Quelques documents de la clandestinité

Les documents intégrés progressivement dans cette page datent de la période où Jean-René Chauvin a exercé – sous l’occupation –  son activité clandestine d’agent de liaison pour  son organisation trotskyste, le POI.  Ces documents scannés par OCR , tirés du fonds d’archives Chauvin sont, en grande partie, ceux qu’avaient gardé Jean-René au cours de son activité clandestine.  Sauf dans quelques cas, où il s’agit de documents qui ont été confiés à Jean-René Chauvin après son retour des camps de concentration (notamment pour la période où Jean-René était déporté), et qui ont été conservés dans son fonds d’archives.


Concernant le fonctionnement de l’organisation trotskiste sous l’occupation :

Consignes de clandestinité rectoConsignes de clandestinité verso       – DIRECTIVES –         Sur les mesures de protection de l’organisation à réaliser et à vérifier immédiatement L’ensemble de ces directives repose sur le principe que les militants subordonnent toute leur activité aux besoins du Parti, qu’ils sont responsables devant l’organisation de toute leur activité, même non politique, que tout ce qui leur appartient appartient à lorganisation.                  Elles ne peuvent être comprises et appliquées que dans le cadre de la structure de l’organisation qui a été adoptée et qu’il faut réétudier en même temps que ces directives

I – ETANCHEITE DU CLOISONNEMENT, S’organiser de façon que quoi qu’il arrive dans un organisme quelconque de 1!organisation, rien ne puisse permettre de trouver dans cet organisme un fil conduisant un autre. Tout ce qui relie les camarades ou les organismes entre eux doit être vérifié sans arrêt.

I/ RELATIONS ENTRE LES CAMARADES – Il ne doit exister aucune relation de cellule à cellule, de rayon à rayon autres que celles fixées responsablement, – Ne savoir que ce qui est nécessaire de savoir pour son travail, n’informer que son organisme de travail ou son responsable. Pour une information spéciale dépassant le cadre du travail dans cet organisme, demander une entrevue avec un délégué de la direction – Ne se voir que dans le cadre du travail prévu, N’avoir aucune relation avec un autre militant ou sympathisant que celles fixées sur le plan de l’organisme de travail. – Tenir ses relations secrètes autant que possible. En dehors du travail, ne pas se reconnaître, – Ne pas sexposer à laisser deviner des rapports entre militants par des promenades en commun dans des lieux publics, – Bannir tout ce qui peut donner un caractère de copinage aux relations et émousser ainsi la vigilance,

2/ ADRESSE OU N° DE TELEPHONE                                                                                                                                            – Ne savoir que celles dont on a absolument besoin. – Le moins souvent écrites, – Jamais écrites en clair,

      •  Un lieu de rendez-vous doit être considère cornue adresse, bannir le petit carnet
      • En général; ne rien conserver qui  puisse faire remonter à un autre camarade, à lieu de rendez-vous, même périmé (tickets de métro, de cinéma, initiales, marques de linge, lettres, photos, livres prêtés, écriture; ne jamais utiliser les cartes hebdomadaires de métro)
      • Vérifier les poches, tiroirs, locaux, systématiquement au moins une fois par semaine,

3°/ CORRESPONDANCE POSTALE OU TELEPHONIQUE                                                                            – Ouvertes ou écoutées, elles ne doivent jamais pouvoir renvoyer à un rendez-vous ou à une adresse, Décaler les heures, lieux portant des noms conventionnels                                                                     –  Ne jamais téléphoner d’un poste fixe de l’organisation à un autre poste de l’organisation, Est considéré comme poste fixe, non seulement son propre téléphone, mais celui qui sert ouvertement d’une façon suivie (concierge, voisin, etc.). Le téléphone ne doit servir qu’à recevoir des communications. pour en donner, aller au café ou à la poste, en changeant souvent.                                                                        –  D’une manière générale, les rendez-vous doivent être donnés oralement. N’utiliser la poste que tout à fait exceptionnellement. –     Toujours soigneusement camoufler son écriture.                                         –  Les correspondances, même avec des étrangers doivent être réduites au minimum –    Avant de correspondre avec un sympathisant, en discuter les conditions avec son responsable (adresse utilisée, etc.)

4°/ FILATURES

–   NE JAMAIS ALLER A UN LOCAL OU A UN RENDEZ-VOUS SANS AVOIR VERIFIE (ETRE SUR) QU’ON EST PAS SUIVI, QU’ON EST PAS FILE (CHANGER DE METRO, UTILISER DES RUES DÉSERTES, ETC.) –   VERIFIER EN PERMANENCE, MÊME EN DEHORS DES TRAVAUX IMMEDIATS

5°/ RELATIONS AVEC ÉTRANGERS A L’ORGANISATION                                                                         – Même aux parents, compagnes, amis, etc. Ne laisser rien connaître de l’organisation ni de sa vie de militants. Ne jamais leur laisser rien connaître pouvant constituer un fil menant à un autre militant ou à l’organisation (textes, visites, etc.) (illisible) –      Etre autorise par son organisme de travail ou son responsable pour effectuer toutes démarches, visites, liaisons, nouvelles relations.

6°/ EN CAS D’ACCIDENT.

–    Ne pas laisser un camarade venir se fourrer dans une perquisition ou un lieu surveillé. Établir pour chaque local un système de signalisation très simple indiquant que lu voie est libre. –    Détruire, brûler, avaler tout ce qui relie à l’organisation d’une façon même détournée, II – MESURES DE SECURITE A PRENDRE POUR LE MATERIEL –   Ne jamais laisser saisir nos documents. » –     Dès quil y a du matériel chez soi, ou sur soi, redoubler do vigilance quant au cloisonnement et prendra les mesures générales suivantes : 1°) – Ne pas avoir de documents ou de livres a son domicile. Seuls un ou deux pour le travail en cours peuvent être tolérés. 2°) – Ne jamais laisser la possibilité d’être surpris, poser immédiatement un système Le sécurité sur la porte d’entrée de chaque local. 3°) – Le matériel (textes surtout) doit être détruit dès que survient une alerte.. Le ’système de la porte en laisse le temps, Chaque camarade doit avoir un système de destruction rapide (cheminée, essence, etc,,,) à portée de main, 4°) – Transport du matériel – Vérifier filature – Faire très attention à éviter rafles et fouilles policière, s (ne jamais faire de transport seul) «, Toujours transporter le Matériel sous une forme anodine, ne jamais transporter du matériel que du lieu où on le prend au lieu où on le porte, sans réaliser d’autres tâches entre-temps. Ne jamais rencontrer de camarades au cours du transport, LES TRANSPORTS doivent être considérés connue une tâche politique à effectuer dans des conditions précises et étudiées, 5) Pour la transmission du matériel, choisir de préférence un endroit où on no ne peut être vu (local, escalier, bois). De toute façon le faire toujours avec naturel.

II        UTILISATION DES LOCAUX                                                                                                                                             1°) Tout endroit où est entreposé du matériel, où habite un membre de 1’organisât ion, où on se réunit, qui sert de boîte aux lettres, ou qui peut éventuellement servir à un de ces usages est considéré comme local de l’organisation.                                                                                                                         2°) – Chacun d’eux ont doté d’un statut particulièrement en ce qui concerne : – Responsable du local (responsable de l’application de ce statut) –   nombre et désignation des camarades autorisés à connaître ce local. Nombre et désignation des camarades autorisés à le fréquenter – Usage du local, – Système de signalisation à changer souvent. 3e) – Tout camarade louant ou apportant un nouveau local doit être seul à en connaître l’adresse, il ne la communiquera qu’à un responsable que lui désignera son responsable de rayon, luec;  en est décidé responsablement. 4°) – Avant de louer, discuter avec son responsable sur les garanties qu’il doit présenter (quartier, maison, disposition) et les conditions dans lesquelles il doit être loué. 5°) – Aucun local no doit avoir plus d’un usage défini, 6°) – Les locaux 110 sont fréquentes que dans le cadre du travail prévu. aucune visite « amicale” ne peut être tolérée,

– EN CAS D’ACCIDENT. 1) – Avaler, détruire tout ce qui peut être un fil reliant à l’organisation, 2) – Ne jamais se laisser arrêter sans laisser une trace pour prévenir les camarades, (carreau cassé, signe à la fenêtre, scandale, etc,,,) 3) Ne jamais essayer de rétablir la liaison directement avec l’organisation. Utiliser la famille, n’écrire qu’à un seul endroit. 4) – Si du matériel a été saisi : « Je l’ai trouvé”, Et surtout NIER ! NIER TOUT ! NE PAS SE LAISSER ENTRAÎNER DANS UNE DISCUSSION, SE TAIRE ET NIER L’ÉVIDENCE .    NE RECONNAÎTRE PERSONNE, NI AUCUN TEXTE, NI AUCUNE DÉCLARATION.         Celui qui parle est un traître à la révolution, quelles que soient les circonstances.  L’ensemble de l’organisation sera vérifiée sur le sérieux dans l’exécution de ces tâches immédiates  Les manques ou la légèreté dans la réalisation des mesures de sécurité entraîneront des sanctions pouvant aller jusqu’à l’exclusion.


'Arbeiter und Soldaten !' Publication clandestine du Parti Ouvrier Internationaliste (POI) trotskyste, Chauvin Fonds
‘Arbeiter und Soldaten !’ Publication clandestine du Parti Ouvrier Internationaliste (POI) trotskyste destiné aux soldats allemands en France, en 1943

ARBEITER UND SOLDATEN !

Seit mehr als 20 Jahren hat das italienische Grosskapital das werktätige Volk von Italien in den Kerker des faschistischen Sy­stems gesperrt.Die bevorstehende militärische Niederlage,vor Allem aber der wachsende Druck der unzufriedenen Massen hat die faschisti­sche Regierung von innen gesprengt.Unter scheinbarer Preisgabe der faschistischen Miliz versuchte die Bourgeoisie die gefallenen Lakaien durch andere zu ersetzenden. Der König und Badoglio führten ihre Regie­rung durch Anordnung des schärfsten Belagerungszustandes ein. Hausar­rest für die Nacht, Ansammlungsverbot für den Tag !  Der Kerker des Fa­schismus sollte durch den Säbel der Militärdiktatur ersetzt werden.

Doch die Herren haben die Rechnung ohne den Wirt gemacht !

DAS WERKTÄTIGE VOLK  ITALIENS HAT SICH IN MARSCH GESETZT !

Generalstreik in den industriellen Zentren, Demonstrationen unser roten Fahnen für Frieden, Brot und Freiheit, Erschiessung des Chefs der italienischen Gestapo, Erstürmung der Gebäude der faschistischen Presse, gewaltsame Befreiung der politischen Gefangenen, Beschlagnah­me und Verteilung der LebensmittelVorräte in den Villen der Reichen, mit diesen Aktionen haben die Arbeiter und Bauern Italiens ihre Re­volution eingeleitet. Dank der internationalen Militärzensur können wir nicht sagen, ob sich in den Betrieben und in der Armee nicht schon Räte gebildet haben.

Der Ansturm der Massen hat die neuen Lakaien der italienischen Schlotbarone ins Bockshorn gejagt. Die Truppen weigerten sich, auf die Demonstranten zu schiessen. Da verging ihnen das Säbelras seln vergassen sie den Belagerungszustand. Nun erst kamen sie auf die Idee, die faschistische Partei aufzulösen, Mussolini und seine Kumpane zu verhaften allerdings- um sie vor der berechtigten Wut der Massen zu schützen. Doch es soll ihnen nichts nützen. wenn ihr nicht Hilfe von aussen kommt, sind die Tage der Säbeldiktatur gezählt.

DER BEGINNENDEN REVOLUTION DER ITALIENISCHEN ARBEITER UND BAUERN DROHEN SCHWERE GEFAHREN.

Von innen durch den Block der parteien, von den Stalinisten bis zu den klerikalen,die den Zorn der Massen allein auf die Faschisten lenken wollen und die Drahtzieher im Hintergründe, die Auftraggeber von der Schwerindustrie und dem Grossgrundbesitz den Augen des Werk­tätigen Volkes zu entziehen trachten.Von vorn durch das angloamerikanische Grosskapital. dessen Sprecher, Churchill und Roosevelt die re­volutionären Massen Italiens mit Mohrrübe und Peitsche, mit lügen­haften Versprechungen von demokratischer Freiheit und mit wahrhafter Androhung von Hinrichtungen und Konzentrationslagern zügeln wollen. Von hinten aber droht die schwerste Gefahr, die blutige Unterdrückung der Revolution durch die deutschen Bajonette !

Traduction : Ouvriers et les soldats!

Depuis plus de 20 ans, le grand capital italien a verrouillé les travailleurs Italiens dans le donjon du système fasciste. La défaite militaire imminente, mais surtout, la pression croissante des masses mécontentes a brisé le gouvernement fasciste de l’intérieur. Sous l’abandon apparent de la milice fasciste, la bourgeoisie a tenté de remplacer les serviteurs tombés par d’autres. Le roi et Badoglio dirigent en imposant un état de siège des plus féroces. L’assignation à résidence pour la nuit, l’interdiction des rassemblements pour la journée ! Le donjon du fascisme devait être remplacé par les épées de la dictature militaire.

Mais ces messieurs font payer la facture sans le patron !

LES TRAVAILLEURS ITALIENS SE SONT MIS EN MARCHE !

Grève générale dans les centres industriels, manifestations avec drapeaux rouges pour la paix, le pain et la liberté, exécution des chefs de la Gestapo italienne, assaut des bâtiments de la presse fasciste, libération violente des prisonniers politiques, saisie dans les villas des riches et distribution de vivres, avec ces actions, les ouvriers et les paysans de l’Italie ont entamé leur révolution. En raison de la censure militaire internationale, nous ne pouvons pas dire si des conseils ne se sont pas déjà formés dans les usines et dans l’armée.

L’assaut des masses a inquiété les nouveaux laquais des barons industriels italiens. Les troupes ont refusé de tirer sur les manifestants. Alors que des négociations étaient menées, ils ont oublié l’état de siège. Ce n’est que maintenant que l’idée leur est venue de dissoudre le parti fasciste pour arrêter Mussolini et ses acolytes, mais afin de les protéger de la légitime colère des masses . Mais cela ne leur servira à rien. Si elle ne reçoit pas d’aide extérieure, les jours de la dictature militaire sont comptés.

LA RÉVOLUTION COMMENÇANTE DES OUVRIERS ET PAYSANS ITALIENS COURT DE GRAVES DANGERS :

  • En provenance de l’intérieur par le blocage des partis
  • en provenance des staliniens et du clergé qui veulent attirer la colère des masses seulement sur les fascistes
  • et en provenance des commanditaires de l’industrie lourde et de grandes propriétés, le cerveau en arrière-plan.
  • En-tête, des grandes entreprises anglo-américaines, dont les porte-paroles, Churchill et Roosevelt veulent freiner les masses révolutionnaires de l’Italie avec la carotte et le bâton, avec des promesses trompeuses sur la liberté démocratique
  • et la menace véridique des exécutions et des camps de concentration.
  • A l’arrière, mais le danger menace, la répression sanglante de la révolution par les baïonnettes allemandes!
'Arbeiter und Soldaten !' Publication clandestine du Parti Ouvrier Internationaliste (POI) trotskyste, Chauvin Fonds
‘Arbeiter und Soldaten !’ Publication clandestine du POI destinée au soldats Allemands en France (1943) verso

 SOLDATEN !

 Wollt ihr für die Profite der Krupp und Borsig, der Flick und Röchling, für die Verlängerung des verlorenen Krieges die ungeheuere Schuld auf euch nehmen, die italienische Revolution abzuwürgen? Wollt ihr euere eigene Revolution, deren Beginn sich mit Riesenschritten nähert,mit den Blute der revolutionären Arbeiter und Bauern Italien besudeln ? Sagtet ihr nicht immer, solange ihr den Glauben on euere eigene Kraft noch nicht wiederfinden konntet Ja, wenn nur erst einmal einer anfängt ?

 NUN DENN,  EINER HAT VOR EUCH DEN ANFANG GEMACHT, DAS WERKTÄTIGE VOLK ITALIENS! ! !

 Die italienische Revolution darf nicht erstickt werden! Sie muss im Gegenteil der Auftakt der deutschen sein.

 Wenn man euch in Italien gegen die revolutionären Arbeiter und Bauern einsetzen will, dann erschiesst die Offiziere, die es euch befehlen! VERBRUDERT EUCH MIT DEM KAMPFENDEN ARBEITERN UND BAUERN!1 eueren italienischen KLassengenossen !

 ARBEITER IN DEM BETRIEBEN ! SOLDATEN AN ALLEN FRONTEN UND IM HINTERLAND

 Die Ereignisse Überstürzen sich. Wir müssen auf Alles vorbereitet sein! Besprecht euch mit Gleichgesinnten ! Am ersten Tage der deutschen Revolution muss Hinterland und Front von einem Netz von Arbeiter-und Soldatenräten überzogen sein; um die Macht des Proletariats zu sichern!

 NIEDER MIT DER IMPERIALISTISCHE KRIEG !  HER MIT DEM FRIEDEN !    HOCH DIE ITALIENISCHE REVOLUTION DER ARBEITER UND BAUERN !  HOCH DIE REVOLUTIONÄRE VERBRUDERUNG DER WERKSTÄTIGEN DEUTSCHLAND ITALIENS UND DER WELT!

   das provisorische Europasekretariat der vierten Internationale.

Traduction : 

SOLDATS!

  Voulez-vous  prendre sur vous l’immense culpabilité d’étrangler la révolution italienne pour les bénéfices de Krupp et Borsig, de Flick et Röchling, pour l’extension de la guerre perdue ?  Voulez-vous souiller votre propre révolution, dont le début se rapproche à pas de géant, avec le sang des ouvriers et des paysans révolutionnaires de l’Italie ? Ne vous vous dites pas, tant que vous pouvez pas retrouver foi en votre propre pouvoir, « si seulement il y en avait une qui commence » ?

AUJOURD’HUI LES TRAVAILLEURS ITALIENS, AU DEVANT DE VOUS, ONT COMMENCE ! ! !

La révolution italienne ne doit pas être étouffée ! Elle doit au contraire être le prélude à la révolution Allemande.

 Si l’on veut vous utiliser en Italie contre les ouvriers et paysans révolutionnaires, alors tirez sur les officiers qui vous commandent !  FRATERNISEZ AVEC VOS CAMARADES ITALIENS, LES COMBATTANTS TRAVAILLEURS ET PAYSANS ! 

 TRAVAILLEURS DANS LES USINES ! SOLDATS DE TOUS LES FRONTS ET DE L’ARRIÈRE !

 Les événements se précipitent. Nous devons être prêts à tout ! Discutez avec des personnes partageant les mêmes idées ! Lors du premier jour de la révolution allemande, il faut que l’arrière et  l’avant soient couvert d’un réseau de conseils de travailleurs et de soldats, afin de garantir le pouvoir du prolétariat !

A BAS LA GUERRE IMPÉRIALISTE ! VIVE LA PAIX ! VIVE LA RÉVOLUTION DES OUVRIERS ET DES PAYSANS ITALIENS ! VIVE LA FRATERNISATION RÉVOLUTIONNAIRE DES TRAVAILLEURS ALLEMANDS, ITALIENS ET DU MONDE !

 Le secrétariat européen temporaire de la Quatrième Internationale.


L'Etincelle n°3

L’Etincelle

Organe du Parti Ouvrier Internationaliste (Trotskyste)   Section française de la quatrième internationale                                                  « zone libre »   N° spécial N°3               23 Avril 1942

A bas le gouvernement de la légion Anti-Bolchevik

Après l’en avoir chassé il y a 18 mois, Pétain rappelle aujourd’hui Laval au pouvoir. Pourquoi l’a-t-il chassé le 13 décembre 1940 ? Pourquoi le rappelle-t-il le 19 avril 1942 ?

13 décembre 1940

En juin 1940, fléchissant sous le coup droit de l’impérialisme allemand, la bourgeoisie française préfère la défaite à la continuation d’une résistance qui risque de dégénérer en révolution. La classe ouvrière, démoralisée par les résultats de trois ans de Front Populaire, frappée par la répression, désorientée par le pacte Hitler-Staline, et le défaitisme sans perspectives révolutionnaires du P.C., dépourvue d’une direction consciente, ne put réagir. La bourgeoisie fut ainsi en mesure de liquider « en douceur » les derniers restes de la république bourgeoise et de lui substituer le régime dictatorial de Pétain. Régime aux cadres pourris jusqu’à la moelle, dépourvu de toute base de masse, qui n’eût pas duré 24 heures sans la présence de l’armée d’occupation. Dans l’incapacité absolue où il se trouve de mobiliser les masses pour la résistance nationale, sa politique extérieure, utilisant comme moyens de chantage ses colonies et sa flotte, est faite d’une série d’oscillations entre les camps impérialistes en lutte.

Après l’armistice, le pendule penchait naturellement vers l’Allemagne. Ce furent, à Montoire, les débuts prometteurs de la « collaboration » tentative consciente de réduire la France à l’état de pays agricole, colonie de l’Allemagne industrielle.

Mais le second hivers de guerre débuta mal pour l’Axe. L’offensive aérienne allemande n’avait pu abattre l’Angleterre. Les Britanniques s’emparaient de l’Ethiopie, pourchassaient les Italiens en Cyrénaïque, tandis que les Grecs les tenaient en échec en Albanie. Les ouvriers milanais manifestaient leur haine de la guerre du fascisme. Vichy en profita pour résister tant soit peu au nazisme. Laval, expulsé le 13 décembre, fut remplacé par Flandin.

19 avril 1942

Mais bientôt, l’Allemagne, liquidant le problème balkanique, contre-attaquant en Cyrénaïque, rétablit sa situation. Le pendule reprit son mouvement en sens inverse. Darlan occupa la place de Flandin. Puis l’entrée en guerre de l’URSS d’abord, des Etats-Unis et du Japon ensuite, vint restreindre de plus en plus la possibilité de « neutralité ». L’Allemagne met la main toujours plus étroitement sur l’économie française, la contraignant à l’inflation par l’indemnité d’occupation, ne laissant parvenir les matières premières qu’aux usines qui travaillent pour elle, attirant les ouvriers français en Allemagne, réquisitionnant les denrées. Dans le même temps, la guerre contre l’Etat ouvrier suscitait l’enthousiasme de la bourgeoisie réactionnaire. En avril 1942, la situation de ravitaillement devient critique. La tension entre Vichy et Londres, qui n’avait cessé de croître depuis Mers-El-Kébir atteignit son degré maximum avec les bombardements de la région parisienne. L’Allemagne, d’autre part, a besoin, avant les grandes offensives de printemps, d’assurer ses arrières contre toute surprise politique ou militaire (débarquement anglo-saxon), comme d’accélérer la cadence à laquelle l’Europe travaille pour son économie de guerre. Vichy, devant la perspective de l’asphyxie de l’économie française, et de la famine, avec leurs répercussions sociales (manifestation des ménagères du midi), a cédé, et Laval revient au pouvoir le 19 avril.

 1er mai 1942                                                                                                    PARTOUT dans les usines, dans les maisons, dans les villages      COLLECTEZ POUR VOS FRÈRES EMPRISONNES POLITIQUES

L'Etincelle n°3 page 2

QUE NOUS PRÉPARE LAVAL ?

Une subordination totale de l’économie française au Reich. Les usines qui travaillent à moins de 10% pour l’Allemagne vont fermer. Les industries de guerre vont travailler davantage pour la Wehrmacht. Nous manquerons toujours plus d’électricité, de charbon, de transports ; nous crèverons de faim l’hiver prochain encore plus que celui-ci, tout cela pour que l’armée l’Hitler puisse continuer la guerre contre l’URSS.

Pour bientôt probablement, la relève des allemands par les français pour la garde des côtes et la. D.C.A., la mobilisation d’une ou deux classes jeunes (dès aujourd’hui, on fait l’exercice avec armes dans certains camps de jeunesse).

Et demain, si les travailleurs le laissent faire, l’utilisation de la flotte et des colonies françaises par l’A   ; et, finalement, la rentrée aux côtés d ’Hitler dans la guerre impérialiste.

 Travailleurs !  Vous vomirez l’infâme mensonge de l' »ordre nouveau » du « socialisme qui s’installera partout dans la nouvelle Europe » (discours de Laval) !  Ce « socialisme » d’Hitler, vous l’avez à l’oeuvre sous vos yeux. C’est la misère croissante, la famine, l’oppression étouffante des masses, la multiplication des camps de concentration, la chasse aux militants révolutionnaires et à tous les opposants; la mise au pillage des peuples au profit du capital financier allemand et de ses laquais des pays occupés, infime minorité de privilégiés, seigneurs des trusts et des banques, ou gros bureaucrates nazis ou vichyssois. En France, cela s’appelle la « Révolution nationale ».

Il n’y a qu’à ouvrier le « Temps » ou le « Figaro » à la page financière pour y lire les superbénéfices que réalisent actuellement les trusts « nationaux » face à la criante misère du peuple.

COMMENT RÉSISTER

Le gouvernement Laval se heurte à l’hostilité unanime; il n’existe que porté par les baïonnettes allemandes. Mais comment lutter contre lui ? Pour le remplacer par quoi ? Telles sont les questions que le monde ouvrier doit trancher au plus tôt.

Compter sur la victoire anglaise ? Churchill et Roosevelt se posent en champions des libertés démocratiques et des peuples opprimés, pourtant, ils ont déjà supprimé les 3/4 de ces libertés dans leurs propres pays : ils n’en ont jamais accordé aucune aux centaines de millions d’hommes qu’ils oppriment dans leurs. colonies, sur les 3/4 du globe.   Le régime du royaliste De Gaulle ressemblerait fort, il faut s’en persuader, à celui du dictateur Pétain.

Pour la révolution prolétarienne._                                                                                                                      Travailleurs ! Ne comptez que sur vos propres forces ! Organisez-vous partout, par usine, par quartier, par Village, en COMITÉS D’ACTION.

Laval s’entend avec Hitler contre vous. Entendez-vous avec les soldats, les ouvriers, les paysans, allemands contre Laval et Hitler !

Laval exalte l’Empire français « ,  c’est-à-dire les peuples coloniaux opprimés par les exploiteurs français; il promet de le défendre contre les autres puissances exploiteuses. Exigeons l’indépendance totale des colonies françaises, organisées sous leur propre contrôle pour leur défense.

Travailleurs ! Pour libérer tous les opprimés, il n’est qu’une seule voie : celle du renversement du capitalisme par la révolution socialiste.

A BAS LE GOUVERNEMENT LAVAL !  VIVE LE GOUVERNEMENT OUVRIER ET PAYSAN !

A BAS L’EUROPE NOUVELLE D’HITLER ! VIVE LES ETATS-UNIS SOCIALISTES D’EUROPE ET DU MONDE!

DÉFENDRE L’URSS COMME LE BASTION PRINCIPAL DU PROLÉTARIAT MONDIAL CONTRE TOUS LES ASSAUTS DE L’IMPÉRIALISME MONDIAL ET DE LA CONTRE-EVOLUTION INTÉRIEURE EST LA TACHE LA PLUS IMPORTANTE DE CHAQUE TRAVAILLEUR AYANT UNE CONSCIENCE DE CLASSE                                                               LÉON TROTSKY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants