« French helpers »

Plusieurs post/archives sur ce carnet Hypothèses évoquent la résistance de Francine Sébastien, et de sa mère, qui hébergèrent des parachutistes américains durant la seconde guerre mondiale, et subirent suite à cela la répression féroce de l’occupant nazi (emprisonnement, torture, camp de concentration).

Le dossier de Jeanne et Francine Sebastien (déclassifié des archives militaires, donc librement accessible) est conservé aux archives américaines, College Park, Maryland .

Archives nationales américaines – NARA National Archives and Records Administration Photo licence creative commons Justgrimes

Ces archives sont notamment constituées de dépositions et de documents que les « french helpers » (pour reprendre le terme américain) ont fourni en 1945 aux autorités américaines en vue de toucher une (modeste) compensation financière pour avoir aidé ces aviateurs américains à se cacher des allemands sur le territoire français et à regagner les territoires alliés.

Les archives de ces « helpers » de parachutistes et d’aviateurs dont les avions ont été abattus au-dessus du territoire français permettent de connaître des éléments biographiques concernant ces milliers de résistant-e-s anonymes.

Un mémorial en Bretagne (Ploubazlanec, Loguivy-de-la-mer) commémorant l’équipage d’un avion américain abattu, Le ou les survivants ont bénéficié de l’aide d’habitants locaux (pêcheurs). Mais comme ce crash s’est produit à la Libération (25 août 1944) , il n’était sans doute plus besoin de « french helpers » dans ce cas précis.

M. Jean-Michel DOZIER,  directeur d’école honoraire (dans le Nord de la France, agglomération Lilloise) poursuit, en cette année 2020, comme il dit, « de modestes recherches » (en fait, de conséquentes recherches) sur les « French Helpers« . Il a travaillé sur le réseau MARIE-ODILE (auquel appartenait Francine et Jeanne Sébastien). Son site apporte une documentation très riche, des récits, des archives, des parcours d’évasion d’aviateurs américains . C’est un beau site, à découvrir, vraiment (les pages sur fond noir se lisent en ligne sans trop s’abimer les yeux…).

Jean-Michel Dozier consacre des pages entières de son site à des parcours d’évasion, à des parcours de personnages, « French helpers », aviateurs américains…
« French Helpers » http://frenchhelpers.fr/MondeWWII/WWII_1.htm
A propos des « evaders » ou « escapers » : http://frenchhelpers.fr/MondeWWII/WWII_2.htm
Les « Helpers » en France : http://frenchhelpers.fr/MondeWWII/HelpersDepartements.htm
Les dossiers de Résistants au SHD de Vincennes : http://frenchhelpers.fr/MondeWWII/SHDVincennes.htm

Nous vous invitons à consulter par exemple cette page, où l’on découvre le lieutenant-colonel Montgomery, dont l’avion fut abattu en 1944. En parcours croisé, Thérèse Bonney , reporter de guerre américaine, dont une lettre adressée à Montgomery vise à lui monter les risques que couraient les « french helpers » : http://frenchhelpers.fr/MondeWWII/Therese_Bonney.htm

ou bien cette autre page :
Lucy Hollingdale : http://frenchhelpers.fr/MondeWWII/LucyHollingdale.htm

Le projet dans lequel s’est lancé Jean-Michel Dozier est complexe à résumer, et selon ses dire, « un peu fou » :
D’un côté :

~ 47 000 Helpers (22 000 Français, 17 000 Belges, 9 500 Hollandais)

De l’autre : 
~ 9 500 évadés ou échappés 

Et au milieu : des hommes et des femmes organisés ou non en filières d’évasion. 

En ce moment, Jean-Michel Dozier travaille sur une affaire, l’affaire NORGAN (une page à venir sur son site, qui sera assez longue). M. Dozier s’est attelé à la traduction de dizaines de documents des archives Nationales du Royaume-Unis (KEW, Londres). Il parlera du procès qui s’est déroulé à Bruges en Belgique en 1948. Procès à l’issu duquel  NORGAN a été condamné par une cour martiale militaire belge à la prison à vie (Il sera libéré en 1951).  M. Dozier va livrer tous les témoignages des déportés liés à cette affaire, qui sont rentrés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.