1945-1948 Au temps du PCI unifié


(7) 1945-1948 Au temps des grandes grèves par Histoire-sociale

Ce 7ème épisode suit le parcours du trotskiste Jean-René Chauvin, de retour des camps de concentration. Militant du Parti Communiste Internationaliste (PCI), Jean-René s’implique intensément dans cette organisation durant cette période (incluant les élections de novembre 1946, où Jean-René est candidat  avec Marcel Thourel dans le Tarn-et-Garonne). Lorsqu’il partira vivre à Paris, il sera régulièrement candidat pour le PCI dans sa circonscription, pour les législatives ou municipales.

Concernant l’organisation politique de Jean-René Chauvin, le PCI,  le reflux du petit parti, malgré son rôle dans les grèves de 1947, a commencé. Il est marqué par trois scissions en 1948, une grosse et deux petites.

  • La première grosse scission est celle des « droitiers » (Yvan Craipeau, Paul Parisot, Albert Demazière, Jean-René Chauvin…) au printemps 1948, qui tentent de monter le RDR, formation politique nouvelle avec Sartre, Rousset, Altman et des parties des anciennes Jeunesses socialistes de la SFIO (menées par André Essel et Yves Dechézelles).
  • Une autre scission de 1948 fut celle du groupe « Socialisme ou Barbarie » (menée par Cornelius Castoriadis et Claude Lefort, tendance à laquelle appartenait Jenny Plocki, la compagne de Jean-René Chauvin), qui considère que l’URSS et ses satellites ne sauraient être appelés des « Etats ouvriers » et voit en eux des sociétés d’exploitation d’un genre nouveau.
  • La troisième scission concerna un autre groupe, mené par les instituteurs Marcel Pennetier et Jacques Gallienne, qui considéraient l’URSS comme un « capitalisme d’Etat ». 

Témoignage vidéo de jenny Plocki, membre du PCI de 1945 à 1948, au sujet des débats qui animaient le PCI (la nature de l’URSS, la défense inconditionnelle de l’URSS…).
Description du PCI, présenté par les journaux à gros tirage comme le parti à l’origine des grandes grèves de 1947… Les illustrations sont tirées des archives de Jean-René Chauvin

Le témoignage de Jean-René Chauvin diffusé dans cette vidéo est extrait du film de Catherine de Grissac « Jean-René Chauvin, Trotskiste indépendant » (2006, Plan Large Production, avec nos remerciements pour l’autorisation de l’utilisation de cet extrait) au sujet de la rencontre Jean-René Chauvin /Jenny Plocki.

Brefs extraits vidéo de l’intervention de Bastien Amiel, auteur d’un Mémoire sur le RDR,  lors d’une journée d’étude filmée au CHS (centre d’Histoire sociale) consacrée aux archives de Jean-René Chauvin, en juin 2012.

Bref extrait d’Intervention de l’historien Jean-Jacques Marie , lors de la même journée d’étude filmée au CHS (centre d’Histoire sociale) consacrée aux archives de Jean-René Chauvin.

Cette video s’inscrit dans une série de 10 videos retraçant le parcours de Jean-René Chauvin, et par là-même, le contexte politique et social dans lequel il a évolué. Vidéo produite par le Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle (Unité mixte de recherche, CNRS / Université Paris1). Le CHS est un centre de recherche en histoire sociale (CNRS / Université Paris 1) où sont conservées des archives de militants, notamment le fonds Jean-René Chauvin .


Documents

 Une lettre de Natalia Sedova (veuve de Trotsky)

Lettre de Sedova 1947 sur nature de l'URSS - Trosky
Fonds Jean-René Chauvin, CHS (Centre d’Histoire sociale)

Au Parti Communiste Internationaliste Section Française de la IV Internationale

Chers camarades,

Je vous prie d’ajouter ces citations de L.D. à la « Lettre ouverte au PCI », que vous avez déjà reçue.  Elles sont extraites du Bulletin de l’Opposition russe. Si l’on examine attentivement les articles de L.D. dans ce Bulletin, on s’apercevra qu’il a toujours laissé la porte ouverte à une révision de notre caractérisation de la nature de l’Etat russe. Dans tous les articles dans lesquels il a analysé la nature de l’Etat russe, il a toujours constate une évolution a droite.Il a dit que s’ils continuent dans cette voie ils arriveront à la contre-revolution. Quel chemin ont-ils pris et suivent-ils depuis lors? Si l’on considère avec soin la citation relative aux territoires occupés par la Russie on voit clairement qu’ils ont suivi depuis cette époque un chemin inacceptable. Des événements considérables se sont produits en Russie et dans le monde au cours de ces dernières années. Ils demandent à être analysés avec soin. Ne trouvez-vous pas que ces questions ont aujourd’hui une importance exceptionnelle et que leur discussion ne peut être éludée sous peine de compromettre gravement l’avenir de notre mouvement ?

Fraternellement

Nathalie Sedova

Nous ne sommes évidemment pas fétichistes. Si de nouveaux faits historiques exigent la révision de la théorie,nous ne nous arrêterons pas à cela. Mais l’expérience lamentable des anciennes révision doit en tout cas,nous inspirer une prudence salutaire.Nous devons réfléchir dix fois sur la vieille théorie et les nouveaux faits avant de bâtir une nouvelle doctrine.         Art.en russe: Ni Etat ouvrier ni Etat bourgeois, date de Coyoacan 27 novembre 1937; publié dans Bulletin de l’Opposition russe, No 62-63

Admettons un instant que, d’accord avec le pacte Staline-Hitler, le gouvernement de Moscou laisse intact le droit de propriété privée dans les territoires occupés ou se limite à le « contrôler » à la manière fasciste. Ces concessions pourraient avoir un profond caractère principiel et pourraient être le point de départ d’un nouveau chapitre du régime soviétique et, par conséquent, appelleraient, de notre part, une nouvelle appréciation de la nature de l’Etat soviétique.    Art. L’URSS en guerre, en russe dans le Bulletin de l’Opposition russe,No 79-80, daté du 25 septembre 1939.


 

Quelques Publications du PCI, période 1945-1946, tirées des archives de Jean-René Chauvin (consultables au CHS, Centre d’Histoire Sociale) :

Nov 1945 L'information du militant couverture
Nov 1945 L’information du militant Page 1

NUMÉRO 2    28 NOVEMBRE 1945 L’INFORMATION DU MILITANT              Bulletin hebdomadaire édité par la Commission d’Agitation et de Propagande du PARTI COMMUNISTE INTERNATIONALISTE (Section française de la IV» Internationale) 19, Rue Daguerre, Paris

DEUX MEETINGS

La semaine dernière  le P.S et la J.S ont organisé à la mutualité un meeting pour protester contre le sabotage d’une de leurs réunions par des militaires de l’armée Leclerc et des jeunes réactionnaires (au cours de cette réunion  le vieux socialiste Bracke avait été blessé par les fascistes).

Le ton général du meeting fut lamentable, Les orateurs S.F.T.O s’excusèrent pour ainsi dire d’avoir été attaqués et rampèrent littéralement devant les personnes de PE GAULLE, LECLERC qui ..que etc.  A l’insolence des fascistes, ils opposèrent la … dignité républicaine !

Puis le député Jules Rivet exposa les raisons pour lesquelles le P.S .a œuvré pour un gouvernement Tripartite.

Avec un gouvernement P.S.  P.C.F, nous n’aurions eu que 28 voix de majorité pour appliquer le programme… .Le M.R.P aurait été contre nous tandis qu ‘ aujourd’hui, avec le M.R.P. nous avons une majorité absolue.

Le savant J.Rivet introduit le cheval de Troie dans la ville pour renforcer la défense des remparts ’ Pitoyable.

On se souvient du rôle des radicaux dans le Front Populaire.

Mr Rivet conclut par …Électeurs vous pouvez dormir sur vos deux oreilles…                                               Avant de terminer, un orateur S.F.I.O. fit une dernière allusion aux pénibles incidents passés et s’affirma énergiquement pour « la liberté de parole en vertu de quoi, on oublia de donner la parole à un camarade du P.C.I qui s’était fait inscrire des le début de la séance.

————— xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx————–

JEUDI Novembre. La Fédération anarchiste Française et la C.N.T ont organisé un meeting pour la libération de militants ouvriers menaces de mort par Franco.

Pendant l’année 1944, plus de 15.000 prisonniers politiques ont été assassinés par les franquistes. Selon des ministres espagnols bourgeois en exil les conditions de vie dans les camps de concentration d’Espagne « égalent et parfois surpassent les camps de mort allemands ».

En Espagne 80% des impôts sont consacres à l’entretien de l’armée et de la police !

Nov 1945 L'information du militant - une page intérieure

Certains orateurs libertaires insistèrent avec raison sur le fait que le régime de Franco ne vit que grâce aux pactes commerciaux avec les Etats démocratiques bourgeois. C’est la un fait que doit noter chaque militant quand il discute avec ceux qui opposent complètement les « démocraties” aux « Etats Fascistes ».

La conclusion à tirer, c’est que, dans les pays de démocratie bourgeoise, c’est aussi par une lutte de classe acharnée qu’on peut aider nos camarades d’Espagne à briser le Joug du fascisme.

A l’issue de la réunion,une motion (signée également du P.C.I.) fut votée contre la terreur franquiste.

. Renouant avec ses traditions, la « police républicaine » comme dit le PCF arrêta 3 libertaires et un trotskyste espagnol qui vendaient des journaux devant l’entrée du meeting. Tous ces camarades furent libères dans la soirée après vérification d’identité à domicile.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX Le P.C.I a tenu un grand meeting, samedi 24,  à Wagram. Vous en trouverez le compte rendu dans la prochaine VERITE.

DANS LE MONDE ENTIER LES MILITANTS DE LA 4éme INTERNATIONALE SONT A LA TETE DE LA LUTTE POUR L’INDÉPENDANCE LES COLONIES.

L’envoyé spécial en extrême Orient du journal FRANCE LIBRE écrit dans le N° du 22 Novembre qu’il a assisté à un « violent meeting » du parti BOLCHEVIK-LENINISTE à COLOMBO (C E Y L A N) . A l’issue de ce meeting , le mot d’ordre de grève fut lancé, et le lendemain matin il y avait la grève générale des Dockers de COLOMBO. L’envoyé spécial cite des extraits de la motion votée au meeting : «  »Sympathie et encouragement du Bolchevik-Leninist-Party de Ceylan aux masses en révolte d’Indonésie,de Malaisie et d’Indochine » »

ET LES INDES ?

Selon certains journaux britanniques comme le TIMES

Il se prépare aux INDES, une situation auprès de laquelle, le mouvement d’Indonésie ressemblera à un « pique-nique ».

Déjà, à CALCUTTA , 25.000 travailleurs municipaux viennent de se mettre en grève. La police tire sur la foule qui a brûlé 21 camions anglais et américains. Le trafic est suspendu dans toute la ville.

A BOMBAY grève de solidarité avec les indonésiens.


Décembre 1945 - cahier de l'agitateur - une page intérieur
Décembre 1945 – cahier de l’agitateur – une page intérieur

Information du Militant – PCI – Décembre 1945

EXTRAIT D’UNE BROCHURE INTITULÉE (Jeunesse de France) ÉDITÉE CLANDESTINEMENT PAR LA FÉDÉRATION DES JEUNESSES COMMUNISTES EN 1940.

 » Les communistes sont des internationalistes. A ce titre, nous éprouvons une sympathie sans réserve pour les prolétaires révolutionnaires d’Allemagne, pour leur chef et leur héro, le camarade THAELMAN »

Les trotskystes ont été traite pendant 5 ans d’agents de la Gestapo par le PCE pour n’avoir cessé d’énoncer cette vérité.

Dans la même brochure on lit  : « En septembre 39, les jeunes communistes français se sont dressés contre la guerre parce qu’elle avait un caractère révolutionnaire. Ils ont dit d’elle qu’elle était une guerre impérialiste. »

Ce que le PC disait en 1939, les trotskystes l’ont dit jusqu’en 1945. Nous ne pensons pas que ce qui était vrai en 39 ai cessé de l’être en 43 44 etc.

« NOUS RESTONS AU GOUVERNEMENT MAIS NOUS PROTESTONS »

Voilà ce que disent les ministres des partis ouvriers.                                                                                                Voilà aussi ce que disait Pétain et Laval, mais les travailleurs ont assez goûté le  « double jeu ».          Rompez l’union sacrée avec la bourgeoisie.

La découverte des dossiers du parti Nazi, a prouvé que  la Gestapo était en rapport avec la police de la plupart des Etats pour la « lutte anticommuniste ». Parmi ces états on cite la Finlande qui avait alors un gouvernement social démocrate.                                                                                                                                        Voilà un Front-Unique dont BLUM ne parle pas.

A la suite de vérifications on a constaté que les départements défavorisés par le dosage électoral fabriqué par la bande DE Gaulle sont exactement ceux qui ont voté la plus à gauche en 1936.                     La bourgeoisie n !est pas folle.

Dans le Populaire du 13 Septembre, un article (décision du comité directeur du PS) on lit en ce qui concerne le référendum :  » Oui à la 2éme question – pour une assemblée souveraine disposant du pouvoir législatif et constituant, élisant le chef du gouvernement responsable devant elle et sachant allier la nécessaire stabilité ministérielle avec le plein exercice de ses droits souverains ». Donc un désaccord entre l’assemblée et un ministre devient une question de confiance vis à vis du chef du gouvernement. C’est donc bien d’une irresponsabilité gouvernementale devant l’assemblée qu’il s’agit.

Un peu plus bas dans le même article du Popu ont lit: « Le PS se solidarise avec la CGT qui réclame la suppression des modalités d’application déloyales et injustes pour le prochain scrutin. En demandant de voter oui à la deuxième question, le PS se fait le soutien de l’arbitraire gouvernemental et ensuite … il proteste contre une des formes de cet arbitraire. Il s’agirait de s’entendre.

Affiches PCI Elections législatives du 2 juin 1946 (renouvellement assemblée constituante) :

Affiche 2 élections législatives 2 juin 1946 secteur 1
1er secteur –  Candidatures: Albert Demazière, Pierre Galetti, Jacques Gallienne, Marcel Baufrère, Henri Lafievre, Marguerite Usclat, Maurice Alline, Charles Magne, Madeleine Kann, Edith Saujet

 

Affiche 1 élections législatives 2 juin 1946
3ème secteur : Candidatures: Bleibtreu (Favre), Yvan Craipeau, Roland Filiâtre, Pierre Pradalès, Albert Bordes, Marie-Françoise Pagot, Roger Feuillet, René Benejean, Michel Lequenne

 


 

Elections 1946 tract PCI recto
Tract PCI ÉLECTIONS LÉGISLATIVES du 10 NOVEMBRE 1946 – Recto

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES du 10 NOVEMBRE 1946 PARTI COMMUNISTE INTERNATIONALISTE  (Section Française de la IVe Internationale)

Camarades Ouvriers et Paysans !

Du P. R. L. au Parti Communiste Français, tous les dirigeants se tournent vers les travailleurs et leur disent : « Faites-nous confiance ! »

A la Libération il fallait faire confiance à de Gaulle et à sa Gestapo, la D. G. E. R., pour pourfendre les trusts.

Il fallait faire confiance aux magistrats de la République bourgeoise pour réaliser l’épuration et tra­quer le marché noir.

Il fallait faire confiance aux Etats-Majors des Nations Unies pour détruire le fascisme dans le monde et dénazifier l’Allemagne.

Vous avez fait confiance aux élus Socialistes et Communistes et rien n’est changé. Deux ans après la Libération le ravitaillement est aussi lamentable que sous l’occupation. Les scandales succèdent aux scandales et 290 députés Socialistes et Communistes n’ont pas été capables d’apporter une amélioration aux conditions de vie des travailleurs. Le tripartisme, condamné par ses tenants, est aussi vivant que jamais.

LES TRUSTS SONT TOUJOURS EN PLACE.

On a réalisé des nationalisations. Mais nos exploiteurs, grassement indemnisés, figurent dans les Conseils d’administration des entreprises nationalisées qu’ils continuent à gérer au profit de la collectivité capitaliste.

LES TRIBUNAUX BOURGEOIS ONT SABOTE L’ÉPURATION.

Le couronnement de toute leur œuvre c’est le procès de NUREMBERG. Pendant des mois et des mois, on a savamment dosé le degré de responsabilité des criminels nazis que les travailleurs allemands et les travailleurs du monde entier souhaitaient voir immédiatement exécutés. Et en définitive on a absout de tous leurs crimes des gens comme VON PAPEN, FRITSCH, SCHACHT, les représentants de la finance allemande qui, en accord avec la finance internationale, ont porté Hitler au pouvoir pour maintenir l’exploitation capitaliste contre les travailleurs allemands… Les loups ne se mangent pas entre eux !

L’ARMÉE IMPÉRIALISTE EST RECONSTITUÉE.

Par les soins de de Gaulle et de sa D. G. E. R., les pires réactionnaires et représentants du fascisme ont repris leur place dans les Etats-Majors. En accord avec les nazis « épurés », ils se font la main contre les travailleurs des pays occupés qui protestent contre une telle dénazification. Demain ils porteront leurs coups contre les travailleurs français.

Unanimes, les partis représentés à la Chambre ont voté plus de deux cents milliards de crédits pour une telle armée. Unanimes, ils ont voté le budget de l’expédition d’Indochine pour opprimer les exploités coloniaux, pour assassiner un peuple qui lutte, contre les capitalistes français, pour sa libération.

Et pendant ce temps le sinistre Franco continue à assassiner nos frères d’Espagne. La guerre contre le fascisme s’est arrêtée aux Pyrénées.

Elections 1946 tract PCI verso
Tract PCI ÉLECTIONS LÉGISLATIVES du 10 NOVEMBRE 1946 – Verso

A L’ORGANISATION DES NATIONS UNIES, NOUVELLE S S.D.N., les conférences succèdent aux conférences et sont incapables d’apporter une solution. La vérité c’est que le monde capitaliste est impuissant à résoudre ses contradictions et que derrière les discours des parlements bourgeois et de l’O.N.U. se prépare la troisième guerre mondiale.

LE PARTI COMMUNISTE INTERNATIONALISTE s’adresse aux EXPLOITES, à ceux, OUVRIERS ET PAYSANS, qui sont sans cesse la PROIE et la VICTIME DES TRUSTS. Il leur dit :

« L’ÉMANCIPATION DES TRAVAILLEURS SERA L’ŒUVRE DES TRAVAILLEURS EUX-MÊMES » — A L’ACTION !

Ce ne sont pas les rodomontades d’un Yves Farge qui nous donneront un meilleur ravitaillement. Ce sont des comités de ménagères et de petits paysans en liaison avec les syndicats de petits commerçants qui doivent imposer un plan de ravitaillement pour les travailleurs.

Ce ne sont pas les magistrats bourgeois qui réaliseront l’épuration, qui mettront les agents du marché noir hors d’état de nuire. Il faut imposer des tribunaux populaires.

Qui fait les frais de la crise ? Les constructeurs du mur de l’Atlantique, les trafiquants du marché noir, les trusts de l’acier, du textile, du caoutchouc, ceux qui se sont enrichis avec Hitler et qu’on devait épurer ont, depuis avril 1945, augmenté leurs profits de 141 % alors que les travailleurs obtenaient à grand’peine 37 %.

Ces chiffres suffisent à faire le procès de ceux qui, pendant cette période, ont réclamé la confiance des travailleurs.

A L’ACTION, CAMARADES, POUR OBTENIR UNE REVALORISATION IMMÉDIATE DES SALAIRES, DES TRAITEMENTS, DES PENSIONS ET DES RETRAITES, sur la base d’un minimum vital établi par les organisations syndicales C. G. T. et C. G. A.

Mais quand les travailleurs imposent une augmentation de salaire de 25%, les capitalistes ripostent par 40 à 60 % de hausse sur les prix ?  SEULE L’ECHELLE MOBILE DES SALAIRES peut permettre de lutter efficacement contre les menées du patronat. Chaque mois il faut que les organisations syndicales établissent l’indice du coût de la vie et que les salaires soient immédiatement ajustés sur la base des variations de cet indice.

Pour stabiliser les prix, nous appelons les travailleurs à imposer LE CONTRÔLE DE LA GESTION DES ENTREPRISES CAPITALISTES PAR DES COMITÉS OUVRIERS.

« Produire, produire ! » ont clamé les chefs de tous les partis, et sous leur férule les travailleurs ont produit des tanks et des avions pour mitrailler les Indochinois et les Nord-Africains, des produits de luxe pour les agents des trusts et du marché noir.

Ménagères, vous voulez trouver sur le marché des produits indispensables. Paysans, vous voulez des charrues, des tracteurs, des engrais, des produits de défense des cultures. II faut construire des habitations pour les sinistrés. Pour cela il faut UN PLAN DE PRODUCTION POUR LES TRAVAILLEURS, ÉLABORÉ PAR LES TRAVAILLEURS. Ce sera un plan de reprise économique élaboré dans les organisations syndicales C. G. T. et C. G. A.

Et pour financer ce plan nous exigerons et nous imposerons tous ensemble LA NATIONALISATION IMMÉDIATE  SANS INDEMNITÉ NI RACHAT, des banques et des industries-clés.

Pour réaliser ce programme, c’est à vous travailleurs que nous faisons confiance, parce qu’il répond, en chacun de ces points, à la défense de vos intérêts.

Nous nous tournons vers le Parti Communiste Français et le Parti Socialiste et nous leur disons «Assez de collaboration avec le M. R. P., c’est la classe ouvrière qui en fait les frais; si vous voulez réellement que ça change, si vous voulez barrer la route à l’apprenti dictateur de Gaulle, alors ROMPEZ LA COALITION. Travaillons ensemble à chasser les ministres bourgeois; ensemble, mobilisons la classe ouvrière pour imposer UN GOUVERNEMENT OUVRIER ET PAYSAN qui sera l’expression réelle de la volonté des masses populaires. C’est au travers d’une telle lutte que se soudera l’unité d’action du prolétariat dont vous parlez tant et que vous ne réalisez jamais. »

« Et, dès maintenant, il importe de concrétiser cette unité d’action en créant des milices populaires qui lutteront efficacement contre toute tentative de regroupement fasciste. »

Travailleurs, vous voterez pour que la voix du prolétariat retentisse à la tribune du parlement bour­geois. Vous voterez pour la liste du PARTI COMMUNISTE INTERNATIONALISTE, Section Française de la IVo Internationale. Voter pour le P. C. I., c’est voter pour une internationale ouvrière, la seule vivante actuellement, et qui, forte de 34 sections, reste fidèle au programme de MARX, ENGELS, LENINE et TROTSKY. C’est voter pour le droit des peuples coloniaux, pour la seule force capable de sauver l’humanité d’une troisième guerre mondiale, en dressant, face au bloc des impérialistes, le bloc des exploités.

Vu : LES CANDIDATS.


Grève mai 1947 - Photo La vérité

 Grève, mai 1947

« Tous unis pour les 10 francs », « Pas de divisions », « Unité d’action », les pancartes sont une réponse cinglante aux calomnies des bonzes de la C.G.T.

grévistes mai 1947 - photo in la Vérité

Grève, mai 1947

La foule des grévistes écoute attentivement les orateurs du comité de grève.


mai 1947 Indochine grève Renault - La vérité


EXTRAIT DU TRACT publié par La Vérité (Fonds Jean-René Chauvin, CHS)

« distribué samedi par les ouvriers du secteur Collas »

Ce que nous voulons ? Un salaire minimum vital, c’est-à-dire, pour nous limiter au chiffre de la C. G. T., de 7.000 francs par  mois, 10 francs d’augmentation sur le taux de base. La direction nous répond qu’elle n’est pas autorisée par le gouvernement pour augmenter les salaires. Mais la direction a bien trouvé le moyen d’obtenir l’autorisation du gouvernement quand il lui a fallu payer la note de 30 % d’augmentation sur les produits sidérurgiques (voir bulletin Lefaucheux). Mais, s’il y a de l’argent pour payer une augmentation de 30 % aux potentats milliardaires de la sidérurgie, il faut obliger le patronat à payer aussi notre force de travail, qui a subi une dévalorisation bien supérieure à 30 %. On nous présente souvent la puissance des trusts comme un épouvantail qui doit toujours nous écraser. Mais la classe ouvrière, unie dans la défense de ses revendications, n’est-elle pas plus puissante qu’un trust ? Nous avons le monopole de la force de travail, sans laquelle ces messieurs ne peuvent plus récolter des bénéfices. Malgré toutes les calomnies et toutes les manœuvres avec lesquelles on essaie de nous diviser, nous sommes décidés à mener notre lutte jusqu’au bout.

Pouvons-nous continuer à vivre en faisant toujours plus de sacrifices pour voir tous les jours notre situation s’aggraver ? La revendication que nous formulons est une revendication générale qui intéresse tous les ouvriers. Les organisations dites ouvrières non seulement ne nous défendent pas, mais encore s’opposent à notre lutte. C’est à nous qu’il appartient de défendre nous-mêmes nos revendications :

  •  1° 10 francs de l’heure sur le taux de base ;
  • 2° Paiement intégral des heures de grève.

Seule, l’action peut nous donner satisfaction.

LE COMITÉ DE GRÈVE élu par les grévistes en assemblée générale. 


Chauvin à la rescousse d'un manifestant blessé. Béthune 1948.
Grève des mineurs 1948 – Jean-René Chauvin à la rescousse d’un manifestant blessé. Béthune 1948.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants