Première phase de la déportation : Mauthausen et le Loibl Pass

  Cette 5ème video suit le parcours de Jean-René Chauvin, dans les camps du Loibl Pass, annexe de Mauthausen, et le camp de quarantaine de Mauthausen.


Jean-René Chauvin témoigne de la période de février 1943-octobre 1944 (camps de Mauthausen / Loibl Pass). Il décrit son passage au camp de quarantaine à Mauthausen et la vie au Loibl Pass, camp annexe de Mauthausen où les déportés travaillaient, pour les nazis, dans des conditions extrêmement dures, à la construction d’un tunnel devant relier l’Autriche à la Yougoslavie (Slovénie).
A ce témoignage illustré s’ajoute celui de la compagne de Jean-René, Jenny Plocki (elle-même rescapée de la rafle du Vel d’Hiv), relatif au livre de Jean-René Chauvin « Un trotskiste dans l’enfer nazi » (2006, éditions Syllepse).  Jenny insiste sur les parallèles (décrits par Jean-René dans son livre) entre les camps nazis et le goulag, ainsi qu’entre les camps nazis et les camps institués à Cuba (18898) ou ceux dans lesquels furent « re-concentrés » les boers en Afrique du Sud, au début du siècle.

Une apparition télévisuelle du défunt André Lacaze au sujet de son livre best-seller Le Tunnel permet de placer la construction de ce tunnel du Loibl Pass dans son contexte.

La voix de Jean-René est tirée de l’entretien mené par Anice Clément en 2008 pour son film « Un tunnel pour le Reich », qu’elle a co-réalisé avec Jacques Merlaud. Nous la remercions de nous avoir prêté ses rushs et donné son accord pour la diffusion en ligne d’extraits audio dans cette video. Nous remercions bien-sûr également Jenny Plocki, compagne de Jean-René, pour l’entretien qu’elle nous a accordé.

Le film d’Anise Clément « Un Tunnel pour le Reich » est instructif sur le long déni de l’Autriche, face à son histoire. A la différence de la Slovénie, la Carinthie Autrichienne de l’après-guerre,  jusqu’aux années 90, ne fit rien pour conserver la mémoire des crimes commis sur son sol, niant l’existence même d’un camp annexe de Mauthausen sur son territoire et la participation de concentrationnaires à la construction du tunnel.

Remerciements aussi à Catherine de Grissac pour l’autorisation d’utilisation d’extraits de son film « Jean-René Chauvin, Trotskiste indépendant » (2001, Plan Large Production) dans cette vidéo diffusée en ligne.

 Christian Tessier, co-auteur de l’ouvrage, De Mauthausen au Ljubelj (Loibl Pass), pour les informations a apporté quelques petites précisions concernant certains éléments figurant dans la video :

Le prénom du  Baron de Born était Freidrich et non Franz.
A la 11ème minutes et 18 secondes, la photo correspond à quatre déportés slovènes, et non à Louis Balsan.
A la 18 minutes et 30 secondes, cette photo est une vue du camp d’Ebensee que l’on attribue souvent à tort au Loiblpass.
Concernant les évasions du Loibl, on est sûr du chiffre de 26 tentatives individuelles ou collectives. 5 ont échoués.
Concernant la Brigade Liberté, ce n’est pas l’ensemble des déportés du Loibl qui a rejoint les partisans du Maréchal Tito mais un centaine de français (dont 77 communistes) et autant de polonais qui eux formèrent la « Brigade Stary »

Cette vidéo s’inscrit dans une série de 10 vidéos retraçant le parcours de Jean-René Chauvin, et par là-même, le contexte politique et social dans lequel il a évolué. Vidéo produite par le Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle (Unité mixte de recherche, CNRS / Université Paris1). 


Chauvin Loibl Pass

 

Les conditions de vie des déportés, tout en étant extrêmement dures étaient aussi assouplies sous certains aspects : Il était par exemple possible, pour les détenus de recevoir des colis et des médicaments (Jean-René Chauvin, notamment, avait pu recevoir des colis de la part de sa mère).

Mais la mort menaçait en permanence, citons le cas du Docteur Ramsauer, médecin du camp du Loibl Pass, évoqué par Jean-René Chauvin dans son témoignage.

Jean-René Chauvin quitta le Loibl Pass en octobre 1944, renvoyés à Mauthausen, puis Auschwitz et Buchenwald.


L’organisation politique à laquelle appartenait Jean-René Chauvin, le POI (trotskiste) recevait quelques informations de ses militants internés dans des camps. Exemple d’un bulletin intérieur diffusé clandestinement en France (un mois après l’arrestation de Jean-René)
Bulletin Intérieur n°18 mai 1943 lettre des camps page 1
Bulletin Intérieur P.O.I. mai 1943 lettre des camps – page 1
Fonds Jean-René Chauvin – CHS
 
BULLETIN INTÉRIEUR  N°18  MAI 1943
 
PARTI OUVRIER INTERNATIONALISTE (Section française de la Quatrième internationale)
 
LETTRES DES CAMPS 
 De lettres de camarades, actuellement emprisonnés, nous avons fait les extraits suivants. Nos camarades y verront avec quel courage les militant s du P.O.I. subissent la détention dans les camps de concentration,  orientant toutes leurs préoccupations vers la politique du Parti. Ils trouveront de plus une analyse des plus intéressantes de la décomposition du Parti Communiste dans le Camp, et du travail que les militants de la IVème peuvent entreprendre en fonction de cette situation.

  » Dans les camps et prisons on trouve une certaine quantité de politiques qui bien qu’internés comme communistes ne sont pas membres du P.C. Ce sont des sympathisants actifs tombés accidentellement.

 D’autre part les véritables gaullistes et militants patriotes bourgeois sont rares. Quand aux staliniens proprement dit, ils sont beaucoup moins patriotes et anglophiles qu’à l’intérieur  Ils expliquent la politique actuelle du P.C. par des raisons de « tactique » – et estiment en général que le moment n’est pas éloigné où le P.C. abandonnera la « tactique” nationaliste pour faire un tournant révolutionnaire. Tous pensant que la situation de la fin de guerre et de l’après-guerre sera favorable à la prise du pouvoir et que le P.C. ne s’y dérobera pas. D’ailleurs les bureaucrates les entretiennent dans cette perspective en la subordonnant à la victoire purement militaire des alliés, expliquant que ce n’est qu’à ce moment là qu’une action révolutionnaire sera possible. C’était la position que défendait à la Santé les membres du Comité Central qui s’y trouvait et ici d’autres dirigeants de moindre importance. Nous nous sommes donc efforcés dans notre travail de profiter de l’état d’esprit et des espérances et estimations révolutionnaires des militants tout en combattant les illusions que les dirigeants répandent quant à la victoire des alliés et aux conditions qui seraient faites au prolétariat international et à l’U.R.S.S. au moment de la paix. Nous nous sommes particulièrement attachés à développer l’antagonisme de fait qui existe entre les aspirations révolutionnaires des militants et la politique réelle de la IIIème Internationale. Notre travail fut assez restreint du fait que, jusqu’à présent nous avions beaucoup de peine à coordonner nos efforts puisque nous étions séparés les uns des autres et ce fut surtout du travail de bouche a oreilles. Nous avons cependant pu faire circuler trois brochures.

 

7 réflexions au sujet de « Première phase de la déportation : Mauthausen et le Loibl Pass »

  1. Je suis le neveu de Jean BARBIER, (au Loibl de 1943 à la libération) et me suis toujours intéressé à son histoire, et plus généralement à l’histoire de la déportation.

    Je cherche de la documentation sur le procès de Klagenfurt de 1947. Qui peut me donner des renseignements à ce sujet ?

    Alain BERNARD

    1. Bonjour Monsieur Bernard
      Allez consulter le blog de Daphné Dedet :
      leloiblpass.wordpress.com
      Dans le dossier « galerie » vous trouverez une photo des anciens déportés qui étaient témoins au procès de Klagenfurt.
      Peut-être y retrouverez vous votre père…
      Nos adresses mails sont dans ce blog, et si vous le désirez, nous pourrons échanger au sujet du Loibl-Pass.
      Cordialement
      Ch.Tessier

  2. C’est avec une certaine surprise que j’apprends dans l’ouvrage de Christian Tessier et Daphné Dedet « Du Loibl-Pass à la Brigade Liberté » paru en mai 2015, l’existence d’un projet, suivi d’un plan d’évasion collective au camp Sud. Projet dont Jean Granger, un responsable du Front National de la Résistance avait fait part à Janko Tisler dans une galerie du tunnel où il l’avait rencontré dans la nuit du12 au13mai1944 (p.55)p. .
    J’en suis d’autant plus surpris que selon Christian Tessier, ce sont les responsables du Comité de résistance qui l’auraient imaginé (p.56). Des détails de ce plan que reporte Christian Tessier donc, reprenent éxactement celui que mon père Victor Vostrikoff, avait proposé aux résponsables du FNR et qu’ils ont refusé d’eux-mêmes, sans attendre de réponses des partisans yougoslaves, invoquant différentes raisons dont celles indiquées dans l’ouvrage de Christian Tessierç la page 56. Mon père éstimait qu’il fallait trouver un nombre de 30 à 35 volontaires pour neutraliser les SS qui se trouvaient de part et d’autre de la colonne qu’évoque Christian Tessier à la page 56 toujours. Or, il n’en a trouvés que 8 ou 9 d’après ce qu’il a écrit dans ses mémoires (en russe). C’est donc lui-même qui estallé les chercher, avec tous les risques que cela pouvait comporter et non pas le FNR. C’était en mai 1943 et non en mai 1944. C’était là, l’une des raison pour laquelle il avait pris la décision de s’évader seul (fin juillet 1943) réalisant de ce fait, la première évasion d’un camps de concentration nazi de toute l’histoire de la deuxième guerra mondiale. Par ailleurs, il a proposé au FNR de tout faire pour convaincre les partisans de libérer le camps de Loibl-Pass, entre autre, en leur fournissant tous les renseignements dont il disposait; étant donné que,grace à la langue russe, il était en mesure de communiquer avec eux.
    Il me semble donc souhaitable de corriger ce qui parraît être une erreur historique.
    Serge Aykanoff-Vostrikoff.

    1. C’est avec une réelle surprise moi aussi que je découvre sur votre blog le texte de monsieur Serge Aykanoff-Vostrikoff, que je connais pour avoir échangé plusieurs fois avec lui par mail et pour l’avoir déjà rencontré, notamment en janvier dernier à Paris.
      À cette occasion, je lui ai remis la copie d’une lettre de vingt pages que son père Viktor avait rédigée et envoyée au maréchal Tito, homme politique Yougoslave.

      Je suis d’autant plus surpris que si dans mon livre, « Du Loibl-Pass à la Brigade Liberté » (écrit conjointement avec Daphné Dedet), certaines choses chagrinent monsieur Aykanoff-Vostrikoff, la courtoisie la plus élémentaire aurait été de nous en parler directement plutôt que s’épancher sur ce blog. Ce que je regrette.

      Je vais donc répondre sur certains points en passant par votre blog, pour faire comme monsieur Aykanoff-Vostrikoff.

      Il est incontestable que le déporté Viktor Vostrikov s’évada avec pour objectif de faire connaître aux Partisans la présence du camp pour tenter de les convaincre de les libérer. Les difficultés rencontrées auprès des Partisans sont assez bien retracées dans la lettre citée plus haut.

      – La première erreur que je relève c’est qu’en juillet 1943, le Front National de Résistance du camp aurait eu bien du mal à prendre une quelconque décision sur l’éventualité d’une évasion collective puisqu’à cette date il n’existait pas encore.
      Les premiers déportés sont effectivement arrivés au Loibl-Pass le 3 juin 1943 et le deuxième convoi le 18 juillet 1943. Même si certains déportés se connaissaient (résistance, prisons, camp de Compiègne, quarantaine de Mauthausen…), ils n’avaient matériellement pas eu le temps de se structurer en FNR. Le contact journalier avec les travailleurs civils leur a sans doute appris la présence de Partisans dans les montagnes. Mais il y avait loin entre connaître la présence de Partisans et entrer en contact avec eux…

      En outre, il paraît peu probable qu’un projet de tentative d’évasion ait été préparé dès mai 1943. En effet, à cette date, se trouvant encore à Mauthausen, aucun déporté ne savait encore qui serait choisi pour le Kommando du Loibl-Pass.

      – Jean Granger rencontra effectivement Janko Tišler dans la nuit du 12 au 13 mai 1944 avec le projet de proposer aux Partisans l’organisation d’une évasion collective. Ce qui rendait la chose possible car Janko Tišler était un travailleur civil slovène mais également un Partisan. Ces faits sont attestés par les intéressés eux-mêmes mais également par les déportés présents cette nuit-là dans la galerie du tunnel.

      – Non, l’évasion du déporté Viktor Vostrikov n’est pas la première occurrence dans un camp de concentration. Pour mémoire, au camp du Struthof, cinq déportés s’évadèrent dès le 4 août 1942.

      Pour conclure, je me permets de signaler une règle couramment employée par les historiens : pour qu’un fait soit avéré, trois témoignages différents sont nécessaires. Ce qui parait être une erreur historique aux yeux de monsieur Aykanoff-Vostrikoff n’en est pas une.

      1. Serge Aykanoff-Vostrikoff
        En réponse à monsieur Tessier

        Tout d’abord, et c’est par cela que j’aurais dû commencer, je tiens à saluer Daphné Dedet et Christian Tessier pour la parution de leur remarquable ouvrage sur le Loibl-Pass. C’est avec un grand respect, un grand intéret et non sans émotion que j’ai lu ce livre essentiel.
        Il n’en demeure pas moins que, dès qu’un livre paraît, il échappe à son, ou ses auteurs pour suivre son propre destin. Il est sensé toucher un large public, avec bien plus de force qu’une lettre ouverte et bien plus encore, cela va de soit, qu’une lettre privée.
        La correspondance privée peut donc continuer, certes, pourquoi pas, mais à ce stade, elle ne peut suffire à elle-même.
        Concernant ce que monsieur Tessier appelle la première erreur de ma part; c’est à dire la non existence du FNR en mai 1943. Sur le plan strictement formel, peut-être en est-ce une. mais sur ce plan là seulement; et encore!
        En effet, dans le petit recueil paru en supplément au « Bulletin de l’Amicale de Mauthausen » n° 209, avril 1982, voici ce qui y est dit au paragraphe « Résistance »page 7:
        Les bases de l’organisation, tant celles concernant les communistes que celles plus larges, englobant dans la notion de Front National les diverses composantes de la Résistance, se reconstituèrent à Compiègne, puis à Mauthausen, pour évidemment s’adapter au Loibl-Pass, au fur et à mesure des arrivées ».
        Le FNR préexistait bel et bien au Loibl-Pass en juin 1943, ne serait-ce que par la présence de ses membres. Il n’y a pas eu de génération spontanée en la matière. Mais ce n’est pas tout.
        Là où il y a eu effectivement erreur de ma part, lors de ma précédente manifestation sur.. ce blog? Dit-on (je ne maîtrise pas le langage informatique), ce n’est pas sur la date concernant l’élaboration du plan d’évasion collective de mon père; celle ci est juste. C’est sur le lieu de son élaboration. J’avais immaginé que ce fut en arrivant au Loibl-Pass. En fait, après mes toutes dernières vérifications, Il n’en est rien.
        Il avait élaboré son plan bien avant, en mai 1943 au camp central de Mathausen Même. Juste avant le départ pour le Loibl-Pass. Cela est attesté dans ses mémoires. La raison d’une telle précocité dans son choix s’explique par le fait qu’il avait rès vite compris ce qui, selon lui, les attendait tous, sans exeption, toutes nationalités confondues: L’extermination physique. Il se mis aussitôt, au péril de sa vie, à la recherche de volontaires.
        Par ailleurs, il avait pu communiquer avec des Russes du bloc 20 qui ont réussi à venir le voir un jour au bloc 17 où il se trouvait avant que les kapos ne les chassent de là.
        Même sans leur effroyable témoignage, il s’était déjà décidé: Selon leurs dires, ils étaient 2000 à leur arrivée en 1942. Il n’en restait plus que 67 en mai 1943. Les nazis, étonnés de les voir encore en vie après tout ce qu’ils avaient subi, supposèrent que leur sang devait avoir des vertus particulières; ils décidèrent de leur en prélever 250g. tous les quinzes jours et de le boire. Ce qu’ils firent.
        Mon père leur proposa alors, de se porter volontaire pour le kommendo du Loil-Pass en leur proposant son fameux plan d’évasion collective qu’il avait déjà, mis au point, grâce à sa connaissance du monde concentrationnaire soviétique et de sa riche expérience d’évadé de ces mêmes camps (4 évasions dont 3 réussies ). Tous les Russes, sans exception se portèrent volontaires pour constituer l’effectif ( 30 à 35 hommes); c’est qu’ils n’avaient plus rien à perdre. Les déportés français eux, avaient encore espoir que le choses allaient s’arranger; raison pour laquelle il avait trouvé parmi eux si peu de volontaires.
        Son plan avait été élaboré donc, juste avant cet effroyable témoignage,
        Par ailleurs, Une attestation d’Emile Valley fait mention du projet d’évasion de mon père et où il cite le témoignage de: Georges Huret ( dont je possède une copie de la traduction en russe de son témoignage direct où celui ci mentionne le projet d’évasion collective du Loib-Pass. Je suppose que cette attestation était destinée au Maréchal Tito).Emile Valley Cite aussi les témoignages de Marcel Boisseau, JeanSauvage, Louis Tambon, Albert Brousse. Toutefois, ils attestent seulement que mon père « a eu au camp du Loibl-Pass, une attitude des plus courageuses ». Mais plus loin, il indique: « Ilavait entretenu quelques déportés de son projet d’évasion » collective, cela va de soi, sinon, pourquoi prendre le risque de les mettre dans la confidence?

        Dans un de ces écrits, mon père cite ses camarades français auquels il aconfié son projet et qui, devant la faiblesse de l’effectif constitué lui ont donné leur consentement et « leur bénédiction » comme il dit, pour son évasion individuelle, étant le plus à même de convaincre les partisans (il parlait le russe, langue voisine du slovène) de libérer le camp du Loibl-Pass. Sans cette « bénédiction », son évasion n’eût pas été possible.
        Quant à l’entrevue dans le tunnel avec Jean Granger, voici ce qu’en dit Janko Tisler dans un courrier daté du 17 juillet 1984 adressé à mon père: » …Je comprends très bien votre désir quand vous étiez libre et chez les partisans yougoslaves, de libérer vos camarades du Loibl-Pass. Mais, je peux vous dire mon opinion, car j’étais responsable de la liaison entre les partisans et les déportés jusqu’au 1er juillet 1944….alors chaque tentative de libérer les déportés serait condamnée à l’écheque ou plutôt à une perte trop lourde, non seulement pour les partisans mais surtout pour les déportés. Il ne faut pas perdre de vue que l’organisation parmi les déportés était extrêmement faible, ce que nous avons constaté le 13 mai 1944 à l’occasion d’un entrevu que j’avais au au tunnel ( dans la trappe ) avec Granger, un des responsables de cette organisatioin ».
        L’évasion du camp de Struthof ne s’est pas faite à partir du camp, ni d’un kommendo, mais d’un hotel réquisitionné par les SS.
        Cela n’enlève rien à l’honneur des braves qui l’ont réalisée et qui force notre admiration.
        Mais cen’est pas pareil que de s’évader du camp central ou d’un kommando.
        Serge Aykanoff-Vostrikoff

        1. Nous ne mettons pas en doute la volonté de Monsieur Viktor Vostrikoff de faire une évasion collective, à Mauthausen comme au Loibl.
          Nous signalons simplement à son fils :
          1) que les premiers déportés envoyés au Loibl-Pass ignoraient leur destination
          2) même si beaucoup de membres du futur FNL du Loibl Pass se connaissaient déjà avant d’arriver, il leur a fallu du temps avant de s’organiser dans ce nouvel espace. (Granger et Rioux ne sont arrivés que le 18 juillet 1943 avec le deuxième convoi et Tisler n’est entré en contact avec un premier déporté qu’en septembre de la même année)
          Le site consacré à Monsieur Jean-René Chauvin n’est pas une tribune libre et encore moins un endroit où faire du prosélytisme pour Viktor Vostrikov.
          C’est déplacé.
          Si nous avons répondu dans notre premier mail ce n’est uniquement dans le but d’éclairer M. Serge Aykanoff-Vostrikoff .
          A toutes fins utiles, si ce monsieur souhaite dialoguer avec nous, il en a la possibilité sur notre blog
          https://leloiblpass.wordpress.com/ ou par courriel.
          Nous sommes ouverts aux débats, lorsqu’ils sont constructifs…
          Christian Tessier et Daphné Dedet

  3. J’ai Connu l’histoire de ce camp grâce au livre d’André Lacaze, « Le tunnel », qui a vécu dans ce triste endroit du premier au dernier jour. Il était résistant, adjoint de Joël Le Tac, chef du réseau-action « Overcloud », arrêté en 1942, déporté à Mathausen…
    Pourquoi on ne parle jamais de cette histoire dans les médias?
    N’est-elle pas assez politisée?
    A mon avis ce serait aussi leurs rendre justice au regard de l’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants