Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (CVIA)

Manuscrit du texte écrit par Hélène Modiano (Fonds Marceau Pivert) concernant le déroulement du congrès du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (CVIA) – Novembre 1935

Comité des Intellectuels anti-fascistes- Photo14 juillet 1935 Les camarades ont pu lire dans le Populaire du 5 novembre (page les livres) le texte Intégral des deux résolutions votées à l’ unanimité, dimanche 3 novembre, par le Congrès national du Comité de Vigilance des Intellectuels antifascistes.Ils ont pu lire par ailleurs, dans le dernier numéro de la Gauche Révolutionnaire, le compte-rendu du Congrès, par notre camarade Colette Audry, qui en marquait les incidents et en rendait surtout l’atmosphère. Ils ont su, par ce compte-rendu, quelle opposition permanente s’était fait sentir entre délégués socialistes et délégués communistes sur l’attitude à prendre au sein du Front Populaire et en face des dangers de guerre. Ils sont donc tout à fait à même d’apprécier la saveur de la sauce à laquelle l’Humanité du 11 novembre a accommodé – en le publiant – le texte des résolutions prises par le Congrès du C.V.I.A.

L’Huma annonce ce texte comme à elle communiqué (donc tel quel) par le C.V.I.A. Seulement, des deux principales résolutions, qui avaient été discutées et votées séparément, en deux séances distinctes du Congrès et de la Commission des résolutions (l’une consacrée ni à « la lutte contre la guerre » l’autre à « l’Action positive” et au Front Populaire), l’Humanité a fait un savant et agréable amalgame, composé de fragments recoupés et recollés, et qui se présentent comme un texte unique, d’ailleurs confus et vague à souhait  il eût été vraiment dommage que la Commission des Résolutions ait mis toute une nuit et une demi-journée (grâce à l’obstruction communiste), pour accoucher en fin de compte d’un texte aussi plat et aussi vide! Il est vrai que pour corser le morceau, on a placé en hâte de cette résolution unique, la condamnation prononcée par le Congrès contre DORIOT, laquelle n’était qu’un simple texte à part, proposé par une « Commission des voeux”, mais devient ainsi, pour réjouir le cœur des lecteurs « purs », le premier paragraphe de la grande résolution des intellectuels, et évidemment le centre de leur préoccupations, et l’essentiel mérite de leurs travaux!
CVIAFMais cette petite ficelle est encore bien innocente. Voici qui est plus grave – et plus significatif ! Dans le texte unique ’’communiqué” par l’Huma,  ne subsistent des deux textes authentiques  que les passages qui plaisaient, ou ne déplaisaient pas trop, aux délégués communistes; tous les paragraphes contenant des affirmations qui, au Congrès, avaient suscité leurs murmures (bien que finalement ils les aient acceptés, puisque les différentes résolutions furent toutes votées à l’unanimité), tous ces paragraphes « désagréables » ont miraculeusement disparu dans l’Huma ! En voici le recensement détaillé:

1) De la résolution sur le Front populaire ont disparu :

a)  L’expression (pourtant très discrète, grâce aux efforts des communistes au sein de la Commission des Résolutions) de certaines inquiétudes au sujet de tendances à une extension excessive du Front Populaire, et l’affirmation que les « Intellectuels au service de la classe ouvrière » emploieraient leurs facultés d’esprit critique et de « vigilance » à éviter que le Front Populaire ne devienne une combinaison électorale propre à renflouer quelques politiciens usés et ambitieux;

b)  Le désir de voir un programme de Front Populaire qui soit véritablement le signal d’une « transformation économique profonde » (encore trois mots que les communistes avaient eu bien du mal à admettre ! )

e) Par contre, subsiste seul le passage demandant le « renforcement du Front Populaire », afin « d’amener des masses de plus en plus importantes dans ce mouvement », passage qui prend un sens tout différent selon qu’on le présente tout seul (admission dans le Front Populaire d’hommes et d’organisations de plus en plus douteuses), ou qu’on le replace dans son contexte, et qu’on le balance par la contre-partie précédente (développement du Front Populaire, précisément grâce à un contrôle qui lui assurera une allure sérieuse de vrai mouvement de masses révolutionnaire).

2°) De la résolution sur la LUTTE CONTRE LA GUERRE, ont disparu les paragraphes réclamant:

a) Le désarmement général simultané et contrôlé

b) La révision des Traités

c) L’interdiction de la fabrication et du commerce privé des armements                                —-Ont disparu également :

d) L’affirmation catégorique de l’opposition irréductible de la C.V.I.A. à l’Union Sacrée;

f) La répudiation formelle de « toute idée de croisade antifasciste » et la condamnation « avec horreur » de toute pensée de guerre QUELCONQUE contre un peuple QUELCONQUE, quelqu’en soit le prétexte ou l’occasion;

e) La dénonciation de la responsabilité personnelle de Laval dans le conflit Italo-Ethiopien.

Certes, nul ne contestera à un journal le droit de ne pas publier in-extenso les textes qu’on lui transmet; mais alors il ne faut pas donner à croire qu’il s’agit là d’une reproduction fidèle et intégrale, comme a été celle du Populaire; d’autre part, il est pour le moins curieux de constater que les passages qui ont « sauté » sont précisément ceux dont le contenu n’avait pas paru plaire aux membres communistes de « Vigilance ». Et la comparaison patiente des trois textes – les deux vrais et l' »arrangé » – nous donne des aperçus bien inquiétants sur les pensées intimes du Parti communiste en ce qui concerne, en particulier, l’UNION SACRÉE et la refus de participer à une guerre éventuelle derrière l’Etat-Major français…

Hélène Modiano

texte Hélène Modiano Fonds Pivert recto
Texte Hélène Modiano
texte Hélène Modiano Fonds Pivert verso
Texte Hélène Modiano

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants