Archives par mot-clé : 1964

BRÉSIL, DE 1964 À 2014

Commission Vérité au Brésil : Les fantômes d’un passé douloureux (1)

Produit par le CHS (Unité mixte de recherche CNRS / Univ. Paris 1), réalisé par Jeanne Menjoulet, ce vidéo-documentaire présente, au travers de témoignages de victimes de la dictature et d’un tortionnaire (Paulo Malhaes) et au travers de l’analyse d’historiens, l’état des lieux, quelques mois après la présentation du rapport de la Commission de la Vérité Brésilienne (Comissão Nacional da Verdade, CNV). Une séquence permet de voir et d’entendre la présidente Dilma Rousseff (elle-même emprisonnée et torturée sous la dictature militaire), lors de la publication du rapport de la CNV en décembre 2014.

(2) Brésil, du coup d’Etat de 1964 à la transition démocratique

Cette seconde  partie du vidéo-documentaire vise à apporter quelques éclairages sur le contexte brésilien des années de la dictature (1964-1985). Il fait suite au film (1) qui présentait la Commission Nationale de la Vérité (CNV).
Sont abordées des questions comme les influences internationales (Etats-Unis, France) qui ont favorisé l’arrivée ou le maintien de la dictature militaire, l’évolution du régime durant cette période, la répression et la façon dont l’opposition à la dictature s’est positionnée à l’issue de la dictature. Des extraits du témoignages de l’ex-président Lula permettent de saisir le Brésil de la fin des années 1970, à l’aube de sa transition vers la démocratie. .

Production : Chs  – Réalisation : Jeanne Menjoulet


Au sujet de ce qui est qualifié de « coup d’état déguisé » – la destitution de Dilma Roussef en mai 2016-, un éclairage supplémentaire peut apporter des éléments de compréhension et d’analyse. La lecture de l’article qui suit, est à ce titre intéressante. Il s’agit des propos d’une doctorante brésilienne, Tauana Gomes Silva (qui vit en Bretagne et dont le sujet de thèse est « la participation politique des femmes noires dans les mouvements de gauche au Brésil pendant la dictature militaire de 1964 à 1984 », CERHIO, Université Rennes 2) :



Un document d’archive (fonds JR Chauvin) : Le coup d’Etat au Brésil, analysé par Wilebaldo Solano

Couverture du journal L’Action : Brésil, coup d’Etat 1964

Quelques jours après le coup d’Etat au Brésil, Wilebaldo Solano ancien dirigeant du POUM (guerre d’Espagne) analyse la situation. Il s’agit du point de vue de la gauche marxiste non stalinienne. Article tiré des archives de Jean-René Chauvin (correspondance JR Chauvin, année 1964) , consultables au CHS, 9, rue Mahler 75004 Paris
Les « forces obscures »qui ont renversé Janos Quadros en août 1961 ont enfin réussi ce qu’elles se proposaient depuis de longs mois par un coup d’état préventif , masqué d’une grossière farce « démocratique », obliger Joao Goulart à capituler et asséner un rude coup au mouvement populaire révolutionnaire du Brésil.

La victoire inespérée de Lacerda, la figure politique la plus représentative et la plus trouble de la réaction brésilienne a suscité une énorme émotion en Amérique et dans le monde entier. Depuis quelques temps tout le monde suivait avec intérêt l’évolution des événements au Brésil. Les manifestations comme le grand meeting populaire de Rio, la mutinerie des marins, le discours de Goulart devant les sous-officiers, et les réformes annoncées (expropriation de certaines terres, octroi du droit de vote aux analphabètes, augmentation substantielle des salaires, contrôle des bénéfices étrangers, expropriation de certaines compagnies pétrolières) avaient réveillé de grandes espérances à l’intérieur comme à l’extérieur du Brésil.

Mais l’on ignorait généralement que les Fameuses « forces obscures » dont parlait Quadros, c’est à dire les monopole yanquis et les éléments réactionnaires de la ville et de la campagne, avaient décidé, sans plus attendre, de passer à la contre offensive. Et ce que personne ne pouvait imaginer, c’est que Goulart, Brizzola et Arraes, allaient capituler avec autant de facilité devant le coup d’Etat contre révolutionnaire, et que le mouvement ouvrier et les ligues paysannes offriraient si peu de résistance à l’agression réactionnaire.

L’attitude des promoteurs de « l’Alliance pour le progrès » ne peut nous surprendre. Deux jours avant la rébellion  le département d’Etat a publié une Information dénonçant « la tolérance du gouvernement Goulart à l’égard des communistes ». Vraiment on ne pouvait trouver de meilleure formule pour inciter Lacerda et les autres à passer à l’action. En outre Goulart était à peine déposé, que le président Johnson félicitait le chef de l’Etat désigné par les insurgés. Deux Jours après Dean Rusk et George Bail se félicitaient que les règles constitutionnelles aient été respectées, et parlaient en plus d’un « événement remarquable ».

Par contre, comment peut on s’expliquer la capitulation de Goulart, de ce même Goulart qui peu de temps avant invitait les sous officiers de Rio à défendre « les réformes de structure », et se prononçait en faveur d’un large front populaire ?

Joao Goulart
Joao Goulart

A notre avis, il n’y a qu’une explication. Goulart, comme Quadros hier, était un représentant de la bourgeoisie Nationale libérale, éternellement hésitante entre la pression des grandes forces féodales et capitalistes, et celle du mouvement populaire. Depuis qu’il a accédé au pouvoir en 1961, Goulart a prononcé une infinité de discours, quelques fois franchement démagogiques, sur les réformes qui s’imposaient au pays, mais n’en a réalisé aucune.

Sa politique avait eu la triste vertu de tromper les masses ouvrières et paysannes, et d’exaspérer les forces réactionnaires. Et à l’heure décisive, quand il s’est agit d’appeler les masses populaires à la résistance organisée, il n’a pensé à se défendre qu’avec l’appareil de l’Etat qui était en grande partie aux mains des éléments contre-révolutionnaires.

Si tout ceci est évident, il reste à éclaircir un autre problème, celui de la passivité du mouvement ouvrier, des paysans, des sous-officiers et des soldats qui avaient à plusieurs occasions manifesté leur solidarité avec les aspirations des masses populaires. Il est encore trop tôt pour expliquer ce fait qui peut avoir de graves conséquences pour l’avenir de la révolution brésilienne. Cependant nous sommes déjà en mesure d’apporter quelques éléments d’appréciation.

La passivité des forces populaires

Le Brésil est un pays essentiellement agricole, le prolétariat n’y représente pas une force décisive et se trouve profondément divisé. Le mouvement syndical n’a ni la force, ni la cohésion nécessaire pour déclencher une grève générale de caractère national. Le parti communiste de Carlos Prestes soutenait Goulart et n’a pas préconisé une politique offensive et révolutionnaire. On se souvient des critiques adressées à Prestes par Fidel Castro. Le parti communiste dissident, de tendance pro-castriste, ne représentait pas encore une force importante. D’autre part les Ligues paysannes de Juliao n’avaient pas réussi à réaliser l’unité d’action avec le mouvement ouvrier.

En octobre 1962, la revue « Política Operaria » (Politique Ouvrière) organe de l’Organisation Marxiste Révolutionnaire du Brésil qui était issue de le fusion de la Ligue Socialiste Indépendante, des jeunesses Socialistes et de l’aile gauche de la Jeunesse Travailliste, avait adressé un appel au Parti Communiste du Brésil (pro-castriste) et au Mouvement révolutionnaire Tiradentes (constitué de dirigeants des Ligues paysannes) en vue de la formation d’un Front de toutes les forces révolutionnaires. « Política Operaria » avait insisté sur le nécessité d’aboutir rapidement à l’unification pour offrir une alternative populaire et révolutionnaire. Malheureusement cet appel n’a pas donné les résultats attendus.

Il est difficile de formuler des pronostics sur ce qui va arriver au Brésil dans les mois prochains. Mais sans plus attendre on peut déjà tirer quelques leçons des récents événements  Les principales sont les suivantes:

1) La bourgeoisie nationale et libérale est incapable de mener à leur terme les réformes de structure quelle préconise et ne constitue qu’un intermède équivoque et dangereux entre la révolution et la contre révolution.

2) Dans un pays sous développé comme le Brésil, quand les tensions sociales atteignent le paroxysme et qu’il en résulte une situation révolutionnaire, la voie pacifique et parlementaire conduit à une déroute du mouvement ouvrier et paysan, et au triomphe des forces féodales et capitalistes liées à l’impérialisme.

3) La division du mouvement ouvrier et son manque de coordination avec le mouvement paysan et ses alliés éventuels dans l’armée aboutissent fatalement à ruiner toutes les possibilités révolutionnaires.

Wilebaldo SOLANO, le 5 avril 1964

Nous retrouvons cet article dans le numéro d’Avril 1964 du journal l’Action. Le Brésil en couverture…


Portrait de Solano dans "La Gauche", journal du RDR, 1949
Portrait de Solano dans « La Gauche », journal du RDR, 1949

Portrait de l’auteur de l’article, Wilebaldo Solano, en 1949, dans le journal du R.D.R « La Gauche » :  Wilebaldo Solano, secrétaire général du P.O.U.M., directeur de « La Batalla », fut secrétaire du Front révolutionnaire de la Jeunesse de Catalogne pendant la guerre civile espagnole. Responsable espagnol de « L’Insurgé » de Lyon, organisation socialiste révolutionnaire de la Résistance française, il fut condamné à 20 ans de travaux forcés par un tribunal militaire de Vichy en 1941. Il a été libéré par le maquis en juin 1944.



Autogestion et équivoques FLN (1964, l’Action, Daniel Guérin)

Les documents d’archives présentés dans cette page internet sont tirés du fonds Jean-René Chauvin (consultable au CHS, 9, rue Mahler 75004 Paris).  Vous trouverez dans cette page quatre articles de Daniel Guérin sur l’Algérie, ainsi que des échanges de lettres datant de la même époque, relatifs à sa participation au comité de direction de l’Action.


Article de Daniel Guérin, tiré du journal L’Action, d’avril 1964                                        

Alger : Au congrès de l’autogestion industrielle les travailleurs ont parlé

Autogestion Algérie 1964 Daniel Guérin

La révolution algérienne, depuis quelques mois, avait tendance à piétiner. Elle vient de prendre un nouveau départ. La relance cette fois n’est pas venue tant du président Ben Bella que des travailleurs eux-mêmes. Le congrès de l’autogestion industrielle, qui s’est tenu les 28, 29 et 30 mars, a remis l’autogestion sur les rails, en même temps qu’il provoquait l’éclosion d’une conscience ouvrière socialiste.

Qui a eu le privilège d’assister à ce congrès ne pourra jamais l’oublier. Un mil­lier de délégués pauvrement vêtus à l’européenne ou habillés à l’arabe comme des fellahs, remplissaient l’immense salle du cinéma Majestic, au cœur de Bab-el-Oued.

Le bureau politique du F.L.N. et le gouvernement avaient eu la sagesse — certains diront à tort peut-être l’habileté — de laisser les congressistes s’exprimer sans aucune restriction, tout au long des trois journées, en un mot de se « défouler » pleinement. Le résultat a été une mise en accusation extrêmement vive par les congressistes des divers aspects non socialistes ou insuffisamment socialistes, du régime, de la haute administration truffée de réactionnaires, et même du Parti, de l’U.G.T.A. et autres institutions.

Le ministre de l’Economie Boumaza et Ben Bella lui-même n’ont fait, à dessein, leur apparition que dans les dernières heures des assises, afin de n’avoir pas l’air de peser sur les débats, et ils n’ont essayé qu’assez mollement de défendre les diverses têtes de turc sur lesquelles s’était acharné le congrès. Mieux encore, alors que Bou­maza, dans son discours, avait plutôt fait office d’éteignoir et tenté de remettre en cause, insidieusement, certaines décisions prises par les congressistes, Ben Bella a eu le flair de s’engager à exécuter dans leur totalité les désirata du congrès, quitte à réviser plus tard ceux qui, à l’expérience, apparaîtraient erronées.

L’acquis positif de ce congrès, c’est l’en­trée du prolétariat dans la politique algérienne. Les travailleurs ont clairement exprimé leur volonté de participer au prochain congrès du Parti. Le délégué de la coopérative Franz-Fanon d’Alger s’est écrié : « Il faut que le congrès du Parti rassemble en son sein les meilleurs travailleurs afin de tirer les conclusions politiques nécessaires à l’industrie socialiste. » De même, après avoir constaté l’absence des ouvriers et des paysans dans l’Assemblée nationale, il a réclamé la représentation par­lementaire du secteur industriel autogéré.

vers une autre révolution

Chacun s’interrogeait sur l’attitude, dans le cas d’un éventuel « coup dur » du sphinx impénétrable qu’est l’armée nationale populaire, les uns croyant, les autres ne croyant pas, à sa fidélité au régime ben-belliste. Le défoulement public des travailleurs industriels, la maturité et l’audace de leur langage ont provoqué un choc psychologique qui, dans ce pays ou l’atmosphère politique change d’une heure à l’autre, a dissipé bien des nuages, assaini l’atmosphère.

On sait désormais que les travailleurs, pour défendre et élargir leurs conquêtes, sont prêts à se battre — « comme en 1954 » — ainsi que l’a dit au congrès de l’autogestion un ouvrier carrier. Le jeune et dynamique délégué des Constructions métallurgiques de Tlemcen a déclaré sans ambages : « Une autre révolution est à entamer qui concerne l’économie et la politique. La révolution socialiste commence aujourd’hui seulement! ».

Daniel GUERIN.

Alger, 31 mars 1964.


Un article de Daniel Guérin, tiré du journal L’Action, de mai 1964                                         

Équivoque au congrès du F.L.N.

Daniel Guerin - article avril 1964 - congrès FLN

Si rien de ce qui se passe en Algérie n’est clair, le Congrès du F.L.N. a battu les records de l’équivoque. Les assises se sont déroulées à huis-clos. Dans un secret fort peu démocratique. Les masses populaires n’y étaient pas représentées, et l’on n’a point porté devant elles les débats. Les comptes rendus publiés par le quotidien officiel du F.L.N. ont été d’un mutisme déconcertant. Le meeting final sur l’« esplanade de l’Afri­que », annoncé comme un « compte rendu » du Congrès, n’a fait entendre à des auditeurs clairsemés que des rengaines secondaires.

Ce Congrès confidentiel n’était destiné qu’aux initiés. Il avait pour objet d’ajuster, par des compromis et des marchandages, les rapports entre les divers clans civils et militaires qui, par dessus la tête du peuple, se disputent âprement les places au sérail. Il visait aussi à légitimer le pouvoir personnel de Ben Bella.

Le brillant programme d’« ouverture vers le socialisme » n’a joué, semble-t-il, dans le Congrès qu’un rôle accessoire. Son principal rédacteur, Mohamed Harbi, ne figure même pas dans le nouveau Bureau politique, composé de ministres, de militaires, de chefs de clan. Il était impossible de choisir une direction plus incapable de traduire en actes l’« option socialiste».

Le programme, à part certaines contradictions ou lacunes théoriques, aggravées par un amendement en faveur des sociétés d’« économie mixte », a un défaut essentiel : il lui manque encore une force sociale capable de lui donner la vie. Il ne peut être, dans le contexte actuel de l’Algérie, qu’une traite tirée, soit démagogiquement, soit hardiment, sur l’avenir.

Décevant, ce Congrès ? Oui, certes. Mais il ne ferme aucune porte. Des politiciens réticents et peu convaincus ont entériné le programme pour la seule raison qu’il avait la caution de Ben Bella. N’empêche que, désormais, ce programme engage le F.L.N.

Il est une charte dont s’empareront, pour la traduire en acte, les militants sincèrement révolutionnaires.

L'Action, couv mai 1964

Autour de Mohamed Harbi et des groupes d’amis de Révolution africaine que le jeune leader de la gauche du F.L.N. se propose de créer à travers le pays, une avant- garde, composée d’intellectuels, d’étudiants, d’ouvriers de l’autogestion industrielle, est à la veille de se former.

De son côté, l’élite de l’émigration en France, actuellement en cours d’alphabéti­sation et de formation professionnelle, dans un environnement d’industrie moderne et d’organisation ouvrière, pourrait bien fournir, après retour au pays, les cadres nécessaires à la métamorphose du F.L.N. en un parti authentiquement socialiste.

Cette avant-garde, bien sûr, ne naîtra pas en un jour. Mais puisse son entrée en scène ne pas trop se faire attendre. Autrement pourrait empirer le marasme économique entretenu par l’impéritie administrative et le manque de conscience socialiste.

Daniel GUERIN.  29 avril 1964

L’article est tiré du journal l’Action, numéro de mai 1964, dont le comité de direction était composé de Roland Andrieu, Favre-Bleibtreu, Roger Blin, Claude Bourdet, Jean Cassou, Julien Desachy, Guy Desson,  Claude Hazard, Maurice Henry, Henri Lefebvre, Michel Lequenne, Maurice Nadeau, Roger Noulé, Marcel Penin, Jean Poperen, Georges Rino, Oreste Rosenfeld, Tanguy-Prigent, Pierre Vidal-Naquet.  


Un article de Daniel Guérin, tiré du journal L’Action, de Novembre 1964      

En Algérie, le jeu de bascule continue

Algérie 1964 Daniel Guérin

Bien présomptueux serait celui qui se risquerait à émettre un jugement global et sans appel sur l’évolution de la situation algérienne. Tant les choses demeurent fluides, contradictoires et tant le pouvoir personnel continue son jeu de bascule, de type bonapartiste, entre forces divergentes.

La droite a encore marqué un point. Après celle de Harbi, c’est la disgrâce d’Ali Zamoum, le jeune préfet dynamique de Grande Kabylie. Il s’était attiré des inimitiés au sein de la bureaucratie F.L.N., en osant faire élire les membres locaux du parti par la base populaire ; et il avait défié l’appareil paralysant de l’Etat en reconstruisant son « département-pilote » à coups de « débudgétisations ». Voici donc limogé ce préfet pas comme les autres.

Cependant un virage à gauche semble, à nouveau, se dessiner. Harbi demeure le conseiller du Président, lequel a prononcé plusieurs discours fort énergiques. A Laghouat, à l’occasion de la mise en marche des travaux de l’oléoduc « cent pour cent algérien », il a fustigé ceux qui le croient encore à l’époque du pillage colonial, fait justice de la légende selon laquelle l’exploitation du pétrole relèverait d’une science dont seules les sociétés capitalistes auraient le secret. En rompant avec un certain groupe qui ne voulait point se contenter d’une participation minoritaire, en construisant lui- même le pipeline, le gouvernement algérien, comme l’a souligné Ben Bella, a dit non au néo-colonialisme.

A ce congrès de la Fédération des travailleurs du pétrole, le chef de l’Etat s’est déclaré partisan dans les entreprises nationales d’une cogestion par les syndicats ouvriers, solution qu’il préfère à un « capitalisme d’Etat ». Pour les entreprises privées, il a annoncé une réglementation nouvelle des comités d’entreprises. Passant des paroles aux actes, il a fait intervenir à Hassi-Messaoud la police locale pour convaincre la Compagnie Française des Pétroles à laisser pénétrer dans son enceinte trois responsables syndicaux.

Sur le plan de la Défense nationale, l’énergie gouvernementale, par contre, est plus contestable. L’armée a été considérablement renforcée par des chars soviétiques, des Migs et tutti quanti. Pour peu que la commission d’arbitrage de l’O.U.A., qui est sur le point de rendre sa sentence, ne donne pas entièrement raison à la thèse algérienne, une nouvelle tension serait à craindre aux confins marocains. Ben Bella, bien qu’il assure avoir fait son profit des sévères leçons de l’an dernier, pouvait être tenté, à titre de diversion, de pincer à nouveau la corde chauvine. De son côté, le colonel Boumedienne ne serait peut-être pas fâché de prendre sa revanche du demi-échec d’octobre 1963 et de renforcer, par quelque exploit militaire, sa position, déjà trop bien assise, au cœur du régime.

Fin de l'ère Khrouchtchev 1964

La dynamique de l’indépendance est une arme à double tranchant: positive, lorsqu’elle balaie les dernières séquelles du colonialisme ; négative, si elle inspirait à un pays lourdement obéré sur le plan économique une politique de panache, non seu­lement risquée, mais ruineuse.

Daniel GUERIN.


L’Algérie à hue et à dia – Article de Daniel Guérin, dans l’Action, janvier 1965

Algérie 1965 Daniel Guérin

La jeune république démocratique et populaire continue d’être tirée à hue et à dia, d’un côté par une avant-garde ouvrière-paysanne qui prend au sérieux l’option socialiste, de l’autre par un conservatisme petit-bourgeois qui se dissimule sous le couvert de la religion. Un incident significatif s’est produit il y a quelque temps. L’organe des syndicats ouvriers, Révolution et Travail, avait accueilli, pour son édition en langue arabe, un article ouvertement, et même outrancièrement antisocialiste. Cet article avait été, paraît-il, inspiré par un des chefs de file de l’« arabo-islamisme », qui est en même temps, ô paradoxe, un des secrétaires nationaux de l’U.G.T.A., le re­muant Chafaï Boudissa.

Le personnage n’en était d’ailleurs pas à sa première incartade. A la fin de mars der­nier, dans un autre numéro du même jour­nal, qui avait paru le jour même de l’ouver­ture du congrès de l’autogestion industrielle, il avait, déjà, rédigé, sous un nom d’em­prunt, une longue « lettre de lecteur » vouant aux gémonies les socialistes « scienti­fiques » et, contre eux, appelant à la res­cousse les héros morts pour l’indépendance.

Cette fois, la mesure était comble. Le programme du parti était bafoué. Le respon­sable de l’Orientation du Bureau politique, Zahouane, qui penche vers la gauche, empêcha aussitôt la distribution du journal contenant l’article et en fit même arrêter l’auteur, Boudissa, pendant 48 heures. Ce curieux incident a mis, pour la première fois, en lumière les sentiments véritables de la réaction à l’intérieur du régime à l’égard de l’option socialiste, en même temps que la lutte de classes qui scinde l’équipe dirigeante.

la gauche évite le combat

Au sein de la commission préparatoire qui rédigea la Charte d’Alger, l’aile gauche s’était trouvée devant un dilemme : ou bien mettre les antisocialistes au pied du mur, en les obligeant à se démasquer par un décompte des voix, ou bien éviter affrontement public et masquer le désaccord au moyen de subtiles formules transactionnelles.

La première solution comportait le risque de voir reporter à des jours meilleurs une option socialiste que la majorité du congrès F.L.N. ne portait pas dans son cœur, mais elle aurait eu, au moins, l’avantage de confronter l’avant-garde populaire avec la vérité et, ce faisant, de l’inciter à se battre. La seconde solution avait, certes, le mérite de sauver, au moins sur le papier, d’assez larges pans du programme socialiste et de contraindre ainsi les conserva­teurs à s’en faire eux-mêmes les propagandistes, mais elle avait le grave inconvénient d’entretenir la confusion, de dissimuler la véritable nature d’un régime hétéroclite et d’endormir le peuple avec de fallacieuses promesses.

La seconde solution fut adoptée. La gauche évita le combat ; elle s’abstint, en commission, de mettre aux voix les points les plus litigieux, sur lesquels, à coup sûr, elle aurait été mise en minorité. Finalement le prestige personnel du président Ben Bella, d’une part, la soif de justice sociale des miséreux, d’autre part, firent encaisser par le congrès un texte de compromis quelque peu démagogique. Ce programme, qu’il n’avait pas endossé de gaîté de cœur, le conservatisme « arabo-islamiuqe » n’a pas cessé, depuis, de l’embrasser pour mieux l’étouffer. Le caractère sournois de cette opposition ne permettait guère de prendre ses meneurs de jeu en flagrant délit d’hétérodoxie contre-révolutionnaire. L’imprudent article

la pression de l’A. N. P.

Cet incident devait avoir des rebondissements non moins significatifs. Boudissa a les reins solides. Il estime qu’il peut tout se permettre. Il a la faveur de certains éléments de l’armée, ceux-là mêmes qui ont soustrait à l’autogestion paysanne quelque 40 000 hectares de bonnes terres nationalisées pour les soumettre à une gestion caporalisée.

Par ailleurs, l’A.N.P., grâce à de copieuses commandes d’équipements militaires, fait prospérer les pseudo « coopératives » montées en chaîne par Boudissa. Au temps où Mohammed Harbi était encore une puissance, puisqu’il avait l’oreille de Ben Bella et jouait un rôle prépondérant dans la rédaction de la Charte d’Alger, Bou­dissa n’avait pas craint de le menacer, s’il continuait à se mettre en travers de sa route, d’une « balle perdue ». Ni ce langage anachronique, ni l’incident de Révolution et Travail n’ont pu nuire à Boudissa. A l’occa­sion du dernier remaniement ministériel, il a opéré un brillant rétablissement : l’appui de l’armée lui a fait obtenir le portefeuille du Travail.

En sens contraire, la prise de conscience de l’avant-garde ouvrière et paysanne se précise. Les doléances exprimées aux divers pré-congrès régionaux du syndicat des travailleurs de la terre ont amené Ben Bella à reconnaître, avec contrition, dans son discours du premier novembre, qu’aucune des revendications formulées, il y a un an, par le congrès des paysans, et, plus récemment, par celui de l’autogestion industrielle, ne sont entrées en application. Le congrès des travailleurs de la terre qui s’est tenu à Noël, sera suivi, à bref délai, par le deuxième congrès national de l’U.G.T.A., qui pourrait peut-être sonner le glas de l’actuelle direction de la centrale syndicale, réparant ainsi le mauvais coup perpétré par Khider et Boumaza au premier congrès de janvier 1963, contre la direction précédente.

progrès de l’autogestion

L’autogestion progresse malgré les dénigrements de ses adversaires, en dépit d’un certain nombre de faiblesses inévitables dans les circonstances et dans l’ambiance où elle se déroule. Dernièrement Ben Bella annonçait que les terres dégagées par la réforme agraire à venir seraient, non pas confiées à la petite propriété privée, mais autogérées. De leur côté, les fellahs de la région montagneuse du Titteri, au sud-est d’Alger, viennent de prendre l’initiative d’arracher les bornes qui délimitaient leurs parcelles, hier encore jalousement encloses, et de les exploiter en commun, Révolution africaine du 5 décembre observe, à juste titre, que « le socialisme en Algérie est une réalité présente partout, même dans les campagnes les plus reculées ».

Partout, oui, sauf dans l’appareil de l’Etat et du Parti, où les socialistes ne constituent encore qu’une minorité. Mais une minorité à qui la pression populaire permettrait de gagner peut-être davantage de terrain si elle n’hésitait plus à coordonner son action, à s’organiser, à établir le contact avec les éléments dynamiques qui commencent à s’affirmer dans les ateliers comme dans les fermes et, à la base, dans les syndicats comme dans les Khasmas du Parti.

Daniel GUERIN


En cette période où Jean-René Chauvin a rejoint le PSU, les enjeux concernent aussi les journaux.  « L’Action » est un nouveau journal animé/éditorialisé par Claude Bourdet qui a quitté France-Observateur (JR Chauvin y collabore d’ailleurs, en 1964…).


Lettre de Daniel Guérin à Jean-René Chauvin (Fonds d’archives JR Chauvin, CHS)

Paris, le 24 février 1964

Cher Chauvin,

Page 1 Lettre Daniel Guérin 64

Merci du texte « Notre action », en gros il me parait bon.

Néanmoins, je crains les formulations trop absolues. Mettre dans le même sac De Gaulle et Deferre, c’est, je le crains, combler d’aise le monarque et, sans le vouloir, faire son jeu. Idem pour les gens qui mettent dans le même sac Kennedy (l’assassiné) et la C.I.A. (l’assassin). Idem pour nos amis qui, jadis, traitaient successivement de « bonapartiste » Daladier, puis Doumergue, Brüning, puis Papen, puis Schleicher.

Page 2 Lettre Daniel Guérin 24 février 1964

Ce n’est pas une façon de raisonner très dialectique. Il faut saisir les différences pour mieux les exploiter.

Si, comme vous l’affirmez, la caste néo-capitaliste serait « prête à abandonner les formes extérieures les plus archaïques de la néo-monarchie gaullienne », c’est dire qu’elle régnerait mieux sous Deferre que sous le monarque, c’est presque conclure que le monarque, insuffisamment docile dans sa sénilité, aux voeux du néo-capitalisme, est moins redoutable que Deferre. Ou, au mieux, c’est dire que De Gaulle et Deferre sont « frères jumaux » comme naguère — les  staliniens fascisme et social-fascisme.

Page 3 Lettre Daniel Guérin 24 fevrier 64

Ceci dit, bien entendu, nous ne devons pas « collaborer » avec l’aile avancée de la bourgeoisie, mais la dépasser, en exploitant ce qui la différencie de l’aile gaulliste.

Pendant le front populaire, nous avons, sans cesse, essayé de dépasser, et non de mettre dans le même sac, Pierre Laval et Léon Blum.

De toute façon, ces remarques viennent un peu tard, puisque je n’ai pas été associé à la rédaction de ce texte (malgré mes efforts répétés pour contacter Poperen).

J’ai appris récemment de source sûre, que ce n’est point l’effet du hasard si l’on m’a tenu à l’écart…

Page 4 Lettre Daniel Guérin 24 fevrier 64

Autre chose : l’alternative socialisme autoritaire étatique ou socialisme authentique (c’est à dire libertaire) n’apparaît qu’à la cantonade, sous la phrase « assorti de garanties contre toute déviation autoritaire et bureaucratique ». Mais des garanties, ce n’est pas assez. Il faudrait remonter aux sources. Et, dès le départ, choisir entre les deux types de socialisme, si l’on optait, par malheur, pour le premier, aucune « garantie » ne pourrait en changer, en cours de route, la malfaisance essentielle.

Ces réserves faites, je suis disposé à collaborer à la revue, car, en gros, elle est la plus proche de mes positions, et que, s’il fallait collaborer à une revue avec laquelle on serait d’accord à 100%, il ne resterait plus qu’à poser la plume.

Bien fraternellement,

Daniel

Lettre de Jean-René Chauvin au comité de direction du journal L’Action

Lettre Chauvin comité rédaction l'Action Daniel Guérin 1

Paris, le 6 octobre 1964

Cher camarade,

Dès les premières rencontres destinées à lancer notre journal l’Action, j’ai proposé la participation de Daniel Guérin qui me semblait aller de soi. Il me fut d’abord ré­pondu qu’il y avait déjà un trop grand nombre de militants du  P.S.U. qui apparaissaient comme animateurs du journal et qu’il était préférable d’élargir le comité de direction vers l’extérieur. Par contre personne ne s’est opposé à sa collaboration éventuelle.

Aussitôt le manifeste paru, Daniel Guérin a manifesté son accord et son désir de nous aider. Il a envoyé chaque fois qu’il lui fut demandé des papiers jugés excellents par les camarades du comité de rédaction. Par ailleurs il nous a communiqué de nombreuses adresses de personnes susceptibles de s’abonner et a largement fait connaître l’Action autour de lui.

En conséquence, j’ai au cours du premier trimestre proposé que Daniel Guérin soit régulièrement convoqué à nos réunions du comité de rédaction. Ceci me fut formellement déconseillé tant qu’il n’y aurait pas eu une discussion avec l’intéressé.

Il y aura bientôt un an que cette affaire traîne. Ou c’est le résultat d’une impardonnable négligence ou 11 y a des raisons qu’il conviendrait d’exposer loyalement.

Je demande donc que la prochaine réunion du comité exécutif du courant unitaire soit saisis de la question.

Pour ma part je propose la participation active et responsable de Daniel Guérin au comité de rédaction, et d’ajouter son nom à la liste des membres du comité de direction.

La présente lettre est envoyée à Claude Bourdet, Jean Poperen. Favre-Bleibtreu, Victor fay», Michel Lequenne, Jacques Blaiss, Guy desson et Lucien Weitz et un double envoyé à Daniel Guérin lui-même.

Fraternellement

Jean-René

L’action, décembre 1964
L’action, mars 1964