Minuscule bibliographie

Les quelques ouvrages indiqués dans cette bibliographie correspondent à certains livres auxquels Jean-René Chauvin a contribué, ou bien dont il a été un protagoniste, ou bien dont  l’auteur fut un ami, un proche, ou correspondant (que l’on retrouve dans ses archives), ou bien un livre dans lequel le nom de Jean-René Chauvin est mentionné…
  1. Le livre de Jean-René chauvin,
    Un trotskiste dans l’enfer nazi   Mauthausen-Auschwitz-Buchenwald 1943-1945
    Préfacé par Michel Lequenne (Syllepse, 2006)
  2. Le livre de David Rousset  L’univers concentrationnaire
  3. Je me suis évadé d’Auschwitz  de Rudolf Vrba, traduit par Jenny Plocki et et Lili Slyper
  4. Le livre de Wilebaldo Solano,
    Le POUM : Révolution dans la guerre d’Espagne
    co-préfacé par Jean-René Chauvin (2002, Syllepse)
  5. Mémoires d’un dinosaure trotskiste de Yvan Craipeau (1999, l’Harmattan)
  6. Contre vents et marées : (1938-1945) de Yvan Craipeau (1977, Syros)
  7. Trotsky : Ma vie Ce livre de Trotsky lu par JR Chauvin dans les années 1930 lui fit, selon ses mots,  l’effet d’une liqueur forte, et joua un rôle dans ces engagements politiques ultérieurs
  8. Le Maitron – dictionnaire biographique du mouvement ouvrier
  9.  Le catalogue (pour mémoires) de Michel Lequenne (2009, Syllepse)
  10. Le trotskisme  : une histoire sans fard de Michel Lequenne (2005, Syllepse)
  11. Graine rouge de Jules Fourrier (1983, La Brèche)
  12. Itinéraire d’un cadre communiste : 1935-1950 : du stalinisme au trotskysme de Marcel Thourel, préfacé par Rolande Trempé ( Marcel Thourel a entretenu une correspondance importante avec JR Chauvin, correspondance conservée dans les archives de Chauvin) 
  13. Simone Weil zur Einführung de Heinz Abosch (« Benno » dans les archives et la correspondance de Jean-René Chauvin)
  14. Sartre et l’extrême gauche française  : cinquante ans de relations tumultueuses de Ian H. Birchall
  15. Trotsky vivant de Pierre Naville
  16. Sans bottes ni bataille de André Calvès.  Le livre est téléchargeable en ligne (gratuitement), sous son titre original « J’ai essayé de comprendre… ».
  17. Les Camarades des frères : Trotskistes et libertaires dans la guerre d’Algérie de Sylvain Pattieu (2002, Syllepse)
  18. Histoire politique des intellectuels en France tome II d’Ariane Chebel D’Appollonia,  Éd. Complexe (1991) 
  19. Maurice Nadeau / La Quinzaine littéraire
  20. Un mathématicien aux prises avec le siècle de Laurent Schwartz,  éditions Odile Jacob mars 1997 , extrait :       » Il y avait en France en 1936 deux partis trotskistes adhérant tous deux à la IVe Internationale, le POI (auquel j’adhérais) et le PCI (Parti communiste internationaliste), où je connus ensuite pas mal de militants. Pierre Frank, Roger Foirier (qui fut un ami), Grimblat dit Privas, Jean-René Chauvin, éternellement jeune, parmi d’autres. Le PCI était plus sectaire encore que le POI, mais les deux groupuscules s’injuriaient de façon indigne. Ils fusionnèrent à la fin de la guerre, pour se rediviser ensuite. Les organisations trotskistes se divisèrent en un archipel de tendances jusqu’à parvenir à une situation grotesque et intenable où les querelles de fractions tenaient lieu d’activité. Toujours est-il que depuis 1968 on ne s’expose plus beaucoup, en adhérant à ces organisations, à la calomnie stalinienne (que personne n’admettrait plus) ; de toute façon, la nébuleuse trotskiste d’aujourd’hui n’a plus aucun rapport avec celle d’autrefois. Si je connais bien les Krivine, je n’ai jamais rencontré Arlette Laguiller, bien que, dans certaines manifestations, j’aie défilé au côté de Lutte ouvrière, la plus ouvriériste en théorie et en pratique des organisations trotskistes. « Socialisme ou Barbarie », animé par les philosophes Claude Lefort et Cornélius Castoriadis, dont j’ai toujours été très proche, se distinguait par davantage de réalisme et une pensée politique très fine. Ils ont continué, après avoir rompu avec le trotskisme, à jouer un rôle important dans la gauche française, et j’aime assez connaître leur avis sur telle ou telle question. Dès le mois d’octobre 1936, j’avais trouvé ma voie en adhérant à la IVe Internationale. Je suis resté trotskiste jusqu’en 1947, c’est-à-dire durant onze ans. Toutes les semaines, j’achetais le journal trotskiste, La Vérité (reprenant le titre du journal bolchevique d’avant la révolution, Pravda, qu’on a continué de publier en URSS). Après lecture, je l’expédiais à Marie-Hélène. Elle affirme aujourd’hui qu’elle était moins convaincue que je ne l’étais, et qu’elle n’adhéra pas vraiment à l’idée d’une révolution mondiale. C’est possible, mais il se peut également qu’après coup ce concept soit devenu si saugrenu que personne ne s’imagine plus avoir pu y croire. Toujours est-il qu’alors aucune divergence fondamentale ne se manifesta réellement entre nous.   Du trotskisme comme connaissance du monde. Le mensonge ne désarmait pas. Je me rappelle une petite brochure éditée par le parti communiste : Moscou, Nuremberg, deux congrès, deux mondes. Nuremberg représentait l’esclavage et la régression la plus totale, et Moscou, l’avenir de l’humanité – avenir dont je ne voulais en aucun cas. En opposant ces deux pôles, la propagande prétendait faire croire aux intellectuels qu’il n’y avait en réalité que deux choix : le nazisme ou le communisme (stalinien), rien d’autre n’existait. J’achetai un exemplaire de La Révolution trahie dans une petite librairie en bas de chez moi, peu de temps après sa parution, en septembre 1936. C’était un excellent livre, certainement un des meilleurs de Trotski. La critique de Staline y vise moins sa personne que sa politique, notamment sa doctrine du « socialisme dans un seul pays ». Je le lus et le relus. C’est par la lecture, toujours source de réflexions personnelles, que j’acquis la majeure partie de ma culture politique. Par essence, écrit Trotski, le socialisme est international et doit d’abord triompher dans les pays les plus avancés. L’Allemagne aurait dû être par excellence le berceau du socialisme, comme l’avaient espéré Marx et Engels. Mais voilà, il avait vu le jour en Russie, pays arriéré, et Trotski affirmait qu’il était impossible non seulement de le réaliser dans un seul pays, mais a fortiori dans un pays retardataire comme la Russie, dont le prolétariat était peu nombreux et où la paysannerie constituait la couche dominante de la population. Il fallait bien vivre, et puisque la Russie avait fait seule sa révolution et se trouvait isolée dans le monde capitaliste, il semblait qu’il n’y eût pas d’autre voie que de construire le socialisme clans ce seul pays. En effet, mais ce socialisme ne peut pas ne pas dégénérer, répondait à cela Trotski. Il va progressivement inféoder les partis communistes à la IIIe Internationale et les mettre non pas au service de leur propre prolétariat, mais au service de la politique intérieure et extérieure de l’Union soviétique, phénomène déjà tangible en 1936, et qui devint éclatant dans les années suivantes. »
coupure presse
31 mars 1925 Trotsky rentre en Scène – La Presse

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants