En Espagne – Les femmes ont voté pour le Front Populaire

Article de Andrée MARTY-CAPGRAS, Le Populaire, 26 février 1936

En Espagne  - Les femmes ont voté pour le Front PopulaireMardi dernier, dans une des salles de la rédaction du Populaire, les heureuses nouvelles d’Espagne se confirment. Nous apprenons que le Front po­pulaire triomphe et que dans ce Front populaire les socialistes seront large­ment en tête.

J’aborde Bracke qui, avec Zyromski, commente l’événement.

  • Eh bien, Bracke, il me semble que les Espagnoles ont voté à gauche ?
  • Parbleu ! Et je dois vous avouer que c’est la première pensée qui m’est venue à l’esprit lorsque j’ai eu la certitude de la victoire des gauches.

Zyromski aussi s’en est réjoui, d’autres encore, et ils le disent.

Vote des femmes, Front Populaire, 1936, espagne
Vote des femmes, Front Populaire, Espagne (photographie article Le Populaire 18 février 1936)

C’est un fait qui n’a pas besoin d’être étayé sur des statistiques : les femmes ont, en Espagne, voté pour le Front populaire. Et en masse. Le corps électoral comprenant, en Espagne comme ailleurs, plus d’électrices que d’électeurs, les femmes auraient pu, si elles avalent en grand nombre voté à droite, influencer nettement le scrutin dans ce sens.

La majorité de gauche qui s’est dégagée des urnes le 16 février montre, indiscutablement, que les femmes ont « bien » voté.

Nous l’écrivons, non pas pour triompher de ceux qui, citant l’exemple de l’Espagne, nous démontraient que le suffrage féminin faisait courir de grands périls à la République, mais parce que les trois consultations auxquelles les femmes espagnoles ont été appelées nous permettent de jeter un coup d’œil d’ensemble et de tirer quelques conclusions.

1931 : Tout de suite après la première révolution les femmes, qui avaient reçu comme cadeau de la jeune République le droit de suffrage, ont eu à exercer ce droit à l’occasion d’élections municipales partielles. Elle ont voté pour les gauches, dans un élan irrésistible. Et cela me rappelle un souvenir. Quel­ques jours après ces élections, Margarita Nelken nous disait avec émotion l’enthousiasme des femmes pour les par­tis de gauche, de ces femmes, ignoran­tes, illettrées pour la plupart, absolu­ment étrangères à toute organisation, ces femmes qui, la veille encore, étaient soumises à un clergé puissant et fana­tique. Mais, nous disait Nelken, cet en­thousiasme peut n’être qu’un feu de paille. Méfions-nous des lendemains de victoire, surtout vis-à-vis d’un corps électoral tout jeune, sans tradition, sans éducation.

20 novembre 1933. Bien qu’il y eût aux Cortès 62 députés socialistes, dont 4 femmes : Margarita Nelken, de la Torre, Garcia Manzano, Martinez Sier­ra, la consultation fut déplorable pour les gauches.

Et les femmes avaient contribué au désastre. Mais comme nous le disait Maria Martinez Sierra, députée socialis­te de Grenade, lors d’un de ses passages à Paris pendant la période de réaction:

« Les femmes d’Espagne n’ont pas eu plus de responsabilité que les hommes dans le résultat déplorable des élections. Les partis de gauche ont été victimes de la loi électorale, de la loi agraire exploitée contre eux, de la campagne formidable menée avec l’argent des jésuites… d’autres causes où les femmes n’ont, évidemment, aucune responsabilité particulière… On a dit que les femmes avaient vendu leur vote. C’est vrai. Dans ce pays d’extrême misère, on a payé les voix dix pesetas ou un matelas ou même un gros morceau de lard, de quoi donner à manger pendant quelques jours aux gosses qui ont faim. Il y a des mères qui ont conclu ce marché, mais des pères aussi et dans les mêmes milieux »

Les femmes avaient voté comme les hommes.

Vient ensuite la période de réaction: toutes les conquêtes de la République sont compromises, la misère s’aggrave. Et nous voici au mouvement révolutionnaire d’octobre 1934, suivi de la répression qui est dans toutes les mémoires.

Le 16 février 1936 amène enfin la vic­toire des gauches et la victoire des so­cialistes. Nos amies Nelken, de la Tor­re, Alvarez entreront aux Cortès, en mê­me temps que notre camarade commu­niste Passionaria.

Le hasard qui fait bien les choses m’a mise en présence d’un député socialiste des Asturies qui, avant de reprendre son train pour Oviedo, a bien voulu répondre à quelques-unes de nos questions. Oui, les mots d’ordre autour des­quels s’est faite la consultation étaient bièn de nature à passionner les femmes, me dit-il.

Ces mots d’ordre : l’amnistie, le rétablissement des lois sociales, l’abolition de la peine de mort, avec la revendication « Pour le Pain » ont été suivis avec enthousiasme par le corps électoral féminin. La femme du peuple en Espagne, me dit notre camarade, vit dans des conditions matérielles miséra­bles et comme elle ne quitte guère le foyer — un foyer où grouillent de nom­breux enfants — elle connaît plus que partout ailleurs les dures nécessités de la vie. Pensez d’autre part aux journées d’octobre 1934, à la somme de souffran­ces qu’ont supportée les femmes et les enfants aux Asturies et imaginez la for­ce sentimentale qui a pu se développer autour de l’amnistie. Au moment du scrutin, plusieurs centaines de femmes étaient encore dans les prisons.

Photos manifestant-es Madrid - 20 février 1936 Le PopulaireVoilà tout ce qui a entraîné les femmes, en même temps que les hommes, vers le Front populaire, vers les candidats ouvriers. Et maintenant ? En Es­pagne il va falloir développer les orga­nisations, me dit le député d’Oviedo. Et grouper les femmes avec les hom­mes dans le Parti et dans les Syndicats. Alors, seulement, on pourra travailler.

En Espagne, comme partout, camarade.

Andrée MARTY-CAPGRAS

Le Populaire – 26 février 1936

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants