Nouveau syndicalisme (années 1990)

Politis 28 novembre 1996 - Dossier Nouveau Syndicalisme
Politis 28 novembre 1996 – Dossier Nouveau Syndicalisme
Chantal Aumeran (SNUI)
Gérard Gourguechon (Groupe des dix)
Annick Coupé (SUD-PTT)

Politis 28 novembre 1996 - Dossier Nouveau Syndicalisme

Dossier Politis 

28 novembre 1996

Le nouveau syndicalisme

Lors du mouvement social de novembre-décembre 1995, les grandes centrales syndicales sont apparues divisées, hésitantes et plutôt à la remorque des grévistes. Ce qui n’était pas le cas pour un certain nombre de syndicats nouvellement apparus, en particulier Sud-PTT. Depuis un an, ces nouveaux syndicats ont fait preuve de leur dynamisme en étant présents sur plusieurs fronts. D’où viennent-ils ? Quels sont-ils ? Et contribuent-ils au renouveau du syndicalisme en France ou, au contraire, à son émiettement ?

Un entretien avec René Mouriaux (*)

Politis : Ces dernières années, de nouveaux syndicats comme Sud (Soli­daires, unitaires, démocratiques), le Snui (Syndicat national unifié des Impôts) ou la FSU (Fédération syndicale unitaire) ont pris une place importante dans un paysage syndical français assez complexe. Pourquoi et comment sont-ils nés ?

René Mouriaux : Dans les années 1985-1987, tous les syndicats réformistes, c’est-à-dire la CFDT, Force ouvrière et la Fen, ont envisagé de se regrouper dans une centrale unique. Mais ce projet de « recomposition syndicale » a aiguisé des oppositions internes et a finalement débouché sur des remises en ordre à l’intérieur de chacune des maisons. En ce qui concerne la CFDT, l’opposition contre le recentrage et la recomposition était particulièrement forte dans le service public et tout particulièrement dans les secteurs de la Poste et de la Santé. Par le jeu des départs mais, plus encore, par celui des exclusions, un certain nombre de militants syndicaux originaires de la CFDT se sont autonomisés et ont créé Sud-PTT et le CRC-Santé.

On a assisté à un phénomène similaire à la Fen où la direction s’est efforcée de museler l’opposition interne qui était représentée par Unité-Action, le Snes, le Snesup… Cette remise en ordre a débouché sur une restructuration interne de la Fen par grands secteurs mais aussi sur l’exclusion des syndicats contestataires qui, en 1992, ont créé la FSU.

Les « nouveaux » syndicats qu’on a vu apparaître depuis une dizaine d’années ne sont en fait qu’une remise en forme de syndicats mi­noritaires au sein de grandes confédérations, remise en forme en partie obligée parce que consécutive à des exclusions.

Politis 28 novembre 1996 - Dossier Nouveau Syndicalisme
Politis 28 novembre 1996 – Dossier Nouveau Syndicalisme

Cette recomposition a donc doublement échoué. D’une part parce que FO n’a finalement pas été partie prenante. D’autre part parce qu’elle a abouti à la création de nouveaux syndicats qui ont parfois pris plus de poids que les syndicats ou fédérations dont ils étaient issus. C’est le cas de la FSU qui est aujourd’hui majoritaire chez les enseignants par rapport à la Fen ; c’est le cas également de Sud-PTT qui arrive aujourd’hui en deuxième position dans les Télécommunications derrière la CGT.

Deuxième élément important dans la naissance de ces nouveaux syndicats : une réaction à la bureaucratisation, à la faiblesse attractive des grandes centrales syndicales, qu’il s’agisse de la CGT, de la Fen, de la CFDT ou de Force ouvrière. Pendant la période 1986-1992, les grèves des infirmières, des cheminots ou des routiers n’ont pas été animées par les grandes centrales mais par des « coordinations » qui montraient l’aspiration à un nouveau style de luttes. Et ce sont les nouveaux syndicats qui ont capté la logique, l’exigence de ces coordinations.

Dernier élément : le mouvement social de novembre-décembre 1995. La CGT et Force ouvrière étaient présentes dans le mouvement mais elles n’en étaient pas les animateurs et elles n’ont pas apporté un plus. Elles n’ont donc pas profité de ce mouvement social même si elles n’en ont pas vraiment pâti.

En revanche, à la CFDT, les tensions se sont très fortement exacerbées et ont débouché sur la structuration d’une opposition interne, sous la bannière de « Tous ensemble » et sur la naissance de plusieurs « petits Sud », à la SNCF, dans la Chimie, les Impôts ou l’Education.

Nouveau Syndicalisme

Il est clair qu’ils ont des refus communs; on peut également affirmer qu’ils ont des valeurs communes. Mais il est plus difficile de parler de projets communs.

Prenons l’exemple du Snui, le Syndicat national unifié des Impôts. Ses dirigeants manifestent un dynamisme certain et sont des acteurs importants dans le débat social. Mais il ressort d’une enquête réalisée par le Cevipof que ses adhérents de base ne sont pas très critiques par rapport à leur fonction et à l’appareil d’Etat. En revanche, dans Sud-Rail et Sud-PTT, il y a cohérence idéologico-politique plus forte entre les responsables et la base.

Par ailleurs, la question de savoir si le Groupe des Dix doit s’ériger, ou non, en nouvelle confédération n’est toujours pas tranchée. Elle le sera progressivement, par les échecs ou les succès électoraux des différentes composantes. Il sera intéressant d’étudier par exemple les scores de Sud-Education qui, entre la FSU et la Fen, aura peut-être du mal à trouver sa place aux élections professionnelles de décembre.

A quoi attribuez-vous l’image positive et dynamique dont bénéficient ces nouveaux syndicats ?

D’abord au fait que les autres syndicats sont dévitalisés. Quand la FSU fait 150 000 voix, cela veut dire qu’elle est plus grosse que la CFTC. Dans une période de désyndicalisation, les minorités actives prennent relativement plus de poids. Par ailleurs, il faut bien reconnaître que le parti socialiste n’alimente pas beaucoup la critique sociale. Le discours du parti communiste lui-même est assez pauvre; son Pacte unitaire pour le progrès est très vague.

Le dynamisme intellectuel de Sud-PTT ou de la FSU face aux problèmes de la mondialisation, du libéralisme, du marché unique et leur présence sur des terrains de lutte comme le chômage ou l’immigration leur donnent une position en pointe dans le mouvement social. Mais il ne faut pas trop généraliser…

Peut-on imaginer des rapprochements entre le Groupe des Dix et des confédérations comme la CFDT ou FO ?

Parmi les nouveaux syndicats, il y a plusieurs lignes : la FSU est favorable à des rapprochements avec les confédérations existantes. Mais le Groupe des Dix semble plutôt s’orienter vers la création d’une nouvelle confédération.

Quant aux grandes centrales, elles sont toujours partagées entre une ligne contestataire et une ligne régulationniste. Mais cette division, à mes yeux, est tragique. Un syndicalisme purement contestataire ne sera qu’un syndicalisme d’agitation. Inversement, un syndicalisme purement régulationniste perd beaucoup de sa capacité de mobilisation. Vu l’état de faiblesse du mouvement syndical français, la dissémination actuelle est suicidaire. Et angoissante du point de vue de la démocratie…

Propos recueillis par Roger Tréfeu

(*) Directeur de recherche au Cevipof (Centre d’étude de la vie politique française), René Mouriaux est notamment l’auteur de le Syndicalisme en France, Presses universitaires de France, coll. Que sais- Je ?, 40 F, et de le Syndicalisme en France depuis 1945, La Découverte, coll. Repères, 49 F.

(1 ) Lors de sa création en 1982, le Groupe des Dix se composait essentiellement de syndicats autonomes de la fonction publique. Depuis, s’y sont adjoints des syndicats issus de scissions de la CFDT.

Dossier Politis 1996 Nouveau syndicalisme - Chantal Aumeran
Dossier Politis 1996 Nouveau syndicalisme – Portrait Chantal Aumeran

 

Portrait Chantal Aumeran, fonctionnaire des Impôts et défenseur acharné de la justice fiscale.

“On dérange ? Tant mieux !”

C’est en 1977 à Nantua, dans l’Ain, que Chantal Aumeran a fait ses premiers pas dans l’administration des Impôts. Les premiers pas d’une jeune fille de dix-huit ans un peu paumée car sépa­rée de sa famille, et qui s’inscrit au Snui par sympathie pour un militant de la même promotion qu’elle. Puis elle entre dans un service, le cadastre, où les militants sont si peu nombreux qu’une nouvelle recrue est rapidement encadrée.

D’une voix posée, Chantal Aumeran énumère les différentes étapes de son itinéraire professionnel au sein des Impôts qui correspondent chacune à une progression dans son militantisme syndical.

Chantal Aumeran est un pur produit Snui, si l’on ose dire. Elle n’a pas connu d’autre syndicat, et ne s’est jamais engagée dans un parti politique, même si elle reconnaît se sentir de gauche « depuis toujours ». Elle est en cela représentative des adhérents du Snui qui ont, dit-elle, « la culture “impôts ’’ ». « C ’est vrai que sur le problème des sans-papiers, nous n ’avons pas la même culture que Sud, mais au contre-G7, notre présence était plus importante, explique-t-elle pour réfuter l’idée selon laquelle le Snui aurait une base corporatiste, en décalage par rapport à ses dirigeants. C’est à partir des problèmes de justice fiscale que nous avons développé un regard critique sur la société et des positions de nature à la transformer. Des positions qui ne sont peut-être pas toutes partagées par chacun des 22 000 adhérents du Snui (sur 80 000 salariés, le Snui est le premier syndicat des Impôts, où le syndicalisme est encore fort, ndlr), mais les résultats aux élections montrent que dans l’ensemble, ils suivent. » Il est vraisemblable que les ad­hérents trouvent aussi leur compte dans un syndicalisme de proximité. « Notre presse et nos militants sont présents sur tous les sites », dit Chantal Aumeran, qui rappelle une des évidences que le syndicalisme « bureaucratique » a oubliées : il faut reprendre contact avec les gens tout simplement en leur adressant la parole.

Dossier Politis 1996 Nouveau syndicalisme - Chantal Aumeran2

Le Snui est né sous un autre nom en 1962 de la fusion d’un syndicat autonome et d’un syndicat affilié à FO, à la recherche d’une unité à l’intérieur d’un milieu professionnel. Mais la question de l’interprofessionalité ayant été posée très tôt, ce n’est pas un hasard si le Snui se trouve parmi les syndicats à l’origine du Groupe des Dix, explique Chantal Aumeran. « Le Groupe des Dix est en­core en phase de recherche, de tâtonnements. Nous réfléchissons au moyen de toucher le privé, où nous sommes quasiment absents. Cela pourrait se présenter sous la forme de Bourses du travail locales. Les grèves de décembre ont fait bouger les choses au niveau des contacts locaux interprofessionnels. Surtout, il y a une prise de conscience très forte que le problème du chômage ne peut se résoudre de manière isolée, le regard est plus solidaire. » Une chose est sûre cependant : Chantal Aumeran, comme Annick Coupé, ne voit pas dans le Groupe des Dix se construire une nouvelle confédération. « Pas au sens traditionnel du terme en tout cas. Pour l’instant, on suscite des interrogations et on dérange aussi. C’est bien.

Christophe Kantcheff

Dossier Politis 1996 Nouveau syndicalisme - Annick Coupé
Dossier Politis 1996 Nouveau syndicalisme – Annick Coupé

 Portrait –  Exclue de La CFDT en 1988, Annick Coupé est rapidement devenue une figure du monde syndical.

Avec Sud, du nouveau !

Comment de­vient-on en si peu de temps, et à la tête d’un syndicat encore jeune, un personnage médiatique ? Certes, les grèves de novembre-décembre, où Sud s’est montré très présent, ont servi de catalyseur. Mais il est fort probable que la personnalité d’Annick Coupé, sa langue dé­liée, son verbe clair, et son propos acéré ont été particulièrement prisés par des médias tou­jours en quête d’un peu de piment dans leur sauce tiède.

Annick Coupé a débuté dans la vie active à 19 ans. Caissière dans un hypermarché Conti­nent et aussitôt syndiquée à la CFDT. Pourquoi la CFDT ? « Parce qu ’elle prenait part aux débats de société, l’autogestion, les femmes, etc., bref, elle était très ouverte aux idées de 68. » Des idées qui l’ont marquée dans son activité syndicale, mais qui l’ont aussi amenée dans les années 70 à militer dans les rangs de l’extrême gauche. A partir de 1978, année où elle entre à la Poste, les effets du recentrage se font sentir à la CFDT, mais Annick Coupé maintient son cap et acquiert rapidement des responsabilités. « Il n ’était pas question d’être hors d’une confédération. »

Fin 1988, c’est cependant la rupture. Pour avoir notamment soutenu, dans sa fédération d’Ile-de-France, une grève des « camions jaunes » condamnée par la CFDT au niveau national, elle est exclue, et se retrouve dans l’urgence, avec quelques camarades, de devoir inventer quelque chose : c’est ainsi que naît Sud-PTT (Sud comme Solidaires-unitaires et démocratiques). Dans les semaines qui suivent, des élections installent d’emblée Sud dans le paysage syndical de la Poste.

Aujourd’hui, Sud-PTT revendique 9 200 adhérents contre un bon millier au départ, il est le deuxième syndicat des Télécom et le quatrième de la Poste, et d’autres syndicats Sud (tous indépendants) fleurissent un peu partout dans diverses branches. Le succès est indéniable. « Cette réussite repose sur deux aspects que nous menons de front, dit-elle. D’une part nous avons prouvé notre “compétence PTT” en étant très présents sur le terrain et en pratiquant un syndicalisme de transparence qui ne cache aucune information, et d’autre part nous avons fait preuve de notre solidarité en soutenant de nouveaux mouvements sociaux comme la marche contre le chômage en 94, ou les sans-papiers. »

Bien sûr, l’ensemble ne va pas sans critiques, comme celle par exemple qui situe Sud dans la zone d’influence de la LCR, ce qu’Annick Coupé réfute en reconnaissant cependant que nombreux sont ceux qui, à Sud, ont connu un parcours marqué par 68, semblable au sien. Une identité qui fait de Sud, au sein du Groupe des Dix, le syndicat le plus actif pour que soit partagée par tous l’idée de transformation sociale.

« L’évolution dans le Groupe se fait progressivement. Les grèves de décembre l’ont accélérée, comme aujourd’hui la situation sociale. » Une confédération de tous les syndicats Sud ne pourrait-elle pas être envisageable ? Non, répond Annick Coupé, « parce que le monde syndical n ’a pas fini de bouger. Des tiens interprofessionnels nouveaux s’instaurent. Pour être un élément de renouveau du syndicalisme, le Groupe des Dix doit s’ouvrir. » Histoire de ne pas répéter les erreurs d’un syndicat qui n’a plus voulu d’elle.

Christophe Kantcheff


Dossier Politis 28 novembre 1996 Le nouveau syndicalisme

Qui sont-ils ?

La FSU

La Fédération syndicale unitaire est née en 1992 d’une scission de la Fen. Elle est aujourd’hui majoritaire parmi les personnels de l’Education nationale, avec plus de 150.000 voix aux élections professionnelles. Son secrétaire général est Michel Deschamps.

Le Groupe des Dix

  • Syndicats membres
  • SNABF – Banque de France
  • SNACCRF – Concurrence, consom­mation et répression des fraudes
  • SNAPCC – Personnels des chambres de commerce
  • SNJ – Journalistes
  • SNMSAC – Mécaniciens au sol de l’aviation civile
  • SNUDDI – Douanes et droits indirects
  • SNUI – Impôts
  • SPASET – Services extérieurs du Trésor
  • SU – Caisses d’Epargne
  • SUD-CAM – Crédit agricole mutuel
  • SUD-PTT – Postes et télécommunications
  • SUD-Rail – Cheminots
  • • USPNT – Personnel navigant technique
  • Syndicats observateurs ou associés CRC – Santé ; SAPAP (personnels des aéroports de Paris) ; SDB (banques) ; SNPIT (inter-transports – tourisme) ; SUD – CT (collectivités territoriales) ; SUD – Education (Education nationale) ; USAF (Air France).
  • Adhérents

Le Groupe des Dix revendique entre 50 000 et 60 000 adhérents et représente un peu plus de 150 000 voix aux élections professionnelles. L’essentiel de ses troupes provient des personnels des Impôts (SNUI) et des Postes (SUD-PTT). Le porte-parole du Groupe des Dix est Gérard Gourguechon.


Congrès Arcachon SNUI
Congrès Arcachon SNUI – Renouvellement mandat Chantal Aumeran Secrétaire Général

La Dépêche du Bassin, du 5 au 11 décembre 1996

Arcachon  – 400 représentants au Palais des congrès d’Arcachon  

Ce que veut le syndicat national unifié des impôts

Jusqu’au 6 décembre, 400 congressistes du syndicat national unifié des impôts sont au Palais des congrès d’Arcachon.

Du 3 au 6 décembre, le Syndicat National Unifié des Impôts tient son 21e congrès au Palais des congrès d’Arcachon. 400 participants, membres du SNUI, devraient aborder quatre grands thèmes : la redistribution des richesses, la réduction du temps de travail, le renforcement du service public et la construction d’une alternative syndicale. La défense des agents de la direction générale des impôts sera également traitée.

Créé en 1962, le SNUI dit regrouper 22.000 adhérents. Il est le premier syndicat de la direction générale des impôts avec 43,08 % des suffrages lors des élections paritaires de 1994 où il a recueilli 30.425 voix. En 1973, le SNUI ne représentait que 24 %. Au-delà de la direction générale des impôts, le syndicat veut être « ouvert aux revendications générales du monde du travail. »

Il considère comme « essentielle », la reconstruction d’un «contre-poids syndical opérant » dans un contexte où « les situations de précarité se multiplient » et où « les déréglementations sociales s’organisent.»

Pour renforcer ce pouvoir syndical, le SNUI entend « lutter contre l’exacerbation des divi­sions qui ravagent le mouvement syndical français ». Et de préciser : « Résolument dégagé d’une autonomie frileuse et corporatiste, le SNUI considère que l’action quotidienne du syndicalisme doit contribuer à la construction d’une société plus juste, plus libre, plus humaine, plus solidaire, plus démocratique. C’est notamment au travers de ses analyses sur la fiscalité qu’il apporte sa pierre à cet édifice. »

SNUI Arcachon 1996
Congrès Arcachon 1996

Toujours dans la logique d’élargir son champ d’action, le SNUI fait partie de la fédération des syndicats unitaires créée en 1990 et qui regroupe des syndicats des impôts, des douanes ou de la comptabilité publique par exemple. Le SNUI est également membre du Groupe des 10 qui touche de nombreux secteurs. Preuve en est, il a été fondé le 10 décembre 1981 à l’initiative de la Fédération générale des salariés des organisations agro-alimen­taires. Constitué à l’origine de syndicats nés de la scission CGT – CGT-FO de 1946-1947. le Groupe des 10 est rejoint depuis 1989 par des syndicats issus de la CFDT. «Actuellement, il rassemble des organisations qui regroupent 60.000 adhérents et recueillent 150.000 voix aux élections professionnelles. »

Ce Groupe des 10 pourrait devenir une Union syndicale interprofessionnelle comme le voudrait une décision prise en 1995. Et « depuis le deuxième semestre 1996, les fédérations et syndicats adoptent les statuts de l’Union selon leurs règles internes de fonctionnement ». Ce mouvement devrait se poursuivre en 1997. A l’issue de cette période, les statuts de l’Union syndicale seront déposés officiellement.

D.D.M.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives, vidéos, parcours de militants