru assez vite), ils auraient été écrasés par ce véhicule blindé.

Gênes, 20 juillet 2001 Photo licence CC-BY-ND Jeanne Menjoulet

Le service d’ordre militant était bien (auto)organisé, il n’y avait donc rien de ce côté là que les carabiniers pouvaient invoquer. De même que l’organisation générale et les structures matérielles

Les installations des altermondialistes en bord de mer. Crédit photo Jeanne Menjoulet licence CC-BY)

Un membre de l’organizzazione du GSF face à un barrage policier. Crédit photo Jeanne Menjoulet licence CC-BY)
Un des lieux d’hébergements des altermondialistes, dans le stade Carlini – Cette photo de mauvaise qualité est malgré tout sous licence Creative Commons CC-BY Jeanne Menjoulet

Le stade Carlini avait été mis à la disposition des altermondialistes pour la durée du contre-sommet du G8 à Gênes.

Le stade Carlini mis à la disposition des altermondialistes au cours du contre-sommet du G8 à Gênes. Licence Creative commons CC-BY Jeanne Menjoulet
Le stade Carlini mis à la disposition des altermondialistes au cours du contre-sommet du G8 à Gênes. le 19 ou 20 juillet 2001 – Licence Creative commons CC-BY Jeanne Menjoulet

Face à un barrage policier. Gênes, 20 juillet 2021 – Licence photo creative commons CC-BY Jeanne Menjoulet
Rue de Gênes durant le sommet du G8. Licence Creative commons CC-BY Jeanne Menjoulet
 A proximité du chapiteau dressé par le Genoa Social Forum (GSF) en bord de mer ( Punta Vagno) – Gênes, le 20 juillet 2001 – Licence photo creative commons CC-BY-ND Jeanne Menjoulet
Gênes 20 juillet 2001, des altermondialistes (des COBAS, etc.) sur un boulevard du front de mer – Licence photo creative commons CC-BY-ND Jeanne Menjoulet

Pour finir, une photo du départ de la grande manifestation en fin de contre-sommet, alimentée par les effectifs de nombreuses organisations syndicales. Une manifestation qui comptait 300.000 personnes. Bien que beaucoup plus institutionnelle que les actions de désobéissances civiles menées notamment la veille par des associations et organisations alternatives, le long cortège syndical a quand même subi la pression policière (manifestation coupée en deux, gaz lacrymo envoyés sur des manifestants…)

Gênes, 21 juillet 2001. Départ de la manifestation. Photo licence creative commons CC-BY Jeanne Menjoulet

Cette page visant à proposer une série de photos n’est pas destinée à faire le bilan des violences policières (et de la mort de Carlo Giuliani) largement (et à juste titre) évoquées quand il est question de ce contre-sommet de Gênes.

Gênes, 21 juillet 2001. Linge à la fenêtre. Photo licence creative commons CC-BY Jeanne Menjoulet

La « désobéissance civile », cela pouvait être tout simplement de laisser sécher ostensiblement son linge à sa fenêtre, comme ici, dans cet immeuble, le long du parcours de la manifestation : Berlusconi avait interdit aux habitants de Gênes de mettre leur linge à leurs fenêtres pendant tout le G8 où les « grands de ce monde » se réunissaient.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.