1964 – Situation en Algérie

Correspondance de Jean-René Chauvin (archivée au centre d’Histoire sociale 9 rue Mahler 75004 Paris).

Lettre de camarades, d’Alger, juin 1964

Cette première lettre a été envoyée par deux amis politiques de Jean-René Chauvin, Séverine et François.  Dans les jours qui suivront, Jean-René en fera circuler de larges extraits dans son réseau militant, en raison de l’intérêt du tableau dressé de l’Algérie, en ce printemps 1964, l’Algérie vue par des « pieds-rouges », deux ans après indépendance, en quelque sorte… Cette lettre est une réponse à un courrier envoyé par Jean-René, qui leur parle du livre de Guérin en utilisant un papier à en-tête de l’Action.
« L’Action » est le nouveau journal animé/éditorialisé par Claude Bourdet qui a quitté France-Observateur. Collaborateurs bénévoles : Marcel Bleibtreu, Michel Lequenne, Daniel Guérin, Mattei, Desson, Jean-René Chauvin (secrétaire de rédaction).
Les premières lignes de cette lettre sont donc consacrées à cette revue, avant de parler de l’Algérie…

 Alger, le 9 juin 1964

Lettre Séverine et François page 1
Lettre d’Algérie juin 1964 page 1

Cher Jean-René et Jenny, Nous avons reçu votre lettre à en-tête de l’Action, je ne savais pas que tu travaillais dans ce journal. Je n’ai jamais eu l’occasion de lire l’Action. Je crois savoir qu’il regroupe plusieurs personnalité de gauche du P.S.U. et je serai très heureux d’en savoir davantage sur lui . Je vais me permettre de brosser une situation de l’Algérie puisque nous sommes ici à l’heure révolutionnaire. Je n’ai pas lu le livre de Guérin qui d’ailleurs est d’après ce que j’ai entendu dire « intéressant ». J’ai aussi bien aimé ta phrase: « l’aile socialiste animée par Harbi ». Il est certain que Harbi fait partie de l’aile socialiste, mais il serait faux de penser qu’elle est incarnée à l’heure actuelle en un individu, puisqu’elle se cherche comme dit justement Guérin. Nous sommes à l’heure actuelle à ce que j’appelle la période de « guérillas“ qui j’espère mènera à la dictature du prolétariat.

lettre 9 juin 1964 page 2
lettre 9 juin 1964 page 2

Pourquoi »guérilla » ?  Parce qu’à l’intérieur des différents secteurs de la vie économique algérienne existent des forces révolutionnaires en opposition à des forces réactionnaires et que ces différentes forces n’ont pas encore fait de jonction. C’est là la clef qui permet de comprendre la situation algérienne. Car en effet il n’existe pas encore un parti révolutionnaire permettant d’exercer la dictature du prolétariat -mais une équipe révolutionnaire incarnée par Ben Bella -Boumaza. Dans l’administration l’esprit bureaucratique’est triomphant. C’est un des phénomènes les plus dramatiques qui d’ailleurs risque à l’heure actuelle de prendre le dessus. Cette bureaucratie est l’alliée plus ou moins consciente à la réaction féodale, agraire et régionaliste animée par Aït Ahmed. Il existe à l’heure actuelle 23 000 féodaux hostiles au gouvernement et il est certain qui ce sont eux qui financent en partie la contre-révolution qui devient de plus en plus puissante. Une crise économique grave sévit actuellement dans le secteur industriel. Les capitalistes privés du secteur industriel sont en ce moment dans le même état d’esprit de panique qu’au lendemain de l’indépendance.

 

lettre 9 juin 1964 page 3
lettre 9 juin 1964 page 3

Cela provoque licenciements sur licenciements et fermeture d’usines. Les ouvriers du secteur privés mal encadrés pourtant par l’U.G.T.A. (dont la direction elle aussi est atteinte de bureaucratisme) s’organisent et sont en train de demander le contrôle des entreprises privées par l’intermédiaire de Comités d’entreprise et de commissaires de gouvernement. Il est intéressant de remarquer que dans ce secteur les revendications ouvrières ont un caractère révolutionnaire puisqu’elles ne s’arrêtent pas à l’augmentation des salaires, mais qu’elles vont jusqu’à la volonté de contrôler entièrement la gestion du secteur privé. Dans le secteur autogéré industriel, l’absence d’un parti et l’inaptitude de l’UGTA ajoutées à l’entrave bureaucratique que constituent les différentes autorités de tutelle (ministère de l’économie et ONRA, office national de la réforme agraire) donne aux ouvriers une conscience plus grande de prendre en main la machine d’état toute entière. Dans le secteur agricole, les petits paysans qui ont été à la base de la révolution et qui n’en ont pas encore goûté les fruits sont au bord de la révolte (ce qui explique que les féodaux pourraient dans un bref avenir avoir l’appui total de la petite paysannerie). Le secteur autogéré agricole lié entièrement au commerce extérieur vers la France a des difficultés à se maintenir également.

 

lettre 9 juin 1964 page 4
lettre 9 juin 1964 page 4

On peut affirmer qu’à l’heure actuelle le problème n°1 est celui de la réforme agraire. En effet il permettra de rallier à l’équipe révolutionnaire la grande masse des petits paysans et des paysans sans terre au gouvernement de Ben Bella et de couper la base logistique de la contre-révolution. Une unité d’action au sein de la classe ouvrière est toutefois en train de naître. C’est la solidarité entre les ouvriers du secteur auto-géré agricole avec la petite paysannerie et les saisonniers. C’est la solidarité des ouvriers du secteur auto-géré et de ceux du secteur privé. Il va sans dire que si dans les mois qui suivent les revendications des ouvriers du secteur privé de contrôler les usines aboutissent, ce sera un pas en avant pour la consolidation de la période de transition. La réforme agraire est en ce moment à l’étude au Comité central du FLN. Elle prévoit, outre l’expropriation des féodaux traîtres, la création de comité d’entraide paysans (qui ouvrent la voie à la création de coopératives paysannes) et l’aide concrète du secteur autogéré agricole au secteur de la petite paysannerie.

 

lettre 9 juin 1964 page 5
lettre 9 juin 1964 page 5

Ce qui est on ce moment apparemment regrettable, c’est la volonté de Ben Bella de négocier avec la contre-révolution, il n’y a pas de négociation sans compromis douteux. Aussi nous comptons ici sur l’alliance de la classe ouvrière du secteur industriel socialiste avec le secteur privé et avec la classe ouvrière des campagnes. Cc mouvement étant amorcé de façon pratique depuis quelques semaines,on peut dire dire que la révolution algérienne est à son carrefour le plus décisif. Aussi le devoir de tous les marxistes révolutionnaires à l’étape actuelle est de peser de tout leur poids, d’axer toute leur action, pour aider la révolution algérienne à réaliser l’unité de la classe ouvrière en vue de permettre la réforme agraire et de provoquer l’indispensable dictature du prolétariat.  Tout ceci évidemment est un peu décousu mais fait ressortir l’idée essentielle de ce qui se passe à l’heure actuel le ici. Si tu viens nous aurons bien-sûr l’occasion d’approfondir toutes ces questions qui sont d’un grand intérêt, en particulier qu’en l’absence d’un parti révolutionnaire, il est peut-être possible d’accomplir les premières grandes tâches d’une révolution sociale. En tout cas le caractère permanent de la révolution et la volonté de l’équipe de Ben Bella de ne pas faire la révolution étape par étape, mais globalement s’est fait et se fait toujours ressentir.

 

lettre 9 juin 1964 page 6
lettre 9 juin 1964 page 6

J’attends avec impatience l’Action. Peut-être pourrons-nous nous mettre d’accord pour une formule d’envoi d’informations.

Bien fraternellement,

François et Séverine

PS : D’autre part, mes contacts permanents avec la base, font que tous les jours mes prises de températures sont plus justes que si je travaillais en dehors de ce contact. Cela me permet de ne pas faire, je pense, de graves erreurs d’appréciation.

 

 

Lettre de Séverine Paraud, d’Alger, octobre 1964 :

Alger, le 20 octobre 1964

Chère Jenny, cher Jean-René,

Page 1 Lettre Séverine Paraud octobre 1964Nous venons de recevoir le mot de Jean-René, je vais essayer de répondre à ses questions. Quoique, par lettre, ce soit assez délicat. J’aurais aimé vous parler de cette question lors de mon passage à Paris. Mais, hélas, j’étais déjà partie lors de votre retour de vacances.

En ce qui concerne la mise sur pied d’un comité de soutien du bulletin de l’autogestion, nous proposons la formule de « cercles d’études  formés de sympathisants à l’Algérie et à l’autogestion ». Ces cercles d’études peuvent de toutes les façons soutenir  ce bulletin financièrement sous forme de dons.

Pour rentrer en contact avec les responsables du bulletin ? Il faut écrire à son siège social « coopérative Frantz Fanon », 21 rue de la Liberté, Alger. Tu pourras également te renseigner auprès de François qui, en tant qu’algérien et travailleur de l’autogestion, fait partie du comité de rédaction et de gestion du bulletin. Le bulletin a été créé par la base, ouvriers du secteur industriel autogéré et aussi du secteur agricole (au congrès du secteur industriel autogéré, des délégués avaient demandé la création d’un bulletin , mais aucune décision gouvernementale n’a satisfait la requête des travailleurs).

Page 2 Lettre Séverine Paraud octobre 1964Le bulletin est le seul organe de liaison, à l’échelon national, des entreprises et fermes autogérées – d’où toute son importance politique 1.

Il est également un instrument d’information économique : par une meilleure connaissance des entreprises entre elles, etc. publicité et par le même courrier je t’envoie du reste plusieurs exemplaires du 2e numéro, qui, en fait, peut être considéré comme le numéro 1, le numéro 1 étant plutôt un numéro 0) ou tu pourras te rendre compte par toi-même de l’orientation du bulletin et du but que se sont assignés les responsables.

Page 3 Lettre Séverine Paraud octobre 1964Je t’envoie également un texte sur l’état qu’ont rédigé des militants du Parti à la veille du congrès du parti en février dernier. Certains points sont dépassés, mais je pense qu’on pourra néanmoins discuter à partir de cette base. Tu nous demandes s’il existe un organisme central de planification des entreprises autogérées ? Tout récemment une commission du Plan vient de se constituer à cet effet. Nous n’avons pas plus de renseignements, mais nous pourrons t’en donner certainement prochainement.

Mais il n’existe pas encore de banque de l’autogestion d’Etat (car une banque privée, la B.P.C.I.A., Banque Populaire pour le Commerce et l’Industrie accorde des crédits à presque toutes les entreprises autogérées.

Page 4 Lettre Séverine Paraud octobre 1964Pour le secteur agricole, il existe un organisme de crédit agricole rattaché au ministère de l’agriculture, et de toutes les façons, les domaines sont étroitement rattachés à l’office de la réforme agraire qui dispose des fonds, les domaines n’ont plus entre leurs mains qu’une infime partie d’argent, tout est très centralisé.

J’espère que ces petits renseignements te seront utiles, et si tu le désires, nous pourrons t’envoyer , pour ton journal, des articles sur l’Algérie, qui pourraient vous aider pour vos propres commentaires.

A bientôt de vous lire,

Séverine

S.P. 98, rue didouche Mourad Alger

1  Le bulletin ne participe pas à la lutte qui se déroule au sommet : son objectif est la destruction du capitalisme !…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants