Quelques documents sur le R.D.R.

Les articles de presse figurant sur cette page sont tirés du fonds d’archives Jean-René Chauvin, centre d’Histoire sociale du XXe siècle (CHS). Il s’agit de document numérisés avec OCR.


1) Préalablement à la création du RDR…

Note : L’A.S.R. (tendance de la SFIO menée par Yves Dechezelles) figure parmi les  « forces » politiques qui formeront le RDR.

La combat social - Journal ASR - Yves Dechezelles
Article d’Yves Dechezelles – Scission ASR – SFIO (fonds Jean-René Chauvin – CHS)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                           Le Combat Social             Janvier 1948                                                       Organe Régional de l’Action Socialiste Révolutionnaire                                                         Rédaction – Administration – 26, Rue Paul-Bert, LYON  Prix : 5 francs

 POURQUOI NOUS AVONS ROMPU

La Conférence nationale de l’Action socialiste et révolutionnaire, réunie à Paris, les 5 et 6 décembre derniers, a décidé de rompre définitivement ses liens avec le parti socialiste et de se transformer en organisation entièrement autonome.

Cette décision, qui a été prise à l’unanimité des délégués des vingt fédérations présents à la conférence — les délégués de nombreuses autres fédérations n’ayant pu se déplacer en raison des événements — traduit la volonté bien arrêtée de l’immense majorité des militants qui s’étaient groupés autour de la motion du Rhône ou qui s’y sont ralliés à la suite du Congrès de Lyon.

Ce n’est pas à la légère, mais après avoir mûrement réfléchi et en toute conscience de leurs responsabilités, que ces militants, qui sont souvent les plus actifs, en sont parvenus à cette résolution grave et sans retour.

Force est aujourd’hui de constater que le parti socialiste a renié ses principes, ses buts et trahi la classe ouvrière. A l’heure où, dans presque tous les pays, le capitalisme traverse la crise la plus profonde de son histoire, où les prolétaires s’efforcent de briser leurs chaînes, où les peuples coloniaux se soulèvent contre les impérialismes oppresseurs, les dirigeants socialistes, loin de se dresser contre le pouvoir de la bourgeoisie, se sont révélés comme ses plus hypocrites serviteurs. « Donnez-nous quelques bons portefeuilles ministériels,  des  places enviables dans votre Etat et nous vous aiderons de notre mieux à diviser et à mater la classe ouvrière, à sauvegarder vos profits, à replâtrer votre régime. Soyez généreux, car il est en pleins décrépitude et notre concours vous est absolument indispensable », tel est le jeu de ces imposteurs qui osent encore, pour tromper les travailleurs car il y a beau temps qu’ils n’y croient plus, se réclamer de Marx, de Guesde et de Jaurès ! Les noms des Ramadier, Moutet, Moch figureraient en bonne place sur le palmarès des laquais du capitalisme, à côté de ceux des Noske et Scheideman.

Pourtant, beaucoup de socialistes sincères avaient crû, lors du congrès d’août 1946, dans un redressement possible de leur parti. Ils s’étalent battus dans leurs fédérations pour que leurs délégués puissent donner congé à l’ancien Comité directeur et mettre en place une nouvelle équipe qui renverserait complètement la vapeur et cesserait toute collaboration avec la bourgeoisie. Guy Mollet n’avait-il pas sévèrement condamné à la tribune du congrès les déviations (…) 

(…) le parti socialiste redeviendrait un véritable parti ouvrier. Hélas, ils devaient tomber de haut. La politique du nouveau Comité directeur ne fut qu’une suite de capitulations : guerre au peuple vietnamien, gouvernement de large union nationale avec, puis sans les communistes, hausse accélérée des prix, baisse constante du pouvoir d’achat des travailleurs. Tout cela, Guy Mollet l’accepta mais il laissait entendre que c’était par finesse tactique et qu’il aurait le dernier mot.

Vint le congrès de Lyon. Des décisions importantes furent votées à une grosse majorité. Le congrès donnait mandat aux ministres socialistes de reprendre immédiatement les négociations avec les représentants qualifies du peuple vietnamien, de faire voter un statut de l’Algérie vraiment démocratique ainsi qu’une série de mesures économiques et financières pour l’application desquelles ils devraient demander les pleins pouvoirs. Mais, seuls, les défenseurs de la «motion du Rhône» prirent fermement position pour la démission du gouvernement Ramadier, prisonnier de la bourgeoisie et avertirent le congrès des conséquences désastreuses qui résulteraient de son maintien au pouvoir.

On sait ce qui est advenu après le congrès de Lyon. En quelques jours, toutes les décisions adoptées furent grossièrement violées.  Les élections municipales furent marquées par un nouveau et sensible recul du parti et les collusions monstrueuses de nombreux élus socialistes avec ceux du R. P. F.

Le Comité directeur va-t-il réagir ? (…)

Devant un effondrement aussi brutal du parti socialiste et de ses dirigeants, il ne reste plus qu’une seuls issue aux militants demeurés fidèles à leur charte et à la classe ouvrière : rompre avec la S. F. I. O. Il est maintenant évident que ce parti ne pourra plus jamais être redressé, que peu à peu sa composition sociale s’est transformée, qu’il a subi les mêmes évolutions — mais a une allure vertigineuse — que le parti radical. Déjà, de profondes infiltrations de la bourgeoisie et du gaullisme ont pénétré ses couches dirigeantes. Rester dans un tel parti, c’est se rendre complice de sa politique. Gérant zélé du régime capitaliste, son rôle ne consiste plus qu’à user la combativité ouvrière. De Gaulle attend que les ministres de la prétendue troisième force en soient venus à bout afin de ne trouver aucun obstacle dans sa marche au pouvoir.

L’Action socialiste et révolutionnaire a choisi la seule voie digne des militants qui n’acceptent point les trahisons de leurs dirigeants et qui veulent poursuives le combat pour la libération des travailleurs contre le capitalisme, le fascisme et la guerre.

Que ces militants rejoignent immédiatement nos rangs ainsi que tous ceux  —  ils sont des dizaines de milliers — qui ont déjà quitté le parti au cours de cette année ! C’est avec eux et avec les travailleurs de plus en plus nombreux qui ont tiré les leçons des luttes récentes que nous construirons le parti révolutionnaire sans lequel il n’y a point de victoire possible sur le capitalisme.

La construction d’un tel parti exigera beaucoup d’efforts, d’inlassables dévouements  Non seulement, nous n’aurons à compter sur aucune aide extérieure, mais de tous côtés, les obstacles seront accumulés sur notre route, Le silence dont l’on entourera notre action ne sera rompu que pour lancer contre nous l’insulte et la calomnie. Et pourtant, tous ces obstacles seront surmontés. Certains qui feignent d’être septiques seront bientôt vivement inquiets quand ils sauront combien de militants nous ont déjà rejoints. Nous sommes pleinement confiants pour le présent et pour l’avenir. Le parti révolutionnaire sera construit et en pleine ascension quand, au premier choc sérieux des événements, le parti socialiste et ses dirigeants auront sombré dans un discrédit complet et définitif.

Marceau Pivert - Yves Dechezelles 1er mai 1947
Yves Dechezelles, à gauche, ici avec Marceau Pivert, 1er mai 1947 – Contrairement à Dechezelles, Pivert sera opposé au RDR –
Photo Fonds Marceau Pivert (CHS)

Y. DECHEZELLES.

 Autre article dans ce numéro de Combat Social : Le plan Mayer

Nous ne connaissons encore qu’un aspect du projet gouvernemental de « redressement » économique et financier : le plan Mayer. Mais cet aperçu suffit amplement à nous montrer quelles préoccupations animent le gouvernement de la troisième force et la majorité de l’Assemblée.

Il s’agit de protéger par tous les moyens le capital, de « faire confiance à l’épargne » selon la formule consacrée, qu’importe si pour cela, on doit pressurer le travailleur jusqu’à l’extrême limite et même au delà !

Pourtant, une habile propagande avait laissé croire qu’enfin, on allait répartir équitablement les nouvelles charges fiscales imposées par le gaspillage militaire, l’incurie administrative et la guerre colonialiste…

Les travailleurs écrasés par l’impôt allaient voir avec quelque satisfaction de nouveaux contribuables payer les notes gouvernementales. La paysannerie, par exemple, qui ne contribue que pour 2 % à l’impôt général sur le revenu, et aussi bon nombre de commerçants et industriels auxquels les profits plus ou moins réguliers permettent de payer des impôts à tarif réduit. 

Quelle sympathique naïveté ! Quelle cruelle déception aussi ! Car selon un scénario bien réglé, le négoce, la grosse industrie et l’agriculture échapperont une fois encore à la régie commune.

Et pourtant, le très réactionnaire René Mayer avait lui-même reconnu que les salariés étaient les premières victimes de l’inflation, et qu’il fallait exonérer du prélèvement exceptionnel les familles dont plusieurs membres participent a la production.

Mais on s’est empressé de ramener de 750.000 à 450.000 francs le revenu global imposable, ce qui réduisait d’autant les charges des agriculteurs et des commerçants.

On ne s’est d’ailleurs pas contenté de cela. 150.000 fonctionnaires paieront de leur renvoi la mansuétude gouvernementale envers les profiteurs du régime.

Cependant, on ne s’arrête guère en si bon chemin. C’est ce qu’ont dû penser les braves ministres qui décidèrent que le prélèvement exceptionnel pourrait être soldé par souscription à un nouvel emprunt national.

Ne soyez pas surpris, braves gens : la grande loi capitaliste demeure. Aux travailleurs  aux retraités, aux vieillards. M. René Mayer dit — acquittez l’impôt indispensable à la reconstruction française  et faite vite, sinon vous paierez d’une énorme amende, votre manque de civisme.


 2) Création du RDR

Article de Franc-Tireur du 27 février 1948

FT Nous sommes des millionsJPG“NOUS SOMMES DES MILLIONS QUI CHERCHONS LE MÊME CHEMIN” – L’appel du comité pour le rassemblement démocratique révolutionnaire (R. D. R.)

Le comité pour le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire publie l’appel suivant :

NOUS sommes des millions en France, des millions en Europe et dans le monde entier. Des millions qui cherchons le même chemin.

Survivants de l’enfer, rescapés de la Résistance, militants, sympathisants ou compagnons de route des grands mouvements qui se réclament de l’émancipation sociale, nous estimons que le monde a payé assez cher sa délivrance de l’hitlérisme pour — sauvé de la plus grande tentative d’asservissement que l’histoire ait connue — n’attendre de salut que dans le respect et le maintien des droits de l’homme et de la liberté.

Entre les pourrissements de la démocratie capitaliste  les faiblesses et les tares d’une certaine social-démocratie et la limitation du communisme à sa forme stalinienne, nous pensons qu’un rassemblement d’hommes libres pour la démocratie révolutionnaire est capable de faire prendre une vie nouvelle aux principes de liberté, de dignité humaine en les liant à la lutte pour la révolution sociale.

Ni la violence pour la violence, ni l’illusion d’organismes-tampons, ni l’équivoque d’une Troisième Force parlementaire, confuse sans objectif et sans assise populaire ne peuvent satisfaire la grande attente de la France et du monde.

Les peuples sont à la fois saturés de sang, de mort, de charniers, de supplices, de bagnes, de prisons  de guerres et désemparés, écœurés par l’enlisement ou la faillite des vieux systèmes du règne capitaliste.

Laisserons-nous, en manquant la chance qui s’offre à nous d’unir les principes de la démocratie politique aux exigences de la transformation économique, laisserons-nous les néo-fascismes nous gagner de vitesse ?

Il est temps de faire du socialisme une réalité qui attire à elle l’adhésion sans réserve et sans crainte de tous ceux qui repoussent les lâches compromissions des uns ou les aveugles soumissions des autres.

Nous n’acceptons pas plus la résignation à l’injustice et à l’indignité de la société actuelle qu’un système social qui opprimerait sans frein l’individu. Les moyens sont, pour nous, aussi importants que la fin. Et la fin socialiste ne tolère pas l’emploi de n’importe quel moyen. Pas plus qu’on n’admettait le double jeu dans la lutte, entre le parti des bourreaux et celui des victimes, nous ne saurions admettre ce double jeu qui consiste à pratiquer, dans le présent, des moyens indignes, et que l’on sait tels, pour assurer, dans l’avenir, une fin noble.

C’EST A PARTIR D’UN ACQUIS DE JUSTICE, de lois morales et civiles, de garanties conquises de haute lutte au cours des siècles par tous les peuples contre toutes les tyrannies, c’est à partir, d’un héritage de libertés politiques commun à tous les peuples civilisés que nous entendons définir la démocratie révolutionnaire.

Démocrates, par tout ce que ce terme impliquera toujours de victoires populaires contre le bon plaisir, l’arbitraire, la raison d’Etat, l’obscurantisme des hommes et des systèmes.

Révolutionnaires, parce que la démocratie capitaliste n’est plus que le règne des riches et l’esclavage des pauvres, parce que, de plus en plus débile, elle risque de livrer au fascisme ce qui reste d’elle-même, supprimant ainsi pour longtemps tous les espoirs du futur. 

Nous n’entendons diviser aucune force démocratique et prolétarienne. Qu’un grand nombre de militants restent dans leur parti, que d’autres le quittent, nous n’avons pas ici à les juger ou à les critiquer : en les appelant les uns et les autres à se rencontrer dans le Rassemblement de la démocratie internationale et révolutionnaire  nous croyons le moment venu de les convier à s’unir sur un programme immédiat de défense et d’action républicaine et laïque qui saura profiter de toutes les expériences réformatrices ou révolutionnaires de l’Histoire.

Mais c’est aussi à cette masse de citoyens  de républicains, de démocrate, de syndicalistes, de révolutionnaires en France et dans le monde, à ces millions d’hommes, de femmes, de jeunes gens qui se résignent mal à n’être nulle part et ne veulent point choisir, c’est à cette masse immense de bonne volonté que nous crions Rien n’est perdu, mais tout est à refaire, et à faire.

Avec tous ceux qui travaillent A l’unité de l’Europe et du monde, il faut ouvrir aux travailleurs et aux hommes libres un champ plus vaste faire souffler un air nouveau.

Il n’est pas vrai qu’on doive sacrifier une génération pour répartir équitablement les produits du travail. Il n’est pas vrai que la démocratie ne puisse pas être reprise par des mains nettes et vigoureuses, capables de créer dans ce pays les conditions et les moyens de la gestion populaire dans tous les secteurs de l’économie et de l’administration. Il n’est pas vrai que la politique des blocs soit la seule issue à proposer aux hommes. II n’est pas vrai que le socialisme doive prendre un visage anémique ou un masque barbare.

Par la République française de 1848, dont nous fêtons le centenaire, par la Révolution russe, l’idée socialiste est descendue sur terre. Par la libération du nazisme, les libertés démocratiques se sont avérées irremplaçables. Par les carences de la démocratie capitaliste, la défense et l’union antifasciste redeviennent inéluctables. Par la faillite des remèdes uniquement libéraux. la solution socialiste est partout à l’ordre du jour. Par l’oppression et l’éveil des peuples coloniaux, la liberté, toute la liberté doit être proclamée et implantée dans l’Union française. Par l’exaspération artificielle des nationalismes, la reprise d’une conscience internationale de tous les peuples s’impose.

Tout cela est impliqué dans la démocratie révolutionnaire. Il appartient à la France de relancer au monde le cri d’espoir de Saint-Just : « Le bonheur est une idée neuve en Europe ».

Et, en le complétant, l’appel de Marx d’il y a cent ans : « Prolétaires et hommes libres de tous les pays, unissez-vous ! ». En 1948. comme en 1848. que vienne de chez nous l’appel pour la liberté rénovée et renforcée dans la Justice sociale.

Parmi les premiers signataires de cet appel, nous relevons les noms de David Rousset, Jean-Paul Sartre, Paul Fraisse, de la Revue Esprit ». Georges Altman, Daniel Bénédite. Jean Ferniot, Bernard Lefort, D.-L. Li­mon, Charles Roniac, de « Franc-Tireur ». Roger Stéphane.  Badiou, député, maire de Toulouse; Lamine-Gueye, député, maire de Dakar; Pouyet, député de l’Allier ; Rabier, député de l’Algérie.              Arrès-Lapoque, Léon Boutbien, Liéber, Raymond, Pierre Rimbert, Jean Rous.

On nous prie de dire que les demandes de renseignements doivent être envoyées au Comité pour le R. D. R., 100, rue de Réaumur, Paris (2*) 


3) Vie du RDR

Première AG du R.D.R.LA PREMIÈRE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU R. D. R. s’est tenue hier

«Nous ne voulons plus être des esclaves ! » s’écrie David Rousset

 On se demande vraiment pourquoi le R.D.R. avait choisi, pour la première assemblée générale des adhérents parisiens, une salle de 1.000 places. On dépassait, largement ce chiffre, hier, aux Sociétés savantes, où l’on se pressait jusque dans la rue pour entendre Georges Altman, Da­vid Rousset, Paul Fraisse et Jean Rous.

 Le « public » ? Des ouvrier, surtout des ouvriers. Des étudiants aussi, au coude à coude avec les vieux militants.

Après Georges Altman qui présenta les membres du bureau provisoire du R.D.R., David Rousset, par sa voix vibrante et la netteté de sa pensée, a soulevé l’enthousiasme.

 Les objectifs du R D. R., qu’il a définis avec une franchise presque brutale, ont éveillé dans l’assistance un écho profond :

 —    Il est faux et criminel, déclara- t-il, de dire que la guerre est inévitable ! Il faut briser le duo tragique U.R.S.S. – Etats- Unis.

 On sentait, à son appel, la vieille tradition révolutionnaire française renaître et s’affirmer. Toute l’assistance écoulait silencieuse, pour éclater soudain en applaudissements.

 C’est au peuple lui-même de faire entendre sa voix. Il sera assez fort pour faire reculer les menaces de dictature et de guerre.

 50.000 dans un mois !

 David Rousset n’a oublié personne. Ni la Troisième Force, ni la S.F.I.O.. ni le Parti communiste. L’originalité du R.D.R., c’est Justement qu’il n’est pas un parti. L’originalité ? C’est aussi sa force.

 —    Nous avons été, pendant quatre ans d’occupation, des esclaves, conclut l’ancien déporté de Büchenwald. Nous ne voulons plus être des esclaves. C’est pour cela que noue sommes au R.D.R.

 Paul Fraisse définit ensuite le programme économique et social du R.D.R, promotion ouvrière qui marche vers la gestion dos entreprises.

 A Jean Rous échut la tâche moins aisée : l’exposé d’organisation, il s’en tira très bien. Les adhérents ne devaient-ils pas aussi savoir comment ils allaient militer au sein du R.D.R. ?                                                           Il nous faut, affirma Rous, 50.000 adhérents à Parie, dans un mois !

 Pourquoi pas, évidemment ?   L’assemblée générale d’hier a prouvé  parmi bien d’autres choses, que la salle Wagram sera tout juste assez vaste, le mars, pour le premier meeting du R.D.R.


Article Jean-Paul Sartre juin 1948 jeunes europesUn article de Jean-Paul Sartre, dans Gauche, le bi-mensuel du R.D.R.            juin 1948

Jeunes d’Europe unissez-vous !  Faites vous-mêmes votre destin

Par Jean-Paul Sartre

J’ETAIS prisonnier depuis 8 mois lorsque je lu dans un journal de Vichy « les moins de vingt ans n’ont pas perdu la guerre ». Certes, l’homme de lettre qui écrivait cette phrase avait raison. Mais pourquoi l’écrivait-il ? Parce que la France du Maréchal Pétain voulait couper la jeunesse Française de ses aînés  parce que la jeunesse française, il en arrivait à la convaincre de son innocence, pouvait refuser toute solidarité avec ses aînés  Il fallait isoler la jeunesse, l’entourer de son passer, lui offrir l’avenir du nazisme et de la défaite camouflée. Il fallait aussi la persuader que ce n’était pas la France qui avait perdu la guerre, mais le régime – c’est à dire la démocratie.

Et pendant cinq ans, isolée du monde, privée de culture européenne, obligée de se replier sur elle-même, n’ayant sous les yeux que le spectacle de sa misère et des fautes qu’elle n’avait pas commise, la jeunesse française a été soumise à la plus obsédante des propagandes, aux plus dangereuses des sollicitations,. En fait, tos les arguments se résumaient à un seul : l’Allemagne a gagné la guerre et l’Allemagne est un pays anti-démocratique. Si vous acceptez la défaite, vous êtes démocrates, et vous vous rangez du côté des vaincus et des coupables. Si vous la refusez, vous êtes innocent et nazi.

La jeunesse française ne s’y trompe point. Les meilleurs – et ils furent les plus nombreux – s’engagèrent dans la résistance — des maquis, prirent le chemin de l’Angleterre et de l’Afrique du Nord. Le firent-ils pour la démocratie ? Non. Mais les uns pour la France, d’autres pour la Révolution – tous par un besoin obscur mais exigeant de propreté et de pureté, et sans avoir une connaissance précise de ce que représentaient la Révolution et la France.

Les Allemands ont été battus. 1944 a vu le triomphe, pèle-mêle, de la France, de la Révolution, de la Démocratie. La France a vaincu – comme toujours. La Révolution, c’est moins sûr, la Démocratie, tout le monde le prétend.

Et la jeunesse, qu’a-t-on fait d’elle dans la démocratie retrouvée ? On l’a décorée. Ensuite, pour sauver la liberté (la France et la Révolution) on lui a demandé à grands cris d’entrer dans une formation politique.

Mais quelles sont les formations politiques ? D’un côté le R.P.F. : un seul grand maître, le Général de Gaulle, un programme : prendre le pouvoir sans demander leur avis à 35% des français, préparer la guerre de demain, afin que la France soit aux côtés des vainqueurs, c’est à dire des américains. D’un autre côté, le P.C. qui, depuis la Libération, s’acharne à décourager les bonnes volontés les plus évidentes par le plus maladroit des autoritarismes intérieurs, par la plus raide et la plus inopportune activité extérieure.

La IIIe force s’offre enfin, vieillotte, sans programme, n’ayant d’activité et d’action que strictement parlementaires, rappelant étrangement le désordre où se débattaient les parlements de la République de Weimar, deux ou trois ans avant la prise de pouvoir par Hitler. A l’extérieur, la démocratie offre-t-elle au moins un spectacle plus réconfortant ?

Nous constatons qu’elle est en train de faire en Palestine et en Grèce – comme Hitler et Mussolini en Espagne en 936 – la guerre par personnes interposées, qu’elle n’a pas détruit les camps de concentration, mais s’en réserve de temps en temps l’usage pour y enfermer des hommes qui n’ont que le désir d’être libres, et cela suffit pour dégoûter la jeunesse de toute démocratie.

Nous n’avons pas le droit, nous, hommes de quarante ans, de donner des conseils à cette jeunesse :  nous n’avons pas tellement réussi notre affaire pour y être autorisés. Aussi n’est-ce pas des conseils que j’apporte, mais le résultat de ce que m’ont appris quelques voyages en Europe.

J’ai constaté parmi toute la jeunesse européenne la même fatigue, le même désespoir  la même indifférence ou la même peur en face de l’avenir. C’est à partir de ce désespoir et de cette peur que peut se réaliser l’unité de la jeunesse dans un même désir, qui est le désir d’Europe. La jeunesse française est plus près de la jeunesse allemande ou italienne que de la jeunesse de Détroit ou de Chicago. En faisant l’Europe, la jeunesse fera la démocratie. C’est par la constitution d’une fédération, par l’ébranlement d’un mouvement qui dépassera toutes les frontières que la jeunesse européenne pourra avoir enfin SON avenir, SA paix, et SA véritable liberté. 


Meeting salle Pleyel RDR décembre 1948Franc-Tireur  14 décembre 1948

Pour l’Internationalisme de l’Esprit

4.000 PARISIENS SALLE PLEYEL

POUR la première fois depuis la Libération, se trouvaient côte A côte réunis hier soir des écrivains venus de tous les horizons de l’Europe et du monde. Il y avait dans la salle Pleyel, pleine à craquer, David Roussel, J.-P. Sartre, Richard Wright, André Breton, Carlo Levi. Albert Camus, Theodor Plievier, Simone de Beauvoir, Andrade, Claude Bourdet, Georges Altman, Abdallah Ibrahim.

4.000 Parisiens avaient répondu à l’appel du R.D.R., tandis que plus de 2.000 personnes ne pouvaient trouver place dans la salle.

La réunion, présidée par Me Gérard Rosenthal, s’est déroulée dans la plus totale liberté d’expression. Elle a été la preuve que peut naître et croître la fraternité humaine sous l’égide d’un mouvement qui se propose la lutte commune contre la misère, la guerre et la dictature.

Voici quelques extraits des discours prononcés :

 André BRETON :

– Les aspirations des hommes ne sont plus satisfaites par les partis. Les partis politiques existants constituent des organismes appauvris.

… Il suffirait d’un accent puissant pour faire disparaître la caducité de ces organismes.

Albert CAMUS :

– Le monde est dans le malheur. On a beaucoup tué dans le monde… Mais c’est aujourd’hui que Caïn tue Abel et réclame ensuite la Légion d’honneur.

… Un peu partout, dans le monde, les inquisiteurs se sont déjà assis dans les fauteuils ministériels. Mais, ils ont remplacé la hache par le tampon à encre.

… Au-delà des frontières. les /hommes qui sont ici ce soir travaillent à une oeuvre qui se trouvera devant la création totalitaire.

… Il vaut mieux se tromper en n’assassinant personne que d’avoir raison devant des charniers.

Carlo LEVI :

– Nos mouvements. qui affirment la démocratie révolutionnaire, seront, un jour, un seul mouvement.

J.-P. SARTRE :

– Les hommes qui sont ici sont des hommes qui croient à ¡’Europe. Ils ont les mêmes craintes et les mêmes espoirs. Ils craignent le retour du totalitarisme sous l’une ou l’autre de ces formes, la guerre et la mort de notre culture.

… Un pays fasciste ne tient que par l’art de la guerre. Un pays en guerre ne tient que par un régime fasciste.

… Nous ne pensons pas que la partie soit perdue. Sous ne croyons pas au destin. Nous pensons que l’Europe peut être une entreprise commune de tous les Européens.

… Pour beaucoup, faire une Europe, c’est constituer une armée européenne.

…Il ne peut y avoir d’Europe que si d’abord on désarme. Il faut aussi parler de démilitarisation et de démilitarisation des esprits.

… Toute tentative pour unifier l’Europe, quand elle vient des gouvernements et des hommes en place, est suspecte. C’est par l’union des masses européennes que cette unité doit commencer.

Theodor PLIEVIER ;

– Je peux affirmer, après d’innombrables sondages, que la jeunesse allemande non seulement ne nourrit plus aujourd’hui le moindre rêve d’une hégémonie allemande, mais encore qu’elle a compris que ce rêve est à l’origine de tous ses malheurs.

Cette jeunesse vit de nos jours dans des conditions extrêmement difficiles. Et pourtant, fait remarquable entre tous, ces conditions n’ont pour ainsi dire pas éveillé en elle le sentiment de haine ou de chauvinisme.

Dupée à l’extrême par le nazisme, cette jeunesse ne se laisse plus prendre par les phrases. Après l’apathie bien compréhensible au lendemain de la destruction du régime nazi, elle commence toutefois à s’intéresser à la vie politique, au sens le plus large de ce mot.

Désireuse d’entendre tous les sons de cloche avant de choisir, la jeunesse allemande en arrive cependant à demeurer muette dans son observation. L’important, et qui permet tous les espoirs, ce sont ses efforts réels pour parvenir à une compréhension universelle entre tous les peuples et à une véritable politique Internationale.

C’est dans ce cadre que la jeunesse allemande souhaite une étroite coopération entre une France et une Allemagne démocratiques. Sa résignation et ses réticences s’expliquent uniquement par sa crainte de voir mal interpréter toute initiative émanant d’un pays vaincu.

… L’Europe n’a pas à choisir entre l’Est et l’Ouest : elle doit avant tout décider d’être elle-même.

Richard WRIGHT :

— Ces deux nations, l’Amérique e la Russie, proclament qu’elles représentent la liberté humaine, et entre ces deux proclamations l’esprit humain est sacrifié. Les hommes ont peur. Ils ne peuvent choisir; ils ne peuvent penser à demain. Ils vivent dans une nuit de craintes et d’horreurs.

… Ecoutez, vous, écrivains et artistes: les hommes qui gouvernent le monde, aujourd’hui, nous ont déclaré la guerre ! On n’a pas besoin de vous dans la forme de société qu’ils aspirent à construire… Quel que soit le parti qui l’emporte, vous serez per­dants, vous serez réduits à une abjecte sujétion, à l’esclavage, à enregistrer les disques qui répéteront les doctrines officielles.

David ROUSSET :

— La liberté est une. Si elle cesse d’exister dans le domaine de la politique  elle cesse d’exister dans le domaine des uns et des sciences.

… Il ne suffit pas de dire : nous sommes pour la liberté et la paix. Il faut combattre pour la liberté et la paix.

…Au nom de quelle explication politique veut-on admettre l’existence des camps de concentration en u.r.s.s  ?  Il ne suffit pas de changer les rapports de production, il faut encore que cela se réalise dans la pratique des travailleurs manuels et intellectuels.

…Il est possible de réaliser cette rupture avec la vieille société et. cependant, pratiquer la démocratie…

…Notre lutte est une lutte difficile, mais il n’est pas d’autre voie pour sortir de la crise dans laquelle nous vivons.

ANDRADE :

— La craint du mensonge qui, à force de se répéter, peut s’imposer comme vérité, décourage désormais moralement et laisse le champ libre à l’aventure et aux nouveaux aventuriers de la politique. Les artistes eu uniforme crient fort mais sans conviction  pour gagner des galons et des contrats d’édition.

… Cette réunion doit signifier notre volonté de résistance au terrorisme moral et matériel, pour défendre notre propre liberté d’expression qui sera la garantie des futures générations.

Claude BOURDET :

– L’internationalisme, c’est d’abord une façon de sentir qu’on est homme avant, d’être Français.

… L’esprit souffle où il peut, mais pas dans les endroits où cela sent le renfermé.

RATSIMAMANGA :

– L’Occident ne nous intéresse que dans la mesure où il est pacifique. Si notre libération doit s’acquérir dans le sang des innocents, nous renonçons à cette étrange libération. La civilisation est une, elle est universelle et elle appartient à l’humanité.


4) Mort du RDR

Fin octobre 1949

Pris d’une nausée politique, Sartre quitte le R.D.R.

SARTRE vient d’avoir une violente « nausée » politique. Il démissionne du Rassemblement Démocratique Révolutionnaire (R.D.R.) extrêmement déçu, dit-il, par la politique du comité directeur.

C’est Francis Jeanson (collaborateur des Temps modernes et porte-parole de Sartre) qui, le 12 octobre, a annoncé officieusement la démission de l’auteur des « Mains sales ». Cette décision n’a pas encore été proclamée officiellement. Elle n’en est pas moins définitive.

Sartre a la nausée du R.D.R. octobre 1949Les adversaires de Sartre au R. D. R., David Rousset et Gérard Rosenthal ont annoncé, eux aussi, qu’ils quittaient le Rassemblement. Les militants pleuraient déjà la mort du mouvement. Mais alors que le philosophe existentialiste partait réellement, Rousset et Rosenthal revenaient sur leur dessein et gardaient leur position.

Depuis trois mois, Sartre restait en conflit avec David Rousset, auteur de L’Univers concentrationnaire, qui était avec lui, à l’origine du mouvement. Il reprochait à Rousset de trop évoluer vers la droite. Et ses amis mettaient en cause la gestion financière du Rassemblement. Sartre provoqua la réunion d’une assemblée générale extraordinaire. Mais lorsque l’assemblée eut lieu, il était en Amérique du Sud.               Un jeune, du groupe universitaire, attaqua la question des finances.       –  C’est un fou, s’écria David Rous­set [souligné et annoté par Jean-René Chauvin : « est-ce toi ? »]. Faites-le descendre. En attendant  le R.D.R. est obligé d’abandonner deux grands projets fondés sur le concours de Sartre : les universités populaires et les cours aux Nord-Africains. Mais un grand mouvement clandestin se dessine pour renverser Rousset et Rosenthal.

—     La semaine prochaine, disent les meneurs, il y aura du nouveau.

Mais, jusqu’à nouvel ordre, Sartre s’en lave les mains.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants