Publication 1943 Parti Socialiste

  Nouvelle Série N° 16       Aidez nos Camarades emprisonnés          Septembre 1943

LE POPULAIRE

ORGANE DU PARTI SOCIALISTE (Edition Zone Sud)


Le Populaire septembre 1943 page 1RECONNAISSANCE DU COMITÉ FRANÇAIS de la Libération Nationale par les Gouvernements alliés On lira avec intérêt, plus loin, le texte d’un Message au peuple américain et au Président Roosevelt que le Comité Exécutif du Parti Socialiste a rédigé le 7 Août 1943. Depuis, en particulier grâce aux efforts de notre camarade Pierre Vienot, député des Ardennes, représentant à Londres du Comité Français de la Libération Nationale, celui-ci a été reconnu par les gouvernements de Londres, Washington et Moscou. Nous nous félicitons de cette reconnaissance gui, enfin donnera au Comité d’Alger toute l’autorité internationale dont il a besoin. En particulier, aucune paix ne pourrait être traitée, avec l’Italie aujourd’hui, avec l’Allemagne demain, sans que notre pays ne soit présent aux négociations. Nous croyons cependant devoir publier le texte de notre Message, devenu caduc, afin de bien préciser le sens qu’une telle reconnaissance prend pour nous sur le plan social. Nous croyons en effet que seule la suppression des pouvoirs des trusts permettra la construction d’un monde ordonné et pacifique. Nous persistons à penser que le gouvernement provisoire que présidera le Général de Gaulle est habilité pour mener à bien cette lutte contre la malfaisance des puissances d argent. C’est là le sens de notre soutien après la libération.


 Trois ans de prison et de déportation

Il y a trois ans le 15 de ce mois que Léon Blum a été arrêté par la police française. En ce jour anniversaire, notre pensée va vers notre courageux camarade qui supporte avec vaillance, après la rigueur des prisons de son pays, celle de la déportation en Allemagne. A cette occasion, nous sommes heureux de mettre sous les yeux de nos lecteurs — pour qu’ils les répandent autour d’eux, partout — les mots par lesquels Léon Blum concluait un de ses exposés au procès inachevé de Riom : « Vous pourrez nous condamner. Vous ne pourrez pas effacer notre œuvre, nous chasser de l’histoire de ce pays. Nous y apportons une certaine fierté : dans un temps périlleux, nous avons personnifié et vivifié la tradition authentique de notre pays, démocrate et républicain. De cette tradition, nous aurons, malgré tout, été un moment. Nous ne sommes pas je ne sais quelle excroissance monstrueuse dans l’histoire de ce pays parce que nous avons été un gouvernement populaire. Sous n’avons pas brisé la chaîne, nous l’avons retrouvée et resserrée. Naturellement, on peut, quand on dispose de tous les moyens qui agissent sur l’opinion, défigurer notre œuvre comme notre personne, notre visage. Mais la réalité est là et elle se fera jour. La durée de l’effort humain ne commande pas le rendement d’un appareil industriel; le loisir n’est pas la paresse; la liberté et la justice n’ont pas fait de la patrie une proie désarmée ; avec des ilotes on ne fait pas plus des ouvriers que des soldats. Qu’il s’agisse de manier l’outil ou de manier l’arme, c’est la liberté et la justice qui engendrent les grandes vertus viriles, la confiance, le courage et l’enthousiasme. Quand on nous dit que nous avons eu tort, c’est forcément nous dire : « Il fallait trahir, briser la volonté exprimée par le peuple Nous ne l’avons ni trahie ni brisée, nous y avons été fidèles. Et, Messieurs, par une ironie bien cruelle, c’est cette fidélité qui est devenue la trahison. Pourtant cette fidélité n’est pas épuisée ; elle dure encore et la France en recueillera le bienfait dans l’avenir où nous plaçons notre espérance et que ce procès, dirigé contre la République, contribuera à préparer ». Ajouter un seul mot à cette déclaration de l’ancien Président du Conseil des gouvernements de Front Populaire à direction socialiste serait en diminuer la valeur. Souhaitons seulement que notre fidèle pensée, par on ne sait quelle mystérieuse télépathie, puisse lui parvenir d’où nous écrivons, « quelque part en France », où il est,  « quelque part en Allemagne », pour lui dire notre déférente affection.


 Message au Président Roosevelt et au Peuple Américain

C’est de France que nous vous écrivons… C’est en France que ce Message a été conçu, rédigé, imprimé, diffusé. En France occupée et meurtrie. Par des Français qui n’ont jamais désespéré de la Victoire. Nous sommes le Parti Socialiste. Avant la guerre, nous comptions deux millions d’électeurs et tout concourt à prouver que nous n’avons, bien au contraire, rien perdu de notre influence sur le peuple. Nous avons été au pouvoir les animateurs des gouvernements de Front Populaire. Les réformes les plus profondes que notre République ait conçues sur le plan social et appliquées, c’est à notre action qu’on les doit. Aujourd’hui, nous groupons dans l’action clandestine plus de 40.00 citoyens décidés, entreprenants, actifs. Et nous fournissons les cadres de nombreux mouvements de Résistance spécialisés dans la lutte ouverte contre l’envahisseur. Au procès de Riom, c’est grâce à notre chef que le souffle républicain a pénétré dans le prétoire et, de là, a à nouveau déferlé dans le pays, pour le réveiller d’abord et le galvaniser ensuite. Débarrassé de ceux qui nous ont trahi et que nous avons rejeté sur le bord de notre route, nous allons, fidèle à à l’enseignement de nos maîtres, vers un destin que tout laisse prévoir glorieux. Ayant dit ce que nous sommes, nous allons exprimer ce que. nous attendons de vous. Il est d’usage, dans ces sortes de messages, de rappeler les batailles communes, les souvenirs communs à nos deux patries, d’exalter Lafayette, d’évoquer Pershing. Nous ne sacrifierons pas à ce rite. L’Histoire de nos deux peuples est trop liée à toutes les luttes pour la Li­berté et la Démocratie pour que nous éprouvions le besoin de le rappeler. Mais, dans le monde de demain, dans celui que la Destinée inexorable, comme l’inévitable marche en avant de la civilisation, construira sans nous, malgré nous, contre nous si nous n’y prenons garde, par nous, si nous savons élever notre combat à la hauteur de notre espoir, Liberté et Démocratie n’auront pas le même sens qu’hier. Hier, politiques, Liberté et Démocra­tie devront, pour se survivre, être demain économiques et sociales. Le citoyen ne devra pas seulement avoir le droit éphémère de voter. Il devra avoir le droit permanent de vivre. Vous l’avez si bien compris. Monsieur le Président, que voici onze ans déjà que nous applaudissons à vos efforts pour faire au travailleur une plus juste part dans le régime actuel. (Lire la suite page 4)

(Suite de la 1ère page) Vos affirmations répétées et votre lutte pour créer, après les Droits de l’Homme, les droits du Travailleur, sont la preuve que vos préoccupations sont les nôtres. Votre New Deal était, avant notre Front Populaire et comme lui, une première tentative pour restreindre les droits du Capital, ses profits, ses scandaleux bénéfices, les injustices qu’il créait. Parce que nous devions aider les efforts de Léon Blum, nous encouragions les vôtres et ceux du peuple américain tout entier, dans leurs luttes contre les féodalités bancaires et industrielles.

Nous sommes aujourd’hui convaincus que le Général de Gaulle mènera la même lutte que vous. Celui-ci incarne l’espérance que la France meurtrie a retrouvé à sa voix, le 18 Juin 1940. Il est le symbole de la lutte contre l’ennemi commun. Il sera le restaurateur de la Démocratie Française. Mais il sera également, à notre demande unanime — à nous Résistants de France — celui qui musellera les trusts, complices de l’envahisseur, et qui fera la transformation sociale devenue nécessaire.

L’objet de ce message apparaît dès lors clairement : il faut que vous nous aidiez à donner à Charles de Gaulle la force. l’autorité internationales dont il a besoin, dont a besoin la France dans le Monde. Il faut que les Etats-Unis d’Amérique reconnaissent le Comité d’Alger comme le Gouvernement provisoire de la France.

Avec le peuple tout entier, nous avons délégué à Charles de Gaulle le pouvoir politique ; nous lui servons de garant à vos yeux, nous qui sommes le parti de Léon Blum et la sel de la France.

Les Etats-Unis n’ont pas le droit de donner au monde l’impression qu’ils préfèrent le Capital au Travail, les Trusts au Peuple, Vichy à la Nation Française. La reconnaissance, par vous, du Général de Gaulle comme chef provisoire du Gouvernement de la Libération Française soulèverait dans notre pays asservi mais demeuré libre de penser, une joie analogue à celle qu’a produite l’annonce de l’entrée en guerre des Etats-Unis.

On y verrait le signe que la limitation nécessaire des Droits du Capital ne rencontre pas de votre part d’opposition. Nous, qui rêvons de construire les Etats-Unis du Monde, à l’image politique des vôtres, nous en serions fortifiés et aurions le sentiment que de cette tourmente affreuse pourrait vraiment sortir, comme une charte nouvelle. les Droits de l’Homme et du Travailleur.

Le Comité Exécutif du Parti Socialiste Clandestin.


Facsimilé accueil des américains par Pétain juin 1918Ci-contre le fac-similé des souhaits de bienvenue adressés en 1918 par le Général PÉTA1N aux soldats Américains. Le Peuple Français est toujours d’accord arec la formule employée, mais quel chemin parcouru par le fourbe PÉTAIN qui a trahi et livré la Patrie à Hitler. L’Histoire sera sévère.


CRIMINELS

« Tuer un homme, c’est un crime. Mais qu’est-ce que tuer une nation ? Comment qualifier ce forfait ? Eh bien ! Il y a quelque chose de plus fort que la tuer, c’est de l’avilir, la livrer à l’outrage de l’étranger, c’est de la faire violer et de lui ôter l’honneur ».                         MICHELET (La Convention). On dirait que Michelet avait prévu Pétain et Laval.


Le Populaire septembre 1943 page 2

L’élargissement manqué

M. Pierre Laval, sentant le vent… de la défaite, voudrait bien pouvoir conquérir enfin une opinion rétive. Il aurait songé à obtenir son audience en remaniant son cabinet et en revenant, dans une certaine mesure, aux anciennes normes. Il a sollicité, notamment, Paul Faure (quel honneur !) Paul Rives, De Monzie, des radicaux du Midi, etc… II n’est que Paul Rives qui aurait accepté de s’embarquer dans cette galère. Mais de Paul Rives, plus rien n’étonne. Laval aurait cependant estimé que Paul Rives plus zéro égale zéro. II a donc abandonné son projet et il s’en est remis à sa mauvaise étoile. Mais que Paul Faure ait pu être un instant, considérer par le gauleiter Laval comme un collaborateur possible, voilà qui en dit long sur le chemin parcouru par l’ancien secrétaire général du Parti.

Se faire blanchir…

Avant la guerre, les « gens bien  » se faisaient blanchir « à » Londres. Actuellement, il est des politiciens qui songent à se faire blanchir « par » Lon­dres. Parmi eux serait M. L.-O. Frossard.  M. L.-O. Frossard, envisageant l’éventualité d’un débarquement anglo-saxon en France, aurait conçu une opération politique qui dégage une odeur de manœuvre de couloirs. Il rêve d’une convocation des Chambres (en sommeil, mais non dissoutes) en Assemblée Nationale, Assemblée devant laquelle le Maréchal Pétain ferait, une sorte de compte-rendu de mandat. Après quoi le Maréchal serait nommé Président de la République ranimée, ressuscitée pour les besoins de la cause. Un nouveau gouvernement composé de parlementaires, d’éléments populaires, pris dans les syndicats ouvriers et de fonctionnaires serait ensuite constitué. Et en avant le centrisme ! Réhabiliter des hommes qui ont laissé faire et dans le silence, la complaisance et la lâcheté ont servi utilement l’occupant. Non, Messieurs ! L’heure de ces petites habiletés est révolue. L’opinion publique, l’opinion républicaine rejettera les offres de services et les «dévouements » in extremis de ceux qui l’ont abandonnée en plein drame. Elle veut maintenant des hommes sûrs, des caractères. Les repêchages sont interdits !

Un drame de la déportation, dont toute la responsabilité incombe au gouvernement Laval, négrier au service de Hitler (puisque vient d’être conclu un accord au terme duquel le gouvernement « français » se désintéresse du sort des jeunes réfractaires qui refusent d’aller se faire tuer en Allemagne), vient de faire douze victimes françaises en Ardèche. Le maire de Thines recevait récemment la visite d’un homme — vraisemblablement Français d’ailleurs — qui lui demandait si, dans la région, ne se cachaient pas des réfractaires. Ses deux fils voulaient les rejoindre, disait-il. En tous cas, lui, apportait des vivres pour les jeunes patriotes. Devant la valise garnie de victuailles, le magistrat municipal, patriote insoupçonnable, mais crédule, eut confiance et indique l’endroit où, dans la montagne, se cachaient les Français désireux de se soustraire au service du travail. Deux jours après, les S. S. apparaissaient à l’endroit désigné et une bataille se livrait entre nos compatriotes et les hordes nazis. Le tragique bilan est le suivant : neuf jeunes Français et trois paysans qui les cachaient ont été frappés à mort tandis que trois Allemands restaient sur le carreau. Le reste de nos camarades put s’enfuir à la seule exception d’un blessé que l’on ne put emmener et qui fut fait prisonnier, ainsi que le maire de Thines emmené par la Gestapo. Les Hitlériens n’eurent d’ailleurs raison des réfractaires qu’en employant des grenades incendiaires. Le Populaire, en portant ces faits à la connaissance de nos militants, met en garde tous ceux qui se cachent et tous ceux qui les cachent contre les provocateurs de toutes sortes. L’exemple de Thines doit servir à tous les patriotes.

Inflation bureaucratique n’égale pas « redressement »

« La guerre de 1939, la défaite de 1910 et la politique de pseudo-redresse­ment qui se poursuit depuis 1940 ont entraîné un développement indéfini de cadre jusque dans les administrations en chômage. Exemple : il y avait en 1939, au ministère de la Marine marchande : 3 directeurs ; 2 sous-directeurs ; 15 chefs de bureau. Réorganisés en 1942, les services de la Marine marchande comptent maintenant : 9 directeurs ; 6 sous-directeurs ; 39 chefs de bureau. Cet accroissement de services s’est produit alors que notre marine, marchande ne dispose plus que de 50.000 tonnes. En 1939, elle disposait de près de 3.000.000 de tonnes ». A. de Monzie. (La Saison des Juges).


 Lisez et faites circuler LE POPULAIRE


 Après le doigt, la main… Après la main, tout le bras !    

Engagé sur la voie de la collaboration, Pierre Laval ne peut plus revenir en arrière. Il y a une logique de la trahison qui le condamne à déférer aux ordres de l’ennemi. Les Allemands viennent d’exiger de « leur »  gouvernement vichyssois :                                                                                                        1°) 53.000 autres travailleurs supplémentaires ; 2°) des mesures énergiques pour que les réfractaires soient activement pourchassés, appréhendés et livrés à Sauckel ; 3°) que 30.000 jeunes des Chantiers viennent s’ajouter aux effectifs de l’armée du S. T. O. Ces exigences laissent subsister la demande antérieure, non encore satisfaite, de 500.000 nouveaux travailleurs et devant laquelle Laval lui-même hésite. Au dernier Conseil des Ministres, Laval, en bon négrier dévoué à Hitler, a consenti à donner à son patron les 53.000 travailleurs qu’il réclame et tous les réfractaires, dans la mesure où il pourra les saisir. Toucher aux braves gosses des Chantiers lui est cependant apparu jusqu’ici comme une impossibilité. Ce ne sont pas des scrupules moraux qui le retiennent mais la crainte de faire déborder le vase. Toutefois, en insistant un peu, Hitler obtiendra tout de son féal vichyssois dont la fortune est liée à la sienne. Mais les réfractaires ne se laisseront pas faire. Ils redoubleront de  vigilance. Chacun doit les aider à tenir. Les Socialistes doivent donner l’exemple de l’initiative et de l’entraide.


 D’ACCORD !

« J’ai décidé de rester en France quoiqu’il arrive ». Maréchal Pétain, 18 Juin 1940. « Ce n’est pas en quittant la France qu’on peut la servir ». Pierre Laval, 21 Juin 1940.

Voilà d’excellents conseils que tous les jeunes de France doivent suivre. Résistez à la déportation. Patriotes, aidez les jeunes.


Ceux qui ont compris

La plupart des « permissionnaires »  venus d’Allemagne préfèrent rester cheveux (lisez : en France) plutôt que de retourner assister à la chute de Hitler dans son pays et, en attendant, recevoir des bombes sur le coin de la figure. Leur nombre est tellement grand que le nommé Desmarest. commissaire général à la main-d’œuvre française en Allemagne, s’en est ému. Il a adressé, le 17 août, un appel à ces «permissionnaires » dans lequel il a mis de tout : la parole de la France, l’honneur, les frères de captivité, les maris qui ne reviendront pas, les regrets des femmes qu’on doit pouvoir soutenir, etc…, etc…                     Le résultat, au moment où nous mettons sous presse, continue de se faire attendre : aucun permissionnaire n’est pressé de rentrer…


 Les cheminots contre la Charte du Travail

La Tribune des Cheminots du 1er Juil­let a publié, sous la signature du Bureau de l’Union des Cheminots du Réseau de l’Est et à propos de la Charte du Travail,, les propos suivants : « On sait le peu d’enthousiasme que manifeste le monde du travail à faire siens des concepts sociaux dont on peut déjà dire qu’ils rompent délibérément avec plus d’un siècle d’histoire ouvrière et qu’ils bousculent, en les condamnant en bloc, tous les enseignements du passé. Cette méfiance de la classe ouvrière à l’égard d’une doctrine qui n’est sans doute pas nouvelle dans ses principes mais qui l’est dans son application à notre pays, tient davantage encore au fait que ses tenants s’inscrivaient hier, pour la plupart, dans les rangs du Conservatisme le plus intransigeant. » On ne saurait en moins de mots dire plus de choses.


 Châtiment

Trois miliciens viennent encore d’être exécutés à Grenoble. Il s’agit de Leyssieux, milicien, et de Lencoux Henri et Lacroix Marcel, tous deux Francs-gardes permanents.                  Tous les Kollaborateurs et autres traîtres à la Patrie subiront ce châtiment qu’ils méritent.


Le Populaire septembre 1943 page 3 Après la chute du Fascisme….          

Un Manifeste du Parti Socialiste Italien

Nos camarades socialistes italiens ont publié un «Manifeste-programme du Parti » dont nous voudrions faire connaître très rapidement les idées générales. Disons tout de suite qu’il s’agit d’un document remarquable dans le fond et dans la forme. Ecrit avant la chute du fascisme, il affirme toute sa valeur en faisant preuve d’une clairvoyance aiguë des événements et des choses. Nos amis rappellent l’opposition ferme et compacte des travailleurs italiens au fascisme qu’ils ont subi sans l’accepter, opposition qu’illustrent tant de martyrs et dont le plus grand — comme un symbole — Matteoti, retrouve aujourd’hui le souvenir fervent des foules avides de justes vengeances.

Les socialistes italiens — comme les socialistes français — ne renient rien de leur doctrine. Bien loin de là. Tous les événements en sont la meilleure confirmation et c’est en termes excellents que le manifeste définit et la doctrine et les buts du socialisme. Mais l’action contre le fascisme exige l’union de tous les hommes épris de liberté et de dignité humaines. Libéraux, républicains, communistes, le Parti Socialiste se déclare prêt à la plus entière et la plus confiante action commune. Certes, en ce qui touche le Parti Communiste, nos amis italiens n’ont pas pu ne pas rappeler tout ce qui nous divisait dans l’action et dans la pensée. Mais ils espèrent que « l’écroulement de l’hitlérisme débarrassera le terrain du plus grand obstacle qui s’opposait aux progrès de la cause du travail et à l’unité des travailleurs » et que la Russie, délivrée de l’obsession de l’hypothèque d’une invasion allemande, retrouvera une attitude « moins « dominée par les préoccupations urgentes de défense nationale ».

Ce manifeste décrit les formes d’action réclamées par la situation présente, mais il va plus loin, et il trace un cadre à l’action de demain — devenue actuelle par la chute du fascisme. Que faire jusqu’au moment où le peuple dira à nouveau explicitement sa volonté ? Un gouvernement de Salut Public dont la mission sera de régler les questions immédiates les plus importantes et d’ouvrir la voie aux grandes transformations sociales. Faire la paix « avec les pays auxquels le fascisme a déclaré la guerre » : sauvegarder, d’accord avec les démocraties, le patrimoine national et jeter les bases d’une grande collaboration fraternelle des peuples. Mais aussi abattre les puissances capitalistes, organiser la propriété et la production collectives. Bref, libérer politiquement et économiquement le peuple qui déterminera alors librement les formes de sa vie publique. Inutile d’ajouter que la Monarchie et les dirigeants fascistes devront répondre de leurs crimes, sans quoi aucune justice ne serait faite. Cette courte et sèche analyse est bien impuissante à marquer la richesse de pensée de ce document et la hauteur de vues de nos amis italiens. Elle montrera cependant avec plaisir l’identité de vues entre le socialisme italien et le socialisme français.


 Quand MUSSOLINI parlait…

« L’Italie n’a pas besoin d’armées de mort, mais d’armées de vie. Elle est déjà suffisamment épuisée, cela suffit ; une autre saignée pourrait lui être fatale. »            Benito Mussolini (article de l’Avanti, 26 août …. 1914)

« Une alliance qui n’a jamais été, qui ne pouvait être populaire, vient d’être dénoncée. L’Italie se tourne vers l’Occident. Nous sommes libérés de la pesante tutelle de l’Allemagne, de la répugnante compagnie des Autrichiens. Nous nous retrouvons nous-mêmes. La droite et saine diplomatie du peuple a vaincu. Nous combattrons aux côtés des Français, des Belges, des Serbes, des Anglais, des Russes, nous souderons par notre intervention, le cercle de fer autour des empires responsables de la conflagration européenne ; nous abrégerons la durée de la guerre ; nous vaincrons. »                       Benito Mussolini (article du Popolo d’italia, 17 mai 1915)

« Nous projetterons les Italiens comme une force pleine d’unité vers les buts mondiaux, nous nous retrouverons puissants dans la Méditerranée en nous alliant avec ceux qui y vivent et en expulsant ceux qui n’y sont que des parasites. »   Benito Mussolini  (Discours à la Schiesa de Milan, le 5 Octobre 1922)

« Voilà l’Italie d’aujourd’hui, lumineuse, mais vaguement encore. C’est elle que nous présentons aux autres nations; aux autres nations qui devront être convaincues a partir d’aujourd’hui, qu’elles le veuillent ou non, que l’Italie n’entend être à la remorque de qui que ce soit. » Benito Mussolini (Rome, 27 novembre 1922)

« On parle de liberté. Ayons le courage de dire que quand on crie « Vive la Liberté » on sous-entend : « A bas le fascisme. »       Benito Mussolini   (Discours à la Chambre, 15 Juillet 1923) « Aujourd’hui, grâce au fascisme, le peuple a retrouvé un sens profond de la discipline. L’armée et la marine sont en pleine efficience spirituelle et peuvent être soumises à toutes les épreuves du monde quand les intérêts, la dignité et l’avenir de la patrie sont en jeu.» Benito Mussolini (Discours au Sénat, 16 Novembre 1923)

De quoi se marrer. disait le Canard Enchaîné. Mais voici mieux :

« Cela ne vaudrait pas la peine d’exister, ni comme homme ni comme parti ; ce ne serait pas la peine de se dire fasciste, si l’on ne se sentait pas capable de tenir tête à la tempête. N’importe qui est capable de naviguer sur une mer débonnaire, quand le vent gonfle les voiles et qu’il n’y a ni lames ni cyclone.  Le beau, le grand, je voudrais dire l’héroïque, est de naviguer quand la tempête bouleverse tout. »   Benito Mussolini                             (Discours à Rome, le 2 août 1924)

La tempête commence à gronder.

« M. Mussolini démissionne.» (Les journaux, 16 Juillet 1943) « L’Italie ne pourrait jamais tolérer cette violation patente des traités qui consisterait dans l’annexion de l’Autriche à l’Allemagne, annexion qui frustrerait la victoire italienne, augmenterait la puissance démographique et territoriale de l’Allemagne…. » Benito Mussolini (Discours au Sénat romain, 20 mai 1925)

Et, enfin, pour alimenter notre rubrique des « paris stupides » : « Aujourd’hui, le fascisme est un parti, une une corporation.- Cela ne suffit pas. Il doit devenir un mode de vie. Il doit y avoir des italiens du fascisme, comme il y a eu des Italiens de la Renaissance, des Italiens de la latinité. » Benito Mussolini    (A Rome, le 30 juillet 1925)

Et ceci :  « Le régime est désormais assis sur une base intangible.  » Benito Mussolini  (A Rome, le 5 Novembre 1925)

Le peuple italien a répondu à toutes ces rodomontades qu’«emporte le vent ». Il a écouté une seule fois ce que disait Mussolini « quand Mussolini parlait », le 24 mai 1924, à Rome : « La liberté n’est pas un droit, c’est un devoir. Ce n’est pas un don, c’est une conquête. Ce n’est pas un apanage dû, c’est un privilège acquis. » Le peuple italien conquiert peu à peu sa liberté.


 Manifestation patriotique en Saône-et-Loire

La population de Sancenay (Saône-et-Loire) vient de faire d’émouvantes obsèques à des pilotes anglais tombés au cours d’un raid en France.

La gendarmerie ayant, d’ordre des Allemands, coupé les routes pour empêcher la manifestation, c’est à travers champs que toute la population de ce village s’est rendu à l’enterrement et a couvert les tombes de fleurs fraîches.


Un message du Président de l’internationale Ouvrière et Socialiste

Camille HUYSMANS, ancien bourgmestre d’Anvers et Président de l’internationale Ouvrière et socialiste, vient à ce dernier titre, d’adresser un message au peuple Italien en lutte contre le fascisme.

Après s’être félicité de la chute de Mussolini, notre camarade souligne pour les travailleurs de la péninsule la nécessité de voir abattre le monstre nazi et le militarisme prussien pour que soit rendue au monde la liberté. Nous nous associons volontiers à ce message ; c’est en effet seulement après la destruction du fascisme et de l’hitlérisme que l’on pourra effectivement construire avec tous les peuples, les Etats-Unis du Monde.


Une adresse de la C. G. T. française

Les auditeurs de la radio anglaise — c’est-à-dire 95 % des Français — ont entendu avec plaisir notre ami Georges Buisson, secrétaire général adjoint de la C. G. T.. la vraie, lire le 12 août, une adresse rédigée en France par le Bureau Confédéral clandestin aux travailleurs italiens en lutte pour liquider le fascisme. Cet effondrement, disent nos camarades, est «le prélude à la résurrection de toutes les libertés ouvrières et démocratiques en France et en Europe ».

Nous tenions le même langage lorsque, dans notre tract rédigé au lendemain de la chute de Mussolini et diffusé à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires, nous parlions de la contagion du fascisme ». Une fois de plus, les divers mouvements de la classe ouvrière sont d’accord spontanément sans même se consulter.


 Un nouveau Confrère

Nous sommes heureux de saluer la naissance d’un nouveau journal clandestin : JEUNESSE NOUVELLE, organe des jeunesses socialistes belges. Avec Le Peuple, aux côtés de qui il combat, ce nouvel organe aidera à balayer les Allemands de Belgique, les Rexistes et autres Kollaborateurs… Car ils en ont aussi là-bas : partout où il y a eu des marks à distribuer, il y aura des traîtres à exécuter.


 On ne le lui fait pas dire

« L’opinion publique internationale croit communément que le mois prochain verra ou la défaite militaire du Reich, ou la Révolution en Allemagne, ou un changement de la politique allemande. Certains gouvernements ou certains parlements délibèrent même pour décider s’ils devront accorder ou refuser le droit d’asile à des Chefs du IIIe Reich. » (Déclaration du Gauleiter SAUCKEL à la presse dite parisienne, le 7 août 1943)


 Pétain fait de la politique

C’est devenu courant, à Vichy, de considérer Pétain comme un personnage ignorant la politique. Croire cela, ce serait en partie excuser ses actes. Nous ne marchons pas. Nous ne marcherons jamais.

Le Maréchal a fait de la politique toute sa vie. C’est d’ailleurs facile à prouver, à établir. Collaborer avec Hitler, lui livrer notre jeunesse, n’est-ce pas faire de la politique ? Enfermer les chefs républicains, les condamner avant tout jugement, n’est-ce pas faire de la politique ?

Il est tellement politicien, le « vieux », qu’il médite un coup qui, s’il réussissait, compliquerait, obérerait l’avenir de la France. Mais il ratera. Il a fondé sur l’éventualité d’un débarquement anglo-saxon une vaste combinaison politique qui donne la mesure de son hypocrisie, de son astuce. Il médite de congédier au bon moment Pierre Laval et de le remplacer par un homme à lui qui ne serait autre que le prudent Piétri, réactionnaire en coquetterie avec Franco et les trusts internationaux. Piétri s’adjoindrait des personnalités politiques comme MM. Bérard, Frossard, Georges Bonnet.

Le Maréchal se croit indispensable ; il pense que les Anglo-Saxons ne peuvent se passer de son concours. Il déchantera. Ni Laval, ni Piétri ! Ni eux, ni Pétain !

La France républicaine se donnera comme chefs des républicains. Des républicains honnêtes, purs ; Des républicains restés fidèles et qui auront souffert. Les autres, ils n’auront que des comptes à rendre… avec leur tablier.


Le Populaire septembre 1943 page 4 « Les causes militaires de notre défaite  »                                                par le Colonel ALERME

Nous publions aujourd’hui la conclusion du livre du Colonel Alerme. Nos camarades auront intérêt à classer ces documents afin de réfuter la mauvaise foi de ceux qui prétendaient que le Front Populaire et… les congés payés étaient les responsables de la défaite militaire.

Ignorance crasse « Quoi qu’il en soit, il apparaît que l’Etat-Major français n’a pas su prévoir que les allemands feraient l’impossible pour éviter une guerre comme la précédente  une guerre d’usure, dont ils savaient mieux que personne les dangers, puisque c’est à la nature de cette guerre qu’ils attribuaient en définitive leur défaite. Ou, s’il a prévu qu’ils voudraient en finir tout de suite par une grande bataille, il a cru habile et prudent de s’organiser pour faire traîner les choses en longueur. L’idée que le temps travaillerait pour lui, idée plus civile que militaire, l’a conduit à une préparation de nos forces en vue d’une guerre meurtrière et longue, alors que la raison commandait de s’outiller pour être en mesure de jouer le même jeu que l’adversaire, et de prendre le pas sur lui.

Aussi bien avait-il à peine entrevu le rôle essentiel que l’aviation serait appelée à jouer au combat. Le fait qu’il ait laissé le ministère de l’Air divaguer au gré des influences les plus diverses et qu’il n’ait pas exigé que ce ministère fut étroitement soumis à son contrôle, tout au moins en ce qui concerne la préparation à la guerre, prouve assez qu’il ne regardait pas la question sous son vrai jour. Il semble qu’il se soit borné à élargir et à préciser les règles d’emploi qu’on avait fixées pour cette armée au cours de l’année 1918, sans entrer en contact étroit avec les chefs de nos forces aériennes. Là encore, il ne pouvait se dégager du passé. Les quarante années « d’expérience » de ses plus éminents représentants pesaient trop lourdement sur leurs épaules. 

Quant aux chars d’assaut s’il les intéressants pour les opérations de rupture, il était loin d’imaginer l’apparition sur les derrières des années de ces puissantes divisions cuirassées qui devaient, par leurs manœuvres foudroyantes, annihiler en quelques heures toutes nos possibilités de vaincre au cours de la bataille de France.

Dans les bureaux du palais des Invalides, on s’était laissé entraîner à une distinction subtile et fausse entre la guerre offensive et la guerre défensive. Tout se passait comme si on avait renoncé à croire qu’il n’y a pour les militaires qu’une manière de faire la guerre : celle qui conduit par les moyens les plus rapides à la destruction totale des forces armées de l’adversaire.  Peut-être même n’attacherait-on plus aux enseignements napoléoniens qu’un simple intérêt historique ». (Pages 115, 116, 117). 

Cécité sans remède

Si paradoxal que cela paraisse, la construction de la ligne Maginot n’a fait qu’aggraver le cas de notre haut commandement. A ses yeux, cette position fortifiée signifiait la consécration de la doctrine de l’inviolabilité des fronts et, par suite, de la guerre d’usure ». (Page 119).

Sachant que la politique anglaise chercherait, en cas de conflit, à l’obliger de combattre sur deux fronts opposés, il (le Grand Etat-Major Allemand) s’est couvert à l’ouest par cette ligne, de manière à pouvoir garder une entière liberté d’action à l’est. Encore faut-il remarquer que, logique avec lui-même, il a poussé la ligne Siegfried de la Suisse à la Mer du Nord, alors que chez nous, où pourtant l’on avait en vue que la défense du territoire national, faute d’obtenir du Parlement l’effort financier nécessaire pour pousser les choses au delà (N.D.L.R. — C’est d’ailleurs inexact, les crédits avaient été obtenu, c’est Pétain qui, au Conseil Supérieur, s’y est opposé), l’Etat-Major avait arrêté la ligne Maginot aux abords de Mont- médy, laissant ainsi à peu près découverte notre frontière de Belgique ». (Pages 120, 121).

La grande bataille de France n’a été que l’éclatante et douloureuse démonstration de ses erreurs. On ne peut même pas lui reprocher de n’avoir pas su la conduire. La façon dont il avait conçu et organisé notre armée l’a mis à priori dans l’impossibilité de diriger cette bataille, comme elle a mis nos soldats dans l’impossibilité de combattre efficacement. Dès les premiers jours, les irruptions de l’ennemi dans nos arrières ont brisé toutes les commandes. Nos chefs ont pâti d’une espèce de cécité sans remède ». (Pages 121, 122).

On peut donc dire — et c’est par là que nous confluerons — que, quelques que soient les responsabilités certainement plus graves encore du gouvernement, notre haut commandement ne saurait sortir entièrement à son honneur de ce dilemme qui l’accuse : ou il connaissait la puissance de l’armée allemande et il est inexcusable de ne pas avoir exigé des Pouvoirs Publics, quitte à provoquer un éclat, une armée française capable de lui résister : ou il ne soupçonnait pas cette puissance, et il est impardonnable de l’avoir ignorée ». (Pages 122, 123).


 Les neutres vont vers la victoire.

On apprend que :

  • Pour la première fois depuis trois ans, l’ESPAGNE a repris la présentation, dans les cinémas, des actualités anglaises.
  • La SUÈDE interdit aux troupes allemandes le transit par son territoire, transit accordé après la défaite française.

Les asservis se révoltent

  • Les troubles les plus graves ont éclaté en NORVÈGE où de nombreux policiers sont arrêtés et déportés tandis que les anciens officiers sont recherchés par la Gestapo et que l’état de siège est proclamé.
  • De nombreux actes de sabotage, notamment contre les voies ferrées, ont lieu au DANEMARK.
  • En YOUGOSLAVIE, les guérillas ont pris l’allure de batailles régulières.
  • En GRÈCE, une grève générale a eu lieu à Salonique.
  • En BELGIQUE, les attentats contre les Allemands et les Kollaborateurs se multiplient.

Les « alliés » se sauvent…

  • Après l’ITALIE, à bout de souffle, la FINLANDE tente à son tour de tirer son épingle du jeu. Elle a supprimé ses émissions radiophoniques de propagande à l’usage de l’étranger et renouvelle son attachement à l’amitié américaine. Comme en Italie, le peuple réclame la paix.
  • La HONGRIE ne veut plus envoyer de troupe sur le front oriental.
  • La ROUMANIE ne sait comment se tirer du guêpier dans lequel des chefs traîtres l’ont fourrée. Elle demande à la Turquie de servir de médiatrice entre les Alliés et elle.
  • Le mécontentement à l’égard de l’Axe (ou plutôt de ce qui en reste règne eu BULGARIE.)

Bref, l’édifice hitlérien craque de partout. Bientôt, nous assisterons à l’assaut final.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants