1966 « A travail égal salaire égal »

  LES OUVRIÈRES D’HERSTAL ou les femmes et la politique

Femmes en grève HerstalTROIS mille ouvrières de la Fabrique Nationale d’Herstal, (une usine de métallurgie dans la banlieue de Liège) ont mené la plus longue grève de l’histoire féminine et n’ont repris le travail qu’après avoir obtenu le succès dans une large mesure. Près de trois mois d’une grève menée par trois mille femmes, le fait vaut qu’on s’y arrête. Le Traité de Rome (article 119) prévoit l’égalité des salaires masculins et féminin mais ce traité est toujours resté lettre morte. L’écart réel était énorme entre la théorie et la réalité.

les résultats

Nos camarades belges de « la gauche » et du Parti Wallon des Travailleurs ont soutenu énergiquement cette grève. Ils ont montré que pour les patrons les femmes restent des travailleurs de seconde zone. Ceux-ci organisent sciemment la division entre les travailleurs des deux sexes. Pour les femmes la politique patronale signifie déclassement systématique, impossibilité de promotion, relégation aux échelons les plus bas et les moins rémunérés de la hiérarchie, salaire minimum en dessous du salaire minimum masculin, sous-estimation du rendement, de la fonction et de la qualification, absence de formation professionnelle et d’équipement social. La grève des ouvrières d’Herstal n’était pas seulement une magnifique lutte des femmes mais une bataille importante pour toute la classe ouvrière : cette lutte servait également aux hommes dans la mesure où elle empêche les patrons de leur opposer le chantage à la main-d’œuvre féminine à bon marché.

La tentative du patronat de dresser les travailleurs hommes contre les travailleuses, par la menace du chômage a largement échoué. Les camarades du Parti Wallon des Travailleurs ont fait tout leur possible pour étendre et intensifier la lutte (grève de 25 jours des femmes des A.C.E.C., grève de 17 jours des Ateliers Schreder). Ils ont su montrer que toute tentative de division entre hommes et femmes ne pouvait que servir les patrons.

Femmes Herstal Grève usine armement 1966Le succès a été obtenu sur de nombreux points :

1)    Les patrons ont considéré pendant longtemps la grève comme « sauvage ». Ils ont dû, cependant, composer avec les grévistes.

2)    ce qu’ils concèdent est sans commune mesure avec ce qu’ils proposaient lors des négociations antérieures.

3)   leurs manœuvres pour briser l’unité des grévistes et leur opposer les chômeurs sont restées vaines jusqu’au bout et sans piquets de grève, le combat a été unanime. Jusqu’au bout, les chômeurs ont refusé d’accomplir le travail des femmes.

4)  Ils ont dû souscrire à la nécessité de trouver une solution définitive au problème de l’égalisation des rémunérations masculines et féminines et d’établir une hiérarchie unique.

Cette lutte n’a pas eu que des côtés positifs. Les travailleurs masculins, s’ils ne s’opposaient pas à l’action restaient complètement en dehors de la lutte. Mais cette grève a cependant été un moment exemplaire du mouvement ouvrier belge. Désormais les organisations syndicales et les partis ouvriers devront compter avec la combativité des femmes. Désormais aussi, dans les combats de demain, il faudra faire leur place aux travailleuses.

Capables de lutter elles sont capables également de militer.

Comme l’écrivent nos camarades de la « gauche », le féminisme a quitté les salons poussiéreux. Il s’exprime, à présent à l’usine et dans l’organisation syndicale.

Cette lutte a également une valeur pour les travailleurs français car, ce que les travailleurs belges ont su faire, les travailleurs français peuvent également l’accomplir. Andrée Michel, dans un exposé « Les Françaises et la Politique » paru dans « Les Temps Modernes » de Juillet 1965 avait déjà fait le point de la question, même si on refuse quelques-unes de ses affirmations. Elle affirme en effet que les femmes sont traitées en mineures dans les partis et que c’est une des raisons de leur vote plus conservateur.

le rôle des femmes

Les sondages de l’I.F.O.P. ont affirmé depuis que de Gaulle aurait été battu avec le seul vote masculin.

On peut même ajouter quelques précisions supplémentaires sur la participation des femmes à la politique.

Grève 1966 femmesLe PCF d’après des chiffres donnés par J. Vermeersch dans « France Nouvelle » du 10 juillet 1962 comptait environ 12,5 % de femmes. D’après la N.R.I. on en compterait 13,5 % dans les comités fédéraux, proportion correcte, mais il n’y a que 6 femmes élues sur 70 membres au dernier Comité Central (congrès de juin- juillet 1964).

 

La SFIO compterait environ 10 % de femmes dans ses effectifs, mais on n’en retrouve qu’une seule parmi les 50 membres du Comité Directeur élu par le 54e Congrès en juin 1963.

Il y aurait plus de 20 % de femmes au PSU : c’est donc le parti de gauche qui a su leur ouvrir le plus largement ses portes et mieux les accueillir. Mais on ne retrouve que 2 femmes parmi les 70 élus du dernier Comité Politique National ! On peut peut-être se consoler et essayer d’ironiser en constatant que Lecanuet n’a admis aucune femme parmi la cinquantaine de membres élus, ou plus exactement cooptés au Comité Directeur de la Convention démocrate tenue à Lyon. Car il compte certainement sur le vote féminin, même s’il n’espère plus, uniquement, selon le mot fameux attribué à Bidault peu après la Libération, baser son parti sur « les femmes et les curés ».

A travail égal salaire égalIl y a parmi ceux étudiés par Andrée Michel pour expliquer le comportement du corps électoral féminin certains facteurs contre lesquels nous ne pouvons rien : celui de la différence de structure d’âge du corps électoral féminin par exemple. Il y en a d’autres contre lesquels nous ne pouvons strictement que peu de choses : les différences de catégories socio-professionnelles et les différences d’éducation. Il y en a un dernier sur lequel nous pouvons beaucoup : le comportement des partis de gauche à l’égard des femmes. Et là je ne ferai que reprendre deux points de la conclusion d’Andrée Michel.

Gève usine d'armementNous devons préconiser :

1) un respect permanent d’un programme ferme en faveur de l’émancipation féminine et de la paix (à la place de concessions opportunistes perpétuelles à l’idéologie réactionnaire et cléricale).

2)  l’accession des femmes comme associées à part entière, présentes, en fonction de leur compétence, aux plus hautes instances du parti, et non leur réduction au rôle d’exécutants dociles des consignes du parti ».

Cela a déjà pu être fait dans un certain nombre de cas. Mais il ne faut pas oublier non plus que les conditions sociologiques des femmes, différentes de celles des hommes, rendent leur militantisme plus difficile et que de ces difficultés aussi les partis doivent tenir compte. Les trois mille ouvrières belges d’Herstal ont su nous prouver que les femmes savaient se battre aussi bien que les hommes. A nous de ne pas l’ou­blier.

Jean LAMBERT.  juin-juillet 1966 – L’Action

2 réflexions au sujet de « 1966 « A travail égal salaire égal » »

    1. Pour répondre à un échange par e-mail, une expo a lieu à Herstal, retraçant le sujet (ce n’est pas neutre de le remarquer, alors que cette année marque le cinquantenaire de cet événement historique). Entrée gratuite
      LIEU : Anciens bâtiments – Pré-Madame à Herstal – Rue du Tige, 13 – 4040 Herstal ( entrée par la rue John Moses Browning )
      Exposition ouverte tous les jours sauf le dimanche de 10 à 17 heures, à l’exception des périodes réservées aux visites privées.
      voir : http://www.femmesencolere.be/infos-pratiques

      Pour information, un document audiovisuel sur le sujet peut aussi être visionné, en ligne :
      http://www.sonuma.com/archive/la-greve-des-femmes-de-la-fn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants