EX-Yougoslavie-guerre-Bosnie-Herzégovine

 Article de Jean-René Chauvin tiré du N°27 de la LETTRE BI-MENSUELLE D’ÉCOLOGIE-SOLIDARITÉS – 19 mai 1994     Jean-René Chauvin était membre depuis deux ans de l’Association Sarajevo, où il était notamment rédacteur en chef du bulletin de l’Association, la « Lettre de Sarajevo ».  Le fonds d’archives Jean-René Chauvin est consultable au Centre d’Histoire Sociale, 9 rue Mahler 75004 Paris. 


1994 - Bosnie Qui sont les complices des tueurs fascistesQui sont les complices des tueurs fascistes ?

Combien faudra-t-il de Sarajevo, de Gorazde et de Banja-Luka pour que les bureaucraties politiques et syndicales des pays de l’Europe occidentale comprennent qu’on ne négocie pas avec des tueurs fascistes.

Depuis des semaines, Radovan Karadjic joue au chat et à la souris avec l’OTAN et l’ONU, lui étant le chat, tantôt toutes griffes dehors, tantôt ronronnant de plaisir au spectacle des autres poussant des cris plaintifs, lançant des avertissements, donnant à l’occasion des leçons de morale.

De qui se moque Alain Juppé, lorsqu’il parle d’une offensive diplomatique majeure au moment où les chars de Karadjic avancent et tuent la population civile jusqu’aux blessés dans l’hôpital ? Des victimes bosniaques comme de l’opinion publique française. De qui se moque-t- on quand au même moment on envisage avec désinvolture une conférence internationale “dans un mois environ”? Des mêmes. A quoi servent ces faux-semblants d’ultimatum ? A tromper l’opinion. Il y a longtemps que la décision des grandes puissances est prise. C’est le partage de la Bosnie, voire sa suppression de la carte Et comme au moment du dépeçage de la Tchécoslovaquie en 1939, l’on nous dira : ce n’était pas viable, pourquoi mourir pour Sarajevo, comme Déat nous avait dit pourquoi mourir pour Dantzig ?

Ah si la Bosnie avait eu des puits de pétrole comme le Koweit, on ne se serait pas contenté de frappes aériennes, on aurait envoyé une armée. Mais à quoi bon pour ne sauver que des êtres humains ? La bande Milosevic-Karadjic aura sa victoire dans un fauteuil. Elle peut encore se donner le luxe de retirer ses troupes de deux ou trois kilomètres après avoir assassiné jusqu’à la dernière minute autorisée. En attendant de revenir.

On n’arrête pas des armées blin­dées en votant des motions, ni même avec des frappes aériennes. On ne peut arrêter la terreur fasciste qu’en lui infligeant une défaite politique et militaire. La politique est ainsi faite qu’elle comporte une combinaison d’actions politiques et militaires. Karadjic et Milosevic le savent, et en jouent. Les paltoquets qui nous re­présentent ne le savent pas encore. Le sauraient-ils, auraient-ils le cou­rage d’agir ? Le 21 avril à l’Assem­blée nationale, Juppé, accusant les intellectuels d’irresponsabilité, ajoutait : “Si dans un moment d’aberration, on proposait à cette assemblée d’envoyer un contingent en Bosnie, qui voterait la décision ?” Personne n’a moufté. Juppé connaît bien son monde parlementaire qui est à sa propre image. Rabelais aurait dit : « ils sont de la même vesce ».

C’est aujourd’hui (25 avril 94) la journée de la déportation, anniversaire de la libération des camps de concentration nazis. Les survivants et survivantes firent alors le serment : “Plus jamais ça! Plus jamais le racisme, le fascisme et la guerre!” Chaque année, pour entretenir la mémoire, il y a ainsi des commémorations avec drapeaux tricolores, et discours officiels. Mais “Ça” continue en Bosnie, comme la phtisie galopante. Les bonnes consciences franchouillardes qui ont envoyé l’armée en 45 en Indochine “française”(sic), puis dans les années 50 en Algérie “française” (resic), ne bougent pas le petit doigt, “pour ne pas faire couler le sang français”. Elles n’avaient pas ce genre de scrupule en 45 et 56. Il fallait sauver les intérêts des porteurs de parts des sociétés minières du Tonkin et des planteurs d’hévéas en Cochinchine, des colons d’Algérie. C’était du sérieux.

Le 4 juin prochain la coordination des comités contre la purification ethnique, l’association Sarajevo, appellent à un rassemblement à Caen à l’occasion du cinquantième anniversaire du débarquement allié (1). Soyons nombreux pour exiger des gouvernements occidentaux l’envoi en Bosnie d’une force d’interposition suffisamment massive et équipée d’armes blindées pour être dissuasive. Plus on attendra, plus le prix à payer sera élevé en vies humaines. Les fascistes ne connaissent que le langage de la force.

Jean-René Chauvin (2)

  • Mauthausen, n° 27893
  • Auschwitz, n° 201627
  • Buchenwald, n° 110019

(1) – Les “autorités” ont autorisé ce rassemblement le 4 pour ne pas embarrasser les cérémonies officielles du 6 juin.

(2) – Chaque fois qu’un grand quotidien publie en tribune libre l’article d’une notabilité, elle fait suivre son nom de ses titres universitaires ou autres. Qu ’on me per­mette, un 25 avril, de décliner les miens, qui à l’époque, étaient très sélectifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants