La déposition d’une jeune résistante de 17 ans (1945)

Cette déposition a été écrite en août 1945 par Francine Sébastien, dont la biographie est retranscrite dans une autre page de ce carnet , déposition faite auprès des services américains en France,

Les services américains ont effet versé en 1945 une petite somme à certains résistants (de France ou d’autres pays d’Europe), qui avaient (notamment) aidé des aviateurs américains. Pour cela, il fallait faire une déposition et constituer un dossier. Le montant de ce dédommagement a été ainsi de un peu plus de 2500 euros (en valeurs d’aujourd’hui) pour Francine, et de moins de 5000 euros pour sa mère.

Dans cette déposition, la jeune Francine ( née le 23/02/1926, elle avait 17 ans en 1943) résume (deux ans plus tard) son parcours de jeune résistante avant sa capture par la Gestapo.

Elle a pu être retranscrite sur cette page grâce aux documents que nous a transmis Barbara Wojcik, nièce de l’un des aviateurs ( James Wilschke) cachés/abrités par Francine Sebastien, lycéenne, et sa mère, Jeanne Sebastien, directrice d’école .

Nous remercions Barbara Wojcik de nous avoir transmis ces documents trouvés par elle aux Archives Nationales des Etats-Unis. Ces archives sont aujourd’hui déclassifiées et sont conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland).   Les autres documents relatifs au réseau de résistance MARIE-ODILE ou aux aviateurs sont accessibles ici.


COPY 

  REPORT SENT IN BY Mlle FRANCINE SEBASTIEN                       

7 August 1945

En juin 1943, un avion anglais de type Lancaster  était abattu par un chasseur Allemand, au-dessus d’Ingrandes (Maine & Loire) en revenant de mouiller des mines dans le sud de la france. Deux des aviateurs réussir à sauter en parachute : c’était le sergent F. SCOTT et le sergent A. SHEPPARD. Ils furent cachés pendant quelques jours par de jeunes garçons du pays. Les patrouilles Allemandes devenant fort nombreuses, les jeunes gens vinrent à Nantes chez Madame DELAVIGNE (qui avait déjà caché un officier aviateur Anglais en 1941) en lui demandant où ils pourraient mettre les aviateurs en sécurité. Madame DELAVIGNE qui venait de subir un emprisonnement de plusieurs mois, à la prison allemande de BORDEAUX, alla trouver la famille BARREAUD. Mais la maison de cette famille étant un centre de maquisards, d’agents de renseignements, Madame et Mademoiselle BARREAUD vinrent trouver ma mère en lui demandant si elle voulait bien cacher des aviateurs alliés.

Ma mère ayant accepté, on nous donna les indications pour nous mettre en rapport avec les jeunes gens d’INGRANDES, et les jours suivants, j’attendais la voiture convenue sur une petite place avoisinante. J’emmenais les deux aviateurs dans la maison de ma tante, Mademoiselle BENOISTON. Ils y restèrent trois jours. J’allais chaque jour les ravitailler, Madame BARREAU vint alors nous prévenir que selon ses renseignements il était préférable que les aviateurs quittent Nantes, les recherches Allemandes étant très actives à ce moment. Un de nos camarades, Noël BREDOU vint alors les chercher chez nous et les emmena dans sa propre voiture, à son domicile à GUENROUIT, le lieu n’étant pas encore trop sur, il les ramena à l’Hermitage par CANYBOU chez Monsieur DOLIVET. < erreur de frappe : En 1943 , Louis DOLIVET demeurait à CAMPBON ( 44750 ) et non à CANYBOU> .

                Madame BARREAUD me mit en rapport avec Monsieur COINDEAU (agent de l’Intelligence service) pour que je lui donne les renseignements concernant les aviateurs. Le réseau « MARIE ODILE » fut joint, et Madame BARREAUD décida Monsieur Abel Blary à venir chercher les aviateurs. Ceux-ci furent ramenés à NANTES chez ma mère. Pendant ce temps, les jeunes gens d’Ingrandes me téléphonaient en me faisant comprendre qu’un troisième aviateur Anglais était également caché à CONDE (Maine & Loire) chez un percepteur. Avec mon camarade Noël BREDOUX, je partis alors à CONDE, et après mille difficultés nous réussimes à emmener l’aviateur, le sergent James SPARKES. Arrivés à Nantes, nous l’emmenions d’abord chez Madame CUSSONNEAU, la sœur de Noël BREDOUX. Il y resta une journée, et de là, je l’emmenais avec Noël BREDOUX chez mon camarade JEAN CHAUVIN <erreur de frappe/orthographe du nom, il s’agit de Jean CHANVRIN>. (qui devait plus tard nous dénoncer tous). Là, il resta plusieurs jours, il vint une fois chez ma mère afin de rencontrer les deux autres aviateurs . le départ fut décidé et Monsieur Abel BLARY vint les chercher tous les trois à la maison. Après les avoir conduit tous les trois jusqu’à la voiture, cachée sur une place avoisinante, je leur fis mes adieux.

Monsieur BLARY les emmena à POITIERS, chez « MARIE ODILE » d’où ils parvinrent à gagner l’Espagne.

Page 2

Un peu plus tard, en Juillet 1943, mon camarade Noël BREDOUX vint demander à ma mère et à moi-même si nous voulions cacher des aviateurs Américains tombés en Bretagne. Ayant accepté, il partit les chercher dans sa voiture et nous les ramena le soir. C’était le Lieutenant J. WlLSCHKE et le >ergent Robert 0’NEIL. Madame BARREAUD se sentant déjà surveillée ne put rappeller Monsieur BLARY. Nous devions donc nous arranger par nos propres moyens, Madame BARREAUD nous avertit qu’il était plus prudent de les faire changer de maison et je les conduisis alors, à tour de role, l’un, chez mon amie Madame GUYONVARCH ( qui en 1941 avait dejà caché un aviateur Anglais {A. MacMILLAND} et l1 autre chez Jean CHAUVIN <son nom est écrit CHANVRIN dans d’autres documents des archives américaines>. Il était très difficile de joindre les organisations de résistance car la police Allemande avait fait déjà de nombreux ravages dans nos rangs, mais ma mère et moi-même nous parvinrent enfin à contacter le groupe des Hussards de la Liberté, avec Monsieur VAIRE (inspecteur de Police). Je décidais avec lui du jour ou il pourrait venir chercher les aviateurs. Au jour vonvenu avec Madame GUYONVARCH, qui amena J. WILSCHKE, jfallais chez CHAUVIN où jattendis l’heure convenue avec Monsieur VAIRE, Monsieur VAIRE vint avec Monsieur SAULAIS les prendre, et ils les enmenèrent de là à GUEMENEE PENFAO, chez Madame et Monsieur DUPONT qui les gardèrent plusieurs jours.

Mais pendant le transfert de NANTES à GUEMENEE PENFAO, la voiture où se trouvaient les deux aviateurs, Monsieur VAIRE, Monsieur SAULAIS et je crois Madame WILKINSON ou ALEXANDRE fut arrêtée par la police Allemande. Monsieur VAIRE montrant sa carte d’inspecteur de Police, répondit avec habileté aux gendarmes Allemands, que les doux hommes (les aviateurs) étaient des. réfractaires, des maquisards, et qu’ils les emmenaient à REDON pour les faire arrêter. Les Allemands le crurent et laissèrent partir la voiture.

Mais ils téléphonèrent plus tard à la Kommandantur de REDON qui leur répondant qu’aucun maquisard n’avait eté amené, alors, ils se rendirent compte qu’ils avaient eté joués, et leurs recherches commencèrent alors. Ils réussirent à arrêter Monsieur VAIRE, Monsieur SAULAIS, Madame et Monsieur DUPONT en Septembre.

De notre côté Jean CHAUVIN <ou CHANVRIN ?> qui était un traitre, nous dénonça aux Alle­mands, qui arrêtèrent Madame BARREAUD, son mari, et sa fille, puis Madame GUYONVARCH, Madame CUSSONNEAU, son frère Noël BREDOUX et enfin ma mère et moi-même et Monsieur DOLIVET et Madame DELAVIGNE. L’arrestation fut pour tous le 21 Septembre 1943, sauf pour Noël BREDOUX et moi-même qui n’étant pas à NANTES furent pris plus tard.

  ARESTATIONS :

Madame DELAVIGNE, Monsieur DELAVIGNE,
6, boulevard Amiral Courbet, NANTES
Arrêtés et déportés en Allemagne. Madame DELAVIGNE est rentrée de RAVENSBRUCK mais Monsieur DELAVIGNE est mort en captivité

Monsieur DOLIVET – L’Hermitage, Domyton
Arrêté et apporte-en Allemagne.
N’est pas rentré, est probablement mort. Il laisse sa femme et deux enfants sans grande ressource.

Madame BARREAUD, Monsieur BARREAUD, Jacqueline BARREAUD
5, rue Renan, NANTES
Arrêtés et déportés en Allemagne. Tous rentrés

Noel BREDOUX – à GUENROUET {Loire Inférieure)
Déporté à Buchenwald
Rentré en mauvais état de sante

Claire CUSSONNEAU – NANTES
Arrêtée et libérée après six mois de camp à COMPIEGNE
Mauvais état de santé

Rolande GUYONVARCH – 39 Avenue de la Solidarité, NANTES
Arrêtée et déportée en Allemagne. Rentrée en mauvais état de santé. Impossible de travailler.

Madame DUPONT Monsieur DUPONT Facteur à GUEMEN PENFAO
Arrêtés et déportés en Allemagne. Sont tous les deux rentrés.

Pierre SAULAIS – 11 rue de Belleville, NANTES
Arrêté et évadé pendant le transfert en Allemagne.

Jean VAIRE – 9 Avenue d’lena, NANTES
Arrête et déporté, condamné à mort a PARIS par tribunal de guerre allemand en Février 1944. Est rentré d’Allemagne.

Jeanne SEBASTIEN – 1 Chemin Richeux NANTES
Arrêtée et déportée à RAVENSBRÜCK. Est rentrée en mauvais état de santé

Francine SEBASTIEN – 1 Chemin Richeux NANTES
Arrêtée et déportée. à Paris en Février 1944. Condamnée à mort par tribunal de guerre Allemand. Est rentrée, libérée et sauvée par l’arrivée des troupes alliées à PARIS .

Eugénie BENOISTON – 6, Avenue Desguie du Lou NANTES
Recherchée par la Gestapo. a du se cacher pendant un an à la campagne

Abel BLARY – 120 Avenue Gauthier, Lambersart, Nord
Recherché a du se cacher pendant un an

Jean CHAUVIN  –  Avenue Noury, NANTES
Traître, a dénoncé tous ses camarades. Est condamné aux travaux forcés à perpétuité par Court française.

Francine SEBASTIEN  Chemin Richeux
NANTES, Loire Inf.

Le rapport manuscrit, écrit par Francine Sebastien, est joint au dossier :

Autre document dans le dossier américain, ce questionnaire rempli par Francine Sebastien en 1945 :

QUESTIONNAIRE

19 july 1945.

SEBASTIEN Francine
1, chemin Richeux, NANTES

at Hôtel Rex
rue Gite

Age 19
Student
single

Mother : Mme JEANNE SEBASTIEN

known to Avs <Aviators> : « MIMI »

organ : MARIE ODILE

Avs <Aviators> helped :    Sgt. TROTT   SPG  1448       July 43
Sgt. SHEPHERD  SPG 1447  July 43
JAS SPARKES      SPG 1446    July 43

Reports E&E    Sgt. ROBERT O’NEIL     Aug 43  10 days
267 say 2 days      Lt.  JAS WILSKIE <WILSCHKE>  Aug 43    10 days

Above 2 were USA found at Lorient passed to group du Hussards de la liberté, NANTES

Avs <Aviators> received from Mme. BARREAUD, 5, rue Renan, NANTES

passed on to Mme BLANC, de Poitiers

Mother (JEANNE SEBASTIEN) arrested 21st sept. 43 (denounced by JEAN CHANVRIN traitor) deported RAVENSBRUCK 31st Jan. 44. liberated 18th. Apr. 45  (19 months)

Daughter Francine arrested 13th nov 43, depoerted RAVENSBRUCK 31st Jan. 44. Then braught back to Fresnes 3 Feb. 44 because of helping airmen , for judgment , condemned to death – was going to be shot 18 Aug. 44 – but was saved by Liberation – 17 août 1944 (9 months) – House looted – all taken

Would like to hear from airmen especially SPARKES

Agreed 21 july 45 with office to pay :

Daughter  20,000 frs 
Mother 38,000 frs
The total 58,000 frs has been paid

Declaration filled in.

Seen by Mrs. Carr

Compte-rendu de la visite de Francine Sebastien aux services américains :

Sujet : Visite de Mle Francine SEBASTIEN – 1, chemin Richieux, Nantes (Loire Inf.)
Etudiante
Née le 23 février 1926
Célibataire
Nom de guerre « MIMI »
Membre du groupe MARIE-ODILE

  1. Mle SEBASTIEN, une déportée, est venue nous donner des détails sur son affaire, qui implique également sa mère, Mme Jeanne SEBASTIEN, née le 4 août 1897, vivant à leur adresse à présent.
  2. Les SEBASTIEN ont logé WILSCHKE, (E&E 267) et NEIL (E&E 268) pour 2 ou 3 jours en juillet ou août 1943. les deux hommes ont été amenés chez les SEBASTIEN par M. BREDOUX. Après son séjour là-bas, WILSCHKE a été convoyé par Mle SEBASTIEN chez Mme Rolande GUYONVARCH, 32 avenue de la Solidarité, Nantes, Loire Inf. Mme GUYONVARCH a été arrêtée en même temps que Mme SEBASTIEN, Les deux femmes ont été déportées et sont revenues récemment.
    NEIL a été emmené par Mle SEBASTIEN chez M. Jean CHANVRIN, 16 avenue Noury, Nantes, qui a dénoncés ensuite au moins 30 personnes de la résistance. Il a été arrêté à la Libération et condamné à mort, mais la sentence a récemment été commuée en prison à vie.
  3. Mle SEBASTIEN déclare que Noël BREDOUX de Gouenrouet, Loire-Inf. (le chauffeur qui a conduit les hommes chez ls SEBASTIEN), a été arrêté en même temps qu’elle, déporté, et est revenu récemment. d’autres arrestations liées à celles-ci incluent M et Mme DUPONT, Guemene Penfao, Loire-inf., qui on abrité les hommes <les aviateurs WILSCHKE et NEIL> après les SEBASTIEN. Les DUPONT ont été tous les deux déportés et sont tous les deux revenus.
  4. Mle SEBASTIEN a été arrêtée le 3 novembre 1943, déportée en janvier 1944, elle est revenue en France le 29 février 1944 pour être jugée. Elle a été emprisonnée à Fresnes et son procès était en attente quand la Libération de Paris a eu lieu. Elle a été libérée le 17 août 1944.
    Sa mère a été arrêtée en septembre 1943, déportée en janvier 1944 et rapatriée le 18 avril 1945. Mle SEBASTIEN déclare que les Allemands sont venus en septembre 1943 pour arrêter la famille, mais seule sa mère était à la maison. Son père n’a jamais été arrêté puisqu’il était bien malade et séjournait dans la maison de ses parents. Mle SEBASTIEN est restée à l’écart de sa maison, mais deux mois après l’arrestation de sa mère, ses grand-parents ont commi l’imprudence de l’appeler par un appel longue-distance à PARIS. L’appel a été intercepté et elle a été arrêtée à PARIS en novembre 1943.
  5. Quand Mle SEBASTIEN a appelé encore ce bureau le 24 juillet 1945, on lui a donné un paiement de récompense de 20.000 francs < Un paiement de 20.000 anciens francs de 1945 équivaut environ 2.500 euros en valeur de 2018, si l’on utilise le convertisseur de l’INSEE) >. On lui a dit que sa mère aurait un paiement joint de 38.000 francs < soit moins de 5.000 euros en valeur de 2018, si l’on utilise le convertisseur de l’INSEE) > , du Lieutenant SARANT quand il les appellerait chez elles prochainement.

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

DECLARATIONS, 19 July 1945

SEBASTIEN Francine (HUINI) ?       (DEPORTED        REPATRIATED)
Born 23 février 1926 French Student
1 Chemin Richeux, Nantes, Loire Inf.

Father:  SEBASTIEN, Alphonse
47 
French
public instructor 1, Chemin Richeux, Nantes

Mother: SEBASTIEN, Jeanne
47
French
public instriuctress 1, Chemin Richeux, Nantes

Arrested by the Gestapo in Nov 43, interned in Fresnes. Deported to Germany to the camp of Ravensbruck, then brought back to France for judgement. Condemned to death 20 Feb 1944 by a German war tribunal. Liberated 17 Aug 1944 thanks to the liberation of Paris, the city of my execution. Mr NORDLING, the Swedish consul, can give all the information.

In service of the enemy:   Jean CHAUVIN <erreur orthographe, il s’agit de Jean Chanvrin>, 16 Avenue Noury, Nantes, belonged to our group. Denounced us to the German authorities and is responsible for our arrests.

Activity:

Was charged with hunting, transporting and sheltering the British and American aviators shot down in our region.         

Sheltering of: 

Sergent Alain SHEPPARD 
Sergent Frank TROTT
Sergent James SPARKES        { British M 12 July 43

Sergent Robert O’NEIL
Lt James WILSKIE American 6 Aug 1943

I sheltered the Englishmen for 8 days and the Americans for 5 days.

The Englishment were passed on to Mme BLANC of the Marie-Odile net of Poitiers.
The Americans were passed on to Mr FAIRE of Le Graye, of the HUSSARDS DE LA LIBERTE.
They all reached England safely in 1943.
Desires: I desire to obtain an indemnity for reimbursement for the objects pillaged in our house, linen, clothing, money. Indemnity mounting up to 35.000 frs.

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Lettre de Francine Sebastien du 16 mai 1946

Monsieur le capitaine,

Profitant du voyage à Paris de Monsieur Jean Charles, le secrétaire de notre réseau, je me permets de vous rappeler le cas très intéressant de la famille Airiau, famille de paysans habitant la Limousinière, près e Nantes; qui en septembre 1943, pendant quinze jours, hébergèrent dans leur ferme un aviateur américain (abattu après un raid sur Nantes). Dénoncés par des voisins, la famille entière fut arrêtée par la Gestapo en octobre 1943. Monsieur Airiau fut déporté à Buchenwald, Madame Airiau et sa fille âgée de dix huit ans furent déportées à Ravensbruck.

Lettre de Francine Sebastien du 16 mai 1946 (suite)

pour l’unique motif d’avoir caché cet aviateur.
Ces gens simples, de culture rudimentaire et ne parlant pas un mot d’anglais, ne surent retenir le nom et l’adresse de l’aviateur. Ils l’hébergèrent avec tout leur coeur, d’une façon spontanée.
Monsieur Airiau n’est jamais rentré de Buchenwald et doit hélas être considéré comme mort!
Madame Airiau et sa fille sont revenues, mais toutes deux dans un état de santé très déficient, puisque l’on a du faire à chacune un pneumo-thorax!
Nous vous serions reconnaissants Monsieur le Capitaine, de vouloir bien à nouveau examiner leur cas, avec toute votre bienveillance.

De mon côté, avec Mademoiselle Barreaud, nous avons fait des démarches auprès de l’Aide Alliée à la Résistance française,

Lettre de Francine Sebastien du 16 mai 1946 (fin)

afin d’obtenir une bourse d’études pour aller passer une année dans un collège d’une université Américaine.
Si ce n’est pas trop abuser de votre amabilité, et si vous le savez, vous serait-il possible de nous renseigner sur les conditions de notre départ et de notre séjour aux Etats-unis ?
(nous devons parait-il être assimilées aux boursiers Américains!)
En m’excusant de nouveau de vous importuner, je vous prie de croire, Monsieur le Capitaine, à toute ma gratitude.

Autre document figurant dans ces archives transmis par Barbara Wojcik, archives aujourd’hui déclassifiées et conservées aux Etats-Unis (College Park, Maryland) :

Courrier interne aux services américains : proposition de récompense de grade 4 pour Mle Sebastien :


Une réflexion sur « La déposition d’une jeune résistante de 17 ans (1945) »

  1. Je venais de relire « Le grand voyage » de Jorge Semprun et j’ai repensé après Buchenwald à Ravensbruck qui est personnifié pour moi par madame Hadrien Delavigne qui était une amie de ma grandmère ,sa voisine à Lesconil. Je pense que je l’ai vue pour la première fois en 1948 à l’âge de 5 ans, je la revois avec sa lourde pèlerine noire, sa canne et ses lunettes noires.
    Ma grand-mère m’élevait car mon père réfugié à Clermont avec ma mère y était mort 7 mois avant ma naissance (victime collatérale) ainsi que mon grand-père dans le bombardement de Chambéry. Ma grand-mère m’a toujours parlé de la guerre, mon oncle s’était engagé après la défaite, dans l’armée anglaise où il a préparé le DDay car il était parfaitement bilingue.
    J’ai connu Madame Delavigne jusqu’en 1973 et après sa mort la maison est revenue à un des aviateurs anglais qu’elle avait cachés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.