Treblinka, JF Steiner – La Quinzaine Littéraire

 Cette page comprend un article tiré de La Quinzaine Littéraire, écrit par Jean-René Chauvin (qui fut ami avec Nadeau…) en 1966 (le seul article de Chauvin paru dans la Quinzaine, à notre connaissance).

Fonds JR Chauvin (consultable au CHS), article de la Quinzaine Littéraire du 15 avril 1966

 A propos du livre de Jean-François Steiner Treblinka. La révolte d’un camp d’extermination. Fayard éd.

Sur l’un des pires camps nazis, Treblinka, vient de paraître un ouvrage exceptionnel qui, paradoxalement  n’est pas d’un témoin. Jean-René Chauvin — qui a vécu successivement dans sept camps de déportation et a connu deux « évacuations » dont il s’est miraculeusement tiré — dit ici les mérites de ce livre.

C’est un ancien déporté, il en a l’humour. C’est ce que je me suis dit aux premières lignes de ce livre. J’étais persuadé de lire, enfin, le témoignage d’un survivant de Treblinka, un des plus atroces camps d’extermination où quelques centaines de détenus juifs terrorisés, et condamnés à terme afin de ne laisser aucun témoin, étaient contraints d’assurer le fonctionnement d’une usine de mort et de brûler les cadavres. Eh bien non. J’ai beau avoir connu les meilleurs « hôtels-SS », et lu près d’une centaine d’ouvrages sur la déportation, Jean-François Steiner était en train de me blouser. Si sa famille a disparu dans les camps, l’auteur n’avait que quatre ans à l’époque et n’a donc pu les connaître. Il en va de même que pour John Hersey qui reconstitue dans son livre La Muraille, une histoire du ghetto de Varsovie plus vivante que le scrupuleux journal rédigé par Emmanuel Ringelblum au cœur des événements.

Treblinka nous fait revivre l’aventure incroyable d’une ré­volte victorieuse auprès de laquelle certains exploits militaires de la dernière guerre, y com­pris la célèbre bataille de l’eau lourde, apparaissent dérisoires. Toutefois, alors que John Hersey disposait d’une abondante docu­mentation, il ne reste presque rien sur Treblinka : quelques brèves dépositions faites par les survi­vants au lendemain de la guerre. Ces survivants eux-mêmes ne sont plus aujourd’hui qu’au nombre de quarante dont vingt-deux vivent en Israël.

On comprend aisément que l’au­teur, directement concerné, et, comme beaucoup de jeunes juifs de sa génération, hanté par l’idée que tant de ses coreligionnaires se laissèrent docilement conduire à la mort, se soit exalté aux récits hallucinants et épiques des resca­pés, des vainqueurs. Il y a trouvé une réhabilitation, une justifica­tion et une réplique à des préju­gés toujours tenaces. Les témoi­gnages étaient imparfaits, venant de survivants qui ne furent que des acteurs secondaires. Les seuls qui auraient pu avoir une vision exacte du drame, les organisateurs clandestins de la révolte, y ont tous péri. L’auteur dut confronter les témoignages, les recouper, les dépouiller de leur affabulation sans espoir d’atteindre à la vérité historique. Il devait choisir : ou disséquer l’histoire à l’usage de quelques spécialistes ou faire revi­vre la révolte dans ce qu’elle a, à ses yeux, et aux nôtres, d’exem­plaire.

Il a opté pour cette dernière solution. Il réinvente les dialogues des protagonistes, ressuscite l’ambiance tantôt désespérée, tantôt gonflée d’espoir, où les hommes abattus après un échec sont secoués d’élans mystiques, et enfin tendus jusqu’au paroxysme vers ce qui pour eux est tout à la fois une vengeance et l’affirmation d’une communauté nationale. On ne saurait donc faire grief à l’auteur d’avoir, en chemin, comblé les lacunes de la documentation ou d’avoir commis quelques erreurs. Son sujet n’est pas la comptabilité des cadavres, c’est la révolte, et le personnage central est une fragile petite braise sur laquelle soufflent quelques individus exceptionnels jusqu’à ce que l’ensemble des détenus prennent feu.

Les quelque deux mille camps qui maculèrent à l’époque la carte de l’Europe présentaient une extrême diversité. Mauthausen était une ville fortifiée de murs de granit. A Birkenau, alignements de baraques et de barbelés se perdaient à l’horizon. Berga-sur-Elster était un grand hangar planté au milieu d’une coquette petite ville de Thuringe. Les uns étaient des métropoles gorgées d’esclaves, avec tout un équipement moderne : établissement de bain, cinéma, terrain de football, orchestre, bordel, prison (une prison dans un camp de concentration !), clocher, cheminée du crématoire.  Beaucoup d’autres étaient des « camps très ordinaires ».

Tre­blinka ne ressemblait à aucun autre. Deuxième après Ausch­witz-Birkenau pour la statistique, 3.000.000 de concentrationnaires à Auschwitz, 800.000 à Treblinka, mais le premier peut-être par l’horreur. Ailleurs on effectuait tous les métiers : maçonnerie, charpente, percement de tunnel, montage de V2, horticulture et même fausse-monnaie pour le IIIe Reich. A Treblinka on gazait. Des Juifs. La chaîne de fabrication des cadavres, perfectionnée au long des jours, y avait atteint un haut degré de rendement, encore que Höss, le commandant d’Auschwitz, en visite de courtoisie  fît à ce propos quelques critiques.  Les détenus du camp 1 récupéraient les vêtements, les colis, les bijoux, l’or, apportés par les futures victimes, les classaient et les rangeaient pour réexpédition.  Dans le camp 2, isolé du premier par des barbelés et que les détenus du premier appelaient « l’enfer », on vidait les chambres à gaz de leur contenu plusieurs fois par jour et l’on enfouissait les corps dans d’immenses fosses.

Treblinka
Ce qui reste de Treblinka : la route qui menait vers les chambres à gaz.

Du moins au début. Par la suite, Himmler donna l’ordre de les rouvrir, de tout brûler et de tamiser les cendres avec la terre afin de tout effacer. Pour stimuler l’ardeur au travail, un quart des détenus était, dans chaque kom­mando, quotidiennement liquidé. Vivre là relevait déjà de l’héroïsme. S’y révolter de la folie… ou de la conscience sublimée d’une mission : survivre pour porter témoignage devant l’histoire.

Comment, sur un millier de détenus, hommes et femmes — car il y en eut aussi — six cents parvinrent à franchir vivants les enceintes après avoir attaqué leurs gardes SS et ukrainiens, alors que quelques heures avant le déclenchement de l’assaut ils ne disposaient même pas d’une grenade, mais seulement d’un plan de bataille, je laisse aux lecteurs de Treblinka le soin de le découvrir.

L’intelligence stratégique de la révolte n’en explique pas, seule, le succès. Il réside, à mon sens — et Steiner ne l’a peut-être qu’entrevu, bien que cela se dégage de l’ambiance qu’il recrée — de l’homogénéité ethnique et en quelque sorte idéologique de l’ensemble des détenus. Ailleurs, toutes les nationalités : Allemands, Français, Espagnols, Russes, Polonais, Italiens, Hongrois, Grecs, toutes les idéologies : communistes, catholiques, piocheurs de la Bible, démocrates, militaristes, anarchistes et pour beaucoup apolitiques, s’y mélangeaient et se haïssaient. A Treblinka, à quelques exceptions près, rien que des Juifs polonais, parlant la même langue, conditionnés par la même culture, nourris d’une même mythologie. Ailleurs des hommes de tous les âges. A Treblinka une sélection permanente qui ne laissa subsister que des hommes en âge de prendre les armes. Enfin, et ce détail n’est pas sans importance, sur la masse des vêtements et des valeurs qu’ils devaient récupérer, les détenus purent rafler au nez de leurs gardiens de quoi leur assurer, comme au Sonderkommando d’Auschwitz, une meilleure nourriture. Tout cela concourait à faire des détenus un détachement avancé du peuple juif et ils en prirent conscience. L’organisation clandestine minoritaire y disposait d’un appui de masse.

En retraçant une telle histoire, l’auteur n’avait pas besoin de forcer son talent pour toucher le lecteur. Son mérite au contraire est d’y avoir renoncé. Il rompt délibérément avec la littérature pleurnicharde anciens-combattants-et- vieux-de-Verdun. Déroulant sa fresque dans toute son ampleur, coupant son récit avec l’habileté d’un auteur de théâtre, mêlant l’humour froid à la ferveur, il empoigne son lecteur et le prend en charge, le mène jusqu’à la révolte et gagne ainsi la seconde bataille de Treblinka.

Jean-René Chauvin


Video INA : Simone de Beauvoir rencontre l’auteur de Treblinka, dont elle a préfacé le livre

Comme vous le constaterez, cette archive proposée par l’INA est malencontreusement coupée… L’intégralité de l’enregistrement se situe dans l’émission « Panorama » du 29 avril 1966, qui sera sans doute plus tard (nous sommes le 29 mai 2013) proposée par Ina.fr…..


 

Nadeau-MorinprJM
Maurice Nadeau – Edgar Morin lors du Colloque de 2004 « Les vie de Pierre Naville »   au CHS (Centre d’Histoire Sociale) – Photo Sylvie Le Dantec

En ce printemps 2013, La Quinzaine Littéraire, (le bi-mensuel de Maurice Nadeau, qui tient une place à part dans le monde de la presse et de l’édition depuis près de 50 ans) fait appel à la solidarité – et à l’abonnement – pour lui permettre de survivre, et de poursuivre, en toute liberté, hors des circuits commerciaux, ses publications. Le blog de La quinzaine et l’édito de Maurice Nadeau est à lire ici.

 Des échos de presse nous alertent aussi – un édito du Monde des livres, notamment.


Une réflexion au sujet de « Treblinka, JF Steiner – La Quinzaine Littéraire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants