Découvrez Bang-Bang TV

Bang-Bang TV est une webTV passionnante, librement accessible en ligne 

 https://bang-bang.tv/

Au 1er janvier 2020, le catalogue Bang-Bang TV recense déjà 6825 vidéos. 1/3 sont des vidéos autour des manifestations et grèves, pertes industrielles, analyses des colères sociales et leurs réponses politiques.


Interview

De quoi est fait le catalogue de Bang-bang TV ?

Nous avons 75 Documentaires et Reportages, assez peu encore, contre 362 Explicatifs, car nous avons privilégié les formats plus courts, permettant de cerner rapidement des questions de société (énergie, sécurité, pauvreté, fiscalité, etc).

Le catalogue est très spontané, cela vient des inquiétudes et des sujets que sous-tendent l’actualité au gré de nos découvertes. Pour une bonne vidéo, il faut souvent en voir une bonne dizaine.

Beaucoup d’interviews, de conférences, d’universités populaires, de sujets développés par des bloggeurs. La proximité et le dialogue humain, entre citoyens, entre chercheurs et citoyens, nous semble essentiel en cette période.

Nous avons aussi quelques rubriques sur l’autonomie, les initiatives d’entraide, les alternatives… c’est important pour pouvoir se situer soi-même. Certains sont dans le combat, d’autres dans la construction, d’autres dans l’expérimentation, d’autres dans la transmission de savoirs.
Toutes ces énergies sont complémentaires. Bang-Bang.tv cherche à ouvrir les horizons, à rendre compte des initiatives et, à sa petite échelle, impulser l’envie d’aller à la rencontre les uns des autres.

A quel public vous adressez-vous ?

Nous avons près de 900 membres réguliers et 77 000 visiteurs uniques à ce jour.

Nous nous adressons prioritairement à un public français mais nous avons des visiteurs du monde entier, probablement des expats et pas mal de pays francophones mitoyens, Suisses, Belges, Luxembourgeois.

Le contenu s’adresse à tout le monde mais, forcément plus aux personnes qui souhaitent réformer et réhumaniser la société, qui dépassent la notion de position politique a priori. Il faut savoir écouter des visions très variées sur la société et entrer dans une démarche constructive, émancipée des clivages.

Par ailleurs, on collabore et soutient des collectifs citoyens tels que i-Boycott, Culture Ric, Le Vrai Débat, Objectif RIC qui tentent de remettre les citoyens au coeur du dialogue et de la réflexion.

Quelle est la meilleure façon de regarder Bang-Bang TV régulièrement ?

Avec un bon petit verre de vin bio « Ni Dieu, Ni Maitre, Ni Sulfites », au fond de son canapé… sourire. C’est un bon exemple de désinformation, l’anarchisme, ça a été complètement falsifié historiquement comme beaucoup d’autres courants de pensée ou de faits historiques que l’on a simplifié, caricaturé et sortis du débat à coup d’épouvantails. Il y a beaucoup de Boogie Man dans notre culture contemporaine.

Bang-Bang.tv se prête à voguer de vidéos en vidéos. Nous avons privilégié la rapidité de lecture des vidéos grâce à un player qui vous laisse sur la même page et une playlist rapide par catégorie, ce qui rend facile le zapping. Ce n’est pas encore parfait, nous faisons à mesure de nos moyens et de notre temps.

La connaissance, on y prend goût. Vous trouverez une mine de sujets captivants et vous y reviendrez assez facilement dès lors que l’on se sent gravir les échelons de l’éveil. Il est désormais possible de mettre les videos dans sa Watch List quand on est inscrit pour pouvoir revenir sur des vidéos en cours ou si l’on souhaite se les mettre de coté pour les conseiller à d’autres.

Pour la petite anecdote, je passais souvent mes soirées à regarder une fiction pour me détendre, j’avais l’impression (fausse) que cela m’apportait un regard sur la société même si c’était une interprétation cinématographique, je comprends mieux maintenant la critique du philosophe Yann Kerninon. Depuis que je travaille sur Bang-Bang.tv, mon intérêt c’est réorienté vers le réel – je me suis rendue compte que j’accumulais des savoirs précieux qui m’ont donné une grande pulsion de vie et j’ai d’ailleurs, depuis, mené des projets et pris des décisions dont je ne me savais pas capable.

Non seulement on apprend énormément de choses qui font que l’on peut détecter rapidement les mensonges de l’actualité, qu’on peut développer des arguments avec conviction et calme– ce qui est nécessaire pour bonifier la société et les rapports humains sains – mais en plus, personnellement, ça m’a vraiment donné envie d’aller à la rencontre des gens partout en France. Il y a des gens formidables.

On pourrait croire que la prise de conscience déprime mais en réalité, elle nous permet de reconnaitre ce que l’on veut, ceux qui nous inspirent et, on peut, j’en suis persuadée, chacun à notre niveau, tirer toute la société vers le haut.

L’erreur est de sous-estimer sa participation au monde, si petite soit-elle.

Quand avez-vous créé Bang-bang TV et à quelle occasion ?

En novembre 2018, quand j’ai constaté la déformation manifeste de l’information concernant les Gilets jaunes, j’ai spontanément eu envie de créer un site en ligne qui permettrait aux citoyens de poster leurs vidéos afin de rééquilibrer l’information et de centraliser la parole citoyenne afin que chacun puisse mesurer non seulement l’ampleur des problèmes mais aussi l’ébullition actuelle.

La parole citoyenne est devenue bien plus riche que les débats médiatiques, il y a beaucoup d’information biaisée et un ton qui ne se prête pas à l’importance de l’époque que nous traversons.

J’ai préalablement demandé sur facebook aux gens si ça leur serait utile et l’enthousiasme général m’a donné le feu vert. En tant que geek, pour moi, c’était assez simple à mettre en place.

J’ai eu comme beaucoup de monde une sorte d’électrochoc en voyant la population se solidariser pour dire Stop au non-sens des politiques qu’on nous inflige et, le terreau de tout cela, je pense que cela a été la déception immense, pour ne pas dire la trahison, de la gauche au quinquennat précèdent. Même si je n’étais pas concernée directement par les premières revendications, et je suis écolo, progressiste, passionnée d’innovation, mais justement parce que je suis écolo, je suis aussi en contradiction avec les choix politiques, y compris ceux des « verts » parce que nous pourrions aujourd’hui être dans une toute autre disposition si nous n’avions pas étouffé des innovations depuis les années 70 (l’Aerotrain, la voiture Nouvo à air comprimé, etc…).

Ce que j’ai ressenti, c’est une rupture nette avec la représentation politique et la politique menée depuis plusieurs quinquennat. Un ras le bol, un réveil d’humanité.

Je n’étais pas seule à trouver que cette société triste, freinée, moralisée, me plombait et j’étais – je suis toujours fière de voir tous ces gens dans la rue, dans le froid, sous une pluie de lacrymogènes, revendiquer « un monde meilleur ».

Le fait que ce mouvement soit décousu et dissonant, que les pans de société qui se réveilent ne soient pas alignés, est dans l’ordre des choses et localement, les universités populaires, les débats relient petit à petit, réparent et anéantissent l’individualisme qui est devenu une religion dans nos sociétés. Bang-Bang.tv, c’est une petite pierre à l’édifice, un œil sur cette ébullition.


La force de ce réveil réside dans le fait même qu’une multiplicité de connexions, d’initiatives, de réflexions, d’actions pour l’éveil sont en ce moment même en train de faire leur chemin. On ne peut pas éteindre cette crise parce qu’elle est naturelle, profondément humaine, et que c’est déjà la seconde lame d’une prise de conscience.

Les premiers éveillés, depuis au moins une dizaine d’année, ont planté les graines et certains sont aujourd’hui désespérés, fatigués, pendant que d’autres prennent la relève.

Je dis cela avec certitude car ce à quoi je ne m’attendais pas, c’est de trouver autant de contenus vidéo en ligne, autant de bloggeurs, de citoyens, de spécialistes (historiens, sociologues, philosophes, scientifiques, professeurs, étudiants…) et de passionnés autodidactes qui nous transmettent des réflexions sur la société à tous les niveaux. Depuis 2015, au minimum, des citoyens partagent leurs savoirs, c’est une véritable révolution.

Cela va de contenus de qualité quasiment journalistiques, aux conférences, aux déclarations solo jusqu’à des exercices de style critiques sous des formes assez artistiques, dans la satire ou dans le zapping. C’est très foisonnant et c’est vraiment, je pense, un tournant notable d’internet.

De l’insatisfaction culturelle des médias traditionnels, les gens se sont saisis de la vidéo pour offrir un autre prisme de la société et de nouveaux savoir-vivre. J’ai eu l’occasion de discuter avec des bloggeurs extrêmement heureux et curieux de Bang-Bang.tv, de la mamie qui fait de la résistance à des jeunes très humbles alors qu’ils font un travail hyper pointu. Pour eux, c’est gratifiant et motivant de faire partie d’un catalogue de qualité pour l’éveil citoyen et je suis heureuse de leur donner la visibilité qu’ils méritent.

Quelles ont été vos motivations ?

La taxe sur le carburant, c’est la goutte qui a fait déborder le vase tant la contraction financière que vivent les classes moyennes devient écrasante, mais c’est l’urgence écologique qui crée un contexte de rejet plus radical, par son caractère irréversible. L’éveil s’opère en ce moment : ceux qui pensaient vouloir plus de pouvoir d’achat se rendent compte que le problème n’est pas là. Nous sommes en pleine allégorie de la caverne de Platon.

Beaucoup ont encore du mal à sortir du conditionnement et prendre de la hauteur. Le point de convergence réside dans la réalisation d’une nécessité de réviser et de transformer notre système tout entier. Pas pour tout casser, mais plutôt comme le dit Stiegler parce que ce système n’est pas pérenne, il détruit la planète, et l’évolution veut que nous ayons l’intelligence de nous renouveler.

Au delà de la couverture des grèves et des manifestations, avec les quelques bénévoles qui ont voulu participer activement et les vidéos postées par les citoyens,Bang-Bang.tv s’est tout de suite élargit à l’écologie, à la sociologie, à la démocratie, aux communs, à des questions de société plus larges.

La société, le système, sont dans une période de remise en question très forte, de rejet mais surtout de délitement. C’est l’impression que l’on a quand on regarde toutes ces vidéos et qui se confirme tant il y a de sujets sur la table.

Mes motivations sont passées de la curiosité – je n’étais pas très politisée quand j’ai démarré – à l’investigation, parce que c’est comme une pelotte, vous tirez un fil et vous en avez un autre, puis un autre… et vous vous rendez compte que tout est lié d’une façon ou d’une autre. Le choc, il me semble, vient lorsque vous réalisez que les politiques, dont la tâche est de résoudre ces problèmes, ne le font pas, voire les cultivent ou les accentuent. On a un sentiment de sabotage ou d’incompétence.

Attention, je ne dis pas « tous pourris », j’ai une vision bien plus complexe de la situation : il y a des gens très bien, mais dans une cacophonie et un enlisement tel que ces gens se fatiguent aussi pour de très petites victoires et une inertie qui les ronge à petit feu – très certainement. Une commission récente, sur la politique des territoires, a permis à Borloo de s’exprimer – il est d’ailleurs respecté tous bords politiques confondus – et on peut y mesurer le désarroi interne des acteurs de bonne volonté.

Mon objectif, c’est d’éveiller. Ou peut-être plutôt de réveiller. Les gens sont comme endormis et beaucoup ont de fausses croyances ou sautent hâtivement sur des conclusions parce qu’on les a nourrit au petit lait de mensonges,  que la gymnastique intellectuelle et critique s’est perdue, à mon sens avec la dégradation des médias mainstream. Même si il y a tout de même d’excellents reportages qui parviennent à briser l’omerta et des réalisateurs, des journalistes d’investigation qu’il faut féliciter.

Le chemin que j’ai fait, je le souhaite à tout le monde.

C’est assez puissant et libérateur de comprendre les choses. Cela change complètement notre regard sur la société, sur nos croyances – qui est souvent très étherique, dans la vie on a une vague idée des choses parce que ça ne nous intéresse pas vraiment. La gestion de la cité, ça dépasse notre vie individuelle, ça façonne beaucoup notre chemin et cela conditionne, quoiqu’on en dise, notre accès au bonheur.

On nous vend le mythe du succès pour tous, pour ceux qui se donneraient la peine, mais c’est faux et cela devient de plus en plus faux. La société se referme, et les gens en souffrent.

Même dans les strates financièrement à l’aise, je connais beaucoup de gens qui déchantent et qui redécouvrent, pour certains, les vrais valeurs humaines, en allant côtoyer des couches sociales inférieures. Ceux qui ne le sentent pas encore, c’est peut-être ceux qui sont vraiment embrigadés dans le consumérisme, dans les trentenaires et surtout dans les grandes villes, ceux qui vivent très bien dans une forme de superficialité leur bonheur, mais même ceux-là verront une limite à leurs satisfactions épicuriennes tôt ou tard, parce que le médiocre est en train de s’immiscer partout.

Ce qui m’inquiète et crée un surcroit de motivation, ou plutôt qui me retient sur ce projet, c’est le danger réel qui plane sur nous, au niveau écologique, un effet domino extrêmement vaste, incontrôlable, impossible à mesurer et irréversible qui « nous oblige ». Nous sommes dans une course à la montre et les médias, de ce point de vue, sont des irresponsables, je dirais même, ils sont coupables d’en faire des sujets anecdotiques. Je pense que c’est ce qui remet tout en question, bien plus fort aujourd’hui, parce que c’est consciemment insupportable.

Pour finir, personnellement, je n’ai aucune ambition à travers cette web tv, je la vois un peu comme une collection de vidéos d’éveil à laquelle chacun contribue. Je crois beaucoup en l’intelligence collective : c’est l’avenir. Bang-Bang.tv est pour les citoyens, un endroit pour trouver et diffuser facilement de bons contenus qui alertent et qui donnent aussi de l’espoir.

Qu’est-ce qu’une web-TV participative ?
Quels axes et ligne éditoriale avez-vous choisis pour Bang-Bang TV ?

Le principe d’une web tv participative, c’est que tout le monde puisse publier des vidéos nommément ou anonymement.

Ensuite, nous modérons pour respecter une certaine « qualité » d’information et nous vérifions systématiquement que cela ne véhicule pas de « fake-news » ou une « déformation de l’Histoire ». Toutes réserves gardées, nous ne sommes pas journalistes de métier et nous sommes bénévoles, c’est pourquoi chacun peut nous signaler une vidéo et argumenter avec des sources.

Il faut aussi que les vidéos apportent des éclairages ou une critique toujours dans le but de permettre la réflexion. Tout va dans le sens de se construire sa propre opinion sur la société et de s’émanciper.

A ma grande surprise, on a rarement eu à rejeter des vidéos. On évite juste les bavardages de chroniqueurs télé, les paroles directes de politiciens si elles ne sont pas liées à l’actualité des manifestations ou de la politique en cours. On préfère toujours un décryptage citoyen ou des médias alternatifs.

On évite aussi les vidéos trop barbantes si on peut, le temps est précieux, il nous arrive parfois d’aller chercher de meilleures vidéos, plus rythmées, plus qualitatives, sur un thème proposé.

Personnellement, je poste beaucoup de vidéos sur le site, j’ai toujours été très vorace de ce format pour apprendre, les podcasts et radios aussi peuvent être intéressants. Il viendra probablement un temps où je transmettais à quelqu’un d’autre les clés de la continuité car j’ai d’autres projets. L’actualité est boulimique en attention et la trier, c’est presque du non-stop tant il y a de rebondissements, les citoyens impliqués sont donc sans cesse les bienvenus et en continuelle rotation sur ces rubriques.

Fin de l’Interview de Bang-Bang TV


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.