La solidarité des slovènes à l’égard des déportés du camp du Loibl Pass, annexe de Mauthausen

Les déportés du camp du Loibl Pass ont bénéficié d’un important soutien de la part des ouvriers civils (qui travaillaient aussi à la construction du tunnel) et de résistants partisans de Tito. Ce soutien est illustré (cf. vidéo) par le récit de Jean-René concernant l’accueil des habitantes de Trzic lors de l’arrivée des déportés, par le récit du « rond rouge » (condamnation à mort) que les SS ont dû retirer à Louis Balsan à la demande des ouvriers civils, etc.

Rappelons que le Loibl Pass comprenait deux camps : l’un, le camp nord, se situait du côté autrichien de la frontière, l’autre, le camp sud, se situait du côté slovène.

La solidarité de la population slovène (à l’inverse de la population autrichienne) à l’égard des déportés du Loibl Pass est retracé plus en détail par Anice Clément dans le texte qui suit (Anice Clément, est la co-réalisatrice du film « Un tunnel pour le Reich ») :


Quand les déportés arrivaient à la gare de Mauthausen, en Autriche,  ils traversaient la petite ville pour atteindre le camp, sur leur parcours aucun signe amical,  rien que des visages fermés et plutôt hostiles. Par contre quand ils arrivaient à la gare de Trizc, la population se  rassemblait  autour d’eux et franchissant le barrage des SS leur  donnait du pain, des cigarettes et des paroles d’encouragement. Et c’était ainsi à chaque arrivée de déportés,  la population était là pour soutenir ces prisonniers, victimes comme eux du nazisme.   Nous avons là deux attitudes qui en disent long.

La solidarité des slovènes vis à vis des déportés français en particulier, s’explique par le fait que les slovènes ont été eux aussi envahis et occupés par les troupes allemandes, dès 1941.
On sait peu, ici en France, que les slovènes ont été  très organisés  dans leur lutte de résistance, avec de nombreux maquis, notamment dans les forêts et les montagnes.

Mais tous les slovènes n’étaient pas résistants, un gouvernement de collaboration était en place et les Oustachis aidés par les Domobrancis et les Tcheniks,  ont commis d’innombrables exactions. Il était donc très dangereux  pour les slovènes de montrer ouvertement leur opposition au nazisme, comme ils le faisaient en soutenant les déportés du camp du Loibl Pass.

Ce sont surtout des résistantes que j’ai rencontrées, puisque Janko Tisler (véritable héros de la résistance slovène ) venait juste de mourir quand j’ai commencé mon tournage.
Cette solidarité entre les slovènes et les français, qui mieux que Boja et François Chaffin peuvent la représenter… puisqu’elle est devenue une belle histoire d’amour.
Boja Zibler ( son nom de jeune fille) est slovène, elle vivait et vit encore  à Trzic, son beau frère était médecin et venait au camp civil, c’est ainsi qu’elle a pu l’accompagner et faire connaissance avec François Chaffin, déporté français. A la libération, ils se sont revus. Mais Boja était déjà mariée, son mari a été affreusement assassiné par les gardes blancs de Croatie ( elle m’a raconté que les Domobrans avaient offert au pape une corbeille remplie avec les  yeux des partisans tués…) Quelques années plus tard, ils se  sont mariés, Boja est venue vivre à Paris.
Zora Konic, était professeur de gymnastique, elle était dans la résistance avec son père,   qui a été  arrêté et déporté en Autriche, il est revenu en 1955.
Toutes les deux ont été «  des activistes » comme elles disent et  ont  aidé autant qu’elles le pouvaient, les déportés, qui venaient travailler à Trizc, pour creuser des tranchées ou faire des routes.  Elles avaient le même âge qu’eux, 18 , 20 ou 21 ans  !

Mici Mally, elle aussi de Trzic,  est encore aujourd’hui, la  slovène dont les déportés  français gardent  un souvenir durable et à laquelle ils vouent une immense reconnaissance.   Elle semblait n’avoir peur de rien et faisait tout son possible pour les aider. Tous les ans les déportés et leurs familles, viennent déposer une gerbe sur la tombe de Micci Mally et de sa sœur Anica.
Il faudrait citer encore  bien d’autres slovènes hommes ou femmes, ouvriers, fermiers, artisans, chauffeurs, employés de la poste qui fermaient les yeux devant tous ces colis adressés à Janko Tisler pour les déportés, ces admirables et courageux slovènes qui ont permis aux déportés d’avoir une aide substantielle mais aussi d’entretenir leur moral et leur permettre de tenir.

Pour de plus amples explications, il faut consulter le  livre de Janko Tisler et Christian Tessier  « De Mauthausen au Ljubelj ».  Il ne faut pas oublier, que ces slovènes ont souvent pris de grands risques pour leur venir en aide, comme l’a fait Janko Tisler.  Inlassablement, il a oeuvré pour adoucir le sort des déportés, faire le lien avec les résistants  regroupés autour de Josep Tito et l’Armée de Libération nationale pour combattre l’occupant.   Condamné et recherché  par la Gestapo, blessé, il est obligé de se réfugier dans les montagnes,  mais il a  certainement  sauvé   à lui seul de nombreuses vies. Il est resté ami avec de nombreux déportés dont Jean Ivanov, qui témoigne dans le film. Il parlait français, ce qui facilitait les choses. Après la guerre, il s’est consacré à l’histoire du camp (voir le livre De Mauthausen au Ljubelj).

Anice Clément, décembre 2011

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants