100 PHOTOS contre le projet de réforme des retraites hiver 2019-2020

Les réformes des retraites en France de 1967 à 2013 – Manifestation janvier 2020 – crédit photo Jeanne Menjoulet licence creative commons CC-BY-ND

Les 100 photographies exposées sur cette page couvrent les principales manifestations, à Paris, marquant le mouvement social de très grande ampleur contre la réforme des retraites, et contre l’instauration d’une « retraite à points » voulue par le président Macron et annoncée à l’automne 2019.

Manifestation du 10 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites à Paris – crédit photo Jeanne Menjoulet licence creative commons CC-BY-ND

Cette photographie du dôme des Invalides et de ballons syndicaux de la manifestation du 5 décembre 2019, vise à illustrer un point de départ. Les invalides marquent en effet une première étape dans l’histoire des retraites. Pour mieux connaître cette histoire, le mieux est sans-doute de visionner le film documentaire suivant, réalisé en 2020, Les retraites, trois siècles d’histoire :

Documentaire de 52 mn
Volet 2 du documentaire, Les retraites, trois siècles d’histoire

Poursuivons notre expo photos, avec un cliché illustrant une réponse de manifestant-e à la question du financement des retraites :

Manifestation du 10 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites – « avec 150 milliards de réserve, le soi-disant risque sur le financement des retraites est un mensonge ». Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Cette manifestante pointe l’existence de « 150 milliards de réserve ».
Le Fonds de réserve pour les retraites (FRR), créé en 2001, a été institué pour faire face au passage à la retraite des baby-boomers. Son rôle a été repositionné en 2010, pour combler la dette du régime de protection sociale, regroupée dans la Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades).
L’argument principal avancé par le gouvernement pour justifier la réforme était que la démographie rend incontournable une réforme en raison du vieillissement de la population française. Or les sommes mises en réserves servent justement à compenser l’effet du vieillissement de la population, en venant compléter si nécessaire le paiement des pensions. Ces milliards d’euros peuvent également être sollicitées en cas de choc conjoncturel.

Manifestation du 5 décembre 2019 à Paris contre le projet de réforme des retraites – torche d’alerte de cheminot Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Symbole des grèves de cheminots, un symbole qui avait déjà éclairé les grèves de décembre 1995, le fumigène est un peu l’image spectaculaire et incontournable, une torche allumée au fil de toutes les manifestations. Cette torche éclairante, qui met une dizaine de minutes à se consumer, sert en temps « normal » aux cheminots d’alerte pyrotechnique en cas d’accident ou d’incident grave survenu sur une voie SNCF.

RER B en grève. Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Métro RATP en grève. Manifestation du 4 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Les agents de la RATP ont mené la grève la plus longue de leur histoire.
Globalement, et sur le moment, ce mouvement social d’une ampleur inégalée ne peut pas être considéré comme une « victoire » puisque le travail a repris sans que le projet de réforme des retraites ne soit retiré, devant un gouvernement inflexible.

Agents de la RATP contre la réforme des retraites – Manifestation à Paris le 11 janvier 2020 Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

L’épidémie de Covid-19 qui s’est propagée juste après ce mouvement social a semblé soudain plus efficace pour provoquer l’ajournement du projet de réforme des retraites.

« Retraite à points / Point de retraite » – Manifestation à Paris contre le projet de réforme des retraites Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Mais si ce projet de réforme n’est pas remis en route à l’issue de la période de confinement et de déconfinement liée au coronavirus, peut-être pourra-t-on penser que ce mouvement social a été efficace, mais en deux temps, pour décourager le président Macron de relancer son projet.

Manifestation du 16 janvier 2020, agents de la RATP en grève – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

L’avenir dira si ce mouvement a été en fin de compte victorieux, ou en tout cas, qu’il n’a pas été une défaite concernant la défense des retraites par répartition.

Manifestation du 16 janvier 2020, cheminots de la SNCF en grève – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Avec celle de la RATP à Paris, la grève des cheminots de la SNCF (elle aussi historiquement longue) a été l’arme qui a permis de « bloquer le pays ». Cette grève de l’hiver 2019-2020 a été plus longue que la grève « saute-moutons » de 2018 des cheminots contre le « pacte ferroviaire ». En 2018, ce ne fut pas une victoire.

Cheminots Paris sud-est – Ateliers TGV en grève. Manifestation du 16 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Le 1er janvier 2020 ( en plein mouvement social de défense des retraites), la SNCF est devenue une société anonyme (à capitaux 100% publics pour l’instant) et les futurs salariés ne seront plus embauchés au statut de cheminot.

« Cheminot-e-s en grève. Même Macron Même combat » manifestation du 9 janvier 2020 à Paris contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Manifestation du 4 janvier 2020 à Paris contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Mais le mouvement social contre la réforme des retraites ne se limitait pas à la grève historiquement longue et massive des cheminots de la SNCF ou de la RATP. Les enseignants étaient aussi extrêmement nombreux dans les manifestations…
Et ils n’étaient pas les seuls à pointer sur leurs pancartes BlackRock et l’influence délétère de ces « gestionnaires d’actifs » sur les retraites par répartition.

Manifestation du 11 janvier 2020 à Paris contre le projet de réforme des retraites. « BlackRock : un point vraiment noir, pas du tout Rock’n Roll – nos pensions l’intéressent ». Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

BlackRock, le plus gros « gestionnaire d’actifs » du monde depuis vingt-cinq ans, était aussi ciblé par ce mouvement social qui visait à préserver les retraites par répartition.

le BlackRock Bloc d’Attac  – Manifestation du 16 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

La réforme des retraites annoncée allait entraîner une forte diminution du montant des retraites par répartition. Cette baisse était vouée à inciter ceux qui en ont les moyens (et seulement eux) à investir en « actifs financiers » pour conserver un niveau de retraite confortable (mais avec un risque inhérent aux marchés financiers).

Manifestation du 4 janvier 2020 à Paris contre la réforme des retraites. Jean-François Cirelli et BlackRock se font décorer pendant que les Gilets Jaunes se font « défoncer. » Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Ce manifestant rappelle la violence exercée précédemment à l’encontre des gilets jaunes durant le long mouvement social de l’année 2018-2019. Il fait un parallèle avec la légion d’honneur du président de BlackRock, Jean-François Cirelli.
Chevalier de la Légion d’honneur depuis 2006, M. Cirelli a été promu officier de la Légion d’honneur, sur le contingent du Premier ministre, Edouard Philippe, alors même que le conflit social contre le projet de réformes des retraites paralysait le pays, 

Manifestation contre le projet de réforme des retraites, 4 janvier 2020 – A propos de la légion d’honneur remise au patron de Black Rock – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Black Rock, notamment grâce à des rapports adressés au gouvernement français a réussi, en influençant la rédaction de la loi PACTE en 2018, à faire en sorte que « l’épargne des français » soit orientée par l’Etat vers « les actifs financiers » (et donc aussi les fonds gérés par BlackRock).

« BlackRock – Macron roi des riches » Militant CGT 77 Manifestation contre le projet de réforme des retraites, 9 janvier 2020 Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Comme s’en félicitait Black Rock sur son site en 2019, « la loi PACTE permet à l’épargnant de bénéficier d’un allègement fiscal pour les cotisations versées en réduisant sa base imposable sur le revenu, d’accéder à son capital avant la retraite dans certains cas prédéfinis, d’opter librement pour une sortie en rente ou un retrait du capital ou une combinaison de ceux-ci lors du départ en retraite, de transférer son patrimoine à une entité plus concurrentielle sans frais de transfert après 5 ans, et de bénéficier automatiquement de solutions d’investissement efficaces comme la gestion pilotée pendant toute la phase d’accumulation« . https://www.blackrock.com/corporate/literature/whitepaper/viewpoint-loi-pacte-le-bon-plan-retraite-juin-2019.pdf

Manifestation parisienne du 24 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites, 51e jour du mouvement. Banderole (cortège Attac) pointant le rôle du gestionnaire d’actifs Amundi – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

De Amundi à Blackrock, les gestionnaires d’actifs sont intéressés par le développement de la capitalisation en France. Mais comme le souligne l’organisation ATTAC, ils sont loin d’être les seuls : « les assureurs et autres filiales de banques qui proposent des produits d’épargne-retraite le sont tout autant, et sans doute plus directement. Les mécanismes de retraite par capitalisation peuvent être collectifs (dispositifs d’entreprise) ou individuels. Les banques et assurances qui proposent ces produits peuvent ensuite gérer elles-mêmes cette épargne sur les marchés financiers et/ou en confier tout ou partie à des gestionnaires d’actifs. Ces derniers sont alors rémunérés sur la base d’un pourcentage des fonds gérés et/ou en fonction des résultats obtenus. « 
https://france.attac.org/nos-publications/notes-et-rapports/article/note-axa-ag2r-amundi-blackrock-qui-seront-les-grands-gagnants-du-developpement

Manifestation du 10 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites (animation réalisée par des militants d’Attac : « Bernard paie tes cotis ! ») – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Bernard Arnault, patron de LVMH, apostrophé ici par Attac, ne commet pas de grande « fraude » aux cotisations sociales, au sens légal. Il bénéficie simplement de la politique menée par le gouvernement, qui se traduit pas des baisses de cotisations sociales très importantes. En 2019, les entreprises ont bénéficié de 40 milliards d’euros, versés au titre du « crédit d’impôt compétitivité emploi » et d’allègement de cotisations. Ces « allègements de charges » impactent bien-sûr le financement de l’ensemble des protections sociales et des services publics menacés de s’effondrer, faute de financements. Le lien entre ces allègement de cotisations sociales et la réforme des retraites est donc une question fondamentale soulevée par ces manifestants.

Manifestation du 10 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Le 10 décembre 2018, un an très exactement avant cette manifestation du 10 décembre 2019, Emmanuel Macron avait annoncé l’abandon de la hausse de la CSG sur les retraites, pour les pensions de moins de 2000 euros, et une hausse de 100 euros du Smic , après plus de trois semaines du mouvement des gilets jaunes. C’est en fait non pas le Smic mais la prime d’activité accordée aux bas salaires qui allait augmenter (« plutôt que de faire financer les hausses de salaires par les entreprises, il fait payer les contribuables » écrivait Attac. Mais en même temps, le Sénat votait, sur demande du gouvernement, l’allègement de l’« exit tax », un impôt instauré en 2011 pour lutter contre l’exil fiscal .

A propos de Bernard Arnault – Une affiche du film de François Ruffin, à Paris, en mars 2016 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Bernard Arnault dominait le classement Forbes 2019 des plus grandes fortunes. Après une année 2018 encore exceptionnelle pour le secteur du luxe, son groupe LVMH a « explosé les compteurs ». Sa fortune était estimée en 2019 à 66,9 milliards d’euros. Bernard Arnault est le quatrième homme le plus riche du monde. selon Forbes , il est seulement devancé par Warren Buffett (84 milliards de dollars), Bill Gates (90 milliards de dollars) et Jeff Bezos (amazon).

Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites, à Paris, place de la Bastille – « Patron paie tes cotisations » – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Mais si les mesures d’allègement de charges et de cotisations sociales bénéficient à M. Arnault et ses comparses, cela ne les empêche pas d’utiliser par ailleurs tous les moyens mis à leur disposition pour être des champions de « l’évasion fiscale ».

Manifestation du 11 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites à Paris. « Pas d’argent pour les retraites ? Fraude fiscale : 80 à 100 milliards par an. Arrête tes salades Macron » – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Tout cela a été abordé dans des documentaires touchant un large public, comme celui-ci en 2018 :

« Bernard Arnault, l’art de payer moins d’impôts », une enquête de Stenka Quillet diffusée dans « Pièces à conviction » le 28 mars 2018.

Et cet art de payer moins d’impôts (voire aucun) n’est pas nouveau. Ce petit reportage de 1997, montre l’exemple de François Pinault, qui ne payait pas d’ISF, en toute légalité, et alors que cette forme d’évasion fiscale était dénoncée, notamment par le syndicat des impôts, le SNUI, et sa secrétaire générale, Chantal Aumeran :

François Pinault ne payait pas l’ISF (1997)

Peut-on réduire la conception de l’intérêt général à l’addition de certains intérêts privés puissants ?

Manifestation du 5 décembre 2019 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

« Pour que la finance finance les retraites ». En ce mois de décembre 2019, les manifestations se poursuivaient après la nuit tombée…
Malgré la productivité des salariés français, le partage de la valeur ajoutée est de plus en plus favorable au capital par rapport au travail. Il y a donc de la marge pour que les revenus financiers, largement favorisés par E. Macron (flat tax et la suppression de l’ISF) soient aussi taxés pour financer notre système social.

Pour que la finance finance les retraites » – Manifestation du 5 décembre 2019 à Paris

La présence des enfants dans les manifestations défendant les retraites ? C’est une façon de rappeler que ce sont aussi eux qui sont concernés, et d’ailleurs pas seulement ceux qui atteindront la soixantaine.

Manifestation du 4 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites « Nous voulons garder une société solidaire entre les générations, entre les classes sociales, prenons l’argent là où il y en a le plus » – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Pour toute une jeunesse, l’approche de la vie professionnelle et de la vie tout court, ne seront pas les mêmes si elle ne peut compter sur des revenus quand elle n’aura plus de travail, quand elle sera a la retraite. Si la population française épargne autant, sans dépenser une part importante de ses revenus (quand elle en a de suffisants), c’est parce qu’elle n’a pas confiance en l’avenir, notamment en raison des menaces de « réformes » pesant sur les retraites. C’est donc la vie d’aujourd’hui (et l’économie d’aujourd’hui) qui est menacée par un projet concernant nos vieux jours.

Manifestation du 11 janvier 2020 – « Ma pancarte est toute pourrie, ma retraite le sera aussi »- Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

« Dis Papi, c’était comment la retraite ? »
« Je veux que mes parents soient à la retraite plus tôt pour profiter de la vie. »

Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – « Bonnet d’âne pour Macron » – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Avoir la liberté de faire ce que l’on veut de son temps, de « profiter de la vie », au lieu d’être contraint par un travail sous autorité hiérarchique jusqu’à la fin de ses jours. C’est aussi cette question de la liberté que pose aussi la lutte pour la défense des retraites.

Manifestation du samedi 11 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

L’image d’une canne, au-delà d’un clin d’oeil à Barack Obama pour illustrer le travail jusqu’à 67 ans (voire au-delà), n’est donc pas qu’un jeu de mots. L’espérance de vie en bonne santé en 2019 est de 64 ans, et ne s’est plus allongée depuis quelques années.

Manifestation du 10 décembre à Paris contre le projet de réforme des retraites « la retraite avant l’arthrite » – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Travailler au-delà signifie donc dans nombre de cas, le faire avec fatigue ou handicap ou même ne plus le pouvoir pour des raisons de santé. Et pour ceux qui bénéficient d’une espérance de vie en bonne santé au-dessus de la moyenne, la probabilité de chômage est grande.

Manifestation du 24 septembre 2019 – A 60 ans, la retraite, pas le chômage – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Couplé avec le montant de la retraite, l’âge de départ retardé de deux ou trois ans par la réforme combattue (sans que le système à points ne permette de savoir précisément à quel âge chacun partirait) est évidemment la question essentielle.

Manifestation du 11 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – un cortège enseignants « Cylia, 64 ans, prof fatiguée » – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Pour nombre de profs (et pour beaucoup d’autres salarié-e-s) , l’âge de départ à la retraite est déjà de 67 ans, en raison de la nécessité d’avoir travaillé 42 ou 43 annuités et alors que le démarrage dans la vie professionnel se situe en moyenne autour de 25 ans (en raison de la durée des études et de la difficulté à trouver un « vrai’ premier emploi). Le projet de retraites à points ne pouvait qu’allonger cet âge de départ de 67 ans actuel.

Manifestation du 11 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites -« L’espérance de vie en bonne santé bientôt rattrapée par l’espérance de vie au travail » – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Selon les dernières statistiques disponibles en 2020, l’espérance de vie en bonne santé en France est de 64,1 ans chez les femmes et 62,7 chez les hommes dans notre pays,

Un âge qui coïncide étrangement avec « l’âge pivot » du projet de réforme des retraites… Une retraite à laquelle ne pourraient alors avoir droit que des personnes majoritairement en mauvaise santé.

Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Militant de onestla.tech Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Ce militant de onestla.tech brandit lui-aussi une pancarte BlackRock. Onestla.tech est un collectif de travailleurs du monde de la tech et du numérique dont le site a été créé lors de ce mouvement social. Leur manifeste s’adresse aux concepteurs du numérique pour qu’ils se mobilisent contre la réforme des retraites, mais aussi, plus globalement, pour qu’ils se structurent politiquement pour faire entendre une voix différente sur l’automatisation et l’informatisation du travail.

Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – militant-e-s de onestla.techCrédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

On peut remarquer qu’en matière d’automatisation, Blackrock est une puissance mondiale grâce à son logiciel Alladin, comme le montrait bien le documentaire diffusé par Arte et réalisé par
Tom Ockers .

« BlackRock UBER Alerte générale » Manifestation du 9 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

La précarité était aussi au cœur du mouvement social de défense des retraites. Une question qui va de paire avec la question des retraites, et sur laquelle se regroupaient les manifestants les plus jeunes.

« Jeunes déjà précaires, vieux toujours précaires Au profit des actionnaires. Non à un avenir galère « – Manifestation du 11 janvier 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
« Les jeunes en grève contre la précarité » – Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
La précarité tue. Manifestation du 10 décembre 2019 à Paris contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Etudiants de Paris 7 contre la précarité – Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
« Lycéens en grève » – Manifestation du 16 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

On ne peut pas dire que les lycéens étaient massivement mobilisés, au cours de ces manifestations de décembre-janvier 2019-2020. Les enseignants l’étaient beaucoup plus. Et le ministre Jean-Michel Blanquer était apostrophé sur presque toutes leurs pancartes.

Manifestation contre le projet de « réforme » des retraites. 6 février 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
« Sous Macron on a vu brûler Notre Dame, on ne veut pas voir brûler nos retraites. Instits indignés ». Manifestation du 16 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Appréciations des enseignants A lire. Manifestation du 24 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Prof en colère. Manifestation du 11 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Jean-Michel Blanquer « Tout va bien » – une pancarte de la manifestation du 6 février 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

« Education nationale. C’est un peu comme à l’hôpital ».

Les professionnels de la santé et le personnel soignant des hôpitaux étaient aussi mobilisés en décembre-janvier 2019 -2020 pour la défense des retraites.

Soignantes lors de la manifestation du 17 décembre 2019 contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Avec leurs masques (qui n’avaient pas la même connotation avant l’épidémie du covid-19), les soignants alertaient une fois de plus sur les conséquences de la politique menée à l’encontre de l’hôpital public

Manifestation du 24 janvier 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Manifestation du 5 décembre 2019 pour la défense des retraites– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Ces pancartes font bien-sûr allusion aux violences exercées par les CRS à l’encontre des manifestants, notamment tous les « gilets jaunes » éborgnés par des tires de LBD/flash-balls lors de leur mouvement l’année précédente. Les lanceurs de balles de défense (LBD) projettent des balles semi-rigides de calibre 40 mm. Selon le site desarmons.net, en 20 ans, l’Etat français a rendu borgne 65 personnes, dont 29 en une année. Le LBD a succédé au Flash-Ball superpro® du fabricant français Verney-Carron.
Les grenades de désencerclement (DMP) ont aussi éborgné des manifestants. Les grenades assourdissantes sont une autre arme fréquemment utilisées par la police dans les manifestations.

Grenade assourdissante dégoupillée, sur le trottoir durant la manifestation du 1er mai 2017 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
« Castaner Gaztamère démission » Manifestation défense des retraites. 6 février 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Les pancartes dénonçant la violence des forces de l’ordre était très nombreuses. Ce manifestant pointe le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, qui était déjà à ce poste lors du mouvement des Gilets jaunes.

Radio France – Défense de l’audiovisuel public – Manifestation du 24 janvier 2020 pour la défense des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Le grand mouvement social de défense des retraites de 2019-2020 a eu lieu alors qu’une grève à Radio France s’était prolongée pendant une durée inédite, avec très peu de programmes diffusés sur les antennes et beaucoup de musique à la place (et toujours les mêmes playlists). La CFDT, le SNJ, l’UNSA et SUD avaient rejoint la grève à radio-France pour les journées de temps forts.

Les salariés s’opposaient au plan conçu par la patronne du groupe public, Sibyle Veil, qui visait à supprimer 299 postes sur un total de 4 400, et à en recréer 76 pour développer le numérique. Etaient menacés : un tiers du chœur de Radio France et des salariés de FIP, des dizaines de postes à la documentation, à l’informatique, des postes de réalisateurs et de technicien et des emplois à l’accueil et à l’entretien du bâtiment… Près d’un mois après son lancement, le mouvement perdurait face à une direction sourde à cette défense des emplois et de l’audiovisuel public.

Radio France – Défense de l’audiovisuel public – Manifestation du 16 janvier 2020 pou la défense des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Cette grève exceptionnellement longue de deux mois à la Maison de la radio a été suspendue le 3 février 2020. Les négociations ainsi qu’un nouveau préavis de grève annoncé en mars 2020 ont finalement été interrompues pour cause de coronavirus…

Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Quelques rémunérations de dirigeants d’entreprises publiques ou majoritairement détenues par l’Etat sont pointées sur cette photo par une manifestante.
– L’Etat détient 23,64% d’Engie,   la PDG d’alors, Isabelle Kocher a été évincée fin février 2020, ses indemnités de départ étaient évaluées à 3,5 millions d’euros.
– Le président Macron a choisi Jean-Pierre Farandou pour succéder à Guillaume Pepy à la tête de la SNCF au 1er janvier 2020, avec une rémunération de 450 000 euros brut par an, le plafond pour les patrons d’entreprises publique.
– Arrivée en 2017 à la tête de la RATP, à la suite d’Elisabeth Borne entrée au gouvernement, Catherine Guillouard a été reconduite en 2019 pour cinq ans. A cette occasion, l’Etat a augmenté de 50 000 euros son salaire fixe annuel, passé de 300 000 à 350 000 euros. En y ajoutant la rémunération variable d’un montant de 100 000 € maximum (liée à la performance de l’entreprise), le total passe de 400 000 à 450 000 euros – le plafond —, soit 12,5 % de hausse.

Manifestation du 4 janvier 2020 – Opéra Bastille « Défendons nos retraites, bloquons Macron » – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
retraite à 52 ans des forces de l’ordre, manifestation défense des retraites du 17 décembre 2019 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Les policiers peuvent bénéficier d’un départ anticipé à la retraite, à partir de 52 ans. Ce régime spécial était menacé comme l’ensemble des retraites par le projet de réforme des retraites de novembre 2019. Mais une « grogne » des policiers avait suffit à faire reculer le gouvernement. Dès le 12 décembre 2019, les trois syndicats majoritaires de la police avaient salué des « avancées » dans le sens d’un maintien du régime spécial de retraites pour tous les policiers après une réunion place Beauvau. Alliance, Unsa et Unité SGP-FO suspendaient dès lors leur contestation.

Le pied de la colonne de juillet à Paris occupé par les CRS – Manifestation du 17 décembre 2019 contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

L’espace au pied de la colonne de juillet, place de la Bastille à Paris, un espace symbolique si souvent investi par les manifestants de tout poil, était occupé par les CRS lors de la manifestation du 17 décembre 2019. Les manifestations contre la réforme des retraites de cet hiver 2019-2020 ont régulièrement interrompues, bloquées ou coupées en deux par des barrages de CRS et des tirs de leurs lacrymos.

Plus de retraites, moins de matraques Manifestation du 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

La majorité des pancartes concernant les forces de l’ordre étaient plus axée sur les violences exercées à l’encontre des manifestants, que sur le fait qu’ils avaient obtenu très rapidement le maintien de leur retraite à 52 ans..

Le avocats, conseil national des barreaux – Manifestation du 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Les avocats ont été eux-aussi très présents parmi les manifestants de décembre 2019 et janvier 2020 contre la réformes des retraites.

Ordre des avocats, Barreau Val-de-Marne – Manifestation du 9 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Les questions relatives à la santé et au service public étaient aussi très présentes dans les manifestations.

« Usager de la santé » – manifestation du 24 janvier 2020 contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Outre la santé, le climat n’était pas oublié des pancartes durant les manifestations de décembre 2019 et janvier 2020

Pour une planète bien cuite et une retraite à point -Manifestation du 9 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Sauvez le climat, pas le projet Delevoye Manifestation du 16 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Au moment où cette photo a été prise, il était déjà avéré que Jean-Paul Delevoye, le Haut-Commissaire aux retraites, était en conflits d’intérêts. Il avait “oublié” de déclarer ses liens avec le secteur des assureurs (révélation du journal Le Parisien du 8 décembre). Puis d’autres révélations avaient été publiées en cascades dans les médias. Ainsi, JP Delevoye avait été rémunéré en 2018 et 2019 par un institut du secteur des assurances, cumulant ainsi cette rémunération avec celle de membre du gouvernement , la cumulant aussi avec sa retraite de parlementaire pour un total déclaré de 10 135 euros par mois.

Retrait de la réforme Macron-Delevoye – banderole Force ouvrière (FO) Val de Marne – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Puis chaque jour, de nouvelles révélations dans les médias montraient des conflits d’intérêt et/ou des cumuls de fonctions et des rémunérations additionnelles touchées par M. Delevoye. Le 20 décembre, Le Média révélait par exemple que l’association la Chartreuse de Neuville, présidée par Jean-Paul Delevoye, avait obtenu des promesses de financement à hauteur d’un million d’euros de la la part d’AG2R La Mondiale, l’assureur étant intéressé par la future réforme des retraites.

« Retraites à points : Et 1, et 2, et 3 fonctions ! Delevoye Qui seraient les gagnants de cette réforme : Assurances, Education privée, SNCF en concurrence » – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Le secteur de l’assurance complémentaire retraite (la part retraites qui fonctionne déjà par capitalisation et au point) devait bénéficier de la réforme qui allait se traduire par une réduction des pensions de retraite du régime général, et donc par un accroissement du rôle des retraites complémentaires gérées par les assureurs (vases communicants). Jean-Paul Delevoye a démissionné le 16 décembre 2019. Il a été remplacé par le député LREM Laurent Pietraszewski.

Expérience d’une retraitée à propos du point ARRCO AGIRC février 2020 – Manifestation contre le projet de « réforme » des retraites. 6 février 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

L’expérience des retraites complémentaires ARRCO-AGIRC relatée par cette retraitée sur cette photo est intéressante :

« La valeur du point ARRCO-AGIRC de ma retraite n’a pas diminué !!! mais est restée gelée de 2013, à fin 2019 (+1,6%). Soit sur 6,6 ans où l’inflation non revalorisée a été de 6% et la hausse de la CSG de 1,7%, une baisse annuelle de pouvoir d’achat de 7,7% ».

Le « Canard Enchaîné » révélait par ailleurs à la même période qu’un salon de l’Elysée avait été privatisé, une demi-journée entière, pour le fonds d’investissement américain, BlackRock, qui, comme on l’a souligné sur cette page était très concerné par les potentielles opportunités offertes par la réformes du système des retraites en France, Des membres important du gouvernement participaient à cette demi-journée : Muriel Pénicaud, Bruno Le Maire, Elisabeth Borne et Benjamin Griveaux… Tout cela précédé d’un déjeuner à Matignon avec Edouard Philippe.

La macronie est bientôt finie – Manifestation du 5 décembre 2019 à Paris – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

La photographie ci-dessus a été prise lors de la manifestation du 5 décembre 2019 à Paris, boulevard Voltaire, alors que l’immense cortège de manifestants avait été coupé en deux par une intervention des CRS à la hauteur de la place de la République, dès le début de la manifestation. Les organisations syndicales et politiques se retrouvaient d’un côté de la place, à l’arrière, boulevard de Magenta, tandis qu’à l’avant se retrouvaient des milliers de manifestants plus ou moins « isolés ».

« Carré de tête » manifestation défense des retraites – CGT (Philippe Martinez…), FSU, Solidaires (Cécile Gondard-Lalanne…) à Paris bd du Temple – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Un mois et demi auparavant (photo ci-dessus) avait eu lieu une première grande manifestation à Paris contre le projet de réforme des retraites, le 24 septembre 2019, avant le déclenchement de la grève à la RATP et à la SNCF.
D’autres manifestations avaient eu lieu les semaines précédentes (les avocats, les médecins, les pilotes, les infirmières, la RATP ou encore Force Ouvrière (FO)…).

« Carré de tête » manifestation défense des retraites – CGT (Philippe Martinez…), à Paris bd du Temple – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND


Le 24 septembre 2019, l’appel n’était pas encore unitaire, mais c’était une image « classique » de manifestation, le cortège de tête composé de représentants côte à côte des organisations syndicales appelant à manifester (leur banderole étant protégée par un gros service d’ordre) et derrière, tous les manifestants censés marcher par fédérations/métiers, unions locales, syndicats, associations…

Manifestation du 17 décembre 2019 contre la réforme des retraites. Service d’ordre du « carré de tête » intersyndical CGT FSU FO Solidaires en milieu de manifestation – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Or les manifestations suivantes contre le projet de réforme des retraites ne se sont pas déroulées comme cela. Le carré de tête, quand on le voyait, était perdu au milieu de la manifestation. Le fait que la police ait régulièrement coupé les manifestations, en bloquant les cortèges/camions syndicaux, a incité des manifestants (par milliers), qui n’étaient pas accrochés à une banderole, à se faufiler à l’avant du cortège pour pouvoir bouger.

La première grande manifestation, en même temps que les grèves, le jeudi 5 décembre 2019 (pour la défense des retraites).– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

De plus, l’importance de la mobilisation se traduisait par la présence de très nombreux manifestants et grévistes non rattachés à une organisation, de gilets jaunes, etc. et qui ne se sentaient pas obligés de suivre l’ordre des cortèges prévu lors de l’organisation de la manifestation.

Manifestation du 5 décembre 2019 – manifestants marchant devant le cortège de tête – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

On avait déjà assisté à cette occupation non négociée et non organisée de la tête de manifestation lors des mouvements sociaux de ces dernières années (mobilisations contre la loi travail notamment), les autonomes en particulier, et autres black blocks, même peu nombreux, s’étaient souvent imposés en tête, y compris pour des 1er mai, comme en 2017. Ce qui avait prétexté à chaque fois des interventions violentes de la part des CRS et un discours médiatiques ne parlant que des « violences » (des black blocks, et non celles des CRS) .

Graffiti réalisé par des autonomes en tête du cortège du 1er mai 2017 (avant le second tour des élections présidentielles opposant Macron et Le Pen « Entre la reine des racistes et le roi des capitalistes, le dégoût et la révolte »– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Par ailleurs, à partir du moment où la grève de décembre 2019 s’est déclenchée, à la RATP notamment, il était intéressant de voir que c’est ce secteur qui menait la grève la plus dure, alors qu’un syndicat réformiste, l’UNSA-RATP, avait été élu avec autant de voix que la CGT-RATP aux élections professionnelle précédentes et que SUD-RATP avait reculé suite à une scission interne…

Manifestation-retraites du 28 décembre 2019 – RATP cheminots, UNSA – crédit photo Paule Bodilis licence Creative Commons CC-BY-ND

Les élections professionnelles à la RATP en novembre 2018 avaient été marquées par une avancée de l’Unsa qui gagnait la première place (30,19 % de voix) , à un cheveu devant la CGT (30,11 % ), tandis que la CFE-CGC était en 3ème position, suivi de SUD, de FO… Une élection pour la première fois par vote électronique, avec un faible taux de participation, de 45,13 % (contre 65 % en 2014).

Un militant de l’UNSA-RATP – Manifestation du 9 janvier 2020 à Paris contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Des militants de la CGT-RATP – Manifestation du 16 janvier 2020 retraites CGT RATP – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Manifestation retraites du 28 décembre 2019 – RATP cheminots, UNSA – crédit photo Paule Bodilis licence Creative Commons CC-BY-ND
Des militants de SUD-RATP – Manifestation du 9 janvier 2020 à Paris contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

A propos d’élections, ce panneau accroché le long de la manifestation (photo ci-dessous) rappelait avec humour le sens de l’élection présidentielle grâce à laquelle Emmanuel Macron est arrivé au pouvoir en France en 2017.

Le long de la Manifestation du 5 décembre 2019 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Le 7 mai 2017, au 2ème tour des élections présidentielles,  Emmanuel Macron avait été élu devant Marine Le Pen, grâce à un vote barrage contre le Front national.
Et même face au danger de l’élection de Le Pen, le scrutin avait été marqué par une abstention de 25,4 % (un taux important pour un second tour d’élection présidentielle), et par un record de votes blancs ou nuls, à savoir plus de 4 millions.

Paris, 5 décembre 2019 (manifestation pour la défense des retraites). Plus d’un million de manifestants dans toute la France. Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Collectif Interpro du XXème arrondissement de Paris – Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Certains collectifs/AG interpro, comme celui du XXème à Paris, ou comme celle d’Aubervilliers, étaient très actifs.

AG Interpro Aubervilliers – Manifestation du 16 janvier 2020 à Paris contre le projet de réforme des retraites Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

D’autres manifestants, comme ces salariés de Mediapart (photo ci-dessous) montraient leur soutien et leur « solidarité aux cheminot·e·s, enseignant·e·s, personnels de santé, salarié·e·s de l’industrie, avocat·e·s, danseur·e·s, employé·e·s du numérique, chercheur·e·s, et à toutes celles et ceux qui s’impliquent dans cette lutte depuis décembre« , par une journée de grève le 24 janvier 2020 (51ème jour du mouvement général).

Manifestants grévistes de Mediapart, manifestation du 24 janvier 2020 contre le projet Macron de réforme des retraites– Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

D’autres catégories de salariés étaient aussi représentées, comme ces salariés d’associations (le nombre de ces salariés n’est pas négligeable, en France), mis en avant ici par une militante de Solidaires :

Les salariés d’associations – Manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Des égoutiers (CGT) – Manifestation parisienne du 16 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Le mouvement social contre la réforme des retraites a mis en lumières les conditions de travail de certains métiers, comme les égoutiers. Si la réforme des retraites avait été adoptée, les égoutiers auraient du travailler beaucoup plus longtemps, alors qu’ils meurent plus tôt que la moyenne des travailleurs français. « Dans la merde »« dans le noir » et « le dos plié en deux », ils sont 285 à entretenir les 2.600 kilomètres d’égouts de la ville de Paris. Comme le racontait ce reportage de Reporterre.net, « Nous travaillons là où toutes les eaux usées se déversent de vos toilettes, de vos douches, de vos machines à laver, des toits et des chaussées, raconte Marina, égoutière depuis huit ans. Nous marchons littéralement dans la merde, au milieu des rats et des cafards. »

Un jeune égoutier à Paris, lors de la manifestation du 6 février 2020 contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Ce mouvement social a eu la capacité de rassembler des professions aussi différentes que les égoutiers et le personnel de la comédie française ou celui de l’Opéras de Paris…

« Macron, notre retraite ne sera pas une comédie à la française ! » manifestation du 11 janvier 2020 à Paris contre le projet de réforme des retraites, 51e jour du mouvement – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
« Opéra de Paris en grève » manifestation du 11 janvier 2020 à Paris contre le projet de réforme des retraites, 51e jour du mouvement – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Prenez l’humanité en main ! manifestation du 24 septembre 2019 contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Cette militante appelle à soutenir le journal l’humanité par un abonnement. Fondé en 1904 par Jean Jaurès. Proche du PCF, propriété de ses lecteurs et lectrices, de ses ami-e-s et de ses salarié-e-s, l’humanité est, avec La Croix, le seul quotidien papier français « indépendant des puissances d’argent ». Après dix mois de redressement judiciaire, le plan de continuation de L’Humanité a été validé par le tribunal de commerce de Bobigny, le 28 décembre 2019, en plein mouvement social contre la réforme des retraites.

Le PCF, bd St Martin, manifestation du 24 janvier 2020 à Paris contre le projet Macron de réforme des retraites, 51e jour du mouvement – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Les organisations politiques, comme c’est le cas depuis quelques années, se tenaient le long du parcours des manifestations, et leurs militants devaient par ailleurs battre le pavé dans les différents cortèges.

A l’hôpital, la fièvre jaune ne retombe pas – Gilet Jaune et France Insoumise ( Jean-Luc Mélenchon et Adrien Quatennens) – manifestation défense des retraites. 6 février 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Des militants / sympathisants de Lutte ouvrière lors de la manifestation contre le projet de « réforme » des retraites. 6 février 2020 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
« Tous ensemble, faisons-les battre en retraite » banderole NPA, manifestation contre réforme des retraites 17 décembre 2019 – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Au départ et à l’arrivée des manifestations, l’occupation des statues en place est souvent photogénique.

Manifestation du 11 janvier 2020 contre le projet de réforme des retraites, des manifestants sur l » Le Triomphe de la République « , à Paris, place de la nation, lieu de départ de la manifestation – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Manifestation du 10 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites, des manifestants sur le lion de Belfort, à Paris, place Denfert rochereau, lieu d’arrivée de la manifestation – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
« Mettre en place un régime égalitaire ne veut pas dire mettre en place un régime équitable, ne soyons pas dupes » – Manifestation parisienne de janvier 2020 contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
« Tous unis contre la réforme des retraites » en français et en arabe . Manifestation du 16 janvier 2020 à Paris contre le projet de réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND
Manifestation du 17 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites. Fusion Macron-Thatcher – Crédit photo POPH licence Creative Commons CC-BY-ND

Emmanuel Macron, sourd au gigantesque mouvement social de 2019-200, en fusion avec Margaret Thatcher, la dame de fer, inflexible face aux mineurs grévistes anglais en 1984-1985. Thatcher, incarnation de la « révolution conservatrice » et néo-libérale des années 1980, avec Ronald Reagan. 

Manifestation parisienne du 9 janvier 2020 contre la réforme des retraites – Crédit photo Jeanne Menjoulet licence Creative Commons CC-BY-ND

Marre de simuler ma retraite, je veux en jouir !!!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.