Adieu A Marcel Trillat

Le réalisateur, journaliste, et homme de télévision Marcel Trillat est mort, vendredi dernier, le 18 septembre 2020. Il y a tout juste une semaine.

Pendant quelques jours, impossible d’écrire une page « Adieu Marcel » sur ce carnet. Trop d’émotion et de tristesse. Et puis je n’ai pas envie d’écrire « Adieu Marcel ». Vraiment pas.

J’étais passée chez lui à Paris (dans le XXe) juste quelques jours avant sa mort, avec ma petite caméra pour compléter un entretien filmé, avant de faire le montage d’un huitième « épisode » de notre série filmée sur son parcours. Ce jour-là, c’était un vendredi de septembre, aussi. Une fin de semaine d’été.

Marcel Trillat 4 septembre 2020. Photo © Jeanne Menjoulet, en creative commons CC-BY

Marcel m’avait accueilli en me disant qu’il n’était pas trop en forme, mais pas malade. « C’est juste la fatigue, la vieillerie » m’avait-il répondu lorsque je m’en étais un peu inquiétée. Il avait semblé ensuite très vite oublier cette fatigue, au fil de l’interview.

La petite thématique pour notre entretien du jour portait sur ce qu’il avait vécu et fait dans les années 1980.

Marcel Trillat avait été nommé chef du service info géné et société d’Antenne 2, par Pierre Desgraupes en septembre 1981. Un poste important donc. J’avais déjà interviewé Marcel sur cette période, mais j’avais encore des questions : comment se passait à l’époque les comités de rédaction du journal de 20h regardé tous les soirs par des millions de personnes ? Qui et comment se choisissaient les reportages ? qui tranchait ? Et Marcel m’a répondu, simplement, montrant l’évolution du Journal télévisé au cours de ces années 1980, une évolution qui aboutira notamment à ce que les présentateurs du journal prennent très progressivement le pouvoir éditorial. Le ton de Marcel était chaleureux, comme toujours, ponctué de rires quand il abordait certains moments.

Marcel Trillat
Portrait de Marcel Trillat dans les années 1980. Photo Coll. privée Marcel Trillat

Avant notre entretien, j’avais recherché pendant trois mois sur le site de l’INA (en regardant chaque jour un JT de 1981-1982) les apparitions de Marcel Trillat. Je voulais lui poser des questions sur certains papiers qu’il avait faits au journal de 20h d’Anenne 2 à cette période. Par exemple, cette série sur les Boat-people Haïtiens enfermés à leur arrivée aux Etats-Unis puis renvoyés dans un pays sous la coupe des terribles « Tontons macoutes ».

JT Antenne 2 du 25 décembre 1981 – Reportage avec commentaires de Marcel Trillat sur les Boat-People Haïtiens rejetés par les Etats-Unis

Ce n’était un hasard du tout que Marcel Trillat ait voulu faire connaître le sort de ces étranges étrangers Haïtiens du temps de Ronald Reagan… Et ce, même si le sujet n’était pas tout à fait dans le giron du service Info géné et société d’Antenne 2.

JT Antenne 2 du 28 décembre 1981 – Marcel Trillat à propos des réfugiés Haïtiens aux Etats-Unis

Le sujet suivant, qui concerne aussi le sort des migrants, et le traitement qui leur est fait, nous rapproche de la France et des Info géné et société. On voit dans ce sujet Marcel Trillat sur le plateau du 20h d’Antenne 2 relatant la mort dans l’avion d’un Marocain expulsé de Belgique, dont le corps a été déposé en France à Orly :

JA2 20H : EMISSION DU 20 MAI 1982 – Marcel Trilat

Le sujet suivant appartient aussi typiquement au domaine Info géné et société dirigé par Marcel Trillat… Marcel y commentait « la tuerie d’Auriol », l’assassinat de six personnes dans la nuit du 18 au 19 juillet 1981 à Auriol (Bouches-du-Rhône) dans la bastide familiale de Jacques Massié, chef de la section locale du service d’action civique (SAC) de Marseille. Dans ce reportage, on voyait aussi l’avocat de la partie civile Me Gilbert Collard. Je voulais interroger Marcel Trillat sur tout cela, près de 40 ans plus tard. Marcel s’en rappelait très bien et put me dire quelques mots rétrospectifs là-dessus..

JT20H Antenne 2 du 5 janvier 1982. Reportage sur la tuerie d’Auriol. Pierre Fauque, Philippe Petter. Commentaire Marcel Trillat

Le théme du SAC, des agissements malhonnêtes de la police, en lien avec le monde de la prostitution, est aussi abordé par Marcel Trillat (filmé sans doute dans les locaux de France Télévision) au JT d’Antenne 2 le 30 juillet 1982. Pour illustrer ses propos, Marcel Trillat s’appuie sur un rapport « ultra confidentiel » des renseignements généraux datant de 1972 qui lui permet, par similarité, d’expliquer les rapports entre les gros bonnets du proxénétisme, ceux de la police et ceux de la politique (proxénètes et protecteurs sont pour la plupart membres du SAC) :

JT d’Antenne 2 le 30 juillet 1982 – Marcel Trillat (proxénétisme et protections policières, SAC Service d’action civique)

J’avais aussi noté un autre papier de Marcel Trillat, un reportage sur la manifestation contre la construction d’un second réacteur, à côté du précédent dans la centrale nucléaire de Chooz dans les Ardennes, à la frontière belge. Une manif qui rassemblait des belges et des français durement réprimée par les forces de l’ordre françaises.

JT 20h Antenne 2 Reportage sur la manifestation contre la construction d’une seconde centrale nucléaire à Chooz dans le Ardennes.

Je trouvais intéressant de questionner Marcel sur ce sujet, du fait que cela renvoie à des préoccupations très contemporaines, l’environnement, les violences policières, le débat démocratique sur un enjeu comme l’environnement. Marcel Trillat me rappela que le PCF à cette époque n’était pas anti-nucléaire, au contraire.


Un autre sujet concernait bien-sûr la commémoration de Charonne à Paris (guerre d’indépendance Algérienne). Nous avions déjà longuement abordé ce sujet dans un précédent « épisode » du parcours de Marcel Trillat. Marcel fut le premier journaliste, à la télévision, à impulser et faire un reportage sur ce sujet (il fera par la suite d’autres reportages/papiers relatifs à la guerre d’Algérie, ne se limitant pas à Charonne). . Et Marcel me répéta, en ce mois de septembre 2020, à quel point ce sujet était important pour lui.

JT A2 20h du 8 février 1982 – Dossier reportage sur les 20 ans de Charonne. Marcel Trillat

Un autre sujet concernait la politique des nationalisations. Le JT du 17 février 1982 d’Antenne 2 détaillait la nomination des patrons des entreprises nationalisées : Jean Gandois (Rhône-Poulenc), Roger Fauroux (Saint-Gobain), JY Haberer (Paribas), Georges Besse (Pechiney Ugine Kuhlmann), David Dautresme (Crédit du nord), Jean Deflassieux (Crédit Lyonnais), Alain Gomez (Thomson), Michel Rolant (l’agence pour les économies d’énergie), Georges Valbon (Charbonnages de France, déjà publics), JP Brunet (CGE), Michel de Boissieu (ex-banque Rotschild), Lisette Meyret (banque Hervet). Dans ce dossier nationalisations, Alain Gomez (PS) était interviewé par Christine Ockrent et Philippe Sassier . Marcel Trillat interviewait quant à lui Georges Valbon, président communiste du conseil général de Seine Saint-Denis qui se retrouvait à la tête des charbonnages de France, une société en bien mauvais état à cette époque.

JT A2 20h du 17 février 1982 – Nomination des patrons des entreprises nationalisées. Interview de Georges Valbon par Marcel Trillat

Et encore un autre sujet, abordé par Marcel Trillat au JT , celui concernant la mort de René Lucet (sur un autre sujet, dans ce même journal, le billet de Marcel Trillat était suivi d’un papier de la journaliste Martine Gilson qui expliquait de façon intéressante le fonctionnement de l’élection des directeurs de caisses d’assurance maladie, dans le cadre du paritarisme).

JT 5 mars 1982 affaire René Lucet – Marcel Trillat

Nous aurions pu continuer longtemps, sur tous ces sujets, et sur d’autres. j’avais par exemple posé à Marcel à plusieurs reprises la question de la façon dont il avait vécu la campagne qui était menée à l’époque par les JT contre l’état d’urgence en Pologne, pour l’église catholique, Solidarnosc, etc. Cela avait fait rire Marcel, « Tu as décidé de m’emmerder avec la Pologne ! »), avant qu’il me dise ce qu’il en pensait alors.

Marcel Trillat durant les années 1980. Photo coll. privée Marcel Trillat.

C’était la fin de journée. bientôt l’heure de m’en aller, avec mon interview filmé en poche. Marcel m’a offert une petite bière sur sa terrasse. Il faisait bon, on a discuté de choses et d’autres, de ses proches, des miens. C’était un moment agréable. Comme toujours avec Marcel Trillat.
J’ai compté sur mes doigts : « cela fait 4 ans que je viens faire ces interviews de toi, par petits bouts, et ce n’est pas fini ! Mais on a le temps… ». Marcel m’a dit qu’il était content de m’avoir connue, que c’était « une belle rencontre ».

Et puis on a parlé de sa soeur Marthe morte il y a 8 ans (à 75 ans). Il m’a passé deux photos de Marthe qu’il avait retrouvées. La soeur de Marcel, généreuse, militante (catho de gauche) avait compté beaucoup pour lui.

L’heure tournait, je suis partie, ma trottinette sous le bras, en lui disant à bientôt, alors qu’il me raccompagnait à l’ascenseur. Il y avait une espèce d’émotion et de douceur dans sa façon de me dire au revoir.

Je me demande s’il ne sentait pas, un peu, que c’était la dernière fois que l’on se voyait, s’il ne sentait pas que c’était son dernier interview.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.